LES MÉDITATIONS DE SAINT THOMAS TRAHERNE .pdf


Nom original: LES MÉDITATIONS DE SAINT THOMAS TRAHERNE.pdfAuteur: Pierre

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Conv2pdf.com, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 22/07/2016 à 11:14, depuis l'adresse IP 109.88.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 649 fois.
Taille du document: 583 Ko (3 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


LES MÉDITATIONS
DE

SAINT THOMAS TRAHERNE

Votre jouissance du monde ne sera jamais juste
Avant que chaque matin vous ne vous éveilliez au Paradis,
Vous ne vous voyiez vous-même dans le palais de votre Père
Et vous ne contempliez les cieux, la terre et l’air comme des joies célestes
Avec une estime respectueuse pour tous,
Comme si vous étiez parmi les anges…
L’épouse d’un monarque, dans la chambre de son époux,
N’a pas autant de raisons de se réjouir que vous.
Vous ne jouissez pas justement du monde
Avant que la mer elle-même ne coule dans vos veines,
Que le ciel ne soit votre cape
Et les étoiles votre couronne,
Et que vous ne vous perceviez
Comme le seul héritier du monde entier
Et plus que cela même,
Car il contient des hommes qui sont,
Chacun d’entre eux, héritiers uniques, tout comme vous !
Avant que vous ne chantiez
Et que vous ne vous réjouissiez
Et que vous ne jubiliez en Dieu,
Comme des avares dans l’or et des rois dans leur suprématie,
Vous ne jouissez jamais du monde…
Jusqu’à ce que votre conscience remplisse le monde entier,
Et les étoiles soient les joyaux qui vous parent,
Jusqu’à ce que vous connaissiez les modes de Dieu,
Comme vos propres pieds et votre table à manger,
Jusqu’à ce que vous connaissiez intimement
Ce néant nébuleux d’où est tiré le monde,
Jusqu’à ce que vous aimiez les gens
Au point de désirer leur bonheur autant que le vôtre,
Jusqu’à ce que vous vous délectiez en Dieu
Pour sa bonté envers tous,

Vous ne jouissez jamais du monde…
Vous ne jouissez jamais du monde,
Avant de tellement en aimer la beauté d’en jouir,
Que vous êtes avide et plus que désireux de persuader les autres d’en jouir
Et que vous haïssiez si parfaitement la corruption abominable des hommes
Qui le dégradent,
Que vous préféreriez encourir les flammes de l’enfer,
Plutôt que d’être volontairement coupable de leur faute.
Le monde est un miroir d’une infinie beauté,
Mais personne ne la voit,
Un temple de majesté,
Mais personne ne le considère,
Une région de paix et de lumière,
Si les hommes ne la perturbaient pas.
C’est le Paradis de Dieu
Qui représente plus pour l’homme depuis sa chute qu’auparavant.
Ici résident les anges,
Ici se trouve la porte du Paradis.
Jacob, au sortir de son rêve, a dit :
‘’Le Seigneur est ici et je l’ignorais. Terrible endroit !
Ce n’est rien d’autre que la demeure de Dieu et la porte du Paradis...’’

Extrait de ‘’Centuries of Meditations’’, de Thomas Traherne


Aperçu du document LES MÉDITATIONS DE SAINT THOMAS TRAHERNE.pdf - page 1/3

Aperçu du document LES MÉDITATIONS DE SAINT THOMAS TRAHERNE.pdf - page 2/3

Aperçu du document LES MÉDITATIONS DE SAINT THOMAS TRAHERNE.pdf - page 3/3




Télécharger le fichier (PDF)


LES MÉDITATIONS DE SAINT THOMAS TRAHERNE.pdf (PDF, 583 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


les mEditations de saint thomas traherne
sur le ciel
obsession et imposture chapitre 3
les demons de lirog vinswich chapitre 1
la5pxn6
les religions