Fichier PDF

Partage, hébergement, conversion et archivage facile de documents au format PDF

Partager un fichier Mes fichiers Convertir un fichier Boite à outils PDF Recherche PDF Aide Contact



PILES LOINS DFS .pdf



Nom original: PILES LOINS DFS.pdf
Titre: PILES LOINS MAI 94
Auteur: F. BAZILE

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Acrobat PDFMaker 9.1 pour Word / Acrobat Distiller 9.5.5 (Windows), et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 21/09/2016 à 18:52, depuis l'adresse IP 92.143.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 2730 fois.
Taille du document: 4.7 Mo (39 pages).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)









Aperçu du document


Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Les Piles Loins, Vauvert, Gard, France.
Un site de plein air Magdalénien à structures conservées
en
Languedoc Rhodanien.

Document final de Synthèse

Frédéric BAZILE

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Les Piles Loins,
(Vauvert, Gard, France)
Un site de plein air Magdalénien à structures conservées
en
Languedoc Rhodanien.

Le site des Piles Loins est situé à 800 m à peine de l’agglomération de Vauvert en
bordure de la Nationale 572, en contrebas des premiers virages à la sortie de Vauvert en
direction de Saint Gilles. Le gisement occupe environ quatre hectares de part et d'autre de la
petite source captée des Piles Loins, au débouché du petit vallon de « Bout-en-Barbe ».
Découvert en 1970, le gisement présente un net faciès d'atelier avec une très large
dominance de déchets de tailles, de pièces techniques et de nucleus au détriment de l'outillage
typologiquement défini.
Attribué dans un premier temps à l'Aurignacien sur la base d'une série peu abondante et
peu caractéristique (F. BAZILE, 1976), l'industrie s'est révélée appartenir à une phase
ancienne du Magdalénien à la lumière de documents nouveaux (prospections postérieures,
entraînant la découverte de quelques « raclettes ») et surtout des progrès de la recherche sur le
Paléolithique supérieur régional, trop longtemps prisonnière d'un schéma évolutif, érigé en
dogme (BAZILE, 1980 et 1987).
L'industrie lithique des Piles Loins est relativement proche à la fois sur les plans
typologiques et technologiques de celle du site magdalénien ancien à raclettes et lamelles à
dos de Camparnaud à Vers-Pont-du-Gard (BAZILE, 1977) mais également de celle des sites
de l'Aude, Lassac et la Rivière (SACCHI, 1986). Depuis les années 1980, le Magdalénien
ancien à raclette et lamelle à dos a été également reconnu à Collias (Monnet 1985) dans les
Gorges du Gardon, dans la Vallée de l'Hérault (Bazile 1981) et dans le Massif côtier de la
Gardiolle (BAZILE, inédit).
En l'état des connaissances, le site des Piles Loins représente encore l'aboutissement
vers l'est de la première phase d'extension du Magdalénien, vers 17000 BP, en France
Méditerranéenne.
Ce seul point suffirait à justifier l'intérêt scientifique du gisement. Il convient d'y ajouter
son faciès très particulier d'atelier, sans doute en grande partie spécialisé dans la production
de lamelles à partir de galet de silex provenant de la Haute Costière proche (forte
standardisation de débitage).

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Figure 1 -Localisation du site des Piles loins, Vauvert – Gard. Carte IGN 1/25000 ème. Sont également
localisés, les petits gisements de la Côte 63 et du Plaisir 2 (Beauvoisin) qui peuvent procéder du même
contexte chrono-culturel.

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Figure 2 -Les Piles Loins, Vauvert, vue générale du site. La flèche indique l’emplacement de la fouille
2001- 2003. A gauche, le super marché « Champion » et la ZAC de la Condamine.

Figure 3 -Localisation du site des Piles loins, Vauvert – Gard. Vue en trois dimensions d’après la carte
IGN 1/25000 ème. La vue montre bien la situation du gisement au contact Vistrenque/Costière, au
débouché du petit vallon de « Boutembarbe » qui échancre le plateau de Cheval en dégageant le
« Puech » du Moulin.

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Les travaux antérieurs (rappel)
Inclus à l’origine dans la zone d'aménagement concertée de la Condamine, extension
urbaine future de la ville de Vauvert, le gisement en fut finalement exclu lors d’une révision
du P.O.S. en 1996, limitant la superficie de la Z.A.C. de 17 à 14 hectares.
A l’époque (1993 / 1994), le site était directement menacé de destruction, d'où la décision
d'une opération se proposant de vérifier l'existence ou non de zones archéologiques
préservées, éventuellement d'en cerner l'extension et d'en préciser la stratigraphie et les
conditions de dépôt.
Une première campagne de sondage réalisée en décembre 1993 avec le concours de la
ville de Vauvert (engin mécanique) n'a pas donné de résultats vraiment significatifs, même si
un abondant matériel lithique a pu être récupéré, confirmant l'âge supposé du gisement. Une
deuxième campagne de sondage, privilégiant des secteurs en apparence peu bouleversés par le
labour, selon un transect ouest est s’est déroulée en mai 1994 avec des résultats nettement
plus positifs. Dès le troisième sondage, un niveau archéologique en place avec structures
conservées était atteint, inclus dans l'horizon d'accumulation calcaire, (B)Ca, d'un sol brun
calcaire (calcosol calcarique ).
Suite à un imbroglio juridique, opposant les propriétaires expropriés de la ZAC à la ville de
Vauvert, l’autorisation ne nous fut pas renouvelée par Mme T. Privat, propriétaire du terrain,
et nous fumes dans l’impossibilité de procéder aux vérifications souhaitées, ni même de
poursuivre les opérations sur les secteurs déjà expertisés.
Ce n’est qu’à la fin de l’année 2000, qu’une nouvelle autorisation (seulement renouvelable
annuellement) pour une intervention en fouilles programmée a pu être obtenu. Il convient
également de préciser que les parcelles supportant le gisement, certes sorties de la ZAC était
désormais inconstructibles, mais destinées à l’implantation de l’éventuelle future déviation de
la RN 572, déviation à court terme indispensable pour la viabilité de la ZAC.
Le gisement restait donc menacé de destruction à plus ou moins brève échéance
L’opération 2001 avait donc quelque part valeur de diagnostic, pour estimer les potentialités
exactes du site. Une part du terrassement fut donc consacrer, d’ailleurs selon les prescription
de la CIRA, à compléter les observations de 1993 et 1994 pour estimer l’étendue et l’état de
conservation du gisement. Ces travaux préalables ont permis de définir une zone optimale
d’environ 2000 m2 ou le gisement montre un état de conservation satisfaisant ; le(s) niveau(s)
(x) archéologique sont simplement écorné(s) par place par les labours dans sa partie
supérieure. Au delà de cette zone l’état de conservation est plus aléatoires et les vestiges se
raréfient nettement vers le nord.
Une partie des terrassements des campagnes 2002 et 2003, surtout, furent également consacré
à préciser ce diagnostic.
L’élection d’une nouvelle municipalité, en septembre 2002, modifia encore le statut du
gisement, les projets de la nouvelle municipalité prévoyant une réintégration des parcelles
concernées dans la ZAC.
Dès le mois de mai 2003 nous étions prévenus oralement par Madame Privat, propriétaire et
nouvelle élue, de son intention de ne pas renouveler son autorisation de fouille pour 2004,
confirmation faite par lettre recommandée avec accusé de réception en date du 27/08/2003
(copie en annexe). Une lettre identique fut également transmise au Service Régional de
l’Archéologie.
Cette décision irrévocable conduisit à modifier profondément la stratégie de la campagne
2003 en donnant la priorité à la collecte d’un nécessaire échantillonnage complémentaire et à
la précision des potentialités du gisement, selon les prescription préconisé par la CIRA. La
campagne se prolongea tard dans l’année (derniers sondages en novembre 2003) et garde un

