octobre 2015 .pdf



Nom original: octobre-2015.pdf

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Adobe InDesign CC (Macintosh) / Adobe PDF Library 10.0.1, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 13/06/2016 à 14:02, depuis l'adresse IP 41.158.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 497 fois.
Taille du document: 2.4 Mo (36 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


I
UN

O
N

L’ AC T UA L I T É

D U

G O U VE R N E M E N T

E GA B
IQU
ON

TI
CE

RE
P

BL

SE
AI

U

S
TRA I L J U
VA

G A B O N A I S

Octobre 2015 - N°05

16 octobre 2015

Pont de la Mvoung

16 octobre 2009

Grand Poubara

P.6
Une diplomatie d’action

P.17

Plus de 8000 logements construits

P.26

De 2010 à 2015: des réalisations à
fort impact social

P.20

Le

Gouvernement
sur la Toile
PORTAIL OFFICIEL DU GOUVERNEMENT GABONAIS
www.gouvernement.ga

Ministère de la Communication, des ReMinistère des Affaires Etrangères de la

lations avec les Institutions Constitution-

Francophonie, de l’intégration régionale

Ministère de la Justice, Garde des Sceaux nelles, Porte-parole du Gouvernement

www.diplomatie.gouv.ga

www.justice.gouv.ga

www.relations-institutions.gouv.ga

Ministère de l’Intérieur de la Sécurité
Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage,

Publique de l’Immigration et de la Dé-

Ministère de la Jeunesse et des Sports

de la Pêche et de la Sécurité Alimentaire

centralisation

www.jeunesse-sports.gouv.ga

www.agriculture.gouv.ga

www.interieur.gouv.ga

Ministère du Commerce, des Petites et
Ministère des Mines, de l’Industrie et du

Moyennes Entreprises, de l’Artisanat et

Tourisme

du Développement des Services

Ministère des Transports

www.mines.gouv.ga

www.pme.gouv.ga

www.transports.gouv.ga

Ministère de la Forêt, de l’EnvironneMinistère des infrastructures, de l’habitat ment et de la Protection des Ressources

Ministère de l’Enseignement Supérieur

et de l’aménagement du territoire

Naturelles

et de la Recherche Scientifique

www.infrastructures.gouv.ga

www.eaux-forets.gouv.ga

www.enseignement-superieur.gouv.ga

Ministère de l’Éducation Nationale et de
l’Enseignement Technique et Profession-

Ministère de l’Économie Numérique, de

nel

la Communication et de la Poste

Ministère de la Défense Nationale

www.education-nationale.gouv.ga

www.economie-numerique.gouv.ga

www.defense-nationale.gouv.ga

Ministère de l’Économie, de la Promotion Ministère du Pétrole et des Hydrocar-

Ministère de l’Énergie et des Ressources

des Investissements et de la Prospective

bures

Hydrauliques

www.economie.gouv.ga

www.petrole.gouv.ga

www.energie.gouv.ga

Ministère du Budget et des Comptes

Ministère du Travail, de l’Emploi et de la

Ministère de la Santé et de la Pré-

publics

Formation Professionnelle

voyance Sociale

www.budget.gouv.ga

www.travail.gouv.ga

www.sante.gouv.ga

lité des Chances et des Gabonais de

Ministère de la Culture, des Arts et de

Ministère de la Fonction Publique et de

l’Étranger

l’Éducation Civique

la Réforme Administrative

www.droits-humains.gouv.ga

www.culture.gouv.ga

www.fonction-publique.gouv.ga

Ministère des Droits Humains, de l’Éga-

d’autres sites web sont en cours de construction...

AVANT PROPOS

SOMMAIRE

Excellence Monsieur le Président de la
République
ÉDITORIAL
Six années de construction du Gabon
émergent

ACTIVITÉS PRÉSIDENTIELLES
AN 6, la volonté d’unir toutes les forces
vives de la nation
AN 6, l’année de mise en service des
chantiers
Nouveaux projets de développement,
nouvelles infrastructures,
Mise en services des infrastructures de
développement
Les 3e et 4e ponts les plus longs d’Afrique

7

p.

ACTIVITÉS GOUVERNEMENTALES

MINISTÈRE D’ÉTAT, MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES, DE LA FRANCOPHONIE ET DE L’INTÉGRATION
RÉGIONALE

17

p.

Une diplomatie d’action
MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE
LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

8

p.

p.

Diversification de l’offre de formation et
rénovation des structures universitaires
MINISTÈRE DE L’ÉNERGIE ET DES RESSOURCES HYDRAULIQUES

p.

20

De 2010 à 2015 : des réalisations à fort
impact social
Électricité : et la lumière fut...

10

p.

MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L’ÉCONOMIE, DE LA PROMOTION DES INVESTISSEMENTS ET
p.23
DE LA PROSPECTIVE
Développement durable et économique
Le programme de production agricole
dans sa phase opérationnelle

12

p.

Plus de 8000 logements construits

28

p.

La ressource humaine minière dès l’année
académique 2016-2017
MINISTÈRE DU BUDGET ET DES COMPTES PUBLICS

13

26

p.

MINISTÈRE DE L’URBANISME ET DU LOGEMENT

MINISTÈRE DES MINES ET DE L’INDUSTRIE

p.

19

Instauration de la PIP, puis du nouveau
système de rémunération

29

p.

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DE LA RÉFORME ADMINISTRATIVE ET DE LA MODERNISATION
DES CADRES JURIDIQUES ET INSTITUTIONNELS
Nouveau système de rémunération : la
matérialisation d’une prospérité partagée

30

p.

MINISTÈRE DU TRAVAIL ET DE L’EMPLOI
Chantiers et projets phares sur le rail

31

p.

MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE NUMÉRIQUE ET DE LA
POSTE
Six ans : le bond du numérique, l’avancée
de la fibre optique

33

p.

Traduire en acte le PSGE,

E

xcellence Monsieur
le Président de la
République, ce 16
octobre 2015 marque, jour
pour jour, l’anniversaire de
votre avènement aux exaltantes charges suprêmes
de l’Etat. Comme dans mes
propos de commémoration des cinq ans de votre
accession à la magistrature
suprême, nous vous réitérons ici la ferme volonté de
traduire, en actes concrets,
votre politique visionnaire
de développement du Gabon, à travers le PSGE – véritable feuille de route de
marche de notre pays vers
l’émergence économique.
Excellence Monsieur le
Président de la République, c’est ici un honneur
pour nous de le redire : Il y
a six ans, le peuple gabonais dans sa grande majorité vous confiait les destinées de ce pays en vous
accordant les suffrages
nécessaires à l’accession à
la Magistrature Suprême.
Cette charge accueillie
comme un challenge auquel vous n’avez de cesse

Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Pr Daniel Ona Ondo

de consacrer votre énergie
et votre action pour l’amélioration du vécu quotidien
de vos compatriotes est
accomplie chaque jour
avec abnégation et dévouement, en témoignent
les résultats auxquels vous
êtes parvenus et dont les
moyens de communication ou les hôpitaux de
dernière génération ne
sont qu’un pan.
Aussi, ai-je le respectueux
honneur de rappeler que
la confiance que vous avez
bien voulu accorder à ma
modeste personne en
m’instruisant de conduire
quotidiennement votre politique à la tête du Gouver-

nement m’amène à vous
réitérer ainsi l’expression
de ma déférente gratitude,
non sans vous assurer de
mon indéfectible attachement et mon entière disponibilité à accomplir avec
dévouement les devoirs de
ma charge.
Puisse Allah Le Miséricordieux vous accompagner davantage dans la
conduite de votre noble
mission et vous donner
suffisamment
d’énergie
pour ne ménager aucun
effort dans la mise en
œuvre du Plan Stratégique
Gabon Émergent, gage du
développement de notre
pays.

