SF136 iPad .pdf



Nom original: SF136-iPad.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Adobe InDesign CS6 (Macintosh) / Adobe PDF Library 10.0.1, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 04/09/2016 à 17:50, depuis l'adresse IP 5.51.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 4868 fois.
Taille du document: 62.4 Mo (100 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


entretien exclusif  Paul POGBA COGNE FORT

France métropolitaine 4,50 e / DOM 7,20 e / BEL – LUX – ESP – Grèce – por 6,20 e / UK 4 £ / Suisse 9 CHF / ALL – Ital 7,90 e / maroc 50 mad / Tun 9 TND

Euro 2016

Faites-nous
kiffer, putain !
Jeu, image & supporters :
le relooking des Bleus

mythe ou réalité

lobby
France 98

Qui est-il ?
Quel est son réseau ?

Dans la tête de

Patrice
évra

Ce mec va tous
nous enterrer !

Culte

Issa, Arconada, abel Xavier…

Le plus grand
des Footix

Les victimes des Bleus
passent sur le divan

Jacques
Chirac

la France
m’a tuer
 N°136 – Mai 2016

numéro collector  100 % équipe de france

les Bleus de A à z
a Claude Abbes, Éric Abidal, Robert Accard, Marcel Adamczyk, Jean-Pierre Adams, Georges Albert, Joseph Alcazar, Romain Alessandrini, Charles Allé, André Allègre, Pierre Allemane, René Alpsteg, Morgan Amalfitano, Loïc Amisse,
Manuel Amoros, Manuel Anatol, Matthieu André, Nicolas Anelka, Jocelyn Angloma, Bernard Antoinette, Philippe Anziani, Alphonse Areola, Henri Arnaudeau, Marcel Artelesa, Alfred Aston, Marcel Aubour, William Ayache, Emmanuel
Aznar B Ibrahim Ba, Jean Baeza, Henri Baillot, Pascal Baills, Maurice Banide, Edmond Baraffe, Jean-Marie Barat, Dominique Baratelli, Jean Baratte, Henri Bard, Charles Bardot, Paul Baron, Bruno Baronchelli, Gaston Barreau, Fabien Barthez,
Jean Bastien, Dominique Bathenay, Jean Batmale, Zacharie Baton, Joël Bats, Albert Batteux, Patrick Battiston, Édouard Baumann, Georges Bayrou, Henri Beau, Georges Beaucourt, Maurice Beaudier, Claudio Beauvue, Yvan Beck, Paul-Émile
Bel, Henri Bellocq, Bruno Bellone, Jean Belver, Hatem Ben Arfa, Larbi Ben Barek, Abdelkader Ben Bouali, Mustapha Ben M’barek, Abdesselem Ben Mohammed, Abdelaziz Ben Tifour, Ali Benouna, Karim Benzema, Marc Berdoll, Georges
Bereta, Grégoire Berg, Philippe Bergeroo, Pierre Bernard, Charles Berthelot, Marcel Bertrand, Jean-Paul Bertrand-Demanes, André Betta, Henri Biancheri, Michel Bibard, Guillaume Bieganski, Jules Bigot, Maurice Bigué, René Bihel,
Dominique Bijotat, Charles Bilot, Georges Bilot, Laurent Blanc, Bernard Blanchet, René Bliard, Paul Bloch, Patrick Blondeau, Louis Bloquel, Alain Boghossian, Bernard Boissier, Basile Boli, Bruno Bollini, Georges Bon, Georges Bonello, Émile
Bongiorni, Antoine Bonifaci, Philippe Bonnardel, Joseph Bonnel, René Bonnet, Bernard Bosquier, Maxime Bossis, Richard Boucher, Jean-Alain Boumsong, François Bourbotte, Émile Bourdin, Louis Bournonville, Roger Boury, Farès Bousdira,
Jean Boyer, François Bracci, Saïd Brahimi, Jean-Claude Bras, Gabriel Braun, Daniel Bravo, Gilbert Brébion, Jérémie Brechet, Jimmy Briand, François Brisson, José Broissart, Juste Brouzes, Marius Bruat, Stéphane Bruey, Fernand Brunel,
Michel Brusseaux, Robert Budzynski, Clément Bungert, Marcel Bure, André Burkhardt, Jean-Louis Buron, Gérard Buscher C Yohan Cabaye, Rémy Cabella, Pierre Cahuzac, André Caillet, Zoumana Camara, René Camard, Francis Camerini,
Vincent Candela, Fernand Canelle, Jacques Canthelou, Éric Cantona, Marcel Capelle, Étienne Capoue, Louis Cardiet, Georges Carnus, Daniel Carpentier, Cédric Carrasso, Désiré Carré, Roger Carré, Éric Carrière, Georges Casolari, Bernard
Casoni, Jean Castaneda, Louis Cazal, Hector Cazenave, Raoul Chaisaz, Paul Chandelier, Clément Chantôme, Augustin Chantrel, Max Charbit, Lionel Charbonnier, André Chardar, Daniel Charles-Alfred, René Charrier, Yves Chauveau, Pierre
Chayrigues, Pierre Chesneau, André Cheuva, Bruno Cheyrou, Bernard Chiarelli, Serge Chiesa, Paul Chillan, Pascal Chimbonda, André Chorda, Philippe Christanval, Didier Christophe, Michaël Ciani, Raymond Cicci, Thadée Cisowski, Djibril
Cissé, Aly Cissokho, François Clerc, Ernest Clère, Gaël Clichy, Robert Coat, Christophe Cocard, Dominique Colonna, Kingsley Coman, Nestor Combin, Alfred Compeyrat, Alain Cornu, Lucien Cossou, Christian Coste, Benoît Costil, Maurice
Cottenet, Jules Cottenier, Didier Couécou, Grégory Coupet, Alain Couriol, Albert Courquin, Paul Courtin, Roger Courtois, Georges Crozier, Édouard Crut, Antoine Cuissard, Carlos Curbelo, Stanislas Curyl, Gaston Cypres, Jean-Pierre
Cyprien D  Ousmane Dabo, Olivier Dacourt, Stéphane Dakowski, Christian Dalger, Alfred Dambach, Marcel Dangles, Georges Dard, Louis Darques, Julien Darui, Robert Dauphin, Jacques Davy, Hector De Bourgoing, Gabriel De Michèle,
Mathieu Debuchy, René Dedieu, Robert Defosse, Jean Degouve, Frédéric Déhu, Léon Deladerriere, Patrick Delamontagne, Jacques Delannoy, Edmond Delfour, Célestin Delmer, Jean Deloffre, Joseph Delvecchio, Julien Denis, Serge Denis,
Victor Denis, Maurice Depaepe, René Dereuddre, Marcel Desailly, Didier Deschamps, Jean Desgranges, Pascal Despeyroux, Marcel Desrousseaux, Denis Devaux, Émilien Devic, Jules Dewaquez, Vikash Dhorasoo, Jacques Dhur, Laurent
Di Lorto, Éric Di Meco, Fleury Di Nallo, Vassiriki Abou Diaby, Raoul Diagne, Alou Diarra, Lassana Diarra, Marcel Dib, Lucas Digne, Bernard Diomède, Fabrice Divert, Martin Djetou, Jean Djorkaeff, Youri Djorkaeff, Jean-Pierre Dogliani,
Jean-Luc Dogon, Stanislas Dombeck, Raymond Domenech, Jean-François Domergue, Marcel Domergue, Marcel Domingo, René Domingo, Nicolas Douchez, Yvon Douis, André Doye, Dominique Dropsy, Julien Du Rheart, Jean Dubly, Jules
Dubly, Raymond Dubly, Albert Dubreucq, Gustave Dubus, Jean Ducret, Robert Dufour, Christophe Dugarry, Pierre Duhart, Charles Dujardin, Michel Dupoix, Maurice Dupuis, Jean-Philippe Durand, Raymond Durand, Aimé Durbec, Émile
Dusart, Raoul Dutheil, Richard Dutruel E Roger Ébrard, Albert Eloy, Albert Emon, Daniel Eon, Julien Escudé, Vincent Estève, Jean-Luc Ettori, René Eucher, Patrice Évra FJacques Faivre, Rod Fanni, Philippe Fargeon, Gérard Farison, Fernand
Faroux, Victor Farvacques, Julien Faubert, Marcel Fauchet, Paul Faure, Nabil Fékir, René Fenouillère, Luis Fernandez, Jean-Marc Ferratge, Jean-Marc Ferreri, Bruno Ferrero, Jean-Michel Ferri, René Ferrier, Jean Fidon, Émile Fievet, Adrien
Filez, Louis Finot, Abdelkader Firoud, Mathieu Flamini, Pierre Flamion, Louis Floch, Jacques Foix, Just Fontaine, Charles Fosset, Laurent Fournier, André François, Raymond François, Raymond Frémont, André Frey, Sébastien Frey, Émile
Friess, Michel Frutoso, Maxime Fulgenzi G Roger Gabet, Louis Gabrillargues, Marcel Galey, William Gallas, Maurice Gallay, Jean Gallice, René Gallice, Lucien Gamblin, Kevin Gameiro, Patrice Garande, Rémi Garde, René Gardien, Bernard
Gardon, Georges Garnier, Manuel Garriga, Maurice Gastiger, Jean Gauteroux, Franck Gava, Albert Gemmrich, Bernard Genghini, René Gérard, Bruno Germain, Charles Géronimi, Georges Géronimi, Lazare Gianessi, André-Pierre Gignac,
Raymond Gigot, Nicolas Gillet, Alfred Gindrat, David Ginola, René Girard, Alain Giresse, Olivier Giroud, Ludovic Giuly, Gaël Givet, Léon Glovacki, Jérôme Gnako, Alain Goma, Bafétimbi Gomis, Maxime Gonalons, Philippe Gondet, Joseph
Gonzales, Désiré Gosselin, Raymond Gouin, Yvon Goujon, Yoann Gourcuff, Sidney Govou, Dario Grava, Xavier Gravelaine, Maurice Gravelines, Ernest Gravier, Jean Grégoire, Clément Grenier, Gilbert Gress, Antoine Griezmann, Pierre
Grillet, André Grillon, Ernest Gross, Jean Grumellon, Ernest Gueguen, Henri Guérin, Vincent Guérin, Henri Guerre, Maurice Guichard, Josuha Guilavogui, Roland Guillas, Jean-Marc Guillou, Stéphane Guivarc’h, André Guy H  Edmond
Haan, Gabriel Hanot, Gérard Hausser, Jean Hédiart, Charles Heine, Oscar Heisserer, Laurent Henric, Thierry Henry, Yves Herbet, Robert Herbin, François Heutte, Pierrick Hiard, Michel Hidalgo, Rodolphe Hiden, Henri Hiltl, Victor Hitzel,
Guillaume Hoarau, Paul Hoenen, Louis Hon, Daniel Horlaville, Pierre Hornus, Georges Houyvet, Jean-Noël Huck, François Hugues, Guy Huguet, Léon Huot, André Hurtevent I Abderrahman Ibrir, Gérard Isbecque J René Jacolliot, André
Jacowski, Michel Jacques, Aimé Jacquet, Joseph Jadrejak, Christophe Jallet, Georges Janin, Gérard Janvion, Lucien Jasseron, Philippe Jeannol, Albert Jenicot, Jean-François Jodar, Robert Jonquet, Auguste Jordan, Albert Jourda, Étienne
Jourde, Albert Jouve, Roger Jouve, Robert Joyaut, Félix Julien, Franck Jurietti K Younès Kaboul, Raymond Kaelbel, Olivier Kapo, Christian Karembeu, Édouard Kargu, Sylvain Kastendeuch, Joseph Kaucsar, Marcel Kauffmann, Curt Keller,
Fritz Keller, Marc Keller, René Kenner, Raymond Keruzoré, Jacques Koczur, Geoffrey Kondogbia, Raymond Kopaszewski, Désiré Koranyi, Pierre Korb, Laurent Koscielny, Ignace Kowalczyk, Casimir Koza, Richard Krawczyk, Jean-Pierre Kress,
Layvin Kurzawa L  Alexandre Lacazette, Bernard Lacombe, Maurice Lafont, Abel Lafouge, Pierre Laigle, Bernard Lama, Georges Lamia, Sabri Lamouchi, Roger Lamy, Mickaël Landreau, Eugène Langenove, Marcel Langiller, Jean-François
Larios, Jean-Michel Larqué, Lilian Laslandes, Jean Laurent, Lucien Laurent, Thierry Laurey, Michel Lauri, Jean-Claude Lavaud, Gilbert Le Chenadec, Paul Le Guen, Yvon Le Roux, Michel Leblond, Frank Lebœuf, Georges Lech, Jean Lechantre,
Patrice Lecornu, Lucien Leduc, Max Lehmann, Robert Lemaître, Roger Lemerre, Jean-Claude Lemoult, Bernard Lenoble, André Lerond, Albert Lerouge, Émile Lesmann, Henri Lesur, Lucien Letailleur, Lionel Letizi, Edmond Leveugle, Marceau
Lhermine, Ernest Libérati, Willy Lieb, Pierre Lienert, Noël Lietaer, André Liminana, Bixente Lizarazu, René Llense, Hugo Lloris, Patrice Loko, Marcel Loncle, Christian Lopez, Charly Loubet, Jean Loubière, Xercès Louis, Antonin Lozes, Jean
Luciano, François Ludo, Peguy Luyindula M  Édouard Macquart, Mickaël Madar, Eugène Maes, Khennane Mahi, Abderrahman Mahjoub, Philippe Mahut, Jacques Mairesse, Claude Makelele, Florent Malouda, Steve Mandanda, Eliaquim
Mangala, Hervé Marc, Jean-Jacques Marcel, Marcel Marchal, Roger Marche, Yves Mariot, Steve Marlet, Anthony Martial, Marvin Martin, Bruno Martini, Corentin Martins, Synakowski Maryan, André Maschinot, Serge Masnaghetti, Fernand
Massip, Paul Mathaux, Jules Mathé, Jérémy Mathieu, Maurice Mathieu, Étienne Mattler, Blaise Matuidi, Florian Maurice, Rio Mavuba, Francis Méano, Rachid Mekhloufi, Bernard Mendy, Jérémy Ménez, Maurice Mercery, Alain Merchadier,
François Mercier, Robert Mercier, Albert Mercier, D. Mercier, Émilien Meresse, Camel Meriem, Louis Mesnier, Maurice Meunier, Georges Meuris, Philippe Mexès, Maurice Meyer, Francis Meynieu, Michel Mezy, Carmelo Micciche, Henri
Michel, Pierre Michelin, Johan Micoud, Ahmed Mihoubi, Roger Mindonnet, Louis Mistral, Roland Mitoraj, Henri Moigneu, Alain Moizan, Marc Molitor, Jules Monsallier, Charles Montagne, Pierre Mony, Alexis Mony, Georges Moreel, Daniel
Moreira, Pol Morel, Georges Moulène, Henri Mouton, Lucien Muller, Yann M’Vila N Samir Nasri, Frédéric Née, Bruno N’Gotty, Eugène Nicolaï, Jean Nicolas, Paul Nicolas, Jacques Novi, Edmond Novicki, Paul-Georges Ntep de Madiba, Aimé
Nuic, Charles N’Zogbia O  Louis Olagnier, Célestin Oliver, Maurice Olivier, Charles Orlanducci, Jean-Claude Osman, Nicolas Ouédec, Marcel Ourdouillie, Georges Ouvray P  Jean Pacot, Stéphane Paille, Claude Papi, Jean-Pierre Papin,
Antoine Parachini, Bernard Pardo, Patrick Parizon, Albert Parsys, Gérald Passi, Henri Pavillard, Michel Payen, Dimitri Payet, Antoine Pazur, Éric Pécout, Benoît Pedretti, Reynald Pedros, Armand Penverne, Christian Perez, Robert Péri, Loïc
Perrin, Eugène Petel, Emmanuel Petit, Jean Petit, René Petit, Georges Peyroche, Roger Piantoni, Francis Piasecki, Jean Picy, Marcel Pinel, Robert Pintenat, Frédéric Piquionne, Robert Pires, Félix Pironti, Jean-Claude Piumi, Marc Planus,
Michel Platini, Pierre Pleimelding, René Pleimelding, Paul Pogba, Paul Poirier, Albert Polge, Stéphane Porato, Cyrille Pouget, Fabrice Poullain, André Poullain, Félix Pozo, Jean Prouff, Louis Provelli, William Prunier, André Puget Q  Roger
Quenolle, Claude Quittet R  Bernard Rahis, Angel Rambert, Ulrich Ramé, Adil Rami, Gilles Rampillon, Pierre Ranzoni, Daniel Ravier, François Remetter, Loïc Rémy, André Renaux, Charles Renaux, Albert Rénier, Pierre Repellini, Anthony
Réveillère, Hervé Revelli, Patrick Revelli, André Rey, Franck Ribéry, Robert Rico, Jean Rigal, Patrice Rio, Roger Rio, Laurent Robert, Claude Robin, Laurent Robuschi, Alain Roche, R. Rochet, Dominique Rocheteau, Daniel Rodighiero, Sauveur
Rodriguez, Joseph Rodriguez, Bruno Rodzik, Henri Roessler, Jean-Philippe Rohr, Roger Rolhion, André Rollet, Paul Romano, Félix Romano, Georges Rose, Jean-Paul Rostagni, Alfred Roth, Jérôme Rothen, Antoine Rouches, Gilles Rousset,
Laurent Roussey, Olivier Rouyer, Serge Roy, Marius Royet, Stéphane Ruffier, César Ruminski, Albert Rust, André Ryssen S Bacary Sagna, Willy Sagnol, Louis Saha, Omar Sahnoun, Mamadou Sakho, Marcel Salva, Henri Salvano, Jean-Claude
Samuel, Christian Sarramagna, Émile Sartorius, Jean-Luc Sassus, Paul Sauvage, Franck Sauzée, Steve Savidan, Albert Schaff, Émile Scharwath, Roland Schmitt, Morgan Schneiderlin, Louis Schubart, Ernest Schultz, Roger Scotti, Jean
Sécember, Yvon Segalen, Henri Sellier, Didier Sénac, Guy Sénac, Raymond Sentubery, Victor Sergent, Georges Sesia, Pierre Seyler, Robert Siatka, Franck Silvestre, Mikaël Silvestre, Amara Simba, Jacques Simon, André Simonyi, Florent
Sinama-Pongolle, Paul Sinibaldi, Pierre Sinibaldi, Moussa Sissoko, Didier Six, Henri Skiba, Ladislas Smid, Gérard Soler, André Sollier, Luc Sonor, Julien Sottiault, Léonard Specht, Sébastien Squillaci, Édouard Stako, Michel Stievenard, Julien
Stopyra, Yannick Stopyra, André Strappe, Marceau Stricanne, Georges Stuttler, Jean-Claude Suaudeau, Jean Swiatek, Christian Synaeghel, Robert Szczepaniak, Théo Szkudlapski T Jean Taillandier, Georges Taisne, André Tassin, Joseph
Tellechéa, Jean-Pierre Tempet, Bolek Tempowski, Henri Tessier, Maurice Thédié, Alexis Thépot, Fernand Thirion, Jean-Christophe Thouvenel, Lilian Thuram, Philippe Tibeuf, Jean Tigana, Maurice Tillette, Ernest Tossier, Adolphe Touffait,
Jérémy Toulalan, José Touré, Auguste Tousset, Benoît Trémoulinas, Marius Trésor, David Trezeguet, Yves Triantafilos, Marcel Triboulet, Thierry Tusseau, Richard Tylinski U  Joseph Ujlaki V  Ernest Vaast, Pascal Vahirua, Tony Vairelles,
Mathieu Valbuena, Guy Van Sam, Marcel Vanco, Maurice Vandendriessche, Jules Vandooren, Roger Vandooren, Albert Vanucci, Raphaël Varane, Henri Vascout, François Vasse, Émile Veinante, Julien Verbrugghe, Philippe Vercruysse,
Jacques Vergnes, Joseph Verlet, Georges Verriest, Francis Vial, Henri Vialmonteil, Patrick Vieira, René Vignal, Marcel Vignoli, Alexandre Villaplane, Jean Vincent, Rémi Vogel, Paul Voyeux W Roland Wagner, Urbain Wallet, Marius Walter,
Michel Watteau, Raymond Wattine, Édouard Wawrzeniak, Edmond Weiskopf, Jean Wendling, Ursule Wibaut, Jacques Wild, Charles Wilkes, Sylvain Wiltord, Maryan Wisnieski X Daniel Xuereb Y Mapou Yanga-Mbiwa Z Jean-Louis Zanon,
Mario Zatelli, Jonathan Zebina, Charles Zehren, Jean-Paul Zeiger, Bernard Zénier, Émile Zermani, Zinédine Zidane, Jacques Zimako, Simon Zimny, Mustapha Zitouni, Kurt Zouma, Victor Zvunka. Sans oublier Zazie.