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

certain goût d’inachevé avec un retard dans le traitement du matériel, la priorité étant resté au
terrain.
Le document de la figure 4 fait la synthèse de l’ensemble des prospections réalisées sur le site
mettant en évidence à la fois son intérêt archéologique et historique dans la longue durée.

Figure 4 -Les Piles Loins, Vauvert, synthèse des différents travaux et sondages. Les zones de vestiges
antiques sont également localisées ainsi que les captages d’eau du XVIII éme siècle

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Fig. 5 : Vue aérienne indiquant l’emplacement du secteur fouillé (cliché IGN). Le rectangle rouge
matérialise la zone fouillée, en bleu la zone optimale des vestiges paléolithiques. En vert, l’emplacement
des vestiges antiques.

Pour la Préhistoire, on peut estimer la surface du gisement à une dizaine d’hectare
avec une zone optimale d’exploitation d’environ 15 000 m2, alors que durant trois années, la
fouille s’est essentiellement concentrée sur environ 70m², avant de s’ouvrir légèrement au
nord, lors de l’été 2003, sur environ 5 m², soit au total 75 m².
Concernant l’occupation antique, le secteur a fait l’objet de prospections rapide en
1998 dans le cadre de l’étude d’impact de la Z.A.C. de la Condamine puis de prospections
plus complètes en 2000 et 2001 par Catherine Monet- Bazile en collaboration avec H. Petitot
(INRAP) et R. Pellé (INRAP).
- Une première occupation de 400 m2 environ, dans le quart nord est d’un vigne est
caractérisée par de nombreuses briques épaisses brûlées, vestiges manifestes d’un
four, associées à de très nombreux tessons d’amphore de type « gauloise 1 » et de
quelques débris de sigillée sud gauloise (Graufesenque).
Nous sommes en présence d’un établissement du haut empire (1er siècle de notre ère)
à caractère artisanal ; l’hypothèse d’un atelier de production d’amphore peut

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

sérieusement être envisager en raison de la très forte coïncidence des briques de four
et des débris d’amphores d’un type quasi-exclusif (Gauloise 1).
- A la périphérie, nord-est et sud-est principalement, on observe les témoins d’une
occupation plus tardive caractérisée par de céramique « sigillée claire B luisante »
(de 125 à 400 de notre ère) et de nombreux fragment d’amphores africaines, type qui
apparaît dans nos régions vers 225 de notre ère. Un petit bronze de Constantin (285
environ - 337 après J.C.), trouvé sur le site par un vauverdois, confirme le caractère
tardif de cette dernière installation ; on ne sait si elle pérennise celle du haut empire
dans sa vocation artisanale. Quelques rares moellons attestent peut être d’un bâti en
dur mais on doit souligner l’absence de verre, de trace d’enduit peint, de fragment de
marbre, de tesselles de mosaïque, et, a fortiori, d’éléments de chauffage (hypocauste)
ou architectoniques. Donc rien ici de vraiment luxueux ni de très étendu pouvant
justifier la présence d’une « villa » dont la superficie s’estime (selon les auteurs) de
2500 à 3000 m2 pour les plus modestes jusqu’à plusieurs hectares pour les plus
importantes.
Les ouvrages de captages d’eau ont fait l’objet de relevé précis durant la campagne de l’été
2003 et en 2004 sous la direction de Jean Pierre Trouillas avec l’aide de Clément Trouillas et
de Nicole Denis. Nicoles Denis a en outre engagé une recherche documentaire sur l’origine de
ces ouvrages de génie civil originaux qui utilisent la lithologie (couple gravier-sable /marnes)
et le relief pour capter la nappe perchée de la Costière. Leur mise en place trouve son origine
dans un projet de jardin voulu par le dernier baron de Vauvert, Jean Jacques Maurice de
Génas. Le projet n’a jamais été réalisé, faute d’argent et à cause de la Révolution, mais les
plans subsistent aux Archives Départementales du Gard.

Figure 6 - Coupe de la façade extérieure du captage 1 des Piles Loins, dans son état en juillet 2003.

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Figure 7 - Les Piles Loin, Vauvert, projet de Jardin. Archive du Gard, Nîmes.

Donc pour conclure ce bref aperçu un ensemble assez exceptionnel auquel il faudrait ajouter
pour être complet une occupation mésolithique probable (décelée indirectement par les
datations 14 C AMS) plusieurs fosses de Néolithique final sans doute comparable à celles des
diagnostics précédents sur la ZAC de la Condamine (Condamine II et III) et une fosse de
l’antiquité tardive sur l’emprise de la fouille Paléolithique.
Il faudrait pour être complet mentionner encore une « décharge » du XIX ème siècle livrant
les rebuts d’un établissement limonadier local, encore présent dans la mémoire collective des
Vauverdois

