projetintegrateur .pdf



Nom original: projetintegrateur.pdfTitre: Microsoft Word - projetintegrateur.docx

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.9.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 12/04/2016 à 01:32, depuis l'adresse IP 135.19.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 725 fois.
Taille du document: 83.8 Mo (22 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

"You have to go into complete artifice to figure out who you
really are."
- RuPaul

Qu’est-ce que le drag?  

 
 

 
Les  hommes  déguisés  en  femme  et  vice-­‐versa  existent  depuis  toujours  dû  aux  normes  de  la  
société,  nous  obligeant    toujours  a  préserver  notre  féminité  ou  masuclinité  à  tout  prix,  que  ce  soit  
par  les  habits  ou  par  la  façon  d’agir.  Certains  que  refusent  de  rester  dans  ce  moule  contraignant.  
C’est  pourquoi  certains  comme  le  chevalier  D’éon  ou  Catalina  de  Erauso  ont  passé  leur  vie  entière  
prétendant  d’être  du  sexe  opposé.  
 
 
Le  drag,  art  d’imitation  féminine  temporaire,  n’est  cependamment  pas  à  confondre  avec  ce  genre  
de  cas,  non  plus  avec  le  travestissement,  qui  est  l’action  de  porter  des  vêtements  féminins  et  de  
vouloir  passer  pour  une  femme  en  les  portant  sans  nécéssairement  désirer  changer  de  sexe,  
souvent  par  des  hommes  hétérosexuels.  Un  autre  terme  souvent  confondu  avec  le  drag  est  la  
transexualité.  En  effet,  les  transexuels  ressentent  être  nés  dans  le  mauvais  corps,  se  sentant  
comme  le  sexe  opposé  et  ainsi  ressentant  le  besoin  de  changer  de  sexe.  La  transexualité  n’est  pas  
un  choix,  contrairement  au  fait  de  se  travestir  ou  de  faire  du  drag.    
 
 
Le  terme  «drag»  est  apparu  en  1887,  utilisé  pour  décrire  la  jupe  utilisée  par  les  acteurs  qui  
jouaient  des  rôles  de  femme,  dérivant  de  l’observation  que  les  jupes  «trainaient»  (drag)  sur  le  sol,  
contrairement  aux  pantalons.  Le  mouvement  d’hommes  déguisés  en  femmes  remonte  en  effet  a  
1560,  où  les  jeunes  acteurs  prépubères,  donc  encore  relativement  androgynes,  avaient  la  
permission  de  jouer  des  femmes  et  ainsi  porter  des  habits  féminins,  celles-­‐cis  n’étant  pas  
autorisées  à  faire  du  théâtre.  Le  drag  occidental  à  toujours  eu  un  côté  humoristique,  caractérisé  
dès  ses  débuts  par  des  manières  exagérées  dans  la  façon  d’être  comme  dans  l’habillement.  Le  drag  
japonais,  sois  l’onnagata  et  le  drag  chinois,  sois  le  tan,  sont  également  de  très  anciennes  traditions,  
mais  ont  toujours  voulu  être  une  imitation  de  la  femme  la  plus  exacte  possible,  sans  aspect  
comique.  En  plus  du  reste  de  la  société,  les  drag  queens  ont  longtemps  été  mal  vues  de  la  
communauté  LGBT+,  celles-­‐cis  étant  vues  comme  des  caricatures  les  ridiculisant  plutôt  qu’une  
façon  de  se  moquer  du  stéréotype  de  l’homosexuel  efféminé.  Rejetées  par  tous,  les  drag  queens  
sont  longtemps  restées  dans  l’ombre,  performant  dans  de  très  mauvaises  conditions  de  travail.  
C’est  cet  isolement  qui  pousse  les  drag  queens  à  parfois  se  trouver  des  nouvelles  familles,  
appellées  drag  houses,  formées  de  drag  queens  partagant  la  même  vision  du  drag.  Une  grande  
partie  de  l’entrée  du  drag  dans  la  culture  populaire  est  dû  à  l’apparition  de  la  télé-­‐réalité  Rupaul’s  
Drag  Race  en  2009,  créée  par  la  légendaire  drag  queen  Rupaul.  La  renommée  de  l’émission  est  
aujourd’hui  internationale,  transformant  des  artistes  autrefois  quasiment  clandestins    
en  véritables  célébrités.    
 