CECI N’EST Qu’UN

OURS

SO FOOT, mensuel, édité par SO PRESS,
S.A.S. au capital de 604 Euros.
RCS n°445391196
7-9 rue de la Croix-Faubin 75011 Paris
Tél. 01 43 22 86 96 (préférez l’e-mail)
E-mail: prenom.nom@sofoot.com
ADMINISTRATION RÉDACTION CONCEPTION
Gérant, Directeur de la publication F. Annese
Associés Sylvain Hervé & Guillaume Bonamy
Directeurs de la rédaction
Franck Annese, Marc Beaugé & Stéphane Régy
Directeur général éric Karnbauer
Directeur du développement Brieux Férot
Responsable administratif et financier
Baptiste Lambert
Assistante de direction Angie Duchesne
Rédacteurs en chef Pierre Maturana,
Javier Prieto Santos & Maxime Marchon
Secrétaires de rédaction
François L’Homme-Haret, Oktobre
Rédacteurs en chef sofoot.com
Ronan Boscher, Eric Maggiori & Swann Borsellino
Secrétaire de rédaction sofoot.com
Julie Canterranne
Webmaster Gilles François

Comité de rédaction Dave Appadoo, Olivier
Aumard, Joachim Barbier, Paul Bemer, Vincent
Berthe, Ronan Boscher, Thomas Bohbot, Pierre
Boisson, Swann Borsellino, Yann Bouchez, Laurent
Brun, Axel Cadieux, Florian Cadu, Romain Canuti,
Simon Capelli-Welter, Anthony Cerveaux, Agathe
de Coularé Delafontaine, Régis Delanoë, Benjamin
Delassus, Maxime Delcourt, Robin Delorme,
Renaud Dely, Vikash Dhorasoo, Alexandre Doskov,
Lucas Duvernet-Coppola, Mathias Edwards, Ali
Farhat, Mathieu Faure, Brieux Férot, Raphaël
Gaftarnik, Pablo Garcia-Fons, Chérif Ghemmour,
Christophe Gleizes, Alexandre Gonzalez, Thomas
Goubin, Martin Grimberghs, Marc Hervez, Emilien
Hofman, Nicolas Hourcade, Gauthier de Hoym,
Arthur Jeanne, Damien Jeannes, Nicolas Jucha,
Éric Karnbauer, Markus Kaufmann, Nicolas KssisMartov, Charles Lafon, Victor Le Grand, Franck
Lenfant, Thibaud Leplat, Maxime Nadjarian, Eric
Maggiori, Gad Messika, Antoine Mestres, Quentin
Moynet, Quentin Müller, Maktoum Nhari, Julien
Nodot, Raphaël Pagano, Matthew Pécot, Alexandre
Pedro, Noémie Pennacino, William Pereira, Paul
Piquard, Thomas Pitrel, Vincent Riou, Rico Rizzitelli,
Adrien Rodriguez-Ares, Matthieu Rostac, Vincent
Ruellan, Léo Ruiz, Eddy Serres, David Sfez,
Michael Simsolo, Nicolas Taiana, Côme Tessier,
Sim Triquette
Correspondants Louis Génot (Brésil),
M. Werthenschlag (USA), Tom Goubin (Mexique),
Aquiles Furlone et Veronica Brunati (Argentine)

Conception graphique Cyrille Fourmy
Photographes Philippe Lebruman, Renaud
Bouchez, Vincent Berthe, Samuel Kirszenbaum,
Louis Canadas
Dessinateurs-illustrateurs Bouzard, Charlotte
Delarue, Pierre la Police, Stéphane Manel, Florence
Lucas, Julien Langendorff
Iconographie Flavien Bories et Renaud Bouchez
Stagiaires Mathieu Guillot, Giuliano Depasquale,
Fausto Munz, P-L Lemur et Flavien Bories.
Modérateur sofoot.com Julien Mahieu
Merci à E. Maliverney, A. Vincent

PUBLICITÉ

SOFOOT.COM

Publicité: DERBY DIGITAL
Jean-Philippe Vigneron et Vincent Arnould
jean@sofoot.com et vincent@sofoot.com
COMMUNICATION / SYNDICATION
Jeanne Lladeres
jeanne.lladeres@sopress.net
Diffusion
Agence BO CONSEIL
Analyse Media Etude
Le Moulin, 72160 Duneau
Directeur Otto Borscha
oborscha@boconseilame.fr
Couverture – Paul Pogba, en 2016.
Photo: adidas

Régie H3 Média
7-9 rue de la Croix-Faubin 75011 Paris
Guillaume Pontoire
Directeur général - 01 43 35 82 59
guillaume.pontoire@sopress.net
Jean-Marie Blanc
Directeur de publicité - 01 43 35 82 65
jeanmarie.blanc@sopress.net
Olivier Lega
Chef de publicité - 01 43 35 82 64
olivier.lega@sopress.net

ISSN: 1765-9086 ; Commission paritaire
n°CPPAP 0518 K 83784 ; Dépôt légal en cours.
Imprimé par Léonce Deprez ; Distribution NMPP.
Copyright SO FOOT.
Tous droits de reproduction réservés. L’envoi de tout
texte, photo ou document implique l’acceptation par
l’auteur de leur libre publication dans
la revue. La rédaction ne peut être
tenue responsable de la perte ou de la
détérioration de textes ou photos qui lui
sont adressés pour appréciation.

Abonnement
Offres d’abonnement page 97
avec en cadeau des maillots vintage…
Toutes les offres sont disponibles sur
www.sofoot.com, rubrique “le shop”
Responsable Abonnement Vincent Ruellan,
avec Zoé Poulet-Hanning.
Contact: abonnement@sofoot.com
7-9 rue de la Croix-Faubin 75011 Paris
Tél. 01 43 22 86 96

PROCHAIN NUMÉRO
en kiosque le

26/05/2016
Téléchargez l’appli SO FOOT.
Et magnez-vous.

sommaire

Avant-match

CoUverture

Paul Pogba.

Avec ses coupes, son dab,
son sens du show, ses chevauchées, ses petits râteaux
et sa grosse frappe, Paul Pogba doit être celui qui
emmènera les Bleus le plus loin possible à l’Euro 2016.
Entretien avec un milieu qui compte bien entrer dans
la légende.

34

12 Rapidos. Laurent Robert et Vincent Guérin.
12 Cadavre exquis. Daniel Moreira.
12 Timothée. Hommage à la voix des Bleus, Christian Jeanpierre.
14 Mais qu’est-ce qu’ils footent? Jean-Philippe Rohr, l’international français

devenu champion de backgammon.
16 Des abscisses désordonnées. Le maillot bleu, entre musée des horreurs
et fashion week.
18 Top. Ils sont tombés pour la France. Au sens figuré comme au sens propre,
malheureusement.
20 Tennis-ballon. Martin Fourcade, ou comment gagner avec un bonnet

et une carabine.
20 Frise de tête. Au fait, la France obtient-elle de meilleurs résultats

sous la gauche ou sous la droite?
22 Bonne question. Un bel Euro des Bleus peut-il profiter à François Hollande?
24 Fédération française de footraque. De 1908 à nos jours, comment

l’équipe de France a toujours su défrayer la chronique.
28 Radiographie du sélectionné français. En attendant que Deschamps

donne sa liste des 23, Opta a recensé les 275 Français déjà appelés sous

le drapeau pour représenter le pays à une coupe du monde ou à un Euro.

Il en ressort qu’il fait bon s’appeler Jean, être né dans le Nord, peser 75 kg,

être de signe astrologique Poissons et jouer à l’OM. Mais pas être roux.

Enquête

30 Le lobby France 98 existe-t-il? Selon la légende, ils tireraient, dans l’ombre,

les ficelles du foot français. Mais, dans les faits, les champions du monde 98

ont-ils vraiment autant de pouvoir que ça?

sommaire

Euro 2016

Coucou!

Spécimen
42




Clément d’Antibes. D’un côté, c’est une bonne nouvelle. De l’autre, c’est aussi
la fin d’une ère. Au lendemain de l’Euro 2016, le plus célèbre supporter des
Bleus et son coq raccrocheront les crampons pour mettre un terme à une
carrière qui a commencé un jour de match de l’OGC Nice…

À la culotte
48




58



Laurent Koscielny. Si la défense de l’équipe de France fait flipper tout
le monde à l’approche de l’Euro, Laurent Koscielny mesure le chemin
qu’il a parcouru depuis Tulle, la ville de François Hollande, où il a investi dans
une usine d’accordéons. Portrait d’un mec qui a encore les cheveux en pics
en 2016.
Patrice Évra. Il aurait dû se faire piquer sa place par Digne ou Kurzawa.
Mais non: ce bon vieux centenaire de Pat’ Évra sera bien l’arrière gauche
titulaire des Bleus à l’Euro. Le pourquoi du comment? Son mental en fer forgé.

Histoires vraies
74

92




Nom d’un stade! Pourquoi Liane Foly et Francis Huster se disputent
la paternité du nom “Stade de France”.
Le coq est maure. C’est pas ça qui lui donnera son indépendance,
mais la Corse peut se targuer d’avoir un jour battu l’équipe de France
de football. Ça s’est passé en 1967, à Marseille, et le Stade Vélodrome
a même fini par chanter: “Laissez-les marquer!”

Dossiers

52 Les victimes des Bleus. Comment un match raté contre l’équipe de France

a flingué la carrière d’Arconada, Abel Xavier, Pierre Issa et compagnie.

64


66





70



Nos Bleus, le remède anti-crise? Face à un pays traumatisé par les attentats
et en quête de repères, les Bleus ont l’occasion d’offrir une légère éclaircie.
Surtout que les planètes semblent alignées.
En avant tous! On l’a connu offensif à la tête de l’AS Monaco ou de
la Juventus, ou très défensif à l’OM et parfois en équipe de France.
Pragmatique de chez pragmatique, Didier Deschamps devrait aborder l’Euro
avec la volonté de marquer un maximum de buts en même temps que les
esprits. Parce qu’il vaut sans doute mieux s’appuyer sur Griezmann, Payet
et Martial que sur Varane, Sakho et Jallet…
Le kop des Bleus. Longtemps, la France a été la risée des tribunes
en compétition internationale. Une situation que la FFF compte bien faire
évoluer en s’appuyant sur ses nouveaux ultras: les Irréductibles français.

Légendes
76




82




86




À la Clairefontaine. Pendant l’Euro, les Bleus de Didier Deschamps
vont prendre leurs quartiers dans un château devenu, depuis un certain
été 1998, presque aussi célèbre que celui de Versailles. Visite guidée
de Clairefontaine, son parc boisé de 56 hectares, sa salle de billard
et ses célèbres soirées blagues animées par Roger Lemerre.
Raymond Kopa. Légende du Stade de Reims et du Real Madrid, Ballon d’or,
meilleur joueur du mondial 58, triple vainqueur de la coupe des clubs
champions… Bien avant Pogba, Zidane ou Platini, Raymond Kopa a porté haut
les couleurs du foot français. À 84 ans, il se rappelle de tout ça comme si
c’était hier.
Chirac et le foot. Il a marqué l’histoire du foot par sa proximité avec les joueurs
et ses bourdes mythiques. Pourtant, le président Jacques Chirac n’y
connaissait vraiment pas grand-chose en football… Mais ça, ce n’était vraiment
pas un souci.

Culture foot

94 Mathieu Kassovitz. Toujours un peu énervé contre tout le monde, le réalisateur
de La Haine et Babylon A.D. a forcément son avis sur les affaires qui touchent

les footballeurs…
Décrassage
96 Chic type. Tout le monde se souvient du choc entre Schumacher et Battiston

lors du France-RFA 82. Mais qui se rappelle de Maurice Vrillac, le docteur

qui a emmené le joueur français à l’hôpital?
98 Loto Foot. Laure Boulleau, arrière gauche du PSG et de l’équipe de France,

à qui on voudrait dire plein, plein, plein de mots bleus…

BLEU BLANC

REVE

C O U P D ’ E N V O I D E L’ U E F A E U R O 2 0 1 6 L E 1 0 J U I N S U R T F 1

PARTAGEONS DES ONDES POSITIVES

index
p24

BATTEUX n.m. Individu qui
étudie et aime les battes.
p.98

BOULLEAU n.m. Cuisson
imminente.

p.52

ARCONADA 1. n.m. Arc
qui n’envoie aucune flèche.
2. n. Trafiquant de drogue
de petite envergure.

p.86

CHIRAC n.m. Ogre vert qui vit
seul dans son marais.

p.42

p.18

BALTHAZAR 1. n.m. Grosse
bouteille de champagne
équivalant à seize bouteilles
normales. 2. n. Personne
qui donne seize réponses
au hasard.

CIANI n.m. 1. Individu qui aime
les bonbons fixés à un bâtonnet.
Ciani aime les sucettes. 2. n.m.
invar. Hypothèse, supposition,
servant à marquer un lien logique.
Ciani, c’est qu’il y a oiseaux.

FOLY adj. Se dit d’une
liane qui menace de céder
à chaque instant.

DESCHAMPS interj. Sert
à interpeller une personne
afin qu’elle descende.

p.70

FOOTIX n.m. Acteur qui,
sur un tournage d’un film
pour adultes, confond son
sexe avec son gros orteil.

p.30

DUGARRY, comtesse
qui fut guillotinée.
p.58

ÉVRA, chanteuse
cap-verdienne prénommée
Cesaria.

p.20

FOURCADE n.f. Fougasse
dégustée sous des arcades.

p.76

p.12

GOVOU n.m. invar. Position
immobile du soldat debout qui
est prêt à exécuter un ordre.

JEANPIERRE n.m. Dispositif
à élastique pour lancer des
projectiles.

p.66

p.74

GRIEZMANN n.m. Homme aigri.

JONQUET n.m. Petit voilier
d’Extrême-Orient, dont les voiles
sont tendues par des lattes
horizontales en bambou.

p.74

HUSTER 1. n.m. Volume (de
bois). 2. adj. Dur, rigoureux, sans
plaisirs. Une vie huster.
p.52

ISSA 1. adv. interrog. En quel
lieu? En quel endroit? Où
avez-vous mis l’argent? Ditesmoi Issa? 2. n.m. Individu qui
a hissé mais c’est fini.

p.18

p.74
p.66

p.30

p.82

KAREMBEU
n.m. Carambolage
qui entraîne
les véhicules
impliqués dans
l’herbe.

KOPA 1. n.m. fam. Camarade. Avoir
un bon kopa. 2. n.m. Couverture
métallique protégeant le moteur.
p.48

KOSCIELNY n. Personne
qui ne croit pas en Dieu.

?

p.30

LAMA 1. n.m. Mammifère
plus petit que le chameau
et sans bosse. 2. n.f. Partie
du corps humain servant
à toucher et à prendre,
située à l’extrémité du bras
et munie de cinq doigts.
Les lignes de lama.

LETIZI adj. invar. Se dit d’un
joueur de tennis dont la
balle touche régulièrement
le haut du filet à l’instar de
sa vie privée. Tout, tout, tout,
vous saurez tout sur letizi.

p.92

p.12

MOREIRA n.m. Produit
toxique utilisé pour
l’empoisonnement des
muridés.
p.76

PETIT adj. Dont la taille est
inférieure à la moyenne.

SINIBALDI, prononciation
approximative du prénom
et du nom de la chanteuse
française Chimène Badi,
intervenant le plus souvent
après une soirée arrosée.

p.34

p.18

p.76

PASSI n.m. Ce qui a éti,
précédent un moment donni,
ce qui s’est passi.

POGBA n.m. Sigle de petit ours
aux grands bigoudis autonomes.

p.66

p.12

PAYET n.f. Parcelle d’or
dans des sables aurifères.

!

ROBERT n.m. fam. Sein, mamelle,
lolo, néné, nichon, rotoplot, téton.
p.14

ROHR, compagnon de Fatal.
Fatal et Rohr.

SIX adj. numéral Cinq plus un.
Catherine 2 – Mehdi 6.

#
p.96

VRILLAC n.m. Individu
qui se tord plusieurs fois
sur lui-même.
Sim Triquette

?

Le coin des parieurs

À 26 ans, Clément, alias HanK HulaY, est un jeune diplômé en activités
physiques adaptées aux personnes en situation de handicap. Et il vient
d’empocher plus de 9 000 euros sur une grille consacrée à la ligue Europa.
Même si son terrain de prédilection, c’est la deuxième division britannique…

“Je préfère faire des gros combinés
pour gagner minimum 2 500 euros”
mon smartphone, et comme tous les
matchs de Championship se jouent
en même temps, ça me fait vibrer de
recevoir les alertes sur mon téléphone.
J’ai l’impression de vivre un multiplex
du pari en ligne!

Tu es un habitué du pari en ligne ou on
peut parler de la fameuse chance du
débutant? Non, pas du tout. Je suis un

habitué puisque je parie depuis que
Winamax s’est ouvert aux paris en ligne.
Tout simplement. Deux ou trois fois
par semaine, je fais un gros combiné
à 50 euros que je sécurise avec 50 ou
60 euros répartis sur plusieurs petits
combinés de cinq euros. J’essaie de
sélectionner les matchs que je considère
comme les plus sûrs, dans lesquels je
noie ceux que je considère comme un
peu moins sûrs.

“J’ai raté 30 000 euros
parce qu’Angers est allé
perdre à Reims…”

Quand tu dis ‘deux ou trois fois par semaine’,
ça veut dire que dès qu’il y a du foot à la
télé, tu paries en ligne? Ouais, quasiment.

À chaque journée de championnat,
que ce soit sur la ligue 1 ou les
championnats étrangers, je joue entre
50 et 100 euros. Sans parler des journées
de coupe d’Europe où je me fais aussi
régulièrement plaisir. Le truc, c’est que
je préfère faire des gros combinés pour
gagner minimum 2 500 euros. J’essaie
vraiment de prendre ‘le gros’ tout de
suite, je n’ai pas envie de monter petit à
petit. Après, tout dépend de la bankroll
qu’il me reste…
D’ailleurs, ton ‘gros’ Mortal Combo, c’est
un 100% ligue Europa particulièrement
costaud… Ouais, c’était mon gros

combiné, celui que je considérais comme le
plus sûr. Derrière, j’avais alterné les résultats
sur des plus petits paris. Par exemple, j’avais
d’autres grilles où j’avais joué la Lazio
gagnante face à Prague, le nul entre Valence et
Bilbao, etc. Et heureusement pour moi, c’est le
gros combiné à 25 euros qui est tombé!
Tu paries sur d’autres sports aussi? Non,

seulement sur le football. Le tennis et
compagnie, très peu pour moi. Je n’aime
vraiment pas ça.

Et quelle est ta compétition de prédilection? Ça
peut paraître bizarre, surtout que je ne sais pas

Tu te souviens d’un pari en particulier que
tu aurais raté d’un cheveu? Je suis déjà

MISE

25,00 €

COTE

GAINS

361,13 9 028,19 €

si c’est vraiment bon de le faire, mais j’adore
parier sur le Championship: la deuxième
division anglaise. La ligue 2 française m’a déjà
coulé de très gros combinés, à cause d’un ou
deux matchs foireux. La ligue 1, c’est pareil,
il y a beaucoup trop de surprises et à chaque
fois, ça me plante mes combos! Tandis qu’avec
le Championship, j’ai déjà rentré 3 000 euros
en en misant à peine 50.
Mais pourquoi le Championship, au juste? Tu es
fan de Boro ou Blackburn? Non, pas du tout.

En plus, je ne regarde pas les matchs parce
que ce n’est pas retransmis! Mais je me fie
très souvent à une application que j’ai sur

passé à côté de deux grosses sommes
d’argent. Par exemple, il y a un an, j’ai
perdu un pari à 10 000 euros sur la
ligue 1 parce que Bastia a planté à la
85e minute contre Saint-Étienne. Et j’ai
raté 30 000 euros aussi, il y a six mois,
parce qu’Angers est allé perdre à
Reims… J’étais très, très, très déçu mais
maintenant, je commence à être habitué
aux “plantades” à cause d’un match. Et
paradoxalement, même si c’est vraiment
rageant, ça prouve que je suis un bon
parieur, non?

Et ton pseudo, on en parle? Disons que comme
je suis un sudiste, c’est un mot qui fait
grandement partie de mon vocabulaire… Mais
pour la petite histoire, j’ai changé de pseudo
à cause du poker, auquel je joue énormément.
En fait, à la longue, les autres joueurs prennent
des notes sur toi, sur ta façon de jouer, de
bluffer, etc. Donc, dès que Winamax a autorisé
le changement de pseudonyme, j’ai choisi ce
jeu de mots pour faire un petit pied de nez à
mes adversaires. – Propos recueillis par Paul Bemer /
Photo: Winamax

Les supporters les plus So Foot

Yannick de Dunkerque
Antibes a son Clément, Dunkerque a son Yannick. Séparés par un peu plus de 1 000 kilomètres
et une vingtaine d’années de différence, les deux hommes se rejoignent sur un point: leur passion
pour l’équipe de France de football. Et à l’heure où le sudiste s’apprête à raccrocher, le nordiste
semble prêt à prendre la relève.

