Mémoire Margaux TRITON .pdf



Nom original: Mémoire Margaux TRITON.pdf
Auteur: Margaux

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Microsoft® Word 2013 / Mac OS X 10.9.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 29/04/2016 à 13:59, depuis l'adresse IP 88.207.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 738 fois.
Taille du document: 1.1 Mo (78 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Université  de  Strasbourg

INSTITUT  D'ETUDES  POLITIQUES  DE  
STRASBOURG

Le  programme  de  clémence  français :  
bilan  et  réforme

Margaux  TRITON

Mémoire  de  4ème  année  d'IEP

Sous  la  direction  de  Monsieur  le  Professeur  Jean-­Philippe  KOVAR
Madame  la  Professeure  Frédérique  BERROD,  suffragant

JUIN  2015

1

L’Université́   de   Strasbourg   n’entend   donner   aucune   approbation   ou  
improbation  aux  opinions  émises  dans  ce  mémoire.  Ces  opinions  doivent  être  
considérées  comme  propres  à  leur  auteur.

2

REMERCIEMENTS

Je  remercie  Monsieur  le  Professeur  Jean-­Philippe  Kovar  pour  sa  présence,  son  
soutien  ainsi  que  pour  ses  précieux  conseils  tout  au  long  de  la  rédaction  de  ce  mémoire.
Je  remercie  Madame  la  Professeure  Frédérique  Berrod  pour  avoir  accepté  d'être  
le  deuxième  membre  du  jury.

3

SOMMAIRE
INTRODUCTION
CHAPITRE   1.   Le   programme   de   clémence   français :   origine   et  
intégration  parmi  les  autres  procédures  négociées
SECTION  1.  De  l'émergence  de  la  clémence  à  la  mise  en  place  du  programme  
français
SECTION   2.   Le   programme   de   clémence   parmi   les   autres   procédures  
négociées  de  droit  français  de  la  concurrence
CHAPITRE  2.  La  mise  en  œuvre  de  la  clémence  à  travers  les  textes  et  la  
jurisprudence :  le  programme  de  clémence  avant  la  réforme  d'avril  2015
SECTION  1.  Les  éléments  procéduraux  et  textuels  du  programme  français
SECTION   2.   Panorama   de   la   pratique   décisionnelle   de   l'Autorité   de   la  
concurrence
CHAPITRE  3.  Les  nouveaux  enjeux  du  programme  de  clémence  français :  
la  réforme  d'avril  2015
SECTION  1.  Les  raisons  de  la  réforme :  bilan  du  programme
SECTION  2.  La  réforme  du  programme  de  clémence  français  en  avril  2015
CONCLUSION

4

ABRÉVIATIONS
Adlc :  Autorité  de  la  concurrence
CA  Paris :  Cour  d'appel  de  Paris
CJCE :  Cour  de  justice  des  Communautés  européennes
CJ :  Cour  de  justice  de  l'Union  européenne
Com.  CE :  Commission  européenne
Cons.  conc :  Conseil  de  la  concurrence
DOJ :  Department  of  Justice  (Etats-­Unis)
ECN :  European  Competition  Network
JOCE :  Journal  officiel  des  Communautés  européennes
JORF :  Journal  officiel  de  la  République  française
JOUE :  Journal  officiel  de  l'Union  européenne
OFT :  Office  of  Fair  Trading  (Grande-­Bretagne)
PGD :  Principe  général  du  droit
PME :  Petites  et  moyennes  entreprises
REC :  Réseau  européen  de  concurrence
TCE :  Traité  instituant  la  Communauté  européenne
TFUE :  Traité  sur  le  fonctionnement  de  l'Union  européenne
UE :  Union  européenne

5

INTRODUCTION
« La  clémence  vaut  mieux  que  la  justice ».
Marquis  de  VAUVENARGUES  (1715-­1747)
La  réalité  exprimée  à  travers  ces  mots,  écrits  au  18ème  siècle,  est  toujours  
valable  aujourd'hui.  La  clémence  dont  parle  le  Marquis  de  Vauvenargues,  en  tant  
que  geste  de  grâce,    n'est  certes  pas  exactement  celle  que  le  législateur  français  a  
voulu  évoquer  lorsqu'il  a  introduit  les  programmes  de  clémence  comme  nouvel  
outil   du   droit   de   la   concurrence.   La   clémence   a   ainsi   plusieurs   facettes   entre  
stratégie  et  acte  de  générosité.  Mais  dans  tous  les  cas,  elle  constitue  une  alternative  
privilégiée  à  la  répression.  C'est  bien  dans  cette  optique  que  le  législateur  français  
a  décidé  d'exonérer  de  sanction  une  entreprise  qui,  même  coupable  d'une  pratique  
anticoncurrentielle,  déciderait  de  fournir  à  l'autorité  chargée  de  concurrence  les  
preuves  de  cette  infraction.
Les  programmes  de  clémence  sont  en  fait  un  outil  relativement  nouveau  du  
droit  de  la  concurrence,  apparu  aux  Etats-­Unis  à  la  fin  des  années  1970.  Dès  les  
années   1990,   ils   se   sont   révélés   être   un   instrument   redoutable   de   la   lutte   anti-­
cartels.  Il  est  en  effet  possible  de  parler  d'une  innovation  majeure  dans  le  paysage  
juridique,  celle-­ci  ayant  permis  de  dépasser  les  limites  des  anciennes  méthodes,  
basées   sur   des   outils   répressifs.   Il   apparaît   que   ces   dernières   étaient  
particulièrement  inefficaces  au  regard  de  la  nature  secrète  des  ententes  prohibées.  
En  effet,  la  difficulté  majeure  à  laquelle  étaient  confrontées  les  autorités  chargées  
du  respect  de  la  concurrence  était  liée  à  l'obtention  de  preuves  alors  même  que  les  
entreprises  membres  d'une  entente  prenaient  un  soin  tout  particulier  à  dissimuler  
les  traces  de  leurs  pratiques,  conscientes  du  caractère  illicite  de  ces  dernières.  C'est  
d'ailleurs  ce  que  la  Commission  a  révélé  dans  le  cadre  d'une  affaire  relative  à  une  
entente  dans  le  secteur  des  ascenseurs  et  escaliers  mécaniques  de  20131.  Il  apparaît  
en   effet   que   les   entreprises   concernées   savaient   manifestement   que   leur  
comportement  était  contraire  au  droit  de  la  concurrence  sans  pour  autant  renoncer  
à  poursuivre  leurs  pratiques  et  prenant  grand  soin  de  dissimuler  tout  élément  de  

1

 CJ,  24  octobre  2013,  Kone  Oyj  et  autres  c/  Commission,  aff.  C-­510/11P.

6

preuve.  Les  programmes  de  clémence  ont  été  créés  dans  le  but  de  remédier  à  cette  
asymétrie   d'information.   Ils   permettent   d'obtenir   la   preuve   de   l'existence   d'un  
cartel   par   le   biais   des   déclarations   d'une  entreprise   faisant  elle-­même   partie   de  
celui-­ci.  Ainsi,  les  programmes  de  clémence  permettent  d'offrir  à  un  participant  à  
une  entente  ou  à  un  cartel  une  immunité  totale  ou  une  réduction  des  sanctions  
encourues  en  échange  d'éléments  de  preuve  relatifs  à  l'existence  de  cette  même  
entente.   L'idée   est   donc   d'accorder   un   traitement   favorable   aux   entreprises   qui  
aideraient  les  institutions  chargées  de  la  concurrence  à  découvrir  et  à  sanctionner  
un   cartel.   Les   programmes   de   clémence   permettent,   sur   la   base   des   preuves  
fournies,   d'infliger   aux   entreprises   ayant   démontré   un   comportement  
anticoncurrentiel  –  en  dehors  du  demandeur  de  clémence  –  des  sanctions  lourdes,  
en  ce  qu'ils  permettent  de  révéler  des  ententes  de  grande  ampleur.  Ils  se  présentent  
alors  comme  un  moyen  extrêmement  dissuasif  en  introduisant  la  méfiance  et  la  
suspicion  entre  les  membres  du  cartel.
Le  premier  programme  de  clémence  européen  a  vu  le  jour  en  1996.  Il  répond  
à   des   préoccupations   croissantes   relatives   à   la   protection   du   caractère  
concurrentiel   du   marché   commun.   L'article   101   du   Traité   FUE   consacre    
l'interdiction  des  ententes  anticoncurrentielles.  Ainsi,  « Sont  incompatibles  avec  
le   marché́   intérieur   et   interdits   tous   accords   entre   entreprises,   toutes   décisions  
d'associations  d'entreprises  et  toutes  pratiques   concertées,  qui  sont  susceptibles  
d'affecter  le  commerce  entre   États  membres  et  qui  ont  pour  objet  ou  pour  effet  
d'empêcher,  de  restreindre  ou  de  fausser  le  jeu  de  la  concurrence  à  l'intérieur  du  
marché́   intérieur».   Le   premier   programme   de   clémence,   élaboré   dans   la  
communication   de   la   Commission   sur  l'immunité   d'amendes   et   la   réduction   de  
leur  montant  dans  des  affaires  portant  sur  des  ententes  en  date  du  18  juillet  19962,  
s'inspire  du  modèle  américain  en  la  matière  afin  de  satisfaire  ces  préoccupations.  
La  communication  de  1996  constitue  ainsi  une  véritable  rupture  politique  de  la  
part  de  la  Commission.  Elle  rompt  en  effet  de  manière  nette  avec  les  instruments  
de  la  lutte  antérieure  contre  les  ententes.  L'introduction  de  cette  nouvelle  mesure  
est  annoncée  au  point  2 :  « La  Commission  est  consciente  du  fait  que  certaines  
entreprises   participant   à   des   ententes   pourraient   souhaiter   mettre   fin   à̀   leur  
participation   et   l’informer   de   l’existence   de   l’entente,   mais   qu’elles   en   sont  
2

 Com.  CE,  Communication  sur  l'immunité  d'amende  et  la  réduction  de  leurs  montants  dans  des  affaires  
portant  sur  des  ententes,  JOCE  N°C-­207  du  18  juillet  1996,  p.4.

7

dissuadées   par   les   amendes   élevées   qu’elles   risquent   de   se   voir   infligées ».   Le  
point  3  de  cette  même  communication  dispose  quant  à  lui  que  « la  Commission  a  
décidé́   d’adopter   la   présente   communication,   qui   définit   les   conditions   dans  
lesquelles  les  entreprises  coopérant  avec  la  Commission  au  cours  de  son  enquête  
sur  une  entente  pourront  être  exemptées  d’amende  ou  bénéficier  d’une  réduction  
de   l’amende   qu’elles   auraient   autrement   dû   acquitter ».   C'est   sur   ces   mêmes  
principes   que   se   base   le   programme   de   clémence   français,   introduit   par   la   loi  
relative  aux  nouvelles  régulations  économiques  de  2001.3
Le   programme   de   clémence   est   avant   tout   un   outil   économique.   En   cette  
qualité,   il   répond   au   célèbre   « dilemme   du   prisonnier ».   Deux   individus  
soupçonnés   d'avoir   commis   un   crime   sont   isolés   chacun   dans   leur   cellule.   Si  
aucun  des  deux  n'avoue,  ils  sont  condamnés  à  une  peine  d'un  an  d'emprisonnement.  
Si  l'un  avoue  et  l'autre  pas,  le  premier  n'est  pas  condamné  alors  que  le  second  se  
voit   infliger   une   peine   de   dix   ans   de   prison.   Enfin,   si   chacun   avoue   les   deux  
resteront  cinq  ans  en  prison.  Le  principe  de  cette  théorie  est  de  montrer  que  même  
si   la   situation   optimale   serait   qu'aucun   des   deux   n'avoue   le   crime,   chacun   va  
pourtant  avouer  et  restera  cinq  ans  en  prison.  En  effet,  les  deux  sont  poussés  par  
la  crainte  de  ne  pas  avouer  alors  que  l'autre  pourrait  le  faire  et  ainsi  se  voir  infliger  
la   peine   maximale   correspondant   à   dix   ans   de   prison.   La   situation   peut   être  
résumée  par  le  tableau  suivant.

Dilemme  du  prisonnier  en  jeux  simples 4
Ce   schéma   correspond   à   la   situation   antérieure   à   la   mise   en   place   des  
programmes  de  clémence.  En  effet,  il  n'y  a  à  ce  moment  aucune  prime  promise  à  
celui  qui  avouerait  la  pratique  illicite  –  la  meilleure  hypothèse  étant  la  sortie  de  
3

 Loi  n°2001-­420  du  15  mai  2001  relative  aux  nouvelles  régulations  économiques,  JORF  n°113  du  16  mai  
2001  p.7776.
4
 François  Lévêque,  « L'efficacité  multiforme  des  programmes  de  clémence »,  revue  Concurrences  N°4-­
2006  p.31.

8

prison  immédiate.  Les  deux  joueurs  n'ont  dès  lors  pas  inclus  dans  leurs  calculs  le  
fait  que  le  coût  infligé  par  la  punition  pourrait  être  moindre.
Il  convient  alors,  pour  comprendre  la  situation  exacte,  de  faire  appel  aux  jeux  
dynamiques,   c'est   à   dire   des   jeux   en   plusieurs   étapes.   Dans   cette   situation   par  
exemple,  si  un  joueur  avoue  à  la  première  étape,  alors  les  autres  joueurs  avouent  
à  toutes  les  étapes  suivantes.  Cette  théorie,  envisageant  des  jeux  qui  se  répètent  à  
l'infini,  permet  de  bien  cerner  le  rôle  de  l'Autorité  de  la  concurrence  en  tant  que  
policier  ainsi  que  des  motivations  auxquelles  répondent  les  stratégies  élaborées  
par  chacun  des  acteurs.
Il  apparaît,  en  outre,  que  les  réductions  de  sanction   jouent  un  rôle  majeur  
dans  l'incitation  pour  les  entreprises  à  dénoncer  un  cartel  et  ainsi  à  prévenir  la  
formation  de  nouveaux  cartels.  La  première  entreprise  à  dénoncer  une  pratique  
illicite  au  regard  du  droit  de  la  concurrence  n'est,  par  ailleurs,  pas  nécessairement  
la   seule   à   pouvoir   bénéficier   d'une   exonération   d'amende.   Cette   pratique,  
développée   par   l'ensemble   des   autorités   de   concurrence,   permet   d'inciter   les  
entreprises  à  adopter  une  attitude  de  coopération.  Le  tableau  suivant  explique  les  
réductions  d'amendes  accordées  par  les  différents  pays  dotés  d'un  programme  de  
clémence  selon  le  rang  d'arrivée  du  demandeur5.

Ce  mémoire  a  pour  objet  l'étude  du  programme  de  clémence  français.  Celui-­
ci,  à  l'instar  de  l'ensemble  de  ses  homologues,  a  connu  de  vives  critiques.
L'avocat  Dominique  Voillemot  avait  exprimé  des  doutes  partagés  par  nombre  de  

5

 François  Lévêque,  « L'efficacité  multiforme  des  programmes  de  clémence »,  revue  Concurrences  N°4-­
2006  p.31.

9

ses  confrères :   « on  peut  se  demander  si  cette  efficacité  s'inscrit  dans  le  parfait  
respect   des   droits   fondamentaux »6    a-­t-­il   ainsi   déclaré.   En   effet,   cette   nouvelle  
pratique  renverse  la  conception  classique  du  droit  développée  dans  nos  sociétés  
selon  laquelle  une  personne,  physique  ou  morale,  ne  saurait  être  gratifiée  pour  une  
infraction  qu'elle  a  elle-­même  commis.  Cette  conception  se  résume  par  le  célèbre  
adage  nemo  auditur  propriam  suam  turpitudinem  allegans  qui  signifie  que  nul  ne  
peut  se  prévaloir  de  sa  propre  turpitude.  Jean  Carbonnier  a,  en  cela,  qualifié  la  
clémence   de   « ressort   antagoniste »   face   à   la   dureté   de   la   loi 7  .   Dès   lors,  
récompenser   d'une   exonération   de   sanction   l'entreprise   qui   avait   elle-­même  
commis  l'infraction  en  cause  semblait  contraire  à  ce  principe.  Pourtant,  le  Conseil  
de  la  concurrence  a  justifié  cette  pratique  par  son  efficacité  économique  et  le  fait  
que  celle-­ci  était  déployée  dans  l'intérêt  général  de  l'économie  et,  plus  largement,  
de   la   société.   Les   communiqués   successifs   relatifs   au   programme   de  clémence  
français  reprennent  ainsi  chacun  la  même  formule  disposant  que  « le  législateur  a  
considéré   qu'il   était   de   l'intérêt   de   l'économie   française,   et   notamment   des  
consommateurs,  de  faire  bénéficier  d'un  traitement  favorable  les  entreprises  qui  
informent   l'Autorité   de   la   concurrence   de   l'existence   d'ententes   illicites   et   qui  
coopèrent  avec  elle  afin  d'y  mettre  fin.  En  effet,  ces  ententes  sont  néfastes  pour  
les   économies   nationales   :   elles   portent   une   atteinte   grave   aux   intérêts   des  
consommateurs,  en  particulier  quand  elles  conduisent  à  un  accroissement  artificiel  
des   prix   ou   à   une   limitation   de   l’offre   sur   le   marché,   et   elles   soustraient   les  
entreprises  à  la  pression  qui,  normalement,  les  incite  à  innover.  Le  bénéfice  que  
tirent  les  consommateurs  et  les  citoyens  de  l’assurance  de  voir  les  ententes  plus  
sûrement   et   plus   fréquemment   détectées   et   interdites   est   plus   important   que  
l’intérêt   qu’il   peut   y   avoir   à   sanctionner   pécuniairement   toutes   les   entreprises  
ayant  participé  à  l’entente,  y  compris  celle-­là  même  qui,  en  la  révélant,  permet  à  
l’Autorité  de  découvrir  et  de  sanctionner  de  telles  pratiques »8.
La   question   ici   se   portera   sur   le   point   de   savoir   ce   que   le   programme   de  
clémence  français  a  révélé  de  son  efficacité  en  terme  de  lutte  anti-­cartels.  Quelles  
ont  été  les  innovations  découlant  des  réformes  successives  du  programme,  et  en  

6

 Voillemot  Dominique,  Gérer  la  clémence,  Bruxelles,  Bruylant,  Série  concurrence,  2005,  p.13.
 Carbonnier  Jean,  Sociologie  juridique,  Quadrige,  1994.
8
   Adlc,   Communiqué   de   procédure   du   3   avril   2015   relatif   au   programme   de   clémence   français,  
www.autoritedelaconcurrence.fr,  point  3.
7

10

quoi   ont-­elles  accru  l'efficience   de  celui-­ci ?   Que   nous   révèle   le   panorama   des  
textes  et  de  la  pratique  de  l'Autorité  de  la  concurrence  à  propos  des  enjeux  de  la  
clémence  française ?
Afin  de  répondre  à  ces  questions,  il  sera  nécessaire  tout  d'abord  de  replacer  
le  programme  de  clémence  français  dans  le  contexte  qui  est  le  sien,  c'est  à  dire  au  
sein  de  l'Union  européenne  mais  aussi  parmi  les  autres  procédures  négociées  qui  
constituent   les   outils   du   droit   français   de   la   concurrence   (I).   La   pratique   de  
l'Autorité  de  la  concurrence,  à  travers  ses  textes  et  sa  jurisprudence,  permettra  par  
la  suite  de  comprendre  les  enjeux  auxquels  le  programme  a  dû  répondre  au  cours  
du   temps   (II).   Pour   finir,   l'étude   de   la   réforme   du   programme   en   avril   2015  
permettra   de   cerner   les   enjeux   actuels   inhérents   à   la   clémence   française   et  
européenne  et  de  comprendre  comment  le  nouveau  communiqué  de  procédure  a  
tenté  d'y  répondre  (III).

