JORDI LLORENS .pdf


Nom original: JORDI LLORENS.pdfAuteur: BERNARD

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Conv2pdf.com, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 19/07/2016 à 17:25, depuis l'adresse IP 92.102.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 398 fois.
Taille du document: 161 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Jordi Llorens1*, Lara Sedó-Cabezón1, Carla Soler-Martín1, Pere Boadas-Vaello2
1

Departament de Ciències Fisiològiques II, Universitat de Barcelona and 2Departament de Ciències Mèdiques,
Universitat de Girona. *jllorens@ub.edu

La définition d’un modèle animal est cruciale pour comprendre les maladies neurotoxiques. L’inaccessibilité du
tissu nerveux, sauf rarement le nerf périphérique, fait que toute la recherche cellulaire et moléculaire doit
être basée sur ce modèle. Il existe de nombreux exemples de reproduction de la maladie neurotoxique chez les
animaux, mais il y a de nombreux cas dans lesquels le développement de modèles animaux s’est démontré
extrêmement difficile.
C’est le cas du lathyrisme, une maladie neurotoxique causé par l’absorption d'un excès de gesses (Lathyrus
sativus) pour laquelle l'absence d'un modèle animal a jusqu'à présent empêché la confirmation de l'une
quelconque des hypothèses disponibles sur sa cause. Ainsi, l'hypothèse prédominante que le lathyrisme soit
causé par l'acide bêta-oxalyl-diaminopropionique (ODAP) reste toujours non prouvée. Une hypothèse
alternative était que le lathyrisme soit causé par le bêta-aminopropionitrile (BAPN), mais cette hypothèse a
été abandonnée depuis longtemps, car ce composé ne montrait pas des effets neurotoxiques sur des animaux.
Dans les années 1980, on re-découvre le konzo, une maladie cliniquement identique au lathyrisme mais causé
par l’absorption d’un excès de manioc (Manihot esculenta). Le manioc ne contient pas de l’ODAP, mais il
contient des glucosides cyanogéniques, c’est à dire, nitriles.
Le manioc est aussi associé à la neuropathie ataxique tropicale (TAN), une maladie multi-sensorielle.
La recherche animale sur le BAPN dans les années 1950 identifiait un analogue neurotoxique, le 3,3’iminodipropionitrile (IDPN). Poursuivant la recherche animale sur l’IDPN nous avons découvert plusieurs nitriles
(cis-crotononitrile, allylnitrile, cis-pentanenitrile) avec toxicité sensorielle, dont la plus évidente est la toxicité
vestibulaire, mais aussi des nitriles (trans-crotononitrile, hexadienenitrile) avec neurotoxicité centrale.
Des modèles animaux de lathyrisme, konzo et TAN ne sont pas bien définis, mais les modèles animaux de
neurotoxicité des nitriles suggèrent que ces composés ont les propriétés idéales pour être la cause de ces
maladies.


Aperçu du document JORDI LLORENS.pdf - page 1/1




Télécharger le fichier (PDF)


JORDI LLORENS.pdf (PDF, 161 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


jordi llorens
plantes racines ettubercules du fida en afrique del ouest et du centre les utilisations du manioc
29 01 2018 neurotoxicite mecanismes daction neurotoxiques
le manioc culture precieuse
cncramus
25 11 16 10h15 12h15 toxicologie platel binome73 74

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.217s