SpotAlcool (1) .pdf



Nom original: SpotAlcool (1).pdf

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par / Skia/PDF, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 14/05/2016 à 19:04, depuis l'adresse IP 77.144.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 521 fois.
Taille du document: 709 Ko (15 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Legrand Léa n°L13017529 
Gevaux Ambre n°G15019273 
Gillet Louis n°G11524192 
Hardel Alexia n°H15022264 
Holzl Barbara n°H13026407 
 
 
 
  

Évaluation des campagnes de communication sur la santé 
 

V9 et V10 : La consommation d’alcool​
 : 
 
  
  
  
  

  
  
  
  
  
 

 

Table des matières : 
 
Introduction ……………………………………………………………………..………...p.2 
 
1) Vidéo numéro 9 “​
Le geste qui sauve​
”​
 : 
 
● Description………………………………………………………………………...p.2 
● Analyse…………….……………………………..…………………;…………….p.3 
● Hypothèses………………………………………………………….……………..p.5 
● Résultats……………………………………………………………….…………..p.5 
 
2) ​
Vidéo numéro 10 “​
Campagne de prévention contre l'alcool chez les jeunes​
” ​

 
● Description……………………………………………………………….……….p.7 
● Analyse….………………………………………………………………….……..p.8 
● Hypothèses………………………………………………………………….……..p.9 
● Résultats…………………………………………………………………….……..p.10 
 
3) ​
Conclusion……………………………………………………………………………...p.14 
 
4)​
 Bibliographie…………………………………………………………………………...p.14 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 



 

Introduction ​

 
En  1984,  la première campagne de sensibilisation contre l’abus d’alcool fait  son apparition. Il 
y  a  une  volonté  de  “débanaliser”  sa  consommation.  Au  fil  des  années,  les  messages  ont 
évolué,  traitant  davantage  de  sujets  tels  que  l’alcool  au  volant,  la  dépendance  ou  encore  les 
conséquences  sociales  de  l’abus  d’alcool.  Les  publics  visés  ont  également  changé,  passant 
d’un public indifférencié dans les années 80 à un public plus ciblé à partir des années 2000. 
 
Nous  allons  voir  dans  ce  dossier,  deux  campagnes  de  communication  sur  la  consommation 
d’alcool.  En  première  partie,  nous  aborderont  la  vidéo  numéro  9  sur  “​
Le  geste  qui sauve​
” en 
soulevant la question de la dépendance à l’alcool envers un jeune public. 
Dans  la  deuxième  partie,  nous  parlerons  de  la  vidéo  numéro  10  “​
Campagne  de  prévention 
contre  l’alcool  chez les jeunes​
” en remettant en cause l’impact qu’elle peut avoir (ou non) sur 
le public visé. 
 
Nous  pouvons  nous  poser  la  question  suivante  :  Les  campagnes  de  prévention  ont­elles  un 
impact réel sur les jeunes de 15 à 30 ans ?  
 
1) Vidéo numéro 9 “​
Le geste qui sauve​
”​
 : 
 

A) Description ​

 
Cette  vidéo  a  été  diffusée  en  2004  par  l’INPES  [Institut  National  de  Prévention  et 
d’Education  pour  la  Santé]  dans  le  cadre  d’une  campagne  de  prévention  des  risques  liés  à 
l’abus  d’alcool.  Ce  court  ­   métrage  incite  les  buveurs  réguliers  excessifs  à  réduire  leur 
consommation  pour diminuer leurs risques de maladie. «​
Le geste qui sauve​
», c’est le geste du 
refus  de  boire.  Elle  met  l’accent  sur  la  responsabilité  de  l’individu  vis  à  vis  de  son corps, de 
sa santé, et lui rappelle que lui seul a le pouvoir de décider de son sort. 
 
Cette  campagne  comporte  également  trois  affiches  qui  ont  été  diffusées  dans  la  presse 
masculine,  les magazines d'informations et la presse télévisuelle, entre novembre et décembre 
2004.  
 
L’affiche   présente  un  sablier  dans  lequel 
s'écoule  l'alcool, rappelant que : “​
Jour après 
jour,  votre  corps  enregistre  chaque  verre 
que  vous  buvez​
”.  Le  message  rappelle 
“​
qu'au­delà  de  trois verres par jour pour les 
hommes  et  de  deux  verres  pour   les  femmes, 
l'alcool favorise l'apparition de cancers​
”. 


