magie lunaire .pdf



Nom original: magie lunaire.pdfTitre: Magie-lunaire.indd

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par Adobe InDesign CS4 (6.0.5) / Adobe PDF Library 9.0, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 14/07/2016 à 19:48, depuis l'adresse IP 86.241.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 3081 fois.
Taille du document: 1.2 Mo (18 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Jean-Luc Caradeau

Magie lunaire

TrajectoirE
É d itions

« Les anciens sages qui nous ont précédés ont appelé le Soleil et la Lune
«les yeux du ciel», voulant ainsi exprimer par cette dénomination que
le Créateur de l’Univers a donné à ces deux planètes une inspection
spéciale sur tout ce qui se fait dans la nature. »

Pierre Mora

Introduction
Introduction de l’ancienne édition intitulée Les rites de la
Lune, modifiée pour s’adapter à cette nouvelle mouture de
l’ouvrage.

La magie lunaire est l’un des sujets à la fois les plus populaires
et les plus délicats. En effet, si de l’Antiquité à la Renaissance, la
magie lunaire est l’un des sujets les mieux connus, les choses se
gâtent à partir de l’époque où la montre devient un objet courant.
À partir de là, l’homme ne regarde plus le ciel pour savoir l’heure.
Ce que le paysan, l’ouvrier, l’homme du peuple savaient du ciel
par transmission orale se perd. Des notions, évidentes aux siècles
précédents, vont devenir l’apanage de spécialistes. La magie lunaire
va se diviser en deux branches parallèles.
On aura, d’une part, une magie lunaire populaire, transmise par les
grimoires de colportage, appuyée sur des notions astronomiques
imprécises, voire fausses, mais qui restera très efficace, nous verrons
pourquoi  ; et, d’autre part, des initiés érudits (essentiellement des
alchimistes et des spagyristes) qui maintiendront l’antique tradition
dans toute sa pureté et sa complexité. Deux branches ! La coutume
populaire et la tradition des mages. La coutume populaire, bien
qu’abusivement simplifiée, permet d’obtenir des résultats tout à fait
intéressants. La tradition des mages, outre la compréhension qu’elle
apporte du système magique, permet d’atteindre un tout autre niveau
d’efficacité.
-5-

Magie lunaire

1. Le temps est venu !
La magie lunaire populaire fait appel aux mêmes notions que la
tradition des mages. Ces notions, à partir d’un certain moment,
ont été déformées, sans doute par la faute de nombreux auteurs de
grimoires populaires, qui, hommes de la ville, n’avaient pu recevoir
la connaissance traditionnelle du ciel détenue par leurs ancêtres,
et, d’un autre côté, n’avaient pas non plus étudié l’astrologie ni
l’astronomie. Ils ont compilé des ouvrages savants, traduisant à leur
manière ce qu’ils ne comprenaient pas  ; ne tenant compte ni des
sous-entendus, ni des allusions des Anciens. Il est sûr, également,
que certains d’entre eux, ont écrit ce que la majorité de leurs lecteurs
croyaient, uniquement pour garder «  sous le boisseau  » quelques
aspects du savoir magique connus seulement de ceux qui avaient
reçu une réelle transmission. Par ailleurs, le savoir cosmographique
de base n’est plus guère enseigné. Il est donc nécessaire aujourd’hui
que nous rappelions ces notions de base, simplement parce qu’elles
n’entrent plus dans le corpus culturel actuel et que ceux qui ont
eu la chance de les étudier les ont, en principe, bien vite oubliées,
n’ayant pas l’occasion de les utiliser.

2. La magie lunaire : nature
L’importance de la Lune dans la vie des êtres vivants n’est plus à
démontrer. Son influence, on le sait, est permanente, et ce n’est pas
pour rien que la tradition astrologique en a fait la parèdre du Soleil
en lui attribuant le titre de « Luminaire ».

