dossier BTM 2016 .pdf



Nom original: dossier BTM 2016.pdfTitre: Microsoft Word - dossier 2016.docAuteur: admin

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PScript5.dll Version 5.2.2 / GPL Ghostscript 8.15, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 31/05/2016 à 14:20, depuis l'adresse IP 86.192.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 442 fois.
Taille du document: 3.4 Mo (14 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


2016

Avenant sur l’évolution de la situation du Bull Terrier
Miniature en France : Période 2014 à 2016
Programme et Objectifs du
Collectif Bull Terrier Miniature

Introduction
A la fin de l’année 2013, suite à l’accumulation de problèmes dans la gestion des Bull Terrier
Miniature, et en l’absence de club de race officiel pendant plus d’un an, nous créions le club du Bull
Terrier Miniature avec une dizaine d’éleveurs rassembleurs et loin de tous conflits. Dans l’attente
d’obtenir l’accord de la société Centrale Canine (SCC) pour la création d’une association de race
propre au Bull Terrier Miniature, nous nous sommes restructurés en collectif après l’affiliation en
mars 2014 du Club Français des Amateurs de Bull Terriers (CFABT) en charge des deux races.
Très rapidement, en avril 2014, nous avons rédigé un dossier précis, audacieux et fédérateur que
nous avons envoyé au CFABT afin de pouvoir porter nos projets et nos ambitions. Après avoir
expédié le dossier sous sa version papier au président et aux responsables de la commission
miniature, nous n’avons reçu aucune réponse. Considérant que la mise en route avait peut être
besoin de temps, nous décidions donc d’observer par nous même les actions de cette nouvelle
structure, tout en restant actif dans nos diffusions. Ainsi, le dossier envoyé également aux juges de
groupe 3 obtient d’excellentes critiques et les encouragements de nombreux juges et éleveurs.
Début Septembre 2014, le CFABT publia un audit sur notre race. Ce document tant attendu se
révèla être un texte inabouti et incomplet de deux pages, sans aucune ambition, aucun pragmatisme
ni projet d’avenir…(cf.annexe 1). Très rapidement, nous relançions donc le CFABT par courriel
cette fois ci avec l’expédition du dossier à l’ensemble du comité, aux délégués de région,etc ...
Simultanément nous avons crée une page de diffusion sur les réseaux sociaux au nom du Collectif
Miniature, sur laquelle nous rendons l’accès au dossier public. Cette fois encore, le club ne donnait
pas suite, nous apprenions quelques mois plus tard par leur ancien trésorier ayant démissionné, que
l’ordre avait été donné de ne pas évoquer notre dossier, de faire comme s’il n’existait pas : ce n’est
pas là une démarche constructive pour l’avenir de la race Bull Terrier Miniature , et nous déplorons
cette attitude, qui n’est pas conforme à l’éthique de la SCC.
Une année catastrophique a succédé à la mise en place du CFABT pour la race Bull Terrier
Miniature : Des chiens au gabarit largement surdimensionné parcourent les expositions en tant que
Bull Terrier Miniatures (immenses) en dehors de toute limite de taille, les expositions régionales et
spéciales de race subissent des annulations à cause du manque d’effectif engendré par le CFABT
qui divise les éleveurs et amateurs de Bull Terrier au lieu de les fédérer. Les juges sont soumis sans
cesse à des dilemmes de plus en plus cruels en étant forcés de confirmer des chiens qu’ils ne
considèrent pas dans le type, mais dont le CFABT soutient la promotion. Les résultats des
Nationales d’élevage ont mis en avant des chiens en dehors de toute norme, ne fait que confirmer la
décadence programmée des races de Bull Terrier si des actions correctives ne sont pas mises en
œuvre dans les meilleurs délais.
Nathalie Desombre, présidente de l’association Alerte à Malibull, association de protection animale
en charge des Bull Terrier, une des soutiens de la première heure du Collectif Miniature, nous a
alerté à plusieurs reprises du phénomène d’abandons de Bull Terrier Miniatures très (trop) grands,
ce qui était largement prévisible et sur lequel nous avions alerté le CFABT dans notre dossier en
2014. Les abandons étant déjà suffisamment nombreux lorsque tout est fait pour les éviter, il est
évident qu’ils deviennent incontrôlables lorsque les propriétaires ont entre les mains un chien qui ne
respecte en rien leurs attentes. Même si nous n’excuserons jamais un abandon, il est
compréhensible quand par exemple, le choix d’un miniature a été fait au regard de son petit gabarit