Profond Respect
Bonne lecture à tous !
Le Premier Ministre, Chef
du Gouvernement
Pr Daniel Ona Ondo
Directeur de la Publication

La marche vers le Gabon émergent

L

ancés au lendemain
de son élection à
la magistrature suprême le 16 octobre 2009,
de nombreux chantiers
ont pris progressivement
forme et participent ainsi
à la matérialisation du Plan
Stratégique Gabon Emergent (PSGE), une architecture du projet de société
« L’Avenir en confiance »
pour lequel le Président Ali
Bongo Ondimba a été élu.
Ce Plan Stratégique Gabon
Emergent touche aussi
bien les infrastructures,
les réformes administratives, l’amélioration des
conditions de vie des populations à travers le nouveau pacte social du Chef
de l’Etat, le renforcement
des acquis démocratiques

par le biais, entre autres,
du Conseil National de la
Démocratie (CND), mais
aussi via le maintien d’un
dialogue permanent avec
la classe politique et la société civile.
La diversification de l’économie n’est pas en marge
des nombreuses réformes
entreprises durant le mandat présidentiel en cours.
En effet, l’interdiction de
l’exportation des grumes
brutes a favorisé la multiplication des unités de
transformation locale du
bois. Aujourd’hui près de
130 unités de transformation locale du bois sont
présentes sur l’étendue du
territoire national contre
81 en 2009. Ce secteur
contribue
actuellement

à hauteur de 20% au PIB
et devient de fait le 2ème
pourvoyeur d’emplois au
Gabon avec 7000 emplois.
La prospérité partagée
matérialisée par la mise
en place du Nouveau système de rémunération,
l’augmentation des allocations familiales, la mise
en place des instruments
de prise en charge sociale
(CNAMGS, FNAS etc.) traduisent davantage la volonté des plus hautes autorités du pays d’améliorer
les conditions de vie des
populations.

les chantiers en matière
d’infrastructures, les politiques sociales au profit du
grand nombre. Six années
durant lesquelles l’on est
passé véritablement de la
phase projets à celle des
réalisations et du concret.
D’ailleurs, cette sixième
année voit encore de nouveaux chantiers se lancer,
notamment dans le domaine agricole (Gabonaise
des Réalisations Agricoles,
Initiatives des Nationaux
Engagés: GRAINE).
Le Secrétaire Général du
Gouvernement

Sans être exhaustif sur les
réalisations de ces six années de la mandature du
Président Ali BONGO ONDIMBA, ce spécial An VI du
mandat en cours brosse
aussi les grandes réformes,

Ali Akbar ONANGA
Y’OBEGUE
Directeur de la Rédaction

AN 6 :
LES GRANDS
CHANTIERS EN
MARCHE

Juin 2015

Page 6

ACTIVITÉS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

Les membres du Gouvernement autour du Président de
la République

AN 6, LA VOLONTÉ
D’UNIR TOUTES LES
FORCES VIVES DE LA NATION

Une équipe prête pour accélérer la croissance

De G à D : Matthieu Mboumba Nziengui (opposition), Madeleine Berre (patronat), Crepin Magloire Andrew Gwodog (la jeunesse)

D

ès son accession à la magistrature
suprême en 2009, le Président de
la République, Ali BONGO ONDIMBA, avait fixé le cap de sa gouvernance politique. Celui d’un homme toujours disposé
à travailler avec l’ensemble des forces vives
de la Nation. Objectif à atteindre : développer le pays. La composition, le 11 septembre 2015 du nouveau Gouvernement
est la parfaite illustration de cette volonté.
Bien qu’il ait prioritairement la mission de
poursuivre les réformes déjà initiées, ce
Gouvernement réaménagé se distingue par
sa coloration plurielle. Ainsi, les partis politiques de la majorité sociale et républicaine
pour l’émergence se sont-ils joints au Parti
démocratique gabonais (PDG), le parti au
pouvoir, pour la conduite des affaires du

pays. Nombre d’observateurs ont ainsi salué la démarche républicaine du Centre des
Libéraux Réformateurs (CLR) et de l’Alliance
Démocratique et Républicaine (ADERE) dont
des membres influents occupent des postes
ministériels dans l’actuelle équipe gouvernementale. A ces deux partis politiques,
l’opposition gabonaise, à travers l’Union du
Peuple Gabonais (UPG), et la Société Civile
ont aussi intégré la nouvelle équipe gouvernementale dans une volonté de construire
le nouvel édifice dont les signaux forts sont
déjà visibles. La jeunesse et les femmes ne
sont pas en restent dans la construction du
pays, leur présence au Gouvernement ONA
ONDO III aux côtés des anciens répond à
cette volonté d’unir l’ensemble des forces
vives de la Nation.
Juin 2015

Page 7

ACTIVITÉS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

Des avancées significatives dans les domaines de l’industrie, de la santé et des routes sont palpables

AN 6 : L’ANNÉE DE MISE EN
SERVICE DES CHANTIERS
La sixième année de l’actuel septennat du Président de la République, Chef de l’Etat, Ali Bongo
Ondimba se caractérise par deux groupes d’actions par rapport à son programme de société
« L’Avenir en Confiance ». D’abord, la mise en service d’un bon nombre de chantiers lancés au
début de son septennat. Ensuite, la mise en route de nouveaux chantiers structurants d’infrastructures pour le développement de l’arrière-pays et l’implication du plus grand nombre
des Gabonais dans la production des richesses nationales, à travers le programme Graine.

MISE EN SERVICES
DES CHANTIERS AU
DÉBUT DU SEPTENNAT

L

Le Président de la République lors de l’inauguration du pont sur la Mvoung

a période allant du 16 octobre 2014 au 16 octobre 2015 se caractérise par la mise
en service des chantiers dans des domaines aussi variés que l’industrie, la production
énergétique, les infrastructures routières et des ponts. Ces mises en service marquent
l’aboutissement de certaines actions fortes prises au début du septennat pour le développement du Gabon.

Juin 2015

Page 8

ACTIVITÉS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

LE GABON INDUSTRIEL : AN 6

RFM, un modèle réussi de l’industrialisation de la
filière bois

Ali Bongo Ondimba inaugure le complexe métallurgique de Moanda

L’industrialisation de la filière bois : l’usine
de Mbomao. L’une des mesures fortes prises
au début du septennat fut l’interdiction formelle d’exportation des grumes. La visite par
le président de la République, Chef de l’Etat,
Ali Bongo Ondimba, le 23 mars 2015 de l’usine
de transformation plus poussée du bois (3e
niveau) de la société Rain Forest Management
(RFM) sonne comme un aboutissement de
cette politique de transformation sur le territoire national des ressources naturelles.

L’inauguration du Complexe Métallurgique de Moanda
(CMM). Si ce projet a été pensé avant l’avènement de l’actuel Chef
de l’Etat à la magistrature suprême, c’est le président Ali Bongo
Ondimba qui impulse une véritable dynamique pour l’aboutissement de ce grand projet industriel qui inscrit le Gabon dans le giron
des pays qui transforment localement la ressource manganèse.
Le complexe CMM va produire des alliages nouveaux destinés à
l’exportation. De même, le complexe CMM va générer des emplois
nouveaux. La formation des jeunes va progressivement permettre,
l’acquisition d’une expertise dans le secteur de la valorisation industrielle du manganèse.

La Zone Economique Spéciale de Nkok. La zone Economique Spéciale de Nkok est la première zone opérationnelle du Gabon depuis les
indépendances. L’An 6 du septennat du Président Ali Bongo Ondimba
a été celui où la Zone Economique Spéciale de Nkok, lancée au tout
début du septennat, a connu l’implantation de quelques industries.
Outre la transformation du bois, la ZES de Nkok accueille une unité
d’industrialisation spécialisée dans la production et l’exportation des
lingots de cuivre. En plus de cette unité d’exportation, il y a une entreprise de fabrication des barres de fer pour la construction. Et une société chinoise spécialisée dans la fabrication de batteries pour véhicules
La production énergétique : le démarrage hydroélectrique du Grand Poubara. Cette unité
de production énergétique de +160 mégawatts a
été indispensable pour le démarrage des activités
du Complexe Métallurgique de Moanda.

La première production industrielle de l’or : La mine d’or
de Bakoudou prévoit produire 45 000 onces d’or par an. Cette
mine marque le début de l’industrialisation de la filière aurifère
au Gabon à travers un partenariat public-privé et l’Etat gabonais
et la société marocaine Managem.

Vue du barrage du Grand Poubara dans le HautOgooué

Le précieux métal

Juin 2015

Page 9

ACTIVITÉS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

NOUVEAUX PROJETS DE DÉVELOPPEMENT, NOUVELLES
INFRASTRUCTURES,

La route un facteur

Photo de famille et remise des titres fonciers aux différentes associations du projet
GRAINE

GRAINE : MA RICHESSE,
MA TERRE

I

nitiative grand public, le Programme Gabonaise des
Réalisations Agricoles, Initiatives des Nationaux Engagés (Graine) scelle la manifestation d’une ferme
volonté politique d’inverser la tendance de dépendance
alimentaire nationale : 250 à 300 milliards de francs CFA
/ AN.
En effet, le programme de production agricole Graine
ambitionne de faire du Gabon le plus grand producteur
de tubercules de manioc, de piment, de tomate et de banane. Ce programme vise à créer une nouvelle génération d’entrepreneurs agricoles.

LA POURSUITE DES INFRASTRUCTURES DE DÉVELOPPEMENT

M

algré le recul des recettes budgétaires, consécutive à la chute des cours du pétrole, le Président de la République a donné des fermes
instructions pour que soient maintenues les chantiers
d’infrastructures routières.
Deux types de projets sont en cours : ceux destinés au
désenclavement de l’arrière-pays et les projets de voiries
urbaines.

Juin 2015

Page 10

...dans plusieurs provinces.

ACTIVITÉS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

ROUTES ET PISTES DE
DÉSENCLAVEMENT

V
de développement comme on peut le voir actuellement...

