20160409 DZ TE 013 0 .pdf


Nom original: 20160409_DZ_TE_013_0.pdfTitre: pxAuteur: mcha

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par EidosMedia Methode 5.0 / EidosMedia Methode 5.0 output driver 4.1.1.6, OM 1.6.2, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 14/04/2016 à 16:14, depuis l'adresse IP 87.67.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 247 fois.
Taille du document: 234 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Sur-mesure
Chaque food truck est unique, dessiné sur-mesure selon les besoins, les
envies… et le budget de son futur propriétaire.
l y a deux grosses contraintes dans un
food truck. On pense d’abord à l’espace. Il faut permettre l’ouverture
complète des portes des armoires et
frigos, ne pas empêcher le passage dans
l’habitacle. Et puis, il y a l’énergie : « Certains voudraient tout sur batteries, dit Ludovic Peters de la carrosserie Goffaux.
Mais il y a des limites : pour un four à
pizza, il faudrait un groupe électrogène
presque aussi gros que le camion ! » Alors,
on imagine des solutions sur-mesure.
Pour ça, on commence par « deux trois
heures d’entretien avec les clients, pour affiner leur projet. Puis on dessine un plan
selon les besoins et les contraintes. »
Et puis, bien sûr, il y a le budget. On
peut diminuer les frais en transformant
une camionnette, plus petite, ou un camion d’occasion. Sinon, pour un camion
neuf sur-mesure, on peut dépasser les
70 000 € (HTVA).

Manon Walkise

Manon Walkise

Manon Walkise

Manon Walkise

I

L’hygiène

Le gaz

Le montage

Les food trucks sont soumis aux mêmes
normes d’hygiène que les restaurants traditionnels. Là aussi, l’Afsca veille. Ils sont
tenus d’avoir un évier pour se laver les
mains. Simple a priori, mais ça demande
tout un système bien spécifique dans un
camion. L’eau propre est stockée dans
un bidon, arrive au robinet grâce à une
pompe et l’eau usée est récupérée dans
un second bidon. Il faut aussi des frigos
aux températures bien contrôlées, des
surfaces en inox faciles à nettoyer… À la
conception, il faut faire attention aux recoins, aux trous et tous les endroits où la
saleté pourrait se loger.

La cuisine est une activité très énergivore : fours, frigos, friteuses, grils… Surtout
quand tout ça fonctionne en même
temps. Et il ne s’agit pas de tomber en
panne sèche en plein service. Alors les
food trucks se branchent au réseau électrique de distribution, quand c’est possible, ou ont leur propre groupe électrogène ou utilisent le gaz. Les bonnes
vieilles bonbonnes doivent être solidement arrimées pour garantir la sécurité
quand le véhicule est en mouvement. Le
top, c’est une installation de LPG, qu’on
remplit comme le réservoir d’une voiture
à la pompe (photo).

Le montage d’un food truck commence par
le plancher cabine : une structure basse qui
permet d’être à la hauteur du client au moment du service. Il faut vraiment penser à tout !
À partir de là, on découpe le tour de roue, on
élargit le plancher pour augmenter la surface… tout en restant dans les normes pour le
permis B. Et puis on peut commencer à monter la « caisse » en assemblant les grands panneaux qui formeront le volume de la partie
cuisine. Et on termine par l’auvent. Ça, c’est
pour l’extérieur. Qu’il faudra encore décorer
aux couleurs de l’entreprise. Vu la taille du
marché belge, il n’existe pas de food truck de
série, tout se fait à la demande et sur-mesure…

13

Deuzio 9 avril 2016


Aperçu du document 20160409_DZ_TE_013_0.pdf - page 1/1




Télécharger le fichier (PDF)


20160409_DZ_TE_013_0.pdf (PDF, 234 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


20160409 dz te 013 0
20160409 dz te 012 0
me canicien pl man evry 91
carrossier peintre man evry 91
newsletter ext mai
011 amp mag flash infos 2013 06

Sur le même sujet..