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Contexte géologique et stratigraphique
Le contexte géologique du talus ouest de la Costière (Cheval Blanc), ici bien marqué
par le rejeu fini pliocène d'une faille oligocène profonde (faille dite de Vauvert), et son
raccordement aux formations alluviales rhodaniennes de la Vallée du Vistre est assez bien
connu (Bazile, 1974 et 1976).
Il s'agit d'un glacis de piémont à faible pente, polygénique, aux sols relativement
évolués mais reprenant pour l'essentiel des éléments siliceux et argileux des vieux sols de la
Haute Costière.
Cet ensemble recouvre à la fois les sables continentaux dit de Surville I (Barrière et
Toni 1972) qui affleurent largement dans le talus au dessus du gisement, livrant ici même des
restes de faune, dont testudo sp., Prolagus corsicanus et Cervus Pyrenaicus de la faune du
Roussillon (Bazile 1976), et les cailloutis rhodaniens de la Vistrenque.
Par place, le glacis est fossilisé par des formations colluviales sablo limoneuses brunes
qui peuvent atteindre jusqu'à 3 m de puissance, se présentant sous la forme de « langues » de
400 m. à 500m de long et formant un relief bien marqué dans le paysage. Elles sont
particulièrement visibles au sud de Vauvert en contrebas de la R.N 572 au lieu dit la
Condamine. L'une d'entre elles fossilise le gisement des Piles Loins.
La colluvion brune est affectée par un sol brun calcaire aux caractères évolués à
l'horizon d'accumulation calcaire net et épais (10 à 15 cm) tendant vers l'encroûtement. Cet
encroûtement présente, par endroit, là où les horizons supérieurs sont érodés, des traces nettes
de reprise d'une pédogenèse, sans doute holocène. Le niveau archéologique est inclus en
partie dans l'horizon (B)Ca, ce qui a sans doute favorisé la préservation de l'érosion d'une
partie du gisement dans un secteur au demeurant fortement anthropisé postérieurement (fosses
néolithiques ( ?), établissement industriel romain du 1 ème siècle, habitat rural du 4 ème
siècle et zone horticole du moyen age au 18 ème siècle). En fait, cette pédogenèse apparaît
complexe, avec sans doute un démarrage au tout début de l’Holocène (le Tardiglaciaire étant
une période de « non sol ») avec sans doute des phases d’arrêt ou d’érosion puis de reprise.
Plusieurs fosses néolithiques (au sens large) sont indéniablement creusées dans
l’encroûtement initial avec, postérieurement à leur abandon, une reprise de l’altération
limoneuse se traduisant par des processus de recarbonatation.
Les récentes interventions d’Archéologie préventive dans la ZAC ont permis de
préciser le contexte général du Piémont de la Costière en contrebas du « plateau » du Cheval
Blanc, confirmant entre autres des érosions récentes (antiques à modernes) particulièrement
vigoureuses.
Un aménagement hydraulique important avec, entre autres les captages de la source
des Piles Loins, est vraisemblablement à l’origine de la destruction d’une partie du gisement
paléolithique.

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Fig. 8 : Coupe dans le sondage 5. L’horizon BCa, ici en partie détruit par le labour, affecte à la fois les
dépôts colluviaux et les sables de Surville du Pliocène terminal.

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Fig. 9 : Fosses néolithiques creusées dans l’encroûtement et montrant une recarbonatation.

Concernant la stratigraphie archéologique, la situation apparaît plus complexe que ne le
laissaient penser les explorations de 1993 et 1994.
La campagne 2001, confirmée en 2002 et 2003, à montré l’existence d’un minimum de deux
niveaux d’habitat, tous deux inclus dans les horizons carbonatés et très proche l’un de l’autre en
stratigraphie, sans véritablement de « stérile » entre les niveaux d’habitat.
Nous nous trouvons donc vraisemblablement en présence d’une stratigraphie très contractée,
dont la lecture n’est pas simplifiée par la troncature artificielle de son terme supérieur (labours) et
surtout une irrégularité de l’encroûtement limoneuses qui vient gommer (ou empâter) les caractères
initiaux des sédiments.

a

b
Fig. 9 : En haut : profil E/W, en Bas : profil N/S. En jaune : campagne 2001 ; en rouge : campagne 2002 ;
en bleu : campagne 2003 ; en noir : galets
Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Sans entrer dans le détail des analyses, l’approche taphonomique et spatiale réalisée par Marie Fanny
Galante (2004) conclut effectivement à deux niveau d’habitat « artificiellement homogénéisés » par
une érosion en partie contenue par l’encroûtement calcaire. Les schémas de la figure 10 expliquent la
configuration actuelle de la stratigraphie archéologique et confirme une système complexe déjà
entrevu des la première campagne en 2991 (fig 11).

Fig. 10 : Schémas illustrant l’hypothèse de la mise en place de la « couche archéologique actuelle »

Figure11 - Les Piles Loins, Vauvert, Gard – Décapage de la fenêtre principale en juillet 2001. Amas de
galets à fonction non déterminé. Les amas A, B et C peuvent procéder d’un même ensemble, en partie
détruit par le labour ; l’ensemble D, plus homogène, écornée par un coup de godet malheureux de 1994,
passe nettement sous la surface supportant les ensembles A, B et C.
Pour la totalité des amas, il s’agit de galet de quartzite alpin, chauffés pour la majorité d’entres eux (vue
prise de l’ouest)
Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Vestiges de la Culture matérielle
Le lithique si l’on fait abstractions de charbons et de quelques matières colorantes représente la
quasi totalité du matériel archéologique. Comme s’est souvent le cas en plein air la faune n’est pas
conservée, du moins dans les niveaux explorés, sauf quelques petits fragments d’os brûlés assez
fortement minéralisé. On doit cependant faire une mention particulière pour la parure en coquillage,
quelques pecten et tapes fragmentés mais surtout un superbe exemplaire du genre Mitra,
vraisemblablement Mitra zonata en raison de la taille, à moins qu’il ne s’agisse d’une espèce fossile
comme M. venayssina ou M. bitenuata décrites par Fontannes dans le Pliocène de la vallée du Rhône et
du Roussillon (fig. 12 ). Les grandes mitres sont assez exceptionnelles dans la parure en coquillage du
Paléolithique supérieur française, et assez rare dans le contexte régional. On peut citer un exemplaire à
perforation remarquable provenant du site salpêtrien de Gaujac et quelques fragments très usés des
collections Gimon et Bayol au Musée de Nîmes.

Figure 12 -Les Piles Loins, Vauvert, juillet 2002, Mitra zonata ( ?) en place.

