Orchidées BULL 2016 .pdf



Nom original: Orchidées-BULL-2016.pdf
Titre: Styles du bulletin
Auteur: L

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par Microsoft® Word 2013, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 08/10/2016 à 19:03, depuis l'adresse IP 84.100.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 434 fois.
Taille du document: 650 Ko (8 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


157

Bull. Soc. Linn. Bordeaux, Tome 151, nouv. série n° 44 (2/3), 2016 : 157-162.

Découverte d’Ophrys speculum (Ophrys miroir) en Gironde
First record of Ophrys speculum (“Mirror of Venus orchid ‘’) in the
Gironde department

William BRONDEL
11A rue de Mautemps, F - 33640 Castres-Gironde
(Société Française d’Orchidophilie) [sfogironde@gmail.com]

avec la participation de Vincent SENNES
docteur en écologie de l'Université Bordeaux Montaigne
Ensegid, 1 allée F. Daguin, F - 33607 Pessac

et de Bruno CAHUZAC
Université de Bordeaux, 351 Cours de la Libération, F - 33405 Talence Cedex [bruno.cahuzac@u-bordeaux.fr]

L’année 2016 aura vu la première découverte de l’Ophrys speculum Link, en
Gironde. Cet Ophrys a été par ailleurs signalé en rares populations sur les
départements limitrophes de la Dordogne, du Lot-et-Garonne et de la CharenteMaritime (voir DUSAK & PRAT, 2010 ; GUÉRIN et al., 2007), avec respectivement 1, 1 et 2
stations seulement. Les sites les plus proches sont à environ 100 km de Bordeaux.

Présentation de l’espèce :
Ophrys speculum Link, 1799 (Ophrys miroir)
Synonymes :

Ophrys vernixia auct. non Brot., 1804
Ophrys ciliata Bivona-Bernardi, 1806
Ophrys vernixia subsp. ciliata (Bivona-Bernardi) Del Prete, 1984

Description : l’Ophrys speculum est une petite orchidée de 10 à 25 cm de hauteur,
rarement plus. Rosette de feuilles avec 1 à 2 feuilles caulinaire embrassantes. De 3 à 6
fleurons, parfois jusqu’à 12.
Sépale dorsale rabattu sur le gynostème, sépales latéraux ovales, étalés à bord
révoluté. Face interne jaunâtre ou vert pâle, ornée de lignes rougeâtres ou brunes.
Pétales courts et velus, brun foncé. Labelle trilobé orné d’un « miroir » bleu luisant, plus
ou moins bombé et bordé de jaune (jaune-orange). Tous les lobes sont fortement ciliés,
poils bruns à brun pourpre. L’appendice est absent. La cavité stigmatique est bordée
par 2 petits « murets » sur lesquels se trouvent 4 petits points brillants.
Répartition : méditerranéenne ; Espagne, Portugal, Sardaigne, Corse, sud de l’Italie,
Grèce ; en France, présence de petites stations sur plusieurs départements du sud et
de l’ouest (voir référ. bibliogr.).

158

Bull. Soc. Linn. Bordeaux, 2/3 - 2016

Floraison : de mars à mai pour la France.
Biotope : substrat calcaire ou calcifère, sur limons ou sols sableux, ensoleillé ou à miombre, maquis, coteau herbeux, bois clair.
Pollinisation : le seul pollinisateur qui était apparemment connu (au moins in litteris) est
un hyménoptère, le Dasyscolia ciliata (Fabricus, 1787) (voir bibliogr.). Celui-ci semble
absent de France continentale (mais est présent en Corse, cf. COCQUEMPOT & HAMON,
1995), ce qui expliquerait pour cet Ophrys une reproduction exceptionnelle par graine et
la présence seulement de pieds isolés, liés probablement à une dissémination par le
vent. Toutefois, récemment, un deuxième pollinisateur, l’hyménoptère Andrena
florentina Magretti, 1883, est cité pour cet Ophrys, selon CLAESSENS & KLEYNEN (2016),
ce qui devrait susciter de nouvelles recherches et observations… (*)
(*)