2

par rapport à la présence d’enfants en bas âges ou d’un petit appartement… lorsque le chien
« miniature » affiche à l’âge adulte un gabarit « grand format » et poids de 30 kgs au lieu des 15
kilos attendus.
Autre constat inquiétant ces derniers mois : l’augmentation de portées de Bull Terrier Miniature en
dehors du circuit LOF, certains allant même jusqu’à inventer des termes de race inexistants ou
fantaisistes pour les mettre en valeur :Bull Terrier Medium par exemple pour parler de Miniature
trop grands (taille au garrot supérieure à 39 cm) , ou au contraire Toy Bull Terrier pour mettre en
valeur une taille travaillé dans la limite inférieure du standard(sous 30 cm au garrot)… Nous
sommes fermement opposés à ces pratiques condamnables qui ne pourront entraîner que des dérives
morphologiques et spéculatives à l’instar de ce qui existe déjà pour certaines races non reconnues
par le LOF comme l’American Bully pour ne citer que lui, qui compte dans ses effectifs des chiens
de toutes tailles, avec des chiots non reconnus dont le prix de vente dépasse parfois les 4000
euros…
Toutes ces déconvenues n’ont fait que ramener vers nous les éleveurs ou propriétaires déçus de
l’inaction du CFABT. Notre page de diffusion sur les réseaux sociaux rassemble aujourd’hui près
de 500 soutiens, dont de nombreux éleveurs, propriétaires, juges, en majorité français mais qui
suscite également l’adhésion de nombreux amateurs et éleveurs étrangers soucieux de voir évoluer
la race dans la bonne direction au niveau international.
C’est pourquoi devant l’ampleur des dégâts et les craintes de ce qu’il reste à venir, nous ne
pouvions rester statiques alors que le CFABT risque de valider sa période de stage d’affiliation dans
moins de deux mois. C’est pour cela que nous souhaitons prendre le relais pour ce qui concerne la
partie race Bull Terrier Miniature en apportant des garanties de résultats avec des délais précis et
tenables. Notre dossier présente une rétrospective de ces dernières années, tout en détaillant les
tenants et aboutissants de notre programme d’action, résumé par l’affichette suivante.

Car la rigueur n’exclue pas la bonne humeur
3

Schématisation de l’évolution de la production française de Bull Terrier Miniature

4

5

Pourquoi privilégier un club propre au Bull Terrier Miniature ?

Actuellement le CFABT, club pour l’instant en stage d’affiliation, gère à la fois les Bull
Terrier Standard et les Bull Terrier miniatures. Or, les enjeux et les objectifs de sélection
entre les deux races sont considérablement différents. Le Bull Terrier Standard doit entretenir une
morphologie déjà assez homogène tout en confortant sa représentativité internationale sur les grands
shows européens. Le Bull Terrier Miniature de son côté nécessite une refondation en profondeur
des lignées afin de redevenir conforme au standard de la race, et rendre ainsi le cheptel plus
homogène. Seul un cheptel homogène permettra d’imposer des résultats justes en exposition, les
juges sont unanimes sur ce point. Loin de devoir absolument s’imposer anarchiquement à
l’international, le Bull Terrier Miniature français se doit d’être le moteur d’une nouvelle manière de
travailler la race, en accord avec le standard officiel, même si cela doit passer par un protocole strict
et nécessitant beaucoup de bonnes volontés…

