Thromboembolie veineuse et traitement.pdf


Aperçu du fichier PDF thromboembolie-veineuse-et-traitement.pdf - page 1/32

Page 12332



Aperçu texte


DIRECTIVE CLINIQUE DE LA SOGC
N° 308, juin 2014 (remplace n° 95, septembre 2000)

Thromboembolie veineuse et traitement
antithrombotique pendant la grossesse
La présente directive clinique a été rédigée par le groupe
de travail sur la directive clinique traitant de la TEV pendant
la grossesse, analysée par le comité de médecine fœtomaternelle et le comité consultatif des médecins de famille,
et approuvée par le comité exécutif et le Conseil de la
Société des obstétriciens et gynécologues du Canada.
AUTEURS PRINCIPAUX
Wee-Shian Chan, MD, Vancouver (C.-B.)
Evelyne Rey, MD, Montréal (Québec)
Nancy E. Kent, MD, Vancouver (C.-B.)
GROUPE DE TRAVAIL SUR LA DIRECTIVE CLINIQUE
TRAITANT DE LA TEV PENDANT LA GROSSESSE
Wee-Shian Chan, MD (coprésidente), Vancouver (C.-B.)
Nancy E. Kent, MD (coprésidente), Vancouver (C.-B.)
Evelyne Rey, MD (coprésidente), Montréal (Québec)
Thomas Corbett, MD, Edmonton (Alb.)
Michèle David, MD, Montréal (Québec)
M. Joanne Douglas, MD, Vancouver (C.-B.)
Paul S. Gibson, MD, Calgary (Alb.)
Laura Magee, MD, Vancouver (C.-B.)
Marc Rodger, MD, Ottawa (Ont.)
Reginald E. Smith, Pharm D, Victoria (C.-B.)
Tous les collaborateurs nous ont fait parvenir une déclaration de
divulgation.

J Obstet Gynaecol Can 2014;36(6):e1–e32

Mots clés : Venous thromboembolism, deep vein thrombosis,
pulmonary embolism, thromboprophylaxis, assisted reproductive
technology, heparin, neuraxial analgesia, adverse pregnancy
outcomes, pregnancy or puerperal complications

Résumé
Objectif : Présenter une approche, fondée sur les données actuelles,
envers le diagnostic, la prise en charge et la thromboprophylaxie
de la thromboembolie veineuse pendant la grossesse et la période
postpartum.
Résultats : La littérature publiée a été récupérée par l’intermédiaire
de recherches menées dans PubMed, Medline, CINAHL et
The Cochrane Library entre novembre 2011 et juillet 2013 au
moyen d’un vocabulaire contrôlé (p. ex. « pregnancy », « venous
thromboembolism », « deep vein thrombosis », « pulmonary
embolism », « pulmonary thrombosis ») et de mots clés
(p. ex. « maternal morbidity », « pregnancy complications »,
« thromboprophylaxis », « antithrombotic therapy ») appropriés.
Les résultats ont été restreints aux analyses systématiques, aux
essais comparatifs randomisés / essais cliniques comparatifs et
aux études observationnelles publiés en anglais ou en français.
Aucune restriction n’a été imposée en matière de dates. La
littérature grise (non publiée) a été identifiée par l’intermédiaire de
recherches menées dans les sites Web d’organismes s’intéressant
à l’évaluation des technologies dans le domaine de la santé
et d’organismes connexes, dans des collections de directives
cliniques, dans des registres d’essais cliniques et auprès de
sociétés de spécialité médicale nationales et internationales.
Valeurs : La qualité des résultats est évaluée au moyen des critères
décrits dans le rapport du Groupe d’étude canadien sur les soins
de santé préventifs (Tableau 1).
Recommandations
01. La tenue d’un examen objectif s’avère requise lorsque la
présence d’une thrombose veineuse profonde ou d’une embolie
pulmonaire est soupçonnée sur le plan clinique. (II-2A)
02. Pour diagnostiquer la présence d’une thrombose veineuse
profonde, il est recommandé d’avoir recours à une échographie;
lorsque l’examen initial donne des résultats négatifs, il est
recommandé de mener une nouvelle échographie à au moins
une reprise au cours des sept jours suivants. Dans le cadre de
chacun des examens, l’intégralité du système veineux (de la
veine iliaque externe à la veine poplitée) doit être visualisée et
des manœuvres de compression doivent être appliquées de la
veine fémorale à la veine poplitée. (II-2B)
03. Pour diagnostiquer la présence d’une embolie pulmonaire,
tant la scintigraphie de ventilation-perfusion que l’angiographie

Ce document fait état des percées récentes et des progrès cliniques et scientifiques à la date de sa publication et peut faire l’objet
de modifications. Il ne faut pas interpréter l’information qui y figure comme l’imposition d’un mode de traitement exclusif à suivre.
Un établissement hospitalier est libre de dicter des modifications à apporter à ces opinions. En l’occurrence, il faut qu’il y ait
documentation à l’appui de cet établissement. Aucune partie de ce document ne peut être reproduite sans une permission écrite de
la SOGC.

JUNE JOGC JUIN 2014 l e1