En 1992, lorsque Yannick Vanhée découvre
l’équipe de France en direct pour la première
fois lors d’un match face aux Pays-Bas disputé
à Lens, à quelques encablures de chez lui,
son cœur balance entre l’OM et les Bleus.
Mais au contact de cette équipe emmenée
par Frank Sauzée, des images ressurgissent
dans sa mémoire et le ramènent six ans plus
tôt. En 1986, donc, Yannick a 10 ans, quand
devant la télé du salon, sa grand-mère devient
hystérique après le tir au but réussi par Luis
Fernandez face au mythique Brésil. “La voir
dans cet état-là était un peu surréaliste.
Elle était la plus heureuse du monde. C’est
là que j’ai compris que les Bleus pouvaient
procurer des émotions énormes.” Depuis ce
soir de juin 1992, son choix est fait entre les
Phocéens et l’équipe nationale. Et à partir
de 1995, Yannick devient un supporter
assidu des Bleus, dont il n’a depuis manqué
qu’une poignée de matchs, jusqu’à présider
aujourd’hui le Club des supporters de l’équipe
de France, section Nord. “Mais on nous appelle
plus souvent ‘les Corsaires’ à cause du pirate
Jean Bart, qui est originaire de Dunkerque”,
souffle fièrement Yannick avec son accent
ch’ti.

La revanche de la finale 2006
Depuis que sa vie est calquée sur le calendrier
de l’équipe de France, Yannick n’a pas raté
une seule grande compétition, en dehors du
mondial 2010 en Afrique du Sud, faute de
moyens suffisants. “Et tant mieux, je pense
que je l’aurais mal vécu”, rumine-t-il encore
aujourd’hui, préférant évoquer ses meilleurs

souvenirs. Au premier rang desquels il
place la victoire de 98, bien sûr, “qui était
inespérée après les matchs pas grandioses
disputés avant”. Et puis il y a ce match de
barrage retour face à l’Ukraine en 2013,
toujours à Saint-Denis, qui envoie les Bleus
au Brésil après une défaite 2-0 au match
aller. “Le Stade de France n’a jamais été
aussi bouillant, on voulait tellement aller au
Brésil.” Pour compléter le podium de ses plus
beaux souvenirs à domicile, Yannick place
ce France-Italie gagné en septembre 2006,
deux mois après la finale de coupe du monde
perdue à Berlin. “À ce moment-là, on avait la
haine contre les Italiens, cette revanche nous
a vraiment fait du bien.” Mais en vrai, ce que
Yannick préfère dans la vie de supporter, ce
sont les déplacements. Parce que loin de la
France, “seuls les vrais sont présents, c’est là
qu’on chante le plus”. Et puis surtout, c’est
l’occasion de faire des rencontres. Au Brésil,
en 2014, Yannick et ses potes ont guinché avec
des Argentins, dansé avec des Colombiennes,
posé leur drapeau au pied du Corcovado...
et fait la connaissance de Sergueï, ce Russe
croisé à Copacabana alors que Yannick tentait
de trouver des places pour le huitième de
finale France-Nigeria. “Après trois quarts
d’heure de négociations, il a fini par me donner

“On nous appelle souvent
‘les Corsaires’ à cause
du pirate Jean Bart, qui est
originaire de Dunkerque”

les billets, rembobine Yannick. On est restés
en contact et je lui ai trouvé des places pour
l’Euro, donc on va se revoir cet été. Et si tout
va bien, il m’accueillera à Moscou pour la
coupe du monde 2018. Des rencontres de ce
genre, on en fait beaucoup. Mais celle-là m’a
beaucoup marqué. C’est aussi pour ça qu’on
aime l’équipe nationale, pour échanger avec
des supporters du monde entier. Ce n’est pas
du tout l’esprit club.”

“Gagner l’Euro en tribunes”
Cet été, ce sera au tour de Yannick et de tous
les supporters français de jouer les hôtes.
Un défi que l’homme du Nord est prêt à
relever, sans oublier l’essentiel: “Cet Euro à
domicile sera l’occasion pour les supporters
de l’équipe de France de montrer leur valeur.

La fédération a bien fait les choses en leur
attribuant en priorité des places. On ne revivra
pas 98, lorsque Deschamps avait demandé à
ce qu’il n’y ait plus de ‘costard-cravate’ dans
les stades, mais des supporters. Il va falloir
montrer à toutes ces nations qu’on est chez
nous. Cela ne nous empêchera pas de passer
un bon moment avec eux après, mais face aux
Roumains, aux Suisses et aux Albanais, il va
déjà falloir gagner les matchs en tribunes.”
L’occasion pour Yannick d’une passation de
pouvoir avec Clément d’Antibes qui prend sa
retraite après l’Euro, et de prouver qu’il a ce
qu’il faut pour devenir le nouveau supporter
emblématique des Bleus? – Par Mathias Edwards /
Photos: DR

12

_ Avant-Match

Rapido

Rapido

Laurent Robert

Vincent Guérin

9 sélections en équipe de France

19 sélections en équipe de France

Avec quelle fringue de mec une fille est plus sexy
qu’un homme? Un caleçon.

Dans un monde idéal, tu te passes de Patrick
Sébastien ou de Justin Bieber? Justin Bieber.

Quelle sera la prochaine langue morte? Le créole!

Cadavre exquis

(Rires.)

Daniel
Moreira

Pourquoi personne ne se rend compte que
Jermaine était le meilleur des Jackson Five? Peut-

être qu’il était trop timide, ou qu’il était à sa
place, tout simplement.

Le Sport-Elec rend-il
vraiment balèze? Ça

marche vraiment pour
prendre du muscle ou
sur une blessure, pour
préparer le muscle. Je
l’ai testé à l’époque, ça
m’a servi.

Combien es-tu prêt à
donner pour la Grèce?

Tout. Ma vie, mon
temps, parce que c’est un pays que j’ai connu, où
j’ai côtoyé de belles personnes. On est sur cette
Terre pour s’aider les uns les autres.
Qu’est-ce qui n’est pas interdit par la loi mais qui
devrait l’être? Il y a un mec qui vient de passer

devant moi, il est en bermuda avec un cuissard
en dessous. C’est du grand n’importe quoi. On
devrait l’arrêter pour ça.

Pourquoi il n’y a que les garçons qui ont des
boutons dans le dos? Les filles qui font du sport

sont comme les garçons: avec la transpiration,
elles peuvent avoir des petits boutons qui
apparaissent.

Tu sais imiter le rire de Marcel Desailly sur Twitter?

Oh putain, je m’en souviens plus. (Il l’écoute.)
On peut tous l’imiter, mais c’est un rire de
vicelard, ça! C’est craignos! Propos recueillis par

g

Alexandre Doskov / Photo: Panoramic

Timothée Ostermann

Pourquoi le prénom Claude
ne revient-il pas à la
mode? Il est simplement

obsolète.

Comment être romantique
avec une actrice porno?

Petit poème en une-deux: So Foot
soumet un vers et l’ex-attaquant de Lens
ou Guingamp, sélectionné trois fois avec
les Bleus, trouve la rime.

Hum… Il faut l’effeuiller, la
caresser, sans la pénétrer.

Tu dis quoi à ta compagne
quand elle te demande
si elle est grosse? “Mais

DOM-TOM
So Foot: Dans l’océan, la métropole
s’émiette

Daniel Moreira: Les filles sont
mignonnes à Papeete

SF: Sur les mers, îles qui ricochent

DM: Où les gens sont si loin,
si proches

SF: Terres, points de suspension

DM: Avec le froid et la chaleur
de Saint-Pierre-et-Miquelon

SF: La Guadeloupe est un point-virgule

DM: Au sable aussi brûlant
que la canicule

SF: Océanes sont les parenthèses

DM: Saint-François et ses maisons
antillaises
SF: Mayotte, Wallis-et-Futuna

DM: Un rêve d’aller là-bas

SF: Mais l’amertume ultramarine

DM: Et le mal de mer me chagrinent.

u

Propos recueillis par Adrien Rodriguez
Ares / Photo: Panoramic

non, ce n’est pas vrai, tu es
très belle.”
Et si elle insiste pour que “tu dises la vérité”? “Viens,

on va faire du sport ensemble, on va s’amuser…”

À part la vérité, qu’est-ce qui sort de la bouche des
enfants? Ouh là… Des chansons?
Qu’est-ce qu’il y a de plus humain que de vouloir buter
le mec qui ronfle à côté de toi dans l’avion? Respirer,

tout simplement.

Tu préfères être coincé dans un ascenseur avec un
zombie ou avec une nympho? Clairement avec la

nymphomane…

Et si c’est une zombie nymphomane? On se

mangerait mutuellement.

Pourquoi Maître Yoda a-t-il une syntaxe aussi pourrie?

Maître quoi? Je ne connais pas trop cette série-là…

Le mec en avance sur son temps, cela l’avance à quoi?

À faire avancer les autres.

Quelles sont les trois pires insultes qu’on puisse
te balancer à la gueule? Aucune, on n’insulte pas

Vincent Guérin.

T

Propos recueillis par Nicolas Jucha /

Photo: iconsport

Christian Jeanpierre 1/3



© Dupuis, 2016.

14

_ Avant-Match

Mais qu’est-ce qu’ils footent?

Jean-Philippe Rohr
À l’époque, la teinture blonde fait des ravages.
Avec son CV honnête –passages à Metz, Nice
et Monaco–, Jean-Philippe Rohr ramène sa
chevelure colorée en équipe de France en 1987,
le temps d’une unique sélection, après une
dizaine de convocations et un titre aux JO de
1984. “On a même battu le Brésil de Dunga,
commence l’ancien relayeur de 54 ans qui vit
à Cannes. Mais ma sélection avec les A contre
l’Union soviétique, c’était la consécration de ma
carrière. J’ai joué un gros quart d’heure. Je ne
l’ai pas vu passer. Autour de moi, il y avait Joël
Bats, un gars exceptionnel et très protecteur,
Fernandez, Papin, Boli… On fait 1-1. Je ne sais
même plus si j’étais sur le terrain lors des buts
tellement c’était fort.” Malheureusement, un
talon fragile a raison de la carrière du natif
de Metz. Elle s’achève à 30 ans, en 1991. Juste
avant de rencontrer le docteur de Seedorf,
Van Basten et Gullit: “La première fois que je
l’ai vu, j’étais quasiment invalide, je ne pouvais
pas faire deux cents mètres à pied. J’avais fait
cinq opérations, quinze scanners, vingt IRM…
Personne ne savait ce que j’avais. Lui, il a trouvé
en dix minutes. Si je l’avais vu avant, jamais je
n’aurais arrêté le foot si vite.” Rapidement, il se
reconvertit. Dans l’immobilier: “Ça fait vingttrois ans que je retape des villas sur la Côte
d’Azur pour les revendre, souvent à des Russes.
J’ai failli vendre une maison à Jérémy Ménez,
mais c’était peut-être un peu cher.”
Retraité du foot, “JP” se prend également

Timothée Ostermann

de passion pour un jeu… de retraités: le
backgammon. Problème, lui qui déteste perdre
prend raclée sur raclée. Alors il s’accroche:
“J’ai sympathisé avec François Tardieu, le
meilleur joueur français de tous les temps, top
trois mondial. Tous les ans, il venait chez mois
deux ou trois mois. On ne faisait que jouer et
sortir. C’est lui qui m’a tout appris.” Et ça paye.
Jean-Philippe devient double champion de
France (1999 et 2005) et champion d’Europe
Brigitte Lahaie.

“J’ai sympathisé avec
François Tardieu, le
meilleur joueur français
de backgammon. C’est lui
qui m’a tout appris”
en doublette avec son pote (2006). “Au début,
on me prenait de haut parce que j’étais un
ancien footeux. Mais on s’est vite rendu compte
que j’étais bon, pose Rohr. La chance, ça
compte, mais ça ne t’emmène pas au niveau
international. Certains ont même essayé de
tricher avec moi. J’ai dû me retenir pour ne
pas en venir aux mains.” Enfer du jeu toujours,
comme nombre de footeux et anciens joueurs,
Rohr se laisse séduire par le poker. Après avoir
“traversé la planète pour observer les meilleurs
du monde”, il fait désormais bonne figure parmi
les meilleurs –“Je vois des tronches connues:
Dhorasoo, Ronaldo le Brésilien, Neymar, Piqué,
Cascarino, Sheringham, les tennismen Becker
et Nadal…”– et retrouve des sensations qu’il
connaît bien: “Pour le poker, je me prépare
comme pour un match de foot. Entraînement,
sieste, resto et boîte quand je gagne… Les
tournois, c’est comme la coupe de France!” Sauf
que le Petit Poucet n’est plus forcément celui
qu’on croit. Par Florian Cadu / Photo: DR

z

Christian Jeanpierre 2/3



M ON JOB, C’ÉTAIT DE MONTRER À TOUS

QUE L’IMPOSSIBLE EST POSSIBLE. C’EST TOUTE LA DIFFÉRENCE
ENTRE LE LEADERSHIP ET LE MANAGEMENT.

Des décisions de recrutement, la maîtrise des conférences de presse, la persévérance
face aux échecs, Leading est autant une source d’inspiration qu’un outil pratique.

16

So Foot _ avant-match

Des abscisses désordonnées

Les tuniques Bleues
S’il faut deux points pour tracer une droite, il ne faut pas plus de deux axes pour établir une penderie.
Ce mois-ci, il s’agit donc, entre un axe des abscisses 50 nuances de bleu et un axe des ordonnées
haute couture/jogging à pression, de classer le meilleur et le pire des maillots de l’équipe de France
à travers les âges. – Par Gabriel Cnudde / Photos: DR et Les voyages en ballon
Yves Saint-Laurent

2011
Extérieur

1968
J.O.

2013
Domicile

1986
Domicile

1970
Domicile

1978
Extérieur

1950
Domicile

2014
Domicile

1979
Domicile

1981
Domicile
2000
Domicile

Bleu turquoise

Bleu nuit
1998
Domicile

2004
Domicile

1981
Gardien

2016
Domicile

1992
Domicile

2015
Entraînement

2010
Gardien

1991
Domicile
1994
Domicile

1996
Gardien

1978
Kimberley FC

2009
Domicile

Timothée Ostermann

2006
Domicile

Monsieur Mégot

2010
Domicile

1996
Domicile
2008
Domicile

Christian Jeanpierre 3/3

LIVRE, VIDÉOS,
LOISIR CRÉATIFS

DU DRAME,
DE LA COMÉDIE,
DE L’ACTION, DU SUSPENS.
IL FAUT BIEN L’AVOUER,
ON A UN GROS
CONCURRENT.

LIVRES, MUSIQUE, VIDEO,
JEUX VIDÉOS, LOISIRS
CULTURELS & ARTISTIQUES.

18

_ Avant-Match

Top 10

Tombés
pour la France
Ils ont honoré, une fois ou plus, le maillot frappé du coq. Mais l’histoire
s’est arrêtée net. Boulette, méforme, grève, fiasco, blessure, contrejour
ou faux rebond, respect à nos Bleus morts pour la France.

Lionel Letizi

Si Lionel Charbonnier
se lève tous les jours
dans la peau d’un
champion du monde,
il le doit beaucoup au
jardinier du stade du
Dynamo à Moscou et
au pied droit de Lionel
Letizi. Sur une passe
en retrait de Frank
Lebœuf, le remplaçant
de dernière minute
de Fabien Barthez semble chercher à lever le
ballon pour mieux le dégager. Une entreprise
trop audacieuse qui profite à Sergei Yuran pour
le seul but d’un triste match amical. Retenu
dans la première liste de 28 pour la coupe du
monde, le Messin quitte Clairefontaine en taxi
le 23 mai 1998 au milieu de la nuit. Le retour
à la maison est délicat. “Je suis resté planté
face au boîtier de l’alarme et j’ai eu un trou.
La sirène s’est mise à hurler. Il faut croire que
j’étais quand même perturbé.” Et voilà comment
Jacques Chirac s’est retrouvé à décorer Lionel
Charbonnier de la Légion d’honneur. AP

Michaël Ciani

Comme l’explique avec conviction (et en slip
immonde au bord d’une piscine) le personnage
de VRP de Benoît Poelvoorde dans Les portes
de la gloire: “On n’a pas deux fois l’occasion
de faire une bonne première impression.” Un
précepte qui, assure-t-il, “a fait ses preuves aux
États-Unis” et qui vaut aussi pour la carrière
internationale de Michaël Ciani. Champion
de France en titre avec Bordeaux, récent
buteur contre le Bayern Munich en ligue des
champions, le défenseur
avance un CV sérieux.
Problème, une Espagne
intouchable fait passer
l’entretien ce 4 mars 2010 au
Stade de France et un Julien
Escudé aux fraises lui sert
de partenaire en charnière
centrale. Résultat, une défaite
2-0 et un double grand pont
de Fernando Torres. Depuis,
Ciani attend toujours une
seconde occasion. Aux
dernières nouvelles, depuis le
banc de l’Espanyol Barcelone.
AP

ses partenaires. “Guivarchien” convaincu
comme il se définit lui-même alors, Aimé
Jacquet a toujours salué ainsi la contribution
de l’Auxerrois dans le titre de 1998. L’intention
y est, mais l’intéressé aimerait bien réécrire
l’histoire. “J’aurais préféré en marquer vingt
de moins en club et mettre ces deux-là”, avouet-il en 2014. “Ces deux-là”, ce sont ces deux
occasions ratées en finale contre le Brésil. Il n’y
aura jamais de “Guivarc’h président” projeté sur
l’Arc-de-Triomphe, mais un transfert raté aux
Glasgow Rangers, quelques piscines vendues
et un redressement fiscal après que Jacques
Chirac eut promis que tous les champions du
monde seraient imposés à 15 % au lieu de 54 %.
Visiblement, le Breton ne pesait pas assez. AP

Dominique Dropsy

“You know what? I’m not happy”… Dominique
Droopsy joue sa 13e sélection porte-poisse
contre les Oranje ce 25 mars à Rotterdam, un
match crucial pour la qualif du Mundial 82.
À la 47e, un coup franc d’Arnold Mühren tiré des
30 mètres frappe l’arrête et ricoche sur la nuque
de Dropsy avant de pénétrer dans son but: 0-1,
défaite gravissime des Bleus. Le ralenti vidéo
ressassé en boucle rend son verdict: coupable
au dernier degré. La colère du peuple et le
lynchage des médias signeront la fin de carrière
tricolore de feu Dominique,
rappelé encore deux fois
seulement en sélection. Le
pourtant meilleur portier
français n’ira pas au Mundial
espagnol. “Les gardiens de
buts errent sans raison entre
des barres sur lesquelles on les
crucifie parfois.” (Félix Potin,
1820-1871). CG

Stéphane Guivarc’h

Il n’existe rien de pire pour
un buteur que de s’entendre
dire qu’il a pesé sur la défense
et ouvert des brèches pour

Didier Six

Avec le danger qui vient forcément de la
gauche (ou de la droite) et les corners caviardés
par manque de soin, l’excès de précipitation
avant un tir au but est l’un des mantras préférés
de Jean-Michel Larqué. Le consultant s’est
fait une religion sur le sujet un soir de juillet
1982. La faute à Didier Six. Prévu en cinquième
position lors de la séance de tirs au but contre
l’Allemagne, le gaucher doit finalement passer
avant Michel Platini. Fâché, il court vers le
ballon et expédie une frappe sans conviction
dans les bras de Harald Schumacher. Une
précipitation qui surprend même le réalisateur
de cette demi-finale. Si Maxime Bossis voit
aussi sa tentative repoussée, Six est bon pour
endosser le costume du bouc émissaire. “On
m’a collé une image de perdant qui m’a fait
rater la finale de l’Euro 1984 et la coupe du
monde 1986”, assurait encore en 2012 l’ancien
attaquant. Encore un qui aurait un mobile pour
vouloir faire tomber Platoche. AP

Martin Djetou

On appelle ça “le
syndrome Pete Best”
du nom du premier
batteur des Beatles.
Comme lui, Djetou
a longtemps ruminé
les raisons pour
lesquelles Jacquet
l’a écarté au dernier
moment en 1998, lui qui sortait d’une grosse
saison avec Monaco. Payerait-il d’avoir pris la
place attitrée de Marcel Desailly à la table de
Clairefontaine? De ne pas figurer dans les petits
papiers de Didier Deschamps? Toujours est-il
que le défenseur ne se sentira plus jamais à sa
place avec les Bleus par la suite. “Je ressentais
comme une honte d’être là, de déranger. Et je
trouvais les moyens de ne pas venir en disant
que j’étais blessé.” Reste une question: qui était
le Ringo Starr de France 98 ? AP

David Ginola

On joue la 68e minute de ce France-Bulgarie
le 13 novembre 1993 quand David Ginola
remplace Jean-Pierre Papin. “C’est bien de
faire entrer quelqu’un de frais comme David.
Il peut garder le ballon, en plus”, souffle sur le
banc un JPP magnanime. Pour avoir rué dans
les brancards contre sa non-titularisation,
l’attaquant du PSG a failli ne même pas figurer
sur la feuille de match. La blessure de JeanLuc Dogon a bien obligé Gérard Houllier à
changer ses plans. Ginola obtient un coup franc
proche du poteau de corner bulgare, le sens
de l’Histoire lui ordonne de garder le ballon
bien au chaud, mais il a vu Cantona au centre.
Trois passes et un tir de Kostadinov plus tard,
les Bleus voient l’Amérique s’envoler. “Y a du
vent, je veux l’appuyer. C’est sûr que si c’était à
refaire, on le referait différemment”, avance à
chaud le centreur malheureux. Le lendemain, le
sélectionneur évoque un “crime contre l’équipe”.
Fin de l’histoire avec les Bleus, début de celle
avec les tribunaux. AP

La Perle, y’en a pas deux.