Un  million  de  dépliants  ont  été  diffusés  auprès  des  médecins  généralistes,  des  médecins  du 
travail, des pharmaciens et des comités d'entreprises. 
 
 
En  France,  cinq  millions de français  sont des buveurs excessifs d’alcool selon l’Organisation 
Mondiale  de  la  Santé   [OMS].  En  2015,  environ   21   %  des  étudiants  seraient  des  buveurs 
excessifs.  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
B)​
 ​
Analyse​
 : 
 
Cette  vidéo  montre  une  succession de plans courts et rapprochés sur des mains. La caméra ne 
dévoile  jamais  le  visage  de  la  personne,  ce  qui pourrait signifier que la campagne s’adresse à 
un  public  large.  Cependant,  la  main  filmée  présente  des  signes  de  vieillesse,  ce  qui  pousse à 
douter  de  l’efficacité  de  ce  spot  :  les  personnes  relativement  jeunes  et  jeunes  adultes  sont 
susceptibles de ne pas se sentir concernés par une telle vidéo. 
  
Nous pouvons décomposer cette vidéo en trois parties distinctes :  
 
1ère  partie​
,  la  découverte  de  la  maladie  ​
:  Les  gestes  sont  liés  à  des  examens  médicaux 
(prise  de  sang...),  à  la  maladie  (prise  de  médicaments...) et les résultats des examens. Chaque 
coupure  décrit  une  nouvelle  action.  La  musique  crée  une  tension,  une  ambiance  angoissante 
avec  son  rythme  lent  et  des  notes  aiguës.  L’image  est  légèrement  grisâtre,  “désaturée”.  Elle 
semble souligner la vie qui s’échappe progressivement du corps malade. 
 


2e  partie​
,  ​
affichage  du  message  ​
:  Un  carton  vient  interrompre  cette  succession  de 
mouvements : "​
Un petit geste peut vous  en épargner beaucoup d'autres​
". Un son “choc” ainsi 
qu’un contraste noir et blanc s’impose. 
 
3e  partie,  présentation  du  “geste”  qui  sauve  :  Nous  voyons  un  homme  dans  une  situation 
de  consommation  ordinaire  qui   manifeste  son  refus  de  boire  un  verre  de  plus.  Il  s’agit  d’un 
flash­back.  C’est  la  solution   pour  éviter de reproduire les extraits du début. La scène se passe 
à  l’extérieur,  dans  un  jardin  (présence  de  verdure,  le  repas  entre  amis/famille,  le 
printemps/été).  Tous  ces  éléments  rappellent  la  vie,  le  bon  temps.  Une  voix  off  rappelle  les 
risques  et  les  repères  et  conclue  :  "​
Diminuez  votre  consommation  quotidienne,  Alcool  votre 
corps se souvient de tout​
". 
 
C)​
 Hypothèses​
 : 
 
Les  premières  hypothèses  sont  plutôt  tournées  vers  la  réception  du  spot  publicitaire  par 
rapport à son auditoire. Nous nous sommes rapidement rendu compte que le message qui était 
voulu  n’était  pas  nécessairement  le  message  saisi  au  premier  abord.  Il  nous  a  fallu  regarder 
plusieurs  fois  la  vidéo  afin  d’en  décrypter  le  sens  véritable.  Le  fait  de  ne  percevoir  aucune 
silhouette,  aucun  visage  laisse  place  à  de  profondes  interrogations  quant  aux  objectifs 
attendus.  Les  phrases  de   fin  permettent  alors  de  poser  des  mots  sur  les  images  qui  défilent à 
fond de notes de piano sous tension.  
 
Nous pouvons nous questionner par rapport au public : 
● Tous les publics sont­ils réellement touchés ?  
● L’absence  de  visage  n’empêche  t­elle  pas  l’identification  ?  Ne  minimise  t  ­  elle  pas 
l’impact sur les publics ? 
● Y  a  t­il  un  impact  assez  fort  pour  permettre  un  certain  changement  d’attitudes  ou  de 
comportements face à l’alcool ? 
● Est ce que le jeune public fait parti des buveurs collectifs ? 
● La vidéo est­elle assez claire dans son message ? 
 