La Lune féminine
C’est là l’aspect le plus connu du symbolisme et de l’action magique de
la Lune. C’est, en effet, celui qu’ont privilégié les Grecs et les Romains
en associant la Lune à plusieurs déesses (Junon, Diane, Hécate…). C’est
celui aussi qu’ont retenu les hommes du Moyen Âge et, après eux, les
modernes. Cependant, nous le verrons par la suite, au Moyen-Orient,
dans l’Antiquité, en Inde, en Égypte ancienne, la Lune est, avant tout,
un dieu mâle. Comme en matière de connaissance ésotérique rien
-6-

Introduction

ne se perd jamais, cet aspect, bien qu’ignoré de la plupart de nos
contemporains, conserve toute son importance.

 Déesse mère, déesse vierge, déesse chasseresse…
Pendant féminin du Soleil et son miroir, tant au sens symbolique que
physique, la Lune, qui change d’aspect, est l’image de l’évolution
physique de l’être. Maîtresse des formes, elle influe sur la façon dont
croissent les plantes, quand le Soleil leur donne la force de croître.
Maîtresse des nuits, comme le Soleil l’est des jours, elle commande
à l’intuition et à l’instinct, quand il est le maître du savoir et de
l’intelligence. De nature féminine, réceptacle de la lumière solaire,
elle est maîtresse des femmes et des mères, quand le Soleil régit les
mâles. Quand le Soleil reste dans le ciel toujours semblable à lui
même, manifestant ainsi la permanence du cycle de vie et de mort,
la Lune change constamment d’aspect, manifestant les différentes
transformations opérées sur l’être au cours de ce cycle. De ce fait,
le Soleil est en rapport avec le Feu, l’essence, le sec ; la Lune est en
rapport avec l’Eau, la substance, l’humide. Le Soleil sera représentatif
du point de départ ou du but, alors que la Lune représentera, elle,
les péripéties vécues sur le chemin. Il en résulte que la magie lunaire
est avant tout pratique, concrète, visant des résultats à court ou
moyen terme. Elle est donc particulièrement adaptée pour résoudre
des problèmes concrets, précis, voire dramatiques.

La Lune mâle : le Grand Coureur Blanc, Sîn,
Osiris.
D’un point de vue différent, la Lune est masculine et ce point de vue,
qui fut pendant des siècles le plus important, explique certains aspects
de la magie lunaire. À Sumer, Sîn, le dieu Lune est le pénis des cultures,
parce que le premier croissant a la forme d’un pénis dressé. Il est aussi
le père de la royauté, et le grand mathématicien, maître des temps. En
Égypte, la Lune est Osiris, le « Soleil nocturne » et Thot, le prototype
d’Hermès, est le « protecteur de la Lune » et le dieu de l’écriture, des
mathématiques, de l’astronomie et de toutes les sciences, dont, bien
évidemment, la magie. Nous ne saurions trop conseiller au lecteur
-7-

Magie lunaire

désireux d’approfondir les principes régissant ce point de vue de se
procurer Le Grand livre des pouvoirs de la Lune, ouvrage de Marie
Delclos, paru aux éditions Trajectoire. Observons, d’ailleurs, que le titre
de ce livre est bien peu adapté à son contenu, puisqu’il présente, avant
tout, les différents aspects de la spiritualité et de la cosmogonie lunaire.
Ce point de vue masculin est à l’origine de la magie subjective1
lunaire et donc des rites théurgiques liés aux mouvements et aux
phases de la Lune. Ainsi, la théurgie chrétienne des Élus Cohen
comporte-t-elle, outre les opérations d’équinoxe liées au Soleil, des
opérations de la néoménie liées à la Lune.
Dans ce livre essentiellement pratique, nous ne ferons qu’effleurer
cet aspect de la magie lunaire. Néanmoins, les lecteurs perspicaces
n’oublieront pas que, pendant des siècles, des ouvrages traitant de
théurgie se sont dissimulés sous l’aspect de sordides grimoires de
sorcellerie. C’est le cas, par exemple, du plus connu de tous, Les
Clavicules de Salomon, un document qui n’indique son véritable
sujet qu’à travers le nom de son « traducteur », Iroé Grego, qui, une
fois transcrit en hébreu et « traité » selon les règles de la kabbale
signifie « fruit de ma voyance2 ». Un grimoire de sorcellerie, proposant
l’enrichissement et le pouvoir, largement répandu dans les villes
et les campagnes par les colporteurs, avait en effet bien plus de
chance d’échapper au bûcher qu’un ouvrage traitant ouvertement de
théurgie, qui, de par son sujet, aurait été évidemment moins vendu.

