PDF Cahier 1 edition de chalon sur saone 20161012 .pdf



Nom original: PDF-Cahier_1-edition-de-chalon-sur-saone_20161012.pdf

Ce document au format PDF 1.7 a été généré par Aspose Ltd. / Aspose.Pdf for .NET 10.0.5, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 12/10/2016 à 07:50, depuis l'adresse IP 93.0.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 691 fois.
Taille du document: 11.5 Mo (44 pages).
Confidentialité: fichier public

Aperçu du document


La qualité
d’abord

Les policiers de Chalon
excédés par les violences

RCS SARREGUEMINES B 331260 752

PAGE 4

712453900
712453600

SÉCURITÉ

MENUISERIE BOIS PVC ET ALUMINIUM

Édition Chalon 71D

Mercredi 12 octobre 2016 - 1,00 €

66, RTE DE LYON / SAINT-RÉMY

03 85 48 10 90 / www.serplaste.fr

CHALON-SUR-SAÔNE

Emploi :l’hôpitaldégraisse

n Sur les 168 agents de service hospitaliers, 68 vont perdre leur emploi. L’hôpital a décidé d’externaliser totalement les missions
de nettoyage, y compris dans les services dits à “haut niveau d’entretien”. Photo Marion GIOUSE

:HSVU K\

PAGE 12

4(90(.,

QV\YZ KL Mv[L

3`VU

=033,<9)(55,
+V\ISL TP_[L

Proximité, conseil,
compétitivité... Quelle que soit
votre convention collective,
GRM répond à vos attentes.

7S\Z K»PUMVYTH[PVUZ Z\Y

^^^ [LUKHUJL THYPHNL MY
509176903

509176904

6*;6)9,

MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE

02

BRE SS E ÉDUC ATION

RÉGION

«Elle était découragée et n

Relation abonnés

0800 003 320
Rédaction
de Saône-et-Loire
Agence
de Lyon
9 rue des Tonneliers,
71100 Chalon-sur-Saône
Téléphone
Standard : 03.85.90.68.00
Rédaction : 03.85.90.68.02
Pub : 03.85.90.68.98
Mail
redaction71@lejsl.fr
Web
www.lejsl.com
Facebook
https://www.facebook.com
/LeJSL71/

www.lejsl.com

Dans la circonscription de Louhans,
les élèves du Regroupement pédagogique intercommunal d’Ormes - La
Frette n’ont plus leur réseau d’aides
spécialisées. Une situation qui
inquiète les enfants bénéficiaires
ainsi que leurs parents.

U

n maître vous manque et tout est
dépeuplé. C’est ce que pensent Virginie Deborre et sa fille Line, 8 ans et en
CE2, qui habitent Ormes. La raison : il
n’y a pas de Rased (Réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficulté, lire par
ailleurs) cette année au Regroupement
pédagogique intercommunal d’Ormes - La Frette. Virginie Deborre et
d’autres parents d’élèves ont déjà lancé
une pétition, qui a recueilli 35 signatures, et ont envoyé une lettre au rectorat,
à l’inspection de la circonscription de
Louhans et à la direction des services
départementaux de l’Éducation nationale pour protester et demander le retour du Rased.

} J’ai vraiment vu une

différence. Elle avait
retrouvé confiance, elle
était plus motivée. ~
Virginie Deborre, mère de Line
La jeune fille a bénéficié de ce système
l’année dernière, d’octobre à avril, pendant son CE1. « Le CP a été compliqué.
Quand elle est rentrée en CE1, avec
une nouvelle maîtresse, Line a vite été
découragée. Elle faisait des cauchemars, elle n’avait plus confiance en elle
et n’avait plus envie d’aller en école »,
explique Virginie Deborre. Concrètement, Line éprouvait de grosses difficultés pour lire.
Ce qu’a vite vu sa maîtresse, qui a donc
proposé le Rased aux parents. Ainsi
chaque semaine, pendant deux séances d’une heure et demie, un enseignant spécialisé de l’école de Simandre
venait aider la jeune fille et trois autres
enfants. « Il m’a appris à lire plus vite. Il
nous regardait beaucoup, nous corrigeait tout de suite. Il nous chronométrait, on faisait des petits jeux à base de
lecture », détaille Line. Maintenant, elle arrive à lire les mots courts de manière fluide mais éprouve toujours quelques difficultés pour les mots longs,
qu’elle décrypte syllabe par syllabe.
« J’ai vraiment vu une différence. Elle
avait retrouvé confiance, elle était plus
motivée. Pour faire les devoirs, ce n’est
plus un problème », poursuit Virgine
Deborre.
Mais lors de la réunion d’information
du 16 septembre, la maîtresse de Line
ne mentionne pas le Rased. « On lui a
posé la question en fin de réunion et elle
nous a dit qu’il ne se déplacerait plus en
raison d’une enveloppe budgétaire vi-

n Virginie Deborre et sa fille Line travaillent au moins une demi-heure par jour la lec

commencé par le maître spécialisé, grâce auquel Line sait mieux lire et a retrouvé l’

} Nous ne comprenons

pas ces choix budgétaires,
qui là concernent les apprentissages. ~
La lettre des parents d’élèves
de pour les transports », reprend la mère de famille.
« Ça m’a fait bizarre. J’étais déçue », indique l’écolière. Si Line et sa mère
comptent bien poursuivre les efforts
cette année au niveau des devoirs et de
l’apprentissage, elles et les autres parents d’élèves concernés entendent
bien obtenir le retour du Rased. Dans
leur lettre, ils écrivent : « Nous ne pouvons pas accepter cette situation […]
Nous ne comprenons pas ces choix
budgétaires, qui là concernent les apprentissages. Nous, parents d’élèves,
demandons que les enveloppes budgétaires des Rased soient revalorisées afin
de permettre à nos enfants d’avoir les
mêmes chances de réussite que tous les
autres élèves qui ont l’avantage de voir
leur maître spécialisé régulièrement. »

Tristan Aubry
tristan.aubry2@lejsl.fr

RAPPEL DES FAITS
Les Rased sont nés le 9 avril
1990. L’acronyme signifie
Réseaux d’aides spécialisées
aux enfants en difficulté. Concrètement, au début d’année,
un maître repère les élèves en
difficulté pouvant bénéficier
de ce dispositif. Une autorisation est demandée aux parents
avant que l’enfant ne l’intègre.
Trois intervenants rentrent en
jeu : les psychologues scolaires, les maîtres E, spécialisés
dans l’apprentissage du savoir,
et les maîtres G, qui travaillent
plutôt l’envie d’apprendre et
« l’adaptation des comportements en milieu scolaire ».
Toutes leurs interventions se
déroulent sur le temps scolaire, par petit groupe ou en tête
à tête.
Dans le département, plusieurs centaines d’enfants de
3 à 10 ans, bénéficient du
système. Ils ont à disposition
29,5 psychologues scolaires,
45 maîtres spécialisés E et sept
maîtres G.

ACTU SAÔNE-ET-LOIRE ET RÉGION

03

n’avait plus envie d’aller à l’école»
RÉACTIONS

« Nous sommes en train de
redéfinir le réseau d’aides
spécialisées aux élèves en
difficulté »
Fabien Ben, directeur académique
des services de l’Éducation
nationale

cture et l’écriture, en plus des autres devoirs. Un travail qui poursuit celui
’envie d’aller à l’école. Photo Tristan AUBRY

« C’est une petite vengeance »
Marc Dailloux,
cosecrétaire départemental
du SNUIPP-FSU (syndicat
enseignant), chargé des Rased
« Le cas de la circonscription de
Louhans est à part dans les Rased
(Réseau d’aides spécialisées aux élèves en difficulté). Les personnels
concernés (maîtres spécialisés et
psychologues scolaires) ont formé
un recours en mars au tribunal administratif pour être défrayés de leur
trajet. L’administration, sachant
qu’elle allait perdre, a décidé de les
payer. Et ils ont décidé de retirer leur
recours. Mais ces personnels ont reçu la consigne orale qu’ils étaient sédentarisés et qu’aucun de leur trajet
ne sera remboursé. C’est une petite
vengeance. Nous, nous demandons
un ordre écrit, mais nous ne l’avons
toujours pas.
Le problème des défraiements a toujours existé. Nous sommes remboursés sur une somme forfaitaire
au lieu de nos vrais frais kilométriques. Mais la situation des Rased

« Nous sommes en train de redéfinir
les réseaux d’aides spécialisées aux
élèves en difficulté (Rased). J’ai
confié cette mission à deux IEN
(inspecteurs de l’Éducation nationale). Le but, c’est d’améliorer l’offre
qualitative. Je ne pense pas qu’un
maître spécialisé qui fait sept déplacements dans une journée soit efficace. Je ne pense pas non plus
qu’une intervention de 45 minutes
une fois par semaine soit très probante. Ce que nous voulons, c’est
une réponse progressive aux besoins
de l’élève et arrêter de disperser les
interventions. La réponse se trouve
dans l’encadrement. Pour certains
élèves, il faudra que l’enseignant
utilise une pédagogie différenciée,
pour d’autres, ce sera un matériel
différents et pour d’autres, il y a aura
un maître spécialisé. Cela nécessitera de la formation pour les enseignants. Ils auront aussi accès aux
conseillers pédagogiques qui pourront donc leur conseiller des méthodes travailler. Là, nous identifions
les besoins dans tout le département.
À la fin du premier trimestre, nous

n Fabien Ben, directeur académique

des services de l’Éducation nationale.
Photo d’archives Benoit MONTAGGIONI

devrions avoir un bon état des lieux.
Cette nouvelle offre éducative, avec
les mouvements de moyens que cela
suppose, sera au point à la rentrée.
Mais si nous pouvons modifier
certaines pratiques en cours d’année, nous n’hésiterons pas. Je tiens
aussi à rappeler qu’en deux ans, j’ai
remis onze postes dans les Rased.
Concernant ce RPI, il y a quatre
enseignants pour 78 élèves, cela fait
une moyenne d’un enseignant pour
19-20 élèves, ce qui est honnête.
Nous ne sommes pas dans le cadre
d’une vengeance et ce n’est pas non
plus qu’une question budgétaire. »

Frédéric Colas, président de la FCPE 71
(association de parents d’élèves)

«Les Rased sont
bénéfiques, surtout pour
les élèves qui n’ont pas
trop de retard »

n Photo Tristan AUBRY

n’est pas bonne. Il nous manque des
maîtres G. Il n’y en a plus que sept
dans le département. Par exemple,
dans la circonscription du Creusot,
ma collègue est partie à la retraite en
juin. Elle n’a pas été remplacée.
Nous sommes 45 maîtres E, c’est à
peu près suffisant au niveau de l’effectif, mais ils sont insuffisamment
formés. On bidouille un module
d’une centaine d’heures alors que la
vraie formation dure 400 heures. »

« Concernant les enfants de ce RPI, nous
n’avons pas été saisis par les parents d’élèves. Dans le département, nous avons n Photo d’archives Le JSL
entendu quelques rumeurs sur des maîtres
spécialisés qui ne peuvent plus se déplacer, mais nous n’avons pas été
saisis. Les Rased sont bénéfiques pour les enfants, même s’ils fonctionnent surtout avec ceux qui n’ont pas trop de retard. C’est dommage de
les en priver. Après, le fait de ne plus avoir de fonds pour se déplacer ne
me surprend pas. Le problème des Rased, c’est surtout que les personnels ne sont pas capables de détecter les problèmes autres que ceux liés
à l’apprentissage. Ils font répéter, ils utilisent les jeux pour mieux faire
apprendre, mais s’il y a des difficultés liées à des troubles, comme la
dyscalculie, la dyslexie, le comportement… on va laisser ça aux parents
ou ils vont se donner du temps. Pour que les Rased soient pleinement
efficaces, il faut que les maîtres spécialisés et les psychologues scolaires
soient mieux formés afin de mieux détecter les problèmes. Un réseau de
spécialistes de la santé en lien avec l’Éducation nationale serait aussi
plus efficace et éviterait aux parents d’attendre plusieurs mois avant de
décrocher un rendez-vous. »
SAO - 1

04 ACTU SAÔNE-ET-LOIRE ET RÉGION

LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016

S AÔ NE- E T- LOIRE S ÉCURIT É

Les policiers manifestent leur ras-le-bol
La énième agression de policiers
perpétrée ce week-end à Viry-Châtillon (Essonne) a suscité mardi
des actions silencieuses devant les
commissariats de Chalon, Mâcon,
Montceau et Le Creusot. « Même
en Saône-et-Loire, il y a de plus en
plus de violences », dénoncent-ils.

N

ous sommes de plus en plus pris à
partie dans les quartiers. On se
prend des pavés, des cocktails Molotov… Les délinquants n’hésitent plus à
venir au contact avec nous. Ce sont de
véritables assauts et ils emploient de
plus en plus d’engins incendiaires »,
s’exaspère Fab*, un Chalonnais CRS
depuis 10 ans.
Ce policier était mardi à la manifestation devant le commissariat de Chalon
en soutien à ses collègues de Viry-Châtillon (lire par ailleurs). « En 2009, on
m’a foncé dessus avec une voiture au
Blanc-Mesnil (93). J’ai été renversé
avec un collègue mais c’est lui qui a tout
pris », poursuit-il, amer. « Cela ne serait
jamais arrivé, il y a dix ans. Il y a une
montée en puissance de la violence. »

Une patrouille prise pour
cible… avec une arme à feu
À Chalon-sur-Saône, les policiers du
commissariat conviennent que « les
agressions avec arme sont très rares. Ce
sont généralement des coups de pied et
des coups de poing ». Mais il y a trois
semaines, une patrouille a été prise
pour cible. « C’était à l’évidence une
agression à l’arme létale car la vitre a
explosé sous l’impact de l’ogive. Ce ne
pouvait pas être une pierre », dénonce
Stephan Ragonneau, du syndicat Alliance, qui estime « que c’est un miracle
que son collègue n’est pas été touché ».
Une enquête est en cours.
« Les insultes sont quant à elles quoti-

POINT PAR POINT
n De plus en plus d’atteintes

contre les forces de l’ordre
En six ans, le nombre de policiers
et de gendarmes blessés en mission
ou en service a augmenté de 46 %.
n Chiffres police nationale
En 2014, 12 450 policiers ont été
blessés. En Saône-et-Loire, les
violences contre les personnes
dépositaires de l’autorité publique
ont augmenté de 72 % entre 2009
et 2014 (de 79 cas à 136 cas).
n Les gendarmes aussi
Dans un rapport publié en septembre, les atteintes aux gendarmes sont
aussi en augmentation avec 5 684
faits en 2015 (+15 % par rapport à
2014) et ce sont les brigades territoriales les plus touchées (62 % des cas).
En Saône-et-Loire, il y a eu 49 cas en
2009 et 53 cas en 2014 (+ 8,1 %).
SOURCE Office national de la délinquance
et des réponses pénales.
www.lejsl.com

n « Il y en a marre de monter tous les deux mois sur ces mêmes marches d’escalier pour un collègue blessé

ou une famille endeuillée parce que le gouvernement ou la justice n’apportent pas de réponses adaptées »,
s’indignaient les policiers, mardi, à Chalon-sur-Saône. Photo Catherine ZAHRA
diennes et ce ne sont pas forcément que
des jeunes car même des parents s’y mettent », souligne Stéphane Gayte d’Unité
SGP Police FO. « Les jeunes n’ont plus
peur de la police », insiste Laurent Chauvenet du même syndicat : « Ils brandissent sous notre nez leur portable pour
filmer si on dérape. Un jeune drogué que
nous ramenions de l’hôpital nous a menacé de se cogner la tête contre la vitre de
notre voiture et de nous accuser. C’est
usant et monnaie courante. »
« Nous n’avons pas de zones de nondroit mais pour certains quartiers comme les Prés Saint-Jean, nous demandons
des renforts », reconnaissent les policiers. « Lors d’une interpellation, nous
sommes souvent confrontés à dix costauds qui viennent en découdre », déplore Stéphane Gayte. « Des collègues

sont menacés ainsi que leur famille, conjoints comme enfants. Certains sont mêmes suivis en sortant du boulot ».
D’autres ont subi des dégradations de
leur domicile. Des faits signalés au préfet
mais sans effet. C’est bien là le problème
pour ces policiers qui « ne se sentent
plus soutenus par leur hiérarchie directe » pour certains ou par « le gouvernement et la justice » pour la majorité.
« S’il y avait une répression plus forte
nous serions plus respectés », estime
Anthony, policier à Chalon depuis
2003 qui a aussi été victime d’une agression avec fracture du métatarse et
3 mois d’arrêt.

Catherine Zahra
* Cette personne souhaite conserver
son anonymat.

Une trentaine d’agents de police réunis
devant le commissariat de Mâcon

n Une trentaine de policiers ont participé au rassemblement organisé
à midi. Des retraités étaient également présents. Photo Adrien WAGNON

Mardi, à midi, une trentaine de policiers mâconnais se sont rassemblés
devant les grilles du commissariat, rue de Lyon. Les fonctionnaires ont
souhaité apporter leur soutien à leurs collègues attaqués le week-end
dernier, à Viry-Châtillon, en région parisienne. « Les policiers sont à
bout, a réagi Stéphane Oria, délégué syndical Unité SGP Police FO.
Aujourd’hui, les policiers ont peur d’une généralisation de la violence ».

CONTEXTE
n Attaque aux cocktails

Molotov à Viry-Châtillon
(Essonne)
Samedi après-midi, des policiers effectuaient une mission
de surveillance près d’un emplacement connu pour ses vols
avec violences sur des automobilistes à Viry-Châtillon (Essonne).
Les agresseurs, une « dizaine »
de personnes « cagoulées », ont
brisé les vitres d’un premier
véhicule puis l’ont incendié
avec des cocktails Molotov.
Quatre policiers ont été blessés,
dont deux grièvement brûlés.

LA RÉPONSE WEB

Comment
expliquez-vous
le manque de
respect envers
l’autorité ?
9 % LA CRISE SOCIALE
44 % UN MANQUE D’ÉDUCATION
47 % UN MANQUE DE FERMETÉ
Vous avez été 1 598 internautes
à répondre sur notre site
internet www.lejsl.com
SAO - 1

MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE

ACTU SAÔNE-ET-LOIRE ET RÉGION
CHALON-SUR-S AÔNE FAITS DIVERS

C H ALON S ANTÉ

Le meeting de Guillaume Peltier
annulé en raison d’un malaise

68 postes d’agents
hospitaliers supprimés

05

n Actuellement, 168 agents des services hospitaliers sont chargés du ménage

mais aussi du débarassage des repas, du brancardage ou de l’organisation des
blouses. La société extérieure ne prendra en charge que le ménage. Photo M. GIOUSE
n Gilles Platret, maire de Chalon, et Guillaume Peltier, lieutenant
de Nicolas Sarkozy, ont annulé le meeting vers 19 h 45. Photo T. A.

