projetintegrateur.pdf


Aperçu du fichier PDF projetintegrateur.pdf - page 3/22

Page 1 2 34522



Aperçu texte


Qu’est-ce que le drag?  

 
 

 
Les  hommes  déguisés  en  femme  et  vice-­‐versa  existent  depuis  toujours  dû  aux  normes  de  la  
société,  nous  obligeant    toujours  a  préserver  notre  féminité  ou  masuclinité  à  tout  prix,  que  ce  soit  
par  les  habits  ou  par  la  façon  d’agir.  Certains  que  refusent  de  rester  dans  ce  moule  contraignant.  
C’est  pourquoi  certains  comme  le  chevalier  D’éon  ou  Catalina  de  Erauso  ont  passé  leur  vie  entière  
prétendant  d’être  du  sexe  opposé.  
 
 
Le  drag,  art  d’imitation  féminine  temporaire,  n’est  cependamment  pas  à  confondre  avec  ce  genre  
de  cas,  non  plus  avec  le  travestissement,  qui  est  l’action  de  porter  des  vêtements  féminins  et  de  
vouloir  passer  pour  une  femme  en  les  portant  sans  nécéssairement  désirer  changer  de  sexe,  
souvent  par  des  hommes  hétérosexuels.  Un  autre  terme  souvent  confondu  avec  le  drag  est  la  
transexualité.  En  effet,  les  transexuels  ressentent  être  nés  dans  le  mauvais  corps,  se  sentant  
comme  le  sexe  opposé  et  ainsi  ressentant  le  besoin  de  changer  de  sexe.  La  transexualité  n’est  pas  
un  choix,  contrairement  au  fait  de  se  travestir  ou  de  faire  du  drag.    
 
 
Le  terme  «drag»  est  apparu  en  1887,  utilisé  pour  décrire  la  jupe  utilisée  par  les  acteurs  qui  
jouaient  des  rôles  de  femme,  dérivant  de  l’observation  que  les  jupes  «trainaient»  (drag)  sur  le  sol,  
contrairement  aux  pantalons.  Le  mouvement  d’hommes  déguisés  en  femmes  remonte  en  effet  a  
1560,  où  les  jeunes  acteurs  prépubères,  donc  encore  relativement  androgynes,  avaient  la  
permission  de  jouer  des  femmes  et  ainsi  porter  des  habits  féminins,  celles-­‐cis  n’étant  pas  
autorisées  à  faire  du  théâtre.  Le  drag  occidental  à  toujours  eu  un  côté  humoristique,  caractérisé  
dès  ses  débuts  par  des  manières  exagérées  dans  la  façon  d’être  comme  dans  l’habillement.  Le  drag  
japonais,  sois  l’onnagata  et  le  drag  chinois,  sois  le  tan,  sont  également  de  très  anciennes  traditions,  
mais  ont  toujours  voulu  être  une  imitation  de  la  femme  la  plus  exacte  possible,  sans  aspect  
comique.  En  plus  du  reste  de  la  société,  les  drag  queens  ont  longtemps  été  mal  vues  de  la  
communauté  LGBT+,  celles-­‐cis  étant  vues  comme  des  caricatures  les  ridiculisant  plutôt  qu’une  
façon  de  se  moquer  du  stéréotype  de  l’homosexuel  efféminé.  Rejetées  par  tous,  les  drag  queens  
sont  longtemps  restées  dans  l’ombre,  performant  dans  de  très  mauvaises  conditions  de  travail.  
C’est  cet  isolement  qui  pousse  les  drag  queens  à  parfois  se  trouver  des  nouvelles  familles,  
appellées  drag  houses,  formées  de  drag  queens  partagant  la  même  vision  du  drag.  Une  grande  
partie  de  l’entrée  du  drag  dans  la  culture  populaire  est  dû  à  l’apparition  de  la  télé-­‐réalité  Rupaul’s  
Drag  Race  en  2009,  créée  par  la  légendaire  drag  queen  Rupaul.  La  renommée  de  l’émission  est  
aujourd’hui  internationale,  transformant  des  artistes  autrefois  quasiment  clandestins    
en  véritables  célébrités.    
 
 
Souvent  suposées  homosexuels  ou  prostituées,  qui  sont  vaiment  les  drag  queens?  Dans  une  
société  qui  veut  absolument  tout  étiquetter,  comment  exactement  définir  une  culture  dont  le  but  
est  de  ne  pas  être  défini?  Danseuses,  Mannequins,  Comédiennes,  Activistes,  les  quatre  à  la  fois  ou  
aucune  précisément,  il  est  impossible  de  donner  une  simple  étiquette  à  un  art  aussi  complet  que  le  
drag.  J’ai  toutefois  réussi  à  séparer  cet  art  en  trois  larges  catégories  afin  de  faciliter  votre  
compréhension  de  cet  art  aussi  diversifié  qu’important  dans  notre  société  moderne,  permettant  
d’encourager  l’ouverture  d’esprit  ou  simplement  d’oublier  nos  problèmes,  pour  une  soirée.