1 La magie subjective est, comme son nom l’indique, destinée à agir sur le « sujet » :
l’opérateur, en modifiant ses états de conscience. L’opérateur pouvant être un
individu ou une collectivité représentée par un individu. Son antonyme est la
magie objective qui agit sur des « objets » au sens grammatical du terme.
2 Nous avons expliqué cette traduction dans l’ouvrage 650  Mots de pouvoirs,
selon nous, bien mal titré par l’éditeur, puis qu’il expose en détail les règles
d’utilisation des mots prononcés ou écrit en magie et celles du décryptage et
du cryptage utilisé dans les grimoires et pour la confection des talismans. Pour
les lecteurs qui ne verraient pas le rapport entre « fruit de ma voyance » et la
théurgie précisons que « Réau + » (Réau Croix) ainsi que Rose Croix, traité selon
les mêmes règles cryptographiques signifie « voyant consacré à Dieu ».

-8-

Introduction

3. Les oublis de la magie populaire
La magie lunaire populaire fonctionne, parce que les oublis et
imprécisions de ses clés ne contredisent pas le symbolisme des clés
initiales. Mais ce fonctionnement est, en général, à court terme
parce que les clés qu’elle a perdues sont en rapport avec le temps
lunaire : les mouvements de la Lune. C’est pourquoi, bien que nous
ne voulions pas imposer à nos lecteurs un cours d’astrologie, ou
plutôt de cosmographie, nous commencerons dans ce livre par
exposer l’essentiel de ces mouvements lunaires.
Notons que la magie érudite a, elle aussi, oublié beaucoup de données
essentielles en ce domaine depuis plusieurs siècles. Cela tient au fait
que les auteurs anciens, soucieux de ne pas «  jeter les perles aux
pourceaux », ne rappellent jamais certaines règles, estimant que, si
le lecteur ne les connaît pas, leur ouvrage ne lui est pas destiné. Or,
dans le cadre de la théurgie ou de la magie inductive, le respect de
ces règles non écrites est essentiel à la réussite des opérations.

-9-

« L’escarbot qui porte deux cornes et que l’on appelle forme de
taureau est lunaire ; il enterre une petite boule et la laisse pendant
vingt-huit jours que la Lune fait le tour du zodiaque, et le vingtneuvième qu’il croit que se fait la conjonction des luminaires, il la
déterre et la jette dans l’eau, et il en vient des escarbots. »

Henri Corneille Agrippa

Chapitre 1

Lune, Terre, Soleil
1. Les trois cycles lunaires
Comme nos lecteurs le savent, la Terre tourne autour du Soleil en
365 jours 1/4, et la Lune tourne dans le même temps autour de la
Terre en 27 jours. Dans ces conditions, et, bien que nous voyions
de la Terre, le Soleil et la Lune tourner autour de nous, il est bien
évident que nous constaterons que les mouvements de la Lune sont
plus complexes que ceux du Soleil.

a. Le

cycle Lune zodiaque (révolution sidérale)