Selon David Genoud, spécialiste des abeilles à la Société Linnéenne, Andrena florentina est
présente en France (dans l’Aude) par sa sous-espèce subflorina Warncke, 1967 (mais elle est
absente d’Aquitaine). Par ailleurs, ce collègue souligne qu’il faut être très prudent sur les liens
orchidées/andrènes : plutôt que de considérer un pollinisateur « exclusif » pour une plante, il y a
plutôt en réalité un groupe d’andrènes ubiquistes qui peut polliniser un grand nombre
d’orchidées. En outre, il déplore que de nombreuses photos d’insectes pollinisateurs soient
publiées avec des déterminations erronées, dans des ouvrages ou sites Internet spécialisés…
Noter qu’en Aquitaine est connue par exemple Andrena bicolorata (Rossi, 1790) (mais cette
espèce s’avère rare et assez précoce).

Statut de protection
Cet Ophrys bénéficie d’un statut de protection au niveau national, inscrit à l’arrêté
du 20 janvier 1982, modifié par l’arrêté du 31 août 1995 publié au Journal Officiel les 13
mai 1982 et 17 octobre 1995. Il est par ailleurs classé vulnérable (risque élevé
d’extinction) sur la liste rouge des espèces menacées en France établi par l’UICN
(Union Internationale pour la Conservation de la Nature).

Quatre sites découverts en 2016 en Gironde
Pour des raisons évidentes de protection, la localisation précise ne sera pas
donnée.

- Commune de Fontet (secteur de La Réole) : 3 pieds découverts le 10 mai 2016 par
Mme Vanessa Berthereau, qui en a fait part à M. Laurent Richin et à M. Jean LaporteCru de la Société Linnéenne de Bordeaux. Ils sont en pleine floraison (4 fleurons
photographiables, Fig. 1) sur une parcelle où n’est trouvée aucune autre orchidée.

- Sur la « CUB » (= Bordeaux Métropole), deux sites :
* Le premier découvert le 8 mai sur la commune de Bordeaux par Mme C.
Moreau et Mme Gentes qui en font part au cartographe girondin de la SFO Aquitaine
(auteur de ces lignes). Il est localisé sur le domaine du « Parc floral » au nord de
Bordeaux-Lac. Un seul pied présent, en fin de floraison lors de la visite du site le 11 mai
(1 seul fleuron frais et 7 fanés ; Fig. 2a-b). Sur le site, présence de plusieurs espèces
d’orchidées : Ophrys apifera, Serapias lingua sont les plus proches (à moins de 10
mètres), plus loin sont visibles Anacamptis pyramidalis, Himantoglossum hircinium. Le
substrat est limoneux, en bordure d’un petit cours d’eau, et n’a pas subi d’apport.
* Le deuxième site est découvert le 17 mai à Pessac par Vincent Sennes (Ensegid,
Université Bordeaux-Montaigne), qui lui aussi en fait part au cartographe girondin de la
SFO Aquitaine. Une visite du site est effectuée le lendemain en présence de B.
Cahuzac (vice-président de la Société Linnéenne de Bordeaux). Trois pieds sont
comptés, là aussi en fin de floraison (1 seul fleuron photographiable). L’une des hampes

W. BRONDEL - Ophrys speculum en Gironde

159

d’Ophrys speculum est porteuse d’un fruit (capsule) en formation, ce qui laisse à penser
qu’il y a eu pollinisation (Fig. 3a-e) (**).
(**)

De nouvelles observations (28 juin 2016) ont montré que la capsule contenant les graines
d'Ophrys speculum avait bien mûri et s’était asséchée en surface ; devenue brunâtre-marron,
elle s’est entrouverte et laisse s'échapper de minuscules graines allongées beige-blanchâtre
(Fig. 3f)…

Il est probable que d'autres Hyménoptères (autres que ceux déjà connus, dont
Dasyscolia ciliata) soient en ce cas des pollinisateurs occasionnels, possiblement des
Andrènes. Il faut souligner l’originalité et la rareté de cette fécondation du pied de
Pessac, au niveau français. En effet, divers botanistes avaient considéré qu’Ophrys
speculum ne pouvait pas avoir de descendance en France continentale, assertion qui
doit donc être modifiée.
On lisait ainsi dans TISON et al. (2014, p. 252) pour O. speculum : « Esp. normalt absente de
France continentale, ainsi que son pollinisateur, Campscolia ciliata. L'esp. étant extrèmt
recherchée, des pl. isolées sont trouvées sporadiqt (06, 11, 13, 34, 66, 83, 84), (…) mais elles
vivent peu de temps et restent tjs sans descendance. Sténoméd. ».