éritable défi de développement du littoral, la
route Port Gentil-Omboué (101 km), Ndendé-Mouila, Tchibanga-Mayumba (dont les travaux
de bitumage ont débuté) sont parmi les tronçons destinés au désenclavement de l’arrière-pays.
A côté des routes bitumées, il y a l’aménagement de certaines routes en vue de leur bitumage. C’est le cas de l’axe
routier Ovan-Makokou (lancé en 2014, projet actualisé en
2015) où une compagnie chinoise est à pied d’œuvre,
Carrefour Mikouyi-Carrefour Leroy lancé en 2014, etc.
L’objectif pour le Président de la République étant de relier toutes les capitales provinciales par des routes bitumées, conformément au Schéma Directeur National des
Infrastructures.
En outre, dans le cadre du programme Graine, les autorités prévoient l’ouverture de 3000 pistes agricoles qui serviront à desservir les villages et localités les plus reculés
du Gabon.

LES 71 KM DE ROUTES
DE VOIRIES URBAINES

L

es fonds levés dans le cadre de l’actuel emprunt
obligataire de 80 milliards de francs, lancé par le ministère de l’Economie et piloté par la Direction générale de la dette, vise à financer plus de 71 Km de voiries
urbaines. Parmi les tronçons phares, il y a le contournement Okala Carrière- Alibandeng pour décongestionner
le nord de Libreville.

Tronçons Lambaréné-Fougamou-Mouila;
Mouila-Ndéndé-Lébamba;
Ndéndé-Tchibanga-Mayumba; Ndjolé-Médoumane...

Juin 2015

Page 11

ACTIVITÉS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

MISE EN SERVICES DES INFRASTRUCTURES
DE DÉVELOPPEMENT
La traversée des fleuves a toujours constitué un frein au développement des
infrastructures routières. L’an 6 du septennat 2009-2016 du Président de la
République Ali Bongo Ondimba s’est caractérisé, entre autres, par la mise en
service des ponts d’envergure. La mise en service du Pont sur la M’Voung et la
mise en service du pont sur la Banio (Mayumba) en sont des parfaites illustrations.

PONT SUR LA BANIO (MAYUMBA)

Mise en service du pont sur la lagune Banio

L

e Pont de Mayumba est aussi un vieux
pari gagné par l’actuel président de la
République. Depuis les indépendances,
la traversée de la Banio s’effectuait par le bac,
freinant considérablement le développement
de Mayumba, l’exploitation des richesses du
sous-sol de cette partie du Gabon.
Avec la mise en service de l’ouvrage, le désenclavement de Mayumba est effectif, la
circulation des populations est devenue plus
fluide. De plus, ce pont va inciter à la mise en
actions d’autres projets de développement :
la construction du port en eau profonde de
Mayumba, l’exploitation future du fer de Tchibanga, les palmeraies à huile d’Olam, etc.

Mise en service du pont sur la lagune Banio

PONT SUR LA MVOUNG (OVAN)

L

es travaux de construction du pont
sur la M’Voung ont été lancés en juillet
2012. Le 23 mars 2015, le président de
la République, Ali BONGO ONDIMBA, a procédé à l’inauguration de ce pont qui couronne
une volonté de doter le Gabon d’infrastructures modernes.
D’autres ponts sont achevés, réceptionnés
travers le pays mais non encore mis en services.

Juin 2015

Page 12

Le pont de la Mvoung, un exemple de désenclavement du pays

ACTIVITÉS DU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

PORT-GENTIL/ OMBOUÉ

Le pont sur l’embouchure de l’Ogooué dans la province de l’Ogooué Maritime

LES 3e ET 4e PONTS LES PLUS LONGS
D’AFRIQUE

L

es travaux de construction des
ponts sur l’embouchure de
l’Ogooué lancés en 2014 se poursuivent. Les ouvrages prennent progressivement formes. Les pylônes supports sont profondément enracinés et
la partie métallique de l’ouvrage devant
accueillir la chaussée a pris forme.
A terme, les deux ponts sur l’Ogooué
vont devenir les 3e et 4e ponts les plus
longs d’Afrique, avec respectivement
4707 mètres et 4577 mètres.
Elément à part entière du tronçon
Port-Gentil, ces ouvrages figurent
parmi les infrastructures de ponts et
chaussées les plus imposants du continent après les ponts du Caire (20 500
mètres) et le Mainland bridge de Lagos
au Nigeria (10 500 mètres).

Les véhicules circulent depuis quelques temps
Juin 2015

Page 13

Votre émission “Faire Savoir“ en diffusion tous les
mercredis sur Gabon Télévision à partir de 21h.
Une émission d’information
gouvernementale qui reçoit
les membres du Gouvernement pour expliquer la mise
en œuvre des politiques
publiques.

“Faire Savoir“ N°01: M. Magloire NGAMBIA, Ministre
des Infrastructures, de l’Habitat et de l’Aménagement
du Territoire

“Faire Savoir“ N°02: M. Pacôme MOUBELET-BOUBEYA,
Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique

“Faire Savoir“ N°03: M. Jean-Pierre OYIBA, Ministre de
la Santé et de la Prévoyance Sociale

“Faire Savoir“ N°04: M. Désiré GUEDON, Ministre de
l’Énergie et des Ressources Hydrauliques

“Faire Savoir“ N°5: M. Blaise LOUEMBE, Ministre de la
Jeunesse et des Sports

“Faire Savoir“ N°7: M. Christian MAGNAGNA, Ministre
du Budget et des Comptes publics

“Faire Savoir“ N°8: M. Régis IMMONGAULT TATAGANI, Ministre de l’Economie, de la Promotion des
Investissements et de la Prospective

“Faire Savoir“ N°13 : M. Gabriel TCHANGO, Ministre
du Commerce, des Petites et Moyennes Entreprises,
de l’Artisanat et du Développement des Services

“Faire Savoir“ N°14 : M. Pastor NGOUA N’NEME,
Ministre de l’Economie Numérique, de la Communication et de la Poste

“Faire Savoir“ N°19: M. Rufin MOUSSAVOU, Ministre
de la Culture, des Arts et de l’Education Civique

“Faire Savoir“ N°20: M. Guy Bertrand MAPANGOU,
Ministre de l’Intérieur de la Sécurité Publique de
l’Immigration et de la Décentralisation

RETROUVEZ LA “ SEMAINE“
SUR FACEBOOK : SÉCRÉTARIAT GÉNÉRAL SGG
SITES WEB : www.gouvernement.ga

www.sgg.gouv.ga
PAR MAIL : communication.gouvernementale.gouv.ga
Octobre 2015

Page 16

MINISTÈRE D’ÉTAT, MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES,
DE LA FRANCOPHONIE ET DE L’INTÉGRATION RÉGIONALE

UNE DIPLOMATIE
D’ACTION
Depuis son accession à la magistrature suprême, en 2009, le Président
de la République, Ali Bongo Ondimba œuvre au rayonnement diplomatique du Gabon que ce soit avec des partenaires traditionnels ou de
nouveaux pays amis. Tour d’horizon.

Afrique

O

n peut noter la tenue des
consultations diplomatiques,
le renforcement de la coopération
multisectorielle à travers la signature des accords dans plusieurs
domaines importants tels que la
circulation des personnes (accord
d’exemption de visas pour les détenteurs de passeport diplomatique, de service ou officiel avec le
Sénégal, etc).
Avec le Maroc, le Gabon a signé plusieurs accords en présence de Sa
Majesté, le Roi Mohammed VI et de
Son Excellence, M le Président de la
République, Chef de l’Etat Ali Bongo
Ondimba. Il s’agit des accords dans
plusieurs domaines de développement, illustrant l’ambition des deux
pays de faire de cette coopération
sud-sud un modèle de développement durable.

Europe

F

rance : Hormis les visites officielles, les signatures et révisions d’accords, on peut retenir que le Gabon a été le premier
pays africain à avoir présenté sa
contribution nationale en vue de la
réussite de la COP 21 (30.11.2015
au 11.12.2015). Ce qui conforte sa
position de leader dans le domaine
environnemental en Afrique.

Allemagne : Adoption le 30 juillet
2015 par l’Assemblée Générale des
Nations Unies d’une directive présentée par le Gabon et l’Allemagne
visant à combattre plus efficacement le commerce des espèces
sauvages menacées.

Amérique

É

tats-Unis d’Amérique : Coopération visible dans le domaine
des mines, notamment. Celle-ci a
été sur le point d’être formalisée
grâce au lancement en 2013 des
négociations sur le BIT (accord sur
la promotion réciproque des investissements) ;
Excellente coopération militaire et
économique ;
Installation des unités de réserves
d’intervention américaines d’urgence à Libreville à cause de la stabilité qui prévaut au Gabon ;
Visite de travail du Président de la
République en août 2014, sur invitation du Président Barack Obama ;
Tenue du XIVème forum de l’African Growth and Opportunity Act
(AGOA) à Libreville ;

Octobre 2015

Page 17

Moyen Orient

S
Japon : Du 31 mai au 3 juin 2013,
Le Président de la République, Chef
de l’Etat, S.E. Ali BONGO ONDIMBA
a pris part aux travaux de la 5ème
Conférence Internationale de Tokyo
sur le Développement de l’Afrique
(Ticad V), tenue à Yokohama. Au
cours desdits travaux, le Chef de
l’Etat s’est exprimé tour à tour sur le
développement de la coopération
sud-sud et sur l’emploi des jeunes.