La Lune parcourt le zodiaque étoilé en 27  jours (très exactement
27 jours, 7 heures et 43 minutes). Ce premier cycle s’appelle mois
lunaire sidéral, soit le temps qu’elle met à faire le tour du zodiaque
d’une étoile au retour à cette étoile. À ce mouvement correspond le
cadran astrologique appelé « demeures de la Lune ».
En magie  : les demeures de la Lune sont au nombre de  28. Ce
nombre a d’ailleurs posé beaucoup de problèmes aux théoriciens de
l’astrologie  ! Pourquoi  28  cases au zodiaque lunaire, alors qu’elle
parcourt ce zodiaque en 27 jours ?
Nous pensons que la raison en est qu’entre deux Nouvelles Lunes
(qui sont espacées de 29  jours), la Lune ne se lève que 28  fois.
- 11 -

Magie lunaire

Ce zodiaque de 28 demeures lunaires est un zodiaque sidéral (repéré
sur les étoiles et les constellations).
Il est ainsi écrit dans le Picatrix : « Remarquez bien qu’il faut avoir
ici les demeures de la Lune selon le zodiaque des Mages et non pas
des astrologues vulgaires  ». Le zodiaque des Mages désigne ici le
zodiaque sidéral par opposition à celui des astrologues vulgaires (au
sens botanique ou zoologique du terme canis vulgaris) qui, au début
du xe siècle après J.-C., est le zodiaque tropique.
Rappelons que le zodiaque sidéral est repéré sur les étoiles et les
constellations, alors que le zodiaque tropique est repéré sur la croix
des équinoxes et des solstices et, en particulier, sur le point vernal
(vernal : de ver le printemps en latin). C’est le 21 mars, lorsque le
Soleil passe à ce point, que nous passons dans l’hémisphère nord
de l’hiver au printemps, et dans l’hémisphère sud du printemps à
l’automne.
Pour les astrologues avertis, il leur suffira de tenir compte du décalage
entre les deux zodiaques en soustrayant ce décalage du zodiaque
tropique, soit pour 2010, 25 degrés si l’on se réfère au décalage le
plus souvent utilisé, qui cale le zodiaque sidéral par rapport aux
étoiles Aldébaran et Antarès à 15 degrés chacune respectivement du
Taureau sidéral et du Scorpion sidéral.
Pour les débutants, il suffira de consulter les tables données en fin
d’ouvrage :

Fig 1 : position de la lune à 0 heure
Le lecteur trouvera, dans la colonne de gauche la position de la
Lune dans le zodiaque sidéral pour chaque jour de l’année à 0 heure
(Fig. 1) – heure de Greenwich ou temps universel.

- 12 -

Lune, Terre, Soleil

Une fois trouvé la position de la Lune à 0 h, il suffira de regarder
à quel moment la Lune change de signe (ingrès). Nous donnons les
ingrès en sidéral et en tropical.

b. Le

cycle Lune/Soleil (révolution synodique)

Comme le Soleil parcourt le zodiaque en 365  jours  1/4, que la
Lune le parcourt en 27  jours, et que tous deux tournent dans le
même sens, la Lune se livre, avec le Soleil, à une course poursuite
sur ce vélodrome céleste qu’est le zodiaque. Ce phénomène donne
naissance aux phases de la Lune. Ces phases sont au nombre de
quatre principales.

 La Nouvelle Lune
–  La Lune est invisible, elle se trouve sur le même degré du zodiaque
que le Soleil.
– La Lune et le Soleil sont en conjonction.

 Le premier quartier
–  La Lune apparaît sous la forme d’un croissant dont les cornes sont
tournées vers la gauche . Elle se trouve à 90  degrés du Soleil et
continue à s’éloigner de lui.
– La Lune est en carré dextre au Soleil.

 La Pleine Lune
–  La Lune est vue sous la forme d’un disque brillant. Elle se trouve à
la plus grande distance possible du Soleil, 180 degrés. À partir de
ce moment, elle va se rapprocher du Soleil.
– La Lune est en opposition au Soleil.