CHAPITRE   1.   Le   programme   de   clémence  
français :   origines   et   intégration   aux   autres  
procédures  négociées
Il   convient   avant   toute   chose   de   constater   que   le   programme   de   clémence  
français  s'inscrit  au  sein  d'ensembles  plus  vastes,  par  rapport  auxquels  il  se  définit.  Il  
s'agit  alors  de  l'étudier  au  sein  de  la  pratique  de  la  clémence  au  niveau  international  et  
européen   tout   d'abord   (Section   1),   et   parmi   les   autres   procédures   négociées   de   droit  
français  de  la  concurrence  ensuite  (Section  2).

Section  1.  De  l'émergence  de  la  clémence  à  la  mise  
en  place  du  programme  français
L'émergence   de   la   clémence   en   France   s'inscrit   à   l'intérieur   d'un   vaste  
mouvement,   transatlantique   d'abord,   puis   plus   spécifiquement   européen.   Les   pays  
membres  de  l'Union  ont  en  effet  coordonné  leurs  actions  afin  de  mettre  en  œuvre  des  
programmes  de  clémence  certes  nationaux,  mais  s'inscrivant  dans  une  logique  commune  
(I).  C'est  ainsi  dans  ce  cadre  que  s'est  développé  le  programme  de  clémence  français,  
11

entre  conformité  avec  le  droit  de  l'Union  et  spécificités  nationales  (II).

I. Origines  et  propagation  de  la  procédure  de  clémence
La  mise  en  place  en  France  d'un  programme  de  clémence  trouve  son  origine  d ans  
le  droit  américain  ainsi  que  dans  le  droit  de  l'Union  (A).  En  effet,  le  programme  français  
de  clémence  ne  doit  pas  son  apparition  au  hasard  mais  à  la  volonté  de  la  Commission  de  
décentraliser   sa   politique   de   clémence   en   conférant   aux   autorités   chargées   de   la  
concurrence  dans  les  Etats  membres  la  capacité  d'utiliser  cet  outil.  Cette  volonté  s'est  
traduite   par   l'apparition   de   programmes   de   clémence   dans   chaque   Etat   membre   de  
l'Union  depuis  2006  (B).  Cette  diffusion  des  programmes  de  clémence  s'explique  par  
leur  utilité  dans  la  lutte  menée  par  les  autorités  chargées  de  concurrence  contre  les  cartels.  
Celle-­ci  a  tout  d'abord  été  prouvée  aux  Etats-­Unis  dès  la  fin  des  années  1990,  puis  en  
Europe  quelques  années  plus  tard.

A.   L'apparition   de   la   clémence,   un   mouvement   général   des   Etats-­Unis   à  
l'Union  européenne
C'est  à  la  fin  des  années  1970  que  le  droit  de  la  concurrence  aux  Etats-­Unis  prend  
un   tournant   radical   sous   l'influence   de   l'Ecole   de   Chicago 9  .   Selon   ses   défenseurs,  
l'interventionnisme   de   l'Etat   est   responsable   de   la   perte   de   vitesse   de   l'économie  
américaine  et  les  opérations  de  fusion-­acquisition  doivent  être  encouragées  car  elles  sont  
une  preuve  de  l'efficacité  autorégulatrice  du  marché.  Cette  logique  gagne  en  ampleur  
avec  l'accession  au  pouvoir  du  président  Ronald  Reagan  en  1981.  Cela  se  traduit  par  une  
coupe  drastique  dans  le  budget  de  la  division  antitrust  du  DOJ.  Toutefois,  cet  important  
assouplissement  des  règles  de  concurrence  s'accompagne  d'un  durcissement  de  la  lutte  
anti-­cartels,  ces  derniers  nuisant  fortement  à  l'équilibre  concurrentiel  du  marché.  C'est  
dans  ce  contexte  particulier  que  la  division  antitrust  évoque  à  la  fin  des  années  1970  son  
intention  de  mettre  en  œuvre  ce  qui  sera  appelé  par  la  suite  les  leniency  programs.
L'apparition  du  premier  programme  de  clémence  à  proprement  parler  a  lieu  en  
1978.  La  division  antitrust  du  DOJ  annonce  alors  sa  volonté  d'accorder  un  traitement  
plus  favorable,  voire  une  immunité  de  sanction,  à  une  entreprise  qui  aurait  collaboré  au  
démantèlement  d'un  cartel.  Si  ce  premier  programme  de  clémence  constitue  un  échec  
relatif,  le  concept  quant  à  lui  connait  un  véritable  essor  au  cours  des  années  1990.  Les  
9

 Notamment  à  travers  l'intervention  des  professeurs  de  droit  Richard  Posner  et  Robert  Bork.

12

leniency  programs  deviennent  alors  un  outil  redoutable  de  détection  des  cartels.  L'une  
des  premières  affaires  traitées  avec  ce  programme  de  clémence  concerne  le  « cartel  des  
vitamines »10.  Il  s'agit  d'une  collaboration  entre  les  autorités  américaines  et  les  autorités  
européennes  chargées  de  concurrence.  Ce  cartel  est  d'ampleur  internationale  et  englobe  
dans   sa   période   la   plus   faste   une   quinzaine   d'opérateurs.   En   1997,   anticipant   le  
déclenchement   imminent   d'une   enquête,   l'une   des   entreprise   part   au   cartel   –   Rhône  
Poulenc  –  prend  immédiatement  contact  avec  le  DOJ  dans  le  cadre  de  son  programme  
de   clémence   afin   de   dénoncer  le  cartel.  Elle   obtient   une  immunité   totale   de   sanction  
alors  que  le  montant  total  des  sanctions  pour  les  autres  membres  du  cartel  s'élève  à  855  
millions  d'euros.  Il  s'agit  ici  du  premier  grand  succès  des  programmes  de  clémence  alors  
que  le  commissaire  européen  chargé  de  la  concurrence,  Mario  Monti,  parlait  au  sujet  de  
cette  affaire  de  « la  série  d'ententes  la  plus  préjudiciable  sur  laquelle  la  Commission  ait  
jamais  enquêté »11.
La   collaboration   illustrée   par   cet   exemple,   entre   les   autorités   américaines   et  
européennes  chargées  de  la  concurrence,  est  permise  par  l'émergence  d'un  programme  
européen  de  clémence.  Celui-­ci  est  développé  par  la  Commission  sous  l'influence  du  
droit   américain.   L'avènement   tardif   de   la   clémence   en   Europe   s'explique   par   un  
développement   également   tardif   des   préoccupations   liées   au   droit   de   la   concurrence  
ainsi  qu'à  la  réticence  des  européens  à  avoir  recours  à  un  outil  basé  sur  la  délation.  C'est  
cependant   lorsque   la   Commission   assiste   aux   premiers   grands   succès   de   la   Division  
Antitrust  du  DOJ    dans  les  années  1990  que  celle-­ci  décide  de  rattraper  son  retard  en  la  
matière  en  mettant  en  œuvre  son  propre  programme.  C'est  ainsi  en  1996  que  voit  le  jour  
le  premier  programme  de  clémence  communautaire.  A  l'instar  du  modèle  américain,  u ne  
entreprise  faisant  partie  d'un  cartel  peut  entrer  en  contact  avec  la  Commission  afin  de  
dénoncer   ce   même   cartel   et   ainsi   obtenir   une   exonération   partielle,   voire   totale,   de  
sanction.   Très   rapidement   critiqué   à   cause   de   son   amoralité   et   de   l'inversion   des  
principes  généraux  du  droit  à  laquelle  il  conduit,  celui-­ci  démontre  toutefois,  de  manière  
tout  aussi  rapide,  son  efficacité.
Après  1996,  les  programmes  européens  de  clémence  ont  évolué,  toujours  à  la  
recherche  de  plus  d'efficacité.  Ainsi,  il  apparaît  tout  d'abord  que  la  Commission  a  voulu  
rendre  la  procédure  inhérente  à  son  programme  de  clémence  plus  transparente.  Il  s'agit  

 Com.CE,  21  novembre  2001,  Vitamines  -­  relative  à  une  procédure  d'application  de  l'article  81  du  traité  
CE  et  de  l'article  53  de  l'accord  EEE,  aff.  COMP/E-­1/37.512,  LOCE  L6  du  10  janvier  2003.
11
 Com.CE,  communiqué  de  presse  relatif  au  cartel  des  vitamines,  21  novembre  2001,  www.ec.europa.eu.
10

13

en   effet   d'un   élément   essentiel   du   fonctionnement   du   modèle   dans   la   mesure   où   les  
entreprises,  informées  des  sanctions  qu'elles  encourent  ou  de  l'immunité  qu'elles  peuvent  
espérer,  ont  davantage  de  motivation  à  se  rapprocher  de  la  Commission.  Dès  lors,  les  
conditions   de   l'immunité   se   sont   vues   clairement   énoncées.   En   outre,   un   système  
d'immunité   totale   même   après   enquête,   sur   le   modèle   du   programme   de   clémence  
américain,  a  été  mis  en  place  dans  l'Union  européenne.  Les  liens  qu'entretiennent  ces  
évolutions  avec  le  droit  américain  sont  certains.  Ces  derniers  sont  d'ailleurs  affirmés  par  
l'ancien   commissaire   à   la   concurrence,   Mario   Monti,   lorsque   celui-­ci   déclare   que   la  
Commission   avait   « étudié   avec   beaucoup   d'attention   le   succès   du   programme   de  
clémence   américain   de   1993.   La   possibilité   de   bénéficier   d'une   immunité,   le  
renforcement  de  la  transparence  et  de  la  sécurité  au  sein  de  notre  avant-­projet  suivent  
les  principaux  principes  du  programme  américain12 ».  D'autres  évolutions  ont  également  
vu  le  jour  comme  le  système  du  marqueur  qui  offre  des  garanties  supplémentaires  pour  
l'octroi  de  l'immunité.  Celui-­ci  permet  aux  entreprises  qui  demandent  la  clémence  de  
conserver  leur  ordre  d'arrivée  alors  que  dans  le  même  temps  elles  se  voient  accorder  par  
la  Commission  un  délai  afin  de  rassembler  toutes  les  informations  relatives  au  dossier  
dont  elles  disposent.  Cette  innovation  dans  le  programme  européen  de  clémence  est  de  
nouveau  inspirée  du  programme  américain.  Elle  a  été  développée  aux  points  14  et  15  de  
la  communication  de  200613.
Ainsi,  il  est  possible  de  constater  que  le  programme  de  clémence  européen,  mis  
en  place  par  la  Commission,  évolue  et  se  modernise.  L'un  des  principaux  aspects  de  cette  
modernisation,  outre  l'évolution  des  conditions  et  des  outils  de  la  clémence,  est  révélé  
par  le  processus  de  décentralisation  des  programmes  de  clémence  dans  l'Union.  C'est  
ainsi   qu'apparaissent   les   programmes   nationaux   de   clémence,   dont   le   programme  
français  constitue  l'un  des  modèles.  S'intéresser  à  ces  programmes  nationaux  de  manière  
générale  permet  de  cerner  l'intérêt  de  la  création  du  programme  français  ainsi  que  la  
manière  dont  celui-­ci  est  harmonisé  avec  les  autres  programmes  des  Etats  membres.

12

 Mario  Monti,  « Antitrust  in  the  US  and  in  Europe :  a  History  of  Convergence »,  Adress  to  the  General  
Council  Roundtable  of  the  ABA,  Washington  DC,  14  novembre  2001.
13
 Communication  de   la  Commission  sur   l'immunité  d'amende  et  la  réduction  de   leur   montant  dans   les  
affaires  portant  sur  des  ententes,  8  décembre  2006,  Journal  Officiel  C298  du  08.12.2006.

14

B.  Les  programmes  nationaux  de  clémence :  une  construction  européenne  
découlant  d'une  volonté  de  décentralisation
Les   programmes   nationaux   de   clémence   se   développent   dans   le   cadre   de   la  
modernisation  du  droit  de  l'Union  impulsée  par  le  règlement  n°1/2003  du  16  décembre  
2002 14  .   Celui-­ci   prévoit   la   décentralisation   du   droit   européen   de   la   concurrence   en  
donnant  la  compétence  de  son  application  aux  autorités  nationales.  Ainsi,  l'article  5  de  
ce   règlement   prévoit   que   les   autorités   de   la   concurrence   des   Etats   membres   sont  
compétentes  pour  « accepter  des  engagements ».  Afin  d'organiser  cette  décentralisation,  
les  autorités  nationales  et  communautaires  se  regroupent  au  sein  du  Réseau  Européen  de  
Concurrence.
 Dans  une  Communication  relative  à  la  coopération  au  sein  du  réseau  européen  
des  autorités  de  concurrence15,  la  Commission  développe  les  principes  de  la  coopération  
étroite  devant  avoir  lieu  entre  les  autorités  nationales  de  concurrence  afin  de  pouvoir  
garantir  une  plus  large  application  des  règles  de  concurrence.  Ce  document  énonce  les  
règles  relatives  à  la  répartition  des  compétences  entre  les  autorités.  Ainsi,  il  est  établi  
notamment   qu'un   rapport   étroit   doit  exister   entre   l'infraction  et   le  territoire   d'un   Etat  
membre  pour  que  l'autorité  de  concurrence  de  ce  même  Etat  puisse  se  considérer  comme  
étant  « bien  placée »  pour  traiter  l’affaire.  La  Commission  évoque,  en  outre,  les  règles  
s'appliquant  dans  le  cas  où  plusieurs  autorités  de  concurrence  seraient  compétentes  dans  
le  cadre  d'une  affaire.
La   convergence   des   programmes   nationaux   de   clémence   est   encore   accrue  
lorsque  les  autorités  nationales  de  la  concurrence,  regroupées  au  sein  du  REC,  élaborent  
un  programme  modèle  en  matière  de  clémence.  Celui-­ci  fait  suite  aux  travaux  menés  par  
un  groupe  de  travail  relatif  à  la  clémence  co-­présidé  par  la  Conseil  de  la  Concurrence  et  
l'Office  of  Fair  Trading  britannique  et  voit  le  jour  le  29  septembre  2006.  Le  programme  
modèle   définit   ainsi   sa   portée :   « le   programme   modèle   du   REC   concerne   les   cartels  
secrets,   et   notamment   les   accords   et/ou   pratiques   concertées   entre   deux   ou   plusieurs  
concurrents  visant  à  restreindre  la  concurrence  en  fixant  des  prix  d'achat  ou  de  vente,  en  
attribuant   des   quotas   de   production   ou   de   vente   ou   en   partageant   des   marchés,  
notamment,   en   matière   de   marchés   publics,   par   des   soumissions   concertées » 16  .  
14

Règlement  (CE)  n°1/2003  du  16  décembre  2002  relatif  à  la  mise  en  œuvre  des  règles  de  concurrence  
prévues  aux  articles  82  et  82  du  traité,  JOCE  L1  du  4  janvier  2003,  p.1.
15
Com.CE,  Communication  relative  à  la  coopération  au  sein  du  réseau  des  autorités  de  concurrence,  JOCE  
C  101  du  27  avril  2004.
16
Programme  modèle  du  REC  en  matière  de  clémence,  29  septembre  2006,  www.ec.europa.eu,  point  4.

15

L'objectif   du   programme   modèle   est   d'harmoniser   les   programmes   nationaux   afin  
d'organiser  la  décentralisation  de  l'application  du  droit  de  la  concurrence  dans  l'Union.  
Dès  lors,  des  principes  communs  en  matière  de  traitement  des  demandes  de  clémence  
sont   établis   et   ont   vocation   à   être   appliqués   par   l'ensemble   des   autorités   de   la  
concurrence  dans  l'Union.  La  Commission  précise  en  outre  que  « le  but  du  programme  
de  clémence  modèle  du  REC  est  d'éviter  que  les  entreprises  qui  pourraient  solliciter  le  
bénéfice  de  la  clémence  ne  soient  dissuadées  de  le  faire  en  raison  des  divergences  entre  
les   programmes   de   clémence   existant   au   sein   du   REC

17

 ».   Suite   à   l'adoption   du  

programme  modèle  du  REC,  la  Commission  a  modifié  son  programme  de  clémence  par  
une  communication  sur  l'immunité  d'amende  et  leur  montant 18.  Ce  même  texte  prévoit  
un  mécanisme  de  « guichet  unique »  pour  l'ensemble  des  programmes  de  clémence  dans  
l'Union  conformément  aux  objectifs  énoncés  par  le  Commission  dans  sa  communication  
de   septembre   200619.   Cette   innovation   permet   de   faciliter   une   demande   de   clémence  
pour  les  entreprises  lorsque  celle-­ci  concerne  plusieurs  autorités  de  concurrence.  Les  
autorités  nationales  de  la  concurrence  s'engagent  dans  le  même  temps  à  rapprocher  leurs  
programmes  du  programme  modèle  établi  par  le  REC.  Dans  ce  contexte,  il  apparaît  que  
les  programmes  nationaux  vont  présenter  d'importantes  similitudes.
Etablir  ici  un  bref  panorama  des  différents  programmes  nationaux  de  clémence  
dans  l'Union  permet  de  cerner  leurs  similitudes  et  leurs  divergences,  entre  eux  et  avec  le  
programme  modèle.  Cela  permet  également  de  replacer  le  programme  français  dans  le  
contexte   européen   et   de   comprendre   certaines   des   raisons   de   son   évolution.   Deux  
programmes  de  clémence  seront  étudiés  ici  dans  la  mesure  où  ces  derniers  semblent  être  
les  plus  révélateurs  afin  de  brosser  un  tableau  d'ensemble  de  la  clémence  en  Europe.  Il  
s'agit  ainsi  du  programme  britannique  et  du  programme  allemand.  Le  nombre  total  de  
programmes  de  clémence  en  Europe  est  cependant  bien  plus  élevé  dans  la  mesure  où  26  
Etats  membres  sur  28  en  sont  désormais  dotés20.  Ces  programmes  laissent  apparaître  
entre  eux  certaines  disparités  qui  s'expliquent  par  le  fait  que  certains  sont  inspirés  du  
programme  de  la  Commission  de  1996  alors  que  d'autres  ont  intégré  les  modifications  
de   la   version   révisée   de   2002.   Dès   lors,   peuvent   être   distingués   les   programmes   de  

17

 Idem,  point  2.
 Com.CE,   Communication   sur   l'immunité   d'amende   et   la   réduction   de   leur   montant   dans   les   affaires  
portant  sur  des  ententes,  8  décembre  2006,  Journal  Officiel  C298  du  08.12.2006.
19
 Idem,  point  2.
20
 « Authorities  in  EU  Members  States  which  operate  a  leniency  program »,  disponible  sur  le  site  de  la  
Commission,  www.ec.europa.eu.
18

