T. Lobsang Rampa La Treizieme Chandelle.pdf


Aperçu du fichier PDF t-lobsang-rampa-la-treizieme-chandelle.pdf

Page 1 2 345243


Aperçu texte


pouf ! » Le sang lui monta au visage et elle brandit
le journal sous le long nez de la pauvre Maud :
« Comment admettent-ils cela, je ne le saurai
jamais. Vous mourez, c'est comme de souffler
une chandelle et puis, fini, il n 'y a rien après. Mon
pauvre mari, que Dieu ait son âme, disait tou­
jours avant de mourir que ce serait pour lui un
réel soulagement de savoir qu'il ne reverrait pas
ses anciens associés. »
Maud O'Haggis attendait patiemment que la
commère s 'arrête. Finalement, elle profita de
l'occasion pour demander : « Mais qu'est-ce que
c'est que cet article qui vous a tellement boule­
versée ? »
Sans un mot, Marthe MacGoohoogly lui pas sa
le fragment déchiré de journal . Puis, retrouvant
soudain la voix : « Non, vous lisez à l'envers . »
Maud retourna le papier et recommença la lec­
ture de tout l'article, ses lèvres formant les mots
à mesure qu 'elle les lisait : « Eh bien, s'exclama­
t-elle, eh bien . . . »
Marthe souriait, satisfaite de son triomphe.
« Eh bien, di t-elle, ce n'est pas souvent que de
pareilles bêtises arrivent à se faire imprimer.
Qu'en pensez-vous ? »
Maud tourna et retourna la page, se remit à lire
du mauvais côté, puis : « Oh ! j 'ai une idée : Hélène
Hensbaum va nous le dire ; elle connaît ce genre
de choses. Elle lit des livres. »
« Je ne supporte pas cette femme, répl iqua
Marthe. Savez-vous ce qu 'elle me disait l 'autre
jour ? Que des betteraves vous poussent dans le
ventre, madame ! Voilà ce qu 'elle me disait, vous
imaginez cela ? Quel culot, cette femme ! »
« Mais Hélène Hensbaum est renseignée, elle
s'y connaît, et si nous désirons aller au fond de
9