 Le dernier quartier
–  La Lune est vue sous la forme d’un croissant dont les pointes sont
tournées vers la droite . Elle se trouve à 90  degrés du Soleil, et
continue de se rapprocher de lui.
– La Lune est en carré senestre au Soleil.
- 13 -

Magie lunaire

 Précisions destinées aux lecteurs de l’hémisphère sud
Attention, les termes « gauche » et « droite » utilisés ici sont valables
seulement pour la zone tempérée de l’hémisphère nord. Pour les zones
tempérées de l’hémisphère sud, il faut inverser :
– premier quartier, cornes du croissant tournées vers la gauche :  ;
– dernier quartier, cornes du croissant tournées vers la droite :  ;
–  premier quartier, cornes du croissant comme le p minuscule (p  de
premier) ;
–  dernier quartier, cornes du croissant comme le d minuscule (d  de
dernier).
Il est plus général de dire (parce que valable pour les deux hémisphères) :
– premier quartier : cornes tournées vers le Levant.
– dernier quartier : cornes tournées vers le Couchant.
Donc, le symbole représentant le premier quartier dans notre tableau
est, pour les lecteurs de l’hémisphère sud, inversé par rapport à ce qu’ils
observeront dans le ciel, car le tableau est établi à partir des symboles
utilisés dans l’hémisphère nord.

 Les symboles utilisés dans les tables
– Nouvelle Lune 
– Premier quartier 
– Pleine Lune 
– Dernier quartier 
Normalement, les symboles représentant le premier et le dernier quartier
devraient se présenter sous la forme de demi-cercles, mais les auteurs
de polices astrologiques ne se sont pas, à ce jour, pliés à cette règle.

 Le cycle synodique, le mois et la semaine
Notez que ce cycle n’a rien à voir avec les demeures de la Lune. Il
est, en revanche, lié au cycle de la semaine, et à celui du mois. En
effet, d’une Nouvelle Lune à la suivante, il s’écoule plus de 29 jours ;
entre chaque phase, il s’écoule donc environ 7  jours  ¼, soit, en
nombres entiers, une semaine de 7 jours (c’est pourquoi 7, avec ses
multiples, est le nombre de la Lune).
- 14 -

Lune, Terre, Soleil

Au cours du quinzième jour de ce cycle la Lune est pleine. Le
trentième jour, elle entre à nouveau en conjonction avec le Soleil,
c’est la Nouvelle Lune et le commencement d’un nouveau mois dans
les calendriers lunaires comme le calendrier hébreu ou le calendrier
romain. Ainsi, dans le calendrier théorique romain, les «  calendes
d’avril » – premier jour du mois d’avril – sont en principe le jour de
la Nouvelle Lune qui suit l’équinoxe de printemps1 et correspondent,
dans le calendrier hébreu, au premier Nisan.

 À retenir
– De la Nouvelle Lune à la Pleine Lune, la Lune est croissante.
–  De la Pleine Lune à la Nouvelle Lune suivante, la Lune est
décroissante.
Il ne faut pas confondre, comme le fait la magie lunaire populaire,
Lune croissante et Lune montante, ni Lune décroissante et Lune
descendante.

1 C’est rarement vrai dans le calendrier romain, car il a subi de nombreuses
réformes et corrections. En revanche, quand un auteur de grimoire écrit « le jour
des calendes d’avril », il faut toujours lire « le jour de la Nouvelle Lune qui suit
l’équinoxe de printemps ».

- 15 -

Magie lunaire

ORIGINE DES MOIS ET DES SIGNES

1er  quartier, 8e  jour. Le Soleil a
parcouru 7  degrés La Lune a
parcouru 97 degrés.

Nouvelle Lune N. L., 1er  jour. Le
Soleil et la Lune se trouvent sur
le même degré.

Pleine Lune P. L., 19e jour.
Le Soleil a parcouru 15 degrés.
La Lune en a parcouru 195.
Dernier quartier, 23e jour.
Le Soleil a parcouru 22 degrés.
La Lune a parcouru 292 degrés.
Deuxième nouvelle Lune, 30e jour.
Le Soleil et la Lune se retrouvent à
nouveau sur le même degré, mais
30 degrés plus loin.

