L'Impartial organe républicain des [...] bpt6k57819239.pdf


Aperçu du fichier PDF l-impartial-organe-republicain-des-bpt6k57819239.pdf - page 5/6

Page 1 2 3 4 5 6



Aperçu texte


L IMPARTIAL

Nôtre garnison actuelle déta-

chée du 4e bataillon du 3e tirailleurs,
va quitter sous peu notre ville pour
aller à Constantine.
C'est par une compagnie du 3e bataillon du même régiment qu'elle
sera remplacée.

Un bal à l'horizon.

— Nous

apprenons que la Lyre Djidjellienne
organise une soirée dansante pour
dimanche prochain.
Nous ne saurions trop engager nos
concitoyens à encourager nos braves
musiciens qui s'apprêtent à aller au.
prochain concours musical qui aura
lieu en mai à Aix.

Les ongles et le caractère. —

Il faut soigner ses ongles. Outre que
la propreté en fait un devoir, on peut
tomber sur un observateur qui, à la
seule inspection du bout de vos
doigts, devinera votre caractère, vos
qualités et vos défauts.
On a remarqué, en effet, que les
ongles :
Longs et effilés, veulent dire imagination et poésie, amour des arts et

paresse ;
Longs et plats, c'est sagesse, raison et toutes les facultés graves de
l'esprit;
Larges et Courts, colère et brusquerie, controverse, opposition et
entêtement ;
Bien colorés, vertu, santé, bonStatistique de lachàsse^^— Les heur,
courage, libéralité ;
chasseurs peuvent porter le fusil penDurs et cassants, colère, cruauté,
dant sixmois de l'année. Sait-on com- rixe,
meurtre et querelle ;
bien ils- massacrent de gibier penRecourbes en forme de griffe, hydant ce laps de temps ?
pocrisie, méchanceté ;
Ils sont, à l'heure actuelle, en
Mous, faiblesse de corps et d'esFrance, l'Algérie comprise, 348,195
Jp
prit ;
bien comptés. Supposez que chacun
.
chair
jusqu'à
rongés
Courts
et
la
10
5
tue seulement lapins, lièvres et vive, bêtise et libertinage.
20 alouettes par mois, et vous obteIl est facile de constater Sur soi et
20,891,700
lapins,
total
de
nez un
autour de soi que la plupart de ces
11,445,850 lièvres 41,783,400 alouetobservations ne manquent pas de
tes.
'
Enfin, combien Se tire-t-il de coups justesse.
.
.
de fusil pendant tout le temps de la
Etechèrehes. — Les deux jeunes
chasse ? Admettons que chaque Nemdont les signalements suivent
rod ne parte en guerre que tous les gensdisparu
du domicile paternel le
ont
deux jours et n'utilise son arme que
à Vienne (Isère) ; on
dix fois, nous trouvons qu'il s'est 26 août dernier,
les supose en Algérie.
tiré : 313,375,000 coups de fusil.
1° Marins, Bottscaren, dix-sept ans,
C'est joli, la statistique !
cheveux et sourcils châtains, petite
visage pâle et
naissante,
moustache
Invasion d'escargots. — Nous allongé ; chapeau de pailleblanc, vesrecevons la. lettre suivante :
ton et pantalon gris à petits carreaux,
gilet blanc, souliers vernis. Accent
Monsieur le directeur de l'Impartial,
méridional très prononcé :
à Djidjelli.
2° Léon, Teveux, quinze ans, cheDans la région des Beni-Caïd. que.
et sourcitS;Çhàtafns-clair, tâches
veux
j'habite, on apûrçoil; depuis lés pluies
fiei'T''^-':i^^rpiiwtfâon;:et,|g||êf:::gi^^;
de-G©s,|qy;r^;':fe^
iw.HïiiïiA
miiQmbvsj > ie;s;de jSfcj'iats èsearg'o.t,K;,gros^•.
de.paille:blànc^^y ,;
eliapeau
;|
compté
des
haricots
j'en
ai
comme
En cas de renseigneMênts,, prière ;
jusqu'à 25 par décimètre carré- soit „
de s'adresser au service tie la police.
2.500 par mètre carré.
Comme toutes ces bêtes vivent et
mangent, je suis à me demander si
Mots de la fin.. — Calino, n'ayant
la culture va pas avoir à en souffrir pas reçu depuis huit jours des noj#
et si l'on ne sera pas obligé de les dé- vellesd'un de ses parents, valeréclâ*
truire.
mer à la Morgue.
Je n'ai jamais vu cela en France
A-t-il quelque signe particulier

