Rapport de JCC SN 02052016 .pdf



Nom original: Rapport de JCC SN 02052016.pdfTitre: Microsoft Word - Rapport de JCC SN 02052016.docxAuteur: Masson Jessica

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.8.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 19/05/2016 à 12:42, depuis l'adresse IP 154.126.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 443 fois.
Taille du document: 160 Ko (13 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


 
 
Le  Premier  secrétaire    

 
 
 
 
 

Rapport  présenté  au  secrétariat  national  
par  le  Premier  secrétaire  du  Parti  
socialiste,  Jean-­‐Christophe  Cambadélis  
Lundi  2  mai  2016  
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

1  

Il     s’agit   moins   de   faire   le   bilan   de   la   gauche   au   pouvoir,   ne   serait-­‐ce  
que   parce   que   le   quinquennat   n’est   pas   achevé   que   d’en   présenter   une  
première   lecture   pour   mieux   le   comprendre.   La   politique   du   juste  
équilibre   doit   avoir   un   jugement   équilibré.   Nous   avons   fait   ce   qui  
devait  être  fait.  Nous  avons  redressé  tout  en  construisant  de  nouveaux  
droits.   Le   désamour   socialiste   fut   le   prix   à   payer   du   redressement  
national.    
 
 
1-­‐ Tout  n’est  pas  parfait  mais  tout  n’est  pas  mauvais  
 
L’action   de   la   gauche   au   pouvoir   n’est   pas   parfaite.   Comment   le   serait-­‐
elle  ?  Mais  il  y  a  une  vraie  mauvaise  foi  à  dire  soit  comme  la  droite  que  
rien  n’a  été  fait,  soit  comme  d’autres  que  tout  est  mauvais.  
 
L’action  de  la  gauche  au  pouvoir  se  heurte  à  un  «  vrai  préjugé  ».  Il  s’est  
forgé   hors   de   la   réalité   de   l’action.   Il   suffit   pour   s’en   convaincre   de  
mesurer  chaque  action  gouvernementale  prise  individuellement.  Elles  
ont   peut   être   été   contestées,   particulièrement   à   gauche.   Elles   ne   sont  
pas   impopulaires,   y   compris   le   pacte   de   responsabilité.     Seule   la   loi  
«  travail  »  a  eu  un  préjugé  défavorable,  mais  au  final,  elle  a  bien  peu  à  
voir   maintenant   avec   son   projet   de   départ.   Quant   à   la   réforme  
constitutionnelle,   elle   fut   violemment   rejetée   par   la   gauche   militante.  
Mais  les  sondages  n’ont  malheureusement  jamais  été  défavorables  à  la  
déchéance.    
 

 

2  

Pour   le   reste,   la   banque   publique   d’investissement,   la   réforme   de  
l’apprentissage,  la  mutuelle  pour  tous  les  salariés,  la  généralisation  du  
tiers   –payant,   la   loi   sur   la   transition   énergétique,   la   prime   d’activité,   la  
garantie   de   l’Etat   contre   les   impayés   de   pensions   alimentaires,   le  
logement,   l’indépendance   politique   et   budgétaire   de   l’audiovisuel  
public   voire   l’encadrement   plus   strict   du   cumul   des   mandats.   Toutes  
ces  mesures  sont  appréciées  par  les  Français.    
 
 Mêmes   les   grandes   mesures   structurelles   finissent   par   faire  
consensus  :  le  mariage  pour  tous,  la  nouvelle  étape  de  décentralisation  
avec  l’instauration   de   13   régions,   la   refondation   de   l’école,   la   baisse  
des   impôts   ou   le   prélèvement   à   la   source,   la   reforme   des   retraites,  
la  pénibilité,   la   loi   sur   la   transition   énergétique,   les   minimas   sociaux  
revalorisés   de   10%   ou   les   grandes   décisions   militaires   au   Mali,   en    
Centre  Afrique  ou  en  Syrie.    
 
Et  je  n’évoque  pas  la  COP21  ou  la  gestion  des  évènements  dramatiques  
de  janvier  et  novembre  2015.  
 
Il  y  a  donc  un  contraste  entre  le  soutien  aux  mesures  et  la  mesure  
de  l’action  gouvernementale.  
 
Je  ne  balaie  pas  les  grandes  controverses  du  quinquennat  :  l’inversion  
de  la  courbe  du  chômage  ou  le  débat  sur  la  politique  de  l’offre  et  de  la  
demande.   Ces   débats   à   gauche   comme   ceux   initiés   par   la   droite   à  

 

3  

propos   du   mariage   pour   tous   ont   rendu   peu   perceptible   le   travail   de  
fond  de  la  gauche  au  pouvoir.    
 