Pour sa très large majorité la matière première est locale et même très locale, puisque elle
provient des plateaux voisin de la haute costière (Cheval Blanc) qui dominent le site 500 mètres à
l’ouest d’une trentaine de mètres. Il s’agit d’un silex d’excellente qualité provenant des nappes
alluviales du Pliocènes terminal (formation de Surville III), d’affinité à la fois duranciennes et
rhodaniennes. La matière dominante est un silex « caramel » à blond mais d’autres matières sont
également présentes comme un silex gris marbré ou un silex noir.
Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Figure 13 : Diffusion du silex des Costières du Gard - 1 : les Piles- loins, 2 : Mayan, 3 : la Treille, 4 : la
Salpétrière, 5 : la Laouza, 6 : Camparnaud, 7 : la Rouvière, 8: le Poteau, 9 : La Roque II, 10 : le Bois
des brousses, 11 : Régismont, 12 : le Crès, 13 : la Crouzade, 14 : Bize, 15: Lassac, 16 : Canecaude, 17 :
les Conques, 18 : Belvis, 19 : Fontgrasse, 20 : la Balauzière, 21 : l’Hortus (Grégoire et Bazile à
paraître).

Un travail récent (Grégoire et Bazile sous presse), loin d’être exhaustif, montre l’importance
inattendue des Costières du Gard au sens large en matière d’approvisionnement de matière
première en roche dure siliceuse au Paléolithique.
Dès le Moustérien ce gîte fait l’objet d’une exploitation qui ne se limite pas au seul contexte
local. Les séries moustériennes situées à l’ouest et au sud-ouest des Costières, parfois à plus
de 100 Km comportent des matériaux prélevés dans ces formations et témoignent de
circulations de groupes moustériens, autour de la Méditerranée, depuis la basse vallée du
Rhône jusqu’au massif des Corbières.
Au Paléolithique supérieur ce phénomène s’intensifie à l’Aurignacien et surtout au
Magdalénien avec « l’exportation » des matériaux « Costières », largement au-delà des 200
km des gîtes supposés ou actuellement accessibles. En effet, le recours à des épandages
actuellement immergés au droit du Rhône ne peut totalement être exclu.
Le silex « Costières » est nettement représenté, lorsqu’il n’est pas majoritaire, dans les sites
compris dans ce que nous appellerons le territoire principal de diffusion (Fig. 13), zone qui se
développe jusqu’à 50 km au maximum vers l’ouest. Au delà de cette zone, toujours vers
l’ouest et le sud-ouest sa représentation diminue plus on s’éloigne de la source dans les sites
Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

du Paléolithique supérieur mais il est toujours présent et témoigne de circulations sur de
longues distances.
Il ressort de cette analyse, très préliminaire, un courant original fort Est –Ouest, sans doute
sous-estimé en l’état des travaux ne prenant en compte que le seul matériel caractéristique, à
savoir les artéfacts conservant des plages du néocortex typique des silex des Costières. En
l’état, sauf peut être pour les Piles Loins, un courant réciproque n’est pas encore établi.
Ce « sens de circulation » apparaît cohérent pour l’Aurignacien dont l’expansion s’est faite,
logiquement ou traditionnellement, d’est en ouest. Elle est plus inattendue pour le
Magdalénien ou le sens logique serait plutôt contraire, d’ouest en est si l’on se réfère aux
hypothèses les plus communément admises. Indirectement elle pose la question de l’identité
du groupe magdalénien moyen de type Fontgrasse et surtout de ses relations avec les groupes
plus classiques du Languedoc Occidental Gazel et Canecaude) l.
En l’état actuel des travaux, le silex des Costières semble avoir été diffusé au Magdalénien
jusque dans les zones de piémont pyrénéen (Belvis et les Conques). Une des questions est de
savoir si ce matériau a franchi la barrière pyrénéenne avec les hommes ou si les Pyrénées ont
constitué à cette époque un obstacle comme elles l’ont été pour certaines espèces animales
comme le renne.
L’identification d’un lien entre le nord et le sud des Pyrénées, déjà établi sur la base de
circulation de matériaux encourage la recherche du processus inverse.
Si l’on admet une certaine rareté du silex de type « Costières » à l’est du Rhône (Crau), ce
dernier pourrait se révéler un excellent marqueur de contacts entre Languedoc et Provence,
malgré le rôle supposé et admis du Rhône comme barrière culturelle après le Gravettien.
Une des nouveautés des fouilles récentes est d’avoir révélé la présence d’un silex
lacustre, en plaquette, différent de celui déjà répertorié dans les récoltes de surface (Sallinelle
probable), et très comparable aux matières du Ludien du bassin de Collorgues-Aubussargues,
au nord d’Uzès. L’origine allochtone de cette matière est certaine car elle ne présente pas le
néo-cortex alluvial caractéristique, connu sur les plaquettes roulées dans la formation de
Surville III. Au contraire il s’agit d’un cortex chagriné et vacuolé tout à fait identique aux
cortex des silex lacustres languedociens.
La provenance « Collorgues » est très probable en raison de la minceur des plaquettes et
du caractère très rubané de la matière ; elle n’est pas certaine dans la mesure ou l’on connaît un
large bande de formation éocène allant de la rive gauche du Vidourle (Fontanès) à la vallée du
Gardon (Fons-outre-Gardon) et dont l’exploration détaillée reste à faire.
L’industrie typologiquement définie reste relativement peu abondante, en regard du débitage,
au sens large du terme ; on confirme ainsi le caractère particulier du gisement et un faciès
d’atelier déjà entrevu lors des prospections de surface (Bazile 1999).
Les trois grands types de support, à savoir les lames, les lamelles et les éclats, sont
représentés sur le site et leur représentation quantitative est assez homogène. Nous notons
qu’il faudra définir un seuil morphotechnique pour certains produits regroupés, pour
l’instant, sous l’appellation « lamino-lamellaire ».
Nous avons remarqué deux grands types de lames. Les grandes lames corticales ou semicorticales correspondent aux séquences de mise en forme de galets de la Costière de grand
module. Ces pièces sont intéressantes car elles montrent qu’une part, au moins, des galets
ramassés sur le gîte tout proche ont été apportés et mis enforme sur le site.
Certaines de ces pièces ont pu être réalisées sur le gîte(plateau de Cheval Blanc) et
ramenées sur le site pour être retouchées sur les bords, appointées, tronquées ou
transformées en burins ou en pièces à encoches ; des prospections récentes n’ont pas
confirmé cette hypothèse.
L’autre type de lames retrouvées sur le site correspond à ce que l’on peut appeler les lames
supports. Il s’agit de produits issus d’un plein débitage (pièces non corticales, nervures
Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

