Ronéo pharmacologie Gressier.pdf


Aperçu du fichier PDF roneo-pharmacologie-gressier.pdf - page 6/7

Page 1 2 3 4 5 6 7


Aperçu texte


2016-2017

3)

Neurotransmission dopaminergique ( 2)

Neuroleptiques désinhibiteurs



Le sulpiride et l'amisulpride à faible dose ( on parle de neuroleptiques bipolaires)



Le penfluridol

Leurs effet neuroleptique est du au blocage D2/D3 au niveau mesolimbocortical
La grande partie des effets indésirables est due au blocage des récepteurs D2 au niveau nigro-striatal et
infundibulaire.

4)


Autres actions des neuroleptiques centraux
Action sur la neuro transmission cholinergique:

→ A court terme : Les neuroleptiques centraux vont lever l'inhibition de la dopamine au niveau des
neurones
cholinergiques. On aura une libération accrue d’acétylcholine, ce qui crée un déséquilibre acétylcholine/
dopamine qui induit des effets neurologiques de type pseudo-Parkinsonien.
→ A long terme : Hypersensibilité des récepteurs dopaminergiques, ce qui diminue l’hyperfonctionnement
cholinergique et elle est responsable de symptômes de dyskinésies tardives.
→ Action directe des neuroleptiques : Provoque un antagonisme au niveau des récepteurs
muscariniques de
l’acétylcholine, qui est responsable d'effets indésirables de type atropiniques.


Action sur le système noradrénergique : en antagonisant les récepteurs α-1 de la noradrénaline



Action sur le système histaminergique :en antagonisant les récepteurs h1 à l'histamine



Action sur le système sérotoninergique : les NL atypiques peuvent agir sur le système
sérotoninergique en antagonisant les récepteurs 5 HT2 de la sérotonine avec + d'affinité que
pour les récepteurs dopaminergiques D2 → Ca va diminuer les effets extra pyramidaux
La sérotonine exerce normalement une activité inhibitrice via la stimulation des récepteurs 5HT2
sur la libération de la dopamine au niveau négro salariat , au niveau mésocortical, mais pas au
niveau mmésolimbique +++
Conséquences pour les neuroleptiques atypiques :
→ Au niveau négro striatal : l'antagonisme 5HT2 entraine une libération de la dopamine qui
va compenser l'antagonisme dopaminergique D2 à ce niveau . Les neuroleptiques atypiques ont
donc – d'effet pyramidaux
→ Au niveau mésocortical : les neuroleptiques atypiques entrainent une libération de dopamine
+ importante que l'effet anti D2 à ce niveau → ce qui induit la propriété d'être actifs sur les
symptômes déficitaires
→ Au niveau mésolimbique : l'antagonisme 5hT2 des neuroleptiques atypiques n'inversent pas
l'effet anti D2 à ce niveau : les NL atypiques sont donc également efficace sur les symptômes
productifs
6/7