LE ZELE DE LA MORT ET LES AILES DE L'AMOUR .pdf


Nom original: LE ZELE DE LA MORT ET LES AILES DE L'AMOUR.pdfAuteur: Pierre

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Conv2pdf.com, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 24/07/2016 à 13:46, depuis l'adresse IP 109.88.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 534 fois.
Taille du document: 138 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


LE ZÈLE DE LA MORT
ET LES AILES DE L’AMOUR

C’était une jeune fille solitaire qui se languissait d’amour et puis un jour, en se
promenant dans les bois, elle découvrit deux oiseaux chanteurs affamés. Elle les
ramena chez elle et les plaça dans une petite cage dorée. Elle les nourrit avec
beaucoup d’amour et les oiseaux retrouvèrent toutes leurs forces. Chaque matin, ils
l’accueillaient avec un chant merveilleux. La jeune fille éprouvait beaucoup
d’amour pour ces oiseaux et souhaitait que leurs chants durent toujours.
Et puis un jour, la jeune fille laissa la porte de la cage ouverte et l’un des oiseaux
s’envola. La jeune fille l’observait très angoissée, tandis qu’il faisait des cercles audessus de sa tête. Elle redoutait tellement qu’il ne s’envole pour du bon et de ne plus
jamais le revoir qu’alors qu’il se rapprochait, elle tenta brusquement de l’attraper.
Elle y parvint et le serra vivement dans son poing fermé. Son cœur battait la chamade
après qu’elle eut réussi à capturer l’oiseau. Mais soudain, elle sentit que le corps de
l’oiseau était devenu complètement inerte. Elle ouvrit la main et contempla horrifiée
l’oiseau mort. L’étreinte désespérée de son amour l’avait tué.
Elle aperçut l’autre oiseau perché au bord de la cage et pouvait sentir son grand
besoin de liberté, son besoin de s’élever dans le ciel azur et limpide. Elle le prit

délicatement et le lança précautionneusement dans les airs. L’oiseau décrivait des
grands cercles au-dessus de sa tête.
La jeune fille contemplait maintenant dans le ravissement le plaisir de l’oiseau. Son
cœur n’était plus préoccupé par sa perte. Elle ne voulait que le bonheur de l’oiseau.
Soudain l’oiseau se rapprocha et vint se poser doucement sur son épaule et il lui
gazouilla la mélodie la plus enchanteresse qu’elle eut jamais entendue.

MORALITÉ
Le moyen le plus rapide de perdre l’amour, c’est de s’y
accrocher en l’étouffant et le meilleur moyen de le
conserver, c’est de lui donner des ailes !


Aperçu du document LE ZELE DE LA MORT ET LES AILES DE L'AMOUR.pdf - page 1/2

Aperçu du document LE ZELE DE LA MORT ET LES AILES DE L'AMOUR.pdf - page 2/2




Télécharger le fichier (PDF)





Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.009s