identification de Cynorkis, ridleyi squamosa discolor .pdf



Nom original: identification de Cynorkis, ridleyi-squamosa-discolor.pdf

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Canon / , et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 09/10/2016 à 10:26, depuis l'adresse IP 41.213.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 393 fois.
Taille du document: 3.4 Mo (12 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Identificaton de ftÉs Cyrnrlrisde LaRérmion
Patrice Bernet

I

Identification de trois Cynorkis

no 2 présente

de l'île de la Réunion et de
Madagascar : C. ridleyi, C.
squamosa, C. discolor

vert foncé en-de,s,stt,s, pourpre en-dessotts,
(...) Le n" 3 ne possède qu'une feuille,

Mots clés

: Cynorkis, Ochidaceae, île

de la Réunion, Madagascar.

Certains Cynorkis sont d'une variabilité

florale surprenante ne permettant pas
toujours une identification spontanée.
Ceci est vrai, efl particulier pour le
Cynorkis ridleyi, où d'une fleur à l'autre,
sur le même épi,le labelle varie en forme

et en couleur ; les feuilles, 1 ou 2,
varient en taille, sont vert clair ou foncé,
toujours tachetées soit de blanc jaunâtre

soit de jaune verdâtre, avec ou

sans

stries. Les très grandes variations dans
tous ces caractères entraînent nombre de
confusions dans la reconnaissance de
cette plante, surtout chez les amateurs
d'orchidées.

Bien que les trois Cynorkis cités ci-dessus soient aujourd'hui regroupés dans
une même espèce - C . rtdleyi -, je montre
qu'il s'agit en fait d'espèces distinctes.

à 2 petites feuilles d'un

finement maculée de blanc, principalement de part et d'autre de la nervure
médiane sur la face supériewre de la
feuille, dressée, (. . .) Le no 4 est uhe
plante beaucoup plus grande que ltt
précédentes, à 2 feuilles dressées, ré'gulièrement et finement tachetées de blanc.

(...) Nos

examens microscopiques ont

plws spécialement porté swr le n" 3 et la

majorité des microphotographies se rap-

portent à cette forme. (...) Cependant il
peut arriver dans la forme no 4 que des
embryons nucellaires se développent
également, soit concurremment avec
I'embryon omnisaccal, dans un même
ovule, soit isolément. >).
Pour ma part, je soutiens que seuls les
dessins no 3a et 3b représentent le
C . ridleyi.Les dessins no 2a et 2b sont
ceux de C . discolor,les dessins n" 4a et
4b se réfèrent à C. squamosa ; quant
aux dessins no Ia et lb, je n'arrive pas à
les identitier. Peut-être l'étude embryologique n'est-elle pas complète ! En

tout cas, de nombreux catactères
foliaires et floraux différencient ces

Commençons par une étude embryologique faite par Yvonne Veyret :

plantes et elles ne peuvent être ratta-

Sont présentés dans cette étude 4 Cynorkis

Après discussion de ce point avec Jean

< Adansonia série , r. 2, 12 (3) : 384-402.
1972 >. Il est indiqué que tous les dessins
de la planche 1 (1a-1b, 2a-2b, 3a-3b, 4a4b) sont relatifs à la seule espèce C . ridleyi.
(Extrait des notes de Y. Veyret : << Le

Bosser, en mai 2009, celui-ci me
confirmait pourtant que ces espèces
étaient à rattacher au Cynorkis ridleyi.
Après avoir effectué de nouvelles
recherches sur ces plantes, je maintiens
mon propos et apporte ici les éléments

n"

I

a une feuille petite, courte, résillée

de vert plus clair, à limbe horizontal. Le

chées à une seule espèce.

nouveaux sulvants

L'ORCHIDEE Vol 28 Page I40

:

Avant tout, reYenons sur une confusion ancienne à propos ilAmphorchis
reticulata :