Larbi Ben Barek

Révélé à la face du monde lors d’un
bouillonnant Italie-France à Naples, le 4
décembre 1938, la trajectoire de la “Perle noire”
est coupée dans son élan par la seconde guerre
mondiale et n’a malheureusement pas eu
l’occasion d’accompagner l’équipe de France
dans une grande compétition. Oublié par le
comité de sélection après 1948 en raison de
son exil à l’Atlético Madrid, il se rappelle à
son bon souvenir en emmenant une sélection
d’Afrique du Nord à la victoire, contre la
métropole, le 7 octobre 1954. Neuf jours plus
tard, Larbi fête sa 17e et dernière sélection chez
les Bleus à officiellement 37 ans (officieusement
40, il serait né en 1914, et non 1917) contre
l’Allemagne championne du monde. Il se blesse
à la 26e minute. Il ne sera jamais rappelé. Larbi
Ben Baraka. RB

Avant le drame.

de la vie internationale, le 21 août 2008, après
un poste de numéro 3 à l’Euro et une nonconvocation pour le match Suède-France. AD

Jérémy Toulalan

“Il était une fois / Toi et moi / N’oublie jamais
ça”. Comme Michel Polnareff en exil aux ÉtatsUnis, Jérémy Toulalan a aussi rédigé (ou fait
rédiger par son avocat) sa “lettre à France”.
Quelques phrases griffonnées dans un bus
à l’arrêt le 20 juin 2010 pour justifier d’une
mutinerie qui n’était pas la sienne au départ.
“Il y a un mec
qui a assumé,
c’est moi. Les
autres, on ne les
a pas entendus.
Personne”,
plaide-t-il dans
l’une de ses
rares interviews
sur le sujet. Le
milieu lyonnais
racontera aussi
cette scène
surréaliste où,
de retour en
France, dans
une cafeteria
Leclerc, il se cache des regards des autres
clients derrière une plante verte. Suspendu un
match par la FFF, Toulalan a préféré tirer un
trait définitif sur les Bleus malgré les appels
du pied de Didier Deschamps. Knysna, tache
indélébile pour celui qui se voyait plutôt
devenir pâtissier que footballeur millionnaire.
AP



Édité par Alexandre Pedro / Photos: Panoramic, Dppi,

DR et iconsport

RIP

Seb, c’est bien.

Sébastien Frey

Entrer dans la lumière peut réserver des
surprises, au sens propre comme figuré.
Désigné titulaire d’un match qui compte
pour du beurre dans la qualification à l’Euro
2008, Sébastien Frey, a.k.a ‘le meilleur gardien
de Serie A derrière Buffon’, détient enfin
l’opportunité de tester sa prophétie avec son
pays. Ce fameux 21 novembre 2007 à Kiev, les
Bleus mènent 2-1, tout se passe bien, jusqu’à
la 46e minute… Long ballon aérien, tête lobée
de Chevtchenko, façon slow motion. Frey saute
pour maîtriser le ballon à une main, le touche
trop mollement pour finalement l’amener sur
son poteau, avant de terminer le travail dans
son petit filet. “J’ai été trahi par un projecteur,
je n’ai plus vu le ballon. Mais je ne cherche pas
d’excuse et j’assume.” Comment? En se retirant

Eux sont
vraiment
tombés pour
la France
en 14-18
Julien Denis, mort le 15 août 1914
Charles Dujardin, mort le 29 août 1914
Jean Loubière, mort le 4 février 1915
René Camard, mort le 16 mars 1915
André François, mort le 17 mars 1915
André Puget, mort le 9 mai 1915
Ernest Guéguen, mort le 25 septembre 1915
Pol Gaston Morel, mort le 28 septembre 1915
Albert Jénicot, mort le 22 février 1916
Pierre Six, mort le 7 juillet 1916
René Fenouillère, mort le 4 novembre 1916,
Julien Verbrugghe, mort le 21 août 1916
Justin Vialaret, mort le 30 septembre 1916
Marius Royet, mort le 8 novembre 1918
Charles Géronimi, mort le 9 novembre 1918
Emile Dusart, mort le 3 mars 1919

20

_ Avant-Match

Tennis-ballon

Martin Fourcade

La légende
est sur cette photo.

Double champion olympique, dix fois champion du monde, plus
d’une centaine de médailles en coupe du monde… Le biathlète
Martin Fourcade a prouvé qu’on pouvait devenir une légende du sport
avec un bonnet, une paire de skis de fond et une carabine. Et en tant
que Français qui gagne, il va forcément espérer que les Bleus
fassent aussi bien que lui à l’Euro.
après l’arrivée, mais ils sont moins percutants
ou plus consensuels.

Votre sport se pratique dans le froid. Êtesvous autorisé à porter une écharpe de foot en
compétition? J’ai longtemps porté un tour de

cou aux couleurs de la Catalogne, ma région
d’origine. Cela peut s’apparenter à un soutien
au Barça, non?

moi y compris… Le foot occupe une telle place
dans l’espace médiatique que chacun possède
son avis et a envie de le donner. Manuel Valls
a le droit de s’exprimer sur le sujet. Et on a
le droit d’avoir notre idée sur la politique du
gouvernement.

La vraie différence entre le biathlon et le foot,
c’est que chez vous, la coupe de cheveux ne sert
à rien… Au regard strict de l’aspect capillaire,

certains footballeurs devraient porter un
bonnet sur le terrain.

Certains vous comparent à Messi, d’autres à
Cristiano Ronaldo. Quelle est votre référence?

Lionel Messi dégage pour moi davantage de
simplicité en termes de personnalité. Après,
j’aimerais être un joueur complet, dans tous
les aspects, du coup franc au dribble, comme
j’essaie de l’être en biathlon.

De quel Bleu aimeriez-vous recevoir des
félicitations? Il existe une vraie séparation

Se sent-on particulièrement en sécurité dans
un sport où l’athlète est mieux armé que le
plus fou des hooligans? Je ne me suis jamais
senti menacé. En fait, le danger peut surtout
venir des adversaires.

entre le foot et le reste du sport français. J’ai
dû croiser cent fois plus de rugbymen que
de footballeurs, mais je serais curieux de
rencontrer Hugo Lloris, pour sa simplicité, sa
discrétion.

Quelqu’un a-t-il vérifié si vous chantiez
La Marseillaise lors de la remise des médailles?

Non et tant mieux, car parfois j’y déroge. J’ai
toujours trouvé ce débat ridicule. Ça ressemble
à un procès d’intention. Déclamer l’hymne
national ou pas n’a rien à voir avec le rapport
que j’entretiens avec mon pays: parfois, tu veux
célébrer, être démonstratif, et parfois tu préfères
intérioriser.
À force de survoler votre discipline, vous n’avez
pas peur de finir par devoir répondre aux
questions de Laurent Paganelli en sortie de piste?

Ce serait rigolo. J’aimerais le voir débarquer
sur le bord des pistes, il amènerait un petit plus.
Nous avons des journalistes qui nous attendent

Vous évoluez dans un sport où il est très difficile
de critiquer l’arbitrage. Entre nous, ce n’est pas
un peu frustrant? Non, c’est un vrai bonheur de

Manuel Valls a adopté une position assez
tranchée sur le cas de Karim Benzema. Il a peutêtre une opinion sur le réglage de la carabine.
Lui avez-vous envoyé un SMS à ce propos? Tout

produire une performance soumise à aucun de
ces aléas. Pour cette raison, je suis un fervent
défenseur de l’arbitrage vidéo. Ça doit être très
frustrant de se voir refuser un but valide…

le monde a donné son opinion à ce propos,

“Déclamer l’hymne national
ou pas n’a rien à voir avec
le rapport que j’entretiens
avec mon pays”

Frise de tête

À quoi ça ressemble, un tacle par-derrière avec
des skis? Ça existe, sauf que l’arbitre ne les

voit pas… Mais comme nous courons toujours
contre les mêmes adversaires, parfois dès le
lendemain, pas besoin d’attendre six mois pour
prendre sa revanche. Propos recueillis par Nicolas

a

Kssis-Martov / Photo: Panoramic

La France qui gagne (et qui perd) penche-t-elle à droite
ou à gauche? Réponse en bleu et rose.

Mondial

1984

1998 2000

Euro

Vainqueur
2006

1958

1982

Finale

1996

1986

Demie

1960

1938

2012 2014

Quart

2004
Huitième
1934

1954

1966

1992

1978

Premier tour
2002

1930

2008 2010

20

17

François Hollande

20

12

Nicolas Sarkozy

07
20

19

95

Jacques Chirac

François Mitterrand

81
19

Valéry Giscard d’Estaing

Georges Pompidou

19
74

19

69

Charles de Gaulle

59
19

19

54

René Coty

Vincent Auriol

Vacance de la
fonction présidentielle

44

47
19

Maréchal Pétain

40
19

19

Albert Lebrun

Paul Doumer

19
1931
32

19

24

Gaston Doumergue

Non qualifié

présente

CET ÉTÉ REGARDEZ LE FOOT
AVEC DES EUROPÉENS
James,

fan de l’Angleterre

Elena,

supportrice
espagnole

Fabrizio,

supporter de
la squadra azzurra

PLACE
DISPONIBLE

CLIQUEZ ICI POUR TÉLÉCHARGER L’APPLI*
*si vous ne parvenez pas à ouvrir le lien
car la page est en papier, utilisez un smartphone

22

_ Avant-Match

Bonne question

L’Euro 2016 peut-il
sauver François
Hollande?
Jacques Chirac se tient droit en tribunes. Le
regard haut, la mine jouasse, le président de la
république est venu assister à la finale que tout
le monde attend: celle du mondial 98. Et offre
une mythique séance de doublage au moment
de l’annonce des équipes. C’est un fait: Chirac
n’y bitait pas grand-chose au football (voir page
88). Reste qu’en embrassant le crâne de Barthez
et en payant sa visite dans les vestiaires avec
son maillot n° 23, Jacquot est aux yeux de tous
un proche de l’équipe de France victorieuse.
Et cela se ressent dans les sondages. Alors
doté de 55 % d’opinions positives, le Corrézien
décolle quelques jours après la compétition
pour flirter avec les 70 %. Depuis, le mythe s’est
installé: une victoire, ou du moins un beau
parcours des Bleus, serait positif pour le chef
d’État en exercice: “Il existe un phénomène
que les Américains appelaient le Rally ’round
the flag après les attentats, explique Bruno
Jérôme, maître de conférence à l’université
Paris-II. Quand il y a un évènement de cette
nature, le peuple se rassemble autour du chef
de l’État. Pour les compétitions sportives,
c’est le même ressort.” Alors qu’il flotte à 18 %
d’avis favorables, François Hollande pourrait

donc profiter de l’Euro 2016 pour jouer le
porte-drapeau. À supposer que l’exemple
Chirac n’ait pas été qu’un épiphénomène.
“Nous sommes dans un contexte où les gens
ont les deux pieds dans la merde. Tout au
plus, ça donnera le sourire aux gens, et c’est
déjà beaucoup. S’il gagne un ou deux points
de popularité, ce sera déjà le bout du monde”,
prophétise Karl Olive, maire UMP de Poissy
et ancien grand manitou du sport chez Canal.
Une opinion partagée par le député frondeur
et ancien membre du PS Pouria Amirshahi:
“Un, je m’en fous complètement de savoir s’il
y a un impact de popularité. Deux, s’il y avait
victoire ou défaite, les gens font largement la
part des choses. Il y a une différence entre ce
qui est ancré politiquement dans le pays, et
l’humeur du moment.” Dès lors, le président
mal aimé sera-t-il privé des effets bénéfiques
d’un résultat de la bande à Deschamps? À en
croire Yves-Marie Cann, directeur des études
d’opinion chez Elabe, cela est même probable:
“Ce n’est même plus de l’impopularité que l’on
mesure désormais pour Hollande, mais plus du
rejet voire de l’indifférence. Donc le parcours
des Bleus ne sera que d’une influence très

“Nous sommes dans un
contexte où les gens ont
les deux pieds dans la
merde. S’il gagne un ou
deux points de popularité,
ce sera déjà le bout du
monde”
Karl Olive, maire UMP de Poissy
faible à mon avis. Et de toute façon, les effets se
limitent à deux-trois mois dans les sondages.”
Coté PS, on se refuse d’ailleurs à tirer des plans
sur la comète. Bruno Le Roux, chef de file du
parti à l’Assemblée, assène: “Il faudrait être
paumé pour se dire qu’on va tout mettre sur
l’Euro. Malgré les difficultés, je n’en suis pas là.
En revanche, l’Euro peut être un déclencheur
de confiance et ensuite, quand la confiance
revient…” Autant dire qu’un coup de pouce du
football, soit-il résiduel, ne ferait pas de mal.
Pourtant, s’ils en discutent les effets, tous les
bords s’accordent sur un point: le président
Hollande ne jouera pas la récupération. Et pour
une bonne raison: “C’est un vrai passionné. Il a
raté sa vocation, puisqu’il voulait être le numéro
9 de l’équipe de football de Rouen”, en rigole
Eduardo Rihan Cypel, député PS de Seineet-Marne et capitaine de l’équipe de foot de
l’Assemblée, repris de volée par Karl Olive: “Il
est légitime car en plus d’être président, il aime
ce sport. Par exemple, il est capable de donner
le score à la mi-temps d’une finale de coupe
de France qui a eu lieu en 1956.” Le président
risque donc de s’afficher en tribunes, autant
par sa fonction que par supportérisme, sans en
retirer de réels bénéfices électoraux. Et pourrait
même subir l’effet l’inverse. Selon Cann, qui met
en avant la sécurité de la compétition dans un
contexte terroriste tendu, “si tout se passe bien,
qu’il n’y a aucun incident, ça n’aura pas d’effet
sur l’exécutif. Les Français estimeront qu’il a
fait son travail. En revanche, en cas d’incidents
majeurs, cela pourrait durcir les jugements à
son égard.” Sur le terrain sportif, Karl Olive va
même plus loin: “Si l’équipe de France vient
à gagner, c’est la victoire de Deschamps et
des Bleus. En revanche, si on venait à se faire
éliminer rapidement ou de façon lamentable,
ça ne serait pas uniquement la défaite de
Deschamps mais, par ricochet, de Hollande.
Dont on se dirait: ‘En plus, c’est un chat noir!’”
Un chat noir qui aura au moins le mérite de
connaître le nom des 23 Bleus. Sans latence.

5
Grollande.

Par Raphaël Gaftarnik / Photo: DPPI

mède
sportif
philippe collin
l’œil du tigre

Crédit photo : Christophe Abramowtiz / RF

dimanche 18 : 00 - 19 : 00

24

So Foot _ avant-Match
avant-match

Année après année

FFF: Fédération
Française Footraque
Ces ratés et ces flops, ces bizarreries sportives et extra-sportives, cette malchance ou cette arrogance qui
font que la France est championne du monde… du grand n’importe quoi!
23 octobre 1908. Aux JO de Londres, la

fédération française de football envoie France A
et France B, deux sélections de bras cassés,
pour le tournoi olympique. France B tombe à
l’eau le 19 octobre, fessée 9-0 par le Danemark.
France A se charge de venger l’affront national
le 23 octobre face à ces mêmes Danois. Résultat:
17-1 pour les Vikings, dont un décuplé de
Sophus “Krolben” Nielsen! Pire désastre des
Bleus en match officiel.

13 juillet 1930. Premier match en coupe

du monde et première lose. Le FranceMexique devait inaugurer le nouveau stade
du Centenario de 80 000 places. Mais pour
cause de travaux inachevés, la rencontre est
délocalisée au minuscule stade de Peñarol,
à moitié déserté car la neige tombe dru…
La France, réduite à dix, prend 4-1 dans les dents
face aux sombreros de l’amer.

qualifiées pour la phase finale, déclarent
forfait au tout dernier moment. La France et
le Portugal, au départ éliminés, sont alors
repêchés. Mais ils déclinent l’invitation, soidisant “trop tardive”. En fait, les Bleus sont
tellement nuls que la 3F a préféré faire l’impasse
à l’oral de rattrapage…

mondial suédois. Patatras et poisse au doigt!
Robert Jonquet se blesse à la 30e: double
fracture du péroné. Il doit rester sur le terrain
car, en 1958, les remplacements sont interdits en
matchs de compétition… La piqûre de novocaïne
n’y fera rien: à dix contre onze, les Tricolores
succombent (5-2) en épelant deux fois “P.e.l.é.”.

19 juin 1954. Fini les vacances, le tarot et le

6 juillet 1960. À un quart d’heure de la fin, la

mini-golf! Malgré une victoire pour du beurre
face au Mexique (3-2), le 0-1 initial contre les
Yougoslaves fait gicler au premier tour les
Bleus, venus au mondial suisse en touristes.
“Le désastre que nous venons de connaître ne
nous laisse étrangement ni abattus ni tristes,
racontera Raymond Kopa. Jamais, sans doute,
une élimination n’a été célébrée dans une telle
débauche de champagne.” Hips.

28 mai 1934. À 22 heures, ils sont
4 000 supporters massés dans la Gare de Lyon
pour faire un triomphe aux Bleus, de retour
de la coupe du monde en Italie… où ils se sont
pourtant fait éliminer dès leur premier et unique
match par l’Autriche (3-2 a.p.)! “Quand un
Français marche la tête haute, vous pouvez être
sûr qu’il vient de se prendre une rouste”, disait
Claude Bez, bien plus tard…
5 juin 1950. La France dit “non, merci” à la coupe

du monde au Brésil! L’Écosse et la Turquie,

France mène tranquille 4-2 en demie contre
la Yougoslavie au Parc des Princes. La peau
de l’ours et une qualification en finale de ce
premier Euro pour les Bleus? Ni l’une, ni l’autre.
Les Yougos douchent l’arrogance française
au buzzer: 5-4! En Italie, on apprend à tenir un
score dès la maternelle.

12 novembre 1961. Match d’appui crucial France-

Bulgarie à Milan pour une place au Mundial 62
au Chili. Problème: le coach, Albert Batteux,
déclame du Coubertin à ses joueurs plutôt que
du Churchill: “Votre mission est importante, et
c’est vrai que vous devez représenter la France.
Mais le sport n’est pas la guerre, et l’honneur
d’un pays dans ce domaine n’est pas forcément
de gagner à tout prix et par n’importe quel
moyen. Dès lors qu’on a tout fait pour l’éviter
loyalement et avec panache, une défaite ne
le met pas en cause.” Résultat: les Bleus, sans
niaque, paument 1-0 sur un vilain csc de Dédé
Lerond! Losers.

15 juillet 1966. Les Bleus quittent le mondial,

sans doute à cause des avis divergents de leurs
trois entraîneurs Guérin-Jasseron-Domergue,
qui imposent le béton du marquage individuel
à des joueurs habitués à la défense en ligne…
Éliminés après deux matchs, les Bleus se
révoltent en imposant leur nouvelle tactique

Mekhloufi, par studio Harcourt.

14 avril 1958. Neuf joueurs “algériens”

du championnat de France quittent
clandestinement la France pour retrouver à
Tunis le onze du FLN. À deux mois de la coupe
du monde, les Bleus perdent Mekhloufi et le
super libero Zitouni. La France, troisième, auraitelle pu être sacrée en Suède avec ces deux
cracks? Qui sait… En 1998, Zidane réconciliera
la France et l’Algérie.
Coupe du monde 1958. Les Bleus tiennent le

choc 1-1 face aux dieux brésiliens en demie du

“Qu’est-ce qu’il y a
actuellement comme
grands, costauds,
puissants? Les Blacks.
(…) Les Espagnols, ils
m’ont dit: ‘Nous, on n’a
pas de problème. Nous,
des Blacks, on n’en a pas’”
Laurent Blanc, sélectionneur, 2011

Cheikh this out.

