Philosophie générale .pdf



Nom original: Philosophie-générale.pdfAuteur: Macbook Air

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Writer / OpenOffice.org 3.4, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 19/06/2016 à 22:42, depuis l'adresse IP 78.211.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 1311 fois.
Taille du document: 110 Ko (15 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Philosophie générale
-Différentes branches de la philosophie (anthropologie ‘science de l’homme’,
épistémologie ‘science du langage’, philosophie générale).
-Il existe en dehors de la philo des objets de connaissance qui peuvent être étudiés,
délimités par la philosophie (Le langage existe en dehors de la philo).
-L’épistémologie est une science à part entière, qui ne dépend pas de la philosophie.
- Au contraire, l’éthique n’existe pas sans philosophie, la philosophie l’aborde « exnihilo »
Les philosophes de l’esprit qui travaillent sur les structures mentales travaillent sur des
objets dont on peut contester l’existence (philosophie de la religion) et en changer la
forme, tandis que les objets déjà existants (langages, sciences) ne peuvent pas l’être.
-Aristote, dans Ethique à Nicomaque : Se demande comment bien vivre, trouver le juste
équilibre, la médieté (courage sans lâcheté ni témérité). Vertu= vie bonne et juste
Aristote demande « Comment bien vivre ?» et Kant « Qu’est ce que je dois faire ? ». Ils
posent donc la même question, tout en arrivant à différentes réponses.
Kant « Agis toujours de telle sorte que tu puisse vouloir que la maxime de ton action soit
érigée en règle générale de la nature ».
Ruven Ogien : Philosophe contemporain qui tente d’apporter une réponse à des
problèmes d’actualité.
St Augustin : Le présent est la limite constamment repoussée du passé et de l’avenir. Le
passé existe dans la mémoire et le rapport à l’avenir est mu par l’impatience, le désir, le
projet.
On peut nier l’existence du passé et de l’avenir, mais ils sont présents : l’un par le regret,
l’autre par l’impatience.
Il faut porter une attention aux termes que nous choisissons dans un discours
philosophique, il n’y a pas de synonyme.
Utilité sociale de la philosophie ? Un philosophe qui dénonce un fait social, un discours
théorique vaut-il si il n’a pas de conséquence pratique ?
Le philosophe est-il un produit de son temps ?
-POUR MOI, QU’EST LA PHILOSOPHIE ? Qu’est ce qu’elle (m’) apporte ?
Ce qui fait la portée d’un argument philosophique, c’est la possibilité de le défendre.
On doit donc s’interroger sur les conditions de possibilité de notre discours. On ne
cherche pas à déclarer, mais à comprendre conceptuellement quelles sont les
conséquences philosophiques de telle ou telle affirmation.
-Il est intéressant de se demander pourquoi on est portés vers un auteur plutôt qu’un
autre.
Quand on avance un argument philosophique, il faut la défendre par ce qui se rapproche
le plus d’un style démonstratif.
Il est plus formateur de lire des textes que de suivre un cours.

-Ethique
Rousseau préfère un concept d’humanité très ouvert plutôt que pas assez. Pour lui, la
faute théorique n’est pas grave, mais la faute pratique l’est réellement.
Montaigne et Rousseau sont d’accord pour dire que statuer sur l’humanité n’est pas
important.
Quand on lit un texte, on le lit de l’intérieur. On commence donc par oublier ce que l’on
croit soi-même. Essayer de comprendre le geste que le philosophe a voulu faire.
Lire beaucoup, il en restera. Ou prendre quelques lignes à étudier longuement les
intentions de l’auteur, les concepts établis. On ne regarde/juge pas ce que l’autre pense.
-L’argumentation
Remise en cause des certitudes
L’histoire de la philosophie. La philosophie n’a pas toujours été découpée comme
aujourd’hui.
-Philosophème : « La liberté n’est pas le caprice, c’est obéir à la loi que l’on s’est donné à
soi-même. » Kant (exemple de philosophème)
La liberté est la reconnaissance de la nécessité d’une détermination. Idées, question
qu’on identifie dans un texte et qui vont rapprocher certains auteurs.
Les philosophèmes ne sont que l’approche de l’histoire « historisante » de la philo. Ce
n’est pas un agrégat de philosophèmes.
Progrès de la métaphysique « Kant appelle à une approche ‘philosophante’ de la
philosophie » et non une approche historisante.
Comprendre la question qu’a posée l’auteur et la remettre dans sa dimension
dynamique.

-Argument du Sorit : Un tas n’existe pas, car on peut le détruire et le créer sans s’en
apercevoir. Transition homéomère, faite de constituants tous petits et qui sont tous les
mêmes. Unger pense que tout est tas de sable. Van Invagen pense le contraire. Il faut
donc suspendre son jugement car on ne se rend pas vraiment compte quand le tas est,
puis n’est plus. L’accumulation de connaissances n’est pas LA connaissance. Il le faut
mais c’est insuffisant. Si les philosophèmes ne sont pas tenus par un principe d’unité.
Ce qu’on peut opposer à un agrégat de philosophèmes est le système philosophique.
Vuillemin dit qu’exposer un système philosophique c’est aller au bout d’une intuition.
Elle doit être éprouvée jusqu’au bout pour voir toutes les conséquences que l’on peut en
tirer. La philosophie non systémique doit être vue dans sa dynamique.
-OUBLIER LES CERTITUDES, tant que c’est possible.
-Saches que tu ne sais rien. (Socrate)
-Un exercice d’explication de texte n’appelle aucune critique.