Cynorchis Pet .-Th. avec lesquels on ten-

Eudoxie Jacob De Cordemoy a dessiné
fidèlement de nombreuses orchidées de
1'î1e de la Réunion, et plusieurs d'entre
elles seront utilisées par Eugène Jacob
De Cordemoy pour sa révision des épiphytes en 1899. Tous ces dessins se trouvent à 1'î1e Maurice et n'ont jamais été
publiés. Eugène Jacob De Cordemoy n'a
indiqué pour certains dessins - en particulier les épiphytes - que le nom de genre
(Amphorchis, Cynorchis, Hémiperis).
Seules quelques plantes bien connues à
l'époque sont décrites au niveau de I'espèce : Amphorchis variegata (aujourd'hui Cynorkis ridleyi), Camilleugenia
coccinelloi'des (aujourd'hui Cynorkis

coccinelloi'des), Habenaria citrina,

Habenaria rosellata

(aujourd'hui

drait à le confondre ; à savoir : du premier par les rétinacles en partie vaginés
et par les loges prolongées et distantes
l'une de l'alttre ; du second par la même
disposition des rétinacles et de plus par
son rostelle de forme quadrangulaire, et
tout au plus égal en longueur aux loges
de l'anthère, et enfin par la fleur renversée (c'est-à-dire à labelle postérieur). A
tout prendre, c'est avec les deux genres
que j'ai cru devoir établir sous les noms

de Camilleugenia et Hemiperis

que

l'Amphorchis pourrait être plutôt
confondu >>. Pourquoi est-il écrit en bas
de la planche : Cynorchis reticulata ? On

peut émettre I'hypothèse que le nom de
genre

rieurement aux descriptions établtes par

E. Cordemoy, problème concernant
aussi peut être d'autres dessins.

Cynorkis rosellata), Cynorchis boryana
(Aujourd'hui Phy soc eras boryanum vat
aristei J.B. Castillon, nom nouveau à
paraître dans la revue XI de décembre
.

2010 de Richardiana). Quelques photo-

copies de ces dessins circulent entre
amateurs et botanistes sur l'île de la
Réunion. Une de ces planches a attiré
tout particulièrement mon attention ; il y
est noté en bas de page : Cynorchis reticulata Cordemoy. Si I'on se réfère à la
flore de E. Cordemoy (1895) cette même

La planche notée Cynorchis reticulata
Cordemoy aurait donc bien dû s'appeler
Amphorchis reticulata. Aujourd'hui Ia
nomenclature a évolué et le genre
Amphorchis est devenu synonyme du
genre Cynorkis (Cynosorchis, Cynorchis)

.

La planche notée Cynorchis reticulata et
Ia description de l'espèce Amphorchis

réticulata se rapportent selon moi à
Cynorkis ridleyi ; ainsi Amphorchis reticulata devient synonyme de

C.

ridleyi.

plante est décrite et nommée Amphorchis

Suite à ces précisions, je propose I'identi-

reticulata C. Frappier et, dans sa des-

fication suivante des trois espèces :
Figures 1 - lbis
Identification du Cynorkis ridleyi
T. Durand & H. R. Schinz - Conspectus

cription relative au genre Amphorchis,
on peut lire : << Obs. : Genre de plus en

plus confirmé par la découverte d'espèces très homogènes.

Il

diffère complè;

tement dw Gymnadenia

R. Br. et

du

Florae Africae, Jardin botanique de 1'État de Bruxelles (p .92), décembre 1 894.

L'ORCHIDEE Vol 28 Page

I4l

Synonymie

:

Amphorchis lilacina

- H. Ridley 1885
Amphorkis reticwlata C. Frappier ex
E. Cordemoy 1895

Bien que la couleur des feuilles soit un
élément important d'identification de la
plante, H. Perrier n'en parle pas. Il note
aussi, toujours en 1939 , eue I'espèce est

E. Cordemoy en 1895 a décrit quatre
variétés ; alba, rosea, exappendiculata,

présente également aux Comores

appendiculata
Amphorchis variegata
E. Cordemoy 1895

être subdivisée en un grand nombre de
sous-espèces locales >>.

-

C. Frappier ex

E. Cordemoy en 1895 a décrit quatre
variétés : hastata, digitata, totilabris,
polymorpha
Cynosorchis variegata - (C. Frappier ex
E. Cordemoy) R. Schlechter I9I5
Cynosorchis reticulata - (C. Frappier ex
E. Cordemoy) R. Schlechter 1915
Cyrnsorchis rhomboglossa

- R. Schlechter

1924

Bicornella ridleyi ( T.Durand &. Schinz)
D. L.Szlachetko & M. Kras 2006

Description de Cynorkis ridleyi

à

:

la

Réunion par C. Frappier ex E. Cordemoy

Amphorchis reticulata C. Frappier

:

ovales ou lancéolées,longues de 3-9 cffi,
larges d'I-2 cffi, fermes, aiguës et vertes

des deux cotés,

sawf ,

en dessus, uft

réseau discolore rarement absent, formé
par des nervures de tout ordre, y compris
la médiane et qui tranche en nuance jau-