Les Bleus jouent en vert face aux Blancs.
Compris?

le ballon en tribunes autant de fois qu’ils le
veulent. Du coup, les Allemands reviennent à
3-3. En Italie, on apprend à tenir un score dès la
maternelle (bis).
25 juin 1986. Teutonie über la France… On

attendait la revanche de Séville à Mexico.
Mais c’est plié dès la 9e minute, quand Bats
se troue sur un coup franc de Brehme (2-0 et
finale pour la RFA). Beckenbauer: “La seule
chose que les Français ne savent pas faire, c’est
battre l’Allemagne.” Dont acte! Depuis trente
ans, la France n’a jamais battu l’Allemagne en
compétition officielle. Les Féroé, en revanche…
au triumvirat face à l’Angleterre. En vain: 0-2 à
Wembley et no satisfaction!
13 novembre 1974. Le Lyonnais Serge Chiesa,

seul joueur potable des Bleus, quitte le
rassemblement de l’équipe de France trois jours
avant le France-RDA crucial en qualifications de
l’Euro 76… “Les stages m’ennuient. Même si mon
club en organisait, je n’irais pas”, se justifie-t-il.
Il n’a pas tort: venir en bleu pour s’entraîner à la
belote, ça finit par gonfler…

26 avril 1975. France-Portugal à Colombes

(0-2). Les paléontologues sont formels: ce match
pourri est le point le plus bas jamais atteint par
les Bleus. Et, comme en foot, la paléontologie est
une science exacte…

9 octobre 1976. À cette époque, les Bleus

dévalués sont considérés comme des blédards
qu’on peut détrousser dans la savane. À Sofia,
l’arbitre Monsieur Foote, un peu “salaud”,
favorise les Bulgares et leur accorde un but horsjeu plus un penalty bidon à 2-2 à la dernière
minute! Bonev le rate… Thierry Roland est élu
homme du match.

1er avril 1978. En battant le Brésil au Parc sur un

but de Platini (1-0), la France s’autoproclame
fièrement “championne du monde des matchs
amicaux”… Un titre aussi bidon que tous les
prix littéraires qu’elle invente pour faire son
intéressante.

Kimberley FC et jouent en zèbres rayés vert et
blanc. Mais pourquoi ce genre de sketch n’arrive
qu’au foot français?
21 juin 1982. À Valladolid, la France mène
3-1 contre le Koweït quand Giresse plante le
quatrième, accordé par Monsieur Stupar. Fureur
du cheikh Fahid al-Ahmad al-Sabah, président
de la fédé koweïtienne! L’enturbanné descend
sur la pelouse pour demander à ses hommes de
rentrer aux vestiaires. Impressionné, l’arbitre
annule le but de Gigi, parce qu’un joueur
koweïtien aurait été déconcentré par un coup
de sifflet dans les tribunes… Mais pourquoi ce
genre de sketch n’arrive qu’au foot français, bon
sang de nouilles?
8 juillet 1982. À cette époque, les Bleus ne sont

plus considérés comme des blédards qu’on
peut détrousser dans la savane. À Séville,
l’arbitre Monsieur Corver sévit promptement
à l’encontre de Harald Schumacher, auteurcompositeur d’un déhanché sur Battiston: le
gardien allemand est sévèrement sanctionné
d’un renvoi aux six mètres.

8 juillet 1982. Séville, toujours. Face à la RFA,

les Bleus mènent 3-1 en prolongations, mais ils
ignorent que le règlement les autorise à dégager

10 juin 1978. Il fallait un dernier gag de bêtisier

pour ce Mundial raté. Ce sera lors de ce
Hongrie-France qui compte pour du beurre.
Le clown Henri Patrelle, intendant de l’équipe
de France, s’est gouré de maillots. Il faut en
trouver d’autres, ce qui retarde le match de
trente longues minutes. Rigolade planétaire: les
Bleus empruntent les maillots des amateurs du

Beau six.

“Une nuit, à 3 heures du
matin, je me suis soudain
réveillé et, là, j’ai parlé avec
quelqu’un… J’étais tout
seul avec cette personne
et, chez moi, j’ai pris la
vraie décision de revenir”
Zinédine Zidane, 2005

20 août 1988. Avant les mouettes et le chalutier,
il y a eu les sacs. “J’avais besoin de vider mon
sac. Je l’ai fait. Je lisais un truc de Mickey
Rourke, qui disait que celui qui s’occupait des
oscars à Hollywood était un sac à merde. Je
pense qu’Henri Michel n’en est pas loin.” Le futur
King sera suspendu un an en équipe de France,
ce qui plombera à mort ses qualifs
pour le mondial 1990. “Il n’est pas
un homme. Il est Éric Cantona”,
comme on dit à Manchester…
22 octobre 1988. Le Chypre-

France (1-1) est bien sûr honteux,
mais pas encore rédhibitoire
pour la qualification au
mondial 1990. C’est toutefois
le moment choisi par Claude
Bez, autoproclamé “super
intendant des Bleus” (sic), JeanClaude Darmon et le Variétés
Club de France pour évincer le
sélectionneur Henri Michel et
mettre Michel Platini à la place.
Les complots existent. Si, si: la
preuve.
Claquettes pour Luis.

26

_ avant-Match

14 juin 1992. À la fin du mach Angleterre-France

(0-0) les Bleus arrogants lèvent les bras au ciel,
sûrs de battre le Danemark en dernier match de
poules de l’Euro 1992. Normal, puisqu’ils sont
favoris du tournoi après leurs huit victoires en
huit matchs de qualif… Le 17 juin, à Malmö, le
“petit” Danemark tape 2-1 les coqs vaniteux qui
s’y voyaient déjà. Michel Platochin démissionne
le soir-même.

17 novembre 1993. Oubliez le Titanic 1912,
Pearl Harbor 1941, Hiroshima 1945, Dallas 1963,
Tchernobyl 1986, Céline Dion 1990… La plus
grande tragédie du xxe siècle s’appelle Emil
Kostadinov. Pas la peine de se remettre la bande,
hein.
3 juin 1997. 22e minute. Roberto Carlos botte le

coup franc le plus dingue de l’histoire du foot.
Un lift puissant qui contourne le mur façon
ligne Maginot avant de bifurquer sans prévenir
Barthez en poteau rentrant. Mais pourquoi ce
genre de sketch n’arrive qu’à l’équipe de France,
nom d’un petit cheval en bois?
12 juin 1998. Jules et Footix… Les seules fausses

notes du triomphe des Bleus durant leur
mondial. Pas la peine de se remettre la bandeson, hein.

Et là, c’est le drame.

“La seule chose que
les Français ne savent
pas faire, c’est battre
l’Allemagne”
Franz Beckenbauer, 1986

2 septembre 2000. Le match France-Angleterre

est précédé d’une petite cérémonie d’adieux à
Laurent Blanc et Didier Deschamps avec flashs
et fleurs. Le hic, c’est que Bernard Lama est
associé contre son gré à cet hommage aux côtés
de DD et Lolo. “Je crois bien qu’ils veulent me
foutre à la porte”, maugrée-t-il. Bien vu, Nanard.

6 octobre 2001. Un France-Algérie qui

tombe dans le contexte anxiogène de l’après
11-Septembre. La Marseillaise est copieusement
sifflée et l’envahissement de terrain à la 77e
interrompt la correction administrée aux
visiteurs (4-1). Du jamais vu… Les jeunes
Beurs déboussolés de la troisième génération
signifient par leur chahut que la France blackblanc-beur n’était qu’un mirage.

11 juin 2002. Terminus des prétentieux! Battus

2-0 par les Danois, les Bleus, tenants du titre
mondial, champions d’Europe et favoris de
cette coupe du monde asiatique, rentrent à

la maison… Virés au premier tour avec zéro
but alors que Henry, Trezeguet et Cissé sont
tous meilleurs buteurs de leur championnat
(Angleterre, Italie et France)! Un fiasco inouï
nourri d’arrogance (les deux étoiles brodées sur
le maillot Adidas), de malchance (Zizou blessé
en match amical inutile juste avant le mondial).
Et puis aussi de bouillie atroce beuglée par
Johnny “On-va-gagner-la-France-est-debuuuuu”
Hallyday.
3 juin 2004. Les Bleus vont à l’Euro portugais

avec un coach démissionnaire au 30 juin, soit
juste avant les demies. Fâché de ne pas avoir
été prolongé, Jacques Santini s’est engagé
avec Tottenham et bûche l’anglais Assimil.
Heureusement, ses joueurs ont la délicatesse
de gicler en quarts face à des Grecs qu’ils
ont pris de haut (0-1). Moralité? Jack Santini
détient toujours le meilleur bilan de tous les
sélectionneurs de l’EDF avec 78,57% de
victoires, 2,46 buts marqués par match
et 0,46 but encaissé. De quoi avoir les
yeux écarquillés.

France-Algérie, 2001.

9 août 2005. “Une nuit, à 3 heures du
matin, je me suis soudain réveillé et,
là, j’ai parlé avec quelqu’un… C’est
quelqu’un que vous ne rencontrerez
probablement jamais… Moi-même,
je ne m’explique pas cette rencontre.
Cette personne existe, mais ça vient de
tellement loin… Et là, durant les heures
qui ont suivi, j’étais tout seul avec elle
et, chez moi, j’ai pris la vraie décision

Le cameltoe de Footix.

de revenir.” Zidane annonce son retour en bleu.
Euh, pourquoi tout le monde rit?
14 avril 2006. Deux ans après sa candidature
non retenue au poste de sélectionneur, attribué
finalement à Jacques Santini, Jean Tigana
balance: “M. Simonet (alors président de la FFF,
ndlr) a dit: ‘Maintenant, il y a trop de Noirs en
équipe de France, on ne peut pas mettre en
plus un sélectionneur noir.’ Une phrase terrible,
même si je suis convaincu que M. Simonet n’est
pas raciste du tout.” M. Simonet démentira…
Heureusement, les mentalités changent: en
2018, Bernard Mendy aura toutes ses chances
pour succéder à Deschamps.
14 mai 2006. Depuis Clairefontaine, sur TF1,

Raymond Domenech expédie vitesse grand V
sa liste des vingt-trois élus pour le mondial en
Allemagne. Il livre ensuite à SFR, sponsor perso
et des Bleus, l’exclusivité de ses commentaires à
sa compagne Estelle Denis, pigée pour cet extra.
Raymond a tout simplement privatisé l’image
des Bleus à son profit. Elle est pas belle, la vie?

9 juillet 2006. “Ooooh! Zinédine, pas ça! Pas

toi, Zinédine, oh non!… Pas aujourd’hui, pas
maintenant, pas après tout ce que tu as fait. Oh
non! Zinédine… Zinédine ne doit pas répondre,

Bleus, arrivés tout juste à temps à Torshavn
pour battre les Férugineux 6-0. La moindre des
choses.
17 juin 2008. Raymond demande Estelle en

ne doit pas mettre ce coup de tête. Ce n’est pas
vrai, c’est son dernier match, c’est la finale de la
coupe du monde… C’est terrible. On était dans
un conte de fées, jusque-là… Il nous a donné
tant de bonheur. Ah! C’est à pleurer, à pleurer…”
Personne ne l’aurait mieux dit que Thierry
Gilardi.
24 janvier 2007. Gonzalo Higuain choisit
l’Argentine! “L’Iguane” ne suivra donc pas
l’exemple de son aîné franco-argentin David
Trezeguet. Par la suite, d’autres brillants
binationaux, tels Belhanda, Feghouli, Drogba,
Aubameyang, Brahimi ou Ghezzal, se déchoiront
eux-mêmes de la nationalité française…
13 octobre 2007. À force de tirer les Féroé en

qualifs, ça finit par mal tourner. Un atterrissage
très délicat sème la panique dans l’avion des

mariage en direct pour célébrer son fiasco
humiliant à l’Euro en Suissautriche… Mais le
plus drôle est à venir. Le 3 juillet, le conseil
fédéral de la FFF, présidé par Escalettes, le
maintient en place jusqu’en 2010. Elle est pas
belle la vie, vraiment?

18 novembre 2009. La France arrache sa place

au mondial sud-africain en égalisant in extremis
contre l’Irlande (1-1 a.p.), grâce à Thierry Henry,
fan de NBA, qui sert manuellement le buteur
Gallas… En Argentine ou en Italie, on aurait
applaudi la main astucieuse de Titi. La France
de Coubertin offusquée exigera, elle, que le
match soit rejoué!

20 juin 2010. Oubliez le 11 septembre 2001, le

krach financier 2008, Fukushima 2011, Maître
Gims 2037… La plus grande tragédie du
xxie siècle s’est déroulée le même jour à Téléfoot,
avec Ribéry en tongs qui débarque en direct
pour dire “On a dur”, puis dans un bus mal garé
à Knysna en mondovision. La classe!

MANGA

28 avril 2011. Blanc: “Qu’est-ce qu’il y a
actuellement comme grands, costauds,
puissants? Les Blacks. (…) Les Espagnols, ils
m’ont dit: ‘Nous, on n’a pas de problème. Nous,
des Blacks, on n’en a pas.’” Mombaerts: “Est-ce
qu’on s’attelle au problème et on limite l’entrée
du nombre de gamins qui peuvent changer de
nationalité?” Blanc: “Moi, j’y suis tout à fait
favorable.” C’est vraiment pratique, ces petits
dictaphones.
5 novembre 2015. Didier Deschamps

prononce “sexeutèpe” avec un air désolé au
moment d’écarter Karim Benzema et Mathieu
Valbuena des Bleus. Depuis, une interrogation
“techeunico-taqueutique” hante La Dèche au
plus haut point avant l’Euro à la maison: mais
bordel, pourquoi ce genre de sketch n’arrive qu’à
l’équipe de France?

13 avril 2016. Noël Le Graët, le boss de la FFF,
et Didier Deschamps ont pris leur décision: ils
n’emmèneront pas Karim Benzema à l’Euro. Du
coup, ce sera plus simple pour évincer aussi
Mathieu Valbuena. Par Chérif Ghemmour / Photos:
Iconsport et Afp/Dppi

YUSUKE MURATA

UVRE
ORIGINALE



ONE

UN COUP DE POING ET C’EST RÉGLÉ !

LE MANGA
ÉVÉNEMENT
EN LIBRAIRIE !
avec

Tomes 1&2 : Déjà disponibles

Tome 3 : Juin 2016

ONE-PUNCH MAN © 2012 by ONE, Yusuke Murata / SHUEISHA Inc.

28

_ Avant-Match

Des chiffres et des lettres

Stats de France
Le 12 mai prochain, Didier Deschamps dévoilera sa liste pour l’Euro. Vingt-trois noms qui s’ajouteront à la
longue liste des Français appelés en A pour participer aux quatorze coupes du monde et huit championnats
d’Europe des nations déjà disputés par les Bleus. Soit 275 joueurs, et autant de prénoms, tailles, poids,
départements de naissance, signes astrologiques et coiffures. Radiographie du sélectionné tricolore.
Statistiques compilées par Opta, éditées par Opta et So Foot

Poids *

Top 5

Le plus  léger

Prénoms

Poids moyen

Mathieu
Valbuena (58 kg)

Jean 10

Le plus lourd

75 kg

Gillet Rousset
& Stéphane
Ruffier (91 kg)

Âge au début du tournoi

Bernard 7

Le plus jeune

Robert 7

Louis Gabrillargues
1934
19 ans & 11 mois

Marcel 6

âge moyen

27 ans
& deux mois

Le plus âgé

Bernard Lama
2000
37 ans & 2 mois

Philippe 6

Pilosité

Taille *
Le plus petit

Taille moyenne

Alain Giresse
(1.63m)

0,4%

Le plus grand

1,79 m

Gillet Rousset
(1.95m)

Roux

* Poids et taille: manquent dans ce décompte
les coupes du monde 1930, 1934 et 1938.
** Pieds: 100% des joueurs à partir de 1982

GÉM

BALANC

16

IO
N

SA

G IT

Ribé
ry…

R
LI E


e…
lel

R
TAI

E

Ma
ke

Rocheteau…

CA P R I C

U

ma…
nze
Be

20

gauchers

droitiers

&
RP

EA

27

SC
O

30

20% 76%

E

Pe
dre
tti…

nda…
imbo
Ch

16

GE

VE

OR N

E

RS

SON S

VI E R

Valbuena…

P OI S

30

Go
vo
u

Signes
astrologiques

22

Pieds

N

tona…
Can

Nasri…

s…
Lario

32


rd
ilto
W

22

O

22



23

Monosourcil

Crêtes

U

15

1%

5%

ER

LI

U
TA

A
RE

CA N C

E AU X

3,9%

ambidextres **

+

0,1%

Stéphane Guivarc’h

6

Seine-Saint-Denis

13

6

1

14

Paris

Hauts-de-Seine

Pas-de-Calais

6

Val-de-Marne

Somme

5

Seine-Maritime

1

0

Finistère

0
Mayenne

Ille-et-Vilaine

2

4

1

4

Guadeloupe

1
Vendée

2

Martinique

2

CharenteMaritime

2

Creuse

Dordogne

Gironde

Uruguay

Lot-etGaronne

1

2

Landes

0

Argentine

Gers

4

PyrénéesAtlantiques

1

4

Maroc

2

Sénégal

1

0

HautesPyrénées

Espagne

0

Lot

0

0

6
Haute-

0

0

1

Ardèche

0

Drôme

2

5

0

Hautes-Alpes

Vaucluse

1

6

Alpes-de-HauteAlpesProvence
Maritimes

14

4

Bouches-du-Rhône

Hérault

Garonne

1
Ariège

1

Isère

Gard

Tarn

1

Savoie

Lozère

Aveyron

Tarn-etGaronne

2

Haute-Savoie

Haute-Loire

Cantal

0

1

2

Ain

2

0

Corrèze

6

Var

0

Aude

1

PyrénéesOrientales

15

Algérie

1

3

HauteCorse

Mali

2

Côte-d’Ivoire

1

Corsedu-Sud

Ghana

1

Nouvelle-Calédonie

1

1

Tahiti

Cameroun

2

Zaïre

Top 20

Clubs représentés

Top 10

Villes de naissance
Paris



Marseille



Toulouse


Oran
Lyon

13
6
6
5
5

Autriche

Suisse

Rhône

Loire

Puy-de-Dôme

2

0

8

5

0

Haute-Vienne

Charente

6

Allier

1

1

Jura

Saône-et Loire

1

0

0

0

1

Vienne

Territoire de Belfort

Doubs

Nièvre

Indre

2

HautRhin

1

Côte-d’Or

1

Cher

0

1

0

Haute-Saône

0

Loir-et-Cher

1

Guyane

Marne

2

Allemagne

4

Vosges

Yonne

2

9

BasRhin

0

0
Haute-

1

Loiret

5

Moselle

Meurtheet-Moselle

Aube

3

3

0

Meuse

2

Eure-et-Loire

Indre-et-Loire

DeuxSèvres

Marne

2

1

Marne

2
Seine-et-

Essonne

1

Maine-et-Loire

2

3

0

0

3

Loire-Atlantique

0

Vald’Oise

Sarthe

Morbihan

Ardennes

Aisne

Yvelines

Orne

0

1

2

2

2
Eure
0

Côtes-d’Armor

4

1

Luxembourg

Oise

2
Calvados

Manche

15

Nord

2

en mer

Lieux
de naissance

4
Strasbourg
4
Calonne-Ricouart 3
Nice
3
Alger
2
Saint-Etienne

Marseille
Bordeaux
Monaco
Lyon
Paris
Reims
Auxerre

28
25
22
20
18
14
13

Saint-étienne
Nantes
Sochaux
Arsenal
Racing Club
France
Chelsea



13
12
12
11
11
8

Nice
Juventus
Lens
Lille



Real Madrid
Strasbourg
Newcastle



8
7
7
7
7
7
6

30

So Foot _ Enquête

France

98
Lobby ou lubie?
Ils s’appellent Christophe, Emmanuel, Christian, Robert, Didier ou Laurent. Selon la
légende, ils auraient l’oreille des puissants et pèseraient de tout leur poids sur les
décisions du foot français. Ils formeraient une loge secrète qu’on appelle “le lobby
France 98”. Enfin, paraît-il… Et si toute cette histoire n’était qu’une vue de l’esprit,
voire un fantasme? Par Axel Cadieux et David Alexander Cassan / Illustrations: Anne-Gaëlle Amiot

12 juillet 2008, Saint-Denis, Stade
de France. À l’occasion des dix ans
du sacre mondial des Bleus face
au Brésil, l’association France 98
affronte une sélection mondiale.
Bernard Lama, gardien remplaçant de l’épopée
mais voix incontournable du vestiaire, en
profite dans les coursives pour présenter son
projet à ses anciens coéquipiers. Il parle de
“cellule de réflexion” ou même de “laboratoire
de recherche”, qui s’appuierait sur la société

F

civile et dépasserait le simple “projet de
footballeurs”. Le but de cette initiative?
“Utiliser le symbole que représente France 98
pour avoir une influence positive sur le sport
français, mais aussi sur la société, explique
Lama. On aurait pu faire le lien entre les couches
sociales, favoriser l’ouverture, mais aussi
développer le goût de l’effort, mieux valoriser
le sport. Mais pour ça, on devait rester groupés,
rester ‘les champions du monde’ et pas un parmi
d’autres.” Voilà ce qu’on appelle aujourd’hui

“Cette histoire de lobby,
c’est un fantasme
journalistico-fédéral”
François Manardo,
ancien chef de presse des Bleus

32

So Foot _ enquête

le “plan Lama”. Si certains joueurs comme
Lebœuf prêtent une oreille attentive, le groupe
rechigne à suivre le Guyanais. Henri Émile,
intendant historique des Bleus, se souvient:
“Il n’y a pas eu de révolution: l’esprit était plus
à la fête.” L’ancienne doublure de Barthez est
évidemment déçue: “Beaucoup de joueurs ne se
sont pas exprimés, parce qu’il y a toujours des
leaders et des suiveurs dans un groupe. Certains
étaient déjà dans le sérail et n’avaient besoin de
personne, et aucun n’est parvenu à se projeter
au-delà du terrain. C’est l’individualisme qui
est ressorti.” L’échec du “plan Lama” résume
assez bien le fossé qui existe entre l’image que
se fait l’opinion publique de ses idoles de 98 et
la réalité: le fameux “lobby France 98”, censé
influer sur la vie du football français, qui aurait
placé Laurent Blanc puis Didier Deschamps à la
tête des Bleus, et qui préparerait le terrain pour
Zinédine Zidane, ne serait pas si soudé que ça.
Mieux, ou pire, c’est selon: il ne serait sans doute
pas aussi puissant que l’avance la légende.