16

« première  génération »  et  les  programmes  de  « seconde  génération ».
Le   programme   de   clémence   britannique   a   été   créé   en   2000.   Il   s'agit   d'un  
programme  de  « seconde  génération »  qui  correspond  à  la  typologie  développée  dans  la  
nouvelle   communication   de   la   Commission   datant   de   2002 21  et   des   principes   de  
clémence   dégagés   par   l'ECA 22  .   Le   programme   britannique   met   ainsi   en   avant  
l'importance  d'avoir  des  conditions  transparentes.  En  outre,  l'immunité  totale  d'amende  
est  une  possibilité  découlant  de  la  clémence,  et  celle-­ci  est  automatiquement  reconnue  
dans  le  cas  où  l'entreprise  remplit  tous  les  critères  nécessaires.  En  cela  le  programme  
britannique  fait  preuve  d'originalité  puisque  outre  l'immunité  totale  de  type  B  prévue  
dans   le   programme   modèle   du   REC,   celui-­ci   prévoit   la   possibilité   d'une   « réduction  
d'amende  de  type  B »  pouvant  aller  jusqu'à  100%.   L'OFT  a  précisé  que  ce  cas  n'était  
valable   que   dans   de   très   rares   occasions.   Cependant,   une   telle   solution   n'est   pas  
conforme  au  programme  modèle  du  REC  et  engendre  de  nombreuses  incertitudes.  Enfin,  
et  entre  autres  différences,  le  programme  britannique  prévoit  l'exclusion  du  bénéfice  de  
l'immunité   d'une   entreprise   qui   aurait   contraint   d'autres   entreprises   à   participer   à  
l'entente.  Cette  solution  apparaît  comme  étant  conforme  au  modèle  établi  par  le  REC.
Le  programme  allemand,  tout  comme  le  programme  français,  a  été  instauré  en  
200123.  Contrairement  au  programme  britannique  précédemment  évoqué,  il  s'agit  d'un  
« programme   de   première   génération »   dans   la   mesure   où   celui-­ci   se   base  
essentiellement   sur   le   programme   communautaire   de   1996.   Ainsi,   le   programme  
allemand  ne  prévoit  pas  dans  ses  textes,  en  matière  d'exonération  de  sanction,  l'immunité  
automatique.   Aussi,   l'immunité   est   à   la   discrétion   de   l'autorité   allemande   de   la  
concurrence.  L'exonération  de  sanction  quant  à  elle,  notamment  pour  les  demandeurs  de  
clémence  de  second  rang  et  plus,  ne  saurait  dépasser  50%.  Cette  pratique  n'est  pas  non  
plus  conforme  au  modèle  communautaire  qui  prévoit  différents  niveaux  de  réduction  
d'amende.  Enfin,  et  pour  reprendre  les  éléments  étudiés  dans  le  cadre   du  programme  
britannique,  il  apparaît  que  le  programme  allemand  applique  également  le  principe  selon  
lequel  une  entreprise,  pour  bénéficier  de  l'immunité,  ne  doit  pas  avoir  exercé  de  pression  
sur  d'autres  entreprises  pour  les  inciter  à  prendre  part  au  cartel.  Cependant,  une  condition  
supplémentaire  est  ici  énoncée,  tenant  à  ce  que  l'entreprise  en  question  n'ait  pas  non  plus  

21

 Communication  sur  l'immunité  d'amende  et  la  réduction  de  leur  montant  dans  les  affaires  portant  sur  
des  ententes,  19  février  2002,  JOCE  C  45/3.
22
 ECA,  Principles  for  Leniency  Programmes,  3  et  4  septembre  2001,  Dublin,  www.ec.europa.eu.
23
 « Notice  sur  les  lignes  directrices  du  Bundeskartellamt  relatives  à  l'imposition  d'amendes »,  disponible  
en  français  sur  le  site  du  Bundeskartellamt,  www.bundeskartellamt.de.

17

été  le  seul  « meneur »  du  cartel24.  Cette  solution  se  rapproche  du  droit  américain  en  la  
matière.
L'étude   de   ces   différents   programmes   de   clémence   permet   d'établir   le   constat  
d'une  certaine  convergence  dans  le  domaine.  C'est  d'ailleurs  l'objet  d'un  rapport  du  REC  
publié   par   la   Commission   suite   à   la   mise   en   œuvre   du   programme   modèle 25  .   Les  
programmes  nationaux  ont  en  effet  su  s'inspirer  les  uns  des  autres  tout  en  ayant  pour  
référence   le   droit   de   l'Union.   Cette   convergence   apparaît   tout   d'abord   au   niveau   des  
règles  de  fond.   Les  autorités  de  la  concurrence  ont  en  effet  toutes  adopté  le  principe  
selon  lequel  l'immunité  de  sanction  est  accordée  à  l'entreprise  qui  a  été  la  première  à  
fournir   des   preuves   au   sujet   de   sa   participation   à   un   cartel   dès   lors   que   certaines  
conditions  sont  remplies.  Ainsi,  des  règles  communes  ont  été  établies  en  ce  qui  concerne  
la  fourniture  des  informations,  la  coopération  avec  l'autorité  de  la  concurrence  ou  encore  
la  nécessité  pour  l'entreprise  de  cesser  sa  participation  au  sein  de  l'entente.  Une  réelle  
convergence  a  également  eu  lieu  en  ce  qui  concerne  la  garantie  aux  entreprises  de  la  
confidentialité   des   informations   fournies.   Celle-­ci   est   en   effet   primordiale   dans   le  
processus  de  choix  des  entreprises  de  se  rapprocher  de  la  Commission  ou  d'une  autorité  
de  la  concurrence  nationale  dans  le  but  de  dénoncer  un  cartel.  Il  est  en  outre  possible  
d'observer   une   certaine   convergence   en   ce   qui   concerne   les   règles   de   procédures  
relatives  aux  programmes  de  clémence.  En  effet,  la  demande  peut  désormais  être  établie  
sous  forme  écrite  ou  orale  pour  l'ensemble  des  programmes.  Outre  cela,  la  procédure  
suivie  par  les  autorités  de  concurrence  lorsqu'elles  accordent  une  demande  de  clémence  
est  similaire.  Dans  cadre  de  celle-­ci,  les  autorités  informent  l'entreprise  d'une  immunité  
prévisionnelle.   Celle-­ci   est   provisoire   et   est   susceptible   d'évoluer   en   fonction   de   la  
collaboration  de  l'entreprise  durant  l'enquête  et  des  nouveaux  éléments  dégagés  dans  le  
cadre  de  la  procédure.  Enfin,  le  processus  conduisant  à  une  décision  finale  des  autorités  
est  également  similaire.

II.  Le   programme   de   clémence   français,   entre  
harmonisation  européenne  et  singularité  nationale
A   ce   panorama   de   la   clémence   européenne   s'intègre   aussi   un   programme   de  

24

 « Programme  allemand »,  point  3.3.
   Alain   Ronzano,   « Clémence :   la   Commission   publie   un   rapport   du   REC   sur   la   convergence   des  
programmes  de  clémence »,  revue  Concurrences  n°1-­2010,  15  octobre  2009.
25

18

clémence  français.  Il  convient  désormais  de  se  pencher  sur  l'introduction  de  celui-­ci  en  
droit   français   de   la   concurrence   (A)   afin   de   comprendre   comment   celui-­ci   a   su   se  
conformer  au  programme  modèle  et  de  cerner  les  éléments  singuliers  de  son  émergence  
ainsi  que  de  sa  mise  en  œuvre  (B).

A.  L'introduction  de  la  clémence  en  droit  français  de  la  concurrence
Se  basant  sur  les  procédures  développées  dans  un  premier  temps  aux  Etats-­Unis  
puis   par   la   Commission   européenne,   le   législateur   a   introduit   en   droit   français   de   la  
concurrence  de  nouvelles  techniques  facilitant  la  recherche  de  preuves  afin  de  détecter  
les   pratiques   anticoncurrentielles.   C'est   ainsi   que   s'est   développé,   à   partir   2001,   un  
programme   de   clémence   français.   Les   grandes   lignes   du   programme   français   de  
clémence  ont  été  déterminées  par  la  loi  sur  les  nouvelles  régulations  économiques  (loi  
« NRE ») 26  de   2001.   Celle-­ci   intervient   environ   un   an   après   la   constitution   des  
programmes   britannique   et   allemand.   Le   programme   français   développe   toutefois  
immédiatement   une   spécificité   notoire   en   ce   qu'il   trouve   son   origine   dans   des  
dispositions  législatives.  Ainsi,  le  communiqué  de  procédure  du  11  avril  200627  dispose  
qu' « à  la  différence  de  nombreux  autres  pays  dans  le  monde,  où  les  programmes  de  
clémence  résultent  de  simples  lignes  directrices  ou  de  communications  des  autorités  de  
la   concurrence,   le   dispositif   français   trouve   son   origine   directement   dans   la   loi   et   le  
décret   pris   pour   son   application ».  Alors   que   la   loi   avait   fixé   le   cadre   général   de   la  
clémence  française,  à  travers  l'insertion  de  brèves  dispositions  au  livre  IV  du  Code  de  
commerce,  il  revenait  ensuite  au  Conseil  de  la  concurrence  d'en  préciser  le  contenu.  A  
l'instar  du  programme  européen  de  clémence,  le  programme  français  a  fait  à  ses  débuts  
l'objet  de  vives  critiques,  dues  en  grande  partie  à  la  tradition  juridique  nationale.  C'est  
alors  au  Conseil  de  la  concurrence  puis  à  l'Autorité  qu'est  revenue  la  lourde  tâche  de  
convaincre  la  doctrine  et  les  professionnels  de  l'utilité  de  la  clémence.  Ces  réticences  ont  
perduré,  puisque  très  récemment  encore,  une  demande  de  QPC  à  propos  du  programme  
français  de  clémence  a  été  déposée  auprès  de  la  Cour  de  cassation.28  Cependant,  cette  

26

 Loi  n°2001-­420  du  15  mai  2001  relative  aux  nouvelles  régulations  économiques,  JORF  n°113  du  16  
mai  2001  p.7776.
27
   Adlc,   communiqué   de   procédure   du   11   avril   2006   relatif   au   programme   de   clémence   français,  
www.autoritedelaconcurrence.fr.
28
  Cass.   com.,   4   mars   2015,   14-­40052.   La   QPC   portait   notamment   sur   le   fait   que   le   programme   de  
clémence  puisse  porter  atteinte  au  principe  de  légalité  des  délits  et  des  peines  consacré  à  l'article  34  de  la  
Constitution  et  à  l'objectif  d'accessibilité  et  d'intelligibilité  de  la  loi  découlant  des  articles  4,  5,  6  et  16  de  
la  Déclaration  des  droits  de  l'homme  et  du  citoyen  de  1789.

19

dernière  a  refusé  de  la  transmettre  au  Conseil  constitutionnel.  Aussi,  les  raisons  justifiant  
le   traitement   favorable   accordé   une   entreprise   bénéficiaire   de   la   clémence   sont-­elles  
précisées  dans  les  communiqués  de  procédure  successifs  publiés  par  le  Conseil  puis  par  
l'Autorité  de  la  concurrence.  Le  communiqué  de  procédure  du  2  mars  2009  dispose  en  
effet   que   « le   législateur   a   considéré   qu'il   est   de   l'intérêt   de   l'économie   française,   et  
notamment   des   consommateurs,   de   faire   bénéficier   d'un   traitement   favorable   les  
entreprises  qui  informent  l'Autorité  de  la  concurrence  de  l'existence  d'ententes  illicites  
et   qui   coopèrent   avec   elle   afin   d'y   mettre   fin » 29  .   Cette   affirmation   met   en   outre   en  
lumière   les   origines   législatives   dans   lesquelles   le   programme   de   clémence   puise   sa  
légitimité.
Si,  pendant  les  premières  années  de  son  existence,  le  succès  de  la  procédure  de  
clémence  française  apparaît  mitigé,  cela  a  changé  à  partir  de  2004.  Ce  regain  d'intérêt  
s'explique  par   l'entrée  en  vigueur  du  règlement  n°  1/2003  relatif  à  la  mise  en  œuvre  des  
règles   de   concurrence 30  .   Le   nombre   croissant   des   demandes   adressées   au   Conseil  
s'explique   également   par   le   fait   que   les   entreprises,   voulant   être   certaines   de   se   voir  
accorder  l'immunité,  ont  tendance  à  multiplier  leurs  demandes  auprès  de  la  Commission  
et   des   autorités   nationales.   De   manière   globale,   l'approche   du   Conseil   en   matière   de  
clémence  peut  être  qualifiée  de  pragmatique  et  de  constructive.  En  effet,  celui-­ci  a  fait  
preuve  d'une  réelle  capacité  d'adaptation  dans  son  mode  de  traitement  de  demandes  et  a  
en  outre  adopté  une  attitude  dynamique  et  volontaire  à  l'égard  des  entreprises31.
A   l'instar   du   programme   européen,   le   champ   d'application   du   programme  
français  de  clémence  est  par  ailleurs  relativement  large  puisque,  si  l'on  regarde  l'article  
L420-­2  du  livre  IV  du  Code  de  commerce,  celui-­ci  s'applique  aux  pratiques  prohibées  
par  l'article  L420-­1  de  ce  même  Code,  c'est  à  dire  à  toutes  les  ententes.  D'un  point  de  
vue  théorique  cela  le  distingue  des  programmes  développés  par  les  autres  autorités  qui,  
dans  leur  majorité,  limitent  le  bénéfice  de  la  clémence  aux  seules  ententes  injustifiables.  
C'est  notamment  le  cas  de  la  Commission  qui  a  précisé  que  seules  les  ententes  secrètes  
et  horizontales  entraient  dans  le  champ  d'application  de  son  programme  de  clémence32.  
En  ce  qui  concerne  l'exonération  de  sanction  celle-­ci  n'est  pas  automatique  et  demeure  
29

 Adlc,  communiqué  de  procédure  du  2  mars  2009  relatif  au  programme  de  clémence,  point  11.
Règlement  (CE)  n°1/2003  du  16  décembre  2002  relatif  à  la  mise  en  œuvre  des  règles  de  concurrence  
prévues  aux  articles  81  et  82  du  traité,  JOCE  L001  du  4  avril  2003.
31
   Christophe   Lemaire,   « Un   regard   français :   de   la   loi   NRE   au   programme   de   clémence »,   revue  
Concurrences  n°3,  2005,  p.19.
32
 Voir  en  particulier  ComCE  du  30  octobre  2002,  PO  video  games,  PO  Nintendo  Distribution,  JOUE  n°  
L  255  du  8  octobre  2003.
30

20

à   la   discrétion   de   l'Autorité.   Ces   solutions   ont   tendance   à   rapprocher   le   programme  
français   de   son   équivalent   allemand,   plaçant   celui-­ci   au   sein   de   la   catégorie   des  
programmes  de  « première  génération ».  Cependant,  l'objectif  du  programme  français  
demeure  similaire  à  celui  développé  par  la  Commission  ainsi  que  par  les  autorités  de  la  
concurrence  des  Etats  membres.  L'objectif  principal  demeure  en  effet  de  déstabiliser  les  
ententes  et  de  démanteler  les  cartels  même  si  le  programme  s'est  développé  dans  l'idée  
de  lutter  contre  les  ententes  injustifiables.  L'analyse  des  travaux  parlementaires  sur  le  
sujet  n'infirme  pas  ce  point  de  vue  comme  le  précise  l'Autorité  de  la  concurrence  dans  
son  étude  thématique  datant  de  200833.  Ainsi,  le  Conseil  de  la  concurrence  a  indiqué  
dans  son  communiqué  de  procédure34  que  « les  infractions  concernées  sont,  en  principe,  
les  ententes  ou  cartels  entre  entreprises  consistant  notamment  à  fixer  des  prix,  des  quotas  
de  production  ou  de  vente  et  à  répartir  les  marchés,  y  compris  lors  d'appels  d'offres,  ou  
tout  autre  comportement  anticoncurrentiel  similaire  entre  concurrents.  Ces  infractions  
relèvent  toutes  de  l'article  L420-­1  du  Code  de  commerce  et,  le  cas  échéant,  de  l'article  
81   du   traité ».   En   2008,   le   Conseil   de   la   concurrence   est   devenu   Autorité   de   la  
concurrence.  C'est  alors  à  cette  dernière  qu'est  revenue  la  tâche  de  mettre  en  œuvre  le  
programme  de  clémence.

B.  L'intégration  du  programme  français  dans  le  modèle  européen
Si   les   objectifs   du   programme   français   sont   demeurés   similaires   à   ceux  
poursuivis  par  la  Commission,  il  convient  de  noter  que  cette  convergence  a  été  renforcée  
suite  à  l'adoption  du  programme  modèle  en  matière  de  clémence  de  2006  élaboré  par  le  
REC35.  En  effet  le  Conseil  de  la  concurrence  a  publié,  le  17  avril  2007,  communiqué  de  
procédure   relatif   à   la   révision   du   programme   français 36  ,   dans   lequel   il   présente   les  
modifications  apportées  au  programme  tel  qu'il  existait  depuis  2006,  afin  que  celui-­ci  
soit   davantage   conforme   au   programme   modèle   en   matière   de   clémence.   Ce  
communiqué  reprend  des  règles  de  fond  comme  notamment  les  conditions  auxquelles  
est  subordonnée  l'éligibilité  à  l'exonération  totale  ou  partielle  de  sanction.  Il  revient  en  
outre   sur   les   règles   de   procédure   telles   que   l'approche   des   autorités   de   concurrence,  

33

 www.autoritedelaconcurrence.fr,  consulté  le  9  avril  2015.  Etude  thématique,  Concurrence  et  contrat.
  Cons.conc,   Communiqué   de   procédure   relatif   au   programme   de   clémence   français,   11   avril   2006,  
www.autoritedelaconcurrence.fr,  consulté  le  9  avril  2015.
35
   Programme   modèle   du   REC   en   matière   de   clémence,   29   septembre   2006,   disponible   sur  
www.ec.europa.ue.
36
   Communiqué   de   procédure   relatif   à   la   révision   du   programme   français,   29   janvier   2007,  
www.autoritedelaconcurence.fr.
34

21

l'instruction   des   demandes   de   clémence,   l'avis   de   clémence   ou   encore   les   demandes  
sommaires.  Avec  son  adoption,  la  France  se  place  comme  le  premier  pays  de  l'Union  à  
adapter  son  programme  de  clémence  au  programme  modèle  établi  par  le  REC.
Ainsi,  il  apparaît  que  le  programme  français  de  clémence  évolue  au  sein  d'un  
environnement   général   européen   qui   le   détermine   et   l'influence.   La   clémence   n'est  
pourtant  pas  le  seul  outil  dont  disposent  la  Commission  et  les  autorités  nationales  de  la  
concurrence   dans   leur   lutte   commune   contre   les   cartels.   En   effet,   il   existe   en   droit  
français   de   la   concurrence   d'autres   procédures   négociées   qu'il   convient   de   mettre   en  
parallèle  avec  la  procédure  de  clémence  afin  de  mieux  cerner  les  enjeux  de  celle-­ci.