Sur le site de Pessac, présence de nombreuses Ophrys apifera et d’Ophrys apifera
var. aurita. Le substrat est argilo-calcaire et ne semble pas avoir subi d’apport.
Le lendemain de notre visite, une équipe d’entretien des espaces verts est vue sur
place. V. Sennes est allé à leur rencontre pour les avertir de la présence d’une espèce
protégée et obtient qu’une zone soit délimitée et tondue plus tard (Fig. 4-5). Merci à eux
pour leur compréhension. Les pieds d’Ophrys sont situés sur le campus universitaire,
dans la zone DE du cadastre, parcelle 248b. Celle-ci fait (hélas) l’objet d’un projet
immobilier qui risque fort d’avoir un impact négatif sur l’avenir de cet Ophrys.

- Commune de Saint-Symphorien :
Une station d'Ophrys speculum a été découverte le 13 avril 2016 à SaintSymphorien en Gironde (à peu de distance avec la limite départementale des Landes)
par Kevin Romeyer du CBNSA (Conservatoire Botanique National Sud-Atlantique) dans
le cadre des inventaires systématiques actuellement menés en Gironde. Trois pieds
sont présents en bord de route sur des substrats calcaires, en contexte assez
anthropisé. La station ne semble pas particulièrement menacée.
Remerciements
Merci aux découvreurs de cette espèce sur les sites mentionnés, à G. Caze (CBNSA)
pour ses informations, à V. Berthereau pour sa photo, à C. Monferrand et B. Cahuzac pour
leur relecture, à D. Genoud pour ses renseignements.

1. Ophrys speculum sur la station de Fontet (photo Vanessa Berthereau).
2a-b. Ophrys speculum sur la station de Bordeaux.

3a-f. Ophrys speculum sur la station de Pessac. [a-e : 18 mai 2016] ; a : vue des pieds in
situ ; b-c : détail d’une fleur, de face et de profil ; d-e : vue d’un fruit en formation ; [f : 28 juin
2016 ; la capsule arrive à maturité].
4, 5. Vue générale du site de Pessac. (En 5 : tonte retardée sur le secteur de l’Ophrys).
(Photos W. Brondel).