ASIE

C

hine : Construction du stade de
l’amitié sino-gabonaise et de
plusieurs infrastructures (routes),
Fougamou-Mouila, Ndendé- Tchibanga, Okondja- Akiéni et d’autres
projets en cours de réalisation à
l’exemple de la route Port gentil –
Omboué
Corée : Construction des villages
numériques avec le groupe Samsung. Du 24 au 26 octobre 2010
visite officielle du Président de la
République à Séoul, des questions
de coopération abordées. Du 26
au 28 mars 2012, participation au
2ème sommet sur la sécurité du
Nucléaire
Octobre 2015

Page 18

Océanie

L

e Président de la République,
S.E. Ali BONGO ONDIMBA a en
outre pris la décision, lors du Sommet mondial de novembre 2014 à
Sydney en Australie, de créer des
parcs nationaux marins ou zones
protégées sur 20% du territoire national.

ur invitation du Roi Salmane
Ben Abdelaziz Al Saoud, le président de la République, Ali Bongo
Ondimba a effectué le mardi 9 juin
2015, une visite officielle à Djeddah
en Arabie Saoudite.
Cette visite s’inscrit dans le cadre
d’une perspective de coopération
bilatérale dans les domaines privilégiés de partenariat entre le Gabon
et le royaume d’Arabie Saoudite
dans les secteurs de l’enseignement
supérieur, des infrastructures, institutions financières, services et équipements.
En effet, le royaume saoudien soutient depuis plusieurs années, le
Gabon dans son objectif de développement. Depuis les années 90
cet appui s’est notamment matérialisé par des accords de prêts
pour le financement d’infrastructures routières, d’écoles, logements
(exemple réaménagement du lycée
de Franceville, etc…), le développement des secteurs de la pêche et
de l’agriculture et des zones économiques (Zone franche de l’Ile Mandji).

MINISTÈRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

DIVERSIFICATION DE
L’OFFRE DE FORMATION
ET RÉNOVATION DES
STRUCTURES UNIVERSITAIRES

L’amphithéâtre de l’USS rénovée

L

e programme de
diversification
de
l’offre de formation
a favorisé la création d’un
nouveau master et d’une
licence
professionnelle
avec, en prime, l’adoption
des schémas directeurs à
l’Université Omar Bongo
(UOB), en partenariat avec
l’université OREGON aux
Etats-Unis. La rénovation
et la modernisation des
structures universitaires
existantes n’a pas été en
reste ces six dernières années.
Durant l’année académique
2014-2015,
le
ministre Pacôme Moubelet-Boubeya, alors en
charge de l’enseignement
supérieur, a conduit à Kigali (Rwanda) une mission
à la tête d’une délégation
des étudiants des universités et grandes écoles publiques et privées du Gabon. L’objectif était de voir
comment l’instrumentalisation de la jeunesse par
les acteurs politiques peut

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a progressivement mis en place une pratique académique ambitieuse cadrant avec les ambitions d’un pays émergent.

conduire à un génocide, le
cas du Rwanda en 1994.
Le ministère a également
pris part à Paris le 5 juin
2015 au premier forum
des ministres francophones de l’Enseignement
supérieur sur l’introduction du numérique dans
les enseignements.
Sous le haut patronage de
leurs excellences Ali Bongo Ondimba , Président de
la République gabonaise
et Alassane Ouattara, Président de la République de
Côte d’Ivoire, s’était tenue
en juin 2014 à Libreville
la table ronde des partenaires techniques et financiers du CAMES (Conseil
Africain et Malgache pour
l’enseignement supérieur).
L’objectif était d’étudier les
possibilités de financer le
Plan Stratégique de développement du CAMES sur
la période 2014/2015, 47
ans après sa création.
Dans la même période,
Libreville a successivement abrité la session

du Conseil des ministres
de l’espace CAMES et le
programme de reconnaissance et d’équivalence
des diplômes. Du 13 au
22 juillet 2015, Libreville a
encore accueilli à l’ENSET
la session des comités
consultatifs Interafricains
(C.C.I), un cadre commun
de gestion des carrières
des enseignants chercheurs et chercheurs.
Toutes ces rencontres démontrent la volonté des
autorités gabonaises à
matérialiser la vision du
Président de la République
concernant ce pan indispensable au développement d’un pays qui passe
par la formation du capital
humain. Un des axes forts
du PSGE.
Un engagement que Me
Dénise Mekam’ne EDZIDZIE, actuel ministre
de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
scientifique depuis le 11
Septembre 2015 compte
renforcer. Pour ce faire,

le membre du Gouvernement a rencontré tour à
tour les recteurs et chefs
d’établissements sous-tutelle et les syndicats dont
le Syndicat national des
enseignants chercheurs
(SNEC) et ceux des enseignants regroupés au sein
de la FRAPPE. Les réunions
sectorielles qui ont permis
à la tutelle de cerner l’ensemble des problèmes
auxquels sont confrontés
les universités et grandes
écoles gabonaises.
Des réunions au cours
desquelles le calendrier
académique 2015/2016
a été passé en revue et a
permis de produire une
stratégie générale de l’Enseignement supérieur et
de la recherche scientifique au Gabon. Une stratégie qui tient compte des
particularités de chaque
établissement.

Octobre 2015

Page 19

MINISTÈRE DE L’ÉNERGIE ET DES RESSOURCES HYDRAULIQUES

DE 2010 À 2015 : DES RÉALISATIONS À FORT IMPACT SOCIAL

L’eau pour tous, une préoccupation du septennat d’Ali Bongo Ondimba

L’alimentation en eau potable est sectorisée en deux volets, le milieu
urbain et le milieu rural.
Compte tenu de la situation de pénurie que vivent nos concitoyens, le
Ministère de l’Energie et des Ressources Hydrauliques a entrepris à cet
égard plusieurs actions étalées à court et à moyen terme.
A ce titre, un certain nombre de projets ont été exécutés depuis 2010
et plusieurs sont actuellement en cours pour améliorer l’accès des populations à l’eau potable aussi bien dans les grands centres urbains
qu’en milieu rural.

DANS LE CADRE DES RÉFORMES
INSTITUTIONNELLES

2

010 : Création de la Direction Générale
des Ressources Hydrauliques (DGRH)
chargée de mettre en œuvre la politique
de l’Etat et de définir les stratégies en
matière de production, transport, de distribution et de commercialisation des ressources hydrauliques et l’assainissement
des eaux usées.

Libreville et ses environs ne connaîtront plus de problèmes d’eau potable

EAU AU NORD DE LIBREVILLE :
DES AVANCÉES SIGNIFICATIVES
Dans la cadre de l’adduction d’eau, les ouvrages suivants ont
été réalisés :
Une canalisation DN 800 sur un linéaire de 10 Kilomètres
entre le camp de Gaulle et la bâche d’Angondjé ;
Le renforcement de la station de pompage laissant passer de
350 m3/h à 750 m3/h ;

Les châteaux d’eau en construction vont
régler le problème d’eau
Octobre 2015

Page 20

Une canalisation DN 400 sur un linéaire de 4 kilomètres entre
la bâche d’Angondjé et le nouveau château d’eau d’Angondjé ;

Un nouveau château d’eau de capacité 2000 m3.
Ces travaux ont nécessité des investissements d’une valeur de
97 milliards de francs CFA.

EAU À L’INTÉRIEUR DU PAYS : RENFORCEMENT DE L’APPROVISIONNEMENT

Koulamoutou

Lastoursville

L

A

A Koulamoutou, pour un montant
de 12 Milliards CFA, une nouvelle
usine de capacité 250 m3/h, deux
châteaux d’eau de capacité 500 m3
et une conduite de transfert de 4
kilomètres ainsi que 17 Kilomètres
de réseaux de distribution ont été
construits.

Dans le même élan, plusieurs localités ont bénéficié de la construction
de ces ouvrages de production, de
distribution et de stockage d’eau
potable. C’est le cas de Bakoumba
avec une nouvelle station de traitement d’eau potable, Pana (nouvelle usine, nouveau château d’eau),
Dienga, Okoloville, Awoua.

ors du Conseil des Ministres
délocalisé de Koulamoutou
de 2011, le Chef de l’Etat a accédé aux requêtes des populations
en octroyant un financement pour
les constructions de nouveaux ouvrages de production, de transport
et de distribution d’eau potable.

Lastoursville, une nouvelle
usine de capacité 100 m3/h,
un château d’eau d’une capacité
400 m3 ainsi des conduites de refoulement et de distribution sur un
linéaire de 8 km ont été construits.
Ces travaux sont livrés et les ouvrages sont fonctionnels.

EAU EN ZONE RURALE
Des réalisations ont été faites dans le cadre de la fourniture en eau des zones rurales, à travers les fontaines publiques et l’hydraulique villageoise visibles un peu partout à travers le territoire national.

