T. DEGAN.CONTRIBUTION INFRASTURE MARCHANDE AU DEVELOPPEMENT.pdf


Aperçu du fichier PDF t-degan-contribution-infrasture-marchande-au-developpement.pdf - page 1/116

Page 123116



Aperçu texte


Analyse de la contribution des infrastructures marchandes au développement local : cas des marchés de la commune d’AbomeyCalavi.

INTRODUCTION GENERALE :
Le Bénin émergent ne naîtra pas sans la promotion d’activités
économiques, de revenus et d’emplois de proximité. Ce constat fait par les
rédacteurs de la Politique Nationale de Décentralisation et de Déconcentration
(PONADEC), reste un défi pour l’Etat mais surtout pour les collectivités locales
dans l’exercice de leurs compétences. En effet, l’un des objectifs spécifiques de
la PONADEC (2010) est de réduire le niveau de la pauvreté au moyen de la
valorisation des potentialités économiques qui participent au développement
local. La gouvernance financière locale, pilier essentiel de la décentralisation et
du développement local, s’impose alors comme la condition du passage de la
décentralisation administrative et financière à l’impulsion d’une véritable
dynamique de développement économique local portée par les collectivités
locales. Il s’agit en fait d’un appel à prélèvement (imposition) et investissement,
par la création et le développement d’offres de biens et services publics
économiques locaux, proches des populations et adaptés à leurs besoins. Cette
subsidiarité entre gouvernants locaux et leurs électeurs est si bien compris par
les promoteurs de la décentralisation, qu’elle ne pouvait se faire sans un transfert
conséquent de compétences notamment économiques1. Toutefois, l’autonomie
juridique sans l’autonomie financière n’est qu’un leurre, et ceci d’autant plus
que l’impasse financière constitue le principal problème des communes au
Bénin. Les ressources extérieures, dont les subventions étatiques et la fiscalité
transférée, ne sont pas suffisantes pour asseoir une réelle autonomie financière.
La stabilité et la viabilité financière des Collectivités Territoriales Décentralisées
(CTD) passent par la nécessaire mobilisation de ressources locales propres sur
la base de leur potentiel non fiscal. Ce potentiel est très diversifié. Néanmoins,
l’expérimentation du Système d’Analyse Financière et Institutionnelle des
Collectivités locales (SAFIC) a permis de constater que les infrastructures
Au Bénin c’est la loi 97-029 du 15 janvier 1999 portant organisation des communes en République du Bénin qui traite des compétences des
CTD.
1

Master en Planification et Développement Local/AF-ENAM2. Par Togbémabou DEGAN.
94308525/96257805. degantogbemabou@yahoo.fr

Page 1