2015 06 Drome Provencale1 .pdf



Nom original: 2015_06_Drome_Provencale1.pdf
Auteur: anne

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Writer / LibreOffice 5.0, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 13/06/2016 à 19:17, depuis l'adresse IP 93.28.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 513 fois.
Taille du document: 5.6 Mo (8 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


Séjour « Vals-en-forme » Drôme Romane les 31, 1, 2 et 3 juin 2016
Pas moins de 25 « fous » de « VALS-EN-FORME » prennent la route en ce mardi 31 mai
pour 4 jours de marche dans le « Diois »…..
Doivent rejoindre le groupe, Monique FERRIERE et Marc CONCALVES, partis la veille
dans leur confortable camping-car et nos deux fidèles « carpentrassiens », Geneviève et Yves
sœur et beau-frère d’Anne et Charles.
Partis à 7H30 précises en ce mardi 31 mai, le groupe des 25, après une pause-café bien
appréciée de tous à « Lamastre », atteint « Saou » sans encombre à 11H où le camping-car de
Marc est déjà garé sur le parking du centre de secours.
Un petit tour du village de « Saou » aux allures tout à fait provençales s’impose avant le
pique-nique. La légende des Mères Gauloises qui trempaient les nouveaux-nés dans la Vèbre
est dévoilée au groupe…..en prévision du quiz !

Cap ensuite sur la barre rocheuse de « Roche
Colombe » et le rocher de « Poupoune » pour
une première aventure de 550 mètres de
dénivelé et de 4h de marche.

Mais très vite, la pluie arrive et nous devons
enfiler les capes avant même d’atteindre le sommet où d’après la légende, Noë avait libéré
une colombe de son arche, après le déluge, qui s’était posée sur ce rocher, ce qui a donné son
nom !

Descente périlleuse sur
le « Pas de l’Echelette »
avec les capes de pluie
et retour aux voitures à
17h.

Cela nousi laisse le temps de prendre le « pertuis de Saou » jusqu’à l’ « auberge des
Dauphins » ancien hôtel particulier de l’industriel Maurice BURRUS qui fit construire cette
réplique du « Petit Trianon » en 1934 au milieu de la forêt de « Saou » ; il l’avait achetée en
1924 pour y faire une chasse privée et ne cessa de l’embellir.

Arrivée et installation à 19H au Monastère de « Sainte-Croix ».
Cinq cellules
sont affectées
d’office aux
personnes
venues seules
pour se
recueillir,
s’isoler et vivre
en moine ou
religieuse
durant 3 jours
(nous ne les
citerons pas) pas
de favoritisme
pour notre
Trésorier à qui
revient la plus
petite d’entre
elles ( moins de
4 m² !)

Mercredi 1er juin
Plafond bas, les brouillards traînent
y compris dans les vallées, c’est la
catastrophe ! Le point météo est fait
avec Frédéric et Alain, les gérants,
tous deux de la région. Ils
conseillent de faire la randonnée des
« 3 becs », pensant que le temps va
se lever. Après un solide petit
déjeuner nous prenons donc la
direction du verrou de « Saillans »
et du col de « La Chaudière » à
gauche.
Au col, la visibilité est encore
acceptable bien que le plafond soit
bas. Partis du col situé à 1036 m le
brouillard nous rattrape au « Pas de
Siara » et ne nous lâchera pas
jusqu’au « Veyou » ( 1589m) , un
des trois sommets de l’arrête qu’il
faut longer pour atteindre « Le
Signal »
(
1559m),
puis
« Rochecourbe » ( 1545m), encore
appelée « La pelle » !

Un petit nombre
d’entre-nous
emprunte les
contournements
pour éviter les
sommets
desquels hélas la
visibilité est
quasiment
nulle…..on ne
leur en voudra
pas !

Ce petit groupe arrivé avant les autres, s’arrête, met la nappe et dresse le couvert au « Pas de
la Laveuse » ; profitant d’une éclaircie, le « Trou de La Laveuse » ( roche percée d’une
grande lucarne) leur révèle, à travers cet oeil de bœuf inattendu, le village médiéval de
« Saillans », situé tout en bas dans la vallée, de l’autre côté de la rivière Drôme.

Puis la descente se fait sans pluie jusqu’au « col de la Chaudière » et retour pour 17H à
« Die » où est prévue la visite de la cave coopérative « Jaillance » qui produit la Clairette de
Die .
Déjà « Pline l’Ancien » citait en 77 AC ce vin pétillant et frais qui s’élabore lentement à basse
température pendant 4 à 8 mois pour ne titrer au final que 7 à 7,5° et conserver tous ses
arômes de fruits ( pêche, pamplemousse, litchi…) et de fleurs ( rose, jasmin, muguet….). La
clairette est classée AOC depuis 1942. La cave coopérative « Jaillance » produit 8 millions de
bouteille de clairette/an auxquelles s’ajoutent aussi des crémants, fabriqués ici ou à Bordeaux.
Ce ne sont pas moins de 1000 emplois directs ou induits pour la vallée, dont une centaine à la
cave même !