2-­‐ Une  série  de  quiproquos  
 
L’élection   présidentielle   de   2012   fut   marquée   par   un   rejet  
«  interclassiste  et  politiquement  pluriel  »  de  Nicolas  Sarkozy  et  de  son  
action.   L’homme,   tout   autant   que   sa   politique,   était   violemment  
repoussé.   Pour   faire   face   à   ce   désamour,   Nicolas   Sarkozy   a   tenté   de  
réveiller   le   clivage   droite-­‐gauche   dans   la   campagne.   Celui-­‐ci   n’a   pas  
totalement  fonctionné  puisqu’il  a  été  battu.  Mais  il  a  cristallisé  la  droite  
sur   des   positions   extrêmement   dures   qui   ont   pesé   plus   tard   sur   la  
gauche  au  pouvoir.  
 
En  un  mot,  une  grande  partie  de  la  droite  voulait  en  finir  avec  Nicolas  
Sarkozy   mais   ne   voulait   surtout   pas   de   la   gauche   au   pouvoir.   Et   les  
mesures   de   gauche,   mariage   pour   tous   et   hausse   des   impôts,   ont  
immédiatement   réveillé   l’antisocialisme   qui   avait   été   semé   dans   la  
présidentielle.    
 
Il  est  à  noter  que  jamais  sous  la  Vème  République,  le  Président  a  eu  à  
ce   point   si   peu   de   soutiens   dans   le   camp   adverse.   Le   procès   en  
légitimité   classiquement   instruit   par   la   droite   -­‐   on   se   souvient   du  
lapsus  du  Ministre  de  l’économique  et  des  finances  et  de  l’industrie  de    
Nicolas  Sarkozy,  François  Baroin,  évoquant  «  l’arrivée  par  effraction  de  
Lionel   Jospin   au   pouvoir  »   -­‐   est   devenu   un   rejet   total   et   définitif.   Quant  

 

4  

à  l’extrême  droite,  la  gauche  représente  tout  ce  qu’elle  déteste.  Ce  qui  a  
fait  d’emblée  50%  de  l’électorat  contre  le  président  de  la  République  et  
ses  gouvernements.    
 
Dans   le   même   temps,   à   gauche,   un   autre   quiproquo   s’est   petit   à   petit  
constitué.   La   présidentielle   devait   permettre   d’effacer   les   années  
Sarkozy   et   ses   décisions   libérales.   En   un   mot,   il   s’agissait   d’un  
«  retour  »  aux  années  Jospin  si  ce  n’est  Mitterrand.  
 
L’affaiblissement   de   la   France   sur   le   plan   européen,   économique,  
culturel   voire   international   combiné   à   l’accélération   de   la  
mondialisation  et  à  la  révolution  de  l’immatériel  ont  rendu  impossible  
tout  «  retour  ».      
 
La  gauche  voulait  redistribuer  là  où  il  fallait  redresser.    
 
Une  grande  partie  de  la  gauche  fut  prise  au  dépourvu  par  ce  nouveau  
paradigme  qui  voulait  assainir  avant  de  redistribuer.  Le  fait  de  ne  pas  
avoir   expliqué   à   partir   d’un   constat   commun   du   bilan   de   la   droite   a  
couté   fort   cher  à   la   gauche.   D’autant   que   la   promesse   du   redressement  
économique   et   de   l’emploi   allait   prendre   du   temps.   La   gauche   a   agit  
dans   l’urgence.   Ce   fut   les   raisons   politiques   de   l’interrogation  
conduisant  à  l’interpellation  de  plus  en  plus  forte.  
 
Le  troisième  et  dernier  quiproquo  a  porté  sur  la  France  apaisée.  Dans  
une   France   tenaillée   par   l’identité,   rétive   à   la   mondialisation   et   son  

 

5  

ADN   inégalitaire.   L’inégalité   créatrice   chère   aux   anglo-­‐saxon,   heurte  
les  Français  qui  ne  veulent  pas  être  dépossédés  de  l’égalité  régulatrice.  
L’apaisement   via   une   présidence   normale   est   donc   apparu   comme  
«  hors  sol  »  face  aux  défis  de  la  France.      
 
Il   était   juste   de   vouloir   rompre   avec   l’hyperprésidence   de   Nicolas  
Sarkozy   et   le   thème   a   fait   sens   dans   la   présidentielle.   Mais   les   Français  
voulaient   ou   veulent   une   présidence   impliquée   qui   incarne   la  
République,  propose  des  solutions,  trace  un  chemin.  
 