La différence d’effectifs dans le nombre d’inscriptions annuelles au LOF est bien trop
importante pour pouvoir partager équitablement les modes d’action relatifs à chacune des
deux races. Les derniers chiffres de 2014 attestent de 216 inscriptions pour le Bull Terrier
Miniature, contre 1176 pour le Bull Terrier Standard. Aucun comité directeur d’une association
commune aux deux races ne validera jamais des projets qui monopoliseraient 80 % des actions du
club alors que la race ne représente qu’à peine 15% des naissances enregistrées par le dit club ;
d’autant plus que les comités sont eux même composés d’une extrême minorité de représentants du
Bull Terrier Miniature. Même avec les meilleures volontés des représentants de la race Bull Terrier
Standard au sein d’un club unique (ce qui est du reste loin d’être le cas aujourd’hui), les éleveurs de
Bull Terrier Miniature ne réussiront jamais à imposer ces réformes en profondeur, tout en étant sous
la tutelle de la race Bull Terrier Standard qui ne partage pas de fait, vu la différence entre les deux
races, les constats et les dangers réels qui pèsent sur notre sélection.

Même si la notion de conflit d’intérêt n’est pas avérée, les relations ambiguës, et les avis
colportés par les ténors du Bull Terrier Standard font que la production du Bull Terrier
Miniature au sein du club unique actuel est artificiellement orientée vers une sélection douteuse. En
effet, le Miniature du fait d’une reproduction anarchique sans respect de critères de taille, tend à se
rapprocher de plus en plus du type du Bull Terrier Standard, ce qui satisfait grandement les éleveurs
de Bull Terrier Standards. Rappelons qu’un Bull Terrier Standard inscrit au LOF se vend dans les
1400 euros de moyenne aujourd’hui, c’est une des rares races ayant vu son prix augmenter durant
ces 5 dernières années de crise économique. Les Bull Terrier Miniature parallèlement se vendent
autour des 2000 euros… Paradoxalement, les Miniatures vendus les plus chers ne sont pas toujours
ceux qui garantissent une conformité au standard… Or, même si jusqu’à présent le code rural
garantissait à l’éleveur et aux gardiens du standard une certaine impunité concernant les
morphologies, celui-ci régissant surtout les vices liés aux problèmes de santé, il n’en est pas de
même du code civil et encore moins du code de la consommation. En effet, la garantie de
conformité découlant de l’ordonnance du 17 février 2005, prévoit réparation en cas de nonconformité (art.L211-4 du code de la consommation). Les récents changements de statuts de
l’animal de compagnie associés à une éventuelle jurisprudence qui pourrait survenir un jour,
mettraient à mal la liberté prise par certains à bafouer le standard, ce qui serait dans le contexte
actuel source d’embarras pour la SCC.

6

Comme vu précédemment, les chiffres d’inscriptions au LOF de ces dernières années, très
similaires à ceux de l’année 2014, confirment un déséquilibre colossal entre les effectifs
des deux races. Aucun autre club gérant deux races différentes reconnus par la SCC,
n’affiche un si grand écart d’effectif… Au contraire, la plupart des races rares ou à petits effectifs,
sont gérées conjointement par des clubs gérant uniquement ces races, ex : Club du Bouvier
Australien et Kelpies, 141 inscriptions annuelles pour le premier, 64 pour le second en 2014, ou
encore le Club des amateurs de Molossoïdes ibériques et latino américains, et la liste est encore
longue… Parallèlement, des races à petits effectifs ont depuis des années leur propre association de
race avec un fonctionnement efficace et durable, ex : Club du matin de Naples 114 inscriptions,
Basenji 120, Cursinu 110, Barzoï 180, Azawakh 31, et même des races jugées en conservation et
menacées ont leur propre association de race avec des effectifs supérieurs à ceux du Bull Terrier
miniature :ex : le Berger Picard avec 232 inscriptions et un type morphologique fixé…(cf.annexe 2)
Pour le CFABT, faut-il comprendre que les critères zootechniques précités sont si faiblement
perçus pour ne pas considérer notre race comme menacée ?
Les effectifs actuels et l’augmentation rapide de ceux-ci sont-ils les seuls paramètres qui définissent
qu’une race ne soit pas à conserver ???