2

-Séance 2 :M Jeddi (O6/10/15)
-L’idée (Descartes)
-Représentation intellectuelle de quelque chose. L’esprit connaissant appréhende cette
chose.
-Quelle est la nature de cette idée ? Quel est le mécanisme qui nous permet cette
représentation ?
-L’idée n’est pas vraiment une image ‘réelle’.
Problématique :-Problème de deux ordres :
-Ontologique (qui a trait à la connaissance) : Qu’est ce qu’une idée ? Qu’est ce qui rend
une idée elle-même ? Comment une idée peut représenter un objet ? Qu’est ce qui, dans
une idée cause sa présence ? Quel est le rapport (science de l’être en tant qu’être)
-Epistémologique : entre nous et le monde ? Comment connaitre ce qui dans une idée
représente un objet ? Relation idée-objet ? Comment saisir le contenu ou le sens d’une
idée ?  Met en lien l’objet et le sujet connaissant.
-L’idée peut être considérée comme un acte de la connaissance. Pour d’autres, la
connaissance d’un objet est précédée par son idée.
-L’objet cause l’idée qui le représente. Théorie causale de la perception : Identités
ontologique (êtres) qui jouent un rôle épistémologique dans un système métaphysique.
Ce que sont les idées, manière dont elles sont présente, comment représente-t-elle les
objets à l’esprit ? Idée en tant qu’entité.
-La certitude du monde est prouvée par l’existence d’un Dieu. (Descartes) Sinon
solipsisme (univers solitaire de l’esprit).
-Pour connaître directement une idée, il faut connaître de manière indirecte l’objet dont
elle est l’idée. Ainsi, la connaissance directe de l’idée est causée par la connaissance
indirecte de l’objet. On devine l’efficience de l’objet sur l’idée qu’elle cause dans notre
esprit. Cela est du au fait que la ressemblance entre l’idée et l’objet n’est aucunement une
certitude. Voir la ressemblance directe entre l’idée et l’objet veut dire qu’on a
connaissance de l’idée et de la cause. Mais cette différence entre idée et objet ne nous
touche pas directement.
- Quels sont le statut et la fonction ontologique de l’idée ?
-Conflit Platon/ Aristote :
-Pour Platon, la démocratie crée une anarchie en l’homme car les désirs sont bien plus
difficiles à hiérarchiser.
-Le mot grec idea, renvoie comme eidos à l’expérience de la vue. Les 2 termes sont
employés indifféremment par Aristote et Platon. Représente l’essence et la forme. Pas de
théorie des idées, juste celle des formes intelligibles par lesquelles existent les entités
sensibles. Jusqu’à Descartes, l’idée garde la forme de l’objet, qui permet de l’identifier
dans sa singularité, qui le rapproche de ce qui le ressemble jusqu’à former une espèce.
Le cadre de lecture du monde change radicalement. L’idée est simplement une
représentation souvent imparfaite des objets. Descartes impose la subjectivité (Le
monde à partir de ce que je suis). Chez Descartes, les catégories sont dans l’esprit et
s’adaptent au monde.

-Dans sa jeunesse, Platon est toujours influencé par Socrate, et lie l’eidos à la notion de
définition. Platon était très influencé par la notion de définition, l’idea lui restait donc
identique pour de nombreuses choses. Pour lui, tout est en mouvement, donc ces objets
ne peuvent pas être des objets de connaissance. Platon va théoriser l’idea (forme
intelligible), ce qui demeure malgré le changement du monde. L’idée platonicienne est
donc ce qui reste à savoir des objets en mouvement. Paradigme qui permet de
déterminer les objets qui bougent.
-Platon pose la question de la forme par rapport à la réalité qui va le rattacher à son
image sensible.
-Chorismos : séparation de l’idée à la chose sensible, défini par Platon. L’idée n’est pas
corruptible au fil du temps. Elle reste identique à elle-même, alors que toutes les choses
qui lui sont soumises sont sujettes à la corruption. (Les choses sont belles car l’idée en
soit est belle).
-Chez Platon, l’idée est un outil qui permet de comprendre le monde, elle est à sa base et
on comprend la réalité à travers ces idées. (Condition transcendentale Kant)
-La beauté en soi nous permet de comprendre la réalité matérielle du monde.
-Dans le Phédon, Platon dégage deux formes de réalité, celle de l’intelligible, toujours
identique et la réalité matérielle. -Pour Platon, l’idée n’est pas un concept (noema) mais
son objet.
-Idées= fondement intelligible de réalité sensible.
-République VI :
(Voir polycop)
-Les idées règlent le problème de la multiplicité du monde sensible. La multiplicité des
choses belles est contenue par l’unicité de la beauté en soi, mais la multiplicité du monde
intelligible le pousse à édicter la règle des 5 genres suprêmes : Le Même / L’autre/
L’être / Le mouvement / Le Repos. Chaque idée peut être classée en fonction de sa
nature et de la participation au genre suprême.
-Les choses individuelles sensibles doivent être conçues par rapport aux idées.
-Aristote (élève de Platon) : Pas de relation idée objet, mais la forme est dans l’idée. Il
élimine le chorimsos (séparation intelligible et sensible) La forme de l’objet n’est pas
séparable de l’objet, si ce n’est par l’idée.
-Aristote théorie de la substance : Théorie des formes et de la matière qui critique la
théorie des formes et de l’esprit. Matière et forme : principes constitutifs. Pour A. la
matière est un principe indéterminé qui n’existe pas par elle-même. Pour lui, la forme
est le principe actif. Elle permet à la matière d’être ce qu’elle est.
-La forme est ce qu’on appelle la quiddité : essence inséparable de la matière qui va
déterminer l’objet de l’extérieur. Ousia : substance.
-On ne connaît que des individus, il n’y a pas de connaissance des entités générales
(quand on pense à un triangle, chacun va penser à un certain type de triangle).
-Notre entendement reçoit des informations non-formées et c’est lui qui va les
catégoriser, leur donner une forme.
-Tous les écrits d’Aristote sont des cours. Organon (5 branches)  Catégories : Il parle
des substances premières et des substances secondes. Dans le cadre de la prédication,
les substances individuelles et concrètes sont des substances premières. Les substance
1ères ne peuvent être ni affirmées d’un sujet ni être dans un sujet. (On ne peut pas dire
qu’une bouteille est une table). Elles peuvent être classées sous des genres ou espèces
qui peuvent être appelées substances secondes (accidents i.e. il peut en être autrement :