Ce  contresens   fut  total   car   les   Français  y  ont  vu  l’image  d’une  France  
affaiblie.   D’abord   face   à   l’Allemagne,   ce   qui   fut   le   ressort   de   la  
renégociation  du  traité  européen  à  gauche.  Face  à   l’islam   ensuite,   pour  
la   droite   et   l’extrême   droite.     Ce   qui   devait   être   un   moyen   pour   une  
nouvelle   cohésion   fut   ressenti   comme   une   dissolution,   voire   une  
démission.  La  décision  d’intervenir  au  Mali,  la  réaction  aux  attentats,  la  
COP21   produisirent   des   effets   sondagiers   éphémères.   Mais   le   pays   -­‐  
fragmenté,   tripartisan,   sceptique   face   à   la   mondialisation   et   au  
relativisme  du  monde  occidental  attisé  par  le  chômage  de  masse,    
l’exclusion,   la   relégation,   la   précarisation   de   près   de   8   millions   de  
Français  -­‐  ne  peut  durablement  être  rassemblé.    
 
Le   fait   de   ne   pas   subir   une   austérité   comme   l’Angleterre,   l’Italie   ou  
l’Espagne   voire   la   Grèce,   ne   fut   pas   ressenti   comme   une   chance.   La  
France   apaisée   fut   comprise   comme   acceptant   son   état.   Alors   que  

 

6  

précisément   la   gauche   engageait   un   profond   effort   de   modernisation  
tout  en  maintenant  son  modèle  de  protection.    
 
Seul   le   redressement   combinant   l’assainissement   sans   austérité   et   le  
renouveau   productif   était   praticable.   Il   s’agissait   de   bâtir   le   renouveau  
français   sans   renier   notre   modèle.   François   Hollande   et   Jean-­‐Marc  
Ayrault   ont   tenté   cette   explication   qui   n’a   pas   réussi   à   trouver   son  
chemin  dans  une  partie  de  la  gauche.    
 
3-­‐ L’urgence   du   redressement   et   le   redressement   dans  
l’urgence  
 
En   2012   la   gauche   a   trouvé   un   pays   affaibli   dans   sa   capacité  
productive,  et  des  comptes  publics  profondément  dégradés  réduisant  
quasiment  à  néant  toutes  les  marges  de  manœuvres  envisageables.    
 
Les   déficits   publics   filaient   allégrement   vers   les   5,5%   pour   2012.   La  
dette  publique  avait  augmenté  de  600  milliards  d’euros  en  5  ans,  c’est-­‐
à-­‐dire  de  50%.  Le  déficit  structurel  s’était  constamment  aggravé  entre  
2007   et   2011.   La   dépense   publique   en   valeur   avait   progressé   de   3,6   %  
par  an  en  moyenne  de  2002  à  2012.    
 
Les  deux  mandats  de  Jacques  Chirac  furent  une  catastrophe.  Et  Nicolas  
Sarkozy  élu  sur  la  promesse  d’enrayer  le  déclin  n’en  fit  rien.    
 

 

7  

La   gauche   avait   parfaitement   analysé   les   déficits.   C’est   la   raison   pour  
laquelle,   que   ce   soit   dans   les   travaux   préparatoires   conduits   par  
Martine   Aubry   ou   pendant   la   campagne   de   François   Hollande,   les  
propositions   furent   mesurées.   Seul   le   rythme   du   retour   aux   3%   de  
déficit  fut  un  objet  réel  de  controverse  dans  la  primaire  de  la  gauche.    
 
Par  contre,  l’ampleur  de  la  désindustrialisation  fut,  elle,  sous  évaluée.  
Il  a  fallu,  outre  les  plans  sociaux  remis  à  l’après  présidentielle  qui  ont  
pesé   lourd   dans   le   climat,   le   rapport   Gallois   pour   constater   que  
l’industrie  pesait  deux  fois  moins  qu’en  1970.    
 
Le   gouvernement   de   Jean-­‐Marc   Ayrault   dû   dans   l’urgence   décider   de  
restaurer   nos   capacités   productives   fondamentales   pour   que     notre  
pays   commence   à   créer   de   la   richesse   nécessaire   à   la   croissance   tout  
en   redressant   les   comptes   publics   et   en   modernisant   notre   modèle  
pour  qu’il  soit  fidèle  à  sa  promesse  de  solidarité.    
 
Cette  urgence  a  heurté  de  plein  fouet  nombre  d’espérances  sociales  et  
d’idées  économiques  classiques  à  gauche.  
 
