liseron31.pdf


Aperçu du fichier PDF liseron31.pdf - page 1/15

Page 12315



Aperçu texte


LISERON
« C’est en forgeant qu’on devient forgeron
Et en lisant qu’on devient...

Raymond QUENEAU

… en apprenant qu’on devient napperon. » D.V.

Publication
de l’AFL 43
Association
Française pour la
Lecture
Groupe
départemental
de Haute-Loire
Mairie
BP 20
Place Lafayette
43100 BRIOUDE
afl43@orange.fr
Directeur de
publication :
Dominique VACHELARD
Rédacteurs :
Pascale CHAUMET
Sylvie CHOISNET
Jean-Pierre LEPRI
Cécile LEYRELOUP
Jenny SAUVADET
Dominique VACHELARD
__________
ISSN n° 2264-2544
Dépôt légal : BNF
__________
Prix : 2.00 €
__________

n° 31
Octobre
Novembre
Décembre
2016

PRATIQUES
D’ÉCRITURE
Une approche des pratiques sociales et scolaires d’ecriture nous
conduira a envisager cette derniere
dans un sens plus large que celui
que nous lui accordons generalement.
En effet, la semiologie, entendue
comme la science qui etudie les
signes au sein de la vie sociale,
nous pousse a considerer toute
trace porteuse d’une signification,
deposee avec une intention de
communiquer, comme etant une
« ecriture ». Celle-ci est premiere,
et c’est elle qui rend ensuite possible la realisation d’actes de lecture.
De façon plus habituelle, l’ecriture
est consideree comme la transcription graphique de la sonorite de la
langue. C’est ainsi qu’elle est generalement assimilee a l’oral dont
elle ne serait qu’un etat second, ce
qui n’est pas sans consequence sur
la theorie institutionnelle de l’ecrit
(lecture et ecriture), sur les pratiques sociales, ainsi que sa pedagogie !

Nous rappellerons que pour l’AFL,
loin d’etre un redoublement de
l’oral, l’ecriture doit etre consideree comme une autre langue qui a
des fonctions, des fonctionnalites
et un fonctionnement differents de
ceux de l’oralite.
De ce fait, le lecteur-ecriteur est
bilingue, et l’apprentissage ne peut
se concevoir autrement que dans
et par l’usage effectif de l’ecrit dans
les projets qui accompagnent sa vie
quotidienne.
Meme si la tache est impossible,
nous tenterons de tracer un etat
approximatif des pratiques d’ecriture dans le corps social a partir de
quelques temoignages et constats.
Qui ecrit ?
Pour quoi faire et comment ?
Puis nous essaierons d’envisager
rapidement les pratiques en milieu
scolaire ainsi que les conditions de
son enseignement, et les consequences sur la realite sociale des
pratiques.
AFL 43