DECLARATION POLITIQUE GENERALE PM SMS.pdf


Aperçu du fichier PDF declaration-politique-generale-pm-sms.pdf - page 6/73

Page 1...4 5 67873



Aperçu texte


Par ailleurs, il est aussi indispensable de mener une lutte implacable contre
l’usage et le trafic des drogues et stupéfiants qui sont l’une des causes
fondamentales du basculement de la République Centrafricaine dans le cycle
infernal de la criminalité.
Monsieur le Président,
Honorables Députés,
Chers Compatriotes,
Il faut reconnaitre que nos jeunes sont souvent embarqués dans des
aventures criminelles tels que les groupes armés et milices, le trafic et la
consommation de drogues parce qu’ils sont souvent désœuvrés et désespérés de
ne point avoir un emploi décent et rémunérateur. C’est pourquoi, le
Gouvernement s’emploie à lancer dès à présent le Programme National de
Désarmement Démobilisation Réinsertion et Rapatriement. Je dois déjà vous
signaler que le pré-DDR est déjà mis en route dans 8 Préfectures de notre pays.
En effet, en partenariat avec la Banque Mondiale et les autres partenaires
financiers internationaux (FMI, BAD et Minusca), le Gouvernement va poursuivre
la mise en œuvre du nouveau Programme qui prend en compte les réalités du
terrain, les capacités nationales à mobiliser les fonds et les erreurs des précédents
plans de DDR qui n’ont pas donné les résultats escomptés. Les principes DDR tels
que définis par l’Accord de Bangui, constitueront les piliers de ce plan.
Au stade actuel, mon Gouvernement s’attèlera assez rapidement à la mise
en œuvre de ce programme au niveau national et proposera dans un délai
raisonnable la tenue d’un atelier national sur le DDRR. C’est à cette occasion là
que ce projet de programme pourra être présenté aux partenaires nationaux et
internationaux en vue de dégager un consensus global sur le processus.
Somme toute, le DDRR des groupes armés, le démantèlement des milices
et la lutte contre la prolifération des armes font partie des priorités de mon
Gouvernement. Ces armes en circulation anarchique proviennent principalement
des pertes dans les dépôts d’armes, des détournements d’importations autorisées,
ainsi que du développement des capacités locales de fabrication illicite qui sont
aujourd’hui au cœur du problème d’insécurité. Face à ce défi, le Gouvernement
va réactiver la Commission Nationale de Lutte contre la Prolifération des armes
légères de petits calibres afin de réduire les effets néfastes de ce fléau. En outre,
le Gouvernement travaillera sur la constitution d’une base de données et d’un
registre d’armes au niveau national en vue de mettre un terme à la circulation
illicite d’armes dans le pays.

6