rectilignes et parallèles à l’axe de débitage) qui semblent avoir été choisies afin d’être
transformées en outils (grattoirs, burins, encoches). Dans l’état actuel des recherches, il
semble que ces lames n’aient pas été produites sur place. En effet, aucun nucléus à lames
n’a été retrouvé dans le secteur fouillé. De plus, l’hypothèse d’une réduction des nucléus à
lames vers les lamelles est difficilement soutenable en l’absence (sauf une lame à crête
ayant pu être apportée) de pièces d’entretien d’un débitage laminaire.
Parmi les pièces lamino-lamellaires et les lamelles brutes, on remarque une assez forte
représentation des produits de flanc liés au débitage lamellaire. Certains de ces produits ont
été transformés en outils (grattoir, burins, pièces tronquées ou à encoches…).
L'autre groupe de lamelles correspond à des produits de plein débitage. Parmi celles-ci, on
trouve des pièces brutes ou des lamelles retouchées et, le plus souvent, transformées en
lamelles à dos de différents types.
L’ensemble formé par les produits lamino-lamellaires et les lamelles, bruts ou retouchés, a
été produit sur place.
En effet, l’ensemble de la chaîne opératoire est représentée depuis les pièces d’entame au
nucléus résiduels en passant par les produits d’entretien (nombreuses crêtes, néocrêtes, souscrêtes, tablettes de ravivage, pièces de nettoyage des accidents…) et de plein débitage. Nous
notons d’ailleurs une part assez importante de pièces portant des caractères diagnostiques de
« chutes de burin » qui seront sans doute à mettre en relation avec un type de débitage
particulier.
Les éclats sont représentés par différents types de produits. Une caractéristique de ce site est
la présence assez importante de pièces corticales qui appuient l’idée d’une chaîne de
production lamellaire non segmentée. Si une part importante des éclats peut être associée
avec le débitage de lamelles, la possibilité d’un apport sur le site de certaines pièces demeure
envisageable. En tout cas, certains de ces éclats ont été transformés en outils (pièces
esquillées, burins) ou utilisés bruts.
Pour la présentation typologique provisoire de cette série, nous avons conservé la liste D. de
Sonneville-Bordes et J. Perrot (1954-56) en 93 types.
A l’issue des campagnes 2001 et
décompter de la façon suivante :

2002 l’outillage typologiquement défini pouvait se

 6 Grattoirs (n° 1, 3, 8), soit 5,2 % dont 4 sur bout de lame, 1 double et 1 sur éclat
(quartz)
 25 Burins (n°27, 28, 30, 34, 35, 40, 41), soit 21,5 % dont 10 sur troncature, 6 dièdres,
5 sur cassure et 4 multiples.
 17 Lames retouchées (n°61, 62, 65, 66), soit 14,7 % dont 7 à troncature oblique, 6
retouchées sur un ou les deux bords et 4 à troncature concave.
 7 Pièces à encoches (n°74), soit 6 %
 3 pièces esquillées (n°76), soit 2,6 %
 1 racloir (n°77), soit 0,9 %
 3 lamelles tronquées (n°84), soit 2,6 %
 28 lamelles à dos (n°85), soit 24,1 %
 9 lamelles à dos marginal ou partiel (n°85’), soit 7,8 %
 9 lamelles à dos tronquées (n°86), soit 7,8 %
 6 lamelles à retouches inverses (n°90), soit 5,1 %
 2 divers (n°93), soit 1,7 % dont 1 « chopper » et 1 lame appointée.

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Figure 14 - Les Piles Loins, Vauvert, Gard : industrie lithique (dessins G. Boccaccio).

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Figure 15 -Les Piles Loins , Vauvert, industrie lithique, outillage typologiquement défini.

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Figure 16 -Les Piles Loins , Vauvert, industrie lithique, 1 à 10, outillage typologiquement défini ; 3-10
lamelles à dos et lamelles à dos tronqués (cf. lamelles scalènes) ; 11 et 12 nucléus à lamelles.

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Figure 17 -Les Piles Loins , Vauvert, industrie lithique, nucléus à lamelles.
1 et 2, nucléus sur éclat « buriniformes » ; 4, nucléus sur plaquette du Ludien du bassin de Collorgues –
Aubussargues ; nucléus semi-enveloppant à progression semi frontale ; 5, nucléus à exploitation
enveloppante à progression semi frontale ; on soulignera les flancs convergents, investis par des
enlèvements de cintrage.

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Figure 18 - Les Piles Loins , Vauvert, industrie lithique, nucléus à lamelles. 1, nucléus sur plaquette
épaisse, vraisemblablement du Ludien ; 2, nucleus sur éclat. 3, nucléus de type « grattoir ». Il s’agit d’éclats
ou de blocs, plus ou moins épais, exploités sur une surface large. Le plan de frappe lisse abrasé est installé
sur la face inférieure de l’éclat naturel ou sur un négatif de cupule de gel. Le cintre est maintenu de proche
en proche par les produits de la table et, de temps en temps, par des produits larges de flanc. Une des
caractéristiques de ce type d’exploitation réside dans l’entretien de la carène qui semble demander moins
d’investissement que les autres groupes (pas de néocrête ou de plan de frappe opposé).

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Nous arrivions à un total de 116 outils façonnés, soit 4,9 % de l’assemblage, auxquels on
peut ajouter 10 « outils a posteriori » (Bordes, 1970) représentés par des éclats (N=5) et des
pièces lamino-lamellaires (N=5)
Nous pouvons ajouter à ce corpus d’outils une série d’objets sub en place, légèrement
remanié par le labour, mais l’encroûtement confirme l’appartenance au niveau
archéologique :







2 Grattoirs dont 1 sur bout de lame et 1 sur lame retouchée
6 Burins dont 2 sur troncature, 2 dièdres, 2 sur cassure
2 pièces denticulées (n°75)
1 pièce esquillée
4 lamelles à dos (n°85)
4 lamelles à dos tronquées (n°86)

Figure 19 -Les Piles Loins , Vauvert, industrie lithique, lamelles à dos et lamelles à dos

Ainsi, l’assemblage lithique du secteur fouillé lato sensu (pièces coordonnées et sub en
places) comprend 135 outils façonnés pour les campagnes 2001 et 2002, soit un effectif un
peu faible sur environ quelques 2200 objet lithiques . On soulignera une certaine importance
des produits microlithiques parmi lesquels les types 85, 85’, 86 et 90 et des burins parmi
lesquels dominent les burins sur troncature.
La campagne 2003 complète cet effectif avec une bonne trentaine d’outils pour un décompte
qui reste provisoire :