Section   2.   Le   programme   de   clémence   parmi   les  
autres  procédures  négociées  de  droit  français  de  la  
concurrence
Le   programme   de   clémence   français   s'inscrit   parmi   plusieurs   procédures  
négociées,  crées  par  le  législateur  français  et  mises  en  œuvre  par  le  Conseil  puis  par  
l'Autorité  de  la  concurrence.  On  peut  ainsi  répertorier,  outre  la  procédure  de  clémence,  
la  procédure  de  non  contestation  des  griefs  et  les  engagements  en  matière  de  clémence.  
Ces   procédures   permettent,   tout   comme   la   clémence,   un   allègement   des   sanctions  
infligées  à  l'entreprise  participé  à  une  entente  ou  commis  un  abus  de  position  dominante.  
L'exonération  totale  de  sanctions  n'est  cependant  pas  envisagée  comme  c'est  le  cas  dans  
le  cadre  de  la  clémence,  du  fait  que  ces  programmes  ne  supposent  pas  que  les  entreprises  
fournissent   à   l'Autorité   de   la   Concurrence   des   informations   déterminantes     pour   son  
enquête,  mais  seulement  des  informations  utiles  qu'elles  adaptent  leurs  comportements  
dans  l'objectif  de  réaliser  des  gains  de  temps  et  de  moyens  financiers  d'un  point  de  vue  
procédural.  Après   avoir   étudié   la   procédure   de   non   contestation   des   griefs   (I)   et   les  
engagements   en   matière   de   clémence   (II),   nous   nous   intéresserons   à   la   possible  
articulation  entre  la  procédure  de  clémence  et  la  procédure  de  non  contestation  des  griefs  
(III).

I.

La  procédure  de  non  contestation  des  griefs
Cette  procédure,  de  même  que  la  clémence,  a  été  introduite  dans  le  cadre  de  la  
22

loi   du   15   mai   2001   relative   aux   nouvelles   régulations   économiques   (NRE) 37  .   Elle  
apparaît   depuis   lors   codifiée   dans   le   Code   de   Commerce   à   l'article   464-­2   III.  
Contrairement   à   la   clémence,   elle   ne   vise   pas   à   détecter   des   pratiques  
anticoncurrentielles   mais   plutôt   à   adapter   le   régime   de   sanction   en   fonction   de   la  
coopération  des  entreprises.  Il  apparaît  que  certaines  conditions  préalables  existent  afin  
que  l'Autorité  autorise  une  entreprise  à  ne  pas  contester  les  griefs  (A).  Cette  procédure,  
par   ailleurs,   apparaît   évoluer   afin   de   s'adapter   aux   nouveaux   enjeux   du   droit   de   la  
concurrence,  à  l'instar  du  programme  de  clémence  (B).

A.   Les   conditions   et   éléments   de   procédure   liés   à   la   non   contestation   des  
griefs
Le  principe  de  cette  procédure  est  d'accorder  une  réduction  de  sanction  à  une  
entreprise  qui  accepterait,  de  son  plein  gré,  de  ne  pas  contester  les  griefs  qui  lui  sont  
notifiés  par  l'Autorité  de  la  Concurrence.  Le  bénéfice  attendu  est  à  considérer  en  termes  
de  gains  procéduraux.  En  effet,  le  principe  de  celle-­ci  est  celui  d'une   « transaction »,  
comme   le   précise   l'Autorité   dans   son   communiqué   de   procédure   relatif   à   la   non  
contestation  des  griefs  du  10  février  2012 38.  Cela  permet  un  traitement  plus  rapide  des  
dossiers,  ce  qui  représente  un  bénéfice  aussi  bien  pour  les  entreprises  que  pour  l'Autorité.  
Les   premières   voient   ainsi   leur   sanction   diminuée   et   la   seconde   réalise   des   gains  
financiers  liés  à  la  procédure,  dégagent  ainsi  des  moyens  qui  pourront  être  consacrés  à  
la  répression  d'autres  ententes.
Il  est  toutefois  important  de  noter  que  la  mise  en  œuvre  de  la  procédure  de  non  
contestation  des  griefs  n'est  pas  automatique.  Elle  est  en  effet  laissée  à  l'appréciation  du  
rapporteur  général  à  qui  il  revient  de  juger  si  celle-­ci  est  opportune  au  cas  par  cas.  Les  
gains  procéduraux  doivent  ainsi  être  suffisants  pour  l'Autorité  de  la  Concurrence  pour  
que   celle-­ci   accepte   d'accorder   à   une   entreprise   ayant   démontré   un   comportement  
anticoncurrentiel  le  bénéfice  découlant  la  non  contestation  par  cette  dernière  des  griefs  
qui  lui  sont  notifiés.  Cette  procédure  a  été  utilisée  pour  la  première  fois  par  l'Autorité  
dans  le  cadre  d'une  affaire  relative  à  des  pratiques  constatées  lors  d'un  appel  d'offres  
lancé  par  le  port  autonome  de  Marseille  datant  du  20  février  200339.  Dans  cette  affaire,  
37

 Loi  n°2001-­420  du  15  mai  2001  relative  aux  nouvelles  régulations  économiques,  JORF  n°113  du  16  
mai  2001  p.7776.
38
   Adlc,   Communiqué   de   procédure   du   14   novembre   2011relatif   à   la   non-­contestation   des   griefs,  
www.autoritedelaconcurrence.fr,  consulté  le  30  avril  2015.
39
 Conc.conc.,  Déc.  n°03-­D-­10  du  26  mars  2003,  relative  à  des  pratiques  constatées  lors  d'un  appel  d'offres  
lancé  par  le  Port  autonome  de  Marseille.

23

les  sociétés  Guignes  et  SNEF  ont  bénéficié  de  la  procédure  de  non  contestation  des  griefs  
prévue  à  l'article  L.464-­2  III  du  Code  de  Commerce  en  contrepartie  d'un  certain  nombre  
d'engagements  concernant  leur  comportement  pour  l'avenir.
D'un  point  de  vue  procédural,  l'entreprise  qui  souhaite  renoncer  à  contester  les  
griefs   se   voit   accorder   un   certain   nombre   de   garanties.   L'entier   respect   des   droits  
procéduraux  de  l'entreprise  est  ainsi  garanti,  de  même  que  le  respect  du  contradictoire  
tout  au  long  de  la  procédure  conformément  aux  articles  L.463-­1  et  suivants  du  Code  de  
Commerce.  Ces  garanties  concernent  également  l'accès  au  dossier  par  les  entreprises.  
Enfin,  la  neutralité  de  l'Autorité  de  la  Concurrence  est  garantie  par  la  séparation  entre  
les  activités  d'enquête  et  d'instruction  conduites  par  le  rapporteur  général  d'une  part,  et  
les  activités  de  décision  par  le  collège  d'autre  part.

B.   Les   évolutions   et   adaptations   de   la   procédure   de   non-­contestation   des  
griefs
La   procédure   de   non   contestation   des   griefs   a   été   modifiée   par   l'article   2   de  
l'ordonnance    du  13  novembre  2008  relative  à  la  modernisation  de  la  régulation  de  la  
concurrence40.  La  principale  modification  apportée  par  cette  ordonnance  tient  à  ce  que  
la   présentation   d'engagements   pour   l'avenir   de   la   part   des   entreprises,   en   plus   du  
renoncement  à  contester  les  griefs,  est  rendue  facultative  et  non  plus  obligatoire.  Les  
procédures  de  non  contestation  des  griefs  et  d'engagements  en  matière  de  concurrence  
peuvent  alors  être  couplées  de  manière  à  réduire  encore  davantage  la  sanction  infligée  à  
l'entreprise  condamnée.
En   février   2012,   l'Autorité   de   la   Concurrence   a   adopté   un   communiqué   de  
procédure   relatif   à   la   non   contestation   des   griefs 41  .   Celui-­ci   fait   suite   au   projet   de  
communiqué   de   procédure   relatif   à   la   non   contestation   des   griefs 42  ,   soumis   à  
consultation   publique   par   l'Autorité   afin   de   recueillir   les   observations   des   acteurs  
juridiques   et   économiques   concernés.   L'objectif   principal   de   ce   communiqué   est  
d'accroitre  la  prévisibilité  de  la  détermination  des  sanctions  pécuniaires  qui  pourront  être  
prononcées  dans  le  cadre  de  la  procédure  de  non  contestation  des  griefs.  Les  entreprises,  
ainsi   informées,   auront   davantage   tendance   à   adapter   leurs   comportements.   Ce  

40

   Ordonnance   n°2008-­1161   du   13   novembre   2008   portant   modernisation   de   la   régulation   de   la  
concurrence,  §2,  JORF  n°0265  du  14  novembre  2008,  p.17391.
41
 Communiqué  de  procédure  du  10  février  2012  relatif  à  la  non  contestation  des  griefs.
42
 Adlc,  projet  de  communiqué  de  procédure  relatif  à  la  non  contestation  des  griefs  de  novembre  2011.

24

communiqué  de  procédure  a,  en  outre,  valeur  de  ligne  directrice43.  Non  contraignant,  il  
fixe  les  lignes  directrices  de  la  pratique  de  l'Autorité  de  la  Concurrence  pour  l'avenir.  
Contrairement  à  ce  qui  avait  été  proposé  par  le  groupe  de  travail  de  l'AFEC,  le  bénéfice  
de  la  non  contestation  des  griefs  ne  peut  être  accordé  qu'à  une  entreprise  qui  renonce  à  
contester  la  totalité  des  griefs  qui  lui  sont  imputés,  et  non  pas  seulement  certains  d'entre  
eux.   Ce   communique   réaffirme   par   ailleurs,   suite   à   la   modification   apportée   par  
l'ordonnance   de   2008   relative   à   la   modernisation   de  la   concurrence,   que  la   prise  par  
l'entreprise   d'engagements   pour   l'avenir   n'est   que   facultative.   Enfin,   l'Autorité   de   la  
Concurrence   fournit   des   indications   concernant   le   montant   des   sanctions   pécuniaires  
encourues   par   les   entreprises.   L'exonération   découlant   de   la   procédure   de   non  
contestation  des  griefs  se  situe  entre  20  et  25%  du  montant  de  l'amende  initialement  
calculée.  Ces  montants  sont  voulus  inférieurs  à  ceux  pouvant  être  accordés  dans  le  cadre  
de  la  clémence  dans  la  mesure  où  la  non  contestation  des  griefs  revêt  pour  l'Autorité  une  
utilité  moindre.  En  effet,  celle-­ci  n'a  pas  vocation  à  détecter  et  à  prévenir  la  formation  
de  nouveaux  cartels.

II. Les  engagements  en  matière  de  concurrence
Outre  la  clémence  et  la  non  contestation  des  griefs,  l'Autorité  de  la  concurrence  
a  également  mis  en  place  la  possibilité  pour  les  entreprises  de  prendre  des  engagements  
en  matière  de  concurrence.   La  procédure  a  été  introduite  par  l'article  5  du  règlement  
n°1/200344  relatif  la  mise  en  œuvre  des  règles  de  la  concurrence  prévues  aux  articles  81  
et   82   du   traité   CE 45  .   Celui-­ci   prévoit   que   les   autorités   des   Etats   membres   sont  
compétentes   pour   « accepter   des   engagements ».   Cette   procédure,   facultative   depuis  
l'ordonnance   de   200846,   peut   être  couplée  avec   la   procédure   de   non   contestation   des  
griefs.
La  pratique  décisionnelle  de  l'Autorité  a  utilisé  la  procédure  d'engagements  pour  

43

 CE,  4ème/5ème  SSR,  19  septembre  2014,  364385,  publié  au  recueil  Lebon.  Le  Conseil  d’État  emploie  
pour   la   première   fois   le   vocable   de   «   lignes   directrices   »   pour   désigner   une   directive   de  type   «   Crédit  
foncier  de  France  ».  En  l’espèce,  il  juge  que  les  instructions  relatives  aux  bourses  bénéficiant  aux  enfants  
scolarisés   à   l’étranger,   prises   par   l’Agence   pour   l’enseignement   français   à   l’étranger   en   application   de  
l’article  3  du  décret  n°  91-­833du  30  août  1991,  constituent  de  simples  lignes  directrices  et  non  un  acte  
réglementaire.  Voir  Conseil  d'Etat,  Section,  Crédit  foncier  de  France,  11  décembre  1970,  78880,  publié  
au  recueil  Lebon.
44
 Règlement  (CE)  n°1/2003  du  16  décembre  2002  relatif  à  la  mise  en  œuvre  des  règles  de  concurrence  
prévues  aux  articles  81  et  82  du  traité,  JOCE  L001  du  4  avril  2003.
45
 Devenus  articles  101  et  102  TFUE.
46
   Ordonnance   n°2008-­1161   du   13   novembre   2008   portant   modernisation   de   la   régulation   de   la  
concurrence,  JORF  n°0265  du  14  novembre  2008,  p.17391.

25

la  première  fois  en  2005  dans  le  cadre  d'une  affaire  Europqn  contre  société  20  Minutes  
France   et   Société   Publication   Métro   France 47  .   Europqn   avait   alors   pris   plusieurs  
engagements,  dont  notamment  celui  d'intégrer  les  quotidiens  20  minutes  et  les  titres  du  
réseau  Ville  Plus  à  une  étude  qu'elle  coproduit  depuis  1993  avec  d'autres  partenaires.  
Europqn  s'était  aussi  engagée  à  publier  les  résultats  de  cette  enquête  annuelle  sous  forme  
d'une  bande  unique  intégrant  tous  les  quotidiens,  y  compris  les  quotidiens  gratuits.  Cette  
affaire   permet   de   se   rendre   compte   du   type   d'engagements   pouvant   être   pris   par   les  
entreprises  afin  de  bénéficier  de  la  procédure.
Le  communiqué  de  procédure  relatif  aux  engagements  en  matière  de  concurrence,  
datant  de  mars  200948,  synthétise  la  pratique  décisionnelle  du  Conseil  puis  de  l'Autorité  
de   la   Concurrence.   Ce   document   fournit   des   indications   concernant   les   objectifs,   le  
champ  d'application,  les  étapes  ainsi  que  les  décisions  relatives  à  la  procédure.  Ainsi,  la  
procédure  d'engagements  en  matière  de  concurrence  intervient  au  terme  d'une  procédure  
plus  rapide  et  plus  flexible  que  la  procédure  de  non  contestation  des  griefs.  Au  terme  de  
cette   procédure,   c'est   bien   de   son   plein   gré   que   l'entreprise   s'engage   à   modifier   son  
comportement   sur   l'avenir   afin   de   le   rendre   compatible   avec   les   règles   de  
fonctionnement  d'un  marché  concurrentiel.  Une  telle  pratique,  de  par  sa  simplicité  et  sa  
rapidité,   constitue   une   économie   certaine   de   moyens   financiers   pour   l'Autorité.   Elle  
s'applique,   en   outre,   dans   le   cadre   d'ententes   de   faibles   ampleur   auxquelles   il   peut  
rapidement   être   mis   fin   dans   le   cadre   d'engagements.   La   pratique   décisionnelle   de  
l'Autorité  montre  en  effet  que  les  entreprises  concernées  par  cette  procédure  se  voient  
en   général   reprocher   des   pratiques   unilatérales   ou   verticales   dont   l'effet   serait   de  
restreindre  l'accès  au  marché.  Les  moyens  financiers  ainsi  épargnés  pourront  dès  lors  
être   mobilisés   par   l'Autorité   dans   le   cadre   d'ententes   de   plus   grande   ampleur   et  
nécessitant   des   procédures   plus   complexes   –   comme   par   exemple   une   demande   de  
clémence.

III.
La  question  de  l'articulation  entre  les  procédures  
de  clémence  et  de  non  contestation  des  griefs
La   possibilité   a   récemment   été   évoquée   d'articuler   voire   de   coupler   les  

47

 Adlc,  dec  n°05-­D-­12  du  17  mars  2005,  EUROPQN.
 Adlc,  Communiqué  de  procédure  du  2  mars  2009  relatif  aux  engagements  en  matière  de  concurrence,  
www.autoritedelaconcurrence.fr.
48

26

procédures   de   clémence  et   de   non   contestation   des   griefs   afin   de   parfaire   l'efficacité  
globale  de  l'action  de  l'Autorité  de  la   concurrence.  Il  convient  ici  de  rappeler  que  ces  
deux   procédures   correspondent   à   des   objectifs   différents.   La   clémence   vise   ainsi   à  
détecter  les  ententes  anticoncurrentielles,  tandis  que  la  non  contestation  des  griefs  n'a  
pas  cette  vocation  et  vise  la  condamnation.  Dès  lors,  les  différents  objectifs  entre  ces  
deux  procédures  seraient-­ils  susceptibles  de  favoriser  une  articulation,  voire  un  cumul  
de   celles-­ci,   ou   bien   au   contraire   de   l'exclure ?   Si   une   telle   possibilité   a   d'abord   été  
fermement  refusée  par  l'Autorité  (A),  il  est  toutefois  possible  d'observer  par  la  suite  un    
changement   total   de   sa   position   amorçant   la   consécration   de   celle-­ci   au   sein   de   la  
pratique  de  l'institution  (B).