à son toltr, sLtr le fond vert du
limbe (d'ou le nom spécifique). Épi
cylindrol'de, qwelques fois raccowrci et
corymbifurme. (...) Sépales latéraux
verts à l'extrémité, (. . .) Labelle posténâtre,

Description de Cynorkis ridleyi

à

Madagascar par H. Perrier de la Bathie
1939.

deux, obovale-elliptique, oblancéolée ow
lancéolée, en général très longuement

atténuée vers la base. ( . . .) Labelle à
lobes petits, basilaires, cowrt et triangulé-obtws ; lobe médian très variable de
forme ; éperon égalant à peu près la
moitié de l'ovaire, assez grêle, un peu
recourbé en avant et renflé au sommet.
( ...) Espèce très variable quant à la
forme du lobe médian du labelle, qui
peut être orbiculaire, largement flabelliforme, obrénifurme, largement ovale ow
même étroitement oblong, et denté-crénelé ou échancré-apiculé au bord anté-

rieur. Floraison novembre

à avril

riettr, obovale, dressé ou infléchi, soudé

par la base au gynostème, et strié de 7-9
lignes roses ponctwées ; éperon droit ou
légèrement courbe, délié, sans coude ni
crochet à l'extrémité . Floraison octobre,
novembre

>>.

Amphorchis variegata C. Frappier

:

plus courtes que la tige, elliptiqLtes,
ovales ou obovales , coriaces, courtement acuminées, très aiguës ; d'wn vert
plus ou moins glawque en dessLLS, avec la
nervLtre médiane jawnâtre, ainsi que des
mowchetures longitwdinales qui cowvrent
leur surface de ce coté (d'où le nom spé-

L'ORCHIDEE Vol 28 Page I42

I

I - Cynorkis ridleyi : forêts diverses, différences des feuilles et des grappes de
fleurs - (A) On peut observer la vanété polymorpha de C. Frappier ex E. Cordemoy.
Clichés in situ, pris à différentes dates, de 1998 à 2008.
Figure

I

I

t

L'ORCHIDEE Vol 28 Page I43

Figure

1

bis - Cynorkiç ridleyi: fleurs, différences des labelles.

L'ORCHIDEE Vol 28 Page I44

cffique) . Éperon cylindro-conique, laxi-

flore. (...) Sépales concaves , les latéraux très déployés et parfois réclinés à
la base, infléchis et remarqwablement
verts au sommet ; (...) Labelle posté-

rieur sowdé par la base au gynostème,
plus haut que les awtres espèces dw
genre, ordinairement trilobé, les lobules
latérawx ou auricwlés, bien prononcés, le

grand lobe strié de lignes tremblées,
mais interrompues, d'autres fois sablé en
même temps, vers la gorge, de points de
la même cowlewr, enfin à bord crispé et

comme rongé, sans échancrure ni
mucron. Toutefois, ce lobe intermédiaire
dw labelle est sujet à varier, qwelqwefois

swr le même individu, jusqu'à rendre
I'espèce indéterminable au f ,, coup
d'æil. Floraison septembre, novembre

>

.

Ces descriptions, dans trois pays diffé-

rents (Comores, Madagascar, La
Réunion), sont similaires et ont trait à la
même et unique espè ce C. ridteyi qui est
présente à La Réunion dans certaines
forêts ombrophiles, dans les clairières ou
lisières sur I'ensemble du territoire, entre
750 et 2 000 mètres d'altitude, la floraison ayant lieu d'août à novembre.

Figures2-2bis
IdentifÏcation du Cynorkis

squamosa

(J. L. Poiret) J. Lindley 1835 - Genera
And Species of Orchidaceous plants,
(p. 332) octobre 1835
Synonymie

:

Orchis squamosa - J. L. Poiret 1797
Amphorchis calcarata - Thouars IB22
Habennria amphorchis - K. Sprengel1826

Gymnadenia squamata - (J. L. Poiret) A.
Richard 1828
Cynosorchis squamosa (J. L. Poiret)
J. Lindley 1838
Amphorchis colorata-E. G. S. Steudel 1840
Cynosorchis calcarata - (lhouars) T. Durand
& H. R. Schinz 1893

Amphorchis squamosa (J.