160

Bull. Soc. Linn. Bordeaux, 2/3 - 2016

W. BRONDEL - Ophrys speculum en Gironde

161

162

Bull. Soc. Linn. Bordeaux, 2/3 - 2016

Références bibliographiques
BOURNÉRIAS M. & PRAT D. (sous la direction de), 2005. - Les Orchidées de France, Belgique et
Luxembourg. Collection Parthénope, Biotope édit., Mèze, (2ème édition), 504 p.
CLAESSENS J. & KLEYNEN J., 2016. - Orchidées d'Europe : fleur et pollinisation. Biotope édition,
Mèze, 448 p.
COCQUEMPOT C. & HAMON J., 1995. - Capture de Dasyscolia ciliata ciliata (Fabricius, 1787) en
Corse-du-Sud (Hym., Scoliidae). Bulletin de la Société entomologique de France 100 (3),
p. 276.
DELFORGE P., 2007. - Guide des Orchidées de France, de Suisse et du Benelux. Collection Les
Guides du naturaliste. Édition Delachaux et Niestlé, Paris, 288 p.
DELFORGE P., 2016. - Orchidées d’Europe, d’Afrique du Nord et du Proche-Orient. Guide
Delachaux. Édition Delachaux et Niestlé S.A., Paris, 4e édition, 544 p.
DUSAK F. & PRAT D. (coord.), 2010. - L’Atlas des Orchidées de France. (Sous l’égide de la Société
française d’Orchidophilie), Collection Parthénope, Biotope édit., Mèze [Publications
scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle], 400 p., 154 cartes.
GUÉRIN J.-C., MATHÉ J.-M. & MERLET A., 2007. - Les Orchidées de Poitou-Charentes et de Vendée.
Biotope, Mèze (Collection Parthénope), 288 p.
HERMOSILLA C.E., 2001. - Observaciones sobre la polinización de Ophrys speculum por Dasyscolia
ciliata. Estudios del Museo de Ciencias Naturales de Álava, Vitoria, 2001 (16), p. 59-66.
JOUANDOUDET F. (coord.), 2015. - À la découverte des Orchidées d'Aquitaine. Biotope, Mèze
(Collection Parthénope), 2e éd., 256 p.
LANDWEHR J., 1982. - Les orchidées sauvages de France et d’Europe. Piantanida, Lausanne, vol. I
et II, 595 p.
SOUCHE R., 2004. - Les Orchidées sauvages de France. 'Les Créations du Pélican / Vilo' édit.,
Paris, 340 p.
TISON J.-M., JAUZEIN P. & MICHAUD H., 2014. - Flore de la France méditerranéenne continentale.
Éditions C.B.N.Méd. Porquerolles et Naturalia Publications. 2080 p.
VAZQUEZ-PARDO F.M. (sous la coordination de), 2009. - Revisión de la familia Orchidaceae en
Extremadura (España). Folia Botanica Extremadurensis, Vol. 3, Grupo Habitat, Centro de
Investigación La Orden-Valdesquera, Badajoz, 368 p.

163

Bull. Soc. Linn. Bordeaux, Tome 151, nouv. série n° 44 (2/3), 2016 : 163-164.

Découverte d’un hybride d’Ophrys, rare en Gironde :
Ophrys apifera × Ophrys picta
Olivier CABANNE
19 le Bourg, F - 33330 Saint-Pey-d’Armens - [orchis33@free.fr]

&

Jean-Christophe BLANCHARD
9 route du Breuil, F - 33670 Saint-Léon - [jcb.cnb@sfr.fr]

Dans un précédent article de ce Bulletin (CABANNE, 2016), nous vous rapportions la
découverte d’Ophrys picta Link, 1800 dans le Médoc. Nous avons profité d’une sortie
orchidophile organisée le 27/05/2016 dans le même secteur (de Cissac-en-Médoc à
Couquèques) pour visiter les stations déjà répertoriées, mais aussi prospecter de
nouveaux sites. Au fil de la journée, de nombreuses nouvelles stations à Ophrys picta
ont été découvertes. Dans cette zone, au cœur du Médoc, fleurissent en sympatrie sur
certaines stations les Ophrys suivants : Ophrys apifera Hudson, 1762 (et var. et formes,
cf. BLANCHARD, 2015), Ophrys picta Link, 1800, Ophrys insectifera Linné, 1753, Ophrys
sphegodes auctorum non Miller, 1768 (= O. aranifera Hudson, 1778 ; cf. bibliographie).
Quant à l’Ophrys scolopax Cavanilles, 1793, très rare sur les secteurs prospectés ce
jour-là, puisque seulement un pied en fin de floraison a été trouvé à Ordonnac, nous pouvons
penser qu’il est souvent remplacé par l’Ophrys picta sur cette zone du Médoc. O. scolopax
s.s. ne nous semble présent sûrement qu’à Ordonnac (butte de la Lot ; LESSIEUR, 2015).
L’abondance d'Ophrys picta dans le secteur de Cissac et Couquèques notamment, indique
que l'espèce y est implantée depuis longtemps, et elle a pu être confondue avec O. scolopax.

