commerce inter.pdf


Aperçu du fichier PDF commerce-inter.pdf

Page 1 2 3 4 5 6




Aperçu texte


En situation de rendement d’échelle croissant externe Le commerce international,
source de détérioration du bien-être

Economies d’échelle internes
Lorsque les techniques de production et d’organisation des firmes sont telles qu’il existe des
économies d’échelle internes aux firmes, de nombreuses structures de marché autres que la
concurrence peuvent prévaloir, selon que ces économies sont continues ou limitées à un niveau
particulier de production. Dans le premier cas, le marché devient un monopole ; dans le second il
existe une taille minimum optimale déterminant le nombre de firmes susceptibles de produire sur
le marché qui est alors un oligopole. Il devient nécessaire de spécifier quel est le comportement
des firmes sur ce marché (coopératif ou non, stratégies en prix ou en quantités,…).
Dans un marché contestable, il existe des concurrents potentiels susceptibles d’entrer sur le
marché et d’en sortir sans délai parce que les firmes établies n’ont pas d’avantages sur les
entrants potentiels. Pour que ce soit le cas, il faut qu'il n'existe pas de coûts irrécupérables, c'està-dire que les capitaux investis doivent pouvoir être redéployés dans une autre activité sans que
cela implique de pertes.
Soit un bien x dont la production est caractérisée par des économies d’échelle internes fortes et
deux pays, A et B, dont les coûts salariaux sont très différents, A ayant un taux de salaire
beaucoup plus élevé que B.
L’infériorité des coûts de production en B fait que l’équilibre en A n’est pas soutenable dès lors
qu’il existe un commerce international sans barrière aux échanges entre les deux pays. La firme
du pays B est la seule à approvisionner les deux pays et, en raison des économies d’échelle
interne, le prix d’équilibre avec échanges internationaux s’établit à un niveau inférieur.
En situation de rendement d’échelle croissant interne le commerce international,
source d’amélioration du bien-être

QUESTION 2
Présenter les apports de l’approche néo-technologique.
L’approche néo-technologique
Dans les années 1960, une vague de travaux introduit de manière centrale un nouvel élément
explicatif du commerce international : les différences internationales de technologie. Comme
nous l’avons vu dans le premier chapitre, la théorie ricardienne repose sur une hypothèse de

2