Base de LateX .pdf



Nom original: Base de LateX.pdf

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par LaTeX with hyperref package / pdfTeX-1.40.12, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 13/05/2016 à 16:21, depuis l'adresse IP 83.157.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 472 fois.
Taille du document: 368 Ko (22 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Base de LATEX
Gandrille Jérôme
Écrit le 3 janvier 2015

Table des matières
1 Introduction

2

2 Les structures

3

3 Les environnements

6

4 La mise en forme
4.1 Les caractères réservés . . . . . .
4.2 Les commandes de base . . . . .
4.2.1 Modèle de couleur avancé
4.3 Page de garde et sommaires . . .
4.4 La hiérarchie . . . . . . . . . . .
5 Insertion d’objet
5.1 Les listes . . . . . . . . .
5.2 Les tableaux . . . . . . .
5.2.1 Tableaux de base
5.2.2 Tableaux de texte
5.3 Les images . . . . . . . .
5.4 Le code . . . . . . . . .
5.4.1 Verbatim . . . .
5.4.2 Listing . . . . . .
5.5 Les mathématiques . . .
5.6 Les minipages . . . . . .
5.7 Les cadres . . . . . . . .
5.8 Les PDF . . . . . . . . .

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

6 Conclusion

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

.
.
.
.
.

7
. 7
. 8
. 9
. 10
. 11

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

12
12
13
13
14
15
16
16
17
18
18
19
20

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

21

1

Chapitre: Introduction

Chapitre 1
Introduction
Normalement, ici je devrais vous dire pourquoi LaTeX est ce qui y a de
mieux comme éditeur de texte et que ça fait le café 1 . Moi je vous dirais
juste que si j’utilise LaTeX, c’est parce que mon école, Epita, me demandait
de faire tout mes documents avec et que maintenant j’ai trop la flemme de
réapprendre à faire ça sur Word.
Ce guide n’a pas pour vocation d’être complet et complexe, mais plutôt
d’être une base solide afin de faire des rapports en LaTeX convenables sans
être obligé de chercher sans cesses des informations sur internet. Ce document
utilisera le plus souvent des listes et des exemples afin d’attirer votre œil sur
les parties que vous jugerez, ou que je juge, les plus importantes.
J’ai essayé de cité le plus de mot clé possible ce qui vous permettra de faire
des recherches via Ctrl+F.

1. Il est fort probable que quelqu’un est créé un module pour ça

Page : 2

Chapitre: Les structures

Chapitre 2
Les structures
La première chose à faire est de créer la structure de notre document, sa
mise en forme ainsi que quelque fioritures. Voici ce que j’utilise pour écrire
ce document.
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17

\documentclass[12pt,a4paper,oneside]{report}
\usepackage[utf8]{inputenc}
\usepackage[francais]{babel}
\usepackage{graphicx}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage{eurosym}
\usepackage{float}
\usepackage{xcolor}
\usepackage{verbatim}
\usepackage{fancyhdr}
\pagestyle{fancy}
\fancyhf{}
\renewcommand{\chaptermark}[1]{\markboth{#1}{}}
\fancyhead[R]{\textit{\chaptername: \leftmark}}
\fancyfoot[R]{Page : \thepage}
\renewcommand{\footrulewidth}{1pt}
\usepackage[colorlinks=true,linkcolor=red,pdftex]{hyperref}

Ce serait mentir de dire que j’ai réfléchis afin d’avoir le meilleur format
possible, il y a certain de ces paquets que je n’utilise pas dans mes rapports,
néanmoins ils forment ma base de sureté afin d’avoir constamment un résultat
propre.