Bull Terrier Miniature brandissant la toise, outil indispensable à la survie de la race…

7

Protocole d’action envisagé pour 2016 et 2017 :

Si le bon sens et la reconnaissance de notre travail venaient à porter le Collectif Bull Terrier
Miniature à gérer notre race durant les années à venir, il n’y aurait aucun temps à perdre,
c’est pour cela que notre protocole d’action est déjà défini et précis, tout en étant ouvert à une
concertation collégiale. La plupart des pistes et des idées de fonctionnement sont déjà
répertoriées dans notre dossier de 2014, mais deux ans ont passés et même si les grandes
lignes seront retenues et étudiées, il va sans dire qu’il nous faudra prendre en compte le
retard accumulé et le côté urgent de certaines mesures.

Objectif pour 2016 :

L’année de la dernière chance pour mettre un coup d’arrêt à la sélection anarchique.
La principale mesure phare qui peut intervenir rapidement et sans aucun investissement
supplémentaire, c’est bien évidemment de fixer enfin une taille maximale à la confirmation, avec
annulation irréversible du pédigrée en cas de refus, comme c’est le cas pour toutes les autres races.
Les juges n’ont pas à se rendre involontairement complice d’une sélection qu’ils jugent eux même
décadente. Cette taille pourra en toute simplicité être choisie lors de la toute première assemblée
générale, prédéfinie en comité et votée dans la foulée par l’ensemble des membres présents.
Tous les éleveurs, propriétaires et spécialistes qui le souhaiteraient seront conviés.
Bien évidemment, la taille maximale recommandée par le standard de 35,5 cm au garrot ne pourra
pas être retenue cette année, sous peine de supprimer plus de la moitié du cheptel national.
Dans les années 2000, une majoration de 2 cm avait été validée, or cette marge n’est plus cohérente
aujourd’hui, l’objectif d’une telle mesure n’est pas de supprimer certaines lignées, mais d’orienter
les sélections à venir. Le bon sens voudrait que la taille maximale se situe cette année sur une taille
maximale avoisinant 40 cm au garrot, c’est là une proposition raisonnable dans le contexte actuel…
Ensuite, les constats année par année, permettront de ramener progressivement cette limite à sa
marge originelle.
Second objectif pour cette année, recenser clairement et simplement les tailles de l’ensemble des
reproducteurs du cheptel, non pour empêcher les grands sujets auparavant confirmés de
reproduire, mais pour pouvoir les orienter dans une sélection intéressante et enrichissante pour la
race. Pour cela, nous avons déjà pensé à la faisabilité, et nous pouvons facilement envisager un
grand rassemblement de Bull Terrier Miniature qui pourrait correspondre à la Nationale d’élevage,
au cours duquel chaque reproducteur encore en carrière serait toisé et enregistré. Les chiens qui
n’auraient pas pu être présents lors de cette grande journée auraient encore un an pour être
référencés lors d’une régionale ou spéciale de race. Contrairement au club actuel qui ne rassemble
que quelques aficionado du miniature qui ne vont guère plus loin que les amis et clients des
membres du comité, le Collectif Miniature de son côté est extrêmement populaire dans la race, et
nous pouvons nous engager sans difficulté à organiser un rassemblement encore inégalé
aujourd’hui qui dépassera les 50 chiens au minima…

8

Objectif pour 2017 :