L. Poiret)

C. Frappier ex E. Cordemoy 1895

Traduction française de la description
d'après J. Lindley en 1835 : << Tige

grêle hawte de 6-8 pouces. Fleurs purpurescentes, parmi les plus petites du
genre. Pièces du rostelle vraisemblablement linéaires, obtwses, égales. Feuilles
radicales 1-2 oblongues lancéoIées
; tige engainée par un petit
nombre de squames aiguës ; grappe
courte oblongue ; arrière du labelle
aiguës

tronqué en coin et bidenté à la base; épe-

ron mince cylindriqwe (à section ronde)
de la longuewr dw labelle >.

Description d'Amphorchis squamosa
d'après C. Frappier ex . E. Cordemoy
1895 : << Une ou deux feuilles radicales, oblongues lancéolées , aiguës

.

Hampe petite portant 4-6 écailles engaî-

nantes, lancéolées, très aigwës . Fleurs
purpurines en épi terminal, subsessiles.
Labelle rouge, crénelé sur les bords
Epi médiocre. Commun sur les pla.

teawx élevés

>

.

Ma description du Cynorkis squamosa
(J. L. Poiret) J. Lindley 1835 :
< Géophyte terrestre ow épiphyte de l5-35
cm de hawt à une ou dewx feuilles tégèrement pétiolées, oblongues lancéolées,

L'ORCHIDEE Vol 28 Page I45

Figure 2 - Cynorkis squamosa : forêts diverses, plantes, grappes et profil de la fleur.
Groupe de plantes ; fleurs différentes ; clichés pris à différentes dates , de 1996 à 2007 .

L'ORCHIDEE Vol 28 Page 146

Figure 2 bis - Cynorkis squamosa: différences de formes et couleur
de la fleur.

L'ORCHIDEE Vol 28 page I47

aiguës (4-16 cm de long x 1,5-2,5 cm de

de poils glanduleux, qui s'étendent jus-

large), vertes souvent veinées en tous sens
avec des stries plus ou moins soutenues
dont la médiane est d'wn vert foncé ou vert
jaunâtre. La hampe et le rachis sont
entièrement poilus, de couleur verte ou
violette. Les fleurs de l-1,2 cm de diamètre sont blanches, délavées de rose à
rose-violacé avec les sépales légèrement
poilus sur la face supérieure . Le labelle en

qu'aw calice inclwsivement. Feuille I ,
radicale, des 2/3 plus courte que la tige

position haute est auriculé, formant un
éventail maculé de taches rose foncé à
violet et possède le plus souvent un
mucron très prononcé dans l'échancrure ;
l'éperon coloré (5-7 mm) est légèrement
dilaté aw milieu, ce qui lui donne une forme
sinuewse et le décale ainsi de l'ovaire >>.
Présente à La Réunion dans pratiquement
toutes les forêts de moyenne à haute altitude (700 à 1 800-2 000 mètres), floraison
d'août à noverhbre.

(3-10 cm de longlteltr, et l-2 cm de largeur), obovale, brusquement acuminée,
très aiguë, presque coriace , d'un vert
uniforme et un peu glauque en dessus,
nervure médiane comprise, et amarante
en dessous, d'où le nom spécifique. (...)
Périanthe assez étalé, à segment libre,
sauf le labelle, est ovale ou oblong.
Sépales presque blancs et à peu près
plats, les latéraux fortement réclinés à la
base, et à peine réfléchis au sommet ;

I'intermédiaire nettement séparé

le et légèrement

Figure 3

IdentifTcation du Cynorkis discolor

des

pétales, auxquels il ressemble beaucoup
néanmoins. Pétales un peu plus courts,
et de moitié plus étroits que les sépales
latéraux, plus raides, suboblique, obtus.
Labelle postérieur, soudé par la base au
gynostème, d'un port plus échancré que
chez les autres espèces du genre, obova-