D)​
 Résultats​
 : 
 
Nous  allons  maintenant  présenter  et  analyser  les  résultats  obtenus  via  notre  premier 
questionnaire.  
 
Profils des personnes interrogées : 
Sur  les  40  réponses  obtenues,  la  majorité  des  personnes  ayant  répondu  étaient  des  femmes 
(72,5%),  et  âgées  entre  18  et  25  ans  (92,3%).  La  plupart  étaient  des  étudiants  (87,5%  contre 
12,5 % de salariés et 2,5% de chômeurs). 
 
 


Graph. 1 : Fréquence de consommation d’alcool 

Ce  graphique présente la répartition de la consommation d’alcool en fonction de la fréquence, 
qui  est  majoritairement  partagée  entre une consommation allant de  1  à 4 fois par mois (25%), 
de  2  à  5  fois  par  semaine  (22,5%)  et  1  fois  par  semaine  (25%).  Ainsi,  près  des  ¾  des 
personnes interrogées consomment de l’alcool au minimum 1 fois par mois.  
 
En  ce  qui  concerne  les  circonstances,  la  majorité  des  personnes  interrogées  consomment  de 
l’alcool  lors  de  soirées  et  de  dîners  (en  famille  ou  entre  amis),  peu   de  personnes  en 
consomment  seuls  (7,7%)  et  très peu  n’en consomment pas (5,1%). Plus des ¾ des personnes 
interrogées  consomment  entre  1  et  5  verres,  et  15,4%  consomment  entre  5  et  10  verres.  Peu 
de  personnes  consomment  plus  de  10  verres  (5,1%).  Plus  de  la  moitié  (56,4%)  estime  avoir 
déjà  été  incité,  par  la  famille  ou  des  amis,  à  boire  de  l’alcool.  Également,  la  majorité  des 
personnes interrogées pensent connaître leurs limites et savoir s’arrêter quand il le faut. 
 
Réception du spot : 
 
Selon  les  personnes  interrogées,  le  message le plus souvent perçu suite au visionnage du spot 
est  celui  de  la   régulation.  En  effet,  beaucoup  évoquent l’idée de limitation, de responsabilité, 
de  régulation  de  la  consommation,  la  modération,  le  contrôle,  ne pas faire d’excès. Certaines 
personnes  évoquent  également  les  conséquences  de  l’alcool  au  quotidien  sur  le  long  terme, 
les problèmes que cela entraîne sur la santé. 
 
Graph. 2 : Proportion de personnes se sentant concernées par les risques liés à l’alcool 
(échelle de 1 à 5) 
 
 



Ce  graphique  démontre  que  sur  une  échelle  de  1  à  5,  plus  de  la  moitié  des  personnes 
interrogées  ne se  sentent que peu concernés par les risques liés à l’alcool (52,5% entre 1 et 2), 
17,5%  des  personnes  se  sentent  moyennement  concernées  (3)  et  moins  du  tiers  se  sentent  
réellement concernée (30% entre 4 et 5). 
 
Graph. 3 : Proportion de personnes jugeant la campagne efficace 

 
 
On  remarque  ici  que  seulement  la  moitié  des  personnes  interrogées  trouvent  cette  campagne 
efficace.  Les  raisons  les  plus  évoquées  justifiant  un tel pourcentage sont que la campagne est 
peu  explicite,  peu  convaincante,  peu  marquante,  trop  impersonnelle,  on  évoque  un  mal  à 
s’identifier. 
 
Graph. 4 : Proportion de personne jugeant la campagne utile pour se remettre en 
question 

 
Ce  graphique  résume  l’efficacité  de  cette  campagne.  Près  des  ¾  des  personnes  interrogées 
pensent  que ce spot ne les aidera que peu (entre 1 et 2) à se remettre en question, et seulement 
trois personnes jugent cette campagne efficace (entre 4 et 5). 
 


Ces  résultats  répondent  à  plusieurs  hypothèses  que  nous avons posé précédemment. En effet,  
nous  nous  interrogions  sur  la  clarté  du  message  véhiculé  ainsi  que  l’importance  de  impact  
qu’il  pouvait  avoir.  En  se  basant  sur  les  réponses  récoltées,  il  semblerait  que  le  message 
véhiculé  n’est  pas  assez  clair  pour  permettre  aux  personnes   visionnant le spot de  s’identifier. 
Le  fait  de montrer une main sur les plans ne permet pas aux publics de se retrouver dans cette 
campagne,  ils  trouvent  au  contraire  le  spot impersonnel et peu explicite. Ce manque de clarté 
joue un rôle important car c’est ce qui minimise l’effet que peut avoir la campagne. 
 
