Samory Histoire.pdf


Aperçu du fichier PDF samory-histoire.pdf

Page 1...4 5 67850




Aperçu texte


Situation générale dans la région sud
Quelle était à ce moment la situation générale dans la région sud ?
Sikasso était tombée le 15 mai; les troupes victorieuses sous les ordres du
commandant Pineau étaient descendues vers le sud. Un parent de
Babemba, Fô, qui jadis pendant le siège de Kinian avait failli faire
disparaître le capitaine Marchand dans un incendie de camp, est venu
trouver Samory à BoriBana. Le tableau qu'il lui a fait de la force de la
colonne Pineau a été tel que l'Almamy effrayé s'est résolu à quitter sa
résidence. Au reste, ses plus intimes conseillers, ses compagnons
d'enfance, tous originaires des pays de l'ouest, ne demandaient qu'à y
retourner. Dans l'ouest, dans le pays Toma en particulier, Samory avait
toujours conservé un de ses lieutenants qui lui faisait parvenir les armes et
munitions qu'il achetait à Sierra Léone. Les Tomas ayant tué le lieutenant
Lecerf en 1894, et en 1898 MM. Bailly et Pauly, chefs de missions, ne
pouvaient être que disposés à recevoir l'Almamy.
Il avait ordonné la concentration générale de tout son monde à Séguéla,
vers le 15 juin.
Les forces de l'Almamy en juin 1898
Il disposait alors de 4.000 sofas armés de fusils à tir rapide, 8.000 possédant
d'autres armes; les uns et les autres constituant les bandes organisées, et
2.000 cavaliers. En outre, il traînait avec lui 120.000 hommes, femmes,
enfants, captifs, parmi lesquels 8.000 armés de fusils à pierre et marchant
en dehors de toute bande. C'était les populations du Ouassoulou qu'il avait
forcées de le suivre lorsqu'il avait du chemin et surtout ses marigots vaseux,
où l'on enfonce jusqu'au genou. Il y en a tant et tant qu'on ne se déshabille
plus.
Le pays des Anthropophages