ni dans ce pays-ci, que je connais ceauquel on puisse le reconnaître ? dependant déjà depuis cinq ans.
mande le gardien.
Si vous voulez bien reproduire ma
—Ah ! certainement, fait Calino, il
lettre dans votre journal, peut-êtrese
est muet. '
trouvera-t-ilquelques anciens colons
pour nous rassurer ou nous indiquer
des Moûts
fermentation
La
je
de
destruction,
car vous
un moyen
avoue que pour ma part, je ne suis
Nous commençons aujour.pas sans inquiétude.
Veuillez agréer, monsieur le direcd'hui la publication d'une étude
teur, mes salutations empressées.
la fermentation des vins due
sur
GRIVEAUD,
à la plume d'un de nos agronoEntrepreneur de travaux publics,
mes les plus distingués.
Les conscrits de la classe de
La. culture de la vigne qui, dans ces
1890. — Le recensement, de cette dernières années, s'est si rapidement
classe devant bientôt commencer
développée dans notre contrée de
dans toutes les communes, nous
Djidjelli, est certainement, grâce aux
efforts intelligents de nos colons, une
croyons utile de porter à la connais^
culture d'un grand avenir. Non seusance des jeunes conscrits, de leurs
parents ou tuteurs, s'ils sont orphelement nous avons encore dans nos
lins, qu'il est dans leur intérêt de se
environs beaucoup de terrains promettre en mesure, afin de pouvoir,
pres à la culture de la vigne, mais
en se présentant, à. la mairie de leur
avons déjà un grand nombre
nous
domicile, faire connaître très exacde colons actifs et intelligents qui titement les lieux et dates de naisrent un bon parti de leur travail et
de leurs mises de fonds.
sance, mariage et décès des père et
mère, ainsi que le lieu et date de
Toute question donc qui se rattanaissance des frères et soeurs de
che à la vigne et à ses produits, a.
l'inscrit.
parmi nous un intérêt très particulier
Ces renseignemen ts pennel.ten t. aux
et notre journal de Djidjelli, doit se
autorités municipalesde faire remar- faire l'écho de tous les progrès, et de
quer aux intéressés les droits aux tous les travaux scientifiques qui se
dispenses qu'ils pourraient ignorer font. Nous ne devons pas laisser inapde faire valoir, tout en établissant,
percus les nouveaux travaux sur la
d'une manière certaine, leur situa- fermentation des moûts, question de
tion de famille.
première importancepour notrepays ;
aussi, empruntons-nous à un mé-

.'''"'

moire de M. Jacquemin et ses idées
et ses conclusions (1). Certainement,
bien de nos viticulteurs connaissent
les travaux que nous allons résumer ; mais d'autres peut-être y puiseront des idées qu'ils chercheront à
appliquer et en dehors du laboratoire
sans l'oeil armé du microscope ; ils
trouveront une suite pratique aux
idées nées dans un laboratoire et
analysées par le microscope.
"

(A suivre).

:/"
-»LES TUEURS D'ENFANTS


.

.

.

',]' On télégraphie de Newton (Islande), 19

septembre, qu'un fait épouvantable remplit
ià ville d'horreurl
- •;
Ûh homme et sa femme ont été arrêtés
sous l'inculpation d'avoir fait mourir de nom-,
breux'enfants qu'on leur avait livrés.
Lé fils ayant fait une dénonciation aux autorités, conduisitles officiers de police à un
bâtiment infectedans les bois, où on a retrouvé des enfants malades ou mourants, les uns
empoisonnés, les autres succombant à l'inanition.
\
_
les
vêtements
de spixàntëOn découvrit
quinze enfants.
Un constàble qui passa la nuit.dans la
...
chaumière, trouva le corps d'un petit garçon entre les matelas sur lesquels il avait
passé la nnit.
; On est en train de draguer un étang voisin, où on suppose que les corps des enfants
..mortsont été jetés.
Le couple Se livre depuis vingt ans à cette
besoaneî

....'.

(Service spécial de l'Impartial)
Alger, 27 septembre^ 8 h. soir.

L'escadre autrichienne
L'escadre austro - hongroise
est arrivée hier en rade de Cherbourg, venant de Kiel.
Le préfet maritime s'est aussitôt rendu à bord du vaisseaUamiral.
Les autorités maritimes de
Cherbourg, .à.weni;. reçu, depuis
la veille, des; ordres; du ministère de la marine pour faire à la
division autrichienne une réception toute empreinte de cordialité.
On commente beaucoup^ en
Ffanee, le soin avec lequel le
gouvernement autrichien a prës-^
crit à cette escadre de faire sa
première escale dans un port de
guerre français;
M. de Frèycinét à Toulon
M; deFreycinet, actuellement
à Toulon, à eu hier un long entretien avec ràmiral Rieunier:
préfet maritime, au sujet dès
moyens de défense qu'offre la
place de Toulon.

Peine commuée
Bousquet, qui avait été condamné à mort par la^ur d'as^sises de la Seine pomj: avoir as^;

Iïéllë-so3ur- et'àn^avôWV
sassitt'ê/sà:
eat, vient de veir sa pfeme com?
muée eh celle des travaux forcés
à perpétuité.
:

:

Toujours les mêmes
A la suite d'une publication

illustrée du Petit Parisien paru
hier, réprésentant la scène de
pugilat entre Rochefort et Raoul
Canivet dans le Kursaal d'Ostende, Rochefort a envoyé ses
témoins à M. Dupuy, directeur
du Petit Parisien.
Celui-ci est momentanément
absent de Paris.

Pour les inondés du Midi
Le Siècle a ouvert hier une
souscription en faveur des inondés du Midi de la France.

Naufrage à Philippeville
Un voilier espagnol, chargé
de vins, qui retournait à Philippeville d'où il était parti dans
la matinée d'avant-hier, n'a pas
eu le temps de fuir l'ouragan et
s'est brisé sur la jetée.
Quatre matelots ont péri.
Comptoir d'escompte de Djidjelli
SOCIÉTÉ ANONYME

AU CAPITAL DE

FORTUNE JULY
Ex-cM fle la Musique des Sapeurs-Pompiers fle Philippevllie.

Rue île lijonne, IftJHljclli
présenté à la société des
sciences de Strasbourg.
(1) Mémoire

100.000 FRANCS

Escomptes cl Recouvrements
Prêts sur nantissement. — Avances
sur titres.
Dépôts cl Comptes courants.
Le Gérant : .IULES ANGÉLI.
Djidjelli. — Imprimerie Jules ANGÉLI.