Du silure à Annœullin  .pdf


Nom original: Du silure à Annœullin .pdfAuteur: Daniel GERARD

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Microsoft Word / , et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 19/08/2016 à 14:10, depuis l'adresse IP 109.25.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 852 fois.
Taille du document: 476 Ko (4 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Du silure à Annœullin !!

et alors…?

Je me propose de vous livrer ici une courte reflexion quant a l’impact du silure, dont la
presence est desormais averee dans l’etang E. Poissonnier d’Annœullin.
Pourquoi me livrer a cet exercice ? J’observe avec un amusement, qui laisse parfois place
a un profond agacement, des discussions nourries, argumentees d’experiences relevant
souvent de l’elucubrations au sujet de cette espece, qui de toute façon ne laisse personne
indifferent.
Le silure suscite meme parfois de violentes reactions, et devient un sujet de discussion
pour le moins brulant sur les berges d’Annœullin… J’illustre ceci par ma propre
experience d’un pecheur m’invitant « courtoisement » a ne pas evoquer davantage la
presence du silure a Annœullin dans mes videos 1, sous pretexte, que je faisais fuir les
pecheurs !!
Bref, chacun y va de son avis, qui se resume souvent (presque toujours ?) a des convictions
alimentees par des anecdotes douteuses, et malheureusement pas, par des faits observes,
et/ou mesures.
1 Ma chaîne Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCAgDkU … lvxsfy3Mcg

Resituons le contexte :

Cet etang mesure environ 8500 m2, ce qui est tres petit, et n’a jamais, jusque l’annee 2015,
recense officiellement cette espece dans son cheptel. Cet etang est clairement oriente vers
la peche de la carpe, et de maniere anecdotique, au carnassier et au blanc.
On peut aisement comprendre que l’apparition soudaine de ce poisson decrit comme
etant le « predateur ultime » puisse susciter de profondes craintes… Ces inquietudes
portent sont, ce que je peux entendre, de deux natures differentes :



« Qu’est-ce que je vais faire avec un poisson de 50 ou 60 Kg au bout de ma ligne, ils
vont tout me bousiller !! »
« C’est fini, on ne pechera plus rien ici, les silures vont tout bouffer, ça mange
enormement ces poissons la !! »

J’ai meme entendu l’anecdote d’un pecheur, qui reprenant son flotteur dans l’eau, s’etait
fait happer la main par un silure enorme, toujours a Annœullin.

A l’image de ce panneau, on en arrive vite à des absurdités qui elles le sont, « énormes »…
(ici ce n’est pas à Annœullin)

Mais qu’en est-il donc vraiment ? Que peut-on esperer ? ou a l’inverse, que doit-on
craindre ?
J’ai entrepris une recherche fouillee, de forums en sites internet et autres publications, et
j’ai degage 3 documents qui m’ont paru solides, car argumentes et reposant sur des
experiences, et suffisamment exhaustifs pour alimenter mon propos.
Voici les 3 documents en question, et les liens qui vous permettront de les telecharger
(Merci a leurs auteurs respectifs pour la qualite de ces etudes) :

Téléchargement ici

Téléchargement ici

Téléchargement ici

Je ne vais pas recopier ici le contenu de ces excellentes etudes, mais essayer de répondre
aux enjeux de l’étang qui nous concerne en m’appuyant sur ces informations cruciales,
car fondees.
Vous pourriez d’emblee me reprocher d’utiliser des donnees issues d’autres milieux,
sauvages, et donc non representatifs de la situation de l’etang d’Annœullin…
Certes, cependant, un silure reste un silure, et les fondamentaux biologiques, s ’ils
subissent des variations tenant souvent de l’adaptation, ne se voient guere bouleverses
d’un milieu a un autre.
Voici donc en vrac quelques informations issues de l’une ou l’autre de ces publications,
parfois des 3 de concert :


Le silure ne consomme qu’entre 0,5 % et 2 % de sa masse corporelle, en nourriture,
chaque jour, et ceci uniquement pendant les periodes chaudes.
Or le plus gros specimen capture aujourd’hui a ma connaissance, pesait moins de 10 kg.
Un specimen de 10 kg consommerait environ de 50 a 200 gr de nourriture quotidienne
pendant une petite partie de l’annee.
Ce specimen adulte n’a ete pris qu’une fois, et depuis ce sont des silures, de 25 cm environ,
en grand nombre qui sont sortis.



Le silure est opportuniste et comme beaucoup d’autres predateurs, il s’evitera
l’effort de la chasse si de la nourriture plus facile lui est proposee.
Et ces 8500 m2 de plan d’eau accueillent quotidiennement leur lot de pecheurs, pour la
plupart carpistes, qui alimentent copieusement l’etang en bouillettes et autres pellets.
Autant dire que l’on risque vite de se retrouver, avec des silures, qui sans avoir jamais
consomme le moindre poisson, se retrouveront obeses, a l’instar de certaines carpes,
victimes de ces amorçages copieux.
La taille des poissons avales par le silure est largement surestimee. Il est sur ce point
victime d’un delit de facies, avec sa gueule demesuree.


Le silure est complaisamment cannibale, et un specimen plus important que les
autres par sa taille et son age, s’attaquera volontiers a ses congeneres, favorisant
ainsi la regulation demographique.

Il y n’y a a mon avis, aucun desequilibre trophique a redouter.
On constate meme en fait un enrichissement de la biodiversite piscicole sur des plans
d’eau ou le silure a ete introduit…
Le silure glane prend en milieu naturelle, 2 a 3 kg/an. On a le temps de voir venir les
silures devastateurs de materiel… Ça n’est pas pour demain.
Enfin la competition entre le silure et les autres carnassiers, n’est pas plus constatee, tant
leurs modes de vie, et de reproduction sont distincts, en depit d’une source alimentaire
en partie en commun (les brochets et sandres ne consommant que tres
exceptionnellement les appats d’origine humaine -> bouillettes).
Conclusion :
Voila de quoi, je pense, temperer les ardeurs, et rassurer le commun des pecheurs qui
frequentent l’etang d’Annœullin. Les populations de carpes ne sont manifestement pas en
danger, et avec un beau silure au bout de la ligne c’est autant de sensations au rendezvous.
Cette espece est victime de sa legende, et colporter de telles croyances, infondees, et non
verifiees, contribue a ternir l’image de ce poisson au demeurant tres interessant.
Pour autant, cette mesure n’ayant pas fait l’objet d’une communication claire, a l’heure ou
j’ecris ces lignes, il est demande aux pecheurs capturant un silure, de le rejeter a l’eau,
dans un cours d’eau voisin, ou de les euthanasier, c’est selon le prescripteur… Ceci sous le
couvert d’une derogation prefectorale m’a-t-on assure.
Pour ma part, le silure concourra grandement a me maintenir sur les berges de cet etang.
Daniel GERARD


Aperçu du document Du silure à Annœullin .pdf - page 1/4

Aperçu du document Du silure à Annœullin .pdf - page 2/4

Aperçu du document Du silure à Annœullin .pdf - page 3/4

Aperçu du document Du silure à Annœullin .pdf - page 4/4




Télécharger le fichier (PDF)


Télécharger
Formats alternatifs: ZIP




Documents similaires


du silure a ann ullin
biologie colonisation et impact
0h2d8jh
rapport silure v53 1 interessant juillet2013
la peche du silure
biogeographie du silure

🚀  Page générée en 0.014s