4

Cette bouteille est petite, transparente, tordue) Ces substances secondes peuvent être
attribuées à un sujet, bien qu’elles ne soient pas dedans.
-Quelle est la nature d’une substance seconde ?
-Porphyre : Néo-platonicien, auteur de l’Isagoge, dont l’intro, dans le cadre de la
métaphysique, pose la question d’une substance seconde.
(Voir arbre de Porphyre)
Séance 3 : Platon, Le Banquet ; Aristote, La Métaphysique
-Lire Platon FRONTEROTTA
Frege, Russel, Whitehead
-Dieu: idée du lit/Artisan: objet /Peintre : imitation de l’objet
-Pour Aristote, cette affirmation est absurde : ces entités existent par nature. Redouble le
problème de la connaissance de la réalité. Platon cherche à penser les idées (réalité
immédiate) et les idées de leur qualité (grandeur, couleur…) Cette théorie multiplie de
manière infinie des êtres et des causes.
-Aristote : Argument du troisième homme : Si l’idée d’homme doit rendre compte de ce
qui est commun à tous les hommes (1 homme pour plusieurs hommes) alors ne faut il
penser à une idée supérieure, ne faut il pas rendre compte de ce qui est commun à tous
les hommes ? Idée globale de l’être humain.
-Régression de BRADLEY.
-La science chez Platon devient problématique si on suit la théorie de l’idée
-Penser l’universel comme réalité extérieure éloigne de la réalité immédiate et de la
possibilité de la connaissance.
-Aristote n’exclut pas les formes, les formes et les matières n’existent pas vraiment sans
les êtres réels. La forme est toujours incarnée dans une matière dont elle détermine la
nature. Une matière sans forme n’est pas une matière déterminée. Une substance est
toujours composée d’une matière et d’une forme. La forme se fait à travers la matière et
n’est saisissable qu’à travers le sensible= Hylémorphisme consiste à penser l’immanence
à la conjonction de la matière et de la forme qui l’informe.
-La matière est totalement indéfinissable sans sa forme (information).
-Matière + substance + forme = Objet
-Dans la réalité, la forme et la matière inséparables, ils ne sont séparables que dans le
monde intelligible.
-Aristote : Forme universelle et présente dans la matière. La forme n’est pas un modèle,
se transmet et crée la génération. Ainsi chez A, universel perçu en 2 sens : Objet d’une
intuition intellectuel que notre esprit peut concevoir séparément et en tant qu’élément
dans le langage permettant la définition des êtres. En définissant l’homme comme un
animal politique, cette forme apparaît de manière individualisée. L’universel permet la
définition. Aristote n’est pas pour autant nominaliste, car l’universel n’est pas seulement
dans le nom mais aussi dans les choses. Les formes sont dans le sensible et
appréhendables par l’étude du sensible. L’aspect peut changer, mais la forme reste la
même.
-Quel est le processus pour pouvoir définir abstraire les objets univ du monde sensible
 Processus d’abstraction.
-Aphairesis : Opération de l’esprit qui sépare des propriétés particulières et le produit de
ce processus (relations). Notion largement abordée par Aristote dans le traité de l’âme. Il

y explique comment l’esprit passe d’une représentation d’un nez camus à la pensée de la
concavité. Pour Aristote, tout ce qui rentre dans les catégories autres que la substance
est pensé par abstraction.
-L’objet abstrait n’est séparé que dans l’intellect.
-Catégorie : Attribuer quelque chose à quelque chose ou à quelqu’un, on qualifie un
sujet à l’aide de tel ou tel attribut. Différentes manières dont qqch peut être dit être.
-De ces différents sens de l’être, Aristote donne une liste de 10 termes des façons dont
nous décrivons le réel: la substance première, substance seconde, la quantité, la qualité,
la relation, le lieu, le temps, la possession, l’action et la passion (pathos, souffre de
quelque chose).
-Pour Benveniste, les 10 catégories sont relatives à la langue grecque. Le nombre 10 est
donc arbitraire, Kant par exemple, en a 12. Et à partir d ces catégories, il perçoit ce que
ses sens lui donnent.
Ainsi, on peut donner 3 grands types de réponses :
-Réalisme platonicien (les idées sont réelles, donc réalisme) séparation des abstraits de
leurs instances.
-Le conceptualisme réaliste aristotélicien, les abstraits sont dans l’eprit et dans les
choses.
-Le nominalisme refuse les idées abstraites et leur réduction à des signes, des noms.
Une idée générale pour Berkley, est impossible, on a toujours une idée particulière.
L’humain ne peut pas penser de façon universelle.
L’art des généralités (Libera).
Chez Aristote, c’est l’abstraction qui permet la sensation. En effet, la sensation se
caractérise par une aptitude à l’abstraction, elle va discerner physiquement le substrat
matériel. C’est cette abstraction de la sensation qui permet la constitution d’image et la
saisie des intelligibles. Aristote : ‘La sensation constitue ce qui est propre à recevoir les
formes sensibles dans la matière, comme la cire reçoit la marque dela bague sans
recevoir le fer ou l’or. Chapitre 12, Livre 2 du Traité de l’Art 424A18-20
-Les 4 causes d’Aristote : Causalité formelle (forme)/ Causalité efficiente (Auteur)/Cause
finale (ce pourquoi la chose a été faite)/Cause matérielle (Matière)
Structure des traités d’Aristote, Marie-Laurence Desclos
L’idée est aussi la forme chez Platon est une cause, elle informe c’est ce qui confère une
forme à une chose, l’informe.
-Le rapport de l’idée à la réalité en partant de la réalité de l’idée peut amener au rapport
de l’idée à l’être pensant. Pendant toute l’antiquité on refuse de ramener le concept
d’idée à la pensée jusqu’à Descartes. Quand A présente sa théorie de la vision, il dit que
l’œil perçoit des formes, des espèces. Or, sur cette forme, il n’utilise pas le mot optique
pour décrire la vision. Aristote est finaliste, dans ses considérations téléologiques, l’œil
nous est donné pour connaître le monde (captation des formes).
Aristote distingue faculté sensitive et faculté intellectuelle. Faculté sensitive permet de
comprendre les choses sensibles. Objet= forme et matière et l’essence d’une chose réside
dans la forme et pas dans la matière. Puisque la chose est une forme et une matière, et
que quand je perçois, c’est la forme que je perçois. Ces choses existent réellement dans
l’intellect.
-La chose qu’on se représente, c’est par la forme, donc on perçoit un objet par sa forme.
-Ces choses existent réellement dans l’intellect, quand celui ci capte une forme, il prend
la forme de l’objet. L’esprit qui pense activement est identique à son objet.