 
Souvent  suposées  homosexuels  ou  prostituées,  qui  sont  vaiment  les  drag  queens?  Dans  une  
société  qui  veut  absolument  tout  étiquetter,  comment  exactement  définir  une  culture  dont  le  but  
est  de  ne  pas  être  défini?  Danseuses,  Mannequins,  Comédiennes,  Activistes,  les  quatre  à  la  fois  ou  
aucune  précisément,  il  est  impossible  de  donner  une  simple  étiquette  à  un  art  aussi  complet  que  le  
drag.  J’ai  toutefois  réussi  à  séparer  cet  art  en  trois  larges  catégories  afin  de  faciliter  votre  
compréhension  de  cet  art  aussi  diversifié  qu’important  dans  notre  société  moderne,  permettant  
d’encourager  l’ouverture  d’esprit  ou  simplement  d’oublier  nos  problèmes,  pour  une  soirée.  

Que signifie le drag?

 
 

 
 
«  Le  drag  me  permet  d’être  brave  et  d’être  la  personne  de  mon  choix.  Le  drag  n’a  pas  de  limites,  je  
suis  donc  capable  d’atteindre  mon  plus  haut  niveau  de  créativité  quand  j’en  fait.  »  
-­‐Duc  Tran  (Plastique  Tiara)  
 
 
 
«Le  drag  ne  me  rendra  probablement  jamais  incroyablement  riche  mais  je  sais  que  ça  me  rendra  
toujours  incroyablement  heureux.  C’est  ce  qui  me  fait  sentir  le  plus  moi-­‐même.  »  
-­‐Giovanni  Palandrani  (Aquaria)  
 
 
 
«  Le  contrôle  complet  de  mon  identité.  N’étant  pas  queer  mais  n’étant  pas  non  plus  «assez  femme»  
pour  la  société,  je  suis  dans  un  zone  grise.  Alors  faire  du  drag  me  permet  de  choisir  la  féminité  que  
je  désire  projeter  et  d’en  prendre  contrôle  »  
-­‐Courtney  Constable  (Courtney  Conquers)  
 
 
 
                                             «  L’inspiration,  l’art,  le  talent  ,  la  beauté  et  surtout,  être  divertissant!  »  
 
   
-­‐Dustin  Winters  (Ivy  Winters)  
 
 
 
«  Je  pense  que  c’est  un  art  de  la  scène  qui  est  utilisé  pour  une  multitude  de  choses,  que  ce  
soit  pour  l’utiliser  afin  d’exprimer  sa  créativité,  pour  estomper  les  limites  du  genre  ou  
souvent  pour  se  découvrir  sois-­‐même  »  
                                                                                                         -­‐Jaremi  Carey  (PhiPhi  O’Hara)  
 
 
 
«  La  libération  de  mes  insécurités  »  
-­‐Jiggly  Caliente  
 
 
 
«  Le  drag  est  la  célébration  du  pouvoir  féminin  divin  »  
-­‐Alaska  5000  
 
 
 
«  C’est  trop  dur  à  répondre.  »  
-­‐  Trixie  Mattel  
 

 
 
 

BEAUTY
queens
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Souvent  considérée  la  branche  la  plus  superficielle  du  
drag,  la  beauté  est  pourtant  très  variée,  incluant  
principalement  des  drag  queens  plus  traditionnelles,  
voulant  imiter  le  plus  possible  l’aspect  d’une  femme  et  
participer  à  des  concours  de  beauté  (pageant  queens)  .  
Elle  inclut  cependant  également  l’art  de  l’imitation  
 de  célébrités  (celebrity  impersonation)  ainsi  que,    
plus  récemment  des  drag  queens  intéressées    
par  la  mode  et  le  mannequinat  et  à  repousser    
leurs  limites  (fashion  queens)  

Voici  mon  interprétation  de  drag  queens  représentant  deux  côtés  différents  
des  beauty  queens,  soit  une  pageant  queen  danseuse  
 et  une  fashion  queen.  
 