Parmi ces espèces, nous avons observé qu’Ophrys apifera côtoyait très régulièrement
Ophrys picta. En plus de partager les mêmes biotopes, ces deux taxons bénéficient d’une
phénologie identique, ce qui rendent optimales les conditions d’une possible hybridation.
Ainsi, c’est à proximité d’une ancienne carrière sur la commune de Couquèques que nous
avons eu l’heureuse surprise de découvrir un superbe pied de l’hybride Ophrys apifera ×
Ophrys picta. Cet hybride intragénérique pousse sur une micro-station, enclavée entre
une parcelle de vignes et une friche embroussaillée, composée d’un sol calcaire
légèrement graveleux, à l’aspect méso-xérophile. Seuls Ophrys apifera et Ophrys picta
poussent sur ce site, ce qui rend l’identification aisée et assez fiable.
La plante découverte présente des caractères morphologiques intermédiaires entre
les deux « parents » (Fig. 1-2) :
Sépales : de couleur rose, assez larges, striés d’une ligne médiane verdâtre.
Pétales : de couleur intermédiaire allant d’une base rose à une extrémité verte, de
forme triangulaire.
Labelle : de forme arrondie, moins anguleux qu’O. apifera et assez bombé comme O. picta.
Cavité stigmatique : de forme et couleur intermédiaire.
Champ basal : assez large et haut comme O. apifera, de couleur brun orangé, bordé
d’une fine marge rouge-brun reliant entre eux les pseudo-yeux ; macule au dessin plus
complexe que chez O. apifera, et proche de O. picta.

164

Bull. Soc. Linn. Bordeaux, 2/3 - 2016

Gynostème : assez proche d’O. apifera de par sa forme et sa longueur.
Gibbosités : bien présentes comme chez les deux parents.
Appendice : position intermédiaire, ni devant ni derrière.
Après recherche dans la littérature botanique et plus spécifiquement orchidophile, il
semble que cet hybride n’ait jamais été décrit. Par contre, on en trouve mention dans le
très réputé JEO (Journal Europäische Orchideen). Un article de Daniel TYTECA, publié
en 1998 et portant sur la flore orchidophile du Portugal, y fait en effet référence (p. 300).
Remerciements : à Bruno Cahuzac pour la relecture et la mise en pages de cet article, à
Olivier Gerbaud pour son aide dans la recherche bibliographique.

Références bibliographiques
BLANCHARD J.-C., 2015. - Ophrys apifera Hudson, 1762 (Orchidaceae). Description de la forme
typique de l’espèce, et de quelques variétés, formes et lusi rencontrés dans le département
de la Gironde. Bull. Soc. Linn. Bordeaux, Tome 150, nouv. série n° 43 (3), p. 265-270.
BOURNÉRIAS M. & PRAT D. (sous la direction de), 2005. - Les Orchidées de France, Belgique et
Luxembourg. Collection Parthénope, Biotope édit., Mèze (2ème édition), 504 p.
CABANNE O., 2016. - Découverte de l’Ophrys picta (Ophrys peint) en Gironde. Bull. Soc. Linn.
Bordeaux, Tome 151, nouv. série n° 44 (1), p. 5-7.
JOUANDOUDET F. (coord.), 2015. - À la découverte des Orchidées d'Aquitaine. Biotope, Mèze
(Collection Parthénope), 2e éd., 256 p.
LESSIEUR D., 2015. - La Butte de la Lot : un îlot de biodiversité au coeur du vignoble médocain
(Gironde). Bull. Soc. Linn. Bordeaux, Tome 150, nouv. série n° 43 (4), p. 475-486.
TYTECA D. (1997) 1998. - The orchid flora of Portugal. Journal Europäische Orchideen 29 (2/3), p.
185-581.

1. Comparaison d’ Ophrys apifera, O. picta et de l’hybride entre ces espèces.
2a-d. Diverses vues de détail de la fleur de l’hybride Ophrys apifera × Ophrys picta.




Télécharger le fichier (PDF)

Orchidées-BULL-2016.pdf (PDF, 650 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP







Documents similaires


orchidees bull 2016 1
orchidees vendoire archives carnets nat2 d raymond
liste rouge france orchidees de metropole
especes facilement observables 1
programme des emissions philatelique annee 1994
ophrys lutea station riberacois dordogne carnets 2 dr 2019

Sur le même sujet..