A.  L'opposition  initiale  de  l'Autorité  au  cumul  des  procédures  de  clémence  
et  de  non  contestation  des  griefs
Il  apparaît  tout  d'abord  des  dispositions  du  Code  de  Commerce  que  celles-­ci  ne  
précisent   pas   comment   les   procédures   doivent   s'articuler   entre   elles.   Pourtant,   la  
question  peut  bien  être  posée  au  regard  des  affaires  traitées  par  l'Autorité.  Il  s'agit  par  
exemple  du  cas  d'une  entreprise  qui  se  serait  vue  accorder  le  bénéfice  de  la  clémence  au  
second  rang.  Cette  entreprise  bénéficierait  alors  d'une  exonération  partielle  de  sanction  
au   titre   de   la   clémence.  Toutefois,   dans   l'hypothèse   où   les   informations   fournies   par  
l'entreprise  dans  le  cadre  de  la  demande  de  clémence  ne  coïncideraient  que  pour  partie  
avec  celles  détenues  par  l'Autorité,  celle-­ci  verrait  la  réduction  de  sanction  à  laquelle  
elle  pouvait  prétendre  diminuer.  Cette  entreprise  peut-­elle  alors  demander  à  bénéficier  
de  la  non  contestation  des  griefs  concernant  ses  propres  déclarations  dans  le  cadre  de  la  
demande   de   clémence ?   Autrement   dit,   l'entreprise   pourrait-­elle   bénéficier   d'une  
exonération  de  sanction  supplémentaire  au  titre  de  la  non  contestation  des  griefs  si  elle  
renonce   à   contester   les   griefs   formulés   à   son   encontre   relatifs   à   l'inexactitude   des  
déclarations  fournies  lors  de  la  demande  de  clémence ?
L'Autorité  se  prononce  tout  d'abord  sur  la  possibilité  de  cumul  des  procédures  
dans   son   projet   de   communiqué   relatif   à   la   non   contestation   des   griefs   datant   du   14  
octobre  2011.  Il  apparaît  dans  ce  texte  que  la  possibilité  pour  une  même  entreprise  de  
cumuler  le  bénéfice  de  la  clémence  et  de  la  non  contestation  des  griefs  dans  une  même  
affaire  est  exclue.  Celui-­ci  dispose  en  effet  que « L'autorité  estime  que,  compte  tenu  des  
objectifs  auxquels  elles  répondent,  des  conditions  auxquelles  elles  sont  subordonnées  et  
de   leurs   modalités   procédurales,   la   mise   en   œuvre   cumulative   des   procédures   de  
27

clémence  et  de  non  contestation  des  griefs,  au  bénéfice  d'un  même  organisme  ou  d'une  
même   entreprise,   n'est   pas   justifiée »49  .   Cette   déclaration   aurait   pu   sembler   ferme   et  
définitive.
B.   Le   changement   de   la   position   de   l'Autorité,   vers   une   acceptation   du  
cumul  des  procédures
C'est  pourtant  une  solution  opposée  que  l'Autorité  retient,  à  peine  un  mois  plus  
tard,    dans  le  cadre  de  l'affaire  dite  du  « cartel  des  lessives »  du  8  décembre  201150.  Dans  
cette   affaire   en   effet,   bien   que   l'Autorité   n'accorde   pas   le   bénéfice   cumulé   des   deux  
procédures,  elle  accepte  toutefois  de  l'envisager.
Il  convient  dans  un  premier  temps  de  revenir  sur  cette  affaire  qui  est  à  ce  jour  la  
plus   importante   que   l'Autorité   ait   eu   à   traiter.   Quatre   fabricants   de   lessive   actifs   –  
Unilever,   Procter   &   Gamble,   Henkel   et   Colgate   Palmolive   –   ont   été   sanctionnés  par  
l'Autorité   à   hauteur   de   367   millions   d'euros   au   total.   Il   leur   est   reproché   d'avoir  
coordonné  leurs  stratégies  commerciales  en  décidant  en  commun  des  prix  de  vente  et  
des  promotions  qu'elles  entendaient  pratiquer  auprès  de  la  grande  distribution  en  France.  
Ce  cartel  est  demeuré  en  vigueur  entre  1997  et  2004  et  a  concerné  toutes  les  grandes  
marques  de  lessive  commercialisées  en  France.  Les  prix  payés  par  les  consommateurs  
ont  ainsi  été,  durant  ces  six  années,  plus  élevés  que  ceux  qui  auraient  été  pratiqués  dans  
le   cadre   d'un   marché   concurrentiel.   Dans   le   même   temps,   les   quatre   producteurs  
mentionnés  se  rencontraient  secrètement,  plusieurs  fois  par  an,  afin  de  coordonner  leurs  
actions.  Plusieurs  éléments  sont  ainsi  particulièrement  notables  dans  le  cadre  de  cette  
affaire.  Tout  d'abord,  il  s'agit  de  la  première  affaire  concernant  un  bien  relevant  de  la  
consommation  courante  du  grand  public.  Ensuite,  il  apparaît  que  chacune  des  parties  au  
cartel  a  décidé  de  coopérer  avec  l'Autorité.
En  2008,  l'entreprise  Unilever  se  rapproche  de  l'Autorité  pour  dénoncer  le  cartel  
des  lessives.  Les  trois  autres  fabricants  suivent  la  même  démarche  en  déposant,  au  cours  
de  l'année  suivante,  des  demandes  de  clémence  à  leur  tour.  Unilever  bénéficie  ainsi  d'une  
immunité  totale  de  sanction  découlant  de  son  titre  de  demandeur  de  premier  rang.  Les  
autres  fabricants  se  voient  accorder  des  exonérations  partielles  variant  en  fonction  de  
leur   rang   en   tant   que   demandeur.   La   question   du   possible   cumul   des   procédures   de  
clémence   et   de   non   contestation   des   griefs   se   pose   relativement   à   la   situation   de  

49

   Adlc,   Communiqué   de   procédure   relatif   à   la   non   contestation   des   griefs   du   14   octobre   2011,  
www.autoritedelaconcurrence.fr.
50
 Adlc,  dec.  n°11-­D-­17  du  8  avril  2011  relative  à  des  pratiques  mises  en  œuvre  dans  le  secteur  des  lessives,  
www.autoritedelaconcurrence.fr.

28

l'entreprise  Colgate  Palmolive.  Celle-­ci,  au  titre  de  demandeur  de  quatrième  rang,  s'est  
vue  accorder  une  exonération  partielle  de  sanction  à  hauteur  de  15%.  Afin  de  bénéficier  
d'une  exonération  de  sanction  supplémentaire,  Colgate  Palmolive  demande  à  bénéficier,  
outre  la  clémence,  de  la  procédure  de  non  contestation  des  griefs.  Il  est  intéressant  ici  de  
constater   que,   si   l'Autorité   refuse   le   bénéfice   cumulé   de   la   clémence   et   de   la   non  
contestation   des   griefs   à   Colgate   Palmolive,   elle   reconnaît   cependant   la   possible  
coexistence  de  ces  deux  procédures  permettant  à  un  demandeur  de  clémence  de  ne  pas  
contester  les   griefs,   conformément  à   la   procédure   de   l'article   L464-­2   III   du   Code   de  
commerce51.   Celui   dispose   que :   « La   coexistence   de   ces   dispositions   n'exclut   pas  la  
possibilité,  pour  le  rapporteur  général,  de  proposer  à  l'Autorité  de  tenir  compte  du  fait  
qu'une  entreprise  ou  un  organisme  ayant  présenté  une  demande  de  clémence  renonce  
ultérieurement   à   contester   les   griefs   qui   lui   auraient   été   notifiés   dans   l'intervalle »52  .  
Plusieurs  conditions  doivent  cependant  être  respectées  pour  que  soit  mis  en  œuvre  un  
tel  cumul.  Tout  d'abord,  l'Autorité  précise  la  réduction  de  sanction  accordée  dans  le  cadre  
de  la  non  contestation  des  griefs  doit  être  inférieure  à  celle  obtenue  par  le  biais  de  la  
procédure  de  clémence.  Cela  découle  de  ce  que,  comme  le  rappelle  l'Autorité,  dans  le  
cadre  de  la  procédure  de  clémence  l'entreprise  va  « reconnaître  les  faits  constitutifs  d'une  
entente  d'une  part,  et  sa  responsabilité  dans  cette  entente,  d'autre  part ».  Dans  le  cadre  
de  la  procédure  de  non  contestation  des  griefs,  en  revanche,  l'intéressé  « se  borne  à  ne  
pas  contester  les  griefs ».   La  seconde  condition  tient  en  ce  qu'il  revient  au  rapporteur  
général,   au   vu   des   caractéristiques   du   dossier,   le   cumul   des   deux   procédures   semble  
opportun.  Il  s'agit  ainsi  d'évaluer  si,  dans  un  dossier  donné,  des  gains  procéduraux  ainsi  
qu'une  valeur  ajoutée  sont  susceptibles  d'être  attendus.
Cette  situation  ne  s'applique  pas  au  cas  d'espèce  en  ce  qui  concerne  l'entreprise  Colgate  
Palmolive.  C'est  bien  pour  cette  raison,  et  non  pas  par  refus  catégorique  de  la  possibilité  
de  cumuler  le  bénéfice  des  deux  procédures,  que  l'Autorité  n'accepte  pas  la  demande  
formulée  par  l'entreprise.
L' « affaire   des   lessives »   a   ainsi   modifié   la   pratique   de   l'Autorité   de   la  
51

 Aux  termes  duquel :  « Lorsqu'un  organisme  ou  une  entreprise  ne  conteste  pas  la  réalité  des  griefs  qui  
lui  sont  notifiés,  le  rapporteur  général  peut  proposer  à  l'Autorité  de  la  concurrence,  qui  entend  les  parties  
et  le  commissaire  du  Gouvernement  sans  établissement  préalable  d'un  rapport,  de  prononcer  la  sanction  
pécuniaire  prévue  au  I  en  tenant  compte  de  l'absence  de  contestation.  Dans  ce  cas,  le  montant  maximum  
de   la   sanction   encourue   est   réduit   de   moitié.   Lorsque   l'entreprise   ou   l'organisme   s'engage   en   outre   à  
modifier   son   comportement   pour   l'avenir,   le   rapporteur   général   peur   proposer   à   l'Autorité   de   la  
concurrence  d'en  tenir  compte  également  dans  la  fixation  du  montant  de  la  sanction ».
52
 Adlc,  dec.  n°11-­D-­17  du  8  décembre  2011  relative  à  des  pratiques  mises  en  œuvre  dans  le  secteur  des  
lessives,  §258.

29

concurrence  et  cela  se  retrouve,  très  peu  de  temps  après,  dans  les  textes.  C'est  ainsi  que  
le   Communiqué   de   procédure   sur   la   non   contestation   des   griefs   du   10   février   2012,  
donnant  une  version  définitive  au  projet  de  communiqué  du  14  octobre  2011,  envisage  
la  possibilité  de  cumuler  les  deux  procédures  en  s'inspirant  de  la  solution  retenue  dans  
l' « affaire   des   lessives ».   Au   point   6,   l'Autorité   précise   que   les   deux   procédures  
répondent  à  des  objectifs  distincts,  ce  qui  justifie  leur  cumul.  Elle  rappelle,  en  outre,  
deux  conditions  se  rattachant  à  celle  formulées  dans  l' « affaire  des  lessives ».  Il  s'agit  
tout  d'abord  que  les  griefs  notifiés  soient  suffisamment  différents  que  ceux  retenus  pour  
la   clémence,   et   ensuite   que   les   gains   procéduraux   attendus   du   cumul   puissent   être  
considérés  comme  étant  suffisamment  importants.
La  solution  apportée  dans  l' « affaire  des  lessives »  a  été  reprise  dans  le  cadre  
d'une  décision  plus  récente.  Il  s'agit  de  l'affaire  du  28  mai  2013  relative  au  secteur  de  
commercialisation  de  commodités  chimiques53  et  de  l'affaire  du  12  mars  2015  relative  
au  secteur  des  produits  laitiers54.  La  première  affaire  consistait  en  une  entente  entre  les  
quatre  principaux  distributeurs  de  produits  chimiques  en  France  –  Brenntag,  Caldic  Est,  
Univar  et  Solvadis.  L'ampleur  de  l'entente  est  immédiatement  sous-­entendue  par  le  fait  
que   ces   quatre   entreprises   réunies   réalisent   80%   des   ventes   au   niveau   national.  
L'Autorité  de  la  Concurrence  caractérise  en  outre  une  infraction  unique  complexe  en  
continue  sur  l'ensemble  du  territoire  concerné.  La  sanction  s'élève  au  total  à  79  millions  
d'euros  pour  les  entreprises  membres  du  cartel.  Cette  affaire  a  été  révélée  dans  le  cadre  
de  la  demande  de  clémence  réalisée  par  Solvadis.  Les  entreprises  Brenntag  et  Univar  
ont   ensuite   déposé   successivement   elles   aussi   des   demandes   de   clémence   auprès   de  
l'Autorité.  Dans  cette  affaire,  de  nouveau,  l'Autorité  s'interroge  sur  le  possible  cumul  
entre  la  clémence  et  la  non  contestation  des  griefs  au  sujet  de  l'entreprise  Univar,  qui  a  
soulevé  les  deux  procédures  dans  sa  demande.  Univar,  qui  avait  contesté  le  caractère  
unique,  complexe  et  continu  de  l'infraction  en  cause  pourtant  notifié  par  l'Autorité,  avait  
bénéficié  d'une  réduction  de  sanction  à  hauteur  de  20%.  Celle-­ci  n'avait  pas  été  plus  
élevée  dans  la  mesure  où  l'entreprise  avait  par  là  dérogé  au  devoir  de  coopération  qui  lui  
incombait.  En  l'espèce  l'Autorité  a  accepté  que  Univar  renonce  à  contester  les  griefs  qui  
lui  avaient  été  notifiés  dans  le  cadre  de  la  procédure,  dans  la  mesure  où  l'ajout  cumulatif  

53

 Adlc,   dec.   n°13-­D-­12   du   28   mai   2013   relative   à   des   pratiques   mises   en   œuvre   dans   le   secteur   de   la  
commercialisation  de  commodités  chimiques.
54
 Adlc,   dec.   n°15-­D-­03   du   11   mars   2015   relative   à   des   pratiques   mises   en   œuvre   dans   le   secteur   des  
produits  laitiers  frais.

30

de  la  procédure  de  non  contestation  des  griefs  à  la  clémence  permettait  de  réaliser  des  
gains  procéduraux  importants.  Univar  s'est  ainsi  vue  accorder  une  réduction  de  sanction  
de   15%   supplémentaires   au   titre   de   la   non   contestation   des   griefs   assortie   de  
l'engagement  de  mettre  en  place  un  programme  de  conformité.  Il  est  intéressant  de  noter  
que  l'on  retrouve  bien  ici  la  volonté  déjà  énoncée  par  l'Autorité  de  la  Concurrence 55  de  
ne  pas  rémunérer  à  la  même  hauteur  la  demande  de  clémence  et  celle  de  non  contestation  
des  griefs.
Il  ressort  de  ces  deux  affaires  ainsi  que  des  textes  publiés  par  l'Autorité  que  la  
possibilité   de   cumul   tend   à   être   véritablement   intégrée   à   la   pratique   en   matière   de  
détection  des  cartels.  Le  cumul  semble  alors  parfaire  l'efficacité  des  deux  procédures  et  
permettant  à  l'Autorité  de  réaliser  des  gains  en  matière  procédurale  et  aux  entreprises  de  
se   voir   accorder   une   réduction   de   sanction   supplémentaire.   Ces   dernières   pourraient  
alors  être  encouragées  à  soulever  simultanément  les  deux  procédures  simplifiant  ainsi  la  
lutte  contre  les  cartels  en  ententes  anticoncurrentielles.
Ainsi,  il  apparaît  que  le  programme  de  clémence  français  doit  être  étudié  à  la  
lumière  de  l'environnement  qui  est  le  sien,  c'est-­à-­dire  au  sein  des  autres  programmes  
européens  et  parmi  les  autres  procédures  négociées  de  droit  français  de  la  concurrence.  
Il  convient  désormais  de  comprendre  plus  précisément  en  quoi  consiste  ce  programme.

CHAPITRE   2.   La   mise   en   œuvre   de   la  
clémence   à   travers   les   textes   et   la  
jurisprudence :  la  procédure  française  avant  
la  réforme  d'avril  2015
Il  est  désormais  possible  d'examiner  le  programme  de  clémence  et  de  tenter  de  
cerner  ses  enjeux  à  la  lumière  des  quatorze  années  de  recul  dont  nous  disposons.  Ce  
recul  est  certes  peu  important,  mais  il  permet  cependant  de  discerner  certains  éléments,  
annonciateurs  des  succès  et  des  imperfections  du  programme.  Depuis  sa  mise,  près  de  
cinquante  demandes  de  clémence  de  la  part  d'entreprises  françaises  et  étrangères  ont  été  
55

   Adlc,   Communiqué   de   procédure   du   10   février   2012   relatif   à   la   non   contestation   des   griefs,  
www.autoritedelaconcurrence.fr.

31

formulées  dont  75%  ont  reçu  un  avis  favorable  de  la  part  de  l'Autorité.  Il  apparaît  que  
l'étude  du  programme  français  de  clémence  depuis  2001  permet  d'établir  le  constat  d'une  
évolution   permanente,     que   celle-­ci   passe   par   la   modification   des   textes   ou   par   la  
pratique  jurisprudentielle.  L'objectif  de  ce  chapitre  est  a insi  de  dresser  un  bilan  des  textes  
qui   ont   jalonné   l'évolution   de   la   clémence   française   d'une   part   (section   1),   et   de   les  
confronter  à  la  pratique  décisionnelle  de  l'Autorité  d'autre  part  (section  2).

Section   1.   Les   éléments   de   procédure   et   les   textes  
définissant  le  programme  de  clémence  français
Afin  de  mieux  cerner  la  nature  et  les  enjeux  du  programme  français  de  clémence,  
il   convient   tout   d'abord   de   se   pencher   sur   les   éléments   de   procédure   et   de   fond   qui  
caractérisent  celui-­ci,  c'est  à  dire  la  manière  dont  il  est  possible  d'effectuer  une  demande  
de   clémence,   les   étapes   de   traitement   des   dossiers   devant   l'Autorité   ainsi   que   les  
conditions  de  la  mise  en  œuvre  de  la  clémence  (I).  L'examen  de  la  pratique  textuelle  de  
l'Autorité  permet  en  outre  de  préciser  ces  règles.  La  clémence  est  en  effet  issue  d'un  droit  
en  constant  mouvement  dont  les  communiqués  de  procédure  publiés  par  l'Autorité  en  
sont   les   témoins   (II).   Confronter   les   textes   à   la   pratique   permet   ainsi   de  comprendre  
certaines   des   innovations   découlant   de   la   réforme   d'avril   2015   qui   fera   l'objet   du  
troisième  chapitre  de  ce  mémoire.

I.

Les  éléments  de  procédure  et  les  conditions  attachés  
au  programme  de  clémence  français
Les  éléments  de  procédure  auxquels  est  soumis  l'octroi  à  une  entreprise  de  la  

clémence   par   l'Autorité   revêtent   une   importance   toute   particulière.   En   effet,   ils  
déterminent  le  choix  d'une  entreprise  de  se  rapprocher  de  l'Autorité  afin  de  dénoncer  une  
entente   anticoncurrentielle   (A).   Ces   éléments   sont   par   ailleurs   accompagnés   de  
conditions  inhérentes  au  programme.  Ainsi,  une  entreprise  doit  répondre  à  celles-­ci  afin  
de  se  voir  accorder  le  bénéfice  de  la  clémence  (B).