3 Grattoirs (n° 1, 3, 8),
11 Burins (n°27, 28, 30, 34, 35, 40, 41),
1 Lames retouchées
2 pièces esquillées (n°76),
1 lames tronquée (n°84),
9 lamelles à dos (n°85)
1 lame tronquée
1 lamelle à coche
3 becs

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Soit 32 outils supplémentaires, conduisant à un effectif provisoire de 167 outils
typologiquement définis. Un ré-examen (en cours) du matériel, devrait conduire à
l’augmentation du nombre d’outils, en particulier des pièces à dos, des coches, des
denticulés et des ptèces esquillées..
Un certain nombre d’objets reste à traiter n’ayant pu l’être durant la campagne
2003 ou la priorité fut donnée à la fouille en raison du non renouvellement annoncé
de l’autorisation de fouille.
Le débitage lamellaire, et c’est sans doute une originalité du gisement, est abondant,
voire très abondant, matérialisé par des nucléus (90 nucléus définis et 5 atypiques ou cassons
sur 4065 objets enregistrés, toute catégorie confondues) mais également des pièces techniques
(crêtes, tablettes…) et de nombreuses lamelles brutes et retouchées.
L’étude de détail est en cours mais on peut dégager quelques constantes à partir de
l’observation préliminaire des seuls nucléus.
Nous donnons une large illustration de cet aspect du matériel lithique des Piles Loins
(figures 14 à 17)
Il s’agit de nucléus de petite taille sur bloc également de petite taille (choix ?) la plupart
unipolaire, très cintré par des lamelles, voire des éclats de flanc, de façon presque systématique.
Le débitage demeure très cintré jusqu’à l’abandon des nucléus et se développe selon un recul
frontal de la table. L’abrasion est assez fréquente. La cause principale d’abandon, en tout cas la
plus évidente, reste liée à des « accidents », des réfléchissements, qui ont détruit la table ou
l’angulation du plan de frappe en la rendant concave. Une tentative d’exploitation par
l’ouverture d’un deuxième plan de frappe opposé est rarement couronnée de succès.
Les produits obtenus sont des lamelles rectilignes, assez épaisses, peu représentées sur
le site ; l’hypothèse d’une exportation de ces produits reste à être confirmé mais demeure
cependant très séduisante.
On soulignera également la pratique du débitage sur « tranche d’éclat » (nucléus sur
éclat « buriniformes ») , technique bien connue dans la phase « ancienne/moyenne » du
Magdalénien Languedocien (Bazile et Philippe 1994) et bien mise en évidence au Crès à
Béziers.
Pour en terminer avec le « lithique », nous signalerons plusieurs blocs de silex non
débités, aux sens habituels du terme, et des galets intacts à l’exception d’un ou deux
enlèvements limité, comme si on avait voulu tester la qualité du silex (fig. 20). Nous ne
porterons pas de conclusions prématurées sur ces observations mais l’intention d’apporter sur
le site une matière non transformée, semble probante.
Un des objectifs de l’opération des Piles Loins visait à la réunion d’une série représentative de
l’industrie lithique sous le double aspect typologique et technologique.
Pour la typologie, avec près de 200 outils typologiquement définis, le but est globalement
atteint même si une série plus confortable était souhaitée et aurait permis de mieux valoriser les
récoltes de surface. Ce but est globalement atteint.
Il manque cependant dans les fouilles récentes un outil essentiel, connu par les ramassages, la
raclette un des outils typiques de la phase ancienne du Magdalénien languedocien, Camparnaud
(Vers Pont du Gard) et à Lassac.
Sur le plan technologique avec plus de 100 nucléus à lamelles, de nombreuses pièces
techniques, une abondance des sous produits d’entretien, l’ensemble est bien représentatif
d’une production nettement orientée vers les lamelles, nettement sous représentées (exportées)
sur le site en comparaison avec l’abondance des nucléus.
Cet aspect de l’industrie lithique a fait l’objet d’une première approche dans le cadre du DEA
de Mathieu Langlais soutenu en juin 2003 à Toulouse Le Mirail.
Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Figure 20 - Les Piles Loins, Vauvert, Gard – A : bloc de silex « fracturé » à la périphérie des amas A, B , et
C. B : galet de silex avec enlèvement en bout (test ?) à proximité de l’amas de galet D.

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Figure 21 -Les Piles Loins , Vauvert, industrie lithique, outillage typologiquement défini. Récolte de
surface, 1970 - 1990

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Figure 22 -Les Piles Loins , Vauvert, industrie lithique, outillage typologiquement défini. Récolte de
surface, 1970 - 1990
Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Structures et structuration de l’espace
Il est sans doute encore prématuré de parler ici des structures et de la structuration de l’espace ;
l’analyse du niveau supérieur, prélevé sur quelque 40 m2 en juillet et septembre 2002 et durant l’été
2003, se poursuit même s’il vient de faire l’objet d’une première étude. (DEA de Marie Fanny

Galante, ESEP, Aix en Provence). Le niveau inférieur n’a pas été fouillé, faute de temps sur
une surface suffisante pour faire l’objet d’une étude approfondie.
On dénote sur le niveau supérieur (fig. 23 ) plusieurs amas de galets de quartzite alpin, la
plupart brûlés. Pour l’un d’entres eux, au moins, on doit pouvoir envisager une fonction de structure
de combustion, même si aucune rubéfaction du sédiment n’a pu être véritablement mise en évidence
(fig. 24). Dans l’ensemble, « l’habitat » semble avoir subi quelques légers remaniements si l’on se
base sur des positions anormales (verticales, sur champs) de nombreux galets ainsi que sur des
déplacements limités de galets fracturés sur place (fig.25 ).
Ces problèmes taphonomiques retiennent toute notre attention et nous envisageons plusieurs
hypothèses dont un rôle important joué par les phénomènes de concrétionnement.
Les différents plans de répartition du matériel et des structures, dont nous donnons ici quelques
exemples (fig. 26 à 29) permet de proposer (fig. 30) une première interprétation du niveau supérieur,
qui reste encore hypothétique.

Figure 23 - Les Piles Loins, Vauvert, vue générale du décapage ; état fin juillet 2002 avant relevé.

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Figure 24 - Les Piles Loins, Vauvert, niveau supérieur ; structure de combustion.

Figure 25 -Les Piles Loins, Vauvert, Vauvert, galet fracturé avec déplacement.

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Fig. 26 : Carte de distribution de l’ensemble des vestiges du niveau supérieur.