La campagne de Nicolas
Sarkozy pour la primaire de la
droite et du centre en Saôneet-Loire a pris un tournant
dramatique mardi. Un meeting était prévu à 19 heures à la
Maison des syndicats, à Chalon-sur-Saône, en présence de
Guillaume Peltier, l’un des ténors de la Droite forte et lieutenant de Nicolas Sarkozy.
Aux alentours de 19 h 10,
Georges Loriol, 89 ans et figure gaulliste chalonnaise, a fait
un malaise. D’autres partici-

pants ont commencé par pratiquer un massage cardiaque
avant que les secours n’interviennent quelques minutes
plus tard. Les pompiers ont
stabilisé son état et l’ont emmené aux urgences de Chalon
aux alentours de 20 heures.
Le meeting a bien entendu été
annulé. Guillaume Peltier a
notamment déclaré : « On ne
peut pas tenir meeting quand
l’un des nôtres lutte pour la
vie. Mais je reviendrai. »

Tristan Aubry

CHARNAY-LÈS-MÂCON

Une blessée grave dans une collision
avec un camion

Sur 168 postes d’agents des servi- réorganisationdestâchesauseindel’étaces hospitaliers de Chalon-sur-Saô- blissement.
ne, 68 vont disparaître d’ici à 2020. Réduction de budget

E

n juin, l’hôpital William-Morey annonçait une série de mesures pour
économiser 80 équivalents temps plein à
l’horizon2018.Ils’agissaitdemesuresannexes comme le gel des créations de postes, une nouvelle gestion des absences et
des congés ou la réduction du temps de
repas, de transmission et de pointage.
Cette fois, l’hôpital va beaucoup plus
loin dans sa recherche d’économies : au
printemps 2017, le ménage de l’ensemble de l’établissement (73 000 m2) sera
confié à une entreprise privée. Par conséquent, à l’horizon 2020, 68 postes
d’agents des services hospitaliers seront
supprimés entraînant une importante

Cette décision s’inscrit dans le cadre du
plan d’efficience Copermo (Comité de
performance et de modernisation de l’offre des soins hospitaliers) qui impose à
l’hôpital de Chalon de réduire son budget de 8 millions d’ici 2019.
Avec Autun et Montceau, les deux autres
hôpitaux de la Communauté hospitalière
deterritoire(CHT),l’enveloppeglobalede
réduction budgétaire s’élève à 20 millions
d’euros selon un ratio précis : 1/3 de nouvellesrecetteset2/3d’économie.L’hôpital
montcellien Jean-Bouveri est déjà intégré
dans un processus d’externalisation du
ménage, l’hôpital d’Autun l’envisage.

Marion Giouse

TOURNUS JUSTICE

11 mois de prison pour
conduite avec stupéfiants
Vendredi 7 octobre, les gendarmes de
la brigade motorisée de Charnay lesMâcon remarquent, au péage de l’autoroute A6 de Tournus, une voiture Citroën C4, très endommagée. Intrigués,
ils arrêtent le véhicule et constatent que
le conducteur, habitant à Seurre (21),
n’a pas sa carte d’identité. Il prétend
s’appeler Rachid Bouzaidi, qui est en
fait l’identité de son frère.

Le bonbon à la menthe
comme parade
n L’accident de circulation s’est produit aux angles

des rues de La Verchère et du Vieux-Temple sur la
commune de Charnay-lès-Mâcon. Photo Gilles DUFOUR
Mardi après-midi, une automobiliste de Charnay-lès-Mâcon
a été grièvement blessée dans une collision impliquant son
véhicule avec un camion. Les sapeurs-pompiers ont dû
employer le matériel de désincarcération pour extraire de
l’habitacle la maman. Sa fillette a aussi été prise en charge
par les secours pour des examens à l’hôpital de Mâcon.
SAO - 1

Au moment d’effectuer le test de dépistage d’alcoolémie, l’individu se dépêche
d’avaler un bonbon à la menthe. Le résultat est négatif, mais devant le comportement anxieux de l’homme, ses yeux rougis, ils le soumettent au test de dépistage
des stupéfiants. Celui-ci révèle un taux de
THC de 4,6ng, il « avait fumé 4/5 joints la
veille et une “trace” de cocaïne » ainsi
qu’il l’expliquait au président Deschanel.
De plus dans le véhicule, les gendarmes

trouvent un bâton télescopique.
L’automobiliste est donc arrêté et présenté lundi après-midi, devant le tribunal correctionnel de Mâcon, dans le cadre d’une procédure de comparution
immédiate. Pour le bâton, « je ne savais
pas que c’était interdit », avouait le prévenu, qui a déjà quatre mentions à son
casier judiciaire, mais reconnaissait
tous les autres faits. Faits qui sont, pour
Karine Malara, procureure, « d’une
simplicité hallucinante mais graves ».
Maître Escot, du barreau de Mâcon,
plaidait « un écart de conduite, il se
tient à carreau depuis un an et demi ! Je
gage qu’il ne recommencera pas ».
Après délibération, le tribunal a condamné Mounir Bouzaidi Tiali à neuf mois ferme et révocation de deux mois d’un sursis antérieur, après un jugement à Vesoul,
ordonné le maintien en détention, confisqué le véhicule et interdit au prévenu
de porter une arme pendant cinq ans.

M. S. (CLP)
www.lejsl.com

LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016

06 ACTU SAÔNE-ET-LOIRE ET RÉGION

AU CRIBLE
DIGOIN É CONOMIE

Des camions vont faire le plein en gaz…
Au terme de deux années
d’études, la première station
Gaz naturel pour véhicules
(GNV) industriels vient d’être
inaugurée à Digoin. Derrière
ce projet ambitieux : Lyreco,
l’entreprise spécialisée dans
la distribution de fournitures
de bureau. Soucieuse de
l’environnement, l’entreprise
a voulu acheminer ses
marchandises plus
proprement. Tout
naturellement, après des
discussions avec ses deux
partenaires transporteurs,
bien que concurrents
(TC transports et Rave), ils
ont décidé de s’associer et
de mettre la main au portemonnaie en déboursant près
d’un million d’euros pour cet
équipement unique en
Bourgogne et pouvoir faire le
plein de leur camion en gaz.
Nicolas Desroches

n Deux transporteurs ont investi près d’un million d’euros pour que les camions roulent plus proprement. Photo Gilles DUFOUR

… les dessous d’une station unique en Bourgogne
1

Des moteurs gaz
construits en voisin

D’où vient le gaz ?

« Le gaz alimentant cette station
provient du même réseau que celui
qui alimente votre chaudière ou votre
gazinière, explique Jean-Philippe
Banzé, directeur territorial Saône-etLoire et Nièvre de GRDF. Notre
département possède l’un des plus
vastes réseaux de gaz en France avec
pas loin de 3 500 kilomètres de
canalisations et près de 1 000 kilomètres dédiés au transport de gaz. D’ici
2030, le gaz sera plus vert avec au
moins 10 % de biométhane. Il s’agit du
gaz que l’on produit comme à Chagny
avec les ordures ménagères. »

L’entreprise FPT Powertrain
Technologies, filiale d’Iveco, à
Bourbon-Lancy est le deuxième
constructeur au monde de moteurs au gaz. « Nous y travaillons
depuis 1996 dans notre laboratoire de R et D situé à Arbon, en Suisse, rappelle Steve Giguet, responsable développement commercial
gamme GNV d’Iveco France.
Dernièrement, nous avons sorti
un modèle avec une autonomie de
1 500 km ! Nous avons déjà fabriqué 36 000 moteurs au gaz. »

2

Quelles différences entre un
camion au gasoil et au gaz ?
« Un camion roulant au gaz émet
90 % de particules fines en moins et
50 % d’oxyde d’azote rejeté en moins,
insiste les deux patrons des transports TC et Rave. À l’année, c’est plus
de 1 000 tonnes de C0² économisées.
Un camion au gaz fait aussi moins de
bruit (environ une dizaine de
décibels en moins), consomme
moins (de l’ordre de 25 %)… Même
s’il reste plus cher à l’achat qu’un
camion classique, près de 25 à 30 %
de surcoût, et a un peu moins
d’autonomie (environ 600 kilomètres avec plein et plus de 1 000 km
pour un camion au gasoil). GRDF
nous aide à engager cette transition
énergétique avec une aide 2 500 €
par tracteur. »
www.lejsl.com

4

Est-ce qu’il y a beaucoup de
stations gaz en France ?

n Jean-François Cassier, de TC transports, et son homologue de Rave

l’affirment : « Un camion roulant au gaz émet 90 % de particules fines
en moins et 50 % d’oxyde d’azote rejeté en moins. » Photo Gilles DUFOUR

3

Ces camions peuvent-ils
livrer ailleurs qu’en Saône-etLoire ou en Bourgogne ?
« Depuis notre plateforme logistique

de Digoin, souligne un responsable
de Lyreco, nos camions vont livrer
nos clients à Toulouse mais aussi à
Troyes, en Alsace, en Lorraine, en
Rhône-Alpes… Bref, sur toute la
partie est de la France. »

Cette station gaz pour des véhicules
de transport de marchandises est la
première en Bourgogne. En France,
il en existe environ 40, presque toutes
financées par le public. Celle de
Digoin, financée par des industriels,
fait office de pionnière. En Saône-etLoire, GRDF possède deux stations,
l’une à Mâcon et l’autre à Chalon,
pour ses véhicules de services
principalement. Dans le monde,
18 millions de véhicules rouleraient
au gaz. La France accuse un retard, à
côté de l’Italie possédant 800 stations et des milliers de véhicules.

N. D.
SAO - 2

MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE

ACTU SAÔNE-ET-LOIRE ET RÉGION

07

S AÔ NE- E T- LOIRE HA BITAT

400 logements neufs pour les seniors
POINT PAR POINT
n 1 300 logements démolis

en deux ans

n En milieu rural, l’Opac envisage la construction de petits ensembles de cinq
à dix logements. Document DR

Le conseil d’administration de l’Office public de l’habitat de Saône-et-Loire, lundi,
a entériné deux axes majeurs de développement de l’action de l’Opac. Ces deux
orientations se traduisent par le lancement d’un vaste programme de démolition de
logements et de la diversification prononcée de l’offre d’habitation, tournée vers les
seniors. « Il s’agit d’adapter notre parc à un nouveau contexte démographique,
explique Dominique Lanoiselet, présidente de l’Opac 71. Les offices sont tous
confrontés à la problématique de surplus de logements. Quant à la nouvelle offre en
direction des seniors, elle est là pour répondre à la politique d’aide au maintien à
domicile le plus longtemps possible. » Ces deux orientations permettront de
redynamiser le marché locatif.

L’Opac 71 sera le premier
bailleur social à bénéficier
du soutien financier de la
Caisse des dépôts et consignation (CDC), dans son
opération de démolition de
1 300 logements en deux
ans. Le montant de l’opération est estimé à 27 millions
d’euros, dont 6,5 millions
seront apportés par la CDC.
« C’est aussi une première
pour la CDC, dans sa volonté d’aider les organismes
sociaux à adapter leur parc
immobilier » souligne
Antoine Bréhard, directeur
régional de la CDC.
n Tout pour les seniors
La nouvelle offre d’habitat
en direction des seniors
(60 ans et +) se déclinera à
travers une gamme de
programmes adaptés. Huit
résidences pour seniors
autonomes, soit 400 logements neufs, devraient voir
le jour d’ici 2020, en parte-

n Dominique Lanoiselet,

présidente de l’Opac 71.
Photo Marie SALERNO

nariat avec le Conseil départemental. L’habitat groupé
se concrétisera à travers des
petits ensembles de cinq à
dix logements, essentiellement en milieu rural. Quant
aux personnes âgées dépendantes, elles seront accueillies dans quatre petites
unités de vie, établissements
médico-sociaux, d’une
capacité inférieure à 25 lits,
où les aînés seront pris en
charge quotidiennement.

QUINZAINE ANNIVERSAIRE
Du 12
au 31 octobre

De nombreuses
remises*
sur la nouvelle
collection !
*Voir conditions

en magasin

71270 PIERRE-DE-BRESSE
03 85 76 22 49
SAO - 1

Fermé le mardi
www.chateau-noirot.com

760310800

CUIRS
FOURRURES
MAROQUINERIE

www.lejsl.com

LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016

08 ACTU SAÔNE-ET-LOIRE ET RÉGION
PARAY- LE-MONI A L

ÉCOLOGIE

Sobres et heureux en entreprise
Sobriété, écologie intégrale, responsabilité sociale… Le 3e congrès du
Cèdre, qui rassemble depuis mardi
500 salariés, adhérents et fournisseurs de ce groupement d’achats,
aborde ces thèmes avec la volonté
d’allier protection de l’environnement et respect de la personne.

C

hacun des 500 participants au
3e congrès du Cèdre repartira
avec un exemplaire de « Loué soistu », l’encyclique du pape François
sur l’écologie. Le groupement
d’achats de Paray-le-Monial ne fait
pas mystère de sa filiation spirituelle.
Entreprise 100 % laïque dans son
fonctionnement, le Cèdre plonge
pourtant ses racines dans l’enseignement social de l’Église : « L’éthique
fait partie des gènes de l’entreprise depuis sa création », résume Gonzague
Le Bigot, directeur du département
Éthique.

n Clothilde Droin, Gaëlle Carré et Vanessa Basseuil, employées du groupement d’achats Le Cèdre, le directeur

Éric Chevallier (au centre), Gonzague Le Bigot, responsable Éthique en entreprise (à droite), et François
Mahuzies, chargé de communication (à gauche). Photo Damien VALETTE

« Heureux les sobres… »
Sous l’impulsion de son créateur Éric
Chevallier, le Cèdre apporte depuis
ses origines une grande attention au
bien-être de ses salariés dans leur cadre professionnel. Après avoir assisté
ensemble à la projection de Demain,
le film documentaire de Cyril Dion et
Mélanie Laurent, les préoccupations
écologiques des employés du Cèdre
se sont exprimées.
Le thème du congrès, “Heureux les
sobres, l’économie au risque de l’écologie”, s’est ainsi imposé. L’une des
idées centrales en est « l’écologie intégrale », qui prend soin de l’environ-

} Le but est que tout le

monde reparte de ce
congrès en ayant envie
de changer les choses. ~
Gonzague Le Bigot, directeur du
département Éthique au Cèdre
nement tout autant que des personnes. La réflexion s’est appuyée mardi
après-midi sur des conférences d’intervenants qualifiés (universitaires,
chefs d’entreprise, journaliste, et mê-

me l’archevêque de Lyon Philippe
Barbarin). Ce matin, les échanges se
concentreront sur des exemples pratiques au cours d’une douzaine d’ateliers. « Tout le monde doit repartir
d’ici en ayant envie de changer concrètement les choses », espère Gonzague Le Bigot.

Bilan carbone
Déjà, les équipes du Cèdre ont mis ou
vont mettre en place des actions écologiques au quotidien : abandon des
objets jetables en plastique et des emballages individuels, produits alimentaires locaux, consommation de l’eau

Monseigneur Barbarin en conférencier

du robinet après filtrage, réglage affiné des éclairages automatiques, tri,
compost, installation de ruches sur le
toit, évaluation du bilan carbone…
Et pour encourager le partage des initiatives positives, deux « Victoires de
l’Écologie intégrale » devaient être
décernées mardi soir parmi huit projets sélectionnés.
Un atelier sera par ailleurs dédié au
cœur de métier de l’entreprise organisatrice, autour de la question : “Quelles déclinaisons concrètes de l’écologie dans les appels d’offres du
Cèdre ?”

Damien Valette

Un Cèdre en forte croissance
Premier recruteur de la région de Paray-le-Monial
Créé en 1998 par Éric Chevallier, le groupement d’achats Le
Cèdre emploie aujourd’hui 114 personnes, ce qui en fait le
premier recruteur de la région de Paray-le-Monial. L’entreprise se distingue d’une centrale d’achats, dans le sens où elle
n’achète et ne vend aucune marchandise. « Nous n’avons
pas d’entrepôt, souligne François Mahuziers, chargé de
communication. Ici (au siège parodien, Ndlr), il n’y a que des
personnes, de la matière grise et des ordinateurs. »
u

Des prix avantageux
L’activité du Cèdre consiste à réaliser des études de marché
et à négocier des tarifs avantageux auprès de ses 300 fournisseurs référencés, pour le compte de ses 7 100 adhérents. Le
volume d’achat des adhérents s’élevait en 2015 à 310M€.
Quant au chiffre d’affaires de l’entreprise parodienne, il était
de 12,4 M€ cette même année.
u

Qui sont les adhérents du Cèdre ?
La grande majorité des adhérents du Cèdre provient des
structures chrétiennes (écoles privées, maisons de retraites,
monastères…) pour lesquelles il constitue un service d’achat
externalisé. Depuis quelques années, le groupement travaille aussi pour des entreprises privées, des campings et des
associations non-confessionnelles. Le Cèdre a plusieurs fois
été distingué pour sa croissance économique vigoureuse et
sa remarquable rentabilité (5e au classement L’Expansion
2015 des plus belles entreprises indépendantes de France).
u

n Monseigneur Barbarin a participé à une table ronde autour de l’écologie intégrale.
Photo Richard PLAA

C’est par une table ronde
“Regards croisés sur l’écologie intégrale” animée par
Patrice de Plunkett, journaliste et à laquelle participaient le cardinal Barbawww.lejsl.com

rin, archevêque de Lyon,
Cécile Renouard, docteure
en sciences politiques ainsi
que Patrice Valantin, fondateur de Dervenn, que
s’est achevée la première

après-midi du congrès.
Plus de 500 personnes venues de toute la France
continueront leurs travaux
ce mercredi.

Richard Plaa (CLP)
SAO - 1

MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE

ACTU SAÔNE-ET-LOIRE ET RÉGION
C HÂ TENO Y-LE- ROYAL

09

R ESTAUR ATION COLLECTIVE

Du goût, du court et des coûts
Le Département a profité du lancement de la Semaine du goût pour
promouvoir l’approvisionnement
en circuits courts pour la restauration dans les collèges. Mais la
question des coûts reste posée.

G

ougère au fromage de chèvre de Givry, cuisse de poulet à la bourguignonne, sauce au vin blanc de Parayle-Monial, pommes de terre à la
cancoillotte et fruits de La Chapellede-Guinchay, yaourts bio de Loisy et
œufs à la neige de Saint-Vincent-desPrés. Le menu proposé mardi par
l’équipe du chef de cuisine Éric Champion au collège Louis-Aragon était basé sur les produits du terroir.

1,80

En euros, le coût
moyen des ingrédients pour un
repas classique dans un collège.
Pour des produits de qualité en
filières courtes, il faut compter
entre 2,50 et 3 €.
Comme l’établissement de Châtenoyle-Royal, 16 autres cuisines de collège
préparent, à l’occasion de la Semaine
du goût, des repas à base d’ingrédients
locaux, en collaboration avec les associations Terroirs de Saône-et-Loire et
Charolais de Bourgogne. En venant
eux-mêmes y prendre leur déjeuner, le
président du conseil départemental
André Accary et plusieurs élus départementaux ont voulu braquer un projecteur sur Louis-Aragon, « un collège
qui n’a pas été choisi au hasard : vous
avez un savoir-faire en matière d’achat
et de circuits courts ».
L’établissement, grâce au chef de cuisine et à la gestionnaire Marie Fayard,
propose ce type de menus « circuits

n La Semaine du goût a été lancée mardi par André Accary au collège Louis-Aragon de Châtenoy-le-Royal. Photo D. V.

courts » une fois par mois, depuis plusieurs années.