A.  Les  éléments  procéduraux  en  vue  de  l'octroi  de  la  clémence  par  l'Autorité
Une  entreprise  peut  adresser  directement  une  demande  de  clémence  à  l'Autorité  
de  la  concurrence,  ou  bien  passer  par  l'intermédiaire  de  son  conseil  juridique.  Dans  les  
32

deux  cas,  il  convient  de  s'adresser  au  rapporteur  général  de  l'Autorité.    Il  peut  arriver  
qu'une   entreprise   ait   également   eu  à   effectuer   une   demande   d'immunité   auprès   de   la  
Commission  pour  les  mêmes  faits.  Dans  ce  cas,  cette  même  entreprise  doit  présenter  à  
l'Autorité   une   demande   sommaire.   Pour   aider   les   entreprises   dans   leur   démarche,  
l'Autorité   a   mis   en   place   un   conseiller   clémence.   Celui-­ci   a   été   introduit   dans   la  
procédure  depuis  septembre  2011  afin  de  répondre  au  nombre  croissant  de  demandes  
effectuées  par  les  entreprises.  Il  peut  être  consulté  informellement  voire  anonymement  
comme  le  précise  l'Autorité  dans  une  brochure  informative56.  Toujours  dans  une  même  
logique  de  rendre  la  procédure  plus  favorable  aux  entreprises,  il  apparaît  en  outre  que  
l'Autorité  observe  une  stricte  politique  de  confidentialité.  En  ce  sens,  il  est  possible  pour  
celle-­ci   de   protéger   l'identité   du   demandeur   ainsi   que   de   garantir   la   protection   des  
informations  reçues57.
Après   que   l'entreprise   ou   l'organisme   se   soit   rapprochée   de   l'Autorité   afin   de  
demander  la  clémence,  l'Autorité  adopte  un  avis  conditionnel  de  clémence.  Ce  dernier  
est  établi  à  la  demande  du  rapporteur  général  et  précise  les  conditions  auxquelles  est  
subordonnée  l'exonération.  Ainsi,  les  conditions  de  l'avis  doivent  être  respectées  par  le  
demandeur  de  clémence  tout  au  long  de  la  phase  d'instruction,  sans  quoi  celui-­ci  risque  
de  voir  l'exonération  à  laquelle  il  pouvait  prétendre  diminuer.
Dans  tous  les  cas  de  figure,  l'ordre  d'arrivée  des  entreprises  lors  de  leur  demande  
de  clémence  est  extrêmement  important  dans  la  mesure  où  il  permet  de  distinguer  entre  
les  « demandeurs  de  premier  rang »  et  les  « demandeurs  de  second  rang »  ou  plus.  Cette  
distinction  est  essentielle  pour  l'Autorité  dans  son  calcul  des  exonérations  de  sanction.  
Afin   de   faciliter   la   procédure   du   point   de   vue   des   entreprises,   l'Autorité   de   la  
concurrence   a   mis   en   œuvre   un   système   de   marqueur.   Celui-­ci   a   été   adopté   avec   le  
communiqué  de  procédure  du  17  avril  2007  relatif  au  programme  de  clémence  français.  
Ce  dispositif,  déjà  mis  en  place  par  la  Commission,  permet  de  conserver  l'ordre  d’arrivée  
des   entreprises   dans   leur   demande   de   clémence   alors   même   que   celles-­ci   peuvent  
bénéficier   d'un   délai   supplémentaire   afin   de   rassembler   toutes   les   preuves   dont   elles  
disposent.  Ces  preuves  peuvent  prendre  la  forme  de  documents  ainsi  que  de  déclarations  
orales58.  Se  met  alors  en  place  une  course  à  la  clémence  qui  a  parfois  amené  certaines  
entreprises   à   contester   la   validité   des   demandes   de   clémence   des   autres   entreprises  
56

 www.autoritedelaconcurrence.fr,  consulté  le  11  avril  2015.
 Adlc,  Communiqué  de  procédure  du  11  avril  2006  relatif  au  programme  de  clémence  français,  point  33,  
www.autoritedelaconcurrence.fr.
58
 Adlc,  dec   n°06-­D-­09  du  11  avril  2006  relative   à   des  pratiques   mises  en  œuvre  dans   le  secteur  de   la  
fabrication  de  portes.
57

33

impliquées59.
Une  fois  la  demande  de  clémence  enregistrée,  un  procès-­verbal  est  établi  par  le  
rapporteur  général  afin  de  recueillir  les  déclarations  de  l'entreprise.  L'Autorité  précise  
que,   si   l'entreprise   le   souhaite,   la   demande   orale   peur   être   enregistrée   sur   support  
électronique 60  .   Les   éléments   fournis   dans   le   cadre   de   l'instruction   sont   au   choix   de  
l'entreprise,  à  qui  il  revient  de  regrouper  les  données  qu'elle  juge  utiles  dans  le  cadre  de  
sa   demande   de   clémence.   Le   rapporteur   prépare   ensuite   un   rapport   dans   lequel   il  
examine  la  conformité  de  la  situation  de  l'entreprise  avec  les  conditions  attachées  au  
programme  de  clémence  français  et  l'adresse,  trois  semaines  au  moins  avant  la  séance,  
à  l'entreprise  demanderesse  et  au  commissaire  du  Gouvernement.

B.  Les  conditions  attachées  à  la  demande  de  clémence
Le   principe   d'une   demande   de   clémence,   rappelons-­le,   est   que   les   entreprises  
ayant  contribué  à  fournir  les  preuves  de  l'existence  d'un  cartel  s'en  voient  récompensées  
par  une  exonération  de  leur  sanction.  Cette  exonération,  à  la  discrétion  de  l'Autorité,  
peut  aller  d'une  simple  réduction  de  sanction  pour  les  demandeurs  de  second  rang  et  de  
rang  ultérieur  à  une  immunité  totale  pour  le  demandeur  de  premier  rang  à  la  clémence.
Pour  bénéficier  d'une  exonération  totale  de  sanction,  une  entreprise  doit  répondre  
à   trois   conditions   cumulatives.   Tout   d'abord,   elle   doit   être   la   première   à   dénoncer  
l'existence  d'une  entente  en  fournissant  des  éléments  de  preuve  suffisants  afin  de  prouver  
celle-­ci,   c'est   à   dire   se   positionner   comme   demandeur   de   premier   rang.   En   outre   les  
autorités  ne  doivent  pas  disposer,  au  moment  de  la  demande,  d'éléments  de  preuve  de  
nature  à  démontrer  cette  infraction.  Enfin,  aucune  entreprise  impliquée  ne  doit  déjà  avoir  
reçu  d'avis  conditionnel  d'exonération  totale  de  sanction  suite  à  une  autre  demande  de  
clémence.   A   ces   conditions   s'ajoute   la   nécessité   pour   l'entreprise   demandeuse   de  
clémence  de  collaborer  avec  l'Autorité  au  cours  de  la  phase  d'investigation.  En  effet,  au  
début  de  la  procédure  les  entreprises  se  voient  accorder  une  exonération  temporaire  de  
sanction,   mais   celle-­ci   est   susceptible   d'être   diminuée   selon   le   comportement   de  
l'entreprise   au   cours   de   la   procédure 61  .   Cette   obligation   de   coopérer   avec   l'Autorité  
correspond  à  la  nécessité  pour  le  demandeur  de  clémence  de  fournir  tous  les  éléments  

59

 Adlc,   dec   n°13-­D-­12   du   28   mai   2013   relative   à   des   pratiques   mises   en   œuvre   dans   le   secteur   de   la  
commercialisation  de  commodités  chimiques.
60
 Adlc,  Communiqué  de  procédure  relatif  au  programme  de  clémence  français  du  2  mars  2009,  point  30.
61
 Adlc,   dec   n°13-­D-­12   du   28   mai   2013   relative   à   des   pratiques   mises   en   œuvre   dans   le   secteur   de   la  
commercialisation  de  commodités  chimiques.

34

de  preuve  en  sa  possession  ainsi  que  de  fournir  des  informations  réelles  e t  exactes.  Enfin  
il  est  important,  pour  prétendre  à  une  exonération  totale  de  sanction,  qu'une  entreprise  
n'ait  pas  informé  les  autres  membres  du  cartel  de  son  action  auprès  de  l'Autorité 62.
A  une  possible  exonération  totale  de  sanction  pour  le  demandeur  de  premier  rang  
s'ajoute  d'autres  exonérations,  partielles,  pour  les  entreprises  ayant  demandé  la  clémence  
au  second  rang  ou  rang  ultérieur.  Pour  bénéficier  d'une  exonération  partielle  de  sanction  
une  entreprises  doit  fournir  des  informations,  non  plus  suffisantes  cette  fois  mais  tout  de  
même  significatives,  concernant  le  cartel  à  l'Autorité.  Ces  éléments  doivent  renforcer  
les  informations  déjà  détenues  par  l'Autorité  afin  d'établir  l'infraction  présumée 63.  De  
même  que  dans  le  cadre  d'une  exonération  totale  de  sanction,  l'entreprise  est  soumise  à  
une   obligation   de   coopération   avec   l'Autorité   ainsi   qu'à   celle   de   mettre   fin  
immédiatement  à  sa  participation  au  cartel.  Enfin,  elle  ne  doit  pas  informer  les  autres  
entreprises  susceptibles  d'être  mises  en  cause  de  sa  démarche  auprès  de  l'Autorité.  Dans  
tous  les  cas,  l'exonération  de  sanction  pécuniaire  ne  saurait  dépasser  50%  du  montant  
total  de  celle-­ci.
Il   est   également   important   de   remarquer  que   la   clémence   peut   coexister   avec  
d'autres   procédures.   Ainsi,   les   bénéficiaires   de   la   clémence   peuvent   toutefois   être  
sanctionnés  civilement  ou  pénalement.  Ces  procédures  coexistant  à  la  clémence  peuvent  
également  résulter  de  l'application  du  droit  de  l'Union  en  matière  de  concurrence.  En  
effet,   le   règlement   n°1/2003   du   16   décembre   2002   dispose   que   l'ouverture   par   la  
Commission   d'une   procédure   de   clémence   dessaisit   automatiquement   les   autorités  
nationales  compétentes.
Pour  finir,  il  convient  de  noter  que  les  décisions  de  l'Autorité  de  la  concurrence  
peuvent  faire  l'objet  d'un  recours  en  annulation  ou  en  réformation.  Celui-­ci  doit  avoir  
lieu  devant  la  Cour  d'appel  de  Paris  dans  un  délai  d'un  mois  après  la  notification  de  la  
décision  aux  parties.  Ce  recours  n'est  pas  suspensif  mais  le  Président  de  la  Cour  d'appel  
de  Paris  peut  ordonner  un  sursis  à  exécution  si  la  décision  entraine  des  conséquences  
excessives   ou   si   des   faits   nouveaux   sont   intervenus.   La   décision   rendue   par   la   Cour  
d'appel  elle-­même  est  par  la  suite  susceptible  de  faire  l'objet  d'un  pourvoi  devant  la  Cour  
de  Cassation.  Ainsi  il  est  possible  de  constater,  au  regard  de  la  pratique  décisionnelle,  

62

 Adlc,   dec   n°08-­D-­12   du   21   mai   2008   relative   à   des   pratiques   mises   en   œuvre   dans   le   secteur   de   la  
production  de  contreplaqué.
63
 Adlc,  dec.  n°08-­D-­32  du  16  décembre  2008  relative  à  des  pratiques  mises  en  œuvre  dans  le  secteur  du  
négoce  des  produits  sidérurgiques.

35

que  la  totalité  des  décisions  rendues  en  matière  de  clémence  à  ce  jour  ont  fait  l'objet  de  
recours  devant  la  Cour  d'appel  de  Paris64.  Sur  six  affaires  déjà  jugées,  quatre  d'entre  elles  
ont  fait  l'objet  d'un  rejet  tandis  que  deux  ont  abouti  à  la  réformation  de  la  décision  de  
l'Autorité.

II.  La   doctrine   de   l'Autorité :   les   communiqués   de  
procédure  en  matière  de  clémence
Ces  éléments  de  procédure  et  conditions  se  retrouvent  par  ailleurs  au  sein  des  
textes  publiés  par  l'Autorité.  Il  apparaît  en  effet  que  plusieurs  communiqués  importants  
jalonnent  les  évolutions  du  programme  de  clémence  français.  Un  bref  panorama  de  ces  
derniers   permet   de   mieux   cerner   l'ampleur   de   ces   changements   ainsi   que   leurs  
implications.  Trois  communiqués  de  procédure,  datant  respectivement  de  2006,  2007  et  
2009  méritent  tout  particulièrement  d'être  étudiés.  Ils  permettent  de  mettre  en  lumière  
les  différents  éléments  sur  lesquels  ont  porté  les  révisions  du  programme  de  clémence  
français.  Ces  communiqués  constituent  des  lignes  directrices  de  la  doctrine  de  l'Autorité.

A.  Le  communiqué  de  procédure  du  11  avril  2006
Le  communiqué  de  procédure  du  11  avril  2006  précise  les  dispositions  de  la  loi  
sur  les  nouvelles  régulations  économiques  du  15  mai  200165.  Celui-­ci  a  rencontré,  dès  
ses  débuts,  un  franc  succès  illustré  par  l'essor  du  nombre  de  demandes  présentées  auprès  
de   l'Autorité   par   des   entreprises   françaises   et   internationales.   Il   décrit   l'objectif   et   le  
champ   de   la   clémence,   les   conditions   à   remplir   pour   en   obtenir   le   bénéfice   et   la  
procédure  à  suivre  à  cet  effet.  Il  n'est  pas  ici  nécessaire  d'entrer  dans  le  détail,  point  par  
point,   des   informations   contenues   dans   le   communiqué   dans   la   mesure   où   elles  
s'apparentent  aux  origines,  objectifs,  conditions  et  règles  de  procédures  déjà  exposés.  
Une  innovation  notoire  résulte  cependant  du  fait  que,  au  point  34,  l'Autorité  affirme  son  
appartenance   récente   au   réseau   européen   de   la   concurrence   (REC).   En   cette   qualité,  
l'Autorité  entend  respecter  les  règles  de  coopération  avec  la  Commission  et  les  autres  
autorités   nationales.   Ces   règles   ont   été   précisées   par   une   communication   de   la  
Commission  datant  du  17  avril  200466.   Le  dernier  point  du  communiqué  précise  que  

64

 www.autoritedelaconcurrence.fr,  consulté  le  11  avril  2015.
 Loi  n°2001-­420  du  15  mai  2001  relative  aux  nouvelles  régulations  économiques,  JORF  n°113  du  16  
mai  2001  p.7776.
66
   Com.CE,   Communication   relative   à   la   coopération   au   sein   du   réseau   des   autorités   de   concurrence,  
JOUE  n°  C  101  du  27  avril  2004.
65

36

« les  orientations  définies  dans  le  présent  communiqué  de  procédure  sont  susceptibles  
d'être   modifiées   à   l'avenir,   notamment   pour   tenir   compte   des   évolutions   pouvant  
intervenir   dans   le   cadre   du   réseau   européen   de   concurrence ».   Ces   dispositions  
annoncent   le   communiqué   de   procédure   de   2007,   postérieur   à   la   définition   du  
programme  modèle  du  REC.
B.  Le  communiqué  de  procédure  du  17  avril  200767
Le  communiqué  de  procédure  du  17  avril  2007  vient  modifier  celui  du  11  avril  
200668  afin  de  le  rendre  conforme  au  programme  modèle  du  REC.  Ce  communiqué  a  
été  précédé  d'une  consultation  menée  auprès  de  plusieurs  opérateurs  afin  de  recueillir  
leurs  observations.  Dans  cette  démarche  ont  été  consultés  l'Association  française  d'étude  
de  la  concurrence,  l'Association  française  des  entreprises  privées,  les  cabinets  d'avocats  
Baker  et  McKenzie  et  Cleary  Gottlieb  Steen  et  Hamilton,  le  Comité  national  français  de  
la   Chambre   de   Commerce   internationale   et   le   Mouvement   des   entreprises   de   France  
(MEDEF).  Ces  observations,  rendues  publiques69,  illustrent  la  volonté  de  l'Autorité  de  
consulter  les  acteurs  concernés  par  le  programme  de  clémence  dans  leur  ensemble.  Si  
ce  communiqué  a  déjà  été  mentionné  afin  d'illustrer  l'intégration  du  programme  français  
au  sein  d'une  dynamique  européenne,  il  convient  désormais  d'en  préciser  le  contenu  afin  
d'en  saisir  les  implications  exactes.
Ce   communiqué   de   procédure   reprend   les   points   du   communiqué   du   11  avril  
200670  tout  en  y  ajoutant  certains  éléments.  Concernant  les  conditions  d'éligibilité  au  
programme   de   clémence   tout   d'abord,   l'Autorité   reprend   la   typologie   adoptée   par   le  
programme  modèle  du  REC.  Ainsi,  les  demandes  de  clémence  se  divisent  en  plusieurs  
catégories :  « cas  de  type  1 »  pour  les  exonérations  totales  de  sanction  et  « cas  de  type  
2 »  pour  les  exonérations  partielles.  Les  « cas  de  type  1 »  se  divisent  eux-­mêmes  en  deux  
sous-­catégories :  les  « cas  de  type  1A »  lorsque  l'Autorité  ne  dispose  pas  d'informations  
sur  l'entente  présumée  et  les  « cas  de  type  1B »  lorsque,  à  l'inverse,  l'Autorité  dispose  
déjà  d'informations  sur  celle-­ci.  L'autorité  précise,  en  outre,  les  conditions  auxquelles  
elle  peut  accepter  une  demande  sommaire  de  clémence  dans  les  « cas  de  type  1A »  c'est-­
à-­dire   lorsqu'elle   ne   possède   pas   d'information   sur   l'infraction   et   que   l'entreprise  
demande  une  exonération  totale  de  sanction.  Une  première  condition  est  que  l'entreprise  

67

   Adlc,   Communiqué   de   procédure   du   17   avril   2007   relatif   au   programme   de   clémence   français,  
www.autoritedelaconcurrence.fr.
68
 Adlc,  communiqué  de  procédure  du  11  avril  2006  relatif  au  programme  de  clémence  français.
69
 www.autoritedelaconcurrence.fr,  consulté  le  11  avril  2015.
70
 Idem.