En  ce  qui  ce  qui  concerne  l’impact, il semblerait que cette campagne ait très peu d’influence. 
Selon  les  réponses  obtenues,  les  publics  ne  se   sentent,  de  base,  que  peu  concernés   par  les 
risques  liés  à  l’alcool.   Cela  peut  être  mis  en  corrélation  avec  le  fait  que  les  publics  jugent  la 
campagne  peu  efficace.  Ainsi  le  fait de se sentir peu concerné peut influer sur le jugement du 
spot.  De  plus,  le  dernier  graphique  semble  répondre  à  notre  dernière  hypothèse  : l’impact de 
la  campagne  n’est   pas  assez  important pour opérer un changement de comportement vis à vis 
de la consommation d’alcool chez plus de la moitié des publics. 
 
Nous  ne  pouvons  cependant  pas  répondre  à  l’hypothèse  concernant  les  jeunes  publics  et  les 
buveurs  collectifs,  les  réponses  concernant  la  fréquence  de  consommation  étant  trop 
dispersées.  En  effet,  moins  d’un  quart  des  publics  consomment  de  l’alcool  entre  2  et  5  fois 
par semaine, ce qui peut être considéré comme régulier, et la moitié consomment moins. 
 
 
2)​
 ​
Vidéo numéro 10 “​
Campagne de prévention contre l'alcool chez les jeunes​
”​
 : 
 
A) ​
Description ​

 
Cette  vidéo  a  été  mise  en  ligne  en  mai  2012  sur  une  plate­forme  de  streaming  (Youtube 
France). Elle traite le sujet sur l’alcool et les jeunes.  
 
Contrairement  à   la  précédente,  cette  vidéo  n'est  pas  officielle.  Elle  n'est  pas  recensée dans la  
liste  des  campagnes  contre  l'alcool  de  l'INPES, contrairement à ce  que pourrait laisser penser 
le logo affiché à la fin du spot.  
 
Les  commentaires  de  la  vidéo  nous  laissent  supposer  qu'il  s'agit  d'un  spot  produit  par  des 
lycéens,  qui  suivent  en  partie  les  codes  des  vidéos  de  prévention  du  gouvernement.   Il  n'est 
fait  mention  nulle  part  de  sources,  d'un  site  officiel  ou  d'une  quelconque  description.  Nous 
pouvons  vraisemblablement  affirmer  que  cette  vidéo  est  faite  par  des  lycéens,  pour  des 
lycéens.  Le  budget  consacré  est  visiblement  très  faible  :  une  caméra,  quelques  bouteilles 
d'alcool, l'appartement d'un des lycéens, et eux­mêmes qui servent d'acteurs.  
Les  moyens  consacrés  à  la  diffusion  sont  également  inexistants  :  l'avènement  d'internet 
permet  à  chacun  de  poster  une  vidéo  en  ligne  sans  dépenser  un  centime.  Il ne semblerait pas 
avoir d’entreprise de communication impliquée (aucune mention indiquée). 


 
Ici,  l’auteur  n’écrit  pas  en  son  nom  propre  mais  au  nom  de  l’INPES.  Nous  apprenons  en 
cherchant  un  peu  que  l’institution  n’a  en  fait  rien  à  voir  avec  cette vidéo. Nous  ne disposons 
que  de  peu  d’informations  sur  l’auteur.  Il  n’y  a  ni  signature  ni  mise en avant d’aucune sorte. 
Le  point  de  vue  adopté  est  que  la  consommation  abusive  d’alcool  lors  de  soirées  organisées 
par  les  jeunes  est  à  proscrire  sous  peine  de  s’exposer  à  de  graves  dangers  :  “​
l’excès d’alcool 
entraîne comas éthyliques, violence, accidents, abus sexuels​
” 
 
 
B)​
 Analyse​
 : 
 
Les  personnes  concernées  par  la  vidéo  sont  des  adolescents  et  des  jeunes  adultes.  Il  y  a  une 
mise  en  contexte   d’une situation concrète de consommation d’alcool par les jeunes lors d’une 
soirée  organisée.   Nous  n’avons  pas  trouvé  de  campagne  publicitaire  pour  épauler  le  support 
principal puisqu’il ne s’agit pas d’une vraie campagne publicitaire. 
 