- 16 -

Lune, Terre, Soleil

c. Le

cycle tropique de la Lune

Vous n’en avez jamais entendu parler ! C’est pourtant ainsi que l’on
appelle ce cycle dans les livres d’astronomie. C’est ce que l’on nomme,
dans les grimoires, la Lune montante et la Lune descendante. Ce
cycle se réfère au zodiaque tropique et à lui seul.
Comme nos lecteurs le savent certainement, l’écliptique (lieu des
éclipses) est la route sur laquelle se déplace le Soleil et, de part et
d’autre, la Lune et les planètes.
Cette route est marquée sur la voûte céleste par les douze constellations
zodiacales.
Elle est inclinée de 23,5 ° par rapport à l’équateur céleste (projection
de l’équateur terrestre qui sépare les deux hémisphères). Il en résulte
que l’écliptique coupe l’équateur céleste en deux points  : γ  (gamma)
et γ’ (gamma prime) Ces deux points (opposés de 180 °) permettent de
repérer le zodiaque tropique. Ce zodiaque est divisé en douze signes
de 30 ° qui portent les mêmes noms que les signes du zodiaque sidéral
et que les constellations zodiacales. Le zodiaque tropique est celui
que vous connaissez. Dans ce zodiaque le point gamma correspond à
0° Bélier. Le Soleil se situe, à cette position, le 21 mars de chaque année.

La sphère céleste, avec son pôle Nord, son pôle Sud, son
équateur, qui est la projection dans le ciel de l’équateur
terrestre, les pôles écliptiques Nord et Sud et le zodiaque :
la zone sur laquelle cheminent les luminaires (Soleil et
Lune) ainsi que les planètes. Les étoiles du zodiaque sont
représentées en grisé.
- 17 -

- 125 -

Données de base des tableaux (position de la Lune à 0 heure UT) The complete Ephemerides 2000-2050, Auréas, 1998
Tableaux générés par Séléné v β, générateur de calendriers lunaires pour le web © jean-Luc Caradeau 2009

Ingrès
AgedelaLune
SŒTŒ
Jour1:Ê

1:4°31mn8.,99sŒ

25:Œ8h12mn34,61s
18:22h1mn28,35sŒ15°23mn25,69s
1:
25:
18:
TŒ0h17mn13,10s
2:16°21mn55,99sŒ

26:Œ10h13mn33,32s

2:
26:
SŒ3h30mn22,51s
3:28°14mn54,00sŒ

27:Œ12h5mn5.,97s
19:6h46mn30,23sŒ1°37mn58,95s
3:
27:
19:
T†3h25mn23,72s
4:10°14mn18,00sŒ
Ð
28:Œ13h36mn50,31s
20:14h36nm00.0sŒ17°37mn1.,99s
4:
28:
20:
5:22°24mn36,99sŒ

1:†14h39mn27,38s
S†14h39mn27,38s 21:13h16mn49,78sŒ29°17mn12,94s
5:
1:
21:

6:4°50mn15,00s†

2:†15h5mn47,24s
22:11h13mn46,64s†10°48mn10,71s
6:
2:
22:
T‡0h8mn23,07s
7:17°35mn13,00s†

3:†14h51mn38,86s
S‡22h41mn49,91s 23:8h11mn3.,75s†22°3mn46,52s
7:
3:
23:

24:4h10mn29,87s‡3°4mn0.,55s
24:
8:0°42mn45,00s‡
8:

4:‡13h56mn12,22s
4:
Tˆ2h28mn27,93s 25:23h14mn4.,92s‡13°48mn52,22s
25:
9:14°14mn46,00s‡

5:‡12h21mn42,63s

26:17h18mn52,13s‡24°18mn22,12s
9:
5:
26:
Sˆ3h1mn55,62s
10:28°11mn26,00s‡
6:ˆ10h12mn49,55s
27:10h38mn33,71sˆ4°32mn30,06s
10:
6:
27:
T‰4h7mn24,98sD
Des
D
28:3h42mn54,33sˆ14°46mn37,99s
28:
11:12°30mn46,00sˆÊÒ5h53mn10,25s7:
7:ˆ7h35mn46,33s