 

Autres  exemples  :  Raja  Gemini  (fashion  queen),  Latrice  Royale  
(pageant  queen),  Violet  Chachki  (fashion  queen),  Chad  Michaels  
(celebrity  impersonation)  ,  Derrick  Barry    (celebrity  
impersonation)  Naysha  Lopez  (pageant  queen),    
Pearl  Liaison  (fashion  queen  et  première  drag  queen  a    
obtenir  un  contrat  de  mannequinat)  

 
 

MISS  FAME  /  KURTIS  DAM-­‐MIKKELSEN  
 
 
 
Kurtis  Dam-­‐Mikkelsen  a  grandi  sur  une  ferme,  où  il  était  difficile  d’exploiter  son  talent  artistique  
en  peinture,  coiffure  et  mode  grandissant.  C’est  pourquoi  il  déménagea  à  New  York  en  2011,  où  il  
découvrit  sa  vraie  passion,  soit  le  maquillage.  Son  intérêt  pour  cet  art  complexe  le  poussa  à  créer  
le  personnage  de  Miss  Fame,  dont  le  but  était  de  devenir  la  “drag  queen  top  modèle”,  qui  pourrait  
défiler  pour  de  grands  créateurs  de  mode  plutôt  qu’être  une  créature  underground  comme  la  
plupart  des  drag  queens.  Miss  Fame  à  participé  à  la  7ème  saison  de  Rupaul’s  Drag  Race.  Après  
avoir  sorti  son  premier  album,  celle-­‐ci  se  consacre  maintenant  à  donner  des  leçons  de  maquillage  
à  travers  les  États-­‐Unis  et  à  rester  présente  dans  le  milieu  de  la  mode  en  temps  que  mannequin.  

 
 

ALYSSA  EDWARDS  /  JUSTIN  JOHNSON  
 
 
Justin  Johnson  est  un  danseur  né  au  Texas  ayant  fondé  son  propre  studio  de  danse,  Beyond  Belief  
Dance  Studio.  Il  a  commencé  à  participer  à  des  concours  de  beauté  au  début  des  années  2000  en  
tant  que  Alyssa  Edwards,  gagnant  de  nombreux  titres  tels  que  Miss  Gay  America  2010,  Miss  Gay  
UsofA  2006  et  All  American  Goddess  2010.  Sa  beauté,  ses  talents  de  danseuse  et  son  sens  de  
l’humour  hors  du  commun  furent  découverts  du  grand  public  lors  de  la  cinquième  saison  de  
Rupaul’s  Drag  Race.  Fondatrice  de  la  célèbre  Haus  Of  Edwards,  comptant  d’autres  fortes  
personnalités  de  Rupaul’s  Drag  Race  telles  Shangela  et  Laganja  Estranga,  Alyssa  travaille  sans  
cesse,  enchainant  les  apparitions  dans  les  clubs  ainsi  que  dans  sa  websérie  «  Alyssa’s  Secret  »  et  
bientôt  dans  une  téléréalité  sur  son  studio  de  danse,  avec  qui  elle  apparaitra  également  dans  
America’s  Got  Talent.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 

COMEDY
queens

 
 
 
 
 
 
 
 
La  branche  comique  du  drag  est  définitivement  une  des  catégories  les    
Plus  vieilles  et  importantes  de  l’art.  Caractérisée  par  des  maquillages  caricaturés  et  
 des  tenues    hautes  en  couleurs,  elle  offre  une  vision  du  drag  qui  se  prends    
moins  au  sérieux,  voulant  amener  le  public  dans  un  autre  univers  plutôt  que    
vouloir  ressembler  le  plus  possible  à  une  femme.  On  joue  surtout    
sur  l’aspect  du  personnage  que  sur  l’apparence.  
 