Irrégularité de l’approvisionnement
Systématiser ce type d’approvisionnement est un objectif louable, mais difficile à atteindre pour plusieurs raisons.
Certes, la Saône-et-Loire est dans le domaine agricole une « petite France » qui
peut s’enorgueillir de productions alimentaires très variées. Mais une collectivité exigeant régulièrement de grosses
quantités peut parfois être confrontée à
l’irrégularité de l’approvisionnement.
La question du coût mérite également
d’être posée : locaux et low-cost ne vont
pas ensemble. Les denrées pour un repas « classique » en collège reviennent
à environ 1,80 €, selon Éric Champion.
Avec des produits du terroir, l’addition
peut grimper jusqu’à 3 €. Pour André
Accary, ce n’est pas un problème. Une
pièce de viande de qualité réduisant

moins à la cuisson qu’un morceau industriel, il est possible d’en diminuer un
peu le poids pour faire baisser à la fois le
coût et le gaspillage alimentaire.

Nouvelles habitudes
Reste un autre obstacle à franchir pour
généraliser les produits locaux : les
nouvelles habitudes alimentaires.
« Nous sommes en présence d’une génération qui apprécie le “prémâché” :
les nuggets, les cordons-bleus, le kebab… », constate Michel Dreger, coordinateur de la politique de restauration
dans les collèges. Une bonne cuisse de
poulet bien ferme, qu’il faudra découper et mastiquer, peut ainsi rebuter certaines jeunes. D’où un rôle d’éducation
au goût que doivent jouer les cuisiniers
des collèges. Un travail de longue haleine dépassant largement le cadre de la
seule Semaine du goût annuelle.

Une plateforme pour
les circuits courts
Le mois dernier, le conseil départemental a décidé d’adhérer à la plateforme Agrilocal. Cet outil permet
aux acheteurs et gestionnaires de
restauration collective de passer
des commandes en visualisant directement sur une carte l’implantation des producteurs potentiels. Un
bon moyen de privilégier les plus
proches. André Accary souhaite engager d’ici la fin de l’année « un vrai
travail entre le Département, les
agriculteurs, les collèges et les Ehpad (établissement d’hébergement
pour personnes âgées dépendantes, Ndlr) », en vue d’un démarrage
concret de la démarche dès janvier.

Damien Valette

Qu’est-ce qui vous plaît (ou pas) à la cantine du collège ?

« C’est varié »
Ugo Crivella
« À la cantine, c’est assez
varié, avec des légumes, du
poisson, de la viande. Le
chef nous dit que la viande
vient de Bourgogne, mais
pour moi ça ne change
rien. Les légumes sont
bons. Parfois, ils mettent de
l’huile d’olive, de l’ail, de
persil, du cumin. Ça change
le goût. »
SAO - 1

« J’adore les choux
et les patates »

« Je préfère
les desserts »

« Aujourd’hui,
c’est bof ! »

« C’est bon parce que
fait maison »

Mathéo Guery

Annaelle Boisjot

Inès Parrad

Axel Briel

« La cantine, ça me plaît. C’est
bon quasiment tous les jours.
Je préfère la viande au poisson
et j’adore les choux et les
patates. C’est mieux que les
produits viennent de Saôneet-Loire parce que ce sont des
produits de chez nous, mais je
ne vois pas de différence au
niveau du goût. »

« Ce que je préfère à la
cantine, ce sont les desserts.
Par contre, je suis allergique au fromage.
Je pense que les produits
viennent de Saône-et-Loire,
mais pour moi cela ne
change rien. Ce qui importe, c’est le produit, et non sa
provenance. »

« À la cantine, ça dépend des
jours. Aujourd’hui, je trouve
que c’est plutôt bof… Moi, ce
que je préfère, ce sont les plats
simples : les pâtes, le riz… Mais
pas trop les légumes. Avant, je
détestais la cantine, où je mange
depuis la petite section. Depuis
le début de la 5e, je commence à
goûter davantage de choses. »

« Globalement, c’est bon, parce
que c’est fait maison. À la cantine, il n’y a pas beaucoup de
choses industrielles. Une fois,
on a demandé du kebab et on
en a eu la semaine suivante.
Mais parfois ils nous servent des
choses horribles, comme des
légumes avec du poisson qui
ressemblait à une quenelle ! »
www.lejsl.com

10 ACTU SAÔNE-ET-LOIRE ET RÉGION

LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016

S AINT- GER M A IN -D U - PL A IN

LÉGISL ATIVES 6 E CIRCONSCRIPTION

Les délégués de l’Éducation
nationale recrutent

Éric Michoux candidat à
l’investiture Les Républicains

Les Délégués départementaux de
l’Éducation nationale (DDEN) ont
été accueillis par le maire de
Saint-Germain-du-Plain, Alain
Doulé, pour leur premier conseil
d’administration de l’année scolaire. La présidente, Odette Lepetit, fait le point sur la rentrée.

C

omment s’est déroulée la rentrée ?
« Malgré les comptages et fermetures de dernière minute toujours
difficiles à accepter, la rentrée n’a
pas connu de problèmes majeurs. Il
y a également eu de bonnes nouvelles avec des ouvertures inattendues. Sans vouloir renier la ruralité,
les classes uniques sont menacées à
plus ou moins long terme. L’année
sera placée sous le signe de la
sécurité renforcée avec un exercice
d’évacuation à effectuer avant les
vacances de Toussaint. »
Quels sont vos projets ?
« Nous avons mis en place les
années dernières des actions
autour de la laïcité. Nous allons
poursuivre nos efforts en ce sens
mais également pour financer nos
autres actions, “Écoles qui chantent”, “Apprendre en jardinant” et
le “Prix Racouchot”. 2017 est une
année de renouvellement de nos
délégués. Certains secteurs, dont
celui de Saint-Germain-du-Plain,
sont déficitaires. Tous les amis de
l’école publique seront les bienvenus pour renforcer le groupe des
DDEN. »
Quel est le rôle des DDEN ?
« Les délégués sont nommés par le

n Éric Michoux candidat pour la 3e fois aux législatives.
Photo Gaëtan BOLTOT

n Odette Lepetit, présidente

départementale des DDEN, anime
les débats. Photo Gérard RENOUD-GRAPPIN
Dasen pour une durée de 4 ans. Ils
ont pour mission de suivre tout ce
qui relève de la vie de l’école :
conditions de travail des élèves,
état des locaux, hygiène, sécurité,
restauration scolaire, nouvelle activité pédagogique… Tout, sauf la
pédagogie qui reste le domaine des
enseignants. Pour cela, ils visitent
les écoles et participent aux 3 conseils d’école annuels. Ils ont parfois
un rôle de médiateur avec un seul
objectif : le bien être des enfants. »

Gérard Renoud-Grappin (CLP)

Alors que le candidat Les
Républicains pour la 6e circonscription (Bresse, Val de
Saône, Tournugeois) ne sera
désigné qu’après les résultats de la primaire de la droite, Éric Michoux a fait savoir, ce mardi lors d’une
conférence de presse à Louhans, qu’il brigue l’investiture.
Le maire d’Épervans, qui
soutient Nicolas Sarkozy
pour la primaire, s’est dit
« sûr d’être investi », mais
n’exclut rien au cas où Paris
apporterait sa préférence à
un autre candidat (Arnaud

Danjean ?). Pas refroidi par
ses deux échecs précédents
(il avait été candidat UDF
en 2007 et dissident de
l’UMP en 2012), le chef
d’entreprise est motivé par
« la nécessité de tourner la
page du socialisme, dont la
politique approximative a
plongé le pays dans la tourmente sociale et économique ». Preuve de sa détermination, Éric Michoux a
lancé son « journal de campagne », tiré à 50 000 exemplaires et bientôt distribué
dans les boîtes aux lettres.

Gaëtan Boltot

PARAY- LE-MONI A L

La pâtissière Lucie Jacquot
s’impose à Paris

MESVRES

Le projet de suppression du passage à niveau relancé
Le passage à niveau n° 66 de
Mesvres était réputé pour sa
dangerosité avant même l’accident de 2011 qui a vu un TER
percuter de plein fouet un
transport exceptionnel bloqué
au milieu des voies. Mardi, à
l’initiative de la SNCF et du Département, une réunion publique a permis de présenter à la
population trois hypothèses visant toutes à supprimer ce
point noir pour la SNCF. Une
voie de contournement du n On comptabilise 3 000 passages de
bourg (investissement : entre véhicules par jour (dont 220 poids lourds)
4,6 et 5,1 millions d’euros HT), et 31 de trains à cet endroit. Photo Guy LHENRY
la création d’une rue traversant
la commune et longeant la ligne ferroviaire sans la traverser (3,6 M€) et la création
d’un pont à proximité du passage à niveau actuel, a priori privilégiée (5,3 M€), tous
ces projets ont été contestés avec plus ou moins de virulence par l’assistance
composée d’une centaine de personnes. Les travaux, selon un calendrier
prévisionnel, ne devraient débuter que cinq ans après que l’aménagement ait été
choisi. S’il est choisi… Des Mesvriens n’hésitant pas à rappeler que ce dossier
avait déjà été ouvert à plusieurs reprises depuis les années 50.
www.lejsl.com

n Lucie Jacquot (en blanc) termine 2e
Santé. Photo DR

du prix Goût

La jeune pâtissière parodienne Lucie Jacquot n’en est pas à
son coup d’essai en matière de concours. Celle qui a déjà brillé
avec son gâteau sans gluten s’est illustrée une nouvelle fois, en
remportant la 2e place du prix national Goût et Santé. Elle
concourrait lundi avec une création atypique, le “P’tit bourguignon”, qui fait la démonstration des saveurs bourguignonnes et
d’une gourmandise saine, avec seulement 9 % de matières
grasses. L’artisan pâtissière a remporté la somme de 7 500 €.
« C’est une belle récompense personnelle et professionnelle,
dans un milieu encore fermée aux femmes. La prochaine fois,
je vise la première place », lance la Parodienne installée depuis
2011. À suivre.
SAO - 1

MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE

ACTU FORUM
LE DESSIN

LES + LUS SUR LEJSL.COM

11

BONJOUR

1

Charnay-lès-Mâcon : une mère de
famille gravement blessée dans un
accident

11 835 vues

2

De la viande contaminée retirée
de plusieurs magasins

11 826 vues

3

Affaire Omar Raddad : un nouveau
rebondissement

11 232 vues
LES + COMMENTÉS SUR LEJSL.COM

1

Manuel Valls : « J’en ai assez de cette
gauche honteuse »
EN DIRECT

7 commentaires

Soyez les premiers informés
grâce à notre application mobile

2

Pour être informé en tant réel des principales actualités
départementales et des plus grands événements
nationaux our internationaux, téléchargez sur vos
téléphones portables notre application mobile. Vous
recevrez nos alertes infos pour être les premiers informés.

3

SAO - 1

Lutte contre la pauvreté :
le RSA revalorisé de 2 %

5 commentaires
L’usine Smart passe officiellement
aux 39 heures payées 37

4 commentaires

Montebourg
et les tomates
par Emmanuelle Bouland
Si Hollande gagne la primaire, Montebourg rentrera en
Saône-et-Loire cultiver son
jardin. La probabilité est très
forte pour que des tomates
bressanes ne rougissent pas
du côté de Montret à l’été
2017. L’ancien élu de Saôneet-Loire cultive la facétie
mais aussi son ambition depuis vingt ans. Les sondages
lui prédisent un fort score et
dans ce cas-là, pas de tomates
non plus. Mais en dépit d’une
envisageable victoire montebourgrienne, reste un obstacle de taille : la présidentielle.
Avec la batterie de candidats
dits de gauche pressentis et la
probabilité haute d’une élimination de groupe au premier
tour, les carottes s’annoncent
bien cuites pour l’Arnaud
comme y disent en Bresse.

www.lejsl.com

LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016

12

ACTU CHALONNAIS

CHALONNAIS

C HA LON- S U R-S AÔNE E MPLOI

Relation abonnés

0800 003 320
Chalon-sur-Saône
Agence de Lyon
9 rue des Tonneliers,
71100 Chalon-sur-Saône
Téléphone
Rédaction : 03.85.90.68.96
Pub : 03.85.90.68.28
Mail
jsl-redacchalon@lejsl.fr
Web
www.lejsl.com
Facebook
www.facebook.com/
LeJSLChalon

_____________________

Agence de Tournus
46 rue de la République,
Mail Tournus
71700
Téléphone
Rédaction : 03.85.35.52.05
Pub : 03.85.39.99.07
Mail
jsl-redactournus@lejsl.fr
Web
www.lejsl.com
Facebook
www.facebook.com/
LeJSLChalon

www.lejsl.com

L’hôpital externalise le ménage :
68 postes en moins
L’hôpital de Chalon va sous-traiter
à une entreprise privée l’ensemble du ménage. D’ici à 2020,
68 postes d’agents des services
hospitaliers seront supprimés.

E

n 2011, au moment où l’hôpital
William-Morey déménageait
dans ses nouveaux locaux, une partie du ménage avait été externalisée.
Depuis plus de cinq ans, le nettoyage
des circulations et des services ambulatoires est confié à une entreprise privée*. Au printemps 2017, le
renouvellement de l’appel d’offres
sera l’occasion d’étendre progressivement l’externalisation du ménage
à l’ensemble des 73 000 m² de l’établissement. Le nettoyage des services à haut niveau d’entretien et à
haut niveau de risque (blocs opératoires, réanimation, soins intensifs
et néonatalogie) ne sera confié au
privé qu’en fin de déploiement et
après évaluation.

Nouvelle organisation
des tâches
Par conséquent, d’ici 2020, 68 postes d’agents des services hospitaliers
(ASH) seront supprimés, impliquant une nouvelle organisation de
leurs tâches. En effet, le grade d’ASH
de la fonction publique hospitalière
inclut des activités connexes au ménage comme le débarassage des repas, le brancardage, l’organisation
des blouses ou les courses. Ces activités périphériques ne seront pas
abandonnées par l’hôpital, qui va
devoir réorganiser profondément
les tâches de la centaine d’ASH qui
restera en poste à Chalon.

Un contexte contraint
« Cette décision s’inscrit dans un
contexte de réduction des dépenses
et de hausse de l’activité, assume le
directeur de l’hôpital. On nous impose de dégager une marge brute
plus importante pour pouvoir investir. » La direction, appuyée par le
cabinet Eurogroup consulting, est

168

Le nombre d’agents des
services hospitalier en poste actuellement. Ni les titulaires, ni les stagiaires, ni les contractuels avec plus de
18 mois d’ancienneté ne sont concernés par la réduction d’effectif. Les
68 postes supprimés d’ici 2020 cibleront donc les contractuels récemment
arrivés et les départs en retraite ne
devraient pas être remplacés.

n L’hôpital de Chalon, d’une superficie de 73 000 m², sera entièrement
nettoyé par une société privée d’ici à 2020. Photo Marion GIOUSE

contrainte de s’inscrire dans le “plan
efficience”** qui impose à l’hôpital
de Chalon de réduire son budget
(180 millions d’euros) de 8 millions
d’euros d’ici 2019 : un tiers de cette
somme viendra des nouvelles recettes et deux tiers des économies.

FO parle de « détricotage
des soins »
« Externaliser le ménage nous a
semblé pertinent, car cela n’impacte
pas la qualité des soins, poursuit
Bruno Legourd. Nous ne touchons
ni aux infirmières, ni aux aides-soignantes qui sont les personnels au
plus près des patients. » Mais le syndicat Force ouvrière n’est pas de cet
avis et parle de « détricotage du
soin ». « Actuellement, le corps médical récupère des informations sur
les patients grâce aux ASH car ces
agents ont la culture de l’hôpital, ce
qui ne sera pas le cas avec une entreprise privée », assure la déléguée
syndicale FO Catherine Pillon.

Le mois de juin avait été marqué par
l’annonce d’une série de mesures
pour économiser 80 équivalents
temps plein sur 2016 , 2017 et 2018.
Il s’agissait de mesures annexes
comme le gel des créations de postes, la gestion des absences, la réduction des temps de repas, de transmission ou de pointage. Cette fois,
l’hôpital passe à la vitesse supérieure dans sa recherche d’économies.

Marion Giouse
* La société Elior services a été choisie
dans le cadre d’un appel d’offres de
marché public. La différence de coût
entre un agent des services hospitaliers
et un agent de ménage privé est de l’ordre
de 40 % du fait de la grille indiciaire et de
l’assurance maladie propres à la fonction
publique hospitalière.
** Le “plan efficience” est le nouveau
nom du plan Copermo (Comité de
performance et de modernisation de
l’offre des soins hospitaliers) qui impacte
aussi les hôpitaux de Chalon, Montceau
et Autun.

Même tendance au CHU de Dijon
L’hôpital William-Morey n’est pas isolé dans ses choix d’étendre l’externalisation du ménage. Depuis 2014, c’est la stratégie du centre hospitalier de Dijon. Sur 125 000 m², 90 000 m² sont confiés à deux entreprises
extérieures. Lors du renouvellement de l’appel d’offres en 2017, le CHU
envisage d’externaliser également le nettoyage des services ambulatoires. Par ailleurs, les deux Ehpad de l’hôpital (Les Terres de Diane à
Saint-Rémy et Le Bois de Menuse à Chalon) ont déjà un service ménage
entièrement externalisé depuis 2012. « Le Conseil général nous a
imposé un prix de journée qui nous a contraints à baisser le coût des
prestations ménage », explique le directeur de l’hôpital William-Morey.
71D - 1

MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE

ACTU CHALONNAIS

13

C HA LON -S U R- S AÔN E A RTIS AN AT

Dans leur charcuterie, les Guillemin
ont l’art de magnifier le cochon
Charcutiers-traiteurs rue Gloriette, Sylvie et Christophe Guillemin
ont ajouté deux nouveaux prix à
leur tableau de chasse déjà conséquent. Des récompenses qui
pourraient donner un coup de
fouet à leur établissement avant
la période des fêtes.

L

e couple Guillemin, installé à
Chalon depuis 2008, n’est décidément pas rassasié. Ces artisans
charcutiers collectionnent les lauriers depuis plus de 15 ans. Deux se
sont ajoutés récemment à leur collection.

Le boudin blanc
et le pâté de foie
de porc récompensés

n Le couple Guillemin devrait prochainement s’inscrire au concours du meilleur jambon blanc. Photo Geoffrey FLEURY

Après le boudin noir, primé en
mars, Sylvie et Christophe ont reçu
le grand prix d’excellence de la part
de la commanderie des Fins Goustiers du duché d’Alençon pour leur
boudin blanc. Quant au pâté de
foie, il a obtenu la médaille d’argent
grâce à la chambre professionnelle

des artisans charcutiers-traiteurs de
Paris. Ces prix tombent à pic car,
pour Sylvie Guillemin, « le soufflé
est retombé depuis la médaille d’or
du jambon persillé en septembre 2015. On fait des concours
pour relancer un peu la machine,

car le commerce à Chalon, ce n’est
pas trop ça en ce moment. Ça
s’endort. » Elle espère désormais
que les produits récompensés seront la nouvelle vitrine de la charcuterie.

B.D.B. (CLP)
n Le directeur a décoré les trois
salariées. Photo Stéphanie ALBANE

« Elle m’a traitée de loque, je l’ai giflée »

71D - 1

victime d’un “coup de boule” de la part de son mari par
le passé.
À l’audience, l’homme a reconnu les faits. « J’ai
25 000 € de dettes à cause
d’un client, je suis à moins
40 000 € alors j’ai chuté dans
l’alcool. C’est vrai, elle m’a
traitée de loque, je l’ai giflée,
mais j’ai fait une cure de désintoxication. » Son épouse

Trois médailles du travail
chez Carrefour nord

Le parquet a demandé une
sanction à hauteur de douze mois ferme pour ce récidiviste condamné à dix reprises. « Qu’est-ce que vous
voulez que je dise, je paierai, je ferai ma peine ! », a-til répliqué, sourire aux lèvres.
Mickaël Dréau est reparti
en prison avec une peine
supplémentaire de six mois
ferme.