Page : 3

Chapitre: Les structures
Voici l’explication de chacun d’entre eux :
1. La ligne la plus importante, sans elle impossible d’avoir un résultat.
C’est ici que vous décidez de la taille de la police de caractère qui
sera utilisé le plus souvent, le format papier qui vous intéresse pour
l’impression et si l’impression sera recto/verso ou pas. Ici ce ne sera pas
le cas, si vous le désirez, vous pouvez remplacer oneside par twoside.
Le dernier est la classe, qui va changer le corps du document, il en
existe quatre très utilisés :
– article : pour des articles destinés à la publication et ne contenant
que quelques pages ;
– report : pour des documents un peu plus longs contenant plusieurs
chapitres, comme des mémoires de thèse ;
– book : pour de véritables livres, de plusieurs centaines de pages ;
– slides : pour faire des présentations sur transparents.
Ainsi que d’autre, moins répandu et moins utilisé tel que beamer, lettre
ou memoir.
2. Signale à LateX que le fichier source est codé en UTF-8, cela lui permet
de reconnaitre les lettres accentuées directement. inputenc signifie input
encoding et indique à LateX que l’encodage se fera avec ce qui a été
précisé entre crochet.
3. Le package babel est celui de langue, ici je choisis l’option français afin
que tout ce qui ne sera pas écrit par moi, soit en français.
4. Permet d’inclure des images.
5. Permet l’utilisation du codage de caractères T1, nouvelle norme LaTeX
qui n’est pas mis par défaut dû à l’incompatibilité avec des documents
plus anciens.
6. Permet l’utilisation du symbole e en tapant \euro\.
7. Permet un réarrangement des images selon la place sur la page. Nous
verrons plus en détail cette partie dans la section image.
8. Permet l’utilisation de couleur.
9. Permet d’ignorer la syntaxe LaTeX. Très utile pour écrire du code par
exemple.
10. Permet de modifier les en-tête.
11. Définie le style fancy à toutes les pages hormis celle de chapitre et la
page de titre.
12. Permet la création d’une en-tête et d’un pied de page.
13. Fait la mise en forme de la prochaine ligne.
Page : 4

Chapitre: Les structures
14. Permet d’afficher le nom du chapitre en haut à droite.
15. Permet d’afficher le numéro de la page à droite avec un préfixe.
16. Permet de séparé le corps du texte du pied de page en faisant une ligne
de taille 1.
17. Permet de faire des lien hyperref. Ce qui est entre crochet permet de
mettre les liens internes en rouge et les liens externes en mauve. Il
faut éviter de le mettre si on ne veut pas s’en servir car il ralentit la
compilation.
Avec ça vous aurez une mise en forme tel que la mienne. Il existe beaucoup
d’autre paquet pour d’autre utilisation, mais il est peu probable que vous ayez
à les utiliser donc je n’en parlerais pas ici, à l’exception de quelques un que
nous verrons plus tard.

Page : 5

Chapitre: Les environnements

Chapitre 3
Les environnements
Tout ce qui se trouve entre un \begin et un \end est un environnement,
c’est à dire que la règle passer entre { } sera valables jusqu’au prochain end
avec la même règle.
On peut ouvrir plusieurs environnements imbriqué sans problème, il faut
juste veiller à ce que les fermetures soit dans le bon ordre. Le premier à être
fermé doit avoir été le dernier à être ouvert, mais comme une image vaut
mieux qu’un long discours.
\begin{document}
\begin{center}
\begin{figure}
\end{figure}
\end{center}
\end{document}
Dans mon exemple précédent si la ligne pour center et figure avait été
inversé, le document ne pourrait pas compiler.
Voici quelques environnements qui peuvent être utile :
center : centrer le texte
flushleft : aligner à gauche
flushright : aligner à droite
verbatim : annule les commandes LaTeX
Par la suite nous allons voir des environnements un peu plus complexe à
utiliser.

Page : 6

Chapitre: La mise en forme

Chapitre 4
La mise en forme
4.1

Les caractères réservés

Avant de commencer votre document, je vous conseil de bien retenir ces
caractères :
{ } % # $ ^ ~ & _ \
En effet ces caractères sont réservés et ne peuvent donc pas être utiliser
n’importe comment. Il existe heureusement deux moyens de les affichés.
\{ pour {
\} pour }
\% pour %
\# pour #
\$ pour $
\& pour &
\_ pour _
\textasciicircum pour ^
\textasciitilde pour ~
\textbackslash pour \
\begin{verbatim}
{ } % # $ ^ ~ & _ \
\end{verbatim}
Utiliser verbatim n’est pas la meilleurs solutions, car il va ignorer toutes
les commandes que vous pourriez vouloir mettre dans votre texte, comme la
création d’un paragraphe ou la mise en gras d’un mot.

