Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils Recherche Aide Contact



commerce inter.pdf


Aperçu du fichier PDF commerce-inter.pdf

Page 1 2 3 4 5 6

Aperçu texte


Année Universitaire 2015-2016
Deuxième Année Licence Fondamentale Economie
Module : Commerce international
Correction Examen Final : Session principale
Document autorisé : néant
Une attention toute particulière devra être apportée à la rédaction, à l’orthographe et à la
présentation.
QUESTION 1
Dans le cadre de la Nouvelle Théorie du Commerce International, expliquez les effets des
rendements d’échelle croissant sur le commerce international.
La nouvelle théorie du commerce international trouve son unité dans l'abandon d'une hypothèse
centrale de la théorie HOS, celle de la concurrence parfaite. La nouvelle théorie caractérise les
marchés en postulant qu'ils sont en concurrence imparfaite, avec une différenciation des produits,
et qu'il existe des économies d'échelle. Ce faisant, la nouvelle théorie rompt avec le cadre
d'analyse de l'ancienne et se rapproche de l'économie industrielle.
Que se passe-t-il si les coûts de production diminuent avec les quantités produites, quelle que soit
la forme précise de cette relation ? Les conséquences sont nombreuses, mais dépendent du type
d'économies d'échelle envisagées, internes ou externes à la firme. Selon les cas envisagés, la
spécialisation internationale peut être expliquée par les économies d'échelle, ou bien celles-ci
peuvent avoir un impact sur les gains en bien-être découlant de la spécialisation (qui peut s'avérer
négative pour la nation).
Économies d’échelle externes
Soit un bien x dont la production est caractérisée par des économies d’échelle externes fortes et
deux pays, A et B, dont les coûts salariaux sont très différents, A ayant un taux de salaire
beaucoup plus élevé que B. Les économies d’échelle étant externes, chaque secteur national est
caractérisé par un grand nombre de petites firmes en concurrence parfaite, le prix s’établit au
niveau du coût moyen (le prix ne peut être égal au coût marginal, puisque, en raison de la
décroissance du coût moyen, les firmes feraient alors des pertes). Si le pays A a développé de
longue date cette production alors que B est un nouvel entrant sur ce marché, A peut rester en
position de monopole, alors même que B pourrait approvisionner le marché mondial à un prix
plus faible

1