“Si vous ne gardez pas Domenech,
je m’en vais”
Mais, au fait, d’où part toute cette histoire de
lobby? À l’été 2008, au lendemain d’un Euro foiré
dans les grandes largeurs par l’équipe de France
et d’une demande en mariage embarrassante
en mondovision du sélectionneur Raymond
Domenech à Estelle Denis, la fédération
française de football vit des heures dignes de
House of Cards. Dugarry, Lizarazu, Petit, Pires,
Karembeu et même Zidane y vont de leur
couplet dans les médias pour sommer la FFF
de se débarrasser d’un homme n’ayant “jamais
rien gagné de sa vie”, dixit Dugarry. Rien n’y fait,
Domenech est maintenu à la tête de la sélection.
Mais, dans la foulée, L’Équipe évoque une
“tentative de putsch médiatique destinée à porter
Deschamps à la tête des Bleus”. Escalettes, alors
président de la FFF, déplore l’existence d’un
“clan” en plein conseil fédéral, puis L’Humanité
écrit tout haut ce que tout le monde pense
sans le prononcer: “Le lobby 98 travaille pour

Deschamps.” “Lobby”. La machine à fantasmes
est lancée. “Je pense que si l’un de ces gars avait
réellement voulu placer Deschamps, il m’aurait
appelé, rétorque Fernand Duchaussoy, numéro
trois de la FFF en 2008. Or, ça n’a jamais été le
cas. Le seul qui a fait pression, c’est Jean-Pierre
Escalettes… et dans l’autre sens!” Le président
de la fédé, partisan du maintien de Raymond
Domenech contre l’avis de Duchaussoy et de
Frédéric Thiriez, met même sa démission dans
la balance. “Jean-Pierre a été très ferme à ce
moment-là: ‘Si vous ne gardez pas Domenech,
je m’en vais’, reprend Duchaussoy, brièvement
président de la 3F entre 2010 et 2011. D’une part,
il voulait que Domenech finisse son mandat.
D’autre part, il songeait déjà au coup d’après:
placer Blanc en 2010. Étant d’Andernos-lesBains, sur le bassin d’Arcachon, il allait à tous
les matchs de Bordeaux. Mais il ne pouvait pas
nommer Blanc à l’époque vu qu’il était sous
contrat avec les Girondins.” Domenech en
attendant Laurent Blanc, plutôt que Deschamps
tout de suite, donc. Voilà qui contredit l’idée d’un
“lobby France 98” en ordre serré et assez influent
pour faire valoir ses intérêts. François Manardo,
en charge des relations avec la presse des
Bleus entre 2008 et 2010, brise le fantasme: “Ce
qu’Escalettes a pu qualifier de lobby en faveur
de Deschamps, ce n’est ni plus ni moins que la
propension de certains joueurs de France 98 à
faire passer leurs messages auprès de certains
médias. Sauf que dans un vrai lobby, les médias
sont un outil, pas un objectif! Ils ne sont pas allés
voir le ministre des Sports, ni même plus haut,
pour appuyer leurs préférences. D’ailleurs, ils
ne sont pas arrivés à leurs fins. Cette histoire
de lobby, c’est du jus de crâne: un fantasme
journalistico-fédéral.” Philippe Tournon, au
même poste que Manardo entre 1983 et 2004 et
revenu aux affaires en 2010, abonde, évoquant
lui une “juxtaposition d’avis dans les médias
sans volonté commune, délibérée, départagée”.
Pas de lobby donc, mais des influences éparses
et peu coordonnées, avec des résultats somme
toute assez minimes. Bien loin en tout cas des
grands desseins qu’on prête à cette soi-disant
confrérie: à l’arrivée, Lilian Thuram est élu au
conseil fédéral et Alain Boghossian devient
l’adjoint de Domenech. “Ça permettait de
justifier le maintien de Domenech en lui donnant
une caution, une béquille”, théorise Duchaussoy.
“Boghossian a été imposé au sélectionneur, croit
savoir Manardo. La FFF a voulu afficher auprès
de ces prétendus lobbyistes leur résolution à
comprendre leurs messages. On fait donc cette
petite cuisine en se bouchant le nez, et on met
le ver dans la pomme. Ça aboutira à 2010, à
Knysna. La FFF s’est imaginé ce lobby, c’est ça le
plus grave.”

“Si l’un de ces gars avait
réellement voulu placer
Deschamps, il m’aurait
appelé. Or, ça n’a jamais
été le cas. Le seul qui a fait
pression, c’est Jean-Pierre
Escalettes… et dans l’autre Les chevaux de Charbonnier
En y regardant de plus près, il aurait quand
sens!”
même une drôle de gueule, ce lobby: Emmanuel
Fernand Duchaussoy,
numéro trois de la FFF en 2008

Petit, le solitaire, qui dézingue l’icône Zidane
dans un livre paru en 2008; Bernard Lama,

“Blanc et Deschamps ont
été projetés parce qu’ils
convenaient à
l’establishment. Ce sont
les bons soldats qui ont
leur place dans le football
français” Bernard Lama

l’intellectuel engagé, issu de la classe moyenne
supérieure, secondé par Thuram ou Vieira;
Desailly et Karembeu, les hommes d’affaires;
Lionel Charbonnier, qui dresse ses chevaux en
attendant mieux; ou encore Lizarazu et Dugarry,
consultants médiatiques attachés comme
jamais à leur indépendance. Autant de profils
disparates et d’opinions divergentes qui cassent
l’image de ces mêmes mecs reprenant I Will
Survive à l’unisson. “Le lobby, c’est un mythe,
des conneries, ça n’a aucun sens, on n’est pas
des énarques. On ne se réunit qu’une fois par an,
et encore, pour des matchs associatifs. Lebœuf
est dans le monde artistique, Youri est à New
York, Barthez fait sa voiture… Il n’y a jamais eu
de sentiment de famille”, attaque Christophe
Dugarry. “Il y a quelque chose entre nous qui fait
qu’on est heureux de se revoir, mais il y a aussi
des caractères qui varient, des différences d’âge”,
appuie Frank Lebœuf. Le milieu Éric Carrière,
qui tape l’incruste dans le groupe champion du
monde lors de la coupe des confédérations 2001,
revient sur son expérience: “Il n’y avait pas un
groupe de champions du monde d’un côté et les
autres à part. Des joueurs qui n’étaient pas là en
98 pouvaient être très proches de champions du
monde, et inversement. Aujourd’hui, ils sont très
rarement ensemble et tout le monde ne s’apprécie
pas là-dedans, faut pas rêver.” Ou, comme le
dirait Bernard Lama: “Il y en a certains avec
qui je n’avais pas envie d’aller en vacances… Et
c’est réciproque.” Un groupe uni sur le terrain,
mais qui ne développe pas plus d’affinités
que ça en dehors peut-il vraiment former une
force en mesure de tirer les ficelles de l’avenir
du football hexagonal? Difficile à concevoir.
Dans les faits, seuls deux noms en semblent
capables. “Il y avait d’abord un vrai patron, Aimé
Jacquet, rembobine Philippe Tournon, dans
le premier cercle en 98. Il a su s’appuyer sur
deux leaders incontournables: Laurent Blanc
et Didier Deschamps. On a voulu les associer
mais ils sont très différents et n’ont que peu
d’affinités. Didier est très chambreur, extraverti,
quand Lolo est faussement distant, soucieux de
tout.” Deux leaders devenus deux chouchous, à
en croire Bernard Lama. “Blanc et Deschamps
ont été projetés parce qu’ils convenaient à
l’establishment, se risque l’ancien gardien du
PSG. Il y en a pour qui le chemin est tout tracé: ils
faisaient partie des points d’ancrage de Jacquet

“Le lobby, c’est un mythe, des conneries, ça n’a aucun
sens, on n’est pas des énarques. On ne se réunit qu’une
fois par an, et encore…” Christophe Dugarry

dans le groupe, font tout ce qu’il faut pour être
dans le système. Ce sont les bons soldats qui ont
leur place dans le football français.” Une place au
soleil que les deux enfants prodiges ont, cela dit,
mis un certain temps à se faire…

“Est-ce qu’on a fait un scandale?”
En 2004, bien avant le fiasco austro-suisse
de Domenech, l’équipe de France sort déjà
d’une piteuse période et d’un Euro décevant
au Portugal avec Jacques Santini, qui succède
à Lemerre après le désastre de la coupe du
monde 2002, à sa tête. Santini en partance
pour Tottenham, Claude Simonet, président
de la FFF, décroche son téléphone et propose
le poste à Laurent Blanc, alors tout jeune
retraité sans aucune expérience sur un banc.
L’opération est sur le point d’aboutir lorsque
des voix commencent à s’élever contre ce choix,
au premier rang desquelles… Aimé Jacquet,

alors à la tête de la DTN, qui se prononcera
également pour le maintien de Domenech en
2008. “En 2004, on pensait tous que Blanc était
plus compétent que Domenech, assure Dugarry.
Est-ce qu’on a fait un scandale, est-ce qu’on a
appelé Jacquet pour lui demander des comptes,
alors qu’il était le patron des champions du
monde? Non. Alors un lobby…” Dès sa prise
de fonction, Domenech se sépare de trois
historiques: Philippe Tournon, Philippe Boixel,
l’ostéopathe, et Henri Émile, intendant des
Bleus de 1984 à 2004 puis de 2010 à 2012. Il ne
cherche pas non plus à retenir Zidane, Thuram,
Lizarazu ou Desailly, qui annoncent tous leur
retraite internationale. Malin, il propose le
poste d’adjoint à… Laurent Blanc, qui décline
l’invitation. Une volonté de Domenech de garder
la main sur les anciens de 98, en offrant une
promotion à leur tête de proue pour imposer son
style dans un contexte défavorable? “Pourquoi
Raymond a-t-il sollicité Laurent Blanc pour être

son adjoint en 2004? C’est tellement calculé que
je préfère ne pas en parler”, s’agace Henri Émile.
Et si cette petite manœuvre était à l’origine de
la seule fois où le lobby 98 a, plus ou moins,
réellement influé sur le sort du football français?
2010, Knysna, Afrique du Sud. Lors de l’épisode
de rébellion du bus contre Raymond Domenech
et son staff, les anciens ont l’occasion d’éviter le
psychodrame. Et pour cause: la menace de grève
a fuité dès la veille. Deschamps était au courant
mais n’a pas spécialement activé ses réseaux
pour sauver l’image de l’équipe de France.
“Pourtant, les gars de 98 ont les Bleus dans le
sang, un réel attachement”, s’étonne encore
Manardo. Comment expliquer le silence de celui
qui deviendra sélectionneur deux ans plus tard?
“Je vais donner une image, poursuit Manardo.
Lors de divorces, certains parents se servent
de leurs enfants, qu’ils aiment plus que tout,
pour servir leurs propres intérêts. Ils utilisent et
manipulent ce qu’ils ont de plus cher au monde…
à des fins personnelles.” Il y aurait alors autant de
lobbys que de joueurs champions du monde en
1998. Moins Stéphane Guivarc’h, qui est bien le
seul à n’emmerder personne avec son business
de piscines. Tous propos recueillis par AC et DC



34

_ Couverture

“Je veux
créer
le nouveau
milieu de
terrain”
Son look, son dab pour célébrer ses buts, ses
frappes de loin, ses grandes chevauchées et ses
petits râteaux… Quatre ans après son départ de Manchester
United, Paul Pogba a imposé son style au cœur du jeu de la
Juventus Turin et en équipe de France, entre Lassana Diarra
et Blaise Matuidi. À un mois de l’Euro, entretien avec un joueur
qui pense au ballon d’or sans oublier qu’il n’y a pas si
longtemps, il mangeait des frites tièdes à la sortie d’un city
stade… Propos recueillis par Simon Capelli-Welter et Pierre Maturana, à Turin /
Photos: Iconsport, Photoshot/Iconsport, Imago/Panoramic, Picture Alliance/Dppi, Presse Sports et Panoramic

36

_ Couverture

“Mon frère Florentin, je l’appelle ‘Redbull dans le sang’!
C’est comme Astérix, il a dû tomber dans le Redbull quand
il était petit ; il a trop d’énergie en lui”

“Au city stade,
j’aimais bien jouer
contre les plus
grands, avec mes
frères. C’était plus
dur, très physique,
mais quand ils
mettaient des
coups, j’en mettais
aussi”

P

Tu as 23 ans, mais tu dégages une certaine
confiance en toi, ça vient d’où? Je l’ai toujours

eue. Qu’il y ait du monde ou pas, des caméras
ou pas, ça ne change rien, je suis comme si
j’étais avec mes potes, comme s’il n’y avait
personne d’autre. Je suis resté proche de mes
amis d’enfance, de mes gars, ce sont eux qui
me donnent cette confiance. Et mes frères, la base…
Je suis en contact tous les jours avec eux. Ça me fait
rester moi-même, je n’oublie pas d’où je viens. C’est
comme si j’étais au quartier tout le temps. Quand je dis
“le quartier”, je parle du city stade. On y jouait tous les
jours. Il a changé aujourd’hui, c’est du béton désormais.
Si tu tombes, tu te fais mal…

Florentin, l’un de tes deux frères (qui joue à l’AS SaintÉtienne, ndlr), dit de toi que tu es “fou”! Parce que j’aime

danser, je suis un danseur, c’est comme ça, c’est de
famille. Mais lui, il est plus fou que moi! Le plus fou

des fous, le premier des fous, il ne s’arrête pas! Je
l’appelle “Redbull dans le sang”! C’est comme Astérix,
il a dû tomber dans le Redbull quand il était petit ; il a
trop d’énergie en lui. Mathias, mon autre frère, est plus
calme. Moi, je suis entre les deux, une sorte de fusion…
Ça n’a pas dû être simple pour votre mère! Tu plaisantes?

Elle est pire que nous! Elle danse tout le temps! Il y a
tout le temps du monde à la maison, mes frères et
sœurs, ma mère, ça chambre beaucoup, et ma mère est
la première à rigoler. On l’appelle “Mamso”. Je suis
très “surnom”, j’en donne à tout le monde. Flo, c’est
“Flo’Zer”, donc on l’appelle “Le Zer”. Mathias, on
l’appelle “Le Dos” parce qu’il a un dos argenté, un dos
de gorille! Et moi, c’est “La Pioche” parce que… bah je
pioche! Ça vient d’un comédien ivoirien qui s’appelle
Gohou Michel. Il y avait une série dans laquelle il
disait “La pioche, il va piocher le village”. “Pogby La
Pioche”, PLP, ça me plaisait! Même ma mère m’appelle
“La Pioche”.

Tes premiers souvenirs de footballeur? Mon premier

entraînement. J’ai marqué trois ou quatre buts. On
mettait des plots pour faire les buts: quand tu tirais un
peu trop haut, l’arbitre devait décider s’il y avait but
ou pas… Moi je voulais jouer devant, marquer des buts.
Et puis il y avait le city stade, qui a été mon premier
centre de formation. Il y avait des duels, ça poussait,
ça se cognait contre les murs. “Arrête de pleurer, joue.”
J’aimais bien jouer contre les plus grands, avec mes
frères. C’était plus dur, très physique, mais quand ils
mettaient des coups, j’en mettais aussi.

Il paraît quand même que tu pleurais quand tu perdais!

Parce que je déteste perdre, quel que soit le sport. Foot,
ping-pong, ce que tu veux… Si je dois mettre un chewinggum dans la poubelle, faut que je le mette sinon j’essaie
jusqu’à ce qu’il rentre. Je tiens ça de mon père. Même
au perudo, je peux casser une fenêtre si je perds!
Le perudo? C’est quoi? Je suis le champion du perudo!

C’est un jeu que Tonton Pat’ (Patrice Évra) m’a montré.
C’est le jeu de dés qu’il y a dans Pirates des Caraïbes.
On y joue beaucoup en mise au vert. C’est un jeu qui
énerve, un jeu de petit malin, comme le poker. C’est de
la ruse, un jeu de menteur.

Donc tu es en train de dire que les Bleus préparent
l’Euro en jouant au perudo? C’est la base! Il faut savoir

Paul Pogbras.

se détendre parfois. Être détendu et tendu en même
temps, c’est le secret. Quand on est bien en dehors,
entre nous, ça se ressent sur le terrain. Aujourd’hui, on
se fait confiance, si quelqu’un perd le ballon, je cours le
récupérer, si quelqu’un fait une erreur, je vais la réparer.
Je ne suis pas ce qu’on pourrait appeler un ancien,
mais je constate une chose: le groupe est soudé. Et, du

En U16.

coup, on a un peu changé l’image de l’équipe de France,
qui était, disons, un peu “écornée”. Désormais, je sens
que les Français sont davantage derrière nous. Ça se
ressent au Stade de France. Lors de mes premières
sélections, j’avais plutôt l’impression qu’on jouait à
l’extérieur, parfois… Soit on n’entendait rien, soit on
entendait des “ouuuuuuuhhhh”… Je me disais “On est
où là?” Maintenant, ça pousse, ils chantent les noms
des joueurs, il y a du plaisir, et nous on le sent, ça nous
motive.
Qu’est-ce qui a changé? Les résultats. On est dans une

bonne séquence. On a beaucoup de jeunes qui sont
bien dans leur club et qui apportent leur dynamisme.
Griezmann, Martial, c’est le top en club, et le top en
sélection aussi, et puis les Dembélé ou Coman qui
est arrivé, c’est costaud… Et puis, il y a des gars qui
ont le pied chaud en ce moment. Payeeeeeeeet, il est
chauuuuuud! Et puis vous avez vu Grizou (Antoine
Griezmann, ndlr)? Il est serein, le mec. C’est choquant
comment il marque. C’est impressionnant parce qu’à la
base, c’est pas un 9. Avant, avec des statistiques comme
ça, il touchait des records. Maintenant, les Messi,
les Ronaldo, c’est encore un niveau au-dessus. Mais
faut que vous sachiez un truc… Griezmann, je vais le
dénoncer… Le mec que vous voyez devant les caméras,
ce n’est pas le vrai! Parce que lui, c’est un fou. Il aime
les musiques africaines! C’est un danseur, il danse sur
tout, il est reggeaton, Grizou!