Nous pouvons décomposer cette vidéo en trois parties distinctes : 
 
1ère  partie  :  Un  texte  sur  fond  noir  apparaît,  mettant  en  place  la  scène  à  venir.  Des  jeunes, 
vraisemblablement  mineurs,  achètent  des  bouteilles  d’alcool  fort.  Ensuite,  il  y  a  une 
succession  de  plans  courts  en   gros  plan  détaillant chaque action entreprise lors du passage en 
caisse,  le tout sur une musique  calme mais entraînante. S’ensuit une ellipse narrative qui nous 
mène au lieu de la soirée, la maison d’un des jeunes, sans doute. Une musique plus forte entre 
en  jeu.  De  nouvelles  bouteilles  d’alcool  sont  posées  sur  la  table  en  plus  de  celles  achetées 
préalablement.  Les  verres  se  remplissent.  Les jeunes dansent. (A noter  qu’il y a une tendance 
à  l’identification  du  style  américain:  l’alcool  est  servi  dans  des  verres  rouges,  la  musique  de 
fond  quant  à  elle  vient  tout  droit  du  film  “Projet  X”,  sorti  en  2012,  à  la  même  date  de sortie 
de la vidéo tournée par ces jeunes).  
C’est  la  première  partie,  celle  de  l’amusement.  Quelques  personnes  ne  sont  plus  en  pleine 
possession  de  leurs  moyens,  mais l’ambiance reste bon enfant. Il n’y a pas grande action, peu 
de  personnes  sont  impliquées  dans  cette  consommation  :  quatre  filles  et  un  garçon.  Nous 
pouvons  facilement  apercevoir  les  bouteilles  d’alcool  disposées  sur  la  table  en  plus  des 
bouteilles de jus de fruits : c’est l’heure de faire des mélanges. 
Les  volets  sont  fermés  bien  que  l’on  puisse  encore  y  voir  du  jour.  Un  léger  détail  qui fausse 
un  peu  notre  analyse  :  a   savoir  si  les  jeunes  font  la  fête  la  journée  avec  les  volets  fermés  ou 
s’ils arrivent à attendre que la nuit tombe pour consommer. 
 
2e  partie  :  Un  peu  à  l’écart  de  la fête, une jeune fille s’assoit sur les  escaliers et commence à 
rire  /  pleurer.  Elle  semble  ivre  :  elle  rampe  dans  l’escalier  jusqu’à  l’étage,  où  elle  entre dans 
la  salle  de  bain,  puis dans  la baignoire  remplie d’eau. La jeune est encore totalement habillée. 
La  lumière  près  de   la  baignoire  est  tamisée  de  rouge.  A  cause  de  son  inconscience,  elle 
pourrait  s’électrocuter.  Des  allumettes  et  une  cigarette  à  la  bouche,  elle  se  met  à  fumer  en 


chantonnant.  
C’est  la  deuxième   partie,  on  comprend  que  quelque  chose  ne tourne pas rond, et que l’alcool 
joue un rôle dans ce changement d’ambiance. 
 
3e  partie  :  La  jeune  fille  s’allonge  de  plus  en  plus  dans  la  baignoire,  elle  perd  le  contrôle. 
Dans la pièce principale, une autre fille boit plusieurs verres d'affiler sous les encouragements 
de  ses  camarades.  Elle  s’écroule.  S’ensuit  un  retour  à  la  salle  de  bain,  où  la  première  fille 
lâche  sa  cigarette  et  s’immerge  totalement  dans  l’eau  de  la  baignoire,  inconsciente.  Le  plan 
est coupé par un fond noir, suivi où s’inscrit le discours moralisateur de la vidéo. 
C’est  la  troisième  partie,  où  les  inquiétudes  de  la  seconde  trouvent  un  écho  dramatique.  Les 
deux  jeunes  filles,  suite  à  une  trop  grande  consommation  d’alcool  pendant  la  soirée, perdent 
pied. Le pire se produit. 
L'effet recherché est visiblement d'avertir les adolescents et des dangers de l'alcool. A cet âge, 
nous  ne  parlons  toujours  pas de conduite en  état d’ivresse, mais plutôt des accidents et comas 
éthyliques (mention faite en fin de vidéo).  
 