Page : 7

Chapitre: La mise en forme

4.2

Les commandes de base

Il existe certaine commande qu’il est bon de connaître ou de pouvoir
retrouver facilement. D’abord quelques moyens pour écrire des caractères :
\og : « suivi d’une espace insécable
\fg : » précédé d’une espace insécable
Commandes de babel option french
\degres
\ier : er
\iere : re
\iers : ers
\ieres : res
\ieme : e
\iemes : es
Puis des commandes de mises en formes :
\textit{texte à mettre en italique}
\textbf{texte à mettre en gras}
\textsc{texte à mettre en petites capitales}
\underline{texte à souligner}
\textsuperscript{texte en exposant}
\footnote{annotation à mettre en pied de page}
\textcolor{couleur}{texte à mettre en couleur}
\\
Fait un retour à la ligne.
\newpage Force le changement de page
\paragraph{} Créer un paragraphe sans nom, avec un alinéa,
et précéder d’un saut de ligne.
On peut aussi utiliser des environnements pour la mise en forme en faisant
des \begin{commande} ... \end{commande}, mais c’est très peu utiliser car
plus lourd à lire.
Un autre moyen de faire un paragraphe sans qu’il soit précédé d’un saut de
ligne est de faire deux fois Entrée. Donc de laisser deux lignes vide entre les
deux parties de texte écrite.

Page : 8

Chapitre: La mise en forme

4.2.1

Modèle de couleur avancé

Ils existent d’autre moyen de mettre du texte en couleur, qui permettent
un plus grand panel de choix.
La commande est \textcolor[modèle]{composantes}{texte à mettre en couleur} et voici la liste des modèles et composantes à utiliser.
rgb : les trois composantes sont des nombres décimaux compris entre 0 et
1, séparés par une virgule ;
RGB : les trois composantes sont des nombres entiers compris entre 0 et
255, séparés par une virgule ;
HTML : les trois composantes sont des nombre hexadecimal entiers compris
entre 00 et FF, accolés ;
cmyk : les quatre composantes sont des nombres décimaux compris entre 0
et 1, séparés par une virgule ;
hsb : les trois composantes sont des nombres décimaux compris entre 0 et
1 (la teinte est donc l’angle en degrés divisé par 360), séparés par une
virgule ;
gray : avec un nombre décimal compris entre 0 (noir) et 1 (blanc).

Page : 9

Chapitre: La mise en forme

4.3

Page de garde et sommaires

Enfin nous pouvons commencer notre document et évidemment, celui-ci
démarre par une page de garde et dans notre cas une table des matières.
Comme LaTeX est sympa, il fait presque ça tout seul.
\begin{document}
\title{\textbf{Base de LateX}}
\author{L’auteur}
\date{Écrit le \today}
\maketitle
\tableofcontents
\begin{document} indique le début de l’environnement du document, il
faudra donc terminer celui-ci, le document, avec un \end{document}.
Avec ça vous avez une page de titre qui affiche : le nom de votre document,
son ou ses auteurs et la date. Le \today est une commande de LateX pour
mettre la date d’aujourd’hui. \maketitle créer la page avec les informations
qui précède. Cette présentation est un peu simpliste mais souvent suffisante 1 .
\tableofcontent créer la table des matières. Si jamais vous en voudriez une
deuxième, par exemple pour en avoir une au début et une à la fin, il faut
alors utiliser shorttoc.
\usepackage{shorttoc}
\renewcommand*\contentsname{Contents (detailed)}
\begin{document}
\shorttoc{Contents}{1}
...
\tableofcontents
Le 1 signifie que l’on affichera uniquement les sections. Il correspond au
niveau des titres dans la hiérarchie que nous verrons dans la section suivante.