6

-L’image visuelle n’est pas une représentation de la forme de l’objet, mais la forme ellemême.
-Kepler va rendre la représentation centrale. Il explique la vision par les lois optiques. Il
montre que par les lois optiques, l’image au fond de l’œil est inversée car phénomène de
réfraction. De plus, pour Aristote l’image se trouve dans le cristallin et on a pour l’objet
en 3 dimensions. Pour Kepler, le fait de voir l’objet à l’endroit est du à une action du
cerveau. Ce qui est important est la lumière comparativement à Platon pour qui la forme
est plus importante que la lumière.
-Descartes a écrit le dioptrique. Pour lui la vision est aussi optique et l’optique est
nécessaire pour la compréhension des images. La vision est médiée par…
-Descartes : Créateur de la philo moderne ; A lu tous les ouvrages de philosophie. Formé
en droit, s’est battu dans l’armée de Maurice de Nassau et entretenu une liaison avec
Colette Génie. En 1641, il écrit Les Méditations Métaphysiques, d’abord en latin, puis en
français en 1643. Il déclare que ce livre va remplacer Aristote à la Sorbonne. Mort en
1650.
-Il se propose en 1641 de refonder la science moderne. En énumérant les sens, il
considère que la vue peut tromper. Il faut donc l’éliminer, le toucher peut tromper aussi…
La science ne peut donc pas être fondée sur les sens.
Idée du malin génie qui trompe dans mes raisonnements. SI il existe un dieu trompeur,
on ne peut pas la fonder sur l’intellect. Il considère donc comme important est l’exercice
du doute qui permet de trouver une certitude.
Le fait même de pouvoir douter n’est pas douteux. Tout est matière au doute sauf le fait
que je puisse douter. Même le malin génie n’y peut rien. On ne peut pas douter du fait de
douter. Quand on sait que l’on doute, on sait qu’on existe.
St Augustin : « Si je me trompe, je suis ».
-Dans le Cogito, il est sous la forme : « Je pense donc je suis », prise de conscience de
l’existence de la pensée. « Je suis une chose qui pense, qui doute, qui conçoit, qui affirme,
qui nie, qui veut, qui ne veut pas, qui imagine, qui sent ». Ainsi, Descartes affirme être
une chose pensante. Il affirmera plus tard qu’il y a deux types de substances : Les
substances pensantes et les substances étendues.
-Dans les méditations : « Je pense, je suis » résultat d’une expérience méditative et non
d’un raisonnement. L’esprit est plus facile d’accès que le corps, c’est donc la
connaissance la plus sûre de toutes.
-Pierre Gassendi dans Les dernières objections. A cette époque là, Descartes publie les
méditations et les dernières objections est une critique de cet ouvrage.
-Or, suivant les règles pour la direction de l’esprit qu’il donne, on arrive simplement au
même résultat de deux manières différentes.
(Alexandre Koyré, Etude de la pensée scientifique)
Est-ce qu’un esprit peut ne plus penser ? Seul le corps est périssable, si l’esprit pense
toujours, l’esprit est impérissable.
-La substance pensante est immatérielle et pas située. La substance matérielle en
revanche peut être située, se trouve à un endroit précis. Alors, comment se fait-il qu’il y a
une causalité mentale ? Que quand je pense à lever le bras, mon bras se lève alors que SM
et Sp sont opposée, l’une situable et matérielle tandis que l’autre ne l’est pas. Distinction
de raison (subjectivement séparable) et distinction de réel (séparable subjectivement). Il
part de l’évidence du principe de Cogito, et l’évidence devient le principal signe de vérité.