Nous  suivons  deux  cas  différents   :  l'une  qui  se  retrouve  seule  et  se  noie,  l'autre qui  s'écroule 
sous  les  encouragements  d'autres  jeunes.  Le  but  semble  de  permettre  au  spectateur  de 
s'identifier  en  montrant  une  soirée  auxquelles  chaque  jeunes  peuvent  se   rendre  un  samedi 
soir. 
 
Nous pouvons rajouter une tendance à la réprimande plus ou moins masquée avec des phrases 
passives­agressives  de   type  :   “​
En  effet,  tout  est  possible​
”.  La  vidéo  a  une  fonction  politique, 
dans  le  sens  où  elle  entre   dans  l’agenda  du  gouvernement  en  ce  qui  concerne la santé. Elle a 
notamment  une  fonction  civique   dans  la  mesure  où,  subrepticement, la vidéo nous enjoint de 
ne pas mourir dans la baignoire de nos camarades de classe. 
 
Les  destinataires  visés  sont  les   adolescents,  les  lycéens  (“​
à  16  ans  on  croit  que  tout  est 
possible​
”).  De  manière  caricaturée,  nous  pourrions  estimer  que  les  attentes  supposées  de  ce 
groupe  social  sont  de  faire  des  soirées  avec  leurs amis, de boire beaucoup  pour faire “​
comme 
les  autres​
”,  et  de  revendiquer  une  certaine  conduite à risque. Il s’agit du parti pris de l’auteur 
quant à sa vision de l’adolescent qui n’est pas montré sous son meilleur jour.  
 
Notons  en  vrac  :  pression  des  pairs,  ébriété,  binge  drinking,  sans  compter  l’effroyable 
manque  de  civisme   envers  les  voisins  qui  ne  peuvent  qu’entendre  la  musique  vu  le  volume 
élevé.  Lorsque  l’auteur  s’adresse  à  lui,  il  se  veut  être  le  “sage”  qui  explique  les  risques  aux 
enfants. 
 
C) ​
Hypothèses ​

 
Un  projet  qui  viserait  à   sensibiliser   les  jeunes,  certes  mais  de  manière  exagérée.  Nous 
supposons  avoir  tous eu la chance de parcourir nos 16 ans, et à quelques souvenirs près, notre 


génération  est  loin  d’être  aussi  morose  à  prendre  un  bain  en  soirée,  une  lampe sur le bord de 
la  baignoire  et   une  cigarette  à  la bouche. Découlant seulement d’un  projet d’adolescents, non 
sans  visée  professionnalisante,  puisque  imitant  une  campagne  de  l’INPES,  et  bien  que 
quelques  moyens  intéressants  soient   réunis  (musique  de  fond  qui  engage  à  la  fête,  des  plans 
qui  dénotent  de  la  décadence  de  la  jeunesse,  une  phrase   de  fin  supposée  choc)  l’effet 
escompté  reste  amoindri  par  la  tournure  excessive  et  tournée  en   dérision  de  ces  genres  de 
fêtes  supposées  représenter  la  jeunesse  d’aujourd’hui. Toutes ces constatations nous amènent 
donc à la formulation des hypothèses ci­dessous :  
 
Nous pouvons nous questionner : 
 
● Une  vidéo  amateur  tournée  par  une  personne  que  l’on  suppose  dans  cette  tranche 
d’âge a­t­elle plus d’impact sur le public visé que les spots institutionnels ? 
● Les  images  évoquées  sont­elles  véritablement  proche  de  ce  qu’il  se  passe  réellement 
dans la vie d’un(e) adolescent(e) de 16 ans ?  
 
D)​
 Résultats​
 : 
 
2/3  des  sondés sont des femmes contre 1/3 d’hommes qui ont entre 18 et 25 ans. Presque tous 
sont étudiants (94,4%). 
 