Retour au
Monastère pour le
dîner à 19h30 et
séance
d'étirements.
comme à
l’accoutumée

Jeudi 2 juin
Météo exécrable, plafond toujours aussi bas, mais nos deux « mentors », Alain et Frédéric
nous conseillent de conserver notre rando au « But St Genis » par le col de « Vassieux » car
« ça devrait se lever »… !
Nous partons donc par la « vallée de Quint » et le « col de Marignac » pour une belle
randonnée côté Vercors. La montée se fera en direction du « col de Vassieux » par le GR 95,
chemin ancestral, ancienne voie romaine d’échanges entre le Diois et le vercors (« la Font
d’Urle »). Partis de 590m, nous atteindrons aujourd’hui 1643m, le point culminant de toutes
nos randonnées, soit 5h de marche.

Un premier col, « le col de Vassieux » est suivi par
« le col de La Chau » où nous décidons de piqueniquer dans une herbe grasse et près d’une station de
trolles avec une vue sur « Die » et la montagne du
« Glandasse ».
Après le pique-nique, nous nous séparons en 2
groupes.

L’ascension du « But St Genis »
se fait en 35mn et le panorama
heureusement dégagé offre des
vues sur le vallon et le village de
« Vassieux », « la Tête de la
Dame », « le Pas d’Ambel » côté
Vercors, la vallée de la Drôme
jusqu’à « Valence », « les Trois
Becs »…..côté sud-ouest.

Descente sous la pluie sans Mireille Clément depuis le col de « La Chau » …. qui nous
appelle alors qu’elle marche seule depuis plus d’une heure, pensant nous rattraper, jusqu’au
col de « Vassieux » alors que le groupe a pris un chemin différent du matin. Finalement, elle
fera la descente seule nous rejoignant aux voitures alors que nous arrivons juste.

Et là, on apprend que le petit groupe qui avait décidé de redescendre sitôt après le pique-nique
a aussi perdu quelqu’un et a dû remonter pour aller à sa rencontre jusqu’au col de « La Chau »
et au delà, en direction du col de « Vassieux » ! Dure journée pour notre groupe qui n’avait
droit qu’à 5% de pertes, soit un randonneur et demi…..et nous en avions deux ! Mais ils ne
perdent rien pour attendre ce soir où une petite farce les attend.
Retour au Monastère « au complet », pour un moment festif autour du quiz habituel……
Le gagnant est sans contexte Marc le camping-cariste, assisté de Monique à qui revient donc
la clairette cuvée César primée au guide des vins Hachette et des olivettes en chocolat. Le 2ème
prix est attribué à Marie-Claude qui reçoit la clairette cuvée fruitée de chez « Carod » et enfin
3 ex-aequo, départagés au profit de l’âge, avec une clairette « Marquis de Plagne » pour
Odette et René, des craquants aux amandes pour Marie-Noëlle et Marc, des nougats à la
lavande pour Mireille Clément….

Mais après avoir trinqué à nos randonnées, une surprise est réservée à Mireille et Geneviève
dite la « Carpentrassienne », grandes spécialistes des fugues devant l’Eternel. Charles les
ceinture ensemble avec une corde reliée et conduite par Pierrot…..qui avait décidé de leur
laisser quelques 25 mètres de « mou » pour pouvoir aller photographier à loisir les petites
fleurs sans s’égarer !…..un bon moment de franche rigolade suivi de quelques chants
Renaissance entonnés par Anne et un ami, Claude, qui habite la région.

Vendredi 3 juin, dernier jour de randonnée
Le plafond est si bas qu’il faut renoncer à la chapelle « St Médard » située à 858 m et prendre
la direction des « Morins » et de « Paillères » situés au-dessus du village de Sainte-Croix, en
limite du brouillard, ce qui nous permet d’avoir de jolies vues tant sur le Monastère que sur le
village de Sainte-Croix, la vallée de la Drôme, le vieux village de Pontaix et Die.
Retour à 13H pour un dernier pique-nique dans la belle cour du Monastère….et là, c’est la
surprise car René Mazard me remet, au nom du groupe, des livres sur la région et des produits
du terroir à déguster sans modération.
Puis direction Crest où nous
sommes attendus pour la visite
du plus haut donjon de France
( 53m).
Les sommets des « Trois
Becs », le « But St Genis » sont
toujours dans les nuages, mais
au-dessous de 1200 mètres, le
paysage est dégagé, laissant
voir de belles échappées sur
« Roche Colombe », la chapelle
« St Médard » et sur la vallée.



Documents similaires


programme lacs italiens
les lacs italiens sans transport sans excursion
programme lacs italiens brochure 18 pdf
2015 06 drome provencale1
programme lacs italiens avec transport 2019 ok 1
week end marche nordique en vallee d ossau en chambre d 3 2 3


Sur le même sujet..