CHALON-SUR-S AÔNE JUSTICE

Lundi, un Chalonnais de
50 ans était poursuivi en récidive légale au tribunal correctionnel de Chalon pour
des violences conjugales
commises sur son épouse en
mars. Les policiers sont intervenus au domicile familial où le mari, alcoolisé,
avait giflé son épouse après
lui avoir craché au visage.
Celle-ci avait ajouté avoir été

Sylvie Guillemin

CHALON-SUR-SAÔNE

Ivre, il tire à la carabine sur un homme
vert que la pharmacie de
Paris, aux Aubépins, avait
été impactée à deux reprises
par des tirs de carabine à
plombs. Devant la juge, le
prévenu a apporté son éclairage : « On avait fait une
soirée, j’avais bu. Le plomb
a ricoché, je ne visais que les
panneaux. Je regrette. Je ne
me souviens pas du nombre
d’impacts, je ne lui ai pas
tiré dessus parce qu’il était
noir. »

pour relancer un peu
la machine. ~

Geoffrey Fleury

CHALON-SUR-S AÔNE JUSTICE

Escorté depuis la prison de
Varennes-le-Grand, Mickaël Dréau, 24 ans, a été
jugé lundi, lors de l’audience correctionnelle du tribunal de Chalon, pour violence et dégradation.
Le 12 juin 2013, à Chalon,
le prévenu a blessé un homme dans la rue en lui tirant
un projectile dans l’omoplate. Le tir provenait de l’avenue de Paris. Les policiers,
arrivés sur place, ont décou-

} On fait des concours

a témoigné : « Il aimerait
bien qu’on reprenne la vie en
commun mais non, je ne
veux plus de contact. » Pour
Me Guignard, l’avocat du
mis en cause, « il a été planté
par un client, il a fait une dépression et a sombré dans
l’alcool. » La juge a prononcé une peine de deux mois de
prison ferme.

Samedi matin, le directeur du magasin
Carrefour nord, Thierry Fernandes, était
heureux de remettre les médailles du travail à trois salariées fidèles. Sylviane Tanca, agent de caisse, est entrée au magasin
le 1er juillet 1976. Elle a reçu la médaille
d’or pour 35 ans et grand or pour 40 ans.
Ses deux collègues ont reçu la médaille
d’argent pour 20 ans de travail. Nadine
Oudeville, agent de caisse, a rejoint l’entreprise le 1er juillet 1991. Sandrine Pastor, au
rayon décoration, est entrée chez Carrefour
nord le 18 septembre 1995.

B.D.B. (CLP)
www.lejsl.com

14 ACTU CHALONNAIS

LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016

C HA LON -S U R- S AÔN E P ORTRA IT

Guillaume Brant, un pont vers l’Afrique
Guillaume Brant a choisi d’effectuer un service civique auprès
d’une association de solidarité
avec des pays africains. Il organise des échanges culturels, notamment avec le Niger.

G

764403000

uillaume Brant a fait le choix
d’un service civique qu’il effectue auprès du Club solidarité et de
l’association Appuis, au lycée Hilaire-de-Chardonnet à Chalon. Il exerce dans le cadre d’échanges avec des
pays africains.
Vous avez obtenu un Bibac, un
diplôme européen. Pourquoi
avoir arrêté vos études ?
« J’avais envie, dans un premier
temps, de m’investir sur le terrain
avant de retourner sur les bancs de
la Fac. L’opportunité de ce contrat
avec l’association Appuis, présidée
par Denise Bousquet et basée au
lycée Hilaire-de-Chardonnet, me
permet d’engager des réflexions sur
des actions de solidarité (NDLR :
Appuis est une émanation du Club
solidarité) avec notamment des
pays africains tels que le Niger. »
Quelles missions vous a-t-on
confiées ?
« J’organise et planifie les échanges

culturels avec
les étudiants ou
adultes
qui viennent dans
n o t r e
pays. Récemment, un
groupe de Nigériens est venu
en Bourgogne.
Il fallait
q u e

BonnesAdresses

} Je suis convaincu que les actions multiples
conduites par les associations pourraient
contribuer à changer la face du monde, plus
que les grandes actions de masse. ~

Guillaume Brant
tout soit parfaitement orchestré. J’apporte aussi des idées,
car je suis assez libre
dans mon travail et
j’ai un regard extérieur souvent utile
aux bénévoles qui
ont la tête dans le
g u i d o n . Je
p e u x
aussi
prendre en
charge
des tâches
pour les
soulager. »

Pensez-vous vous rendre au Niger ?
« Non, ce n’est pas dans mes projets
actuellement. Je préfère être efficace
ici et apporter le maximum de mes
compétences. À terme, lorsque mon
contrat prendra fin, je reprendrai
peut-être des études ou je ferai de la
politique pour tenter de faire valoir
mes idées. Je suis convaincu que les
actions multiples conduites par les
associations pourraient contribuer
à changer la face du monde, plus
que les grandes actions de masse.
Les petits ruisseaux font les grandes
rivières ! Enfin, je n’exclus pas de
m’installer dans une ferme et faire
du pain pour me rapprocher des valeurs de la terre. »

Propos recueillis
par Céjy (CLP)

n Guillaume Brant réfléchit à son avenir
en effectuant un service civique. Photo CÉJY

commerçants,artisanspourfigurerdanscetterubrique: 0385906800

Vente de pommes VE
ENT
TE DIRE
ECT
TE
710380800

De fruits légumes et produits artisanaux.
Lundis, mercredis et samedis, de 9 h 30 / 13 h - 14 h / 18 h 30.

7, rue Neuve - VARENNES-LE-GRAND
T. 06 25 20 37 59 ou 03 85 48 51 18

723043100

Bonne table

30 Quai Saint-Cosme - CHALON - T. 03 85 48 83 13

Décapage
763939900

L’ASSSIETTE MOU
ULFFRITTE

Venez déguster les moules de Bouchot de la baie du Mont Saint-Michel
(AOP). Egalement friture, grenouilles, gambas, grillades, fruits de mer.
Moules-frites à emporter. Fermé lundi/mardi

AER
ROGO
OMMAGEE P. BAALLAAND

A domicile ou dans notre atelier. Tous supports : pierre, tombes,
monuments, bois (volets, poutres...), ferraille (portails, jantes...)

56 rue de l’Abergement - MESSEY-SUR-GROSNE
T. 07 71 05 99 19

763808500

Electroménager PATRICE EUVRARD

27 ans d’expérience - Réparation Electroménager
Dépannage - Entretien gros électroménager
Vente aux particuliers

ST-LOUP-DE-VARENNES - T. 06 78 79 18 73

762490800

Gites

www.lejsl.com

AU
U BON
N VIVR
RE

Grande capacité d’accueil
15 gîtes avec une salle de réception pour tout événement :
mariages, séminaires, cousinades, réunions, assemblées, associations...

1 rue André Malatray - LUX - T. 06 13 43 90 41

71D - 1

MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE

ACTU CHALONNAIS

15

C HA LON -S U R- S AÔN E CU LT U R E

La bibliothèque pour tous déménage
REPÈRE

Pendant les travaux de
l’Espace des arts, la Bibliothèque pour tous,
installée dans le hall de la
structure, a dû être relogée rue Saint-Georges,
dans l’ex-maison des associations.

n La Bibliothèque

pour tous pratique

A

ssociation nationale, la
Bibliothèque pour tous
se décompose en antennes
régionales et départementales. Les structures sont implantées dans les communes afin d’apporter aux
lecteurs un service de qualité.
À Chalon, Véronique Deliry
occupe le poste de responsable. Elle est entourée de
six bénévoles qui assurent le
fonctionnement de la structure. L’équipe a dû déménager le temps des travaux de
l’Espace des arts, puisqu’elle
était hébergée dans le hall
du bâtiment. Les lecteurs
sont donc provisoirement
accueillis dans l’ex-maison
des associations, située rue
Saint-Georges.

n Chantal, fidèle abonnée, et Dominique Cohen, bénévole de la Bibliothèque pour
Tous. Photo CÉJY

Des nouveautés
chaque mois
Dans les rayons de la Bibliothèque pour tous se côtoient
des romans de tous genres,
des nouvelles, des biographies et des documentaires.
Faute de place, la structure
ne dispose pas de rayon en-

fants. Dominique Cohen,
bénévole, précise : « Nous
achetons chaque mois de
nouveaux ouvrages, grâce
aux adhésions essentiellement. Les locaux sont mis à
disposition par la Ville de
Chalon, qui nous verse également une petite subvention. »

CHALON-SUR-SAÔNE

Une nouvelle association pour apprendre à se défendre

La bibliothèque n’est pas informatisée, mais cela n’empêche pas une gestion rigoureuse des cartes
d’ a b o n n e m e n t . « No u s
avons de bonnes relations
avec nos adhérents, souligne Dominique Cohen, et
nous sommes en contact régulièrement. Les lecteurs

Horaires d’ouverture :
lundi, de 15 h à 17 h 30.
Mercredi et vendredi,
de 10 h à 11 h 30 et de
15 h à 17 h 30.
Adhésion annuelle :
12 €. Ensuite, 1 € par
livre emprunté.
Pas de durée d’emprunt
sauf pour les nouveautés : dix jours afin d’assurer le roulement
Adresse actuelle : rue
Saint-Georges (ancienne maison des associations), à droite au rezde-chaussée.
peuvent d’ailleurs nous faire
des propositions d’achat de
livres. » Chantal, adhérente
assidue depuis le premier
jour, souligne « la variété
des ouvrages, le service de
qualité et surtout l’esprit de
convivialité qui règne dans
la structure ».

Céjy (CLP)

CHALON-SUR-S AÔNE NAISSANCE

Bienvenue à Hanaé
Hanaé, joli bébé de 3,350 kg,
a vu le jour le
5 octobre, à
21 h 41, à la
maternité de
Chalon.
Elle fait le
bonheur de
ses parents
Marine Jacome et Benjamin Lonjaret.
La famille réside à Chalon.

n Photo Claire GENOT

CHALON-SUR-S AÔNE NAISSANCE

Bienvenue à Mila

n Chalon Krav Maga compte déjà une vingtaine d’adhérents. Photo Serge BAUDRAND

Depuis le 19 septembre, Chalon Krav Maga s’entraîne à la salle Bornet tous les lundis soir, de
20 à 22 heures, et le samedi, de 10 à 12 heures. Ce nouveau club, présidé par Gérard Lahmar,
compte déjà une vingtaine d’adhérents. Les cours sont dispensés par Yannick Lahmar,
instructeur. Le Krav Maga est une méthode d’autodéfense combinant des techniques
provenant de la boxe, du muay-thaï, du judo, du ju-jitsu et de la lutte. Elle est notamment
enseignée dans l’armée israélienne. La création de l’association répond à une forte demande
d’apprendre les techniques de défense en fonction de situations diverses. Chalon Krav Maga
est affiliée à la Fédération française de karaté.
71D - 1

n Photo Claire GENOT

Mila Letourneaux, joli bébé de 3,210 kg, a vu
le jour le 7 octobre, à 2 h 38, à la maternité de
Chalon. Elle fait le bonheur de ses parents,
Marina Guillot et Jonathan Letourneaux,
qui habitent à Chalon avec Théa, sa sœur.
www.lejsl.com

LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016

16 ACTU CHALONNAIS
L A C HA R M ÉE RE NDEZ - VOUS

Randonnée : « Cette année,
nous pourrons faire face »
L’Association de sauvegarde de
l’église et du patrimoine de La
Charmée prépare la randonnée
du 6 novembre. Bernard Girard,
nouveau président, donne quelques précisions sur la nouvelle
organisation.
Qui dit nouveau président dit
souvent nouvelle organisation.
Est-ce que c’est le cas ?
« En effet, nous avons apporté quelques changements à la suite des problèmes rencontrés les années passées. L’arrivée ne se fera plus au
lavoir de la Citadelle. C’est un des
endroits représentatifs du patrimoine du village, qui a été refait par l’association, mais il est trop petit pour
accueillir 1 500 participants ou plus.
Elle se fera cette année sur le terrain
face à la salle polyvalente, avec un
chapiteau et une infrastructure
mieux adaptée, proche des parkings.
Le parcours pour les cavaliers n’est
pas adapté, cette année, pour les calèches et autres attelages mais il sera
plus intéressant avec 34 km au lieu
de 25 : de quoi dégourdir les pattes
des chevaux. Un autre point, à la suite de quelques incidents l’an passé,
les chiens ne seront plus admis sur le
parcours équestre, même tenus en
laisse. »
Il y a eu des problèmes d’approvisionnement des stands de ravitaillements l’an dernier. Seront-ils
résolus ?
« Il y avait plusieurs causes à cet état
de fait. D’abord, le nombre exceptionnel de participants : trois fois

n La randonnée a connu quelques problèmes d’organisation l’an dernier. Photo d’archives Jean-Marc MAZUÉ

} Cette année, nous avons
plus de bénévoles. ~

Bernard Girard, nouveau président
de L’Association de sauvegarde de l’église
et du patrimoine de La Charmée
plus en 2015 (une année record grâce au temps magnifique) qu’en 2014.
Des problèmes de logistique ont aussi été constatés, ils seront réglés cette
année grâce à une nouvelle organisation. Nous avons plus de bénévoles,
nous pourrons donc réagir avec plus
d’efficacité. En fait, la plus grosse in-

terrogation reste la météo du 6 novembre. C’est à peu près le seul élément que nous ne pouvons pas
maîtriser. »
L’association a-t-elle d’autres
projets ?
« Nous avons effectivement d’autres
objectifs : réfection et changements

des accès à l’église, participation financière et réflexion avec la municipalité sur la mise aux normes de la
salle des associations, aménagement
de l’ancien presbytère pour les personnes à mobilité réduite et nouvel
aménagement de la place, mais permettant toujours les concours de pétanque tout en conservant l’aspect
historique du bâtiment ancien. »

Propos recueillis par
Jean-René Margez (CLP)
PRATIQUE Une réunion préparatoire avec
les bénévoles de la randonnée aura lieu
vendredi 21 octobre, à 20 h, à la salle
socioculturelle.

LUX

S AIN T-M A R C EL

Le Vélo-club renoue
avec la victoire

La gendarmerie lance un appel à témoins

Après avoir remporté de
nombreuses places
d’honneur le week-end
dernier, les coureurs du
Vélo-club de Saint-Marcel ont renoué avec la
victoire. Samedi, au contre-la-montre par trois
organisé par l’Amicale
cycle de Buxy, l’équipe
composée d’Olivier Berne, José Prior et Jacky
Berthelot s’est brillamment imposée. Dimanche, Alain Verrien s’est à
son tour imposé en cyclo-cross à Ouges (Côte
d'Or). Au Cyclathon des
Bizots, en mixte, l’équipe Jocelyne et Tony
Zacchia a pris une belle
sixième place.

À la suite du cambriolage de
la boulangerie Moulin de
Païou de Lux, commis dans
la nuit du 4 au 5 octobre à
l’aide d’une voiture bélier, la
brigade de gendarmerie de
Givry, en charge de l’enquête, lance un appel à témoins.
Toute personne ayant circulé sur la D906 (Chalon-Tournus) dans la tranche horaire
de 3 h à 3 h 45 mercredi
5 octobre et ayant constaté
des faits inhabituels est
priée de contacter la brigade
de Givry au 03.85.94.91.40.
Dérobé sur les lieux du méfait, le véhicule Peugeot 205
utilisé pour commettre le
cambriolage a ensuite été
abandonné et brûlé à proximité. Tout renseignement

www.lejsl.com

n Nouveau

bouquet pour Alain
Verrien. Photo DR

n La boulangerie Moulin de Païou a été victime d’un

cambriolage à la voiture bélier dans la nuit du 4 au
5 octobre. Photo Marion GIOUSE
complémentaire concernant ce fait annexe rattaché
au vol de la boulangerie in-

téresse également les enquêteurs.

Emmanuel Mère (CLP)
71D - 1

MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE

ACTU CHALONNAIS

17

L A I V E S [ LES CL ÉS DE MA COM M U NE ]

Comment les habitants jugent leur
village et ce qu’ils aimeraient changer
Si vous aviez les clés de
votre commune, que
feriez-vous ? Quelles
seraient vos actions
prioritaires ? Comme
chaque semaine, Le JSL
est allé poser ces
questions aux habitants
d’un village du
Chalonnais. Retrouvez
aujourd’hui leurs
remarques, avant les
réponses du maire dans
notre édition de demain.
Aujourd’hui, direction
Laives, village situé à
trois petits kilomètres de
Sennecey-le-Grand et
tourné à la fois vers
Chalon, au nord, et
Tournus et Mâcon au sud.
Un village semi-rural, où
subsistent encore
quelques commerces
(bureau de tabac, dépôt
de pain, coiffeurs,
restaurant…), et où il fait
globalement bon vivre,
selon ses habitants.

REPÈRES
Pour les habitants du Chalonnais, Laives est surtout synonyme de lacs. Des lacs situés à
environ 5 km du centre du
village et qui ne profitent donc
pas directement à la vie du
bourg. Majoritairement dédiés
à la pêche et à la baignade, ils
attirent des milliers de visiteurs
chaque été. Laives est par
ailleurs un village qui connaît
une régulière expansion démographique (environ 1 050 habitants aujourd’hui), à la faveur
de différents programmes immobiliers menés ces dernières
années. Des programmes, tout
comme une vaste rénovation
du centre, qui ont largement
contribué à changer son visage.
Le maire, Jean-Claude Bécousse, est par ailleurs président de
la communauté de communes
Entre Saône et Grosne et viceprésident du Conseil départemental.
n La rue principale de Laives, sur l’axe Sennecey-le-Grand/La Ferté. Photo Christophe ROULLIAUD

Travaux et poubelles dans le viseur
Si d’un point de vue
extérieur, l’aspect propret et
ordonné de Laives peut
sembler être un atout, la
perception est différente
pour beaucoup d’habitants.
« Avant, c’était une petite
commune sympa, champêtre. Mais les travaux de la rue
principale ont changé la
donne. On ne peut plus se
garer, on tape dans les
barrières et c’est bétonné.
Le maire a citadinisé
Laives », regrette ainsi
Étienne. Une vision des
choses partagée par André,
déçu de l’évolution de son
village : « Maintenant, il y a
des stops et des sens uniques
partout, on n’avait pas
besoin de ça ! C’est de
l’argent un peu jeté par les
fenêtres. »
Au chapitre circulation, un
autre point fait beaucoup
réagir : celui du rétrécissement de voirie sur la RD18,
vers Sennecey-le-Grand.
« C’est bien sur le principe,
mais l’emplacement est trop
dangereux. Il y a déjà eu
plusieurs accidents », remarque Marie.
En termes d’urbanisme,
Thierry note par ailleurs que
71D - 1

n Le rétrécissement de la RD18 : un secteur trop dangereux selon beaucoup
d’habitants. Photo Christophe ROULLIAUD

« le village a trop grossi ces
derniers temps, avec des
lotissements l’amenant de
plus en plus à un côté
cité-dortoir. C’est dommage
aussi que les maisons
construites pour les personnes âgées soient placées loin
du centre. Elles ne peuvent
pas forcément s’y rendre
facilement ».