 
Nous  notons  que  la  fréquence  de  consommation  d’alcool  est  très  hétérogène.  La  tendance  la 
plus  forte  est  relative  à  une  consommation  plutôt  modérée  :  1  à  5  fois  par  mois,  ce  qui 
correspond  à  moins d’une fois par semaine pour 38,9% des sondés. Nous pouvons néanmoins 
souligner  que  la  tendance  à  une  consommation  plus  excessive  (2  à  5  fois  par  semaine) 
correspond  à  un  peu  plus  de  20%  des  personnes  interrogées  alors  que  la  somme  des 
consommateurs  occasionnels  (1   à  5  fois  par  an)  et  des  non  consommateurs  est  sous  le  seuil 
des 6%.  La propension des jeunes à la consommation semble donc se vérifier ici.  
 

10 

 
 
En  dépit  des  idées  reçues,  nous  constatons  ici  que  le  vin  arrive  en  tête  des   boissons 
consommées avec 72,2% devant la bière (66,7%) et les alcools forts (55,6%). 
 
Peu  de  surprise  en  revanche  concernant  l’entourage  des  consommateurs.  Ceux­ci 
consomment  majoritairement  avec  leurs  amis  lors  de  soirées  et  durant  les  repas.  La  famille 
représente également une proportion importante. 
 
Durant  ces  soirées/repas,  moins  de  la  moitié  estiment  consommer  entre  1  et  2  verres  et 
environ 30% entre 2 et 5. Ainsi, 70% consommeraient moins de 5 verres. Il semble y avoir un 
comportement  prudent/modéré.  La  consommation  n’est  pas  excessive  mais  les  risques  sont 
présents (alcool au volant par exemple). 
 

 
Plus  de  ¾  des  sondés  affirment  n’avoir  jamais vécu une situation semblable à celle présentée 
dans  le  spot  (beuverie,  inconscience).  Cependant,  la  part  de  «  oui  »  mérite  une  attention 
particulière  (22  ;2%).  A  la  question  :  pourquoi  vous  êtes­vous  retrouvé  dans  un état excessif 

11 

de  boisson  ?  la  majorité  des  réponses  se  résumait  en  de  simples  termes  :  inconscience,  
amusement, folie. Beaucoup estiment que c’est ainsi qu’ils ont pu connaître leurs limites. 
  

 
Le  côté  amateur  de  la  vidéo  semble  laisser  les  personnes  interrogées  perplexes.  Nous  leur 
avons  demandé  de  donner  leur  avis  par  le  biais  d’une  note  comprise  entre  1  et  5,  1  étant  la 
plus  mauvaise  et  5  la  plus  haute.   La  moyenne  se  situe  à  2,7  avec  un  mode  de  3.  Il  semble 
donc  que  beaucoup   n’aient  pas  d’avis  sur  la  question.  Plus  de  44%  jugent  cependant  que  le 
spot  n’aurait  pas  plus  d’impact  qu’un  spot  institutionnel.  Dans  les  raisons  données,  nous 
remarquons  que  ce  qui  revient  le  plus  est  la  qualité  du  spot  qui  est  plutôt  contestée  (support 
peu  soigné,  trop  éloigné  de  la  réalité,  caricatural, stéréotypé). De ce fait, peu de gens arrivent 
à s’identifier aux personnages. 
  

 
Pourtant,  la  plupart  semble  penser  que  les  images  évoquées  reflètent  une  réalité  chez  les 
jeunes.  Sont  évoquées  :  les  premières  soirées,  les premiers essais, la recherche des limites. Si 

12 

le  spot  est  contesté  pour  son  manque  de  réalisme  (que  ce  soit  dans  sa  réalisation  ou  sa 
finalité), les images évoquées seraient bien une réalité. 
 

 
L’issue  du  questionnaire est donc très mitigée. Il y a une égalité parfaite entre ceux qui jugent 
la campagne efficace et ceux qui affirment qu’elle n’a que peu d’impact (38,9%). Néanmoins,  
22,2%  n’ont  pas  souhaité  se  prononcer à ce sujet. Peut­être ne se sentent­ils pas concernés du 
fait  de  la  différence  d’âge  avec  les  protagonistes,  ou  justement  de  l’aspect  trop  «  cliché » de 
la réalisation qui a été dénoncé précédemment.  
 
 
Rappelons  que  nous  souhaitions  savoir  si  un  spot  amateur  avait  plus   d’impact  qu’un  spot 
institutionnel  (parce  que   réalisé  par  les  principaux  concernés).  Et  nous  nous  interrogions 
également sur la véracité des images véhiculées et leur rapport effectif à la réalité.  
 