“L’année où Pavel Nedved a eu son ballon d’or,
il n’arrêtait pas de scorer en Champions League:
voilà comment un milieu de terrain devient
ballon d’or”

Vous êtes tous des danseurs? Non, chacun son truc, il
y en a qui sont plus calmes, mais moi, je suis comme
ça, tout le temps en train de danser. Ça me vient de ma
mère, mes parents aimaient trop danser. Dès qu’on se
retrouve, ça danse! Ça veut dire bonjour chez nous. Et
puis j’ai toujours du son dans mes oreilles, appelez-moi
DJ La Pioche!
Cet Euro se passe en France, dans un contexte assez
particulier avec une charge émotionnelle forte, est-ce
que vous en parlez entre vous? Non, on pense déjà à

finir la saison. Je ne pense qu’au présent. On préfère
ne pas trop parler de l’Euro pour l’instant, on sait ce
qu’on veut, on sait qu’on est à la maison, mais on veut
éviter de se mettre trop la pression. C’est un tournoi en
France, ça rappelle forcément France 98. J’avais cinq
ans, et j’ai gardé quelques souvenirs gravés: le carton
rouge de Zizou contre l’Arabie Saoudite, le doublé

38

_ Couverture

“Pour moi, jouer
simple, c’est
dribbler. Jouer
en deux touches,
parfois, c’est plus
dur que dribbler”

de Thuram, la célébration de Dugarry. Puis la finale,
la base… À la fin du match, on est sortis, on courait
partout, on montait sur les voitures!
En parlant de France 98, tu es milieu de terrain, à la
Juventus et en Bleus, forcément ça rappelle un certain
Didier Deschamps. Sauf que vous n’avez pas du tout le
même style de jeu… Vous savez, c’est le genre de joueur

qui est essentiel dans une équipe même si on ne le
voit pas toujours… C’est comme Kanté, il court tout le
temps, il récupère, il joue simple, il donne, c’est comme
Lass, ou comme Blaise, même si Blaise il marque aussi,
il est chaud…
Et toi, ton rôle là-dedans? Moi, je m’adapte aux joueurs
avec lesquels j’évolue. Je fais le lien. En club, je suis
plus offensif, mais en sélection, je dose un peu plus
parce que le coach n’aime pas que je sois trop devant.
Il me dit: “Tu peux monter, mais… tu n’es pas à la Juve,
faut faire attention, quand Blaise monte, toi tu dois
rester. Faut toujours qu’il y en ait un.”

Avec sa maman.

Ça devient compliqué de définir ton poste. Tu es plus
qu’un simple relayeur, on dirait que tu veux tout faire…

Tu sais, j’ai joué avec des mecs comme Andrea Pirlo, ça
m’a fait grandir. Ça prouve que je ne suis rien du tout.
Des années passées à ses côtés, je suis ressorti plein
d’humilité, avec l’envie de suivre ce chemin, de devenir
quelqu’un, de faire évoluer les choses. Je regarde aussi
un joueur comme Pavel Nedved, et je me dis que,
l’année où il a eu son ballon d’or, il n’arrêtait pas de
scorer en Champions League: voilà comment un milieu
de terrain devient ballon d’or. Même quand tu es milieu
de terrain, c’est important de marquer si tu veux être au
top niveau.
Il y a un contre-exemple: Marco Verratti. Tout le monde
l’adore, pourtant il ne marque jamais. Techniquement?

Fort. Qualité de passes? Très fort. Tu lui donnes le
ballon, tu sais qu’il ne va pas le perdre. Il joue vers
l’avant, il n’a pas peur, il prend des risques, il dribble, il
fait des passes décisives, mais il est loin du but. Il a un
positionnement un peu comme Xavi voire Busquets.
Mais toi, là-dedans? Moi, je veux tout faire parce je
pense que je peux tout faire et que l’entraîneur dit que
je peux tout faire. J’ai envie de créer quelque chose. De
créer le nouveau milieu de terrain.
Et il fait quoi ce nouveau milieu de terrain? Tout! Il sait
récupérer le ballon, il sait remonter le ballon, il sait
faire le jeu, il sait faire des passes, il sait marquer.
Le truc que tu préfères, c’est quoi? Dribbler. Quand

j’étais petit, je dribblais. Trop. Je gardais le ballon,
j’étais perso. Avec le temps, tu apprends à partager,
mais même mon ancien entraîneur à la Juve, Antonio
Conte, me disait que j’étais trop gourmand. Il me
parlait tout le temps, il me disait de jouer juste, de
jouer simple. Ok, mais parfois ça passe… Alors quand
ça passe, tu as envie de dire “mais c’est passé, là! Ça a
amené quelque chose, pourquoi je vais arrêter?” Après,
quand ça ne passe pas, le coach dit “joue simple”. Mais,
pour moi, c’est ça jouer simple. Jouer en deux touches,
parfois, c’est plus dur que dribbler.

Ce serait donc plus simple de dribbler que de faire une
passe latérale? Oui, parce que je sais que je peux le

faire.

“Le Griezmann que vous voyez devant les caméras,
ce n’est pas le vrai! Parce que lui, c’est un fou.
Il aime les musiques africaines! C’est un danseur,
il danse sur tout, il est reggeaton, Grizou!”

Tu as dû en énerver des coachs… Quand on joue avec
moi, on sait que je suis obligé d’énerver le coach une
fois par match, c’est ma signature! Si je dribble et que
je perds le ballon, ça m’énerve parce que je ne dois
pas le perdre, et je vais me mettre dans la tête que je
dois re-dribbler encore… pour ne pas perdre le ballon
cette fois! (Rires) Dribbler, ça ne veut pas dire qu’on
n’est pas efficace. Regarde Cristiano Ronaldo, Messi,
Neymar… Neymar, c’est l’homme qui dribble le plus en
apportant beaucoup à son équipe. Comme Ronaldinho
était le joueur symbole de ce que j’appelle le “spectacle
efficace”. Et moi, c’est ce que j’aime. C’est la NBA: des
gestes de folie, des dunks, un public qui se lève, mais
de l’efficacité. Parce que tu peux pas penser qu’un
entraîneur de NBA ne privilégie pas le résultat. Sauf
qu’il y a du plaisir. C’est un modèle pour moi.
Tu suis la NBA? Pas beaucoup parce que les matchs

sont à 2, 3, 4 heures du matin! Mais quand je peux ou

La fiche

Paul Pogba
Né le 15 mars 1993
à Lagny-sur-Marne
1,91 m, 80 kg
Milieu de terrain
Clubs: Manchester United (20112012), Juventus Turin (depuis
2012)
Palmarès: Community Shield
(2011), champion d’Italie (2013,
2014, 2015), coupe d’Italie
(2015), supercoupe d’Italie (2013,
2015), champion du monde des
moins de 20 ans (2013)
Pogba prépare le hold-up de l’Euro.

International français
29 sélections, 5 buts

40

_ Couverture

Kung Fu Pogba.

“Mon voyage en
Guinée m’a fait
réaliser des
choses. Ils n’ont
rien mais on dirait
qu’ils sont plus
heureux que nous,
Européens, qui
avons tout”

quand j’ai du mal à dormir, oui. Sinon je regarde du
ping-pong…
D’ailleurs, c’est une légende où tu es vraiment si fort
que ça au ping-pong? Il paraît que tu as même gagné un
tournoi étant jeune… Ce sont mes frères les meilleurs!

Mathias est même champion de France, je ne l’ai jamais
battu. J’ai joué contre les deux, ils m’ont toujours tapé.
Un jour, on avait un tournoi avec le club de Roissy.
J’étais surclassé, donc je suis parti avec eux. Ils étaient
en finale, ils faisaient des balles (Rires)! Résultat: Flo,
premier, Mathias, deuxième, et moi, troisième. Le
ping-pong, c’est un vrai sport de concentration, si tu
t’énerves, tu sors de ton match. Ça m’aide aujourd’hui
sur le terrain.

On voit souvent l’équipe de France jouer au ping-pong à
Clairefontaine. Moi je ne joue plus trop, je n’ai pas envie

de taper mes potes! (Rires)

Dans quel secteur du jeu pourrais-tu encore progresser?

Partout. Surtout dans le jeu de tête. Je suis grand,
j’aimerais marquer de la tête. Mais je ne monte pas, je
n’aime pas qu’on me pousse, qu’on me tire le maillot…
Pourtant, tu as connu ça au city stade. Il n’y avait pas

de corner au city stade. Avant, je ne sautais jamais. Je
n’aimais pas. Quand la balle était en l’air, je la laissais.
Mes frères me disaient “faut que tu sautes, faut que tu
joues de la tête”. C’est quand je suis parti en Angleterre
que j’ai été obligé de m’y mettre.

Qu’est-ce qui t’a marqué à ton arrivée en Angleterre?

Paul Scholes. “Scholsey”. Son pied, il était réglé. Il
pouvait frapper dix fois, dix fois il mettait la balle au
même endroit. Et puis évidemment, l’impact physique,
l’intensité, l’explosivité, les frappes. Ça a commencé
là-bas, les frappes de loin. Parce qu’ils frappent
beaucoup, ils te disent de frapper tout le temps. Tu es

Pogba célèbre ses buts, comme dab.

en position, tu tires. Ils veulent marquer des buts là-bas,
c’est comme ça. C’est pas comme en Italie où le seul
truc qui importe, c’est la tactique. Parce qu’une équipe
tactiquement au point est très difficile à battre: Atlético
Madrid, Leicester… Claudio Ranieri a ramené sa touche,
je l’ai remarqué dès la première fois que j’ai vu jouer
Leicester. En Italie, on mange tactique, on dort tactique.
En Angleterre, ils veulent marquer des buts ; en Italie,
ils ne veulent pas en prendre. C’est comme ça.
Et toi qui veux marquer plus de buts, tu te situes où? (il
prend une petite voix) Ben… Comme je suis en Italie, on
va dire que je ne veux pas prendre de buts (rires)!

”L’Euro en France, ça
rappelle forcément 98.
J’avais cinq ans, j’ai gardé
quelques souvenirs.
À la fin du match face
au Brésil, on est sortis,
on courait partout,
on montait sur les
voitures!”

Ton mode de vie a changé ici à Turin, non? Bien sûr. À

Manchester, au début, j’étais dans une famille d’accueil,
avec un pote italien qui joue à Cluj en Roumanie
maintenant. Là-bas, j’étais bien, ma famille passait son
temps à jouer au golf, même quand il pleuvait, ils y
allaient. Et puis, on mangeait bien, on cuisinait même
parfois, on était relâchés… En Italie, j’ai appris une
chose: il faut se reposer. C’est pour ça que les joueurs
durent longtemps là-bas. Jusqu’à 40 ans. Parce qu’ils
mangent bien. Pas de gras, ils mangent tout le temps
des pâtes.

Pas des frites tièdes… Pas de frites, non (rires). C’est

vrai que quand j’étais jeune, comme je n’avais pas de
sous pour acheter les merguez-frites, je faisais des
frites le matin, pour les manger l’après-midi. C’était
un peu tiède, même froid on va dire! Mais maintenant,
c’est fini, ici, c’est de l’eau et des pâtes. Pasta pomodoro
(pâtes à la sauce tomate). Je fais attention. Et puis, je
finis mon assiette. Il y a cinq ans, je suis allé en Guinée,
c’était la première fois que j’y allais, première fois que
je voyais ma famille, ça m’a fait réaliser beaucoup de
choses. Quand tu découvres comme ça un pays pauvre,
tu comprends ce qu’est la souffrance, et combien nous,
on a de la chance. Nous on peut boire quand on veut,
dans les centres commerciaux, il y a à boire, dans
les toilettes, il y a à boire. Eux, ils n’ont pas d’eau. Ils
vendent des mouchoirs pour essayer d’avoir un tout
petit peu d’argent pour boire un peu. Je te promets
que depuis que je suis revenu de ce voyage, je ne vois

plus les choses de la même façon. Je
ne gaspille plus jamais l’eau, je me dis
souvent: “gonfle ton ventre s’il faut, décale
la nourriture dans ton estomac mais finis
ton assiette”, et j’arrête de me plaindre
pour des conneries. Parce que, eux, là-bas,
ils rigolent, ils jouent au foot. Ils n’ont rien
mais on dirait qu’ils sont plus heureux que
nous, Européens, qui avons tout.
Il y a quelque chose d’initiatique dans ce voyage,
finalement? Oui. En fait, ils te regardent, mais tu

es un extraterrestre. Tu es noir, ils sont noirs, mais
ils savent que tu n’es pas de là-bas. Tout ça m’a fait
grandir. Depuis ce voyage, j’arrive à me dire: “C’est
rien, c’est qu’un match de foot, il y a des choses plus
importantes dans la vie.” Et je sais que je n’ai pas le
droit de gâcher la chance que j’ai d’être footballeur.
Cela me donne encore plus envie d’avoir une grande
carrière. Je veux devenir une légende. Être le plus
grand milieu de terrain dans l’histoire du football.
Légendaire. Par SCW et PM



42

_ Spécimen

Clément
le Fr ançais

Ça fait dix-huit ans qu’il trimballe son coq Balthazar, son maillot bleu et son sobriquet
dans tous les stades du monde pour supporter l’équipe de France. Pourtant, à 68 ans,
Clément d’Antibes s’apprête à raccrocher: cet Euro 2016 à la maison sera celui de ses
adieux. Et dire que tout a débuté par un coup de foudre pour Daniel Bravo… Par Marc
Hervez et Mathias Edwards, entre Nice et Antibes / Photos: Renaud Bouchez, Iconsport, DR et Panoramic

“J’ai dit à ce
morveux d’Évra
que ce n’était pas
bien, ce qu’ils
avaient fait. Je me
saigne en prenant
un crédit de
4000 euros pour
aller les voir, et
eux, ils font grève”
Clément,
à propos de Knysna en 2010

Il est installé pile derrière le but d’Alphonse
Areola, à l’échauffement, en train de se faire
martyriser par Karim Benzema, Antoine
Griezmann, Alexandre Lacazette et Anthony
Martial. Ce jeudi 8 octobre 2015, dans
l’Allianz Riviera de Nice, Clément d’Antibes s’apprête
à encourager l’équipe de France pour la 221e fois,
à l’occasion d’un match amical face à l’Arménie, à
moins de 25 kilomètres de son appartement antibois.
Celui que l’état civil désigne sous le nom de Clément
Tomaszewski, aidé par son épouse, “Éliette d’Antibes”,
fixe une banderole à sa gloire. Avant de déposer sur
les 406 sièges réservés par l’association loi 1901 de
supporters qu’il préside, et qui porte son nom, des
écriteaux, à brandir lors de l’entrée des joueurs, sur
lesquels on peut lire une belle coquille: “Clément
d’Antibes, FRANCE-ARMEMIE (sic), Allez la France.”
Main sur le cœur, droit comme un I, Clément entonne
ensuite l’hymne national comme si sa vie en dépendait.
Les Bleus donnent le coup d’envoi, Clément peut
s’asseoir. Enfin.

g

RTT, cigarillos et Henri Émile
À 68 ans, cet ancien gypso-technicien (“le gars qui fait
les plâtres à l’hôpital”) à la retraite est fatigué: après
sept coupes du monde, cinq championnats d’Europe
et des dizaines de matchs amicaux –“Je jonglais entre
les RTT et les arrêts maladies pour aller aux matchs.
Parfois, je cochais la date: je savais trois mois à l’avance

que tel mercredi, je serais malade”–, Clément d’Antibes
raccrochera le maillot bleu floqué à son nom après
l’Euro 2016. Une décision qu’il a déjà prise en 2010,
après le fiasco de Knysna. “J’ai dit à ce morveux d’Évra
que ce n’était pas bien, ce qu’ils avaient fait. Je me
saigne en prenant un crédit de 4000 euros pour aller
les voir, et eux, ils font grève. Il m’a répondu ‘Mais j’y
suis pour rien, il y avait 25 mecs autour de moi, qu’estce que tu veux que je fasse, que je me batte?’ Que du
bidon.” C’est le retour de son pote Henri Émile dans
le staff des Bleus qui lui fait changer d’avis. “Il était
tout heureux quand Laurent Blanc m’a rappelé. Je
suis content quand je le revois, explique l’historique
intendant. Le jubilé de Tigana, le 22 mai à Cassis, je
sais qu’il sera là. Quand on avait inauguré le stade à
mon nom à Poigny-la-Forêt, dans les Yvelines, il était
monté depuis Antibes! C’est dommage qu’il arrête
après l’Euro, la passion doit dépasser les hommes.” Sauf
que cette fois, ça semble être pour de bon. La raison?
Au choix: l’âge (“je m’essouffle un peu. Quand on est
allé en Albanie en bus, j’ai failli gerber”), la nouvelle
méthode d’attribution des places pour l’Euro, ces
stades ultramodernes non fumeur qui le contraignent
à se planquer pour tirer sur ses cigarillos, la nouvelle
génération de joueurs pourris-gâtés qui esquivent les
photos, ou encore la lassitude d’Éliette, qui “rêve d’enfin
prendre de vraies vacances”. Mais peut-être aussi parce
qu’il attire moins l’attention des caméras. “Aujourd’hui,
on voit beaucoup moins Clément à l’image, reconnaît
Fabien, porte-parole des Irrésistibles, le nouveau club

Coqs en stock.

44

_ Spécimen

SDF jusque dans la façon de vivre.

“Le pire pour
se repérer, c’est
les pays de l’Est.
C’est marqué
en hiéroglyphes.
Tu peux te
retrouver dans un
bar à putes sans
être au courant”
Clément, voyageur du monde

de supporters des Bleus (voir page 70, ndlr). Ça veut
dire qu’on fait le boulot, et que les supporters de l’équipe
de France ont changé. Depuis 2014, la fédération
tient à se détacher de l’image du supporter post-98
franchouillard et à promouvoir une autre dynamique:
des fans qui chantent et qui font des tifos, plutôt qu’un
spectateur derrière une banderole à son nom. On ne
veut pas savoir si on nous a vus à la télé, mais si on
nous a entendus. Respect total à Clément pour sa
fidélité, mais on a des types plus assidus, qui ont 70
matchs de plus à leur actif, et qui ne se mettent pas
en avant. On n’a pas de Julien de Paris, par exemple.”
Le principal intéressé a senti le vent tourner. “La fédé
tente d’imposer les Irrésistibles. Ils ont pris de l’ampleur.
Forcément, au Stade de France, ils sont 1 200 et sont à
une station de métro. Mais en déplacement, ils sont une
trentaine…” Clément pourra se consoler en se disant
que jamais les Irrésistibles ne figureront en photo

dans les livres d’éducation civique, comme il le fut
dans l’édition 2003 du manuel édité par Magnard, à
destination des élèves de 3e. Une reconnaissance qui
fait la fierté de celui qui a vu le jour en 1948 en Algérie,
d’un père polonais engagé dans la légion étrangère et
d’une mère espagnole.

Gallinacé et hiéroglyphes
Mais Clément n’est pas dupe. Il se doute qu’il doit
surtout cette reconnaissance à Balthazar, son célèbre
coq. Ou ses coqs, puisque “Balthazar est bien mort
une dizaine de fois. Mais comme ils ont tous la même
mère, je garde le prénom.” Malheureusement, la ferme
qui l’approvisionne en volailles a perdu tout son
cheptel, suite aux inondations qui ont touché la côte
d’Azur en octobre dernier, et est actuellement engagée
dans un bras de fer avec sa compagnie d’assurance.

un roman. Laisse-moi rentrer, merde…” Dorénavant sans
fournisseur, Clément va devoir ruser pour trouver le
+1 qui l’accompagnera dans les stades l’été prochain.
Ce ne sera pas la première fois. Les volatiles n’étant
pas les bienvenus en avion, le premier défi de Clément
après chaque atterrissage en terre inconnue demeure
de trouver un Balthazar. Comme en 2010, en Afrique
du Sud, lorsqu’il visite un township pour dégoter le
roi de la basse-cour. “Un Black du coin nous avait
emmené à 30 bornes de Cape Town. On a dû se barrer
vite fait, des types se ramenaient avec des serpettes.
On s’est fait caillasser. Résultat, j’ai pas eu le temps
de récupérer ma monnaie, j’ai dû le payer 40 dollars.
En Corée, ça m’avait coûté 5 euros…” Si le mondial
des hommes de Domenech ne dure pas longtemps, le
séjour sud-africain de l’ancien hospitalier aurait pu être
encore plus éphémère. Antoine Boutonnet, qui dirige
la division nationale de lutte contre le hooliganisme et
qui est chargé de faire l’interface entre les supporters
des Bleus et les autorités du pays hôte, se souvient
de l’entrée des Tricolores dans la compétition, face
à l’Uruguay. “Au début du match, les stadiers nous
parlent d’un ‘gros problème’ avec un supporter, via
le talkie-walkie. J’y vais et je vois Clément entouré de
gens de la sécurité.” Boutonnet est contraint de jouer
au diplomate. La législation locale interdit en effet
les animaux à l’intérieur des stades. “Les mecs me
disaient ‘speak English?’ ‘bah non, no speak, je parle
pas anglais, qu’est-ce que tu m’emmerdes?’, râle encore
Clément. Il y a toujours un copain pour me traduire
l’anglais, d’habitude. À chaque fois, je me dis que je
vais apprendre, j’ai acheté une méthode Assimil ou
un truc comme ça, mais j’y arrive pas. Et puis, ça fait
trente-quatre ans que je me démerde. Je sais juste dire
‘window’, pour l’avion. Si je ne suis pas côté hublot,
je suis malade.” Malgré plus de 300 000 kilomètres
et 39 pays visités grâce aux Bleus, l’Antibois rame
toujours autant pour communiquer. Autant dire qu’il a
passé un bel Euro 2012 en Ukraine-Pologne… “Le pire,
c’est les pays de l’Est. C’est marqué en hiéroglyphes. Les
cartes sont fausses. Tu peux te retrouver dans un bar à
putes sans être au courant. T’es obligé de te renseigner
auprès du premier mec qui passe avec sa charrette.
Biélorussie, Slovénie, on s’est toujours paumés dans
ces pays perdus…” Reste le charme de la rencontre
avec l’autochtone. “Tu voyais des mecs aux crânes
rasés, avec des croix gammées… Tu sens dans leur

Clément –qui confie ne “jamais manger de coq au
vin”– et Balthazar, c’est une association qui durait
pourtant depuis le 8 juillet 1998. “France-Croatie,
demi-finale. Avant le match, autour du stade, on est une
quarantaine à se balader avec des coqs. Mais quand il
a fallu rentrer, tous n’ont pas pu, car leur coq était trop
gros. Tandis que moi, je l’avais mis dans mon pantalon,
s’emballe l’infirmier en désignant son entrejambes. Ce
con m’avait cagué de partout, ça dégoulinait. Arrivent
les hymnes. Coq sur l’écran géant. Pour les stadiers,
c’était naturel, comme si j’avais eu l’autorisation.” À la
suite de ça, Clément obtient une lettre de la fédération
l’autorisant à pénétrer dans tous les stades de France
avec son animal. “Il y a un seul endroit où je n’ai pas
pu, c’était à Bordeaux. Le responsable de la sécu, c’était
le grand patron de la SPA du Sud-Ouest. Il me dit ‘j’ai
beaucoup de respect pour vous, mais je ne peux pas
admettre que vous traumatisiez ce gallinacé’. Il m’a fait

“Respect à
Clément, mais on a
des types plus
assidus qui ne se
mettent pas en
avant. On n’a pas
de Julien de Paris,
par exemple”
Fabien, porte-parole
des Irrésistibles, le nouveau kop
de supporters des Bleus

46

_ Spécimen

French kiss.

dans la vieille ville. L’occasion pour lui de se faire des
amis. Dont Daniel, surnommé “Banel”. Au début des
années 80, le courant passe tout de suite entre les deux
hommes. Supporter de l’OGC Nice, Banel emmène
Clément découvrir le stade du Ray et ses Aiglons,
parmi lesquels le jeune prodige local, Daniel Bravo,
dont Clément tombe amoureux. C’est cette passion
pour le “Petit Prince” qui marque le début de la course
de Clément Tomaszewski vers le titre officieux de
supporter numéro 1 de l’équipe de France de football.