11:
7:
1:19h42nm00.0sˆ24°30mn1.,99s
1:
S‰4h37mn34,03s
12:27°8mn29,00sˆ

8:‰4h37mn34,03s
2:11h24mn45,78s‰4°11mn37,06s
12:
8:
2:
TŠ4h55mn5.,97s
9:‰1h25mn32,65s
3:3h29mn36,06s‰14°8mn28,55s
9:
3:
13:11°58mn17,99s‰

13:
10:‰22h7mn39,04s
4:19h45mn22,82s‰24°14mn29,88s
10:
4:
SŠ5h2mn48,88s
14:26°52mn38,00s‰
11:Š18h53mn59,01s
5:12h38mn24,96sŠ4°41mn54,19s
14:
11:
5:
T‹5h5mn17,47s
6:6h1mn17,96sŠ15°24mn34,92s
6:
15:11°43mn38,00sŠ
12:Š15h51mn49,74s
15:
12:
7:23h57mn11,68sŠ26°22mn32,07s
7:


Juillet2010
tot.,19°24,11,19h34
Juillet2010du1erau15
du1erau15 
tot.,19°24,11,19h34
Position0H
Phases
Demeures
Sidéral
ÌÎÐÊ


Tables des maisons lunaires

Table des Matières
Introduction.............................................................. 5
1. Le temps est venu !................................................................................................................. 6
2. La magie lunaire : nature................................................................................................. 6
3. Les oublis de la magie populaire.............................................................................. 9


Chapitre 1
Lune, Terre, Soleil................................................... 11
Les trois cycles lunaires.............................................................................................................. 11
a. Le cycle Lune/zodiaque........................................................................................................ 11
b. Le cycle Lune/Soleil................................................................................................................ 13
La Nouvelle Lune.............................................................................................................................. 13
Le premier quartier......................................................................................................................... 13
La Pleine Lune..................................................................................................................................... 13
Le dernier quartier........................................................................................................................... 13
c. Le cycle tropique de la Lune.......................................................................................... 17
d. Résumé .............................................................................................................................................. 19

Chapitre 2
Les propriétés magiques des cycles de la Lune..... 21
1. La Lune montante et descendante........................................................................... 21
a. La Lune montante..................................................................................................................... 21
b. La Lune descendante.............................................................................................................. 21
2. La Lune croissante et décroissante.......................................................................... 23
3. Le cycle sidéral de la Lune ............................................................................................ 24

Chapitre 3
Les 28 demeures de la Lune................................. 29
Le secret des « anneaux sorciers ».................................................................................. 29
1. Un zodiaque à part entière.............................................................................................. 29
2. Les 28 demeures......................................................................................................................... 30
- 211 -

Magie lunaire

– 1re demeure............................................................................................................................................ 30
– 2e demeure.............................................................................................................................................. 31
– 3e demeure.............................................................................................................................................. 32
– 4e demeure.............................................................................................................................................. 33
– 5e demeure.............................................................................................................................................. 34
– 6e demeure............................................................................................................................................. 35
– 7e demeure.............................................................................................................................................. 36
– 8e demeure.............................................................................................................................................. 37
– 9e demeure.............................................................................................................................................. 38
– 10e demeure........................................................................................................................................... 39
– 11e demeure........................................................................................................................................... 40
– 12e demeure.......................................................................................................................................... 40
– 13e demeure.......................................................................................................................................... 41
– 14e demeure.......................................................................................................................................... 42
– 15e demeure.......................................................................................................................................... 43
– 16e demeure.......................................................................................................................................... 44
– 17e demeure.......................................................................................................................................... 45
– 18e demeure.......................................................................................................................................... 46
– 19e demeure.......................................................................................................................................... 47
– 20e demeure.......................................................................................................................................... 48
– 21e demeure........................................................................................................................................... 49
– 22e demeure.......................................................................................................................................... 50
– 23e demeure.......................................................................................................................................... 51
– 24e demeure.......................................................................................................................................... 51
– 25e demeure.......................................................................................................................................... 53
– 26e demeure.......................................................................................................................................... 54
– 27e demeure.......................................................................................................................................... 55
– 28e demeure.......................................................................................................................................... 56