Poubelles,
commerces,
lacs…
Autre point toujours sur le
cœur des Laivois : le
ramassage des ordures ménagères. « Franchement,
c’est cher. Et douze levées
par an, ce n’est pas suffisant.
Imaginez ceux qui ont des

mal à survivre. Il leur
faudrait un peu plus de
soutien », note Stéphanie.
Zone la plus connue et
fréquentée de la commune,
les lacs de Laives font aussi
réagir : « La qualité de l’eau
est médiocre et ils sont
sous-exploités. Et ce n’est
pas normal que les pêcheurs
du village doivent s’acquitter
d’une carte fédérale à 70 €.
D’ailleurs, on ne peut plus
pêcher comme avant dans la
Grosne et le Grison. Les
accès sont barrés, c’est
dommage », indique Lionel.
D’un point de vue global
enfin, Sébastien aimerait
« un peu plus de démocratie
participative. Que les remarques que l’on peut faire ne
soient pas ignorées… »

Christophe Roulliaud
christophe.roulliaud@lejsl.fr

bébés, avec toutes les
c o u ch e s ! » , s o u l i g n e
Franck.
Au niveau associatif, André
regrette un « manque de
dynamisme. En dehors des
concours de boules et de
Laives patrimoine, les gens
ne se mobilisent pas beaucoup ». « C’est pareil pour
les commerces, qui ont du

DEMAIN
Retrouvez dans l’édition
du Journal de Saône-etLoire de demain la suite
de ce dossier avec les
réponses du maire,
Jean-Claude Bécousse.
www.lejsl.com

LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016

18 ACTU CHALONNAIS
GI V RY CU LTU RE

BUX Y

Dernières prises de vues pour
le docu-fiction sur la commune

Fnaca : changement de
président après 51 ans

René Quatrain et Michel
Frey, qui se sont lancés
dans la réalisation d’un
docu-fiction sur Givry, ont
presque fini le tournage.

Q

uel était donc ce remueménage, jeudi matin, à
l’église Saint-Pierre et SaintPaul ? Une effervescence
inhabituelle animait en effet
le lieu de culte givrotin, sous
la double responsabilité de
René Quatrain et Michel
Frey. Une ultime matinée de
tournage était programmée
dans le cadre de la réalisation du docu-fiction Welcome to Givry, pour notamment des prises de vues avec
drone, qui proposeront la
découverte d’un élément
crucial de l’architecture de
l’église, voulue par son concepteur, Émiland Gauthey.
Mais chut… le secret doit
être gardé jusqu’à la projection publique.

Montage,
puis projection
pour les habitants
Si le tournage de la fiction
s’est achevé récemment par
une scène au restaurant Le
Raisin et une autre à Notre-

n Gilbert Tournier, nouveau président
de la Fnaca locale. Photo Henri FÉVRAT

n René Quatrain et Michel Frey dans les tribunes
de l’église Saint-Pierre et Saint-Paul. Photo Emmanuel MÈRE

Dame de Varanges, le documentaire s’achèvera d’ici
peu par quelques prises de
vues à Barizey et Paris, en
lien avec Gauthey, éminent
ingénieur des États de Bourgogne. Le montage définitif
du docu-fiction va débuter
prochainement et occuper
pour au moins trois mois les
instigateurs de cette œuvre

qui racontera une découverte de Givry par des gens
extérieurs au village.
Une projection aux Givrotins sera effectuée courant
avril/mai 2017, et pourquoi
pas dans d’autres villages du
territoire grand chalonnais
si des communes en font la
demande.

Emmanuel Mère (CLP)

GIVRY

L’association “1, 2, 3 Poncey !” anime la commune

C’est un véritable événement qu’a connu la
Fnaca (Fédération nationale des anciens
combattants en Algérie, Maroc et Tunisie)
locale à l’occasion de son assemblée générale, lundi. Après 51 ans de présidence, André
Montangerand a en effet cédé sa place pour
raisons de santé.
Daniel Duplessis, premier adjoint de la
commune, a dit le bien que tous pensent de
l’homme devenu président d’honneur. « Extrêmement dévoué, toujours disponible,
d’une grande rigueur au travail, André a
montré encore une fois la qualité d’un homme unanimement respecté : il a su partir. »
C’est un fidèle de l’association, Gilbert
Tournier, qui lui succède. La gestion des
anciens d’Algérie demande beaucoup d’implication afin de coordonner la vingtaine de
communes que compte la section locale de
Buxy. Le nouveau bureau est ainsi composé : président : Gilbert Tournier ; premier
vice-président : Jacques Daudet ; secrétaire : Michel Genevois ; trésorier : Gérard
Waltefaugle.

Henri Févrat (CLP)

B UX Y

Un petit bug informatique
perturbe la collecte de sang

n Le nouveau bureau de “1, 2, 3 Poncey !” planche sur de nouvelles animations.
Photo DR

L’association givrotine “1, 2, 3 Poncey !” s’est dotée d’un nouveau bureau directeur, au sortir
d’une saison qui l’a vue créer plusieurs animations dans la commune, notamment la fête du
hameau Ponceniât en juillet. Association jeune et dynamique de 104 adhérents, elle entend
faire vivre le hameau de Poncey en l’animant, en proposant à ses adhérents des activités
variées (sortie bowling, spectacle de fin d’année, belote, sapin de Noël, brocante, carnaval,
concert…). L’association a également en projet la création d’un site Internet et d’une future
animation guinguette.
NOTE Le nouveau bureau : présidente : Anne-Sophie Berthoux ; secrétaire : Stéphanie Lacroix
(adjointe : Anne Pelletier) ; trésorière : Albane Grenier (adjointe : France Euvrard). Contact :
06.63.90.79.29 ou assoc123poncey@gmail.com
www.lejsl.com

n Un habitué heureux d’être là.
Photo Henri FÉVRAT

Un léger ennui informatique a, semble-t-il,
mélangé les convocations prévues pour la
collecte de sang organisée lundi. La collecte a
donc reçu moins de visites que d’habitude.
Néanmoins, 51 donneurs, dont un nouveau,
ont effectué leur prélèvement, dont cinq en
plasma.
71D - 1

MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE

ACTU CHALONNAIS
S AINT- MA R T IN- EN- BRE SS E

BAUDRIÈRES

LOISIR S

19

SENIOR

50 équipes annoncées
au tournoi de baby-foot

Des cadeaux pour les doyens
Henriette Goyard et Robert Pinson

n Au cours du dernier tournoi avec le président Laurent (premier plan à
droite). Photo Méjo

n Henriette Goyard et Robert Pinson, les doyens du jour,
ont reçu un cadeau. Photo Gérard RENOUD-GRAPPIN

L’association les Bonz’Amis du
Baby organise samedi leur tournoi de baby-foot. Rencontre
avec le président Laurent Guyenot.
Parlez-nous de ce tournoi de
baby-foot ?
« Sous le régime de l’association,
c’est le troisième tournoi. Depuis
2010, il se déroulait en version privée, avec une centaine de participants. C’est un tournoi familial et
convivial, où la compétition n’est
pas mise en avant. »
Quelle participation attendezvous, de quels clubs ?
« Nous limitons la participation à
50 équipes. Plusieurs clubs partici-

pent à notre manifestation, entre
autres le club de Saint-Martin (Baby-football club) et celui de Besançon qui sont affiliés à la fédération.
Cette année, nous attendons une
meilleure participation que celle de
2015, un peu gênée par la coupe du
monde de rugby. »

Méjo (CLP)
PRATIQUE Tournoi à la salle polyvalente
Jean-Paccaud, ouverture des portes
à 15 heures, inscription jusqu’à 18 heures
et début du tournoi à 18 heures.
Inscription 7,50 € par joueur. Le tournoi
se fait uniquement en doublette.
Règlement : règles version bistrot, limité
à 50 équipes.
RENSEIGNEMENTS au 06.80.61.55.76. ou
06.19.72.18.83. ou 06.15.43.48.78.

Le repas du Centre communal d’action sociale
(CCAS), offert aux personnes de plus de 70 ans et à
leur conjoint, a réuni
65 convives. Dans son mot
d’accueil, le maire Cédric
Dauge a demandé à tous
d’avoir une pensée pour
ceux qui nous ont quittés
au cours de l’année ou qui
n’ont pu participer à cette
journée festive pour des

raisons de santé. C’est aussi la tradition : les doyens
de la journée, Henriette
Goyard 95 ans et Robert
Pinson, “seulement”
83 ans, ont reçu un cadeau.
Le repas préparé par Alain
et Évelyne Vérot et servi
par les membres du CCAS,
a été très apprécié.

Gérard Renoud-Grappin
(CLP)

Bienvenue aux Bébés !
Retrouvez-les sur www.bienpublic.com
www.lejsl.com et commandez votre Pack Spécial

S AINT-MARTIN-EN-BRESSE

Maryse Colas, nouvelle présidente du groupe Arpège
Pour cette 21e assemblée, la présidente a rappelé que la saison a vu le
retour d’anciens choristes et la venue de nouveaux, sous la houlette
de la cheffe de chœur, Véronique
Chevillard. La chorale a participé
au Téléthon à Saint-Martin, à la
commémoration de La Madeleine
et organisé son concert fin mai. En
novembre, le groupe Arpège participera au concert organisé à Louhans (le 20) et à Chaussin le 26. Le
concert 2017 est programmé pour
le 10 juin.
Le groupe Arpège, sous la direction
de Véronique Chevillard, va préparer les chants de Noël et surtout les
20 ans de l’association. La cheffe de
chœur l’a précisé, « J’ai beaucoup
de plaisir à travailler avec vous.
Mais venir à la chorale, c’est pour
prendre du plaisir, donner de la
71D - 1

Le bureau
Présidente : Maryse Colas,
Vice-président : Jean-Marc Rebillard,
Secrétaire : Andrée Albrecht,
Trésorier : Jean-Claude Bugaud.

n La présidente démissionnaire, I. Petit (au centre) a passé le relais à

Maryse Colas, nouvelle présidente, aux côtés des membres du
bureau. Photo MÉJO
joie, pas pour polémiquer comme
ce fut le cas cette saison. »
Les choses étant précisées, l’assemblée a procédé au renouvellement
du bureau. Sur ce sujet, la présidente, Mme Petit, a annoncé sa volonté

de laisser son poste, n’ayant plus la
foi pour continuer. Cette saison a
été difficile à gérer entre le remplacement du chef de chœur, le départ
des présidents et des secrétaires
depuis plusieurs années. L’assem-

blée, sous la houlette de la doyenne,
a procédé au renouvellement du
bureau et lancé l’appel à candidature. Les deux anciens membres,
Jean-Marc Rebillard et Jean-Claude
Bugaud, ont proposé leur renouvellement et deux candidats ont proposé leur candidature, Maryse Colas et Andrée Albrecht. Les quatre
membres ont été élus par l’assemblée.

Méjo (CLP)
www.lejsl.com

LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016

20 ACTU CHAGNY ET RÉGION
C HA SS E Y- L E- C A MP TR AVAUX

La D109 coupée pendant vingt jours
mis en œuvre pour les
deux sens de circulation
par la D62, la D974, et le
D978.

Le Département procédera à partir de jeudi, pour
une durée de vingt jours,
aux travaux de remplacement d’un ouvrage de
soutènement de la D109
entre Chamilly et Chassey-le-Camp. Ce qui occasionnera une fermeture
totale de la route.

Assurer la sécurité
des personnels
des entreprises
Le chantier sera totalement infranchissable, car
l’ancien ouvrage de soutènement va être déposé
pour être remplacé. Pour
permettre au personnel
des entreprises de travailler en toute sécurité, il
est donc demandé aux usagers de respecter la signalisation temporaire et de
bien suivre les itinéraires
indiqués en amont du
chantier.

P

endant vingt jours,
sous réserve d’imprévus ou d’intempéries éventuelles, le Département de
Saône-et-Loire procédera,
à partir de jeudi, aux travaux de remplacement
d’un ouvrage de soutènement sur la D109 entre les
communes de Chamilly et
Chassey-le-Camp. La réalisation de ces travaux nécessitera la fermeture totale de cette voie entre les
carrefours avec la grande
rue de Chamilly au sud et
la D109 au nord. Des itinéraires de déviations seront

Stéphane Ronaux (CLP)
RENSEIGNEMENTS
Pour tout renseignement
complémentaire, joindre
le Service territorial
d’aménagement du Chalonnais
au 03.85.94.95.51.

n Un mur de soutènement va être déposé pour être remplacé. Photo Stéphane RONAUX

CHAGNY

SAINT-LÉGER-SUR-DHEUNE

Un jeune médecin généraliste
s’installe dans la commune

n Les collectes en soirées ont toujours plus
de succès. Photo Rose-Marie JOSSART

72

Le nombre de donneurs qui se sont présentés à la collecte
de sang organisée vendredi à la salle Pierre-Chamagne. Un
chiffre très satisfaisant.
n Arnaud Guillaume remplace les docteurs Joly et Dubosc. Photo Marc BOULNOIS

NOL AY NAISSANCE

Arnaud Guillaume, jeune médecin
généraliste, s’est installé à Chagny
pour compenser les départs des docteurs Joly et Dubosc, praticiens installés depuis les années 1980.
Dans la famille Guillaume, on a la
médecine dans la peau : grand-père
médecin, père vétérinaire, un frère
médecin et le second dentiste, ne
cherchez pas plus loin d’où vient sa
vocation.
Marié, père de deux enfants (une fille
et un garçon), après six ans de fac à
Dijon et trois ans d’internat dans la

Bienvenue à Zoé

www.lejsl.com

même ville et de nombreux remplacements à Santenay et Chagny, la cessation d’activité de ses deux confrères a
été pour lui l’occasion de s’installer.
« Être généraliste est un choix, on y
pratique une médecine plus humaine
grâce à de meilleurs contacts. Il y a
beaucoup plus de diversité dans les
diagnostics. Pour avoir fait plusieurs
remplacements dans ce cabinet, je
connais déjà beaucoup de Chagnotins, ce qui est un avantage : ils ne découvrent pas un inconnu. »

Marc Boulnois (CLP)

Zoé Thomas, joli bébé de 2,880 kg, a vu
le jour le 4 octobre,
à 23 h 39, à la maternité de Chalon. Elle
fait le bonheur de
ses parents, Julie
Thévenot et Tanguy
Thomas. Toute cette
petite famille réside
à Nolay.

n Photo Claire GENOT
71D - 1

MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE

ACTU VAL DE SAÔNE

21

VE R DU N - S U R-L E- DO UB S J USTI C E

Arrêté ivre au guidon de son scooter,
un homme attend son procès en prison
Arrêté la semaine dernière après
avoir grillé un stop, un homme de
44 ans qui présentait un taux
d’alcoolémie important attendra
son procès en prison.

} La dernière

condamnation date
de février et nous
retrouvons monsieur
en octobre… ~

L

undi après-midi, un homme de
44 ans a été présenté au tribunal
de Chalon selon la procédure de
comparution immédiate. Mercredi
dernier, cet habitant de Verjux a été
arrêté au volant d’un scooter après
avoir grillé un stop dans la commune de Verdun-sur-le-Doubs. Contrôlé avec un taux d’alcool de
1,01 mg par litre d’air expiré (soit
2,02 g d’alcool par litre de sang), il
est poursuivi pour conduite sous
l’empire d’un état alcoolique en
récidive.

Anne-Sophie Kopacz,
ministère public
pendant la garde à vue et a demandé un contrôle judiciaire « le plus
strict possible » pour lui éviter la
prison dans l’attente de son procès.

Risque de réitération
de l’infraction

Garde à vue écourtée
pour raisons de santé
En effet, ce célibataire sans enfant
a déjà été condamné à six reprises
pour des infractions identiques. La
dernière fois, en février, il avait
passé deux mois derrière les barreaux. Lundi, l’homme a choisi de
demander un délai pour préparer
sa défense.

n L’homme de 44 ans présentait un taux d’alcoolémie de 2,02 g d’alcool
par litre de sang. Photo d’illustration Catherine ZAHRA

Interrogé par la présidente Claire
Foucault sur cette problématique
alcoolique datant de plus de
20 ans, le prévenu a déclaré vouloir, cette fois, « obtenir un suivi

total pour mettre fin à cette addiction ».
Son avocat, Me Diry, a rappelé que
l’état de santé de son client, qui est
cardiaque, avait été problématique

Mais le ministère public a sollicité
au contraire un placement en détention provisoire à cause du risque
de réitération de l’infraction. « La
dernière condamnation date de février et nous retrouvons monsieur
en octobre… », a argumenté la magistrate Anne-Sophie Kopacz.
Le tribunal a suivi ses réquisitions
et le prévenu est allé en prison
attendre la nouvelle audience fixée
au 24 octobre.

Marion Giouse

GERGY

CHIVRES (21)

Une association pour les passionnés de chiens

Quarante tonnes de
paille partent en fumée

n Les membres fondateurs du club et leur mascotte. Photo Éric FARION

Dimanche matin, les membres de Gergy éducation et
sport canin se sont retrouvés
pour aménager leur terrain
d’entraînement. L’association est toute jeune, elle a été
créée au mois d’août. Les
cours se déroulent depuis le
10 septembre avec déjà une
vingtaine d’adhérents.
Le but de l’association, créée
par des amoureux du plus fidèle ami de l’homme, est
71D - 1

d’apprendre au maître comment éduquer son chien. De
l’agility et des balades éducatives sont également proposés.
Dimanche, un gros travail de
mise en place du terrain a été
effectué au 200 route de
Beaune, à la limite de Baignant, sur un espace de plus
de 1 500 m² appartenant à un
membre de l’association, Manuel Deschamps. Piquets,

grillage, aménagements divers… les cours seront donnés dans les meilleures conditions chaque samedi, de 9 à
17 heures.

Éric Farion (CLP)
CONTACT Tél. 06.47.09.80.97 ou
site internet : www.club-caningesc-71.fr. Le bureau est composé
de Cécile Boursier, présidente,
Laëtitia Brami, trésorière, et
Valérie Quentin, secrétaire.

n Il ne reste plus grand-chose sur
les lieux du sinistre. Photo Pierre TURC

Quarante tonnes de paille, qui étaient stockées en bordure d’un champ isolé au niveau
de la départementale 12, sont parties en
fumée dans la nuit de samedi à dimanche.
Les pompiers de Seurre ont été appelés vers
22 h 30. Aucun blessé n’est à déplorer. L’origine est pour l’instant indéterminée, la brigade de gendarmerie de Seurre a ouvert une
enquête.

Pierre Turc (CLP)
www.lejsl.com

LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016

22 ACTU TOURNUS ET RÉGION
TO UR N US / C HA RD ONN AY ÉV ÉNEM E NT

Derniers repérages et ajustements
avant la Tournuscimes de dimanche
Les organisateurs de la Tournuscimes peaufinent les derniers
détails et sillonnent le terrain en
vue de la randonnée de dimanche, au départ de Chardonnay,
qui pourra accueillir plus
de 4 000 participants.

C

e n’est pas une mince affaire que
de répartir les tâches, réunir les
200 bénévoles, répondre aux appels
des participants, mettre en place les
liaisons… Mais l’expérience aidant,
on peut parier que tout sera prêt,
dimanche, pour accueillir plus de
4 000 marcheurs, vététistes et cavaliers à Chardonnay pour la Tournuscimes.
Par petits groupes, les baliseurs se
sont dispersés dimanche dernier sur
les divers circuits, soit 170 km au
total, veillant à bien marquer les
points de liaison pour les participants désirant enchaîner des circuits complémentaires, en particulier les vététistes qui auront un
parcours à la carte. Respectueux de
l’environnement, les organisateurs
veilleront à limiter les traces laissées
par l’événement. Cette énième reconnaissance faite, c’est ce samedi
qu’ils installeront le balisage.