échancré, avec un

mucron peu prononcé dans l'échancru(C. Frappier ex E. Cordemoy) R. r€, enfin, strié intérieurement d'environ
Schlechter - Kritiche Aufzâhlung Der _ 5 lignes d'un violet plus rougeâtre, disposé en éventail, rarement interrompues,
Bisher Von Madagaskar, p. 399 , I9I5
et nullement confluentes . Éperon droit,
Synonymie :
mince, blanc, brusquement coudé à I'exAmphorkis discolor C. Frappier ex trémité >.
E. Cordemoy 1895
Plante peu fréquente, mais abondante
Cynosorchis discolor (C. Frappier ex dans chacune des stations connues de
E. Cordemoy) R. Schlechter I9I5
1'î1e de la Réunion ; on peut I'observer
Cyrnsorchis lteterocltromn- R. Sctrlechter 1916
dans le Nord, le Sud-Est et dans I'intéC-ynosorchis lTnrannngana- R. Schlechter Iy22
rieur entre 1 000 et 2 000 mètres d'altitude aussi bien en forêts sèches qu'en
Description de Amphorchis discolor à forêts éricoïdes d'altitude ; la floraison a
la Réunion d'après C. Frappier ex . E. lieu entre septembre et octobre.
Cordemoy 1895 : << (...) feuillée à la
base, bractéifere aw dessus et parsemée
-

L'ORCHIDEE Vol 28 Page 148

Figure 3 - Cynorkis discolor : (A) Forêt sèche de I'Entre-Deux - (B) Sentiers du
Piton des Neiges - (C) Feuilles, face supérieure et inférieure - (D à J) Fleurs.
Plantes et fleurs différentes ; clichés à différentes dates, de I99g à 2006.

L'ORCHIDEE Vol 28 Page 149

Conclusion

Je pense que des confusions ont étê
effectuées lors des descriptions successives.
Ces plantes assez communes dans
l' Océan Indien (Réunion, Madagascar,
Comores) n'ont pas été réellement étu-

diées sur le terrain par les botanistes.

Cynorkis ridleyi,

C

. discolor

et

C. squamosa ne peuvent pas en effet
être confondus avec d'autres espèces.
Ils possèdent leurs propres particularités et se différencient entre eux, âu pre-

mier coup d'æil, simplement pffi leurs

Ces éléments prouvent, à mon sens,
l'existence de trois espèces différentes.
Seule une étude génétrque pourcait éven-

le contraire.
L'étude du genre Cynorkis sur les îles de
l'Océan Indien nécessite une étude plus
approfondie (visite in situ, ADN ...) car
une grande confusion semble régner à ce
jour au niveau de certaines espèces. Il
existe à la Réunion, pour I'instarrt, sept
Cynorkis à fleurs à labelle en position
haute: C . coccinelloides, C. discolor, C .
peyrotii, C. ridleyi, C. squamosa et deux
Cynorkis hybrides non décrits à ce jour.
tuellement démontrer

feuilles. Les différences suivantes sont
très visibles

Matériels étudiés

:

Dans les principaux muséums (dont
C. ridleyi : feuille ovale ou lancéoLée,
verte tachée de jaune ou de blanc ; les
fleurs dont les variations dans la forme et
Ia couleur sont très prononcées portent

Paris et Kew), on ne note pas la présence d'herbiers des espèces C. squamosa et
C. discolor. Ces deux espèces sont en
revanche présentes sur les échantillons

un éperon blanc, droit ou légèrement

d'herbier de C. ridleyi. En voici un

courbé, avec un labelle coloré rarement
taché sur sa partie haute.

exemple : sur l'échantillon Cynorkis ridleyi T. Durand & H. R. Schinz,
(Madagascar, IOI 1880 Hildebrandt, J.M.
n"3730, reçu Ie 311883, Kew) sont annotées les mentions : << Amphorchis lilaci-

C. squ&mosa : une grande feuille, le
plus souvent lancéolée aiguë avec une
nervure centrale claire ou foncée parfois
striée en tous sens. Les fleurs ont un
labelle toujours en éventail, le plus souvent mucroné, tacheté de la gorge au
sommet, avec un éperon coloré et tordu.

C. discolor : feuille ovale, aiguë, d'un
vert glauque sur Ia face supérieure et
violette sur la face inférieure. Les fleurs
toujours identiques ont un labelle parsemé de taches d'un violet plus ou moins
soutenu et un éperon blanc qui est le plus
souvent coudé ou unciné à l'extrémité.

na (Type, Ridley in Journ. Linn. Soc.
XXI. p. 518) ), ,, Amphorkis calcarata
Thouars

figurent quatre dessicata,

l'