Octobre 2015

Page 21

ELECTRICITÉ : ET LA LUMIÈRE FUT...

Cette production sera destinée à alimenter
les entreprises industrielles et le réseau de
distribution publique d’électricité.

C

inq ans après, les résultats obtenus sont prometteurs. En effet, la production nationale installée
est passée de 378 à 608 MW, grâce
à l’entrée en service de la centrale
hydroélectrique de Grand Poubara (+160 MW) et celle d’Alenakiri
(+70MW).

En 2010, le Gabon s’est fixé comme objectif de quadrupler la production d’électricité en ciblant un niveau productible de 1200 MW. L’option fondamentale retenue est de mettre en place un mix énergétique
compétitif et peu polluant, composé à 80% d’hydroélectricité, le reste
provenant de sources d’énergie renouvelables telles que le gaz ou encore la biomasse.

Actuellement, la centrale hydroélectrique de Grand Poubara qui alimente le réseau du service public du
Haut-Ogooué et de l’Ogooué-Lolo
permet donc de sécuriser l’alimentation des ménages et des industries de la Région Est, via le poste de
Franceville situé à 21 Km.

L’AMÉLIORATION DU
TAUX D’ÉLECTRIFICATION

A

ctuellement, le taux d’accès à l’électricité au Gabon se situe en moyenne
à 75%.
Ce chiffre cache cependant d’énormes
disparités dans la couverture en électricité entre les zones urbaines et rurales. En
effet, en milieu rural, le taux d’électrification se situe autour de 35% contre environ
80% en milieu urbain.
Toutefois, ces indicateurs sont en deçà
des ambitions des autorités du pays qui
souhaitent à l’horizon 2020, atteindre les
100% de couverture en électricité sur l’ensemble du territoire national.
En six ans de mandat du président de la
République Ali Bongo Ondimba, les actions suivantes en matière d’électricité ont
été concrétisées. A savoir:
Octobre 2015

Page 22

Toutefois, la plus grande partie de
l’énergie produite par Grand Poubara (70 MW) est dédiée aux équipements du Complexe métallurgique
de Moanda (C2M), notamment le
poste électrique de Moanda situé à
300 m du C2M.

Estuaire (Libreville)

La mise en service de la centrale à gaz d’Alénakiri en 2013 a
déjà permis au réseau de bénéficier d’un renforcement de
70 MW. La construction de la centrale d’Alenakiri s’est également accompagnée de l’aménagement d’une route pavée
de 1 825 m, le tout représentant un investissement de 65
milliards de F CFA.

Haut-Ogooué

(Franceville)
Depuis 2014, le Gabon dispose de 160 MW supplémentaires.

Ogooué-Maritime (Port-Gentil)

Mise en service de la centrale à gaz de Port-Gentil dont la
première phase des travaux achevée apportera un supplément de 52,5 MW d’énergie.

Ogooué-lolo (Iboundji)

Mini centrale en test. Capacité de production 0,4 MW.
Les autres projets en cours et en phase d’étude pour renforcer l’offre énergétique nationale sont notamment les barrages hydroélectriques des Chutes de l’Impératrice (84 MW),
de FeII (36 MW), de Malinga (1,4 MW), de Ngoulemendjim
(115 MW) et de Dibwangui (10 MW).

MINISTÈRE DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DE L’ÉCONOMIE,
DE LA PROMOTION DES INVESTISSEMENTS ET DE LA PROSPECTIVE

DÉVELOPPEMENT DURABLE ET ÉCONOMIQUE

Photo de famille entre Les chefs d’État, les représentants des présidents et le président de la
commission de la Cémac au sommet de Libreville

O

Le mandat 2009-2016 du Président de la République, chef de l’Etat
Ali BONGO ONDIMBA comporte une très forte dose d’actions économiques. Entre réformes institutionnelles et programmes de développement socio-économiques, on peut retenir que les points saillants de
réalisations économiques sont :

LES ASSISES NATIONALES DE LA FISCALITÉ

rganisées les 26 et 27 mars 2015
à Libreville, les premières Assises
nationales de la Fiscalité ont permis de
réfléchir sur la refonte du système fiscal national, de manière à rendre l’environnement et le cadre des affaires plus

attractifs au Gabon.
Une des mesures concrètes pour traduire dans les faits l’attractivité fiscale
du Gabon a été la baisse du taux d’impôt sur les sociétés, aujourd’hui l’un des
taux les plus faibles de la zone Cémac.

LE MAINTIEN DES BIENS
DE PREMIÈRE NÉCESSITÉ

S

uite à une augmentation des prix des denrées alimentaires, le Gouvernement a décidé de perdre 11
milliards de francs CFA par trimestre en renonçant aux

droits de douanes et redevances douanières. Une mesure qui a permis de stabiliser les prix et de maintenir le
pouvoir d’achat des populations.

AMÉLIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES
Amélioration du cadre des affaires (création du Centre de Développement des Entreprises (CDE) et de
l’Agence De Promotion Des Investissements Et Des Exportations (APIEX) avant de les transformer en Agence
Nationale de Promotion des Investissements (ANPI).

LEVÉE DES FONDS EUROBOND

E

n six ans de Magistrature suprême, le Président de la République a permis au Gabon d’acquérir une expertise avérée en matière
d’émissions obligataires de l’Etat sur
les marchés sous-régionaux et internationaux.
En effet, pour sa deuxième incursion
sur les marchés internationaux en
18 mois, le Gabon a émis avec suc-

cès un eurobond de 500 millions de
dollars (environ 289.5 milliards de
francs CFA). L’opération, réalisée le
9 juin 2015, consistait en l’émission
d’obligations d’une maturité de 10
ans au taux de 6,95 %.
En décembre 2013, lors d’une émission précédente, le Gabon a levé 1,5
milliard de dollars à un taux de 6,
375 %.

Cette levée de fonds sur les marchés
internationaux est néanmoins un
succès et qui a suscité un fort intérêt
auprès des investisseurs. Elle a été
pilotée par Deutsche Bank, JP Morgan et Standard Chartered, a attiré
plus de 200 investisseurs et a mobilisé un carnet de commandes de 2,75
milliards de dollars, soit 5,5 fois le
montant sollicité par le Gabon.
Octobre 2015

Page 23

PRÉSIDENCE DE LA CÉMAC ET LA CEEAC

L

es premières années ont vu le
leadership du Gabon, à travers
l’aura de son président de la République s’affirmer sur la scène sous
régionale. Ainsi, le Gabon a assuré
la présidence de l’organisation des
chefs d’Etat de la Cémac et celui de
la Communauté Economique des
Etats de l’Afrique centrale (CEEAC).
On retiendra que le Président Ali
Bongo Ondimba a fait bouger les

D

lignes de l’intégration sous régionale,
en accélérant la libre-circulation des
biens et personnes. Il a aussi permis d’actualiser, sur les agendas des
Chefs d’Etat, la dimension sécuritaire.
Les chefs d’Etat de la communauté économique et monétaire de
l’Afrique centrale (CEMAC), réunis
en session extraordinaire le 14 juin

2013 à Libreville ont décidé de la
mise en place d’un fonds de 200 millions de dollars US destiné exclusivement à la création d’emplois pour les
jeunes. C’est le Président gabonais,
Ali Bongo Ondimba qui l’avait annoncé au cours de la cérémonie de
clôture de la 2e édition du New York
Forum Africa.
Ce fonds est appelé ‘’Train My Generation’’

EXPOSITION UNIVERSELLE EXPO
MILAN ET FORUM ÉCONOMIQUE

epuis bientôt six mois, le Gabon
participe à l’Exposition universelle de Milan 2015. Peu avant la
journée Gabon, célébrée le 30 juillet 2015, et rehaussée par la présence du chef de l’Etat, le ministère
de l’Economie a organisé un Forum

économique Gabon-Italie afin de
vulgariser les opportunités d’affaires
contenues dans le PSGE.
Comme retombée concrète, on note
la signature très prochaine d’un accord entre la Caistab et Euro Chocolat pour la transformation du ca-

cao Gabon à des fins d’exportation
sur le marché européen. Deuxième
gain de cette participation, le projet
de fourniture du raphia à la marque
mondiale de chaussure Prada.

RECENSEMENT DE LA POPULATION

L

’année dernière, sur instructions
du Chef de l’Etat, le Gabon dispose des nouvelles données sur sa
démographie et l’habitat. Cette ac-

R

tualisation des données sur la population par le ministère du Développement Durable, de l’Economie, de
la Promotions des Investissements

est la matérialisation de la volonté
du chef de l’Etat de doter le Gabon
de statistiques nouvelles.