Or, les objets du monde ne sont pas évidents, toujours sous le règne du doute ->
Introduction du mot ‘idée’. Il définit l’idée comme : « Tout ce qui est dans l’esprit lorsque
l’on conçoit une chose, de quelque manière que nous la concevions ». L’idée doit être
claire et distincte (Cogito) pour être vraie. Si Dieu n’est pas prouvé, alors le monde
extérieur à moi ne peut pas l’être car simple invention de l’esprit, pourquoi autrui ne
l’est-il pas aussi (Solipsisme : seul avec mes propres idées). Il prouve l’existence de Dieu
à travers l’idée d’infini, de perfection. Tout ce qui est parfait existe. Or Dieu est parfait,
donc il existe. L’idée d’infini de peut pas venir de moi car je suis un être fini. L’idée
d’infini ne peut venir que d’un être infini. Sans Dieu, pas de véracité extérieure, on
s’enferme dans un solipsisme où on ne peut que douter.
Les idées, c’est ce qui tapisse l’esprit. Descartes distingue trois sortes d’idées :
-Les idées innées : Nées avec moi (idée d’infini, idées mathématiques)
-Les idées adventices : Idées que j’ai des choses qui viennent des idées extérieur
-Les idées factices : Idées que l’on se fait, ajoutée à la réalité (une table avec un bras)
17/10 : Dissertation : Idée et réalité
-La philosophie analytique pose le problème du corps et de l’esprit (comment se situentils l’un par rapport à l’autre. Rapport de causalité entre l’un et l’autre. Pensent les
problèmes à partir de concepts établis par Descartes (Idées : représentation des choses,
images mentales, âme située dans le cerveau, comme Sténon). Comment deux réalités
différentes peuvent interagir entre elles ?
-Comment deux objets différents peuvent-ils avoir un rapport de causalité ? (Théorisé
par Descartes)
Cependant, si on localise la pensée, alors on la matérialise aussi.
-Philosophie de l’esprit : La philosophie de l’esprit, Kin (Kim ?)
-Introduction à la philo de l’esprit, Esfeld
-Damasio, L’erreur de Descartes. (de plusieurs entités physiques émerge une entité
mentale en plus de la somme de ces entités physiques).
Descartes, Les Méditations
Pensée = (substance pensante) et matière (substance étendue). L’âme est une substance
qui a pour attribut la pensée et le corps une substance qui a pour attribut la matière.
Substance pensante immortelle mais substance étendue périssable.
-Ame/pensante/Idée Substance/Attribut/Mode.
-Dieu : Infinité d’attributs dont on ne peut voir que le corps et la pensée pour Spinoza.
Une seule substance : la matière et tout est explicable par elle (monisme).
-Pour Descartes, il y a deux substances (dualisme des substances). Un mode et une
manière d’être.
-Représentation interne= Idées. Conçues immédiatement dans l’esprit. En nous comme
des images des choses. L’esprit ne peut pas savoir si notre pensée représente des objets
réels. Chaque idée a une forme, nous fait connaître une pensée et pas un objet.
-Si une idée est image, alors l’idée est matérielle donc corps. Descartes distingue trois
types d’idée : L’évidence est le seul critère possible du vrai, l’évidence apparaît à travers
la distinction entre le clair et le distinct (apparaît de la manière la plus immédiate
possible et qu’on peut isoler des autres). Chez Spinoza, l’idée est vraie par elle-même.
Tandis que Descartes a Dieu pour garant de l’existence des choses.

8

-Trois types d’idées :
-Innées : connaissances rationnelles. (Les lois de l’astronomie font prendre conscience
de la taille du soleil).
-Adventices : connues par les sens. (=le soleil est petit)
-Factices : issues des deux premiers genres.
-L’objet est un ensemble de qualités qui peuvent être liées entre elles.
-La certitude se fait par l’intuition mentale qu’est l’acte de l’entendement, et pas par les
sens, qui n’aboutissent pas à des connaissances mais à des signes. « Pas de raison de
croire que les idées des objets soit plus véritable que les mots qui les désignent ».
La connaissance ne peut être atteinte que par les idées innées.
On en distingue trois types :
-Celles qui sont purement spirituelles (connaissance, ignorance, doute, volition)
-Celles qui sont purement matérielles (mouvement, étendue)
-Celles qui sont communes. (Existence, unité, durée et les notions communes qui
permettent de joindre les différentes idées innées entre et par laquelle nous pouvons
conclure).
-Les idées innées sont des idées que l’on peut produire par une faculté que l’on a en
nous, l’inné chez Descartes est la faculté de former les idées. Lorsque nous les formons,
elles nous paraissent si familières qu’on a le sentiment qu’elle préexistait en nous.
-Dire de ces idées qu’elles sont innées, c’est dire que nous ne pouvons les former par
nous même selon notre volonté et l’attention qu’on porte aux idées innées nous permet
de découvrir des propriétés non-remarquées initialement. Les idées ne s’interposent pas
entre les choses et nous. C’est à partir de nos idées innées que nous percevons les choses
de quelque façon que ce soit. C’est ce qui fait notre pensée et pas des représentations
d’objets. Descartes : « Les idées sont comme des tableaux des images ».
Les idées ne se différencient pas entre –elles.
-Les idées innées ont une réalité formelle (idée en tant qu’idée issue de la modalité de la
pensée) et une objective (ce qui différencie les idées, par l’objet qu’elles visent à
représenter). Les idées innées ont plus de réalité objective. La réalité formelle des idées
est toujours la même, mais elle diffère par leur réalité objective. Pour les différencier,
Descartes utilise la causalité efficiente (matérielle, formelle, efficiente, finale).
-Descartes établit comme règle générale qu’il doit y avoir autant de force dans la
causalité efficiente que dans l’effet. L’idée d’infini ne doit pas être définie par la négation
du fini. SI c’est plus grand, c’est qu’il y a plus d’idée. C’est dans l’idée d’infini que nous
pouvons nous former l’idée du fini. L’idée d’infini est antérieure à celle du fini. Idée
d’infini = Dieu pour Descartes. Toute sa théorie de l’infini démontre l’existence de Dieu.
Pour D, l’idée d’infini ne peut avoir été mise en l’homme que par Dieu. Dieu va donc
garantir par sa présence que les idées en moi qui sont claires et distinctes sont
également vraies. L’inéisme cartésien (Pas d’idée infini par l’homme car il est fini. C’est
donc un être infini, dieu, qui nous l’a donnée.
-Existence= perfection  Dieu a toutes les perfections  Donc Dieu ne peut qu’exister.
Sommes nous directement liés avec le monde ou l’idée est-elle entre le
monde et moi ?
-John Locke et Malebranche estiment que l’idée vient de la connaissance du monde.
Arnauld refuse cette vision.
Aujourd’hui dans la philo de l’esprit, au sujet des images mentales, deux thèses
s’affrontent :
-Idée descriptioniste : représentation à deux éléments, comme Arnauld. Perception
directe du monde

