DANSE ORIENTALE .pdf


Nom original: DANSE ORIENTALE.pdf
Titre: DANSE ORIENTALE
Auteur: CDI

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PDFCreator 2.1.2.0 / PDFCreator 2.1.2.0; modified using iTextSharp 5.2.1 (c) 1T3XT BVBA, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 02/05/2016 à 14:12, depuis l'adresse IP 194.214.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 390 fois.
Taille du document: 55 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


Histoire de la danse orientale en Égypte
Son origine...
La danse orientale n'est pas récente, ses origines remontent aux cultures ancestrales. La danse
orientale (en arabe "Raqs al sharqi" signifiant "danse de l'orient") est donc originaire du MoyenOrient et des pays arabes.
Durant l'antiquité, dans toutes les civilisations (pharaonique, grecque, mésopotamienne, arabe,
indienne) la danse et la musique jouaient un rôle important dans la vie quotidienne, et nombreux
cultes religieux étaient pratiqués en l'honneur des dieux. Il existait également une croyance fort
répandue selon laquelle la femme possédait un pouvoir magique : celui de concevoir la vie.
Ainsi, traditionnellement, la danse orientale était exécutée par les femmes lors de rites de fertilité,
associés à la fois à la religion et à l'ésotérisme. Les femmes faisaient tournoyer leur corps et
onduler leur ventre afin d'acquérir les faveurs de la déesse de l’amour et de la fécondité,
symbolisant ainsi les mouvements de la conception et de l'enfantement.
Différents types de danse orientale...
En Égypte, trois formes principales de la danse traditionnelle sont associées à la danse orientale :
la danse populaire, la danse classique et la danse de cabaret. Les termes souvent utilisés sont,
respectivement, Sha'abi, Baladi (ou Beledi) et Sharqi.
• Le Sharki est un style classique dansé dans les cours ottomans et même bien avant, au Xème et
XIème siècles. Le cinéma égyptien contribua à sa mise en lumière dans les années 1940-50 grâce
aux danseuses devenues mythiques (Samia Gamaal, Tahia Carioca, Naïma Akef...). Le Sharki
possède un caractère lyrique. Les mouvements sont amples et fluides, les arabesques très
utilisées. Les bases de ce style sont communes aux autres danses.
• Le Baladi est développé en Egypte au début du siècle. Il exprime à la fois la joie et la nostalgie.
Il est le reflet de l'âme égyptienne. Le bassin est enraciné, les mouvements des bras sont proches
du buste et de la tête et expriment de manière contenue et progressivement dévoilée toute la
sensibilité, l'émotion et la passion de la danseuse.
• Le Ghawazee est une danse gitane venue de l'Inde de la tribu des Nawaar qui s'est installée en

Egypte, empreinte d'une grande énergie (vibrations du bassin), son style est joyeux et enjoué. Peu
de gestuel, mais toujours beaucoup de mimiques et d'interprétation avec le visage surtout au
niveau des yeux. On trouve souvent les danseuses Ghawazee accompagnées de sagattes au bout
des doigts (cymbalettes).

Danse
Baladi
ARTERO Jade

Danse
Sharki
LEBRET Amélie 1ere5

Danse
Ghawazee


DANSE ORIENTALE.pdf - page 1/2
DANSE ORIENTALE.pdf - page 2/2

Documents similaires


danse orientale
ensemble 293 juillet aout 2014 p23
art union du 21 09
depliant virades 2012
le journal des zouzous rennais juin 2016
newsletter


Sur le même sujet..