1. Si jamais vous voudriez quelque chose de plus fournit je vous invite à regarder
http://en.wikibooks.org/wiki/LaTeX/Title_Creation

Page : 10

Chapitre: La mise en forme

4.4

La hiérarchie

Afin de mieux organiser le document, LaTeX nous propose de séparer
les parties de notre texte en suivant un système hiérarchique. Le niveau le
plus haut est la partie et est de niveau -1. En lui indiquant ces niveaux de
hiérarchie, LaTeX peut produire une table des matières, par défaut elle aura
une profondeur de 2, lui permettant d’afficher des parties jusqu’aux soussections. LaTeX s’occupera de la numérotation ainsi que de la mise en page
pour nous.
La hiérarchie est la même pour toutes les classes, hormis la classe article
qui n’a pas de chapitre, mais la mise en forme sera différente selon la classe
choisit.
partie :
\part{Titre de la partie}
chapitre :
\chapter{Titre du chapitre}
section :
\section{Titre de la section}
sous-section :
\subsection{Titre de la sous-section}
sous-sous-section : \subsubsection{Titre de la sous-sous-section}
paragraphe :
\paragraph{Titre du paragraphe}
sous-paragraphe :
\subparagraph{Titre du sous-paragraphe}
On peut très bien nommer un titre vide, ce qui se fait très souvent pour
les paragraphes et sous paragraphes.
On peut également décider de retirer les numéros de parties en mettant un
* avant {.

Page : 11

Chapitre: Insertion d’objet

Chapitre 5
Insertion d’objet
5.1

Les listes

Nous arrivons au partie un peu plus avancé de la mise en forme et nous
commençons avec la plus courante, c’est à dire les listes. Très utiles lorsqu’on
décrit un rapport et que l’on veut être concis, LaTeX nous offre trois moyens
de le faire.
\begin{itemize}
\item Pratique quand on a
\item plusieurs choses à expliquer
\item sans relation d’ordre
\end{itemize}
\begin{description}
\item [Pratique] quand on a
\item [plusieurs] choses à expliquer
\item [sans relation] d’ordre
\end{description}
\begin{enumerate}
\item Quand on veut
\item mettre un ordre
\item dans la liste
\end{enumerate}

– Pratique quand on a
– plusieurs choses à
lister
– sans relation d’ordre
Pratique quand on a
plusieurs choses à expliquer
sans relation d’ordre

1. Quand on veut
2. mettre un ordre
3. dans la liste

Page : 12

Chapitre: Insertion d’objet

5.2

Les tableaux

Avant de commencer, il faut connaitre une liste de symbole et leur utilité
pour les tableaux.
l : colonne alignée à gauche
c : colonne centrée
r : colonne alignée à droite
| : filet vertical
|| : double filet vertical
& : séparateur de colonne
\\ : débute une nouvelle ligne
\hline : filet horizontal
p{largeur} : colonne de largeur fixée, justifiée et avec alinéa ; le texte est
positionné en haut de la cellule
m{largeur} : comme précédemment, mais le texte est centré verticalement
b{largeur} : comme précédemment, mais le texte est positionné en bas de
la cellule

5.2.1

Tableaux de base

Commençons par la base, un tableau sans filet. Parfait pour faire des
matrices, même si le faire avec l’environnement math est mieux.
\begin{tabular}{ l c r }
1 & 2 & 3 \\
4 & 5 & 6 \\
7 & 8 & 9 \\
\end{tabular}

1
4
7

2
5
8

3
6
9

Ajoutons maintenant quelque filets pour fermer notre tableau.
\setpackage{array}
\begin{document}
\begin{tabular}{| l | c || r | }
1
\hline
4
1 & 2 & 3 \\ \hline
7
4 & 5 & 6 \\ \hline
7 & 8 & 9 \\
\hline
\end{tabular}