-Idée pictorialiste représentation à 3 éléments, comme Malebranche. Image mentale ente
moi et le monde.
Kosslyn et pylishym
-Opposition au doute : Relativiste qui doute de tout et dogmatique qui ne doute de rien.
-RELATIVISME= DOGMATISME DU DOUTE car aucune affirmation ne tient. Douter ne
suffit pas à nous sortir du dogmatisme. Il y a une façon dogmatique de douter
-Le scepticisme se place entre le dogmatisme et le relativisme. En acceptant l’idée qu’on
puisse tout remettre en question, comment éviter le relativisme ? Quelle est la différence
entre scepticisme et relativisme.
-Pyrrhonisme : Scepticisme antique. L’objectif du sceptique est de suspendre son
jugement. Le sceptique considère qu’il va arrêter le mouvement de la pensée. On recule à
chaque conclusion qui peut être posée.
-Raisonnement tétralemmatique (en quatre propositions) : deux dogmatique (p, non p),
une relativiste (p ou non p) et une contradictoire (p et non p).
Exemple de plan :
Intro : Douter, c’est ne pas savoir. Questionnement.
IIIIII-

Doute comme inquiétude (quiétude=repos) quelles que soient les thèses que
l’on veut poser, en douter est une vraie posture scientifique.
Destructivité du doute  Posture dogmatique, relativisme et scepticisme 
Gradation vers la 3ème partie
Doute comme méthode et comme dynamique :

Conclusion : Positivité du doute
-1ère partie pour préparer la 3ème partie qui reprend la seconde de façon plus appuyée. La
3ème partie doit être construite par la conclusion.
-Pour commencer un travail de dissertation, d’abord penser à répondre à la
problématique.
-Aller d’une définition restrictive, négative en introduction vers une subversion qui mène
à une conclusion apportant une vision positive du doute.
-Conclusion aporéthique : Laisse la question ouverte en quelque sorte, pas de conclusion
tranchée.
-Important : Défendre des thèses qu’on ne soutient pas pour clarifier pourquoi d’autres
ne pensent pas comme vous, nourrit la pensée et les avis, en cherchant à comprendre les
opinions opposées.
-Faire le point de temps en temps au cours des parties sur le point à atteindre et
comment on s’en rapproche.
-Il faut être d’accord sur la loi fondamentale de la non-contradiction : A et non-A ne
peuvent pas être vrais tous les deux.

10

Penser et philosopher
-Ces termes sont-ils différents ? Lien entre penser et philosopher. Peut-on penser au sens
plein sans que cette pensée soit philosophique ?
 Quand on utilise sa pensée au mieux de ce qu’on peut, alors on philosophe.
Penser et philosopher : Est ce que pour bien penser on se rapproche de la philosophie ou
les deux sont ils indépendants ? Y a-t-il des normes de la pensée ? (Aristote : Loi de noncontradiction).
-Philosopher, c’est penser selon des règles. Bien penser appelle aussi à des règles.
-Aristote : bien penser ? Normes de la pensée
-Organisation de la pensée, discipline, on organise un contenu qui fait la différence entre
penser et philosopher ? La discipline pose une manière d’aborder un contenu = méthode.
-Est ce que penser avec méthode= philosopher ?
-La pensée peut aussi regrouper la scientificité, le flux de pensée aussi (auteurs comme
Proust ou Joyce, surréalistes Svevo. (Condition humaine ‘moi’)
-Imagination, poésie.
-Obstacle épistémologique= Erreur telle qu’on arrive pas à la dépasser. L’obstacle
épistémologique est lié à l’affectif. Exemple : le contenu compte plus que l’emballage.
Pensée utile, mémoriser.
-Action= Raison instrumentale = Pensée tournée vers l’action.
-Spirituel= Méditation,
-La pensée est un acte intentionnel, on pense à qqch. Rapport de l’esprit à un objet.
-Meinong : Il y a toujours un objet à une pensée.
-La pensée d’action n’est qu’une forme appauvrie de la pensée, différente de philosopher.
-La raison instrumentale est un mode appauvri de la rationalité.
-Les actes de pensée appauvris (affaiblis) sont-ils à dissocier de la pensée au sens
philosophique.
-Qu’est ce qu’un système philosophique ?
-On ne peut pas se contenter de donner une définition du système philosophique, car
elle ne comporte aucun problème, aucune tension.
 Comparer les divers rapports de divers philosophes sur la philosophie ?
(Connaissances solides importantes).
-Idée de système, nous amène à nous interroger sur ce qu’est une exigence de type
philosophique ?
-Réponses aux trois questions fondamentales de la pensée dans les œuvres de Kant :
 Que dois-je savoir ? Que dois-je faire ? Que m’est il permis d’espérer ?
-Toute œuvre philosophique n’est pas forcément régie par un système.
-Système philosophique  Ambition totalisante, qui doit épuiser la réalité.
-Simplification pour rendre raison de la totalité du monde.
-La première philosophie à se revendiquer comme systématique est la philosophie
stoïcienne, par les réponses qui sont données.
 Loi du mélange total : Trois branches à l’intérieur de la philosophie : Logique,
physique et morale.
-Physique : La loi du mélange total énonce que si on met une goutte de vin, tout l’océan
sera alcoolisé. La plus petite partie n’est pas absorbée par l’élément plus grand, c’est elle
qui modifie la partie plus grande.