Voici  mon  interprétation  de  drag  queens  représentant  deux  côté  différents  
des  Comedy  Queens  ,  soit  la  comédie  stand-­‐up  et  la  réalisation  
complète  d’un  personnage  humoristique.  
 
 
 
 
 
 

 
 
 
                                                                                         Plus  de  comedy  queens  :  Lady  Bunny,  Sherry  Vine,    
 Alaska  5000,  Jinkx  Monsoon,  Willam,  Katya  Zamolochikova,    
Bob  the  Drag  Queen,  Manila  Luzon  

 
 

TRIXIE  MATTEL  /  BRIAN  FIRKUS  
 

 
 

Originaire  de  Milwaukee,  Wisconsin,  Brian  Firkus  a  lancé  sa  carrière  de  drag  queen  à  Chicago,  où  
son  style  extravagant  était  plus  apprécié.  Trixie  Mattel,  un  croisement  entre  Barbie  et  un  clown  de  
cirque,  est  premièrement  une  parodie  des  standards  irréalistes  de  beauté  féminine  moderne.  
Entre  deux  blagues,  Trixie  lipsync  sur  des  numéros  mi-­‐dialogue  mi-­‐chanson  pop  parfois  même  en  
dansant  les  claquettes  dans  des  tenues  dignes  de  Barbie.  Son  inoubliable  maquillage  signature  
s’est  fait  connaître  du  grand  public  dans  la  7ème  saison  de  Rupaul’s  Drag  Race.  
 

 

BIANCA  DEL  RIO  /  ROY  HAYLCOCK  
 

La  carrière  de  drag  queen  de  Roy  Haylock  a  débuté  à  Nouvelle-­‐Orléans  dans  le  cadre  de  Mardi  
Gras.  C’est  après  17  ans  de  carrière  en  tant  que  Bianca  Del  Rio  qu’il  gagne  la  6ème  saison  de  
Rupaul’s  Drag  Race,  propulsant  sa  carrière  déjà  impressionnante  à  un  niveau  international.  Bianca  
Del  Rio  est  une  humoriste  d’insultes,  soit  une  comédienne  de  stand  up  s’inspirant  de  son  public  
pour  faire  ses  blagues,  caricaturant  pour  faire  rire.  Son  légendaire  sens  de  la  répartie  lui  a  bati  une  
réputation  dans  les  clubs  de  la  Nouvelle-­‐Orléans  avant  qu’elle  ne  déménage  a  New  York  après  
l’ouragan  Katrina,  où  elle  se  produit  dans  le  même  club  que  la  célèbre  Lady  Bunny.  Avec  des  
années  d’expérience  de  conception  de  costumes  pour  Broadway,  Bianca  conçoit  également  ses  
propres  tenues.  Malgré  son  humour  controversé,  celle-­‐ci  est  reconnue  pour  être  incroyablement  
généreuse  et  terre-­‐à-­‐terre,  toujours  à  l’écoute  des  autres  et  prête  à  aider.  La  personnalité  aux  
milles  facettes  de  Bianca  Del  Rio  ne  cesse  de  faire  parler  d’elle,  celle-­‐ci  restant  une  des  drag  queens  
les  plus  acclamées  du  public  dans  l’histoire  de  Rupaul’s  Drag  Race.  