Nos   gouvernements   ont   voulu   traiter   toutes   les   grandes   crises   de   la  
société   et   de   l’économie   française   qui   plombaient   l’avenir.   Ils   ont   dû  
donc   le   faire   en   même   temps   pour   la   crise   financière,   d’abord  
américaine  puis  européenne,  qui  a  profondément  dégradé  nos  grands  
équilibres  ;   la   crise   industrielle,   avec   le   défaut   de   compétitivité   pour  
toute   l’économie   qui   en   découle  ;   la   crise   européenne,   qui   a   amené  

 

8  

l’Union  à  réduire  avant  tous  les  déficits  publics  alors  que  le  soutien  à  
l’investissement  était  prioritaire.    
 
Nous   avons   voulu   éviter   un   triple   piège,   le   tout-­‐réduction   des  
déficits,   le   tout-­‐politique   de   l’offre,   le   tout-­‐politique   de   la   relance,  
qui   auraient   été   autant   d’impasses.   Mais   notre   politique,   de   ce  
fait,   a   perdu   en   lisibilité.  Elle  a  amené  en  effet,  à  mettre  en  œuvre  des  
compromis   entre   plusieurs   objectifs   dont   aucun   ne   pouvait   être  
abandonné  et  dont  personne  à  gauche,  même  parmi  les  plus  critiques,  
ne   disait   qu’ils   n’étaient   pas   à   prendre   en   compte   dans   le  
redressement  du  pays  dans  la  mondialisation.    
 
Pour   autant   cette   combinaison   fut   à   gauche   incomprise   car   peu  
expliquée.   Elle   provoqua   désarroi,   scepticisme   et   l’abstention   à  
gauche,   pendant   que   la   radicalisation   et   l’exaspération   à   droite   et   à  
l’extrême  droite  devenaient  de  plus  en  plus  fortes.    
 
De   bipolaire,   l’espace   public   devint   très   largement   tripolaire.  
Schématiquement   trois   tiers   à   30%,   potentiellement   pour   le   Front  
national,  Les  Républicains,  le  Parti  socialiste  et  ses  alliés,  et  10%  pour  
l’extrême  gauche.  
 
La   rigidité   de   l’opposition   du   Front   national,   des   Républicains   et   de  
l’extrême  gauche  combinée  à  l’abstention  d’une  partie  de  l’électorat  de  
la  gauche,  fit  chuter  vertigineusement  l’exécutif  dans  les  sondages.    
 

 

9  

Les   résultats   électoraux   lors   des   élections   municipales   et   européennes  
sanctionneront   cette   situation.   Manuel   Valls   résuma   ce   moment   dans  
son   discours   d’investiture  :   «  Trop   de   souffrances,   pas   assez  
d’espérances,  telle  est  la  situation  de  la  France  ».  
 
La  presse  se  fit  l’écho  de  cet  état,  accentuant  l’effet  rejet  d’autant  que  
les  oppositions  dans  le  groupe  socialiste  -­‐  30  parlementaires  sur  291-­‐  
et   au   Parti   socialiste   -­‐   30%   au   congrès   -­‐   firent   image.   Le   départ   des  
ministres   de   l’Economie,   de   l’Education   et   de   la   Culture   vint   confirmer  
à  gauche  le  doute  sur  le  cours  de  l’action  gouvernementale.    
 
L’année   2015   fut   marquée   par   un  lent   redressement   économique,   la  
fin  de  la  critique  sur  l’amateurisme  de  l’exécutif  suite  aux  événements  
sanglants   de   janvier,   la   victoire   de   Frédéric   Barbier   à   Montbéliard,   le  
net   recul  mais  sans  déroute  aux  élections  départementales,  le  Congrès  
du   Parti   socialiste,   les   élections   régionales,   le   discours   du   Président   de  
la   République   au   Congrès   de   Versailles,   les   premiers   signes  
encourageant   sur   le   chômage,   la   COP21…   Tout   cela   amorçait   une  
remontée  qui  fut  stoppée  net  par  la  réforme  constitutionnelle  rendue  
nécessaire  par  la  recherche  de  l’union  nationale  contre  le  terrorisme.  
La   longue   polémique   sur   la   déchéance   des   binationaux,   puis   la  
déchéance   de   nationalité,   accentua   la   crise   dans   le   monde   militant   à  
gauche.   Quant   à   la   première   mouture   de   la   loi   «  travail  »,   elle  
déclencha  une  contestation  sociale  et  d’une  partie  de  la  jeunesse.  Cela  
ne  permis  pas  d’installer  le  renouveau  français.    
 