-En logique, la première conjonction est « et », une proposition constituée de
propositions reliées entre elles. Quand on les relie entre elles, et qu’une est fausse, alors
toute la conjonction est fausse. Un peu de faux diffuse le faux dans toute la phrase. Si
dans une suite d’action prétendues bonnes, une seule mauvaise intention rend la suit
d’actions mauvaise.
-Structure d’analogie (égalité de rapport)  A/B= C/D
-Morale intentionnelle place la valeur de l’action non pas dans les conséquences mais
dans les intentions mises dans cette action. (Echec en tentant une bonne action  Bonne
action).
-Aristote considère, que même en tenant compte de l’intention bonne, des échecs
répétés sont dus à l’intention qui ne va pas totalement. Répétition du manque de chance
= Certain type d’agent.  Punir qqn/ Punir une action (Grand acquis de la philosophie
des Lumières).
-La philo stoïcienne part de différents domaines de la réalité et trouve des lois qui sont
les mêmes à l’intérieur de ces domaines. Chrysippe : Lois qui unissent des objets
différents à l’intérieur de la réalité (physiques, logiques ou moraux). L’ambition
systématique ne peut pas épuiser le réel, mais de traverser divers domaines. Ne se
présente pas comme systématique.
-Fragment (Goodman) : Le fragment d’une totalité, en tant qu’il est fragment de réalité,
indique cette totalité.
-Kant, Critique de la raison pure
-Idéalisme tel qu’il est vu par Descartes et Berkeley.
(Locke)
Qualité 1 ère= La matière sous-jacente
Qualité 2nde= Qualité perceptible
 Berkeley dira que la matière ne peut exister que si on en perçoit les qualités. Il n’y a
rien en dehors de ce qui est perceptible. La qualité seconde est donc en trop.
-Deux types d’idéalisme sont reprochés à Descartes et Berkeley par Kant (problématique
et dogmatique).
-Descartes élimine toute chose sauf ‘Je pense donc je suis’. Il dénie l’existence du monde
extérieur jusqu’à l’existence de la 5ème Méditation.
-Pour Kant, il n’est pas possible d’avoir une perception du sens interne sans perception
du sens externe. Toutefois, cela ne signifie pas l’existence de l’extériorité, qui ne peut être
qu’une représentation vide. Expérience de quelque chose de spatial.
-Pour Descartes, succession temporelle de prise de conscience que l’âme pense. Cette
succession, pour pouvoir être pensée, doit se situer par rapport à une repère fixe : le ‘Je’.
Le moi ne pet pas être pris en référence puisqu’il est en succession. Hors, le ‘moi’
empirique n’est que l’écoulement des perceptions. Ainsi, la perception du moi ne peut
s’effectuer qu’à travers des références externes spatiales. Pour qu’il y ait une
détermination du ‘moi, il faut une réalité extérieure.
-La perception du moi nous ramène nécessairement à celle du phénomène spatial, le fait
que je puisse me voir nécessite une espace externe avec des contenus.
-Critique de Berkeley : Il élimine totalement la qualité 1ère, donc la matière. Les
empiristes font de l’espace et du temps des propriétés comme les autres.

12

-Pour Kant, l’espace et le temps ne sont pas des choses mais un système de
relation où chaque point de l’espace ne peut être déterminé que par un autre point, et ce
à l’infini. Si le temps est un objet réel, alors les objets sont déréalisés, plus qu’un système
de relation. Si comme Descartes, on pense que l’étendue est la seule propriété de la
matière, alors l’étendue n’est qu’un système de relation, on retombe dans
l’immatérialisme de Berkeley.
-Kant résout le problème dans l’esthétique transcendantale ‘L’espace est une
système de relation mais pas la propriété de la chose en soi’. Distinguant l’espace de ce
qui est contenu en lui, la déréalisation de l’espace ne touche pas la réalité de l’objet.
Ainsi, les choses que nous percevons existent et nous touchent à travers l’espace.
-Pour Kant, l’espace n’appartient pas à l’objet, alors que chez Berkeley si, l’espace
appartient aux objets.
-On peut en conclure qu’il y a une corrélation entre sens internes et sens externes, entre
ce qui est en moi et ce qui est extérieur, entre l’idée et l’objet.
-Kant critique ainsi l’idéalisme et dit au final que ce que je pense existe. Ce qu’on
voit dans le monde ne sont pas des choses en soi mais des phénomènes, qui passent par
les sens et la sensibilité. On a donc aucunement accès à la chose en soi.
-Esthétique (XVIII° Baumgarten)
-Qu’est ce qui me permet de connaître à priori et a posteriori ?
-Théorie transcendantale : Ce qui me permet de recevoir les données existant
dans le monde : L’espace, qui me permet de connaître par les sens externes et le temps
par les sens internes. Pour Kant, ce sont les intuitions a priori (Intuition Intueri=voir),
les intuitions intellectuelles n’existent pas et je ne peux voir que ce qui m’est donné par
les sens. L’espace permet la géométrie et le temps permet ?
-Logique transcendantale : Concepts a priori qui nous permettent de percevoir
les choses que l’entendement va nous donner. La sensibilité est pure passivité,
l’entendement est spontanéité.
-Alors que la logique s’occupe des règles de l’entendement, la logique transcendantale
nous permet de comprendre les données de la sensibilité. Kant va aussi traiter les
tentatives de la raison pour constituer un système de commencement dans l’absolu.
-Ce type de logique se divise en deux :
 Analyse transcendantale : Formes de l’entendement -> Expérience.
 Dialectique transcendantale : Idées données par la raison sur un système de
connaissance visant à l’absolu.
-Pour Kant, la passivité de la sensibilité s’oppose à la spontanéité de la raison. Comment
ces deux éléments s’accordent-ils ? La science s’appuie pour Kant sur l’utilisation des
jugements synthétiques a priori. Quand j’essaie de comprendre un mot précis, j’exploite
le caractère, les concepts qui sont à l’intérieur de lui.
-Jugement analytique : Dévlpmt des concepts que l’on a (-> Corps et étendue)
-Jugement synthétique : Les corps ont un poids. On ajoute au concept de corps qui n’était
pas la sienne à la base a posteriori par l’expérience.
-La nouveauté de Kant réside aussi dans le jugement a priori : Comment rajouter des
infos à un concept sans l’expérience. Comment étendre nos connaissances a priori ?
-Les mathématiques sont des jugmts synthétiques. Il y en a aussi dans l’entendement.
Exemple : 7+5=12. Pas besoin d’expérience pour le savoir. De la même manière, un
triangle, trois angles doivent être assemblés par un jugmt synthétique a priori. Angle
A+B+C= 180°

