Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils Recherche Aide Contact



L'activité solaire rev 5.pdf


Aperçu du fichier PDF l-activite-solaire-rev-5.pdf

Page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13

Aperçu texte


Les rayons cosmiques ont d’autres provenances, beaucoup proviennent de l’extérieur du système solaire, c’est-àdire de l’espace intersidéral et se dirige vers le Soleil. Pour parvenir jusqu’à la Terre, ils se heurtent au vent solaire
qui progresse en sens inverse .Le flux de particules extérieures est donc fortement modulé par l’activité cyclique
du Soleil et les particules intersidérales qui atteignent directement la Terre ont une énergie supérieure à 1GeV 1.
D’autres, moins énergétiques, subissent des collisions avec les particules de vent solaire et sont diffusées. A
chaque choc, elles changent de direction et perdent de l’énergie. Très peu de particules d’énergie inférieure à 100
MeV arrivent sur notre planète.
La variation périodique du flux de rayons cosmiques en fonction de l’activité solaire est nommée modulation
solaire.
L’activité du Soleil est faite du cycle de Schwabe (11 ans) auquel se superposent des cycles de périodes beaucoup
plus longues. Des variations extrêmement rapides telles que les éruptions solaires viennent s’ajouter à ces cycles.
Au cours d’une éruption, un flux très intense de particules est émis en très peu de temps.
On retiendra que plus l’activité solaire est importante, plus est faible le flux des rayons cosmiques intersidéraux
atteignant la Terre ainsi que l’indique la figure 3.

Fig.3

3. Couverture nuageuse et rayonnements cosmiques.
3.1 Mélange de masses d’air
L’atmosphère est humidifiée par l’évaporation de l’eau des océans, de celle contenue dans les sols et par le
phénomène d’évapotranspiration des plantes. Lorsque cet air humide s’élève dans l’atmosphère, sa température
et sa pression vont diminuer. Ce phénomène est l’un de ceux qui sont à l’origine de la formation des nuages.
Voyons cela d’un peu plus près :
Considérons deux masses d’air de même masse.
 La première contient 1% d’eau à T1 = 10°C
 La seconde contient 6% d’eau à T2 = 40°C
Le but est de déterminer la pression de vapeur saturante résultant du mélange des deux masses d’air.
Pour résoudre ce petit problème nous allons nous appuyer sur la courbe P=f(T) de la pression saturante de l’eau
(figure 4).

1

L’électron-volt est une unité de mesure d’énergie. Sa valeur est définie comme étant l’énergie cinétique acquise par un électron lorsque ce dernier est
soumis à une différence de potentiel de 1V.
1𝑒𝑉 = 1,6 ∗ 10−19 𝐽

3