PROGRAMME GRAINE

évolutionnaire, le grand programme économique qui va
impulser le développement rural est
incontestablement le partenariat pu-

blic-privé entre l’Etat Gabon et Olam.
Lequel partenariat a débouché sur
la naissance de la Société de Transformation Agricole et de Développe-

ment Rural (Sotrader) en charge du
pilotage technique de Graine (Lire
en page 25)

DÉVELOPPEMENT DURABLE
ET CLIMAT

L

’un des actes saillants de la présente magistrature suprême du
président de la République, Chef
de l’Etat, Ali Bong Ondimba est sans
nul doute le fait d’avoir conférer au
Gabon un leadership certain sur

Octobre 2015

Page 24

les questions de développement
durable et les changements climatiques. Développement durable
et Changements climatiques vues
comme des opportunités nouvelles
de repenser le modèle de produc-

tion et bâtir des industries qui satisfassent les besoins présents, sans
compromettre ceux des générations
futures.

LE PROGRAMME DE PRODUCTION AGRICOLE DANS
SA PHASE OPÉRATIONNELLE

GRAINE, un projet intégrateur pour l’auto-suffisance alimentaire au Gabon

L

ancé officiellement le 22 décembre 2014 à Libreville, le
Programme GRAINE est passé dans sa phase opérationnelle le
22 mars 2015, lors de la visite du
Président de la République à Makokou, dans l’Ogooué-Ivindo. Ce
programme vise à promouvoir l’entrepreneuriat agricole auprès des
compatriotes désireux de se lancer
dans ce secteur d’activité porteur
d’opportunités d’affaires.

Basée sur des organisations productrices, les premiers agréments
de constitution de sociétés et titres fonciers ont été remis à plus
d’une centaine de coopératives agricoles dans la seule province de
l’Ogooué-Ivindo. En ce moment, 54 coopérateurs sont en formation.

Basée sur des organisations productrices, les premiers agréments
de constitution de sociétés et titres
fonciers ont été, à ce jour, remis à
plus d’une centaine de coopératives
agricoles dans la seule province de
l’Ogooué-Ivindo. En ce moment, 54
coopérateurs sont en formation.
Ils ont bénéficié de cette formation
dans le cadre d’un programme d’immersion en Malaisie, où ce genre de
projet a été un succès.

Ces premiers participants retenus
pour suivre une formation aux techniques agricoles ont été sélectionnés selon un processus transparent
dans les centres régionaux GRAINE
de l’Ogooué Ivindo et du Woleu
N’tem, ainsi que dans les provinces
de l’Estuaire, la Ngounié et la Nyanga. A terme, les membres formés
deviennent des superviseurs terrain
au sein de leur coopérative afin de
vulgariser le savoir-faire agricole

et servir d’exemples
à d’autres compatriotes.

Un avenir en confiance

Soulignons que le Woleu Ntem où le Programme a été lancé
par le Chef de l’Etat
en septembre 2015
compte actuellement
plus de 4000 coopérateurs, contre 3700
en
Ogooué-Ivindo.
L’Ogooué-Lolo où le
Programme va être
incessamment lancé
est déjà impatient !
La province compte
déjà pas moins de 72
coopératives constituées et 40 hectares
aménagés pour le déploiement de cet am-

bitieux projet agricole.
Pour doper ce programme visant l’autosuffisance alimentaire,
et à terme, l’exportation nette des excédents, l’édition 2015
du New York Forum
Africa (NYFA) a permis
au Gabon de signer
un contrat d’envergure avec Caterpillar.
Un contrat ayant permis la commande de
475 engins Caterpillar
pour
accompagner
ce programme. C’est
dire que la GRAINE va
bientôt donner des
pousses. Noble ambition en somme.
Octobre 2015

Page 25

MINISTÈRE DE L’URBANISME ET DU LOGEMENT

PLUS DE 8 000 LOGEMENTS CONSTRUITS
Six ans après l’arrivée du Président Ali Bongo Ondimba à la Magistrature Suprême, le secteur de l’habitat, comme d’autres secteurs,
connait de nombreuses réformes. Lesquelles réformes ont permis la
réalisation de plusieurs chantiers.

La visite sur le chantier du Ministre de l’Urbanisme et du Logement, Désiré Guedon (casquette blanche)

L’HABITAT EN CHIFFRE

L

e secteur de l’Urbanisme et du
Logement au Gabon connait
actuellement un essor considérable à travers le pays, six ans
après l’accession d’Ali Bongo Ondimba à la magistrature suprême. Dans
sa vision de réaliser 35 000 logements d’ici à 2016, le Président de la
République, Chef de l’Etat, a engagé
plusieurs programmes de construction de logements et de viabilisation
des parcelles.
Aujourd’hui, près de 900 logements
sont terminés à Libreville et n’attendent que les adductions d’eau et
d’électricité en vue de l’occupation
par ses acquéreurs, tandis que 7262
logements sont en cours d’achèvement dans tout le pays dont 1897 à
l’intérieur.

Vue intérieur d’une maison témoin

Une vue des logements à Bikélé

A côté des logements, il y a la viabilisation des parcelles à bâtir. Actuellement 1697 sont prêtes à être commercialisées, dont 1300 à Libreville
et sa périphérie et 397 à l’intérieur
du pays.
Il faut noter que la réalisation de ces

Octobre 2015

Page 26

Vue interne d’une maison témoin

travaux a occasionné le déguerpissement des populations. Ces opérations ont permis aux compatriotes
de bénéficier de près de 30 maisons
« clés à main » et l’octroi de 220 parcelles à bâtir dans les zones d’Okala-Mikolongo, Angondjé et Nkok. A
côté de cela, dans le cadre de l’aménagement des quatre bassins versants de Libreville, le Gouvernement
à fait construire 1100 logements
sociaux dans la zone de Bikélé qui
seront livrés courant 2016 dans le
but de reloger ces déguerpis des
zones précitées. Elles seront dotées
d’équipements collectifs à savoir :
les Centre de santé, un complexe
Scolaire, un centre commercial etc…
Constatant quelques difficultés
d’accès à ces différents chantiers,
le Ministère de l’Urbanisme et du
Logement a sollicité les Ministères
des Infrastructures et des travaux
publics, du Budget et de l’Economie
pour le financement des travaux des
voiries et des réseaux divers (routes,
eau, électricité et télécommunication).

Les logements sociaux au Gabon, lentement mais surement

LES PERSPECTIVES

P

our permettre au
plus grand nombre
de gabonais d’accéder à un logement décent,
le Ministère de l’Urbanisme et du Logement ne
compte pas s’arrêter en si
bon chemin. En effet, il entend poursuivre plusieurs
actions; en matière d’aménagement des sites à Libreville et à l’intérieur du
pays ayant fait l’objet de
déclaration d’utilité public
(DUP); à savoir à Libreville:
Santa Clara 800 ha ; Malibé I 810 ha ; Bambouchine
1000 ha ; Bikélé Rails 346
ha ; Nkoltang 2797 ha ; à
l’intérieur du pays : Franceville au lieu-dit Ongouegne
151 ha ; Lambaréné 50

ha ; Mouila 150 ha ; Tchibanga 150ha ; Makokou
150 ha ; Koulamoutou
150 ha ; Port-Gentil 40 ha
et Oyem 150 ha. Toute
chose qui, d’une part permettra la réalisation des
programmes immobiliers
et, d’autre part, évitera les
occupations anarchiques
d’espaces.
Par ailleurs, le Ministère
entend s’investir davantage dans la multiplication des Partenariats Publics-Privés (PPP) tant sur
le plan national qu’international pour promouvoir le
secteur habitat dans notre
pays. En effet, des discussions sont en cours avec
les banques locales pour

le financement des projets
et la facilitation de l’accès
aux crédits immobiliers à
des taux d’intérêt préférentiels. En outre, des négociations sont engagées
avec le promoteur immobilier indien BCD Ingad
pour la reprise des chan-

tiers de construction de
233 à réaliser dans la zone
d’Angondjé.
Autant de chantiers qui
nécessitent
beaucoup
plus de temps que prévus
et qui s’étendront au-delà
de 2016.

Les logements sociaux seront livrés

Octobre 2015

Page 27

MINISTÈRE DES MINES ET DE L’INDUSTRIE

UN SAUT EN AVANT POUR
LE GABON ET LA COMILOG

Le Gabon dispose d’un capital minier

C

’est dans cet élan que le
membre du gouvernement a
effectué une mission dans la
province minière du Haut-Ogooué,
du 29 septembre au 1er octobre
2015. Visitant notamment les installations du Complexe Métallurgique
de Moanda (C2M) que le Chef de
l’Etat a officiellement mis en service
le 12 juin dernier.
Au cours de cette visite, Martial-Rufin
Moussavou, à la tête d’une délégation comptant certains techniciens
de son département ministériel qui
a été accueillie par le gouverneur de
province, Bertrand Moundounga,
a été édifié sur le fonctionnement
et les activités de ce complexe qui
constitue le point de départ du pilier
‘‘Gabon industriel’’.
Le Complexe métallurgique de
Moanda est doté de deux usines.
Après plus d’un demi-siècle d’exploitation brute du manganèse
au Gabon, la Compagnie minière
de l’Ogooué (Comilog), via le C2M,
transforme désormais le minerais
de manganèse en métal pur et en
alliage métallique (silico-manganèse)
par type de procédés, à savoir: l’hyOctobre 2015

Page 28

Le ministre des Mines et de l’Industrie, Martial-Rufin Moussavou, ne
veut pas perdre de temps par rapport à la mission qui lui a été confiée
depuis le 11 septembre 2015 par les plus hautes autorités du pays, en
tête desquelles le président de la République, chef de l’Etat, Ali Bongo
Ondimba. Une mission du reste exaltante, d’autant qu’il est question
d’accélérer la cadence du Plan stratégique Gabon émergent (PSGE)
dans les secteurs des mines et de l’industrie.

drométallurgie et la pyrométallurgie.
La première usine a pour objectif de
produire 65 000 tonnes annuelles de
silico-manganèse, avec une teneur
en manganèse de 65%, par la technique de pyrométallurgie, au moyen
de deux fours électriques. Quant à la
deuxième, elle doit produire 20 000
tonnes annuelles de manganèse
métal, avec une teneur de 99,7% par
la technique d’hydrométallurgie, à
partir de l’unité d’hydrolyse.