Amphorchis

calcarata (Cynorkis squamosa "J .L.
Poiret" J. Lindley) n'est pas présent,
mais , pat contre, je note la présence du
Cynorkis discolor en deux fois (première
plante en haut à gauche et plante à I'extrême droite) et au centre Ia grande plante
Cynorchis immerinensis (Cynorkis roselIata "Thouars" J. Bosser) La deuxième
plante en haut à gauche représente le

L'ORCHIDEE Vol 28 Page 150

Cvmorkis ridleyi.
Le deuxième herbier de Paris no 3730 comF)orte

lui aussi plusieurs espèces différentes.

il est clair que H. Ridley a déqit
V

Amphorchis lilacina (renommé par

T. Durand et H.R. Schinz en

l'île de la

Réunion, Orchidées

)),

(Acrostylia paradoxa - pages 221 à 228,
Amphorchis squamosa page 23I ,
Arnphorchis reticulata, A. discolor et A.
variegata, page 23I à 234).

1894

Cvnorkis ridleyi) sur deux échantillons
d'herbier n"3130 représentant plusieurs

Schlechter R., 1915 : ,,
Der Bisher Von

es1Èces.

Mascarenen, Komoren und Seychellen
benkanntgewordeneTt Orchidaceen" .

La confusion entre ces trois espèces

lung
den

eriste toujours et il serait intéressant que

(Combinaisons nouvelles, Cynosorchis dis-

des orchidologues s'y intéressent.

color - page 399, C. reticulata,
sa et C. ridleyi - page 402).

C . squnftn-

Glossaire
petales et du sépale médian qui les recouvre.

I9l2 : < Etudes embryologiques dans le genre Cynorkis (orchida-

Flabellifonne : en forme d'éventail.

ceae)

Globuleux : plus ou moins rond.
Lariflore : dont les fleurs sont très écar-

(Cynorkis ridleyi)

tées les unes des autres.

Perrier de la Bâthie H., 1939 (tomel) :
<< Flore de Madagascar ,, (Cynorkis ridleyi - pages 84 et 86).

Casque : il est formé par I'ensemble des deux

\Iucron : échancrure plus ou moins éler ée terminée en une pointe.

Obrénifofine : En forme de rein renversé.
L nciné : à bout terminé en crochet.

Veyret Y.,

Richardiana revue trimestrielle 2006 :
"Bicornella ridleyi (T.Durand & Schinz)

D. L.Szlachetko & M.

Bibliographie

Kras" 6 (3)

:

page I42, Juillet 2006.

Aubert Aubert Du Petit-Thouars L.M.,

1822

:

<<

Histoire Particulière

plantes Orchidées recueillies sur

des
les

trois lles awstrales d'Afrique, de France,

cle Bourbon
t

^1r

et de Madagascar

)),

nphorchis c alc arata -page 4, planche b .a) .

& C., Du Puy D., Cribb P. J.,
and Bosser J.,2001 :"new edition
Orchids of Madagascar". (page 156,,
Cynorkis ridleyi - page 162, Cynorkis

Hermans J.

squamosa - page 165 à 166).

Richard A., 1828 : << Monographie des
Orchidées des lles de France et de
Bourbon ), (Gynmadenia squamata
pages 24 et 25 , tableau 6, n" 2) .

No 7 chemin départemental 26
97414 Entre Deux (île de la Réunion)
Clichés de l'auteur (reproduction interdite)
p

atrice .bernet

Jacob de Cordemoy E., 1895 : << Flore de

L'ORCHIDEE Vol 28 Page

151

@

yahoo .fr


identification de Cynorkis, ridleyi-squamosa-discolor.pdf - page 1/12
 
identification de Cynorkis, ridleyi-squamosa-discolor.pdf - page 2/12
identification de Cynorkis, ridleyi-squamosa-discolor.pdf - page 3/12
identification de Cynorkis, ridleyi-squamosa-discolor.pdf - page 4/12
identification de Cynorkis, ridleyi-squamosa-discolor.pdf - page 5/12
identification de Cynorkis, ridleyi-squamosa-discolor.pdf - page 6/12
 




Télécharger le fichier (PDF)


identification de Cynorkis, ridleyi-squamosa-discolor.pdf (PDF, 3.4 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


identification de cynorkis ridleyi squamosa discolor
identite de 2 cynorkis de la reunion paradoxa frappieri
liparis hildebrandtiana cynorkis peyrotii disperis cordata
gastrorchis lutea ssp longibracteata 1
physoceras boryanum var aristei j b castillon
dossier de presseexpo2013revu4

Sur le même sujet..