De Van Gogh à Dalida

regard qu’ils sont là pour la baston. Alors je ne parle
“Quand on avait
pas anglais, mais je sais dire ‘bière’ en russe. Je criais
inauguré un stade ‘pivo!’. Tu paies une tournée générale à 3 euros, terminé,
on ne te touche plus.”
à mon nom dans
les Yvelines, il était “Un charme naturel”
monté depuis
Des moments de “convivialité” qui lui rappellent
forcément son adolescence passée en Dordogne.
Antibes! C’est
Clément Tomaszewski a neuf ans lorsque ses parents
dommage qu’il
quittent la Tunisie pour Bergerac, où ils achètent
ferme. Au pays des omelettes aux morilles, du
arrête après l’Euro, une
monbazillac et du rugby, le gamin s’adapte vite. Il y a
la passion doit
le foot, d’abord, au Club Stella. Et puis, à l’adolescence,
dans les années 60, les amis: André, le rugbyman,
dépasser les
Marco, “le petit Pied-noir boxeur”, et Gérard, “le grand
blond costaud”, comme les décrit le premier cité. “Tous
hommes”

Henri Émile, intendant historique
de l’équipe de France

les copains se regroupaient par bandes au centre ville
de Bergerac. On prenait le car qui nous amenait dans
les petits villages alentours, pour aller dans des bals
qui se tenaient dans des dancings.” Et qui dit bandes
et bals, dit bastons. La faute à une fille qu’il ne fallait
pas draguer, la plupart du temps. “C’était au coup de
poing, il n’y avait pas de couteaux. Mais on n’était pas
trop ennuyés sur ce plan-là, car Clément était craint
avec son mètre 90. D’ailleurs, il avait beaucoup de
succès avec les filles, il était reconnu pour ça. Il avait
un charme naturel”, précise André. En mars 1968,
au retour d’un service militaire effectué à Brive-laGaillarde, Clément met le cap sur la côte d’Azur, où
ses parents et ses deux frangins sont installés depuis
peu à Saint-Laurent-du-Var. Son pote Gérard, lui, a
déménagé à Antibes, quelques années auparavant.
Clément l’y rejoint, et trouve un job de garçon de
plage. Sur le sable, le jeune homme à l’allure sportive
et au regard clair ne passe pas inaperçu dans son slip
de bain. Et c’est Éliette, donc, qui remporte la mise. La
jeune auxiliaire de puériculture de l’hôpital d’Antibes,
qui sait que son directeur désire monter une équipe de
football, s’empresse de vanter les mérites balle au pied
de son plagiste, qui intègre l’équipe sans être employé
de l’hôpital. Sur les terrains du championnat corporatif,
Clément brille à tel point qu’il se voit offrir une place
d’homme à tout faire au Centre hospitalier –poste qu’il
garde jusqu’à sa retraite en 2008–. “Il s’occupait du
linge sale”, croit savoir André, son copain de Bergerac.
Lorsque Clément n’est pas occupé à l’hôpital ou auprès
d’Éliette, il passe une partie de son temps libre à
jouer au rami, assis à une table de la Brasserie Jules,

Ce matin de juin 1982, Clément propose à Banel d’aller
à Bilbao dans les jours qui suivent, pour assister au
premier match des Bleus au mondial, face aux Anglais.
L’idée? Représenter Bravo. “Il avait été présélectionné,
mais il s’était bousillé le genou, raconte Clément. Donc
je me suis dit que si lui ne pouvait pas y aller, pourquoi
est-ce que nous on n’irait pas?” Banel est sur le point
de se marier, mais qu’importe, il embarque Clément
dans sa 504. Les deux lascars foncent vers le Pays
basque, achètent des places à la sauvette et se pressent
dans San Mamés. Banel et Clément se retrouvent en
tribunes à quelques sièges de Patrice Laffont (“J’étais
invité par un copain. Je n’étais pas très content, c’était
la première fois que je voyais un match derrière les
buts”), et de… Dalida, accompagnée par les heureux
vainqueurs d’un jeu concours. “Elle avait un seau de
peinture sur la gueule, il faisait 40 degrés”, se marre
Clément trente-quatre ans après. Banel se souvient
surtout que c’est en se faisant prendre en photo avec
la star qu’ils ont raté le but de Bryan Robson, après
vingt-sept secondes de jeu. Une inattention dont
Clément n’est pas franchement coutumier, lui qui est
plutôt du genre à cheval sur les règles. Notamment
concernant l’alcool. L’une des directives de la charte
de son association bannit d’ailleurs les beuveries en
déplacement. “J’ai jeté des gars de l’assoce parce qu’ils
attaquaient le whisky dès le matin. J’ai vu des mecs
défoncés qui ne savaient pas qui était l’adversaire. Des
types se faire taper parce qu’ils avaient mis la main au
panier à une gonzesse. J’ai bu, mais c’est fini, tout ça.
Avant, dans la valise, il y avait toujours la bouteille de
51. En déplacement, c’est con de se lever à midi et de
ne rien visiter.” C’est que Clem’ cultive par ailleurs une
sensibilité culturelle et artistique. “Grâce à l’équipe de
France, il y a quinze ans, j’ai connu une gonzesse qui
étudiait Van Gogh. Ce qui me plaît chez lui, c’est qu’il
ne met pas de noir dans ses tableaux. C’est la clarté, le
soleil, le blé… À chaque fois que je vais quelque part, je
regarde s’il n’y a pas une exposition sur Van Gogh. En
voyage, je suis autant touriste que supporter.” Ainsi,
Clément, son maillot des Bleus sur les épaules (“Je
peux le mettre pendant vingt jours, je le lave quand
je prends la douche”), s’arrange toujours pour partir
trois, quatre jours, lorsqu’il suit l’équipe de France à
l’étranger, afin de visiter tous les châteaux, monuments
et sites pittoresques. Et forcément, ça a un coût.
“Quand je revois Rothen ou Giuly, ils me demandent:
‘Comment tu faisais? Tu dois avoir du pognon, on
te voyait à chaque match.’ Alors je leur explique que
quand ils étaient au chaud, moi, je dormais dans une
gare, avec des cartons, comme un SDF.” Une chance
qu’aucun Balthazar n’ait eu à finir en duvet… Tous
propos recueillis par ME et MH



Boys band, modem 56k, survêts à pression
et Emil Kostadinov

Préface de

s

Tony Vairelle

Après les eighties,
SO FOOT ressuscite les années 90
disponible en librairie
et sur www.boutique-sopress.net/16-livres

SO FOOT

48

_ à la culotte

Il n’a pas la relance de Varane, ni le swag de Sakho,
mais une coupe à la brosse et des méthodes
expéditives qui font qu’il est improbable qu’un gamin
normalement constitué accroche un jour un poster à son
effigie dans sa chambre. Malgré son statut de meilleur
défenseur de Premier League et de sauveur d’une fabrique
d’accordéons dans sa région de Corrèze, Laurent Koscielny
souffre toujours d’un cruel déficit d’image en France. Portrait
d’un type normal. Par Maxime Brigand, à Tulle, avec Swann Borsellino / Photos:
GettyImages, Picture Alliance/Dppi et DR

La veste de costume a disparu, la cravate
bringuebale, la démarche est hésitante
mais le pied droit, lui, ne tremble pas. Ce
18 juin 2011, au stade Alexandre-Cueille de
Tulle, c’est l’appel du football. Alors, que l’on
s’appelle François Hollande ou pas, que l’on
soit tout frais candidat à la primaire socialiste ou pas,
il faut faire des mains, mais surtout des pieds devant
photographes et caméras. Face aux buts gonflables
installés par le personnel du Sporting Club Tulliste,
l’ancien maire de la ville assure lors d’un concours
de tirs au but. C’est ici, sur les rives de la Corrèze,
derrière la place Martial-Brigouleix et à l’occasion d’un
tournoi U15 dont il est le parrain, que l’ex-député du
“19” lance véritablement une campagne placée sous le
signe de la normalité. Battu mais jovial, le parrain de
la compétition, coincé dans son sweat à capuche gris,
multiplie les poignées de main avec le sourire. Tulliste,
fier de ses racines, Laurent Koscielny profite ce jourlà de l’événement pour faire connaissance avec son
ancien maire. “Il était assez proche de ses administrés.
Tous les samedis matin, il passait au marché, faisait
la bise à tout le monde. Tulle, c’est un village de
quinze mille habitants. Il connaît même mes parents”,

K

rembobine le Gunner. “Je ne suis pas sûr que François
ait conservé son bon pied droit!”, se marre aujourd’hui
Bernard Koscielny, père de. Sûr, cependant, qu’il a
conservé dans sa penderie la tunique d’Arsenal, aux
couleurs du parti socialiste, que Laurent lui a offert. Un
maillot qui aurait pu être floqué “Normal, 19”.

De l’Élysée au Brésil, en passant par Tours
C’était il y a maintenant cinq ans. François Hollande
avait encore de l’embonpoint, des lunettes rondes, et
n’était pas encore président. Depuis qu’il l’est devenu,
le président et le défenseur des Bleus se sont revus une
fois, à Clairefontaine, quelques jours avant de filer pour
le Brésil disputer la coupe du monde 2014. “Il était venu
déjeuner avec nous. Là, je l’ai à nouveau vouvoyé, c’était
quand même le président de la République! Malgré son
statut, il est resté décontracté avec moi, et m’a même
demandé des nouvelles de mes parents”, raconte celui
qui donne habituellement du “tu” à Hollande. Avant
de se plier aux obligations protocolaires, le défenseur
a surtout connu la France du foot d’en bas. Auréolé du
titre de meilleur défenseur de ligue 2 décroché avec
Tours, il rejoint Lorient à l’été 2009. Glamour? Pas

“François Hollande
était venu déjeuner
avec nous avant le
départ pour le
Brésil. Là, je l’ai à
nouveau vouvoyé,
c’était quand
même le président
de la République!”
Laurent Koscielny,
un homme qui tutoie le président

Sur YouTube, tapez: “Jacuzzi poop.”

vraiment. À vrai dire, Koscielny ne rime pas avec blingbling ni extravagance. Dans un milieu où les tatouages
et les folies capillaires sont de rigueur, le défenseur
passerait pour un ascète avec sa coupe de pompier.
Tout sauf un entertainer selon Arnaud Le Lan, un
historique du club breton: “Quand il est arrivé,
j’avais toujours l’image du garçon que j’avais connu à
Guingamp quelques années plus tôt: timide, réservé. Il
est resté discret dans sa manière d’être, mais à Lorient,
sa mentalité sur le terrain tranchait complètement
avec ça. Il n’est pas solitaire, mais ce n’est pas un mec
qui doit s’intégrer à tout prix. Il est capable de vivre à
côté sans souci. Dans l’animation, dans les sorties, il
était présent, mais il n’organisait rien.” L’entraîneur de
l’époque, Christian Gourcuff, se souvient avoir dragué
Laurent Koscielny avec “un discours simple. L’attrait

de Lorient, c’était la capacité à être un tremplin. C’était
notre fonds de commerce”. Un fonds de commerce qu’il
va connaître pendant un an, avant de rejoindre Arsenal
en fin de saison. Œil des Gunners sur le marché
français, Gilles Grimandi avait déjà repéré le talent du
côté de Tours, où Daniel Sanchez avait eu l’intelligence
de le replacer dans l’axe après une formation passée
sur le côté. “Mon regret, c’est d’avoir attendu qu’il aille
à Lorient avant de le signer, pose Grimandi. Laurent,
à ce moment-là, c’était un bon Corrézien, un garçon
de la terre, qui était heureux de ce qui lui arrivait. Il
fallait simplement qu’il ambitionne, personnellement,
d’atteindre l’excellence.” En résumé, un brave type, dont
on ne savait pas s’il avait la capacité mentale d’assumer
une marche aussi importante que celle menant de la
ligue 2 à Arsenal. Un type proche d’un cocon familial

“À Guingamp,
Laurent était déjà
tranchant dans ses
interventions et
dans son
comportement:
quand il te serre la
main, il te regarde
dans les yeux”
Yvon Schmitt, formateur
et recruteur à l’EAG

50

_ à la culotte

Hollande 2011.

Visiblement, c’est par là.

“Koscielny est le
meilleur défenseur
du championnat
d’Angleterre, de
ceux contre qui
vous ne voulez pas
jouer”
Rio Ferdinand,
un type qui sait de quoi il parle

chevillé autour de sa femme, Claire, rencontrée lors
des années de formation guingampaises. Formateur
et recruteur à l’EAG, Yvon Schmitt n’a toujours pas
oublié ce gamin qui a poussé très rapidement grâce à
son tuteur de père. “Le papa connaissait la vie, c’était
important et ça a équilibré le gamin. Les deux ont
un discours initial d’une simplicité et d’une franchise
rares. À l’époque, Laurent était déjà tranchant dans ses
interventions et dans son comportement: quand il te
serre la main, il te regarde dans les yeux.”

Les mines, le studio et le Scrabble
Il faut remonter le fil pour comprendre ce qui se cache
entre les oreilles décollées de l’international français.
Et gratter, comme souvent, du côté des racines. “Mon
grand-père travaillait dans les mines, mon père aussi.
Quand je suis né, ça commençait à s’éteindre, détaille
Bernard, le père. Laurent est différent car il sait d’où
il vient. Il est comme moi. Dans le Nord, ce n’était pas
toujours facile, pas évident. J’ai eu une éducation
à la dure, et c’est aussi comme ça que j’ai élevé mes
enfants.” Bernard Koscielny est un taiseux, froid
au premier abord mais libéré une fois la confiance
accordée. L’homme a ses convictions. Comme lorsqu’à
l’été 2003, après un quart de finale de Gambardella
remarqué du gamin, alors à Limoges, contre Lyon,
la famille se retrouve avec deux cartes dans la main:
Guingamp et Lens. “Avec Laurent, on est restés trois
jours à la Gaillette, le centre de formation du RC Lens.
C’était le luxe au milieu des corons. Trop de luxe. On
était dans ma région d’origine mais on n’était pas
bien, et Laurent m’a dit: ‘Je préfère aller à Guingamp’”,
retrace le père. Aujourd’hui, il est encore présent dans
toutes les négociations de contrat du fils et se rend
plusieurs fois par mois à Londres pour rendre visite à
celui qu’il a façonné à son image. L’ancien président du
Limoges FC, Robert Divry, affirme ainsi “retrouver du
père dans le gamin” qu’il avait accueilli chez lui alors
que Laurent n’avait que 17 ans. “C’était une volonté
de la famille, sinon il ne serait jamais parti. Il vivait
à l’étage, chez moi, où on avait aménagé un studio
indépendant”, précise l’ancien dirigeant. À l’époque,
et pour la première fois de sa vie, Koscielny n’est pas
dans les radars de son père. Si l’adolescent ne vrille
pas pour autant, il se pose des questions quant à son

avenir dans le foot. “Il faisait sport-études, ce n’était pas
simple. Chaque adolescent s’interroge, et il avait besoin
de reprendre du plaisir”, assure Bernard Koscielny, qui
a depuis programmé son fils à répondre aux stimuli
inhérents à la compétition.
“Je n’aime pas perdre un match, un jeu à l’entraînement,
une partie de cartes ou de jeu vidéo, clame le Gunner.
En compétition, c’est décuplé par l’adrénaline.” En
chiffres, cette adrénaline se traduit par une trentaine
de jaunes, quatre cartons rouges, une bonne flopée de
penaltys concédés et une gifle donnée à l’Ukrainien
Oleksandr Kucher en barrage aller de la coupe du
monde 2014. Une réputation de découpeur qui tranche
avec l’image lisse que Koscielny cultive sciemment
en dehors des terrains. “Certains parlent et essaient
de me coller cette étiquette de joueur agressif, mais
c’est une fausse réputation, se défend l’intéressé. Ils
préfèrent avoir cette image de moi. Ça doit aussi les
arranger. Je fais abstraction de tout ça, d’autant que je
n’ai jamais blessé gravement un joueur.” Reste que ses
écarts pleins d’adrénaline l’ont longtemps empêché
d’être un titulaire indiscutable avec les Bleus. Lorsqu’il
ne découpe pas du petit bois, le joueur s’adonne
pourtant aux jeux de réflexion, au Scrabble notamment,
qu’il bosse avec son beau-père ou sur son téléphone
portable lors des déplacements. Un jeu à l’ancienne,
comme les accordéons fabriqués à la manufacture
Maugein, à Tulle. Lorsque cette entreprise, créée il
y a presque un siècle, est placée en redressement
judiciaire, la famille Koscielny, sollicitée par Bernard
Combes, maire de Tulle et conseiller spécial de
François Hollande, se mobilise pour la sauver de la
faillite. “Ils sont connus pour beaucoup donner, aider,
explique Richard Brandao, l’un des repreneurs. Laurent
a fait partie des actionnaires qui ont aidé à redresser
l’entreprise, c’est un signe fort pour un footballeur.”
Le joueur, modeste, parle lui “d’une façon de montrer
que je reste très attaché à ma région. Je suis quelqu’un
de fidèle, qui ne joue pas un jeu pour entretenir mon
image”.

Captain Gunner
Depuis le 2 février dernier, l’image du Gunner a
pris un virage radical. Ce jour-là, devant plus de
60 000 personnes, lorsqu’il sort en premier du couloir
de l’Emirates Stadium pour jouer un match contre
Southampton, Laurent Koscielny n’est plus le même.
Pour la première fois de sa carrière en Premier League,
le Français échange le fanion de son club dans la
position de capitaine, alors que depuis plusieurs
semaines, les louanges pleuvent à son sujet dans le
royaume d’Angleterre. Rio Ferdinand parle même de
lui comme du “meilleur défenseur du championnat
d’Angleterre, de ceux contre qui vous ne voulez pas
jouer”. Koscielny, lui, parle “d’un honneur” de passer
après Tony Adams, Patrick Vieira ou Thierry Henry,
et affirme vouloir “être encore meilleur” alors qu’il a
prolongé son contrat jusqu’en juin 2019. Il aura alors
34 ans, et presque dix ans passés à tenir la défense
des Gunners. L’histoire est belle, le mandat aussi. Pas
si normal, finalement. Tous propos recueillis par MB, sauf



ceux de Laurent Koscielny tirés de France Football


SF136-iPad.pdf - page 1/100
 
SF136-iPad.pdf - page 2/100
SF136-iPad.pdf - page 3/100
SF136-iPad.pdf - page 4/100
SF136-iPad.pdf - page 5/100
SF136-iPad.pdf - page 6/100
 




Télécharger le fichier (PDF)


SF136-iPad.pdf (PDF, 62.4 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


in illo tempore antoine et manue
horaires gentlemen2017
mid2b
es 3
es 1
equipe trail