 

 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Club
kids

 
 
 
 
 
 
Popularisée  dans  les  années  80  par  Leigh  Bowery,  la  club  culture  est  un  
phénomène  moderne  dont  le  but  est  principalement  d’attirer  l’attention,  
que  ce  soit  en  choquant  ou  en  impressionnant.  Les  club  kids  sont  des  personnalités  
publiques  souvent  payées  pour  apparaître  dans  des  clubs,  principalement  à  
New  York.  Ils  sont  caractérisés  par  des  tenues  extravagantes  et  uniques.  Certains  
ne  sont  même  plus  dans  l’imitation  de  la  femme,  mais  la  plupart  touchent  à  
l’exploration  du  genre.  Tous  les  club  kids  ne  sont  ainsi  pas  des  drag  queens,  
mais  cette  culture  est  toutefois  du  même  type  que  le  drag,  soit  l’art  du  
déguisement  afin  de  divertir.  
 
 
Voici  mon  interprétation  d’une  drag  queen  baignant  dans  la  club  culture  reconnue  pour    
ses  tenues  choquantes  et  extravagantes  ainsi  que  d’un  club  kid  à  part  entière.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Plus  de  club  kids  :    James  St-­‐James,  sussi,  Linux  the  Robot,  
Domonique  Echieverria,  Duo  Raw,  Sissy  Spatik,  Acid  Betty  

 

MILK  /  DANIEL  DONIGAN  
 

 
Né  à  New  York,  Daniel  Donigan  a  toujours  eu  un  penchant  pour  la  mode,  ce  qui  est  la  raison  pour  
laquelle  il  a  travaillé  pour  Marc  Jacobs  durant  5  ans  avant  de  consacrer  tout  son  temps  à  sa  
carrière  de  drag  queen.  Milk  est  un  personnage  haut  en  couleurs  qui  repousse  les  limites  du  genre  
stéréotypé,  combinant  souvent  des  éléments  typiquement  masculins  et  féminins  afin  de  choquer.  
Savant  piquer  la  curiosité  du  public,  Milk  s’est  fait  remarquer  lors  de  la  sixième  saison  de  Rupaul’s  
Drag  Race  et  reste  une  des  favorites  des  fans  pour  sa  créativité  et  son  unique  façon  de  penser.  

 

 

RYAN  BURKE  
 
Ryan  Burke  est  un  artiste  maquilleur  conceptuel  et  photographe  de  New  York.  Ses  portraits  
représentent  une  multitude  de  différents  personnages  à  la  limite  de  l’apparence  humaine,  tous  
plus  originaux  les  uns  que  les  autres  utilisant  des  matériaux  non  conventionnels.  Son  art  unique  
est  accompagné  d’un  stylisme  extravagant  qui  amène  une  dimension  additionnelle  aux  
personnages  complets  qu’il  crée  sur  une  base  quotidienne.  Ayant  un  entourage  constitué  entre  
autre  de  Amanda  Lepore  et  la  légendaire  hôte  d’évenements  Suzanne  Bartsch,  Ryan  est  un  des  
club  kids  les  plus  célèbres  de  New  York.  

 
 
 

En conclusion…
 
 
 
 
 
Évidemment,  il  existent  de  très  nombreuses  autres  catégories  et  sous-­‐catégories  de  drag.  Le  but  
du  drag  est  de  ne  pas  être  catégorisé,  on  désire  juste  exprimer  sa  véritable  personnalité  ou  un  
alter-­‐ego  totalement  original.  C’est  pourquoi  une  très  grande  majorité  de  drag  queens  pourraient  
représenter  plusieurs  branches  du  drag  à  la  fois.  Prenons  par  exemple  Phi  Phi  O’Hara,  ayant  fait  
ses  débuts  en  pageant  queen  pure  et  dure  et  qui  penche  de  plus  en  plus  vers  la  culture  club,  avec  
des  looks  conceptuels  et  pas  nécessairement  féminins.  Le  genderbending  et  l’androgynie,  soit  
garder  de  fortes  caractéristiques  masculines,  souvent  la  barbe,  tout  en  s’habillant  en  femme,  sont  
également  des  branches  de  plus  en  plus  populaires,  exploités  entre  autres  par  Divine  et  Mathu  
Anderson,  la  société  s’ouvrant  de  plus  en  plus  à  l’exploration  du  genre  et  de  l’identité  sexuelle.  Les  
drag  kings,  soit  des  femmes  majoritairement  lesbiennes  imitant  des  hommes,  comme  Freddy  
Prinze  Charming  et  Murray  Hill  ainsi  que  le  bio  drag,  soit  accentuer  et  caricaturer  son  propre  
genre  pour  le  spectacle,  comme  le  font  Holly  McGrail  et  Courtney  Conquers,  sont  également  deux  
types  de  drag  émergants.      
 