Au  vue  des  réponses  recueillies,  il  semblerait  que  le  réalisateur   ne  tienne  qu’une importance 
minime  dans  l’évaluation  de  l’efficacité  du  spot.  En  effet,  la  majorité  des  personnes 
interrogées  est  plus  sensible  à  la  qualité  de  la  réalisation  et  à  la  possibilité  de  faire  un  lien 
entre  les  images  et  la  réalité.  De  ce  point  de  vue,  il  semblerait  que  notre thèse selon laquelle 
ce  spot  serait  inefficace  dans  sa  représentation  du  réel  se  confirme,  notamment  dans  l’étude 
qualitative  des  réponses  qui  soulignent  des  faiblesses  que  nous  avions  notées  lors  de  notre 
analyse.  Un  rendu  trop  cliché  et  caricatural  des  premières  soirées  lycée  semble  perdre  le 
spectateur qui, ne pouvant s’identifier à ce qu’il voit, décroche et rend le message inopérant.  
 
Mais  étonnement,  les  avis  semblent  moins  tranchés  en  ce  qui  concerne  son  efficacité,  en 
soulignant  que,  malgré  la  piètre  qualité  de  la  réalisation,  les  problèmes  dénoncés  sont  une 
réalité  que  l’on  ne  peut  occulter.  Ainsi, si l’impact est limité sur les 18­25 ans par manque de 
réalisme,  il  n’en   demeure  pas  moins  que  les  dangers  liés  à  l’alcool  et  dénoncés  dans  ce  spot 
demeurent une réalité qui est reconnue par tous.  
13 

 
 

3)​
 Conclusion générale ​

 
Il  paraît  important  de   noter  que  lorsque  nous  recoupons  les  données  des  deux 
questionnaires,  nous  apprenons  que,   sur  le  questionnaire  de  la  vidéo  9,  les  publics  ne  se 
sentent  “que  peu  concernés  par  les  risques  liés  à  l’alcool”.  La  campagne  n’est  pas  assez 
efficace  pour  les  pousser  à  changer  leurs  habitudes  de  consommation  (plus  de  50%  des 
réponses). Sur la vidéo 10, nous voyons clairement que les publics reconnaissent la réalité des 
dangers  et  risques  liés  à  l’alcool.  Nous  pourrons  donc  avancer  que  les  publics  sondés 
eux­mêmes  ne  se  sentent   pas  en  danger  vis­à­vis  des  effets  de  l’alcool,  mais  qu’ils  en 
reconnaissent malgré  tout les effets nocifs dans une perspective plus abstraite. Il aurait pu être 
intéressant  d’ajouter  des   questions  concernant le rapport à autrui dans les questionnaires pour 
résoudre ce léger flou. 
Par ailleurs, si nous observons les réponses apportées quant à la lisibilité et l’efficacité 
des  messages  des  deux  vidéos,  nous  pouvons  noter  qu’aucune  d’entre  elles,  institutionnelle 
ou  amateur,  ne  touche  réellement  le  public.  Le  manque  de  clarté  pour  l’une, et le manque de 
réalisme et d’esthétique pour l’autre, entachent fortement la portée desdites vidéo. 
 
 
 
 
 

4) ​
Bibliographie ​
:  
 
Doctissimo, D.Bême. ​
Alcool : le geste qui sauve​
, : 
http://www.doctissimo.fr/html/dossiers/alcool/8200­alcool­prevention­consommation­campa
gne­nov2004.htm 
 
INPES, Ministère de la Santé et des Solidarités. (2006). ​
5 millions de français ont un 
problème avec l’alcool. Et si les autres, c’était vous ?​
 Dossier de presse : 
h​
ttp://www.inpes.sante.fr/70000/dp/06/dp060427.pdf 
 
INPES, CFES. (2015), ​
Récapitulatif : campagnes de lutte contre la consommation excessive 
d’alcool​
 : ​
http://www.inpes.sante.fr/10000/themes/alcool/pdf/campagnes­alcool­v2.pdf 

14 




Télécharger le fichier (PDF)

SpotAlcool (1).pdf (PDF, 709 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP







Documents similaires


alcoolisme juvenile
fiche quartier vauban
levif 17 02 09 dependance alcool installe vite kon croit
alcool alcoolisme
alcool et violence
rem des naturels contre l addiction a l alcool et au tabac

Sur le même sujet..