Samory Histoire.pdf


Aperçu du fichier PDF samory-histoire.pdf

Page 1...3 4 56750




Aperçu texte


anglaises de Sierra Leone. Son plan est de se confondre avec les marabouts
qui se joignent aux caravanes. Il finit par économiser deux mille francs et le
voilà parti pour l'intérieur. Il passe pour un Musulman, il lui faut chaque
jour déjouer la méfiance de ses compagnons et trouver moyen, on ne sait
comment, d'écrire quelques notes sur des feuillets de papier introduits
entre les pages de son Coran. Il réussit à atteindre le Niger. Il passe cinq
mois à Timé, couché par terre, entre la vie et la mort. Il est sauvé par une
vieille femme noire qui l'a pris en pitié, comme un enfant, et qui le soutient
avec de l'eau de riz. Enfin la jeunesse l'emporte et il repart. Il arrive à
Djenné, s'embarque et atteint Tombouctou : son but, après un an de
voyage et de souffrances. C'est un des plus remarquables exemples
d'opiniâtreté qui soient connus. Quelle énergie surhumaine il lui a fallu
pour se relever à Timé, traverser tout le Soudan, le Sahara et l'Algérie !
En se dirigeant vers le gros centre d'Odienné, il faut passer le Baoulé de
Bougouni. A cette époque de plein hivernage, c'est un fleuve de trois cents
mètres. Il y a bien un pont, mais il est en partie sous l'eau. Il faut donc se
déshabiller et tâtonner du pied avec soin pour trouver sous l'eau les
rondins qui forment le tablier. De l'autre côté du pont m'attend Moriba
Touré, le chef d'Odienné, grand bel homme avec lequel j'étais en bonnes
relations du temps de Bougouni. Encore deux ou trois ponts à franchir et je
trouve à Odienné un des plus vieux Soudanais, le capitaine Conrard,
quatorze ans et demi clé séjour depuis 1882, les griots chantaient ses
louanges dans tout le Soudan.
Arrivée à Beyla
Nous sommes à Beyla le 4 septembre. C'est le siège du « chef-lieu »
modeste de la région sud. Le commandant de Lartigue nous attendait
impatiemment. Dans son rapport, il écrira : « Le détachement a exécuté
une marche remarquable de vitesse ; mais les hommes se ressentent de
cette allure rapide : douze malades se présentent à la visite, tous blessés
aux pieds. Il était donc nécessaire de leur donner quelques jours de repos. »