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Fig. 27 : Carte de distribution matérialisant par des cercles, les groupements sub-circulaires à circulaires
du niveau supérieur.
Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Fig. 28 : Carte de distribution des nucléus du niveau supérieur.

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Fig. 29 : Carte de distribution des lamelles et micro-lamelles du niveau supérieur.

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Fig. 30 : Carte matérialisant les différentes zones mises en évidence pour le niveau supérieur.

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

L’age du site des Piles Loins
Dernière des grandes priorités, celle de l’age du gisement qui représente, avec le site de
Lassac dans l’Aude, et Camparnaud à Vers Pt. Du Gard, l’un des rares habitats de plein air de
la phase ancienne du Magdalénien en Languedoc.
Devant la rareté de la matière organique disponible, charbon principalement, et les
possibilités de contaminations par la pédogenèse, les bioturbations (nombreux terriers de
lombricidés), et la présence de fosses de la préhistoire récent, nous avons adopté un protocole
particulier, il est vrai facilité par la technique de datation utilisée (AMS).
Les charbons ont tous été déterminé avant datation par Paule Ogereau (U.M.R. 5059,
Montpellier) ; outre des pins de type silvestris ,majoritaires, les déterminations montrent la
présence d’érables (Acer sp.) et de chênes à feuillages persistant (cf. Q. Ilex/coccifera)
auquel il faut ajouter des dicotylédones ( feuillus) indéterminés. Paule Ogereau conclut à une
végétation associant des taxons microthermes héliophiles et une végétation méditerranéenne,
avec des chênes sclérophilles en particulier. En soit cette association n’est pas « anormale »
dans la mesure ou les chênes de type ilex coccifera sont déjà connus dans des niveaux du
Tardiglaciaire régional, la Salpêtrière et le Bois des Brousses, par exemple.
Cependant, compte tenu des possibilités multiples de perturbations, il fut décidé de procéder à
des datations séparées, taxon par taxon, et non de regrouper l’ensemble des bois carbonisés.
La méthode (AMS) autorisait cette démarche.
● Une mesure (Erl- 6202) sur des dicotylédones indéterminées a fourni un age de 3453
± 45 BP plus ou moins compatible avec les fosse néo-chalcolithiques.
● Une autre mesure sur Quercus, ilex/ coccifera donne un age de 7954 ± 48 BP (Erl6200), compatible avec un « mésolithique », non attesté sur le site, mais dont
l’existence reste possible à cause d’un érosion de la partie supérieure des dépôt et du
l age tronqué, au dessus des horizons BCa (K), encroûtés, livrant le Paléolithique
supérieur.
● Enfin une mesure (Erl- 6199) a concerné les seuls charbons des pins de type sylvestis,
les plus abondant dans les niveaux archéologiques.
Le résultat, 17530 ± 79 BP correspond bien à l’age attendu pour une phase ancienne du
Magdalénien languedocien, à savoir un age proche, bien que légèrement plus ancien, de celui
du site de Lassac dans l’Aude ou deux dates donnent un résultat proche : Gif 2981 : 16750 ±
250 (conventionnel) et GRA 18488 (Ly 1548) : 16580 ± 80 B.P. (AMS).
Seul un protocole rigoureux, avec prise en compte des seuls taxons « froids » préalablement
déterminés, a permis d’obtenir une date cohérente ; il est certain qu’une mesure sur la totalité
des charbons aurait conduit à un résultat aberrant et sans doute trop jeune.
En l’état, rien ne vient donc bouleverser les attributions chronologiques et culturelles déjà
avancées, à savoir une phase ancienne du Magdalénien Languedocien.

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

Conclusions

Le site des Piles Loins apporte donc des éléments nouveaux pour une période encore
mal connue de la Préhistoire Languedocienne, la phase ancienne du Magdalénien. Ces
premiers résultats confirment largement la complexité de l’évolution du Magdalénien de la
France Méditerranéenne qui ne saurait entrer dans un schéma linéaire simpliste et
simplificateur.
Les données du Crès ( Langlais 2002) et dans une moindre mesure celles du Mas de
Mayan, devraient étayer ce point de vue, déjà affirmé lors de travaux précédents, de simples
étapes dans la recherche.
Après trois années de travaux, le gisement des Piles Loins apparaît donc comme un
site clé de la Préhistoire languedocienne, « collant » bien en outre à l’actualité de
l’Archéologie préventive (Le Crès, Mayan). Une spécialisation très probable dans la
production de lamelles et la possibilité de détailler la chaîne opératoire du galet de la
Costière (sans doute choisi) à la lamelle (sans doute standardisée), accroissent encore
l’intérêt du gisement.
Le site des Piles Loins apparaît donc comme un élément essentiel pour la
compréhension de la phase ancienne du magdalénien en France Méditerranéenne. Une année
supplémentaire, au moins, aurait été souhaitable pour affiner le diagnostic et compléter un
mobilier un peu faible sur le plan typologique.
Espérons qu’une opération préventive, avant l’urbanisation, permettra de compléter
les données acquises durant trois années de fouilles programmées.
Frédéric Bazile,
UMR 5059 CNRS/Université de Montpellier II

BIBLIOGRAPHIE
BARRIERE J. et TONI C. (1972) - Les Costières du Gard: Données nouvelles et interprétation. Bull. Soc.
Lang. Géogr. , t. 6, fasc. 3, pp. 231-276, 8 fig., 8 tabl.
BAZILE F. (1971) - Prospection en Costière du Gard - Premiers résultats. Bull. Soc. Préhist. Fr., 1971, t. 68,
C.R.S.M. n° 7, pp. 209-211, 3 fig.
BAZILE F. (1974) - Géomorphologie quaternaire de la Costière de Vauvert. Mémoire de Maîtrise de
Géographie. Université P. VALERY, MONTPELLIER III, Laboratoire de Géomorphologie, septembre 1974,
87 p. ronéo, 29 fig., 1 carte, 1/25000e h.t.
BAZILE F. (1976) - Le Paléolithique de la Costière Méridionale dans son contexte Géologique. Thèse de
Doctorat d'Université des Sciences Naturelles, (Géologie). U.S.T.L. MONTPELLIER II - 23 février 1976, 209
p., 35 fig., 48 pl. h.t.
BAZILE F. (1977) - Le Magdalénien ancien de Camparnaud à Vers-Pont-Du-Gard (Gard). Bull. Soc. Et. Sc.
Nat. de Nîmes, 1977, t. 55, pp. 47-64, 7 fig., 3 tabl.
BAZILE F. (1980) - Précisions chronologiques sur le Salpêtrien ; ses relations avec le Solutréen et le
Magdalénien en Languedoc Oriental. Bull. Soc. Préhist. Fr., 1980, t. 77, n°2, pp. 50-56, 3 fig.
BAZILE F. (1981) - L'Homme et le milieu naturel au Paléolithique supérieur dans le bassin de l'Hérault.
Paléolobiologie Continentale, Montpellier, 1981, vol.XII, n°1, pp. 205-221, 6 pl.
Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