Ainsi, les installations du C2M sontelles alimentées par le barrage de
Grand Poubara d’une puissance de
160 Mégawatts. Pour le ministre
Moussavou, c’est là un outil de plus
qui matérialise la volonté prononcée
du Chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba
de mettre le Gabon sur la voie des
nations émergentes à travers son industrialisation progressive.

Un véritable saut en avant d’abord
pour la Comilog, filiale du géant minier français Eramet. Ensuite, pour
l’Etat gabonais, troisième producteur
mondial de manganèse avec environ
3,5 millions de tonnes par an.

D’un coût total de 135 milliards de
FCFA et d’une superficie de 50 hectares, le Complexe emploie à ce jour
432 Gabonais dont 31 ingénieurs,
101 contremaîtres, techniciens et
agents de maîtrise et 300 ouvriers.
Autant d’emplois indirects ont également été créés

Rendue possible à travers un
exemple de partenariat public-privé
entre l’Etat gabonais et la Comilog,
la construction du Complexe métallurgique de Moanda s’est faite
grâce à la signature de deux protocoles d’accord. L’un sur la fourniture en électricité grâce au barrage
hydro-électrique de Grand Poubara,
et l’autre sur la fiscalité des matières
premières et des exportations des
produits.

Vue du Ministre Martial-Rufin Moussavou
(D) lors de la visite

MINISTÈRE DU BUDGET ET DES COMPTES PUBLICS

INSTAURATION DE LA PIP,
PUIS DU NOUVEAU SYSTÈME DE RÉMUNÉRATION

La nécessité de mettre une administration
compétitive

I

nitié en 2014 par le Président de la République,
Ali Bongo Ondimba, suite
à la suppression des fonds
communs et des primes de
rendement dont ne bénéficiaient que 900 agents de
l’Etat, la prime d’incitation à
la performance (PIP) a vu le
jour et visait entre autres objectifs, la justice sociale, d’incitation des fonctionnaires
à un meilleur service mais
aussi afin de favoriser l’amélioration des conditions de
vie de ces derniers. D’abord
élargie à 32 000 agents de
l’Etat, puis à près de 90 000
fonctionnaires toutes administrations confondues pour
un budget oscillant autour
de 100 milliards de F CFA
(prévisions initiales), la PIP a

Au titre des réformes initiées par le Gouvernement de la République
sous le septennat du président Ali Bongo Ondimba, il y a la modernisation du système de paie des agents publics.

été un coup de pouce salutaire avant la mise en place
du nouveau système de rémunération pour plus de
100 000 gabonais et leurs
familles nombreuses respectives, soit indirectement,
environ 400 à 600 mille gabonais. La PIP aura été, sans
conteste, l’une des mesures
à caractère social phare de
l’actuel septennat du Président Ali Bongo Ondimba.
Tout comme, elle a contribué à alimenter les circuits
économiques (dépenses de
ménages) et la croissance du
pays en 2014. Dès le début
de l’année 2015, avec l’accroissement du nombre des
bénéficiaires, le Gouvernement a décidé de revaloriser
la solde de base.

Bancarisation des Agents Publics :
Au titre des réformes initiées par le Gouvernement de
la République sous le septennat du président Ali Bongo
Ondimba, il ya la modernisation du système de paie des
agents publics. Dans l’optique d’offrir un service de qualité aux agents publics dans le cadre du règlement mensuel de leur solde, le Gouvernement de la République
par l’entremise du ministère du Budget et des Comptes
Publics a décidé de la modernisation du système de paye
de ces agents. Ceux-ci non détenteurs d’un compte
bancaire et habituellement payés par carte de trésor ou
par bons de caisse ont été invités à procéder à l’ouver-

Les partenaires sociaux ont apprécié les réformes
initiées à la fonction publique

L’augmentation était effective en juillet 2015

ture d’un compte courant dans un des établissements
bancaires partenaires retenus, à savoir : BGFI BANK, Bicig, Ecobank, UBA, et UGB.
Cette opération qui date d’une année s’achève cette fin
du mois d’octobre. Elle a consisté à bancariser dans un
premier temps la totalité des agents de l’Etat gabonais
affectés dans des localités disposant des banques commerciales. Sont exclus de cette opération, les agents publics résidents dans des localités de l’intérieur du pays
non pourvues de banques commerciales. Ces derniers
conservent le mode habituel de règlement de leur solde.
Octobre 2015

Page 29

MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE, DE LA RÉFORME
ADMINISTRATIVE ET DE LA MODERNISATION DES CADRES
JURIDIQUES ET INSTITUTIONNELS

NOUVEAU SYSTÈME DE
RÉMUNÉRATION : LA MATÉRIALISATION D’UNE
PROSPÉRITÉ PARTAGÉE

Le cap fixé par le Président de la République ...

S

’il est vrai que la réforme de
l’Administration publique gabonaise et la mise en place
d’un nouveau système de rémunération de l’agent publique répondaient
à une exigence d’efficacité, l’augmentation des salaires, effective depuis
juillet 2015, est tout aussi la marque
d’une prospérité partagée. Une dé-

...le Gouvernement a exécuté la volonté du Chef de l’Etat...

marche qui s’inscrit dans la vision
politique du nouveau pacte social
visant la lutte contre la pauvreté et
les inégalités sociales. Une réduction
des fractures sociales qui passe par
la mise en place des outils qui permettent également une meilleure
redistribution des fruits de la croissance. L’objectif fondamental du Ga-

...À la grande satisfaction des partenaires sociaux
Octobre 2015

Page 30

bon Emergent étant d’améliorer les
conditions de vie des populations.
Le partage des fruits de la croissance est réalisé à travers plusieurs
leviers : la construction des grands
centres de santé (Centre hospitalier
universitaire de Libreville, d’Owendo,
d’Angondjé…) et la mise en place du
Fonds National d’Aide Social (FNAS).

MINISTÈRE DU TRAVAIL ET DE L’EMPLOI

CHANTIERS ET PROJETS
PHARES SUR LE RAIL

Le Ministre du Travail, Simon Ntoutoume
Emane

PROJET DE TEXTE PORTANT VALIDATION DES
ACQUIS ET DE L’EXPÉRIENCE (V.A.E)
DATE DE LANCEMENT :
30 OCTOBRE 2014.
Certifier les expériences acquises
quotidiennement par des personnes travaillant et/ou non reconnues sans qualification et/ou recrutées sans diplôme
Taux de réalisation du projet : 80 %
Le projet est actuellement sur la
table du Secrétariat Général du
Gouvernement. Attendons l’aboutissement des 20% restants, qui
correspondraient aux différentes
étapes d’amendements dudit texte
par les différents partenaires privés notamment: la Chambre de
Commerce ; la CO.SY.GA ; la CGSL,
le Conseil Gabonais du Patronat et
pour la validation du même texte
par le Conseil d’Etat jusqu’à sa publication au journal Officiel.

PROJET DE DÉCRET PORTANT ATTRIBUTION ET
ORGANISATION DE LA
DIRECTION GÉNÉRALE
DE LA FORMATION

Avec un taux de réalisation au delà de 50% bien des projets initiés par
le Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle
ont vu le jour ces six dernières années.

PROJET DE DÉCRET
PORTANT FORMATION
CONTINUE

PROJET DE DÉCRET PORTANT ORGANISATION DE
LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN ALTERNANCE ET EN APPRENTISSAGE

Date de lancement : 19/12/ 14

Date de lancement : 09/ 14

- Organiser la Formation Continue
et la reconversion
Taux de réalisation : 80%

Structurer la Formation dans le parcours en entreprise que dans les
Centres de Formation.

Ce projet est actuellement sur la
table du Secrétariat Général du Ministère.
Attendons l’aboutissement des
20% restants, qui correspondraient
aux différentes étapes d’amendements dudit texte par les différents
partenaires privés notamment:
la Chambre de Commerce ; la
CO.SY.GA ; la CGSL ; le Conseil Gabonais du Patronat et par la validation du même texte par le Conseil
d’Etat jusqu’à sa publication au
Journal Officiel.