2
5
8

3
6
9

Page : 13

Chapitre: Insertion d’objet

5.2.2

Tableaux de texte

Mettre des chiffres dans des cases, c’est sympa pour les sudoku et les
carrés magique mais on aimerait bien mettre un peu de texte aussi. Parfois,
utiliser le tableau exactement comme avec les chiffres suffira, parfois, on préféra que le texte dans une case soit sur plusieurs lignes afin d’éviter le résultat
de l’exemple ci-dessous.
colonne 1
court texte

colonne "M"
Texte plus long qui fait une colonne trop longue

\newcolumntype{M}[1]{>{\raggedright}m{#1}}
\begin{tabular}{|l|M{4cm}|}
\hline
colonne 1 & colonne "M" \tabularnewline
\hline
court texte & Texte plus long qui fait une colonne
pas trop longue \tabularnewline
\hline
\end{tabular}
colonne 1
court texte

colonne "M"
Texte plus long qui
fait une colonne pas
trop longue

Page : 14

Chapitre: Insertion d’objet

5.3

Les images

Puisque parfois une image vaut mieux qu’un long discours, il est bon de
savoir en intégrer dans nos documents.

\begin{figure}[H]
\begin{center}
\includegraphics[width=5cm]{pile.png}
\caption{Ceci est une image}
\end{center}
\end{figure}
Figure 5.1 – Ceci est une image

Le H entre crochet signifie here et permet de mettre l’image à l’emplacement exact où le code à été mit car de base LaTeX met les image là où il y
a de la place, il faut donc parfois forcer la position.
h : à côté du texte précédant dans le source (here),
t : en haut d’une page (top),
b : en bas d’une page (bottom),
p : dans une page ne contenant que des flottants (regroupement des figures
et tableaux).
Le width=5cm permet de régler la longueur de l’image à 5cm, on peut
également choisir les options height ou scale qui permettent de définir la
hauteur ou l’échelle de l’image.

Page : 15

Chapitre: Insertion d’objet

5.4

Le code

En tant qu’étudiant à EPITA, je fais majoritairement ce guide pour
d’autre étudiant de mon école et ce serait incroyable s’il venait à être transmis
ailleurs. Mais comme je suis dans une école d’informatique, il pourrait être
intéressant de savoir comment intégrer proprement du code à son LaTeX.
Nous allons voir deux méthodes pour cela.

5.4.1

Verbatim

Nous avons vus précédemment l’environnement verbatim qui permet d’ignorer la syntaxe de LaTeX mais il existe un environnement légèrement différent
qui gère les tabulations : verbatimtab
\usepackage{moreverb}
\begin{document}
\begin{verbatimtab}
...
\end{verbatimtab}
#include <stdio.h>
main()
{
printf("hello, world\n");
}

Page : 16

Chapitre: Insertion d’objet

5.4.2

Listing

La deuxième méthode est très intéressantes car elle permet d’avoir la coloration syntaxique et donc d’avoir la même lisibilité que dans nos terminaux.
\usepackage{listings}
%%configuration de listings
\lstset{
language=c++,
basicstyle=\ttfamily\small, %
identifierstyle=\color{red}, %
keywordstyle=\color{blue}, %
stringstyle=\color{black!60}, %
commentstyle=\it\color{purple!40!black!}, %
columns=flexible, %
tabsize=2, %
extendedchars=true, %
showspaces=false, %
showstringspaces=false, %
numbers=left, %
numberstyle=\tiny, %
breaklines=true, %
breakautoindent=true, %
captionpos=b
}
\begin{document}
\begin{lstlisting}
#include <iostream.h>
int main() {
//print out the text string, "Bonjour!"
cout << "Bonjour" << endl;
return 0;
}
\end{lstlisting}

Page : 17

Chapitre: Insertion d’objet

1

#include <iostream.h>

2
3

int main() {

4

//print out the text string , "Bonjour!"
cout << "Bonjour" << endl;

5
6
7

return 0;