Optimisme pour la météo
Le plus gros de la préparation est
donc derrière eux. Il ne reste plus
que « les petits problèmes de dernière minute à régler », explique Jacques Chevalier, président de l’association organisatrice. Par exemple,
l’approvisionnement pour les ravitaillements est prêt mais il y aura des
réajustements à faire en fonction
des prévisions de fréquentation, qui
dépendent surtout de la météo. Sur
ce point, le président est rassuré :
« On devrait avoir le soleil. »

n Une équipe de balisage a effectué une énième reconnaissance dimanche dernier. Photo François MOURON

POINT PAR POINT
n Les ravitaillements
Pour ravitailler tous le monde, les
organisateurs ont prévu
1 250 tranches de jambon, 27 kg
de lardons, 30 kg de fromage fort,
60 rosettes, 150 tablettes de chocolat, 30 kg de pruneaux, 150 litres d’eau, du sirop et 3 900 œufs
pour l’omelette de Plottes.
n Les circuits
Randonnée pédestre : départs de
8 h 30 à 14 h 30. Circuits de base
de 12, 17, 20, 25 et 31 km avec
boucles modulables à la carte à
chaque bifurcation.
Randonnée VTT : départs de
8 h 30 à 9 h 30. Choix de l’itinéraire parmi les trois circuits VTT
de 27, 37 et 55 km.
Randonnée équestre : départs de
9 h 30 à 10 h 30. Chaque cavalier

n Les bénévoles sont fin prêts. Photo François MOURON

doit être muni du carnet de vaccination du cheval, à jour. Circuits
de 31 et 40 km.

PRATIQUE Inscriptions sur place
ou sur le site internet de l’événement :
www.tournuscimes.fr

commerçants,artisanspourfigurerdanscetterubrique: 0385906800

Matériel agricole TECCHNIQ
QUEE EUROPE AGRI
763595400

Diagnostic, réparation, flexible hydraulique
pour machines agricoles et TP
Se déplace dans toute la Saône-et-Loire et limitrophe

Retrouvez-les sur www.bienpublic.com
www.lejsl.com et commandez votre Pack Spécial

764311300

BonnesAdresses

Bienvenue aux Bébés !

760833200

Menuiserie

www.lejsl.com

CAR
RDONAA SARLL

Fabricant vérandas, doubles vitrages - Isolation des combles
Volets roulants - Fenêtres PVC - Stores - Portes de garages
Portails - Automatismes

RN6 Boyer - TOURNUS - T. 03 85 51 12 93

BonnesAdresses

commerçants,artisanspourfigurerdanscetterubrique: 0385906800

Anthony Colin - T. 06 51 05 11 60

Entretien jardin PERRETT JAARDIN SERVVICCES
760846400

764311700

François Mouron (CLP)

Tonte, taille, débroussaillage, ramassage des feuilles...
Confiez l’entretien de votre jardin à des professionnels !
et bénéficiez de 50% de réduction d’impôt

71700 TOURNUS - T. 03 85 51 09 49

71D - 1

MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE

ACTU TOURNUS ET RÉGION
BONN AY

23

A R C HITECTU R E

Retrouver le savoir-faire d’antan
pour restaurer le patrimoine
La Commission patrimoine initiait
dimanche un nouveau chantier :
la reconstruction d’un mur en
pierres sèches longeant la route
départementale 80 qui traverse
le village.

L’

idée est de reproduire les
gestes que les anciens ont
pratiqués durant des décennies.
Dimanche, lors du commencement du chantier du mur, une
vingtaine de personnes étaient à
l’œuvre, guidées par Pierre Linck
et Johan Mary de l’association
d’artisans libres et cultivés Laviers et muraillers de Bourgogne.
Celle-ci regroupe, laviers,
tailleurs de pierres et spécialistes
de la pierre sèche.
C’est l’une des dernières associations, dont les membres ont à
cœur la sauvegarde du patrimoine, par la transmission de leur
savoir-faire presque oublié, devenu un art. « D’autres chantiers
sous cette même formule ont déjà
été réalisés par cette commission,
notamment le dégagement d’un
mur d’entrée au hameau de Besanceuil, travaux qui ont le mérite de valoriser le riche patrimoine de notre commune », confiait
Agnès Bordat-Catoire, 2e adjointe.
Les habitants travailleurs sont
également ravis de se retrouver
ensemble sur les chantiers :

NANTON

n La commission patrimoine travaille selon les anciennes méthodes de construction. Photo Thérèse ROBERJOT

« Nous ne pouvons qu’être satisfaits de ces initiatives qui comprennent apprentissage des traditions et son adaptation à notre
époque. Convivialité, échanges et
partages sont les fils conducteurs
d’une telle journée », affirmait
Bruno Garrigue, résident secondaire à Besanceuil et membre de
la commission.

COMMISSION PATRIMOINE
Cette commission a été créée il y a
deux ans par la nouvelle équipe du
conseil municipal. Elle s’occupe
principalement des monuments
historiques sur Bonnay et ses
hameaux. Elle initie des balades
dans le village afin de faire connaître des lieux insolites et découvrir

Thérèse Roberjot (CLP)

SENIOR

LA TRUCHÈRE

« Nous nous renouvelons sans cesse »
Jean-Claude Champalay, président de l’Amicale des Nantonnais, présente son association et les projets à venir.
Comment est née cette association ?
« Elle fut créée en 1994 et cela
s’appelait Les Aînés. J’ai commencé comme adhérent en
2002. Il n’y avait pas encore
comme aujourd’hui de sections spéciales pour tous.
Nous faisions de la pétanque,
des jeux et des repas entre
aînés. La plupart faisait partie
des aînés ruraux. »
Pourquoi aujourd’hui cette
association s’est diversifiée
dans ses animations ?
« Ce ne fut pas facile au départ,
nous étions certains, plus jeunes, a vouloir dépoussiérer un
peu tout ça, tout en respectant
malgré les envies de chacun.
Nous avons intégré la section
71D - 1

des sites qui ont construit l’histoire
de la commune que l’équipe veut
inventorier. « Nous aimerions
construire un noyau permanent
d’une sizaine de personnes susceptibles de continuer ces travaux de
façon régulière », déclarait Gerhard Schneibel de la commission.

n Le président Jean-Claude
Champalay. Photo Stéphane COLAS

Les P’tit Loups, pour proposer
des activités aux enfants du village. Devenu président, j’ai
créé des sections et L’Amicale
des Nantonnais est née.
Aujourd’hui, nous avons la
chorale qui marche très fort,
l’anglais pour tous, le yoga, la
couture, le patrimoine et bien
entendu, le Ciné village avec la

fédération des foyers ruraux
qui marche bien aussi. Nous
avons aujourd’hui plus de
120 adhérents. »
Pourquoi à votre avis cette
association est une réussite ?
« Nous nous renouvelons sans
cesse et en tant que président,
je suis très soutenu car c’est
avant tout une histoire d’amitié, de rencontre et de partage.
Sans les adhérents et les bénévoles sur les différentes manifestations que nous faisons,
nous n’existerions plus. La
mairie nous soutient également beaucoup. Nous étudions un atelier mémoire et informatique pour les projets à
venir et ceux qui le souhaitent
sont les bienvenus. »

Stéphane Colas (CLP)
WEB amicale-desnantonnais.jimdo.com

Guy et René ont gagné la belote

n Guy André et René Bion, les gagnants du
concours de belote. Photo Martine LECARPENTIER

Mardi après midi, le comité des fêtes a
organisé un concours de belote à la salle
communale. Parmi les 30 doublettes, c’est
l’équipe René Bion et Guy André qui a
gagné les gigots de la victoire avec 5 459
points. Au tirage de la grille, Roland Phillipoz s’est vu remettre un bon pour deux
repas à La Grenouillère. La soirée moules
frites aura lieu le 19 novembre.
RENSEIGNEMENT au 03.85.29.28.36.
www.lejsl.com

LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016

24 ACTU PRÈS DE CHEZ VOUS
LUGNY NÉCROLOGIE

VIRÉ SOLIDARITÉ

Claude Benon nous a quittés
Claude Benon a passé sa vie
professionnelle comme caviste à Lugny, où il était bien
connu et estimé de toute la
profession viticole. Il a activement participé à la vie de la
commune, comme conseiller
municipal pendant trois
mandats, et comme membre
de la compagnie de pompiers
pendant 20 années.
À son retour d’un long service militaire en Algérie, il a
consacré beaucoup de son
temps à l’association des anciens combattants de la Fnaca, à sa création et à son fonctionnement. Il en était le
secrétaire dévoué, fidèle et
compétent.
Il était titulaire de la médaille
du travail et de celle commémorant les opérations en
Afrique du Nord.

Michel Buchaillard (CLP)

Les CM2 se battent contre
les leucodystrophies

n Claude Benon.
Photo Michel BUCHAILLARD

NOTE Ses obsèques auront lieu
ce mercredi à 15 heures
à Lugny.
n La professeure Sylvie N’Guyen et Sylvie Perben responsable
de la bibliothèque en classe de CM2. Photo Alain BOUDIER

VIRÉ

Sylvie Perben, responsable de la
bibliothèque, est intervenue lundi
dans la classe de CM2 pour la
dictée d’ELA, qui marque le lancement officiel de la campagne
nationale “Mets tes baskets et
bats la maladie à l’école”.

L
n Une partie des membres de l’Amicale laïque.
Photo Alain BOUDIER

250

En kilogrammes, le nombre de produits vendus à la
vente de l’Amicale laïque, samedi matin. Soit 140 kg
de boudin, 60 kg de boulettes et 50 kg de fromages
de tête écoulés en une matinée. En revanche la recette de la buvette a été moyenne. Néanmoins, Cédric
Borjon, président, est très satisfait de cette première
manifestation depuis la rentrée, d’autant plus que de
nouvelles recrues sont venues étoffer l’association.
La vente annuelle de sapins aura lieu vendredi 9 décembre en fin d’après-midi.

undi les élèves de la classe de
CM2 ont eu une matinée un peu
particulière. En effet, outre leur professeure, Sylvie N’Guyen, une autre
personne, Sylvie Perben, responsable de la bibliothèque, est venue lire
la dictée d’ELA. Cette association
européenne contre les leucodystrophies créée en 1992, parrainée par
Zinedine Zidane, a déjà collecté plus
de 28 millions d’euros grâce à la campagne de mobilisation scolaire. Cette année, le texte de la dictée a été
écrit par l’auteure Katherine Pancol

dédié au combat des enfants contre
la maladie.

En avril, ils courront
pour les malades
« Le but de cette dictée n’est pas de
faire le minimum de fautes, encore
que, mais il est surtout de faire prendre conscience aux élèves de l’importance d’aider les enfants atteints
de cette maladie et d’échanger sur les
valeurs de solidarité et de respect »,
a-t-elle expliqué. Chaque semaine,
en France, trois à six enfants naissent
atteints de ces pathologies qui entraînent progressivement la perte de
toutes les fonctions vitales. En avril,
les élèves se rendront au stade de la
Folie à Lugny pour y faire du sport,
toujours dans le cadre d’ELA. Après
le temps de la réflexion, ce sera le
temps de l’action.

Alain Boudier (CLP)

L UGNY

De retour des Journées mondiales de la jeunesse

GARAGE
GAMBIN
RÉPARATION-VENTE

A PARTIR DE

1169€

405016100

SCOOTERS
MATÉRIEL MOTOCULTURE
VÉHICULES SANS PERMIS

Bienvenues !
aux Bébé

Concessionnaire Peugeot IMF

Place du Marché PONT-DE-VAUX

03 85 30 33 84

www.lejsl.com

Photo non contractuelle

PRÊT A ROULER

SANS SUPPLÉMENT

n « Une expérience unique à vivre ». Photo Michel BUCHAILLARD

Retrouvez-les sur
www.lejsl.com
et commandez
votre pack spécial

De retour de Pologne, Marion et Jean Félix, deux jeunes de la paroisse
Notre-Dame-des-Coteaux, ont présenté dimanche à Lugny leur voyage et séjour
pendant les Journées mondiales de la jeunesse notamment l’ambiance de fête
qui régnait dans les rues de Cracovie. Devant un auditoire attentif et conquis, ils
ont fait revivre leurs moments. Photos et vidéos à l’appui, ils ont fait partager leur
vécu au cours de cette expérience unique.
71D - 1

MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE

ACTU PRÈS DE CHEZ VOUS

25

PARAY- LE-MONI A L PÂ TISSERIE

La Châtenoyenne Lucie Jacquot
brille avec son “P’tit Bourguignon”

n Au centre, Lucie Jacquot a terminé deuxième du concours national Goût et santé avec un gâteau original typiquement bourguignon. Photo DR

La pâtissière parodienne Lucie
Jacquot, originaire de Châtenoyle-Royal, habituée des concours,
décroche la 2e place du Prix national Goût et santé, à Paris. La
récompense d’une démarche qui
allie les saveurs, la qualité des
produits et une alimentation
saine.

C

e n’est pas facile de se lancer
dans un milieu encore fermé aux
femmes, surtout quand on est seule
et jeune. » Quand elle multiplie les
interviews parisiennes après un
nouveau trophée national, la Parodienne Lucie Jacquot n’oublie pas
ses débuts. « Il faut se battre quand
aux yeux des autres, on reste la
petite nana sans expérience. Ce
prix, c’est une récompense professionnelle et personnelle. »

Saine gourmandise
Lundi, l’artisan pâtissière a fait sensation au Prix Goût et santé, en
présentant un gâteau de sa création
qu’elle mûrissait depuis longtemps.
Là encore, la force de caractère de
cette créatrice de saveurs s’exprime.
Son gâteau le “P’tit bourguignon”
est un savant mélange de gourmandise et de nutrition saine. « Je veux
71D - 1

sortir de la fausse image de la pâtisserie lourde et grasse. On peut se
faire plaisir tout en mangeant sainement », insiste celle qui s’est déjà
illustrée avec un gâteau sans gluten.
Mêlant miel, pain d’épice et cassis,
son gâteau primé à Paris n’affiche
pas plus de 9 % au compteur des
matières grasses. « Je m’intéresse à
la nutrition car les clients sont demandeurs, certains ont des intolérances, d’autres veulent manger
plus léger… Mais la pâtisserie, ce
n’est pas que du gras et du sucré. On
a la chance en plus d’avoir de très

Le goût du défi
Native de Châtenoy-le-Royal,
Lucie Jacquot a ouvert sa boutique Les gourmandises de Lucie,
à Paray-le-Monial, en 2011. Titulaire d’un BEP pâtissier, et de
deux CAP chocolatier confiseur
et glacier, Lucie Jacquot s’est mis
au défi de participer régulièrement à des concours nationaux.
La Parodienne est lauréate du
prix “Artisanat-commerce” au
concours Talents de la création
d’entreprise. En 2014, elle remportait la 3e place du Prix Goût et
santé, puis la Tablette d’argent au
guide des croqueurs de chocolat.

} Je veux sortir de la fausse image
de la pâtisserie lourde et grasse. On peut
se faire plaisir en mangeant sainement. ~
Lucie Jacquot
bons produits locaux en Bourgogne. »
Taquinée par son mari qui lui vantait les bonbons de sa région natale,
Lucie Jacquot s’est lancé le défi de
créer une gourmandise représentative de la Bourgogne. Cela n’a pas

échappé au jury du Prix Goût et
santé, duquel elle avait déjà terminé
3e en 2014. « La prochaine fois, je
vise la première place », sourit la
jeune entrepreneuse, avide de nouveaux défis gourmands.

Charlotte Rebet

LE P’TIT BOURGUIGNON
n La recette
Lundi à Paris, Lucie Jacquot a présenté son “P’tit bourguignon” à la
finale nationale du Prix Goût et santé. « C’est un biscuit moelleux au
pain d’épice, avec de la mousse de cassis, et une crème de chiboust au
miel avec des grains de cassis », résume l’artisan-pâtissière
établie à Paray-le-Monial. Dans
sa création gourmande
qu’elle commercialise
depuis plus d’un an, la
pâtissière a voulu
allier des produits
typiquement bourguignons, en circuit
court, à une confection respectueuse de la
santé, pauvre en matières
grasses.
www.lejsl.com

MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE

FRANCE MONDE

26

FIN A NC E S

L A COUR DE S COMPTE S CRITIQUE DE S D ÉR A PAGE S

Collectivités : l’inflation
Personnel pléthorique, temps de
n La fin des remplacements
systématiques
travail inférieur à la durée réglementaire, fort absentéisme : la Cour
encore récemment, les coldes comptes épingle les collectivi- Jusqu’à
lectivités locales remplaçaient de matés territoriales et leur demande de nière quasiment systématique les défaire des économies sur les effecparts à la retraite. Dans son rapport
tifs pour participer au redressesur les finances publiques locales, la
Cour des comptes préconise d’arrêment des finances publiques.

L

e constat dressé par la Cour des
comptes est accablant. Les collectivités locales ont beaucoup d’efforts
à faire dans la gestion de leurs fonctionnaires. Entre 2002 et 2013, les effectifs de la fonction publique territoriale ont gonflé de 405 000 agents
supplémentaires, soit une hausse de
plus de 27 %. Les communes et les
intercommunalités ont été les plus
gourmandes en personnel. Elles ont
recruté 243 000 agents supplémentaires, alors qu’elles n’ont pas eu à
supporter de nouvelles compétences
transférées par l’État, contrairement
aux départements et aux régions.

n Un fonctionnaire sur trois
https://www.facebook.
com/lejsl

https://twitter.com/Lejsl

http://www.lejsl.com

L’inflation des effectifs s’est poursuivie en 2014. Les collectivités territoriales ont encore embauché plus de
30 000 agents supplémentaires, alors
que dans le même temps la fonction
publique d’État stabilisait ses effectifs. Aujourd’hui, les communes, les
intercommunalités, les départements et les régions emploient près
de deux millions d’agents, soit plus
d’un fonctionnaire sur trois. Entre 2008 et 2015, les dépenses de personnel des administrations publiques locales ont augmenté de
15,1 milliards d’euros, ce qui représente plus de la moitié de la hausse
des budgets des collectivités. Et correspond à quatre ans de hausse des
impôts locaux !

ter cette pratique. L’enjeu est important : de nombreux départs à la retraite sont programmés pour la décennie
à venir, car près de quatre agents territoriaux sur dix ont plus de 50 ans.

n En dessous des 35 heures
L’autre critique de la Cour des comptes porte sur le temps de travail des
fonctionnaires territoriaux. Ils travaillent en moyenne 1 562 heures par
an, moins que les 1 607 heures réglementaires. Cette durée n’est observée
que dans une collectivité sur cinq. La
Cour des comptes recommande de
sanctionner les administrations publiques locales qui sous-emploient
leur personnel en réduisant leurs dotations financières.

n Champions de l’absentéisme
La fonction publique territoriale
souffre d’un absentéisme plus élevé
que dans tous les autres secteurs d’activité. La proportion d’agents territoriaux absents au moins un jour au
cours d’une semaine pour congé maladie s’élève à 4,5 %, contre 2,9 %
dans la fonction publique d’État,
3,6 % dans le secteur privé et 4 % à
l’hôpital. L’instauration d’un jour de
carence en 2012 avait conduit à une
baisse du nombre d’arrêts maladie de
courte durée. Son abrogation en
2014 a provoqué l’effet inverse. Leur
nombre est reparti à la hausse. La
Cour des comptes suggère donc de
rétablir le jour de carence pour les

n Le temps de travail des agents territoriaux es

collectivité sur cinq s’aligne sur cette durée ré
fonctionnaires, une mesure que proposent aussi tous les candidats à la
primaire de la droite et du centre.
Au moment où on leur demande de
participer à l’effort de redressement
des finances publiques, les collectivités territoriales commencent à faire
des économies en matière de personnel. La Cour des comptes s’en félicite
et les invite à poursuivre l’effort.