Chapitre 4
Mode d’emploi des demeures de la Lune.................71
1. Les œuvres des demeures...................................................................................................... 71
Bonnes œuvres........................................................................................................................................ 71
Mauvaises œuvres............................................................................................................................... 71
Œuvres actives........................................................................................................................................ 72

- 212 -

Table des matières

Œuvres passives................................................................................................................................. 72
Œuvres bénéfiques.......................................................................................................................... 72
Œuvres maléfiques. ........................................................................................................................ 72
2. Réponse à d’éventuels S.O.S. astronomiques............................................... 73
3. Anneaux, cachets, pentacles......................................................................................... 77
Les pentacles......................................................................................................................................... 77
Les noms des anges correspondant aux demeures....................................... 80
Les noms des signes en hébreu.......................................................................................... 82
Revers du pentacle.......................................................................................................................... 82
Les cachets .............................................................................................................................................. 82
Si un objet est consacré............................................................................................................ 83
Si un objet n’est pas consacré............................................................................................ 83
Observations.......................................................................................................................................... 83
Les anneaux........................................................................................................................................... 83
4. Autres œuvres des demeures : envoûtements............................................. 85
a. La dagyde........................................................................................................................................... 85
b. Vitalisation de la dagyde................................................................................................... 85
Les 21 répétitions. ............................................................................................................................ 86
c. Destruction de la dagyde : rituel d’exécration............................................ 86
Le feu de destruction de sorts............................................................................................. 87
Si on opère sur photo.................................................................................................................. 88
Instructions spéciales pour les envoûtements de guérison.................. 88
5. Les charges et les sorts........................................................................................................ 89
6. Les demeures de la Lune et la magie populaire........................................ 90

Chapitre 5
La magie des nœuds lunaires................................. 91
1. Nature des nœuds lunaires.............................................................................................. 91
2. Nature astrologique des nœuds.................................................................................. 92
3. Les images de la Tête et de la Queue du Dragon..................................... 92
Mode d’emploi..................................................................................................................................... 93
Technique de calcul....................................................................................................................... 93

Chapitre 6
La magie du cône d’ombre.................................... 95

- 213 -

Magie lunaire

Chapitre 7
L’âge de la Lune ou les maisons lunaires............... 97
1. Comment calculer l’âge de la Lune ?....................................................................... 97
2. Le choix du moment................................................................................................................ 109

Chapitre 8
L’archange de la Lune............................................. 111
Chapitre 9
Lune et médecine occulte...................................... 115
1. Le choix du moment est fonction du but.......................................................... 115
2. Médecine occulte et lumière lunaire........................................................................ 117
La Nouvelle Lune................................................................................................................................ 117
La lumière de la Lune croissante....................................................................................... 117
La lumière de la Pleine Lune.................................................................................................. 117
La lumière de la Lune décroissante................................................................................. 117

Conclusion.............................................................. 119
Tables des éclipses............................................................................................................................ 120
Table des maisons lunaires..................................................................................................... 125
Bibliographie et documents de travail........................................................................ 209
Table des matières............................................................................................................................. 211

- 214 -


magie lunaire.pdf - page 1/18
 
magie lunaire.pdf - page 2/18
magie lunaire.pdf - page 3/18
magie lunaire.pdf - page 4/18
magie lunaire.pdf - page 5/18
magie lunaire.pdf - page 6/18
 




Télécharger le fichier (PDF)


magie lunaire.pdf (PDF, 1.2 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


astrologie tropicale ou siderale
jardin lune 2014print
nl vierge balance 2016
magie lunaire
rituelphaselunaire 1
n114a07