-Jugement synthétique a priori en physique aussi, clé du succès de ces sciences.
-LA raison cherche tout ce qui n’est pas conditionné.
-La recherche de l’origine est la recherche d’un recommencement. (L’origine n’est pas le
fondement, elle ne permet pas de comprendre la base des choses).
-Pour Kant, on a affaire qu’au phénomène et non pas à la chose en soi. Kant demande
donc de dépasser l’impétuosité de la raison.
-On peut donc voir que la connaissance a priori est possible. Quelle est la légitimité des
jugements synthétiques a priori ? Chez Kant, toute intuition est sensible (intueri : voir),
l’objet doit donc être présent à la vue. La sensibilité fournit des intuitions. Il n’y a pas
d’intuition intellectuelle comme chez Descartes, donc pas d’entendement purement
intellectuel.
-La sensibilité est une pure réceptivité. L’entendement est la faculté de concepts, on n’a
pas d’intuition et on ne peut penser que les objets fournis par la sensibilité (pure
spontanéité). Elle crée les concepts (sensibilité, réceptivité, entendement). L’intuition
empirique se rapporte à un objet, propriété de notre esprit de se représenter les objets
hors de nous. Le temps est la propriété qu’a notre esprit de percevoir ces états
extérieurs. Tout ce qui nous est extérieur est dans l’espace, toute détermination de nousmême est dans le temps. On ne peut pas percevoir extérieurement le temps ni
intérieurement l’espace.
-Phénomène  Sensibilité  Données
Entendement  Données
-Logique de la vérité /-Logique des apparences :
-L’analyse des concepts est la faculté de former des concepts, Kant établit alors la table
des catégories (concepts purs de l’entendement) à partir duquel l’entendement va
penser les données de la sensibilité.
-Chez Kant, on dénombre 12 catégories qui nous permettent de penser les données de
l’expérience. La forme logique des jugements (attribuer quelque chose à un autre).
-Différentes manières de juger, tous les acquis de l’entendement se ramènent à des
jugements. Ramène les représentations à l’unité. Faculté de connaître l’insensible, de
connaître par concept, mais le concept comme prédicat (ce qu’on attribue à un sujet) du
jugement possible est contenus dans le jugement. En trouvant les diff manières de juger,
il trouve aussi les différents concepts. Le concept de corps est un ensemble de
représentation qui permettent de juger la réalité.
-Un concept de corps peut déterminer un objet, il y a un concept de corps dans la faculté
de juger. (Entendement -> Juge).
-12 catégories fondamentales à partir desquelles on en construit d’autres (cat de cause
 cat de force
Penser = juger= ramener à l’unité des représentations, en jugeant, on détermine ainsi les
concepts de l’entendement. Pour les logiciens, il y a une table de la faculté, des
jugements.
-Table des jugements : Quantité des jugements : -Universel /-Particulier/-Singulier.
Qualité des jugements : -Affirmatif/-Négatif/-Indéfinis
Modalité des jugements : -Problématique/Assertoriques/-Apodictique
-Qualité : -Réalité/Négation/Limitation
-Quantité : -Unité/Pluralité/Totalité
-Modalité : -Possibilité-Impossibilité/Existence-Non-existence/ Nécessité-Contingence

14

-Relation : -Inhérence et subsistance/Causalité- ‘effet’
-Communauté : -Action réciproque entre l’agent et le patient
Il faut un concept d’unité dans toutes ces catégories, ce que Kant va appeler déduction
transcendantale.


Aperçu du document Philosophie-générale.pdf - page 1/15
 
Philosophie-générale.pdf - page 3/15
Philosophie-générale.pdf - page 4/15
Philosophie-générale.pdf - page 5/15
Philosophie-générale.pdf - page 6/15
 




Télécharger le fichier (PDF)


Télécharger
Formats alternatifs: ZIP




Documents similaires


philosophie generale
esthetique et philo de l art1
alain idees introduction a la philosophie platon descartes hegel comte
concepts philosophie
philojuin2012
conference y a t il des questions proprement metaphysiques

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.15s