Fichier PDF

Partagez, hébergez et archivez facilement vos documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Boite à outils PDF Recherche Aide Contact



article Boal .pdf


Nom original: article Boal.pdf
Titre: article Boal
Auteur: Gaby

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PDFCreator 2.2.1.0, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 17/09/2016 à 00:36, depuis l'adresse IP 82.66.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 300 fois.
Taille du document: 10 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Le théâtre d’Augusto Boal.
Au commencement, il y a Augusto Boal.
Ca se passe au Brésil, pays riche pour une poignée de privilégiés, pays de faim et de misère
pour l’immense majorité.
L’ami d’Augusto, Paulo Freire, vient d’inventer une méthode d’alphabétisation pour adultes
qui sera interdite par les dictateurs militaires argentins, car elle favorise la prise de
conscience par le peuple de sa situation d’oppression . Augusto apporte une nouvelle
contribution à ce travail pédagogique au moyen du théâtre interactif : les acteurs construisent
les scènes à partir de ce qu’ils vivent au quotidien ; ils réfléchissent au sens de ces
événements qui modèlent leurs conditions de vie ; ils inventent des possibilités de solutions
pour améliorer leur sort.
Ce théâtre revêt de multiples formes ; le spectacle peut se jouer dans une salle, mais aussi
dans la rue, dans le métro ou dans tout autre espace public.
J’en évoquerai ici seulement deux formes :le théâtre-forum et le théâtre-image, pour les avoir
souvent « pratiquées » personnellement, avec des groupes de jeunes ou de moins jeunes.
Le théâtre-forum.
C’est une succession de scénettes (de cinq à dix minutes) dans lesquelles les comédiens
expriment un vécu personnel ou collectif où s’affrontent des dominants et des dominés. Les
thèmes sont multiples : sexisme, racisme, colonialisme, refus de la différence, mépris des
faibles et des petits, drogue, et j’en passe. Les acteurs jouent une première fois ; le joker (1)
s’adresse ensuite aux spectateurs, annonce que la scénette sera jouée une deuxième fois,
mais qu’ils peuvent l’interrompre en criant « stop, » pour prendre la place d’un acteur(en
général un opprimé) et parler en son nom . Le but du jeu est d’amorcer un débat , de
l’approfondir collectivement, de chercher ensemble les conditions d’un changement qui
libère ; la discussion n’est jamais violente , car « on joue » ; pourtant, il se dit parfois des
choses très dures ; mais la magie du théâtre est là qui permet l’échange. Au début, on est
stressé ; on se demande si ça va marcher, s’il y aura des volontaires pour monter sur les
planches. Chaque fois, c’est l’étonnement ; les intervenants sont nombreux ; ils expriment
des idées nouvelles, originales, des désirs inattendus, auxquels les acteurs n’auraient pas
songé. C’est bien ce que disait Paolo Freire : « personne n’éduque personne ; on s’éduque
mutuellement ». C’est un vrai forum ; les rires fusent de voir monter sur scène des voisins de
son quartier ou de son village ; d’autres osent à leur tour ; le débat s’enrichit. La réussite du
spectacle suppose des mois de préparation, la connaissance par les acteurs et le metteur en
scène des tenants et aboutissants de la situation présentée.
Le théâtre-image.
C’est beau ; c’est émouvant. Tableaux vivants, muets, visages tour à tour tristes ou joyeux,
angoissés ou paisibles, corps qui se meuvent au ralenti puis s’arrêtent soudain dans une
expression corporelle qui en dit plus que les mots, avant de repartir dans une nouvelle
danse, lente, promesse d’une nouvelle fresque plus forte que la précédente. Mouvements
et attitudes figées se succèdent ainsi sur un fond de musique qui fait monter l’émotion. Les
spectateurs sont très touchés par ces modes d’expression…les acteurs aussi d’ailleurs.
Je crois beaucoup à cette forme de théâtre qui permet d’exprimer des choses graves et
réelles
dans une apparente légèreté, en tout cas dans le plaisir de jouer et de faire participer un
grand nombre de spectateurs à cette forme d’expression privilégiée qu’est le théâtre.
Toulouse le 24 février 2003 Gaby Etchebarne


Aperçu du document article Boal.pdf - page 1/1

Documents similaires


Fichier PDF article boal
Fichier PDF 1commrc francais 1
Fichier PDF fiche
Fichier PDF espace sce nique
Fichier PDF demain entre nos mains a trejouls 1
Fichier PDF prg sept decembre 2015 verso


Sur le même sujet..