37

ait  présenté  ou  s'apprête  à  présenter  une  demande  d'immunité  auprès  de  la  Commission.  
Celle-­ci  doit  en  outre  remplir  un  formulaire  de  demande  sommaire,  disponible  sur  le  site  
internet   de   l'Autorité71  dans   lequel   elle   doit   indiquer  impérativement   son   nom   et   son  
adresse,   l'identité   des   autres   participants   à   l'entente   ainsi   que   des   informations  
suffisantes  relatives  à  cette  même  entente.  Un  autre  cas,  correspondant  à  une  seconde  
condition,  est  celui  où  une  entreprise  juge  que  la  Commission  est  « particulièrement  bien  
placée  pour  examiner  une  affaire »  conformément  à  la  communication  de  la  Commission  
relative   à   la   coopération 72  .   Dans   ce   cas,   l'entreprise   peut   déposer   des   demandes  
sommaires  auprès  des  autorités  de  concurrence  qu'elle  juge  « bien  placées ».  D'autres  
éléments,   tels   que   les   conditions   afin   qu'une   entreprises   puisse   se   voir   accorder   la  
clémence  ainsi  que  le  fait  qu'une  réduction  partielle  de  sanction  ne  puisse  s'élever  à  plus  
de  50%  de  celle-­ci  marquent  bien  la  convergence  entre  le  communiqué  et  le  programme  
modèle.  Ce  communiqué  introduit  aussi  la  pratique  du  marqueur,  instrument  inspiré  du  
programme  de  la  Commission  et  qui  permet  pour  les  entreprises  de  conserver  leur  rang  
d'arrivée  en  tant  que  demandeur  de  clémence.  Enfin,  un  dernier  élément  notoire  de  ce  
communiqué   de   procédure   réside   en   ce   que   celui-­ci   laisse   apparaître   la   volonté   du  
Conseil   de   rassurer   les   entreprises   suite   aux   nouvelles   dispositions   relatives   à   la  
coopération   au   sein   du   REC.   En   effet,   le   point   44   vient   rappeler   les   règles   de  
confidentialité  garanties  par  l'Autorité.  Plus  encore,  il  expose  strictement  les  cas  dans  
lesquels  les  déclarations  orales  des  acteurs  peuvent  être  transmises  à  d'autres  autorités  
de  concurrence.  Ainsi,  il  convient  que  les  conditions  relatives  à  la  coopération  soient  
remplies,  pour  autant  cependant  que  l'autorité  destinataire  garantisse  une  confidentialité  
équivalente   à   celle   garantie   par   le   Conseil.   On   retrouve   ces   dispositions   liées   à   la  
confidentialité  dans  les  notes  explicatives  incluses  dans  le  programme  modèle  du  REC.  
Ces  précautions  laissent  présager  qu'il  s'agit  d'un  élément  primordial  dans  l'incitation  
des  entreprises  à  demander  la  clémence.
C.  Le  communiqué  de  procédure  du  2  mars  200973
Le   communiqué   de   procédure   du   2   mars   2009   ne   présente   pas   d'innovation  
particulière   par   rapport   à   celui   du   17   avril   2007.   Il   est   simplement   un   moyen   pour  

71

 www.autoritedelaconcurrence.fr,  consulté  le  11  avril  2015.
 Com.CE,  Communication  2004/C  101/03  du  27  avril  2004  relative  à  la  coopération  au  sein  du  réseau  
des  autorités  de  concurrence,  point  14.
73
   Adlc,   Communiqué   de   procédure   du   2   mars   2009   relatif   au   programme   de   clémence   français,  
www.autoritedelaconcurrence.fr.
72

38

l'Autorité   de   la   concurrence,   créée   le   4   août   2008 74  ,   de   reprendre   à   son   compte   les  
éléments  du  programme  de  clémence  basé  sur  le  programme  modèle  et  ainsi  de  tenir  
compte   de   la   transformation   de   l'ancien   Conseil   de   la   Concurrence   et  Autorité   de   la  
concurrence.   En   parallèle   de   ce   communiqué,   l'Autorité   met   cependant   en   œuvre   de  
véritables   améliorations   en   ce   qui   concerne   l'information   des   opérateurs   susceptibles  
d'avoir  recours  au  programme  de  clémence.  En  effet,  afin  d'encourager  ces  derniers  à  se  
rapprocher  de  ses  services,  un  système  de  questions-­réponses  est  désormais  accessible  
sur   la   page   internet   de   l'institution 75  .   Il   s'agit   de   rendre   plus   aisée   la   lecture   du  
communiqué   de   procédure.   Ainsi,   la   quasi-­totalité   des   points   développés   par   le  
communiqué   est   reprise   sous   la   forme   de   seize   questions   suivies   d'une   réponse   de  
quelques   lignes   seulement.   Ce   système   répond   en   partie   au   nouveau   défi   auquel   est  
confrontée   l'Autorité,   à   savoir   le   fait   que   le   plus   grand   nombre   des   opérateurs  
économiques  et  juridiques  soient  informés  de  l'existence  d'un  programme  de  clémence.  
La  consultation  des  entreprises  et  des  avocats,  notamment  à  travers  l'étude  relative  au  

programme  de  clémence  français  publiée  par  l'Autorité  en  avril  2014,  montre  en  effet  
que   cette   connaissance   est   fonction   de   plusieurs   variables.   Ainsi   certains   facteurs,  
comme  la  taille  de  l'entreprise  ou  son  caractère  multinational  ou  non,  peuvent  l'avantager  
ou   au   contraire   la   défavoriser   dans   ses   possibilités   d'avoir   recours   à   la   clémence.  Le  
graphique  suivant  illustre  ce  point.
« Etude  relative  au  programme  de  clémence  français »  publiée  par  l'Autorité  de  la  concurrence  le  15  
avril  2014

74
75

 Loi  n°2008-­776  du  4  août  2008  portant  modernisation  de  l'économie,  JORF  n°0181  du  5  août  2008.
 www.autoritedelaconcurrence.fr,  consulté  le  11  avril  2015.

39

Ce  bref  exposé  des  textes  et  des  conditions  de  la  clémence  permet  de  faire  état  
du   programme   français   avant   la   réforme   de   2015.   Les   entreprises,   informées   des  
modalités  du  programme  par  le  biais  des  communiqués  de  procédures  successifs,    seront  
alors  davantage  incitées  à  présenter  une    demande  de  clémence  auprès  de  l'Autorité.  Ces  
éléments  doivent  toutefois  être  complétés  par  un  panorama  de  la  pratique  décisionnelle  
de  l'Autorité  afin  d'avoir  une  vue  d'ensemble  de  la  question  et  de  comprendre  les  réels  
enjeux  inhérents  à  l'évolution  de  la  clémence  en  France.

Section  2.  Panorama  de  la  pratique  décisionnelle  de  
l'Autorité  de  la  concurrence  en  matière  de  clémence
Les   décisions   prises   par   l'Autorité   de   la   concurrence   en   matière   de   clémence  
étant   seulement   au   nombre   de   dix,   il   est   ici   possible   d'en   établir   un   panorama  
d'ensemble 76  .   L'objectif   est   de   confronter   les   textes   à   la   pratique   décisionnelle   de  
l'Autorité  afin  de  comprendre  comment  sont  mises  en  œuvre,  en  pratique,  les  réformes  
initiées  par  les  communiqués  de  procédure.   Les  décisions  seront  exposées  de  la  plus  
ancienne  à  la  plus  récente,  de  manière  plus  ou  moins  exhaustive  selon  les  implications  
de  l'affaire  et  les  enseignements  qu'il  est  possible  d'en  tirer.
Le   Conseil   de   la   concurrence   applique   pour   la   première   fois   sa   procédure   de  
clémence  le  11  avril  2006  afin  de  sanctionner  deux  cartels  nationaux  dans  le  secteur  de  
la  fabrication  de  portes77.  Dans  cette  affaire,  neuf  entreprises  de  fabricants  de  porte  en  
bois  ont  été  sanctionnées  pour  un  montant  total  de  5  millions  d'euros.  La  société  France  
Portes,  membre  du  cartel,  a  été  la  première  à  se  rapprocher  du  Conseil  afin  de  solliciter  
la  clémence  et  de  dénoncer  l'existence  d'une  infraction.  Conformément  aux  conditions  
énoncées   dans   le   communiqué   de   procédure   de   2006,   cette   entreprise   était   éligible  à  
l'obtention  d'une  exonération  totale  de  sanction.  En  effet,  celle-­ci  a  été  la  première  à  
apporter  des  éléments  de  preuve  suffisants  afin  d'établir  l'existence  du  cartel.  En  outre,  
elle  remplissait  les  quatre  autres  conditions  tenant  à  cesser  son  activité  au  sein  du  cartel,  
faire  preuve  d'une  coopération  totale  avec  les  autorités  de  la  concurrence  à  tous  les  stades  

76

 www.autoritedelaconcurrence.fr,  consulté  le  13  avril  2015.
 Adlc,  dec.  n°06-­D-­09  du  11  avril  2006  relative  à  des  pratiques   mises  en  œuvre  dans   le  secteur  de  la  
fabrication  de  portes,  www.autoritedelaconcurrence.fr.
77

40

de  la  procédure,  ne  pas  avoir  exercé  de  contrainte  sur  les  autres  membres  du  cartel  et  ne  
pas  avoir  prévenu  les  autres  membres  du  cartel  de  sa  volonté  de  solliciter  la  clémence.
Cette  première  affaire  témoigne  du  succès  du  programme  de  clémence  français  
depuis   2004   pour   les   raisons   explicitées   plus   tôt.   Cette   condamnation   illustre   bien  
l'efficacité   de   la   clémence   qui   s'avère   être   un   outil   redoutable   de   déstabilisation   des  
ententes  anticoncurrentielles.  Les  preuves  apportées  par  l'entreprise  France  Portes  ont  
en  effet  permis  de  dévoiler  l'existence  de  deux  cartels  distincts,  l'un  dans  le  secteur  des  
portes   en   bois   et   l'autre   dans   le   secteur   des   portes   laquées.   En   l'espèce,   ces   cartels  
consistaient   en   la   fixation   de   prix   minima   de   vente   sur   lesquels   s'alignaient   les  
participants  afin  de  limiter  la  concurrence  sur  le  marché  et  de  rendre  plus  difficile  l'accès  
d'opérateurs   étrangers.   Une   grande   partie   de   la   discussion   porte   sur   l'étude   de   la  
participation,   une   à   une,   de   chaque   entreprise.   Les   sanctions   infligées   aux   neufs  
membres  du  cartel  sont  calculées  en  fonction  de  la  durée  et  de  l'ampleur  de  l'infraction  
notamment,  mais  également  sur  la  base  de  la  valeur  des  ventes  affectées  par  les  pratiques  
condamnées78.
Une  seconde  décision,  dans  le  secteur  des  déménagements  internationaux,  a  été  
rendue  le  18  décembre  200779.  Dans  cette  affaire,  douze  entreprises  ont  été  sanctionnées  
par  le  Conseil  pour  un  montant  légèrement  supérieur  à  deux  millions  d'euros  au  total  
pour  s'être  entendues  sur  les  prix  de  certains  services  et  pour  avoir  réalisé  des  devis  de  
complaisance   en   vue   de   fausser   la   concurrence   sur   le   marché.  A   cette   occasion,   le  
Conseil  a  rappelé  le  caractère  extrêmement  grave  d'une  entente  consistant  à  fixer  des  
prix  communs.  Ces  pratiques  sont  d'autant  plus  préjudiciables  qu'en  l'espèce  elles  ont  
été  mise  en  œuvre  par   un  réseau  d'entreprises  représentant  à  lui  seul  plus  de  50%  du  
marché  du  déménagement  international  en  France.  Deux  entreprises  dans  cette  affaire  
se  sont  vues  accorder  le  bénéfice  de  la  clémence  -­Allied  Arthur  Pierre  et  Maison  Huet,  
réunies  au  sein  de  la  société  Sirva  SAS-­  pour  avoir  dénoncé  l'entente  et  communiqué  au  
Conseil  des  éléments  de  preuve  suffisants  afin  de  mener  la  procédure  d'instruction.  Il  
apparaît   également   que   cinq   autres   des   douze   entreprises   se   sont   vues   accorder   une  
exonération   partielle   de   sanction   dans   la  mesure   où   elles   ont   renoncé   à   contester  les  
griefs.  Pour  ce  qui  est  des  autres  membres  du  cartel,  le  Conseil  a  prononcé  des  sanctions  
78

 Conclusions  du  groupe  de  travail  ECA  sur  les  sanctions  pécuniaires :  « Les  sanctions  pécuniaires  des  
entreprises  en  droit  de  la  concurrence  –  Principes  pour  une  convergence »,  disponible  en  version  française  
en  anglaise  à  l'adresse  www.autoritedelaconcurrence.fr.
79
 Adlc,  dec.  n°07-­D-­48  du  18  décembre  2007  relative  à  des  pratiques  mises  en  œuvre  dans  le  secteur  du  
déménagement  national  et  international.

41

proportionnées   en   tenant   compte   de   la   diversité   des   griefs   retenus,   de   la   gravité   des  
comportements   en   cause   et   de   la   situation   individuelle   des   entreprises.   Le   Conseil   a  
estimé,  en  l'espèce,  que  le  droit  de  l'Union  -­articles  101  et  102  du  traité-­  s'appliquait  dans  
la  mesure  où  les  pratiques  reprochées  affectaient  sensiblement  le  commerce  entre  les  
Etats   membres 80  .   De   manière   plus   générale,   et   si   l'on   compare   cette   affaire   à   la  
précédente,   de   nombreuses   références   sont   faites   au   droit   communautaire,   laissant  
distinguer  l'impact  de  l'entrée  en  vigueur  du  communiqué  de  procédure  du  17  avril  2007.  
Ainsi,  le  document  met  notamment  en  parallèle  le  standard  de  preuve  définit  par  le  droit  
de  l'Union  et  celui  définit  par  le  droit  national.  Ces  éléments  laissent  appréhender  la  
volonté  harmonisante  découlant  du  programme  modèle  du  REC.
La  troisième  décision  rendue  par  le  Conseil  de  la  concurrence,  le  21  mai  2008,  
est  relative  au  secteur  de  l'industrie  du  bois 81.  Cette  affaire  a  une  fois  encore  conduit  à  
une  exonération  totale  de  sanction  pour  la  société  UPM  Kymmene  Corporation  qui  a  
dénoncé  l'existence  de  l'entente   -­ « cas  de  type  1A »  selon  la  typologie  établie  par  le  
programme   modèle   en   matière   de   clémence.   Deux   entreprises   ont   quant   à   elle   pu  
bénéficier  de  la  procédure  de  non  contestation  des  griefs  en  vertu  de  quoi  elles  ont  été  
exonérées  d'amende  à  hauteur  de  10%.  Les  six  autres  fabricants  de  contreplaqué  se  sont  
vus  notifier  des  griefs,  d'une  part  pour  avoir  mis  en  place  une  grille  tarifaire  commune  
de  leurs  produits  et  d'autre  part,  coordonné  leurs  hausses  tarifaires.  Le  montant  total  des  
sanctions  s'est  élevé  à  8  millions  d'euros.  Il  s'agit  ainsi  de  la  sanction  la  plus  importante  
infligée   à   cette   date   par  le   Conseil.   Il   est   intéressant   de   remarquer  à   propos   de   cette  
affaire  que  celle-­ci  a  été  la  première  pour  laquelle  le  recours  devant  la  Cour  d'appel  de  
Paris  -­comme  le  prévoit  la  procédure-­  s'est  soldé  par  une  réformation  partielle.  En  effet,  
l'étude  de  l'arrêt  rendu82  rend  compte  du  fait  qu'une  réduction  de  sanction  a  été  accordée  
à  trois  des  entreprises  qui  n'avaient  d'après  le  Conseil  bénéficié  ni  de  la  clémence  ni  de  
la  non  contestation  des  griefs.
Une  quatrième  décision,  concernant  un  cartel  dans  le  secteur  de  la  sidérurgie,  a  
été  rendue  par  le  Conseil  le  16  décembre  200883.  Il  s'agit  d'une  affaire  notoire  du  fait  de  

80

Adlc,  dec.  n°07-­D-­48  du  18  décembre  2007  précitée,  points  161  à  164.
Adlc,   dec.   n°08-­D-­12   du   21   mai   2008   relative   à   des   pratiques   mises   en   œuvre   dans   le   secteur   de   la  
production  de  contreplaqué.
82
CA  Paris,    pôle  5,  chambre  5-­7,  29  septembre  2009,  RG    n°  2008/12495.
83
Adlc,  dec.  n°08-­D-­32  du  16  décembre  2008  relative  à  des  pratiques  mises  en  œuvre  dans  le  secteur  du  
négoce  des  produits  sidérurgiques.
81

42

l'ampleur   considérable   de   l'entente   en   cause.   En   effet,   l'enquête   et   l'instruction   ont  
montré  que  le  cartel  a  couvert  l'ensemble  du  territoire  et  s'est  maintenu  pendant  cinq  ans.  
Cette  entente  avait  également  pour  caractéristique  d'être  particulièrement  bien  organisée  
ce  qui  avait  pour  effet  de  rendre  d'autant  plus  difficile  la  recherche  de  preuves.  Il  apparaît  
en  effet  que  les  auteurs  ont  pris  en  compte  chacune  des  particularités  du  marché  dans  
l'organisation  sophistiquée  des  pratiques.  Le  montant  élevé  –  575  454  500  euros  au  total  
–   des   sanctions   infligées   aux   dix   entreprises   s'explique   par   plusieurs   facteurs.   Tout  
d'abord,  le  Conseil  qualifie  les  pratiques  en  cause  comme  étant  d'une  « extrême  gravité »  
dans   un   communiqué   de   presse   datant   de   mars   2009 84  .   Cette   qualification   tient   tout  
d'abord  au  fait  que  l'entente,  en  plus  de  fixer  des  prix  communs,  a  eu  pour  effet  de  répartir  
les  clients  et  les  marchés  annulant  ainsi  tout  fonctionnement  concurrentiel.  De  plus,  le  
fait  que  l'entente  ait  couvert  une  très  large  partie  du  marché  –  environ  70%  à  90%  des  
volumes  vendus  par  négoce  sur  la  quasi-­totalité  des  produits  concernés  –  vient  accentuer  
son  caractère  grave.  Le  montant  élevé  des  sanctions  s'explique  aussi  par  l'impact  produit  
sur  l'économie.  En  effet,  les  produits  sidérurgiques  sont  des  biens  intermédiaires  utilisés  
par  de  nombreuses  entreprises  en  aval.   Le  dommage  causé  n'en  est  dès  lors  que  plus  
grand.
Cette   affaire   illustre   bien   l'ampleur   croissante   des   ententes   cernées   par   la  
procédure   de   clémence   et   par   là   même   prouve   l'efficacité   de   celle-­ci.   Les   progrès  
apparus   dans   les   communiqués   de   procédure   successifs   ont   incité   les   entreprises   à  
solliciter  la  clémence  dans  le  cadre  de  pratiques  de  plus  en  plus  vastes.  Dans  cette  affaire,  
deux  entreprises  ont  obtenu  une  réduction  partielle  de  leur  sanction  -­  « cas  de  type  B »  
selon  la  typologie  établie  par  le  programme  modèle  en  matière  de  clémence   –  et  deux  
autres  ont  bénéficié  de  la  procédure  de  non  contestation  des  griefs.  Il  est  par  ailleurs  
intéressant  de  remarquer  que  la  Cour  d'Appel  de  Paris,  par  une  décision  du  19  janvier  
201085,   a   accepté   de   réformer   ce   jugement.   Elle   revoit   ainsi   à   la   baisse   les   amendes  
infligées  à  sept  entreprises  participantes.
Le  8  décembre  2011  le  Conseil,  devenu  l'Autorité  de  la  concurrence 86,  a  rendu  
une  décision  relative  à  des  pratiques  mises  en  œuvre  dans  le  secteur  des  lessives 87,  dont  
la  résonance  fut  toute  particulière.  Les  faits  de  cette  affaire  ont  déjà  été  évoqués  dans  ce  
84

 Adlc,  Communiqué  de  presse  de  mars  2009,  www.autoritedelaconcurrence.fr,  consulté  le  13  avril  2015.
 CA  Paris,  19  janvier  2010,  RG    n°2009/00334.
86
 Loi  n°2008-­776  du  4  août  2008  portant  modernisation  de  l'économie,  JORF  n°0181  du  5  août  2008.
87
 Adlc,  dec.  n°11-­D-­17  du  8  décembre  2011  relative  à  des  pratiques  mises  en  œuvre  dans  le  secteur  des  
lessives.
85

43

mémoire88.  Si  celle-­ci  a  marqué  la  doctrine  en  ce  que  l'Autorité  a  accordé  le  bénéfice  
cumulé  de  la  clémence  et  de  la  non  contestation  des  griefs  à  la  même  entreprise,  d'autres  
éléments  méritent  d'être  notés.  Avant  toute  chose,  il  convient  de  rappeler  que  cette  affaire  
est  la  plus  importante  que  l'Autorité  ait  eu  à  traiter  à  ce  jour.  Elle  illustre  en  outre  de  
manière  particulièrement  claire  les  enjeux  de  la  clémence  pour  les  entreprises.
Un  premier  enjeu  est  celui  d'être  la  première  à  dénoncer  une  entente  auprès  de  
l'Autorité.   En   ce   qui   concerne   le   cartel   des   lessives   en   effet,   quatre   entreprises   ont  
demandé  la  clémence,  mais  seule  l'entreprise  Unilever,  première  dans  l'ordre  d'arrivée,  
a   pu   bénéficier   d'une   exonération   totale   de   sanction.   Il   est   à   ce   titre   intéressant   de  
constater  que  l'entreprise  Henkel  avait  également  sollicité  le  bénéfice  de  la  clémence,  
auprès   de   la   Commission   cette   fois,   à   peine   un   mois   plus   tard.   La   problématique  
découlant  de  cette  double  saisine,  à  la  fois  auprès  de  l'Autorité  et  de  la  Commission,  
appelle   la   mise   en   œuvre   des   règles   de   compétence   déterminées   par   le   programme  
modèle   du   REC.   Cependant,   la   Commission   a   estimé   que   les   pratiques   révélées   par  
l'entreprise   Henkel   étant   différentes   des   griefs   notifiés   à   celle-­ci   par   l'Autorité,   cette  
dernière   demeurait   compétente.   Une   situation   originale   a   découlé   de   cette   décision,  
l'entreprise   Henkel   se   voyant   accorder   une   exonération   totale   de   sanction   par   la  
Commission  d'une  part  et  se  faisant  sanctionner  par  l'Autorité  de  la  concurrence  d'autre  
part.
Un   deuxième   enjeu   de   la   clémence   pour   les   entreprises   consiste   en   la  
collaboration   avec   l'Autorité   lors   de   la   phase   d'instruction.   Celle-­ci   peut   en   effet  
permettre  aux  demandeurs  de  « second  rang »  de  voir  eux  aussi  leur  sanction  réduite.  
Cette  affaire  est  riche  d'enseignements  en  la  matière.  En  effet,  l'Autorité  commence  par  
rappeler   les   conditions   selon   lesquelles   une   entreprise   peut   obtenir   une   réduction   de  
sanction   au   titre   de   la   clémence.   La   pratique   de   l'Autorité,   retranscrite   dans   le  
communiqué  de  procédure  du  2  mars  2009  relatif  au  programme  de  clémence  français,  
consiste   à   accorder   aux   demandeurs   de   second   rang   le   bénéfice   d'une   exonération  
partielle   de   sanction   dont   l'importance   dépendra   de   la   valeur   ajoutée   apportée   à  
l'instruction,  par  rapport  aux  éléments  de  preuve  dont  l'Autorité  dispose  déjà,  du  rang  de  
la   demande   et   du   moment   où   elle   a   été   présentée.   En   outre,   le   comportement   de  
l'entreprise  durant  la  phase  d'instruction  est  pris  en  compte.  Dans  cette  affaire,  il  apparaît  
que   l'Autorité   a   sanctionné   les   entreprises   qui   avaient   manqué   à   leur   devoir   de  
coopération.