BAZILE F. (1987) - Réflexion sur le Magdalénien et sa diffusion en France méditerranéenne. In « Le
paléolithique supérieur européen, bilan quinquennal ». Etudes et Recherches archéologiques de l'Université
de Liège , 1987, 24, pp. 165-201, 10 fig., 1 tabl.
BAZILE F. (1989) - L'industrie lithique du site de plein air de Fontgrasse (Vers-Pont-Du-Gard). Sa place au
sein du Magdalénien méditerranéen. Le Magdalénien en Europe. Actes du Colloque « La structuration du
Magdalénien », (Mayence 1987), Etudes et Recherches archéologiques de l'Université de Liège, N°38, 1989,
pp. 361-377, 9 fig., 3 tabl.
BAZILE F. (1991) - Habiter le Languedoc au Paléolithique supérieur, les Dossiers d'Archéologie, n°156,
janvier 1991, pp. 72-77, 6 fig.
BAZILE F. (1994) - Les Piles Loins, Vauvert, Gard. S.R.A Languedoc Roussillon, Bilan Scientifique 1993. p.
91
BAZILE F. (1995) - Les Piles Loins, Vauvert, Gard. S.R.A Languedoc Roussillon, Bilan Scientifique 1994
pp. 110-111.
BAZILE F. (1997) - Le Languedoc Oriental de 20 000 à 12 000 avant le présent : homme et milieu. « El món
mediterrani despres del Pleniglacial », Colloque international, Comission VII, U.I.S.P.P., Banyoles, 18-20 mai
1995, Museu d'Arqueologia de Catlunya-Girona, pp. 175-192, 7 figs.
BAZILE F. (1999) – « Le Paléolithique supérieur en Languedoc Oriental. Le milieu, les hommes. »
t. I/1, texte, 229 p., t. I/2, illustrations, 61 p. 70 fig., 2 tabl. t. II, 110 pl. h.t. Mémoire en vue de l'Habilitation à
diriger les recherches, Université de Perpignan, 26 mai 1999.
BAZILE F. (sous presse) - Matières premières minérales et Paléolithique Supérieur en Languedoc Oriental : une
entreprise délicate. « La Pierre en Archéologie » Colloque Européen, Tautavel, 14 -15 mai 1998 (parution
prévue début 2001, aux Presses Universitaires de Perpignan).
BAZILE F. , GUILLERAULT Ph. et MONNET C. (1989) - L'Habitat paléolithique supérieur de plein air de
Fontgrasse. Travaux 1983-1987. Gallia Préhistoire, t. 31, 1989, pp. 65-92, 28 fig.
BAZILE F. et MONNET – BAZILE C. (2000) - Le Magdalénien et l’Après Magdalénien en Languedoc
Oriental. Le Paléolithique Supérieur récent : nouvelles données sur le peuplement et l’environnement, actes
de la table ronde sur le Paléolithique Supérieur récent, Chambéry, 12-13 mars 1999. Mémoire de la Société
Préhistorique Française, XXVIII, pp. 127-145, 5 fig.
BAZILE F. et PHILIPPE M. (1994) - Les Bois de Darnieux, St Martin de Londres, Hérault, S.R.A Languedoc
Roussillon, Bilan Scientifique 1993. p. 167
BAZILE F. et RAYNAUD F. (1999) - ZAC de la Condamine III, Vauvert (Gard). DFS de diagnostic. 36 p.
15 fig. A.F.A.N. Méditerranée, Nîmes et SRA Languedoc-Roussillon, Montpellier.
BOCCACCIO G. (2001) – Les alluvions quaternaires de la région de Remoulins (Gard) comme ressource
lithique pour les hommes préhistoriques. Bulletin de la Société d’Histoire Naturelle de Nîmes, t. 63, pp. 112123, 5 fig.
ESCALLON G., AUDUIT F. , BAZILE F. LANCELOT St., NORET Ch. Et RECOLIN A. (2001) – La
Condamine IV à Vauvert (Gard). Document Final de Synthèse, 33 p., 11 fig. AFAN, Nîmes, Gard,
JORIS C. (2002) – Les industries magdaléniennes de l’Ardèche (France) dans le contexte du bassin
méditerranéen. L’Anthropologie, t. 106, pp 99- 134, 14 fig, 1 tabl.
LANGLAIS M. (2002) – Le Crès (Béziers, Hérault) : un site magdalénien de plein air en Languedoc
central. Etude du matériel en silex. Mémoire de maîtrise, Université de Toulouse Le Mirail.

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

MONNET C. (1987) Présence d'industrie du Paléolithique supérieur au lieu-dit « la Rouquette », Collias, Gard.
Et. Quat. Lang., Vauvert, cahier n°4, pp. 3-5, 1 fig.
MONNET- BAZILE C. (2001) Une légende à la vie dure : la villa des Piles Loins. Expressions, n° 117, juin
2001, p 12, 2 ph. .
PISKORZ M. et BAZILE F. (1999) - ZAC de la Condamine, Opérations lotissement et collège, Vauvert
(Gard). DFS de diagnostic et fouilles archéologiques. 29 p. 37 fig., 2 annexes. A.F.A.N. Méditerranée, Nîmes
et SRA Languedoc-Roussillon, Montpellier.
SACCHI D. (1986) - Le Paléolithique supérieur du Languedoc occidental et du Roussillon. Gallia Préhistoire,
XXIe suppl., 284 p., 204 fig., 36 tabl., 16 pl., C.N.R.S. Paris

Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.

1

Les Piles Loins Vauvert : D.F.S

ANNEXE

________________________________________________________________________________
Centre de Recherches et de Documentation Préhistoriques de Gard
Laboratoire de Préhistoire de Vauvert – Avenue Jean Moulin, BP n° 47 30600 VAUVERT France.


Documents similaires


Fichier PDF bis
Fichier PDF piles loins dfs
Fichier PDF le bassin mediterraneen definitif termine
Fichier PDF piles loins bull nimes
Fichier PDF les baux 2009
Fichier PDF 01bazile


Sur le même sujet..