Une fois l’ensemble du cheptel toisé et référencé, il faudra penser et valider un protocole
d’accouplement basé sur la complémentarité, à l’instar de ce que l’on peut trouver dans de
nombreuses races concernant la dysplasie. Par exemple, il est aisé de classifier les tailles en 4
catégories A, B, C et D ou chacune définirait une échelle de taille. Les sujets C et D, hors standard
ne devront être accouplés qu’avec des sujets améliorateurs et complémentaires classés A…
Ce projet est de loin le plus audacieux et le plus sujet à controverse, il sera donc indispensable qu’il
soit pensé et conçu collégialement, c’est pour cela que nous ne nous avançons pas aujourd’hui sur
des tailles précises qui seront définies avec tous les acteurs de la sélection. Tout comme la dysplasie
aujourd’hui, ces plans de sélection ne seraient pas obligatoires, mais vivement conseillés, et ils
seraient obligatoires par exemple pour les signataires de la charte d’élevage ou pour figurer dans les
élevages ou portées sélectionnées, ceci va de soit…

Collec
tif
B

9

Le Collectif Bull Terrier Miniature en quelques lignes

Un comité crédible, représentatif et motivé
Nous sommes éleveurs, propriétaires, vétérinaire, handlers, juges, responsables en protection
animale… Tous motivés par la volonté de sortir notre race de l’impasse d’une sélection
désordonnée. Mais surtout nous sommes animés par la volonté de rassembler les acteurs d’une race
dont certain se sont dispersés dans l’individualisme, les conflits d’intérêt et l’absence d’arbitrage
d’un club de race absent qu’est le CFABT.
Nous sommes plus attaché aux résultats qu’aux problèmes d’ego, c’est pourquoi nous remettrons
régulièrement en jeux nos places au sein de notre comité afin qu’elles soient validées par nos
membres selon nos résultats et leurs attentes.

Des soutiens passionnés et en attente de résultats
Devant autant de déconvenues passées, nos soutiens attendent des réformes strictes et rapidement
opérationnelles. Les propriétaires ou futures propriétaires ont a cœur de pouvoir enfin compter sur
des chiens en accord avec ce pour quoi ils se sont dirigés vers cette race. Les handlers ou éleveurs
fréquentant régulièrement les shows sont pressés de retrouver des compétitions dignes de ce nom où
les résultats ne laisseront plus place aux doutes, aux aigreurs et aux décisions apparaissant comme
soumises aux affinités personnelles. Certains veulent simplement revoir du monde en exposition,
histoire de se positionner clairement et de connaître la valeur réelle de leurs chiens. Les juges
souhaitent redevenir des spécialistes de la zootechnie, en mettant à disposition leur savoir pour
définir des critères selon un standard précis, ils ne veulent plus être de simples arbitres… Les
éleveurs sélectionneurs de leur côté souhaitent travailler durablement selon une ligne directrice qui
ne laissera plus place à des calculs imprécis, des spéculations sur les résultats, ou un manque de
confiance envers leurs collègues par rapport aux taillées annoncées de leurs étalons par exemple.

Etablir des règles et une direction ce n’est pas s’enfermer dans un protocole, mais c’est au
contraire s’ouvrir vers des collaborations multifactorielles entre les différents acteurs de la
race. C’est une attente globale de part des acteurs les plus ouverts et les plus compétents.

Collectif Bull Terrier Miniature

Le 10 janvier 2016

10

Annexe 1 : Compte rendu de l’audit du CFABT, page 5 de la Newsletter de Août 2014

11

Annexe 2 : Statistiques des inscriptions au LOF – SCC 2014 – feuillet 1

12

Annexe 2 : Statistiques des inscriptions au LOF – SCC 2014 – feuillet 2

13

Annexe 3 : évolution graphique de l’élevage, du cheptel, et des tailles de Bull Terrier Miniatures

14


Aperçu du document dossier BTM 2016.pdf - page 1/14
 
dossier BTM 2016.pdf - page 3/14
dossier BTM 2016.pdf - page 4/14
dossier BTM 2016.pdf - page 5/14
dossier BTM 2016.pdf - page 6/14
 




Télécharger le fichier (PDF)


dossier BTM 2016.pdf (PDF, 3.4 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte




Documents similaires


dossier btm 2016
bulletin collectif miniature juin
bulletin collectif
re chaseneuil 2015 28 5
feuille superbull bilingue
rapport mini annexes pg

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.009s