8
9
10

}

5.5

Les mathématiques

Je me risquerais pas à faire une véritable partie sur les mathématiques,
elle ferait presque la taille du document que vous êtes actuellement en train
de lire. Je préfère donc vous renvoyez plus surement vers le wikibook de
LaTeX

5.6

Les minipages

Vous avez certainement remarqué qu’à plusieurs reprises du texte et une
image/tableau/liste se trouvait sur la même ligne. Un des moyens les plus
simples pour le faire est de créer des minipages.
\begin{minipage}[c]{0.5\linewidth}

...
\end{minipage} \hfill

\begin{minipage}[c]{0.5\linewidth}

...
\end{minipage}

<-- Créer une minipage
de la moitié de
la largeur de la page
<-- Dit que la prochaine
minipage se
trouvera à droite
<-- Créer une minipage
de la moitié de
la largeur de la page
<-- Ferme la minipage

Page : 18

Chapitre: Insertion d’objet

5.7

Les cadres

Maintenant vous allez voir comment faire des cadres, ainsi vous pourrez
faire en sorte que certaine partie de votre texte attire plus l’attention.
\fbox{\colorbox{cyan}{’’texte’’\\}}

”texte”

\newcommand{\titlebox}[2]{%
\tikzstyle{titlebox}=[rectangle,inner sep=10pt,inner ysep=10pt,draw]%
\tikzstyle{title}=[fill=white]%
%
\bigskip\noindent\begin{tikzpicture}
\node[titlebox] (box){%
\begin{minipage}{0.94\textwidth}
#2
\end{minipage}
};
%\draw (box.north west)--(box.north east);
\node[title] at (box.north) {#1};
\end{tikzpicture}\bigskip%
}
\begin{document}
\titlebox{TITRE}{Le texte que je veux mettre dedans.}
TITRE
Le texte que je veux mettre dedans.
Afin de créer des cadres plus utiles et jolies, je vous invite à voir le site
d’Alexis Flesch. Mais avant de s’y attaquer, sachez qu’il vous faudra savoir
comment utiliser les extensions. Pour plus d’information à ce sujet je vous
renvois à wikibook.

Page : 19

Chapitre: Insertion d’objet

5.8

Les PDF

On peut également inclure des pdf. Les pages ajoutées seront comptabilisées pour notre table des matières et les pages suivantes mais toutes les
pages ajoutées venant d’un autre document auront leur propre mise en page
et n’auront pas les indications de pagination du document actuel.
\usepackage[final]{pdfpages}
\begin{document}
\includepdf[pages=1-4]{nom_du_pdf.pdf}
Ajoute les pages 1 à 4 compris.
\includepdf[pages=1,2,4]{nom_du_pdf.pdf}
Ajoute les pages 1, 2 et 4
\includepdf[pages=-]{nom_du_pdf.pdf}
Ajoute tout le pdf.
Il est par contre indispensable que toutes les pages demandés existent.
Par exemple si on demande la page 4 de pdf.pdf et que celle ci n’existe pas,
cela fera une erreur de compilation.

Page : 20

Chapitre: Conclusion

Chapitre 6
Conclusion
J’espère que vous vous êtes bien amusé à lire ce texte, même si je doute
que quiconque soit en train de lire cette conclusion.
J’espère sincèrement que ce guide à pu vous être d’une quelconque utilités
dans vos projets d’écriture. Celui-ci sera probablement étoffer au fil du temps,
si j’en ai moi même.
Que l’inspiration soit avec vous

Page : 21


Aperçu du document Base de LateX.pdf - page 1/22
 
Base de LateX.pdf - page 3/22
Base de LateX.pdf - page 4/22
Base de LateX.pdf - page 5/22
Base de LateX.pdf - page 6/22
 




Télécharger le fichier (PDF)


Base de LateX.pdf (PDF, 368 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte




Documents similaires


base de latex
coursword2010
code source template latex
guide openoffive writer
cours initiation tikz2017
reponses mos ppt 2010

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.013s