Projet réalisé à 80%, les 20% restants correspondraient aux différentes étapes d’amendements
dudit texte par les différents partenaires privés notamment:

Date de lancement : 2013

Le texte s’inspirerait de l’ancien Décret n˚308, qui serait adapté à celui
de l’Agence Nationale de Formation
et de Perfectionnement Professionnelle (ANFPP). Les 20% restants
correspondraient aux différentes
étapes de validation dudit texte.

Se conformer à la nouvelle appellation du Ministère.
Projet réalisé à 80%.

la Chambre de Commerce ; la
CO.SY.GA ; la CGSL ; le Conseil Gabonais du Patronat et par la validation du même texte par le Conseil
d’Etat jusqu’à sa publication au Journal Officiel

Octobre 2015

Page 31

PROJET DE CONSTRUCTION DE TROIS CENTRES
DE FORMATION PROFESSIONNELLE À (LBV)/
OWENDO/

PROJET DE CONSTRUCTION DU CENTRE DE
FORMATION PROFESSIONNELLE DE MOUILA

PROJET D’APPUI À LA
FORMATION ET À L’INSERTION PROFESSIONNELLE (AFIP)
Taux de réalisation : 50%

Date de lancement : 2011
Date de lancement : 2014
Taux de réalisation : 87,7%
Augmenter la capacité d’accueil des
Centres et diversifier l’offre de formation
Signée lors du « New York Forum
Africa » avec International Chine/
Gabon
Le rapport de consommation budgétaire 2015 fait état d’un cantonnement de 9.000.000.000 FCFA
soit plus de 12,30% du coût du projet exigée par EXIM BANK.

Augmenter la capacité d’accueil des
Centres et diversifier l’offre de formation
Projet réalisé à 40%
propres de l’Etat.

sur fonds

PROJET DE CONSTRUCTION DE DEUX CENTRES
DE FORMATION PROFESSIONNELLE FINANCÉ PAR
LA BANQUE MONDIALE
(AKANDA/NTOUM)
Date de lancement : 02/15
Les sites sollicités pour abriter les
centres vont être viabilisés

Aucun investissement n’est consenti
Don de l’Union Européenne estimé à 97.044.296 de FCFA. Suite à
l’avenant au budget du devis programme 134.006.363FCFA après
modification.
Projet réalisé à 50% sur le premier Devis Programme annuel (DP
N˚1/16/09/14 au 15/09/15) sur
trois devis programmes prévus
pour toute la durée du projet.
Cependant l’Ordonnateur national
gère 59.036.130 FCFA correspondant au budget communication et
visibilité du projet. La part du régisseur est 74.970.233 FCFA. La dotation initiale est 35.288.835 FCFA.
Au titre des dépenses de la période
(16/09/14 au 16/12/14) 4.630.766
FCFA.
Quelques difficultés ont été signalées par le Responsable du programme formation professionnelle
pour sa prise en compte dans le
budget de l’Etat de l’année 2015.
Aucun investissement n’est consenti par le bailleur dans le cadre de ce
projet. En conséquence, le maître
d’œuvre (MTEFP) doit prendre les
mesures nécessaires pour assurer
le bon fonctionnement du projet.

3e Vice-Premier Ministre, le Ministre de la Formation Professionnelle et
de l’Insertion des Jeunes, Général de Corps d’Armée Flavien Nziengui
Nzoundou
Octobre 2015

Page 32

MINISTÈRE DE L’ÉCONOMIE NUMÉRIQUE ET DE LA POSTE

SIX ANS : LE BOND DU NUMÉRIQUE, L’AVANCÉE DE
LA FIBRE OPTIQUE
Les travaux de la fibre optique se poursuivent notamment avec la
pose de 376 km de câble de fibre optique dans le cadre du projet Back
Bone (C A 4 / A C E ) entre Libreville et Lékoko, à la frontière avec le
Congo. Un projet financé par la Banque Mondiale

L’avancée de la fibre optique, un bond du
numérique

GABON : LEADER 4G EN AFRIQUE-CENTRALE

A

vec le lancement de la 4G par
Gabon télécom, le Gabon devient le 1er pays en Afrique-Centrale
à disposer de cette technologie. Une
volonté du Président de la République qui veut faire du Gabon une
vitrine technologique, un point d’interconnexion des pays de la sous-région.
Par ailleurs, plusieurs localités de

l’arrière-pays sont interconnectées
et l’extension de la fibre optique se
poursuit notamment avec la pose
de 376 km de câble de fibre optique
dans le cadre du projet Back Bone (C
A 4 / A C E ) entre Libreville et Lékoko,
à la frontière avec le Congo. Un projet financé par la Banque mondiale.
Cette nouvelle technologie favorise
une grande vitesse de surf sur in-

NUMÉRIQUE : DES RÉFORMES INSTITUTIONNELLES EN SIX ANS
Création de l’ANINF, un outil pour
une ouverture au monde numérique

P

ar décret 0212/PR du 27 janvier 2011, le président
de la République, Ali Bongo Ondimba, a décidé de
la création de l’Agence Nationale des Infrastructures
Numériques et des Fréquences (ANINF), établissement
public à caractère administratif, issu d’une fusion de
l’Agence Nationale de l’Informatique (ANI) et de l’Agence
Nationale des Technologies de l’Information et de la
Communication (ANTIC). La gestion de fréquences précédemment dévolue à l’agence de régulation ARTEL
vient s’ajouter à ses missions. L’ANINF assure donc l’installation et la gestion des infrastructures et ressources
nationales partagées dans les domaines des télécommunications, de l’audiovisuel et de l’informatique

ternet quasi instantanée mais aussi
des téléchargements à la seconde.
Le ministre de l’Economie numérique et de la Poste, Pastor Ngoua
N’Neme poursuit ce challenge avec
l’appui de l’Agence Nationale des
Infrastructures Numériques et des
Fréquences (ANINF) et d’autres partenaires.

LA POSTE ET LA BANCARISATION DE PROXIMITÉ

Au-delà de ses missions d’antan, la Poste S.A. a élargie
ses offres via un système de bancarisation de proximité
au profit des ménages. C’est un réseau de 75 bureaux
de poste à travers le pays qui entièrement connecté et
financé par la Poste S.A. La Poste est une entreprise
qui accompagne les politiques publiques en matière
d’intégration financière des populations. En témoigne,
l’implantation du village numérique de DIBOUANGUI à
600km de Libreville. Il est composé de l’internet, du téléphone, de la télévision. Le tout aux frais de la Poste
S.A. Les techniciens de la Poste SA se sont engagés à
livrer INTERNET dans les capitales provinciales.

Octobre 2015

Page 33

DIRECTEUR DE LA PUBLICATION :
Premier Ministre, Chef du Gouvernement
Pr. Daniel Ona Ondo
DIRECTEUR DE LA RÉDACTION:
Ali Akbar Onanga Y’Obégué
RÉDACTEUR EN CHEF:
Camélia Ntoutoume Leclercq
RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT:
Moussa NZIENGUI

RÉDACTION:
Valérie EZEME
Aimé Sancère NZENGUI
Innocent M’BADOUMA
Issa Ibrahim
Guyffray Ndong Obiang

COLLABORATIONS:
Conseillers

en

Communication,

Directeurs

de

la

Communication et attachés
de presse des différents ministères
CORRECTIONS:
Camélia Ntoutoume Leclercq,
Valérie EZEME, Aimé Sancère NZENGUI, ISSA IBRAHIM
P.A.O: Philippe ASSOUA
DISTRIBUTION :
Institutions, Ministères, Administrations,
Ambassades.

ADRESSES :
Sécrétariat Général du GouvernementDirection de l’Information Gouvernementale
BP 91 AV DU COLONEL PARENT LBV GABON
FIXE: (+241) 01 72 86 07
MOBILE: (+241) 02 75 75 75
E-MAIL: communication.gouvernementale@gouv.ga
SITE WEB: www.gouvernement.ga
FACEBOOK :
Secrétariat Général SGG
Faire Savoir

DEPOT LEGAL : 2381

RETROUVEZ “L’ACTION“
SUR FACEBOOK :
SÉCRÉTARIAT GÉNÉRAL SGG
SITES WEB :
www.gouvernement.ga
www.sgg.gouv.ga
PAR MAIL :
communication.gouvernementale.gouv.ga

Octobre 2015

Page 34

RETROUVEZ “LE SAVOIR-FAIRE“
SUR FACEBOOK :
SÉCRÉTARIAT GÉNÉRAL SGG
SITES WEB :
www.gouvernement.ga
www.sgg.gouv.ga
PAR MAIL :
communication.gouvernementale.gouv.ga
Octobre 2015

Page 35

PRIMATURE
SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DU GOUVERNEMENT
DIRECTION DE L’INFORMATION GOUVERNEMENTALE



Documents similaires


ledefi numero 42
decret portant publication du projet de constitution civ
ledefi 21
ledefi 20
la numerotation telephonique du gabon passera de 8 a 9 chiffres
attachment 1472990676672 article 643671 1


Sur le même sujet..