 

10  

4-­‐ Le  renouveau  français  
 
Restaurer  la  France  ne  pouvait  se  faire  en  restaurant  celle  d’hier  mais  
en  construisant  celle  de  demain.  
 
La  gauche  a  enrayé  la  spirale  du  déclin.  Elle  a  enclenché  celui  du  
renouveau.  
 
Les   chiffres   d’abord...   La   croissance   à   plus   de   1%.   Nous   sommes   bien  
loin   de   ceux   de   la   droite.   Les   entreprises   ont   rétablit   leurs   marges  
dépassant  ou  tutoyant  celles  de  l’Allemagne.  Les  déficits  ont  décrus.  Le  
plus   spectaculaire   est   celui   de   la   sécurité   sociale.   Et   tout   est   à  
l’avenant.   Au   premier  trimestre,  le  produit  intérieur  brut  a  progressé  
de   0,5%.   Et   nous   sommes   déjà   à   1%   de   croissance   pour   2016.   La  
plupart   des   voyants   passent   au   vert,   l’investissement   et   la  
consommation   sont   au   rendez-­‐vous   de   la   croissance.   Quant   aux  
derniers   chiffres   du   chômage,   ils   sont   spectaculaires,   même   s’ils  
demandent  à  être  confirmés.    
 
Il   ne   s’agit   pas   de   nier   la   baisse   du   prix   du   pétrole   et   de   l’euro.   Mais   on  
ne   peut   pas   dire   quand   ça   va   mal,   il   n’y   a   pas   de   causes   externes   et  
quand   ça   va   mieux,   il   n’y   a   que   des   causes   externes.   Ajoutons   que   la  
baisse  de  l’euro  fut  au  cœur  du  discours  d’investiture  de  Manuel  Valls,  
constatant,   avec   le   Président,   que   les   efforts   des   Français   étaient  
ruinés  par  l’euro  fort.    
 

 

11  

Le   renouveau   français   est   donc   dans   les   chiffres   mais   pas   dans   les  
têtes.  Dans  les  chiffres,  la  France  va  mieux.  C’est  la  France  en  mieux  !  
Les   socialistes   seront   pleinement   satisfaits   lorsque   le   renouveau  
français  visible  à  l’international  ou  en  Europe  sera  pleinement  effectif  
dans  la  vie  quotidienne  des  Français.    
 
Mais   pour   les   socialistes,   un   nouveau   cycle   est   en   marche,   il   faut   la  
faire  fructifier.  Les  solutions  proposées  par  la  droite  républicaine  sont  
libérales.   La   radicalisation   libérale   de   la   droite   pulvériserait   un   pays  
encore   en   convalescence.   La   volonté   de   tout   défaire   jetterait     le   pays  
dans   la   crispation   sociale,   voire   l’explosion.   Quant   à   celle   de   ne   rien  
faire,  loin  de  protéger  notre  modèle  social,  elle  précipiterait  sa  perte.    
 
Enfin,   personne   ne   peut   croire   que   la   France   peut   s’en   sortir   par   le  
souverainisme  

xénophobe  

de  

l’extrême  

droite  

frontiste.  

L’effondrement   productif   par   la   sortie   de   l’euro   se   combinerait   à  
l’explosion   sociale   due   aux   mesures   xénophobes   et   la   préférence  
nationale.  
 
Le  renouveau  français  amorcé  dans  ce  quinquennat  sous  les  critiques,  
les   lazzi   ou   même   les   colères   doit   s’accomplir.   Cela   nécessite   un  
réformisme  juste  qui  combine  modernisation  et  protection.  
 
Il  ne  s’agit  pas  de  faire  de  l’autosatisfaction,  de  dire  que  tout  est  bien.  
Mais   de   mesurer   le   chemin   parcouru   et   d’en   être   fier.   Il   s’agit   de  

 

12  

comprendre   pourquoi   les   socialistes   au   pouvoir   ont   subit   un   tel  
désamour  qui  fut  le  prix  à  payer  du  redressement  national.    
 
 

 

13  


Rapport de JCC SN 02052016.pdf - page 1/13
 
Rapport de JCC SN 02052016.pdf - page 2/13
Rapport de JCC SN 02052016.pdf - page 3/13
Rapport de JCC SN 02052016.pdf - page 4/13
Rapport de JCC SN 02052016.pdf - page 5/13
Rapport de JCC SN 02052016.pdf - page 6/13
 




Télécharger le fichier (PDF)


Rapport de JCC SN 02052016.pdf (PDF, 160 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


rapport de jcc sn 02052016
journal ump sciences po
57internet
appel du 5 mai assises de la renovation du bonapartisme
an aujourdhui la france bd
du balai

Sur le même sujet..