Luc Chaillot

Didier Migaud Premier président de la Cour des comptes

« Réformer l’impôt local pour plus de transparence »
Quelles sont les marges de manœuvre des collectivités ?
Elles doivent maîtriser davantage l’augmentation des
dépenses locales. Il y a les dépenses de personnel, qui
concernent une part importante des dépenses de
fonctionnement. La politique de gestion des effectifs,
de la durée du travail, des avancements, peut être
regardée de plus près par les collectivités territoriales.
Et il y a aussi les dépenses de fonctionnement, les
achats, les mutualisations qui peuvent être faites
surtout au niveau de l’intercommunalité.
Y a-t-il un manque de transparence sur la fiscalité
locale ?
Ce que nous pouvons constater c’est la question des
valeurs locatives. C’est-à-dire ce sur quoi s’appuie
l’impôt, la taxe d’habitation et la taxe foncière sur le
bâti. Il y a des réformes en cours qui devraient
conduire à plus de transparence et d’équité. Et puis il y
a un autre sujet de transparence nécessaire, c’est toute
la question des compensations des exonérations qui
www.lejsl.com

sont décidées par l’État
et qui peuvent concerner des contribuables
locaux. Là, nous appelons à plus de transparence de la part de
l’État sur le calcul de
ces compensations
d’exonération d’impôts n Photo AFP
locaux.
Êtes-vous plutôt inquiet pour les finances locales
2016 ?
Nous sommes vigilants et prudents sur les évolutions
que nous constatons. Sur 2015, nous pouvons dire
des choses précises parce que les comptes sont arrêtés. Pour 2016, nous n’avons pas encore l’ensemble
des données. Nous serons en mesure de faire la
photographie de 2016 seulement dans le courant de
l’année prochaine.

Recueilli par Luc Chaillot

LE FAIT DU JOUR 27

de fonctionnaires coûte très cher
Les finances des collectivités locales
Évolution
Dotations financières
de l’État

Dépenses
Recettes

Épargne brute
des collectivités locales

en Milliards d’euros

en %

en Milliards d’euros

58,11

53,18

2,96

32,13

3
40

1,65

2
1

1,96

20

20

-0,94

0

10

-1

0
2012

13

14

2015

27,99

30

0
2012 2013 2014 2015

2011 12

13

14 2015

Source : Cour des comptes

Impôts locaux : facture salée… chaque année

est très souvent inférieur à la durée réglementaire. Seulement une
églementaire. Photo Julio Pelaez

REPÈRES
n Des congés annuels

qui dépassent la norme
Une grande partie des
103 collectivités locales
contrôlées par les Chambres régionales des comptes octroient un nombre de
jours de congés annuels
supérieur à la norme réglementaire, comme dans les
communes de Vannes (33
jours) et d’Alès (32 jours). À
Narbonne, 9 jours supplémentaires liés aux coutumes locales sont offerts aux
agents. Dans les services du
département des Deux-Sèvres, les agents ont droit à
une semaine d’absence
exceptionnelle, appelée
« la semaine du président ».
n Les comptes vont

un peu mieux
La situation financière des
collectivités locales s’est
globalement améliorée en
2015, malgré une baisse
plus élevée des dotations de
l’État. C’est ce que montre
le rapport sur les finances
publiques locales rendu
public hier par la Cour des
comptes. Les collectivités
territoriales s’en sont plutôt
bien sorties grâce à la fisca-

lité transférée par l’État et à
des recettes des impôts
locaux en hausse. Leurs
dépenses de fonctionnement se sont ralenties,
notamment à la suite d’une
baisse de la progression des
dépenses de personnel. Ces
bons résultats cachent des
disparités importantes. La
situation financière des
communes et des intercommunalités est la plus favorable. Les départements
confrontés à une forte
croissance de leurs dépenses sociales ont seulement
pu freiner l’érosion de leur
épargne. Les régions sont
dans une situation financière encore plus difficile, mais
elles ont poursuivi leurs
investissements à un rythme soutenu. Les collectivités doivent continuer à se
serrer la ceinture. La Cour
des comptes prévoit pour
2016 « une contrainte
financière plus forte » à
cause d’un ralentissement
de la progression des recettes fiscales de même ampleur que la baisse des
transferts financiers de
l’État.

En constatant que les finances locales vont mieux, la
Cour des comptes n’oublie
pas de remercier… les contribuables. En 2015, les Français ont subi la plus forte
hausse des impôts locaux depuis la réforme de la fiscalité
des collectivités en 2011. Ils
ont ainsi apporté 5,9 milliards d’euros supplémentaires aux collectivités locales.
Les élus ont mis cette hausse
sur le compte de la baisse des
dotations de l’État. Elle est
c h i f f r é e a u j o u r d’ h u i à
3,67 milliards d’euros. Le prétexte a donc servi à renflouer
quelques caisses ou financer
des investissements.

Dix ans de hausse
Sur la masse des impôts locaux payés au niveau national, cela représente une
moyenne de +1,8 % en plus
de l’inflation systématiquement appliquée sur la base de
calcul. En 2016, la hausse devrait être légèrement supérieure car les départements
ont procédé à des augmentations plus fortes (+5,3 % en
moyenne). Compte tenu de la
diversité des taux et des bases
selon les communes, départements et régions, cela représentait en 2015 un effort supplémentaire de 3 à 82 euros
par ménage sur la taxe d’habitation, et de 6 à 147 euros sur
la taxe foncière des propriétaires. S’y ajoute une hausse
des droits de mutation sur les
transactions immobilières à

+ + + + + + + + + + + + + + + + + + + + +
+
+ + + + +des
+ + + + +locaux
+ + + + +2005
+ + + + + +
La
+ +hausse
+ + + + +impôts
+ + + + + + +de
+ + + +à +2015
+ +
Hausse des taux hors inflation

Taxe
foncière

+ 28,9%

Taxe
d’habitation

+ 20,3%

Hausse
globale
Inflation

+ 23,88%
+ 16,3%

Valeurs
locatives
(servant au calcul)
Hausse
des salaires

+18,2%
+21,2%
Le Républicain Lorrain

peu près du même ordre
(1,89 %). Ces augmentations
d’impôts locaux participent
largement au ras-le-bol fiscal : d’une part, elles concernent 81 % des foyers pour la
taxe d’habitation contre
48,5 % pour l’impôt sur le revenu. D’autre part, elles s’inscrivent sur la durée. Sur les
dix années qui ont précédé
(2005-2014), la progression
des taux s’est élevée à 19 %
pour la taxe foncière et 23 %
pour les taxes foncières. Et
celle des bases de calcul (valeurs locatives) a progressé
sur la période de 17,5 % soit
davantage que l’inflation
(15,8 %). Le cumul des deux
dépasse largement la progres-

sion du revenu des Français
(21 %) sur la même période.

Explosion en 2018
En 2016 et 2017, les progressions devraient rester du même ordre. L’année à redouter,
c’est 2018. Le calcul des valeurs locatives qui datent de
1970 est en effet en cours de
révision. Des logements anciens rénovés, ou situés dans
un quartier qui s’est valorisé,
risquent de voir leurs taxes
bondir. Une aubaine pour les
élus des villes et départements concernés : cette année-là, ils n’auront pas besoin
d’augmenter les taux pour bénéficier de recettes supplémentaires.
SAO - 1

LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016

28 ACTU MONDE
C ORÉE D U S UD

T ÉL ÉPHONIE

Samsung, la mauvaise passe
REPÈRES

Les déboires de sa « phablette »
pourraient coûter des milliards au
géant sud-coréen. Un coup dur
dans un marché des smartphones
particulièrement concurrentiel.

S

ur une table, près des burgers, un
smartphone fume. Une employée
d’une chaîne de restauration s’approche, gants à la main. Avec toutes les
peines du monde, elle parvient à mettre hors d’état de nuire le Galaxy Note
7 brûlant, tout près d’exploser. Cette
vidéo, mise en ligne ce week-end, a été
tournée près de Séoul. Le cas n’est pas
isolé.
De nombreux utilisateurs ont vu leur
Galaxy Note 7 exploser pendant son
chargement, à cause de sa batterie en
lithium. Les déboires de cette « phablette » - à mi-chemin entre téléphone
et tablette - auront réussi à ternir durablement la réputation de Samsung.
Hier, le géant sud-coréen a décidé de
mettre un terme à la production de ce
qui devait être son smartphone-phare.
En France, le produit, commercialisé
859 euros, n’a été vendu qu’en prévente. Mais Samsung est une marque bien
connue des consommateurs : elle
truste 31 % du marché hexagonal.

Précipitation malheureuse
Cette décision met fin à une séquence
catastrophique qui aura duré un mois.
Le 2 septembre, Samsung avait déjà effectué un rappel planétaire de 2,5 millions exemplaires du Note 7, ce qui
semblait initialement avoir limité la
casse. Sauf que les produits de remplacement n’étaient pas plus fiables.
L’entreprise a donc demandé à ses partenaires de cesser de vendre les appareils, avant de prier les utilisateurs
d’éteindre leurs appareils. Pour une

DIPLOMATIE

n Cet échec survient alors que le groupe, vit une crise de succession.
Kun-Hee, le patron, est alité depuis deux ans. Photo AFP

marque qui a bâti son image sur la fiabilité et l’innovation, c’est une Bérézina.

9 milliards de préjudice ?
Sans doute Samsung a-t-il été trop vite.
Le Galaxy Note 7 devait chasser sur les
plates-bandes des prestigieux iPhones.
L’appareil avait été lancé par anticipation en août. Le Sud-coréen voulait
ainsi damer le pion à Apple qui ne cesse d’entretenir le suspense autour de
son iPhone 7. Greg Roh, analyste chez
HMC Investment Securities pense
que Samsung voulait s’assurer que son
téléphone domine le marché avant le
lancement du concurrent.
Le retour de bâton s’annonce douloureux : « L’affaire du Note 7 se fera ressentir sur le prochain modèle de smartphone de Samsung. Globalement, les
dégâts en termes d’image seront inévitables et Samsung aura fort à faire pour
renverser la tendance ».

Les analystes estiment que le rappel
pourrait finir par coûter à Samsung
9 milliards d’euros. Hier, le titre Samsung avait déjà perdu de 8 %. Soit une
perte de capitalisation de 11,8 milliards d’euros. Certes, le groupe aux activités multiples est solide. Mais Samsung Electronics (division
technologie) est le vaisseau-amiral du
chaebol (groupe industriel, en Corée).
Outre ces pertes immédiates, l’image
de marque globale du Sud-coréen
pourrait être impactée à long terme, ce
qui est autrement plus dommageable.
Si le marché des smartphones reste
prometteur – les Français et les Américains y passent plus de temps que devant leur télé – il tend à arriver à maturité (« seulement » +4,5 % en 2015) et
demeure très concurrentiel. Rien n’indique donc que ce revers de Samsung
n’hypothéquera pas sa place de numéro 1 mondial du secteur.

Des marques en difficulté
n Nokia
Le fabricant finlandais Nokia fut,
jusqu’en 2011, leader mondial sur
le marché des mobiles. Sa branche
« téléphonie » a été cédée officiellement en 2014 à Microsoft pour
3,79 milliards d’euros (+ 1,65 milliard de licences). Le géant du
logiciel s’en est à son tour débarrassé en mai 2016 pour « seulement » 315 millions d’euros.
n BlackBerry
Le constructeur canadien a annoncé en septembre la fin de sa
division mobile, qui ne produira
plus aucun smartphone.
n Motorola
L’une des marques mythiques du
secteur des mobiles va disparaître
du marché. Le constructeur chinois Lenovo, qui l’a rachetée à
Google en 2014 pour 2,6 milliards
d’euros, a décidé de l’arrêter cette
année.
n Sagem
Le fabricant français était leader
sur le marché français en 2004. La
branche Sagem Mobiles a été
rachetée en 2008 par Sofinnova
partners, une société de capitalrisque. Sagem Wireless a fait
faillite en 2011, MobiWire l’a
rachetée mais ne fait plus que de la
sous-traitance.

20 %

C’est la part des
activités de Samsung dans le PIB
de la Corée du Sud. Le conglomérat y emploie 90 000 personnes.

CONFLIT
SOCIÉTÉ

Poutine annule sa venue à Paris

Une fille de moins de 15 ans
mariée toutes les 7 secondes

Après plusieurs jours d’hésitations à propos de la visite en
France de Vladimir Poutine,
l’Élysée a fait savoir hier
qu’une réunion de travail avec
le président russe était possible sur la Syrie, à l’exclusion de
tout autre événement officiel
pour François Hollande.
Vladimir Poutine a décidé
d’annuler ce déplacement prévu pour le 19 octobre, mais reste « disposé à se rendre en visite à Paris lorsque le président
Hollande se sentira à l’aise »
pour le rencontrer, a déclaré à
Moscou le porte-parole du
Kremlin Dmitri Peskov.
Ce raté diplomatique intervient à un moment où, après
une accalmie relative ce weekend, des avions russes ont de

Selon un rapport de l’ONG « Save the children »
publié hier à l’occasion de la « Journée de la fille »,
une mineure de moins de 15 ans est mariée toutes
les sept secondes dans le monde. C’est en Inde que
le taux de filles mariées est le plus élevé au monde :
47 % d’entre elles sont mariées avant leurs 18 ans,
ce qui concerne 24,6 millions de personnes. Les
filles touchées par des guerres, comme en Syrie ou
au Liban, sont plus susceptibles de se marier enfant.

www.lejsl.com

nouveau procédé à d’intenses
bombardements sur des quartiers rebelles d’Alep, selon
l’Observatoire syrien des
droits de l’Homme (OSDH).
L’armée syrienne a déclenché
le 22 septembre une offensive
d’envergure sur la deuxième
ville de Syrie dans l’espoir de
reconquérir les quartiers contrôlés par la rébellion depuis
2012 et assiégés depuis plusieurs mois.
« Les principales victimes
sont les populations civiles,
celles qui vivent sous les bombardements, meurent sous les
bombardements », a déploré
hier François Hollande devant l’assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe à
Strasbourg.

n Vladimir Poutine. Photo AFP

Prévue de longue date, la visite
à Paris de Vladimir Poutine
était destinée à l’origine à inaugurer un centre spirituel et culturel orthodoxe russe, qui
abrite notamment une grande
cathédrale aux bulbes dorés,
en plein cœur de la capitale
française.

POLOGNE

Varsovie préfère les hélicoptères
américains aux français
La Pologne a annoncé hier l’achat d’au moins 21 hélicoptères américains Black Hawk, après avoir abandonné des négociations sur les 50 hélicoptères
Caracal d’Airbus, avionneur européen dont le PDG a
estimé « avoir été mené en bateau pendant des
mois ». Une lettre, signée par le PDG d’Airbus Helicopters Guillaume Faury, a été envoyée à la Première
ministre Beata Szydlo.
SAO - 1

MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE

ACTU FRANCE
S OC I É TÉ

TRANSPORT

PER SON NES Â GÉES

Le facteur fera la tournée des seniors
La Poste va lancer une
offre répondant aux problématiques du vieillissement
de la population, en faisant
du facteur un visiteur régulier des personnes âgées,
isolées ou handicapées.

n Comment ça marche ?
Il existera trois formules : 2, 4
ou 6 visites effectuées par semaine. À chaque fois, un
compte-rendu sera adressé
par SMS à la personne ayant
souscrit l’abonnement, dans
lequel pourront être remontées les demandes éventuelles
de la personne visitée. Les
deux visites par semaine seront facturées 55 euros par
mois. Pour le pack six visites,
soit une par jour, sauf le dimanche, il faudra débourser
135 euros par mois. Toutefois,

DÉFENSE

TR AVA IL

Au travail, on meurt…
d’accidents de la route
Les chiffres « font froid dans le dos », dixit Myriam El Khomri, ministre du Travail. En 2015,
483 Français sont décédés dans un accident de
la route dans le cadre professionnel (ou du trajet
domicile travail). 4 520 ont été hospitalisés. Téléphone au volant, conduite après un déjeuner
arrosé, excès de vitesse… Les accidents de la
route sont la cause de 50 % des décès au travail.
En septembre, 335 personnes ont perdu la vie
sur les routes de France, 78 de plus que lors du
même mois en 2015. 14 % des victimes de la
route se déplaçaient dans le cadre professionnel.

L

a nouvelle stratégie de La
Poste ne fait pas un pli : elle
souhaite devenir la plus grande entreprise de services de
proximité humaine.
Le groupe vient de prendre
une participation majoritaire
dans le groupe Axeo Services,
acteur des services à la personne, dans le but de lancer une
nouvelle offre répondant aux
conséquences du vieillissement de la population :
« Veiller sur mes parents ».
Bientôt, familles et proches de
personnes âgées ou handicapées vivant seules à leur domicile pourront souscrire à un
abonnement qui donnera
droit à une visite régulière du
facteur, dans le cadre de sa
tournée de courriers, pour
s’assurer que tout va bien.

29

n Aujourd’hui, 73 000 facteurs sillonnent la France, six
jours sur sept. Photo d’illustration Flickr/Jean-Louis Zimmermann

les services à la personne bénéficiant d’une réduction d’impôts de 50 %, ces formules ne
coûteront en réalité que
27,50 euros et 67,50 euros aux
clients. De plus, un service de
télé-assistance leur sera proposé.

n Un vrai lien social
Avec cette nouvelle corde à
son arc, La Poste entend renforcer sa présence au domicile
des seniors afin de répondre à
un besoin et confirmer l’incarnation de ce lien social que,
parfois, le passage du facteur
est le seul à illustrer dans la
journée. Si l’on en croit les chiffres, les agents ont en tout cas
hâte d’enrichir leur tournée :
27 000 des 73 000 facteurs
sillonnant l’Hexagone se sont
inscrits à la formation qu’ils
devront suivre afin d’être habilités à l’exercice de cette nouvelle mission.
Auparavant, ils ont été mis à
contribution via le service de
portage de médicaments, de
courses, l’installation de la

TNT en avril, les visites lors de
la canicule l’été dernier…

n Facteurs à tout faire ?
Vont-ils pour autant devenir
des « facteurs à tout faire » afin
de pallier la baisse inexorable
de l’activité courrier ? Les volumes de lettres et de colis ont
fondu d’un tiers en moins de
10 ans. Face à cette érosion, il
est impératif de trouver de
nouveaux métiers aux agents.
« Avec le vieillissement de la
population, les services aux
personnes âgées peuvent devenir une fonction essentielle
et un des piliers de la future
Poste » précise le PDG.
Si la stratégie séduit, des doutes subsistent quant à la rentabilité réelle de ces nouveaux
services. Réussiront-ils à combler les 500 millions d’euros
perdus chaque année dans la
chute de l’activité courrier ?
La Poste y croit : de 20 millions
d’euros de chiffre d’affaires sur
ces services en 2015, elle vise
dix fois plus en 2020.

V.M.M.