88

 Voir  page  28

44

Cette   affaire   illustre,   une   fois   de   plus,   le   pouvoir   acquis   par   l'Autorité   de   la  
concurrence,  grâce  à  son  programme  de  clémence,  dans  le  domaine  de  la  détection  des  
cartels.
Une   sixième   décision   concerne   un   cartel   dans   le   secteur   des   farines  
alimentaires 89  .   Elle   a   été   rendue   par   l'Autorité   le   13   mars   2012.   Dans   cette   affaire,  
l'Autorité  sanctionne  un  cartel  franco-­allemand  ainsi  que  des  meuniers  regroupés  dans  
deux  entreprises  communes.  En  l'espèce,  l'instruction  a  permis  d'établir  que  les  meuniers  
français  et  allemands  avaient  établi  un  « pacte  de  non-­agression »  dont  l'objet  était  de  
limiter  l'accès  réciproque  à  leur  marché  national.  Cette  entente  transfrontalière  a  eu  des  
répercussions   sur   le   commerce   entre   Etats   membres   de   l'Union   européenne.   Les  
sanctions  infligées  se  chiffrent  au  total  à  95,5  millions  d'euros.  L'exonération  totale  de  
sanction  accordée  à  la  société  Wihl  Werhahn  répond  aux  mêmes  conditions  que  dans  les  
affaires  précédentes.  Il  est  toutefois  intéressant  de  noter  ici  que  deux  sociétés,  France  
Farine  et  Bach  Mühle,  ont  vu  leurs  sanctions  majorées  de  10%  au  motif  que  celles-­ci  
avaient  joué  des  rôles  de  meneurs  au  sein  de  l'entente.  En  effet,  la  majorité  des  meuniers  
français  avait  fait  le  choix  de  se  regrouper  au  sein  de  ces  deux  sociétés.
Deux   éléments   d'analyse   méritent   d'être   notés   au   sujet   de   cette   affaire.   Tout  
d'abord,   celle-­ci   met   de   nouveau   en   lumière   la   diversité   des   pratiques   cernées   par  
l'Autorité  grâce  à  son  programme  de  clémence.  Cependant,  cette  affaire  est  aussi  notoire  
de  par  le  l'arrêt  rendu  la  Cour  d'appel  de  Paris.  En  effet,  celle-­ci  a  largement  abaissé  
l'amende  infligée  par  l'Autorité  aux  meuniers,  réduisant  celle-­ci  des  deux  tiers90.  Cette  
décision   est   lourde   de   conséquences   puisqu'il   s'agit   de   la   première   fois   que   la   Cour  
d'appel  de  Paris  contredit  de  manière  frontale  l'appréciation  de  l'Autorité.  En  l'espèce,  la  
Cour  d'appel  a  jugé  que  les  pratiques  déployées  par  les  meuniers  ne  sont  contraires  ni  à  
l'article  L420-­1  du  Code  de  commerce  ni  à  l'article  101  TFUE.    Cette  décision  a  conduit  
à   la   réformation   de   l'ensemble   des   sanctions,   l'Autorité   se   voyant   enjoindre   de  
rembourser  aux  entreprises  concernées  les  montants  excédentaires.
La  septième  décision  prise  en  matière  de  clémence  concerne  des  pratiques  mises  
en  œuvre  dans  le  secteur  de  la  commercialisation  de  commodités  chimiques91.  Elle  a  été  
89

 Adlc,   dec.   n°12-­D-­09   du   13   mars   2012   relative   à   des   pratiques   mises   en   œuvre   dans   le   secteur   des  
farines  alimentaires.
90
 CA  Paris  du  20  novembre  2014,  RG  n°2012/06826.
91
 Adlc,   dec.   n°13-­D-­12   du   28   mai   2013   relative   à   des   pratiques   mises   en   œuvre   dans   le   secteur   de   la  
commercialisation  de  commodités  chimiques.

45

rendue  par  l'Autorité  le  28  mai  2013.  Les  faits  correspondant  à  cette  affaire  ont  déjà  été  
exposés  plus  tôt  dans  ce  mémoire92.  Cette  collusion  de  grande  ampleur  a  impliqué  les  
principaux  distributeurs  de  commodités  chimiques  et  impacté  la  quasi-­totalité  de  leurs  
clients,   notamment   des   PME.   Cette  affaire   illustre   tout   d'abord   la   possibilité,   admise  
pour   la   première   fois   dans   l' « affaire   des   lessives »,   de   cumuler   pour   une   même  
entreprise   le   bénéfice   de   la   clémence   et   de   la   non   contestation   des   griefs.   En   outre,  
l'importance  de  l'obligation  de  coopérer  qui  incombe  aux  entreprises  dans  le  cadre  d'une  
demande  de  clémence  est  réaffirmée  par  l'Autorité.  En  effet,  l'entreprise  Brenntag  a  vu  
son   exonération   conditionnelle   de   sanction,   déterminée   au   début   de   la   phase  
d'instruction,  abaissée  de  30%  à  25%.   L'exonération  finale  accordée  à  Brenntag  tient  
ainsi   compte   que   celle-­ci   a   manqué   à   son   devoir   de   coopération   dans   la   mesure   où  
certaines   informations   fournies   ne   coïncidaient   pas   avec   celles   déjà   détenues   par  
l'Autorité.   Cette   affaire,   classique,   a   surtout   été   retenue   en   ce   qu'elle   réaffirme   la  
possibilité  de  cumul  entre  clémence  et  non  contestation  des  griefs.
Le   18   décembre,   l'Autorité   a   de   nouveau   rendu   une   décision   en   matière   de  
clémence  dans  une  affaire  relative  à  des  pratiques  mises  en  œuvre  dans  le  secteur  des  
produits  d'entretien  et  des  insecticides  et  dans  le  secteur  des  produits  d'hygiène  et  de  
soins  pour  le  corps93.  Par  cette  décision  l'Autorité  sanctionne  deux  fabricants  à  hauteur  
de  605  millions  d'euros  pour  avoir  coordonné  leur  politique  commerciale  notamment  
auprès  de  la  grande  distribution  entre  2003  et  2006.  Cette  affaire  a  eu  un  écho  important  
dans  la  mesure  où  ces  deux  sanctions  figurent  parmi  les  plus  importantes  prononcées  à  
ce  jour  par  l'Autorité.  Trois  membres  du  cartel  –  les  entreprises  SC  Johnson,  Colgate  –  
Palmolive  et  Henkel  –  ont  tour  à  tour  sollicité  le  bénéfice  de  la  clémence.  Grâce  à  leurs  
premières   déclarations,   l'Autorité   a   pu   réunir   de   nombreuses   preuves   grâce   à   des  
opérations  de  saisine  et  malgré  le  caractère  extrêmement  secret  de  l'entente.  L'autorité  a  
qualifié  les  pratiques  en  cause  comme  étant  d'une  particulière  gravité.  Celle-­ci  est  due  
non  seulement  au  caractère  secret  de  l'entente  mais  aussi  du  fait  qu'elles  affectaient  de  
manière  importante  la  négociation  commerciale.  La  société  SC  Johnson,  demandeur  de  
clémence  au  premier  rang,  s'est  vu  accorder  une  immunité  totale  de  sanction.  Colgate-­
Palmolive,  demandeur  de  second  rang,  a  bénéficié  d'une  réduction  de  50%  de  sa  sanction  
ce  qui  correspond  à  l'exonération  la  plus  importante  pour  les  « cas  de  type  B ».  Enfin,  

92

 Voir  page  30.
 Adlc,  dec.  n°14-­D-­19  du  18  décembre  2014  relative  à  des  pratiques  mises  en  œuvre  dans  le  secteur  des  
produits  d'entretien  et  des  insecticides  et  dans  le  secteur  des  produits  d'hygiène  et  de  soins  pour  le  corps.
93

46

Henkel  a  bénéficié  d'une  exonération  à  hauteur  de  25%.  Il  est  important  de  noter  que  
l'amende  totale  infligée  aux  treize  membres  au  cartel  est  la  plus  élevée  de  l'histoire  du  
programme   de   clémence   français.   Celle-­ci   témoigne   de   la   volonté   de   l'Autorité   de  
sanctionner  vigoureusement  des  pratiques  néfastes  à  l'économie.
La  neuvième  décision  en  matière  de  clémence  a  été  rendue  par  l'Autorité  le  22  
décembre  2014  pour  sanctionner  des  pratiques  mises  en  œuvre  dans  le  secteur  du  papier  
peint  en  France94.  Dans  cette  affaire,  les  sociétés  Rash  France  et  Rash  Allemagne  ont  
sollicité  le  bénéfice  de  la  clémence  auprès  de  l'Autorité.  Celle-­ci  leur  a  été  accordée  à  
titre  conditionnel.  La  partie  du  rapport  de  l'Autorité  concernant  la  prise  en  compte  de  la  
procédure  laisse  constater  que  les  deux  entreprises  ont  rempli  les  conditions  pour  que  la  
clémence   leur   soit   accordée   à   titre   final.   En   effet   elles   ont   tenu   leur   obligation   de  
coopération  avec  l'Autorité,  n'ont  pas  contraint  d'autres  entreprises  à  participer  au  cartel,  
n'ont  pas  informé  les  autres  membres  de  leur  démarche  et  ont  mis  fin  à  leurs  pratiques  
litigieuses.  En  conséquence,  ces  deux  entreprises  ont  bénéficié,  au  titre  de  la  clémence,  
d'une  exonération  totale  de  sanction.  Les  autres  membres  du  cartel  sont  sanctionnés  pour  
un  montant  total  de  5,276  millions  d'euros.
La  dernière  décision  en  date  prise  par  l'Autorité  dans  le  cadre  de  son  programme  
de  clémence  est  très  récente.  Il  s'agit  en  effet  d'une  décision  du  12  mars  2015  rendue  
relativement  à  des  pratiques  mises  en  œuvre  dans  le  secteur  des  produits  laitiers  frais 95.  
Le  « cartel  des  yaourts »  regroupait  dix  entreprises  qui  s'accordaient  sur  des  hausses  de  
prix  et  avaient  passé  entre  elles  un  « pacte  de  non-­agression »  consistant  à  se  répartir  les  
volumes  et  à  geler  leurs  positions  respectives.  L'entente  a  été  dénoncée  par  Yoplait  et  
General  Mills  à  l'Autorité.  Ces  entreprises  ont  à  cet  effet  transmis  des  éléments  de  preuve,  
dont  notamment  un  « carnet  secret »  dans  lequel  un  salarié  de  Yoplait  consignait  des  
notes   prises   lors   de   réunions   ou   d'entretiens   téléphoniques   avec   les   entreprises  
concurrentes.  Ce  document  fait  état  de  treize  réunions  tenues  entre  2006  et  2008.  La  
société  Senoble,  quant  à  elle,  a  sollicité  le  bénéfice  de  la  clémence  auprès  de  l'Autorité  
deux  semaines  après  l'ouverture  de  la  procédure  d'instruction  en  vertu  de  quoi  elle  s'est  
vue  accorder  une  exonération  partielle  de  sanction.  Pour  les  autres  membres  du  cartel  –  
parmi   lesquels   figurent   notamment   Lactalis   et   Nestlé   –   se   sont   vus   infliger   par   cette  

94

 Adlc,  dec.  n°14-­D-­20  du  22  décembre  2014  relative  à  des  pratiques  mises  en  œuvre  dans  le  secteur  du  
papier  peint  de  France.
95
 Adlc,   dec   n°15-­D-­03   du   11   mars   2015   relative   à   des   pratiques   mises   en   œuvre   dans   le   secteur   des  
produits  laitiers  frais.

47

décision  une  amende  totale  de  192,7  millions  d'euros.
Il  est  intéressant  de  constater,  au  sujet  de  cette  décision,  que  celle-­ci  a  largement  
été  reprise  par  la  presse  française  et  étrangère,  illustrant  par  là  la  médiatisation  croissante  
des   décisions   prises   par   l'Autorité   de   la   concurrence.   Celle-­ci   constitue   une   preuve  
supplémentaire   de   la   nécessaire   prise   en   compte   de   l'existence   du   programme   de  
clémence  français  dans  les  stratégies  des  opérateurs  économiques.
Cette   vue   d'ensemble   de   la   pratique   décisionnelle   de   l'Autorité   en   matière   de  
clémence   permet   ainsi   de   déceler   plusieurs   éléments.   Tout   d'abord,   celle-­ci   met  
largement  en  œuvre  les  principes  énoncés  par  les  textes  à  l'exception  de  de  la  possibilité  
de   cumuler   le   bénéfice   de   la   clémence   et   de   la   non   contestation   des   griefs   qui   a   été  
consacrée   par   la   jurisprudence   -­   « affaire   des   lessives ».   Par   ailleurs,   l'ampleur   des  
cartels   démantelés   ainsi   que   celle   des   sanctions   imposées   prouve   l'efficacité   de   la  
clémence,   qui   s'impose   progressivement   comme   un   élément   incontournable   de   la  
stratégie   des   opérateurs   économiques.   Il   apparaît   enfin   que   les   décisions   rendues   en  
matière   de   clémence,   ainsi   que   l'éventuelle   réformation   de   celles-­ci   en   appel,  
connaissent   un   retentissement   médiatique   croissant   en   France   et   à   l'étranger.   Ces  
éléments   placent   bien   la   clémence   en   France   comme   la   première   des   procédures  
négociées  sur  laquelle  portent  de  nombreux  enjeux  liés  à  la  politique  de  lutte  contre  les  
cartels  et  pratiques  concernées  au  sein  de  l'Union  européenne.  La  prise  en  compte  de  ces  
enjeux  permet  d'appréhender  la  réformation  du  programme  de  clémence  français  telle  
qu'elle  a  eu  lieu  cette  année.

Chapitre   3.   Les   nouveaux   enjeux   du  
programme   de   clémence   français :   la  
réforme  d'avril  2015
Ce  dernier  chapitre  a  pour  objet  d'étudier  la  réforme  du  programme  de  clémence  français  
dont   les   éléments   sont   annoncés   par   le   communiqué   de   procédure   publié   le   3   avril  
dernier.  Pour  ce  faire,  il  conviendra  d'abord  de  dresser  un  bilan  du  programme  avant  
révision,  afin  d'en  cerner  les  forces  et  les  faiblesses  (Section  1).  Cette  étude  débouchera  
sur  celle  du  communiqué  de  procédure  du  3  avril  2015  à  proprement  parler,  dévoilant  
48

ainsi  les  axes  de  la  réforme  (Section  2).

Section   1.   Les   raisons   de   la   réforme :   bilan   du  
programme  de  clémence  français  avant  révision
 Avant   de   s'intéresser   à   la   réforme   du   programme   de   clémence   à   proprement  
parler,   il   convient   de   dresser   un   bilan   de   celui-­ci   avant   réformation.   A   travers   les  
commentaires  dont  nous  disposons  de  la  part  des  acteurs  économiques  et  juridiques  ainsi  
que  de  la  doctrine,  il  est  possible  de  déceler  les  éléments  annonciateurs  de  la  réforme.  
Ainsi,  le  programme  de  clémence    apparaît  comme  un  outil  au  succès  considérable,  dont  
les   auteurs   cherchent   sans   cesse   à   parfaire   l'efficacité   (I).   Toutefois,   il   semble   que  
certaines  limites  nécessitent  encore  d'être  dépassées  afin  d'accroitre  ses  performances  et  
son  caractère  incitatif  auprès  des  acteurs  concernés  (II).

I.

Le   succès   considérable   d'un   programme   en  
constante   adaptation   aux   enjeux   stratégiques,  
économiques  et  juridiques  de  la  clémence
Dresser  le  bilan  du  programme  de  clémence  français  implique  inévitablement  de  

s'interroger  sur  son  succès  ou  son  échec.  En  la  matière  il  semble,  après  avoir  adopté  une  
vue  d'ensemble  des  impacts  de  la  procédure,  s'agir  d'un  succès  (A).  Celui-­ci  s'explique  
notamment  par  le  fait  que  la  clémence  est  un  outil  en  constante  a daptation  aux  enjeux  et  
stratégies   véhiculés   par   les   acteurs   économiques   et   juridiques.   La   consultation,   par  
l'Autorité  de  la  concurrence,  des  acteurs  susceptibles  d'avoir  recours  à  la  clémence  se  
présente  en  outre  comme  un  outil  nouveau  développé  par  celle-­ci  afin  de  mieux  mesurer  
l'impact  et  les  points  déterminants  du  programme  (B).

A.  Le  succès  certain  du  programme  de  clémence  français  selon  les  méthodes  
classiques  d'évaluation
 

A  l'occasion  de  la  publication  du  communiqué  de  procédure  du  17  avril  2007  

portant  révision  du  programme  de  clémence  français,  l'Autorité  a  qualifié  celui-­ci  de  
49




Télécharger le fichier (PDF)

Mémoire Margaux TRITON.pdf (PDF, 1.1 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP







Documents similaires


news otre idf 17 juin 2015
faire sauter les pv
roi ffbkb
cp controle routier
rapport beffa 18015
communique de presse controles routiers  pp