 
 
 
Le  drag,  ce  n’est  plus  juste  un  petit  boulot  pour  arrondir  les  fins  de  mois.  Ce  n’est  plus  juste  à  
propos  d’imiter  la  femme  pour  amuser.  Le  drag  est  devenu  un  mouvement  social  de  rejet  du  genre  
stéréotypé,  une  célébration  d’être  qui  on  veut  vraiment  être.  Le  drag  est  un  signe  de  liberté  et  
d’acceptance  en  plus  d’être  un  art  complet,  exploitant  les  arts  plastiques  avec  le  maquillage,  l’art  
de  la  mode  avec  les  vêtements,  le  théâtre  avec  le  personnage  mais  aussi  le  chant,  la  danse  ,  le  
cinéma  si  on  le  veut.  Le  drag  est  ce  qu’on  décide  d’en  faire.  C’est  comme  ça  que  je  vois  le  drag.  
 
 
 
 
 
Et  pour  vous  alors,  c’est  quoi  le  drag?  

Chad  Michaels  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Pearl  
Liaison  

Courtney  Conquers  

Leigh  Bowery  

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Lady  Bunny  

Divine  

Phi  Phi  O’Hara  
 

Freddy  Prinze  Charming  

 
 
 
 
 
                               J’aimerais  remercier  les  gens  m’ayant  aidé  à  réaliser  ce  monstrueux  projet,  sans  
qui  je  n’aurait  jamais  pu  obtenir  un  résultat  aussi  près  de  mon  idée  originale.  
 
Merci  à  mes  parents,  ma  mère  pour  ses  encouragements  et  conseils  continus  
et  mon  père  pour  la  grande  majorité  des  photos  
 
mon  professeur  de  projet  intégrateur  M.Pelchat  pour  son  soutient  et  son  
intérêt  envers  mon  projet  
 
Kevvie  Simonsen  pour  son  immense  aide  avec  les  références  papier  
et  cinématographiques  afin  de  rendre  mon  introduction  complète  
 
Duc  Tran  (Plastique  Tiara),  Giovanni  Palandrani  (Aquaria),  Dustin  Winters  (Ivy  Winters),    
Justin  Binney  (Alaska  5000),  Jaremi  Carey  (Phi  Phi  O’Hara),  Brian  Firkus  (Trixie  Mattel)    
et  Jiggly  Caliente  pour  leurs  témoignages  exclusifs  
 
et  bien  sûr  mon  mentor,  Courtney  Constable,  pour  son  aide  avec    
l’ensemble  du  projet  que  ce  soit  pour  des  informations  sur  la  
culture  du  drag,  des  conseils  de  maquillage,  des  histoires  d’expériences  
avec  des  drag  queens,  des  idées  pour  pousser  mon  projet  plus  loin  ou  
 simplement  des  encouragements,  ton  aide  
à  fait  toute  la  différence  pour  mon  projet,  merci  infiniment.  
 


Aperçu du document projetintegrateur.pdf - page 1/22
 
projetintegrateur.pdf - page 3/22
projetintegrateur.pdf - page 4/22
projetintegrateur.pdf - page 5/22
projetintegrateur.pdf - page 6/22
 




Télécharger le fichier (PDF)


projetintegrateur.pdf (PDF, 83.8 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


projetintegrateur
projetintegrateur
2012 07 04 manifeste hf 1
broch jan mars 15
revue unesco mars 2014 n 5
tpe

Sur le même sujet..