RESUMES DES POSTERS.pdf


Aperçu du fichier PDF resumes-des-posters.pdf - page 4/204

Page 1 2 3 456204



Aperçu texte


P002- Le syndrome de Plummer-Vinson (SPV) traité par une dilatation endoscopique : Une
série de 16 patients
Ben Aounallah I, Trad D, Bibani N, Sabbah M, , Ouakaa A, Elloumi H, GargouriD,Kharrat J
Service d’Hépato Gastro-entérologie, Hopital Habib Thameur, Tunis
Introduction :
Le syndrome de Plummer-Vinson ou de Kelly-Patterson est une pathologie rare de nos jours
caractérisée par une dysphagie haute, une anémie sidéropénique et un diaphragme sur l’œsophage
cervical. Bien que la correction de la sidéropénie puisse améliorer ces symptômes, la dilatation
endoscopique du diaphragme œsophagien associé est parfois nécessaire.
Le but de notre travail était d’évaluer la place et les résultats de la dilatation endoscopique dans la
prise en charge de ce syndrome.
Matériels et méthodes :
Il s’agissait d’une étude rétrospective étalée sur 7 ans (2009-2015) colligeant une série de patients
présentant un SPV traités par dilatation endoscopique.
Résultats :
Seize patients en totalité ont été inclus répartis en 14 femmes et 2 hommes (SR=0,14). L’âge moyen
était de 43,7 ans (23-78 ans). 3 patients avaient des antécédents personnels de maladie cœliaque.
Tous les malades avaient une histoire d’anémie et une dysphagie d’installation et d’aggravation
progressive avec un délai d’évolution des symptômes avant la dilatation qui variait entre 2 et 10 ans.
3 patients avaient une maladie cœliaque. La biologie a montré une anémie hypochrome,
microcytaire et sidéropénique dans tous les cas. Un TOGD a été pratiqué chez 5 patients et a mis en
évidence une sténose irrégulière de l’œsophage cervical .La fibroscopie oesogastroduodénale a
montré un diaphragme au niveau de la région cervicale de l’œsophage entre 12 et 20 cm des arcades
dentaires.
Toutes les patientes ont reçu un traitement substitutif en fer associé à une dilatation endoscopique par
des bougies de Savary (diamètre de 7 à 14 mm). Le diaphragme a été facilement détruit sans aucune
complication. Cette dilatation a permis une disparition rapide de la dysphagie. Cependant, 2
patientes ont présenté une récidive de la dysphagie associée à l’anémie dans un délai entre 2 et 14
ans. Ces patientes ont été retraitées avec succès par une autre séance de dilatation endoscopique.
Conclusion : Notre expérience montre que la dilatation endoscopique au cours du SPV est efficace,
bien tolérée et relativement facile. Cependant, plusieurs séances sont parfois nécessaires

4