Les entreprises s’investissent
21 chefs d’entreprise ont répondu hier à l’appel
de Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur.
Ces dirigeants, qui représentent à eux seuls
1,1 million de salariés, ont pris sept engagements. D’abord, la sobriété au volant. Zéro alcool dans l’entreprise y compris pour l’accueil de
clients.
Par ailleurs, sept travailleurs sur dix reconnaissent dépasser la limitation de vitesse pour être à
l’heure à un rendez-vous, ou téléphoner en conduisant.. Le plus délicat reste sans doute l’utilisation du téléphone au volant. Les sociétés signataires s’engagent aussi à ne plus « couvrir »
leurs salariés en cas d’infraction. Que ce soit
pour les amendes ou les retraits de points. Cette
disposition, bientôt étudiée à l’assemblée, devrait devenir une loi applicable à tous. Pour le
moment, les entreprises font payer les amendes
mais ne signalent pas les conducteurs des véhicules dont elles ont la charge.

V. A.

n 14 % des victimes de la route se déplacent
dans le cadre professionnel. Photo Julio Pelaez

RÉSERVE

À quoi ressemblera la Garde nationale ?
Après l’attentat de Nice,
François Hollande avait annoncé la création d’une garde nationale pour assister la
police, la gendarmerie et l’armée dans leur mission de
protection du territoire. Ses
contours sont présentés
aujourd’hui en conseil des
ministres.

est de passer à un effectif de
85 000 personnes en 2018,
soit 9 250 déployés chaque
jour, contre 5 500 depuis l’attentat de Nice. Un budget de
100 millions d’euros en 2017
sera consacré à l’intégration
des nouveaux candidats.

n C’est quoi ?

Être réserviste est possible
de 17 à 40 ans. Les réservistes doivent suivre une formation d’au moins 28 jours
avant de se voir confier une
mission.

La garde nationale rassemble les réservistes de l’armée,
de la police et de la gendarmerie. Ces réserves opérationnelles comptent aujourd’hui 63 000 volontaires.
L’objectif du gouvernement
SAO - 1

n Qui peut participer ?

n Quelles missions ?
Ils viennent compléter les

forces de l’ordre et de l’armée. Leurs missions sont variées : sécuriser un marché
de Noël, participer à la protection des grands rassemblements, servir sur les bases
de l’armée ou dans les Étatmajors… Ils sont en revanche peu nombreux dans le
dispositif Sentinelle qui protège les points sensibles du
territoire (un pic de 800 par
jour a été atteint en août).

n Quelles aides ?
Le gouvernement financera
1 000 euros du permis de
conduire pour les moins de
25 ans ayant totalisé 50 jours

d’engagement et à qui il restera deux ans à servir. Les
étudiants de moins de
25 ans, s’engageant à servir
37 jours par an, pour une durée de cinq ans, recevront
une allocation de 100 euros
par mois. Une prime de fidélité de 250 euros sera versée
aux réservistes qui prolongeront leur contrat.
Une réduction d’impôts de
60 % sera offerte aux entreprises qui continuent de verser tout ou partie de leur salaire à leurs employés
pendant la période de réserve.

É.B.

n Les réserves comptent
63 000 volontaires. Photo
Julio Pelaez
www.lejsl.com

LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016

30 ACTU FRANCE
ALIM E N TAT ION

SOINS

É TU DE

Des résidus de pesticides
dans des müeslis aux fruits
L’ONG Générations Futures a
testé une vingtaine de müeslis vendus en supermarché.
Conclusion : les produits non
bio contiennent des substances susceptibles de perturber le système hormonal.

J

ugées trop sucrées, les céréales préférées des enfants
au petit-déjeuner n’avaient déjà pas bonne réputation. Le
müesli (mélange de céréales et
fruits secs), davantage privilégié par les adultes, est à son
tour la cible de critiques. Les
produits à base de fruits secs
non bio contiendraient des résidus de pesticides. C’est en
tout cas la conclusion de l’Organisation non gouvernementale Générations Futures qui a
testé quinze échantillons non
bio et cinq bio, de supermarchés. Les produits appartiennent à des marques connues
(Kellogg’s, Nestlé, Jordans…)
ou de distributeurs (Auchan,
Leclerc, Carrefour…).
« Dans les 15 échantillons non
bio testés, 141 résidus ont été
retrouvés au total, dont 70 ont
pu être quantifiés », précise
l’association spécialisée dans
les risques sanitaires et environnementaux liés aux pesticides. Aucun résidu n’a en revanche été trouvé dans les
cinq échantillons bio analysés.
Les müeslis mis en cause contiennent une moyenne de
9,4 résidus de pesticides (avec
une variation de 14 à 6), dont

S ANTÉ

n 141 résidus de pesticides ont été retrouvés dans des
müeslis non bio. Photo Julio Pelaez

5,4 suspectés d’être des perturbateurs endocriniens (PE).
Les PE sont des substances
chimiques présentes dans de
nombreux produits du quotidien qui perturbent le système
hormonal et peuvent générer
anomalies et maladies : fertilité humaine diminuée, diabète
en hausse, système immunitaire et fonction respiratoire chez
l’enfant affecté.

« Les gens ne vont pas
être empoisonnés »
Point commun à tous les
échantillons non bio analysés ? La présence de pyriméthanil, un fongicide utilisé en
viticulture et « classé cancérigène possible » aux ÉtatsUnis.
Cependant, pour une consommation de 50 à 100 grammes

par jour de produit, « aucune
dose journalière admissible »
(1) ne semble être dépassée,
tempère Générations Futures.
« Les gens ne vont pas être empoisonnés », précise son porteparole François Veillerette.
Mais l’ingestion quotidienne
de ces petites doses et « la contamination par d’autres perturbateurs endocriniens qu’on
va trouver dans les plastiques,
les cosmétiques, les ignifugeants etc., vont jour après
jour exposer notre organisme
à des cocktails, dont on sait
qu’ils peuvent avoir des effets
sur les organismes les plus sensibles ».
> 1- La dose journalière admissible
est la quantité de substance
chimique que l’on peut ingérer par
jour, au cours de sa vie, sans risque
appréciable pour sa santé.

E NQU Ê T E

Faire du sport quand
on a un cancer
Faire du sport est bénéfique pour les patients
atteints de cancer, mais mettre en pratique cette
recommandation est souvent difficile, faute
d’information sur les pratiques adaptées aux
malades. C’est la conclusion d’une enquête réalisée auprès de 1 554 patients et 894 soignants
par la Cami Sport et Cancer et Amgen.
Seuls 55 % des patients interrogés savent qu’il
existe un programme d’activité adapté près de
chez eux, et côté soignants plus de la moitié des
répondants reconnaissent méconnaître les recommandations en matière d’activité physique
en oncologie. Pourtant, depuis 2011, le sport est
reconnu comme une « thérapeutique non médicamenteuse » par la Haute autorité de santé.
Selon des études scientifiques, la pratique sportive réduirait de 23 % la fatigue associée au cancer, limiterait les effets secondaires des traitements et les risques de rechute. Pour être
efficace, l’activité physique doit être régulière et
soutenue (au moins 150 minutes par semaine)
et pratiquée avec assiduité (les effets positifs ne
s’appliquant qu’au bout d’un an). Un rythme
pas toujours évident à tenir : la fatigue est le
principal frein pour 51 % des malades qui ne
font pas de sport.
La loi de Santé, votée l’an dernier par le Parlement, autorise désormais les médecins à prescrire une activité sportive adaptée à la pathologie, aux capacités physiques et au risque
médical du patient dans le cadre du parcours de
soins des malades atteints d’une affection de
longue durée (ALD).

E.B.
NUTRITION

235 000 signatures pour
un étiquetage « neutre »
La députée européenne Michèle Rivasi (EELV)
a remis hier au ministère de la Santé une
pétition, lancée en décembre dernier, rassemblant 235 000 signatures pour réclamer l’affichage sur les aliments du système d’étiquetage nutritionnel dit « cinq couleurs », jugé le
plus « neutre » et le plus « intelligible ».

RAPPORT

« La fibromyalgie doit être reconnue comme une maladie »
La fibromyalgie touche 1,2
à 2 millions de personnes
en France, et se caractérise
par des douleurs diffuses
dans tout le corps. Entretien avec Patrice Carvalho,
député communiste de
l’Oise, rapporteur de la
commission d’enquête.
Qu’est-ce que la fibromyalgie ?
C’est une maladie très particulière qui se caractérise par
des douleurs très fortes dans
tout le corps. Il s’agit d’une
pathologie très difficile à cerner, et qui suscite des réactions diverses chez les médecins, véritable maladie pour
les uns, elle est considérée
comme psychosomatique
www.lejsl.com

par d’autres.
Pourquoi une commission
d’enquête sur cette pathologie ?
Nous avons été interpellés
par les associations de malades qui se trouvent dans une
errance thérapeutique car
les médecins sont mal formés sur la fibromyalgie. Une
de mes amies a été de rendezvous en rendez-vous avant
qu’un diagnostic soit posé
sur ses douleurs.
Les députés ont donc décidé
à l’unanimité de créer une
commission d’enquête pour
mieux comprendre cette maladie, et inciter les pouvoirs
publics à modifier leur approche.

Que recommande la commission d’enquête dont
vous êtes le rapporteur et
qui rend aujourd’hui ses
conclusions ?
La fibromyalgie doit être reconnue comme une maladie
par les autorités de santé
françaises. Elle est reconnue
comme maladie par l’Organisation mondiale de la Santé depuis 1992. En France, elle est considérée comme un
syndrome et pas comme une
maladie.
Par ailleurs, il faut accentuer
l’effort de recherche sur la fibromyalgie. Enfin, il est nécessaire de proposer une
meilleure formation aux médecins, initiale et continue,

sur ces questions. Et proposer un vrai parcours de soins
aux malades dans les centres
de traitement de la douleur.
On ne meurt pas de la fibromyalgie, mais elle cause
beaucoup de souffrances.
Que changerait concrètement une reconnaissance
de la fibromyalgie ?
Elle offrirait la possibilité aux
malades atteints des formes
les plus sévères d’être reconnus comme souffrant d’une
affection de longue durée
(ALD). Ils bénéficieraient
ainsi d’une prise en charge
par l’Assurance maladie.
La reconnaissance comme
maladie ouvrirait aussi la
voie au financement de la re-

n Patrice Carvalho.
Photo F. Sejourne

cherche pour mieux comprendre le fonctionnement
de cette pathologie.

Recueilli par Élodie Bécu
SAO - 1

MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE

ACTU FRANCE
S ÉC U RIT É

JUSTICE

A PR ÈS L’AGRES SION DE S AM E DI

Policiers attaqués : la solidarité
et des moyens en plus
Les policiers manifestaient
hier dans plusieurs villes de
France, après l’agression de
quatre de leurs collègues
samedi à Viry-Châtillon,
tandis que le gouvernement
a promis de déployer de
nouveaux moyens.

Nombre de blessés

10
6

7

11

12 388

11 126
10 000

7

6

6 753*
6 000
2 000

L

es policiers sont sur le pied
de guerre, quelques jours
après l’attaque qui a visé et
blessé quatre de leurs collègues samedi à Viry-Châtillon
dans l’Essonne.
Hier, ils étaient des centaines
rassemblés en silence devant
les commissariats de France, à
l’appel de nombreux syndicats
de gardiens de la paix et d’officiers, pour rendre hommage à
leurs collègues et réclamer
plus de moyens et de fermeté.
Une centaine de fonctionnaires étaient réunis à Évry, à
moins de 20 kilomètres de Viry-Châtillon. « Nous exigeons
une tolérance zéro pour les actes de délinquance sur des policiers », a déclaré le secrétaire
général adjoint d’Unité SGPPolice FO, Daniel Chomette,
qui a fustigé la réduction du
nombre de policiers sous le
précédent gouvernement de
droite. À Toulouse, où les policiers étaient 150 devant l’hôtel
de police, certains ont demandé l’élargissement de la légitime défense. Une centaine de
policiers étaient mobilisés à
Rennes, idem à Rouen et Orléans. Ils étaient une trentaine
à Marseille et une soixantaine
à Lyon. Les organisations syndicales Alliance et Synergie
avaient appelé à une « grève
du zèle » consistant à ne traiter

2010 2011 2012 2013 2014 2015

Arme
Autre
Trajet

Fortuit
Circulation

Sources : ONDRP, DGPN

2010 11

12

13

15 2016

En service
durant les heures de service
ou sur le trajet domicile-travail
* Total au 1er juillet

rie Pécresse (LR), a annoncé
une enveloppe de
22 000 euros en équipements
de sécurité pour la police municipale locale de Viry-Châtillon.

Des caméras mobiles
en temps réel

Selon la direction générale de
la police nationale, sur les six
premiers mois de 2016, 3 267
policiers ont été blessés en mission, 3 486 en service. Une tendance à la hausse par rapport à
2015. Selon une étude de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) publiée hier,
près de 12 388 policiers ont été
blessés en mission ou en service l’année dernière.
L’adjoint de sécurité de 28 ans,
très grièvement brûlé lors de
l’attaque de samedi, opéré des
mains dans l’après-midi de
lundi, était toujours sous coma
artificiel avec un état stabilisé
lundi soir.

Les tenues des forces de l’ordre vont être rendues résistantes au feu. Le Premier ministre
a aussi évoqué la possibilité
d’utiliser des caméras mobiles,
plus seulement a posteriori,
mais en temps réel , afin « de visualiser à distance les circonstances d’une intervention et
les moyens à déployer en renfort le cas échéant ». Manuel
Valls a souligné l’effort supplémentaire pris en faveur des
crédits immobiliers de la police, qui vont augmenter de
15 % comme prévu dans le
budget 2017. La présidente de
la région Île-de-France, Valé-

14

En mission
lors d’opérations de police

que les affaires urgentes.
Ces appels auront-ils été entendus ? Hier, le Premier ministre Manuel Valls a annoncé
que les voitures de police en
zones sensibles vont être équipées de dispositifs anti-caillassage, voire de blindages.

FOOTBALL

Sextape de Valbuena :
Cissé re-mis en cause

Policiers tués et blessés en activité
Nombre de tués

31

Plus de 12 000 policiers
blessés en 2015

Énième rebondissement dans l’affaire de la
sex-tape du footballeur Mathieu Valbuena. Le
parquet de Versailles a réclamé cet été la mise
en examen de Djibril Cissé dans cette affaire de
tentative de chantage, après avoir estimé que
des charges contre l’ex-footballeur existaient.
La demande de mise en examen de Cissé pour
complicité de tentative de chantage, formulée
le 4 août, a été refusée une première fois le
23 août par le juge d’instruction chargé de l’affaire, mais le parquet a fait appel de ce refus.
Cette demande doit être à nouveau examinée
vendredi par la chambre de l’instruction de la
cour d’appel de Versailles. Cinq personnes
sont déjà mises en examen dans ce dossier,
dont le footballeur Karim Benzema.

Djibril Cissé déjà entendu en 2015
Djibril Cissé avait été placé une douzaine
d’heures en garde à vue le 13 octobre 2015
dans les locaux de la police judiciaire de Versailles. Quatre mois plus tôt, Mathieu Valbuena avait reçu un appel d’un inconnu lui affirmant détenir une vidéo intime le concernant.
Le maître-chanteur proposait au footballeur
de trouver un arrangement, sans évoquer le
montant à payer, conduisant Valbuena à déposer plainte.
L’enquête avait alors déterminé que Cissé était
un proche des maîtres chanteurs présumés et
qu’il avait prévenu Valbuena un mois plus tôt
de « murmures » concernant la circulation
d’une vidéo. Les policiers avaient toutefois été
convaincus de sa bonne foi : il était finalement
ressorti libre, sans aucune charge et sans être
présenté au juge d’instruction.

n Djibril Cissé avait déjà été placé en
garde à vue en 2015. Photo AFP

L’ESSENTIEL
BÉZIERS

«Ça y est ils arrivent...»:
des affiches anti-migrants
Des affiches représentant des hommes barbus présentés comme des
migrants qui «arrivent» dans le «centre-ville» de Béziers ont été placardées mardi par la mairie de Béziers
(Hérault) dirigée par Robert Ménard,
proche du FN, et aussitôt signalées à
la justice par le gouvernement et SOS
Racisme.
Sur les affiches, on peut lire: «Ça y est
ils arrivent... Les migrants dans notre
centre-ville.» La photo, représentant
des hommes de dos devant la cathédrale de la ville, est surmontée de la
phrase: «L’État nous les impose».
La délégation interministérielle à la
lutte contre le racisme et l’antisémitisme (Dilcra) a saisi le procureur de la
SAO - 2

République de Béziers devant «ce qui
constitue une provocation à la haine»,
a-t-elle annoncé mardi soir dans un
communiqué.
«Dans la période que nous connaissons, les ciblages répétés de personnes ou de groupes à raison de leur
origine ou de leur croyance, ne saurait

être acceptée. Elle est d’autant plus
grave lorsqu’elle est le fait d’un élu de
la République», souligne la Dilcra.
Vendredi, Robert Ménard s’était insurgé contre l’ouverture d’un nouveau
centre d’accueil pour demandeurs
d’asile à Béziers. «Faire cela alors que
la municipalité travaille depuis deux

RELIGION

Voile intégral : plus de 1 600 verbalisations
en six ans depuis l’interdiction
Plus de 1 600 verbalisations ont été effectuées depuis la mise en
application de la loi interdisant le voile intégral qui fête ses six ans hier, a
annoncé le ministère de l’Intérieur. « Entre avril 2011 et le 31 mars 2016,
les services de police ont procédé à 1 726 contrôles qui ont donné lieu à
1 644 verbalisations et 82 avertissements », a dit le porte-parole de la
place Beauvau, Pierre-Henry Brandet.

ans pour redynamiser son centre-ville,
c’est un véritable coup de couteau
dans le dos des Biterrois».
PARIS

Plus de 150 000 euros
volés à une Taïwanaise
Shaw-Lan Wang, femme d’affaires
taïwanaise, milliardaire, actionnaire
principale de la maison Lanvin,
75 ans, a été victime, au lendemain du
braquage de Kim Kardashian, d’un vol
de bijoux à son domicile parisien du
XVIe arrondissement. Le préjudice est
estimé entre 150 000 et 200 00 euros.
Deux hommes se sont introduits dans
l’appartement en plein après-midi, et
ont dérobé des bijoux, téléphones et
divers articles de luxe, ainsi qu’une
bague au doigt de la victime, qui
dormait.
www.lejsl.com

LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016

32 ACTU ZAPPING
EN IMAGE

Des avions biplan vintage reprennent du service en Afrique du Sud
Une douzaine d’avions biplan des années 1920 et 1930 vont décoller le 12 novembre de Crète pour rejoindre l’Afrique du Sud après un périple « vintage »
de 12 870 kilomètres. Les pilotes de ces appareils pourvus de deux ailes portantes superposées vont longer le Nil du Caire à Khartoum, saluer le
Kilimandjaro, survoler les chutes Victoria avant d’atterrir au Cap le 17 décembre. Photo AFP

MÉDIA S

A N NI V E R S A IR E

De grosses têtes réunies
pour les 50 ans de RTL

n Fabrice, Nagui, Stéphane Bern, Christopher Baldelli,
Michel Drucker et Julien Courbet, hier. Photo Lewis Joly/SIPA/RTL

Hier, la grande famille RTL
s’est reformée dans le Grand
Studio pour célébrer les 50 ans
de la première radio de France, autour de Stéphane Bern et
Julien Courbet. « Il n’y avait
pas d’endroit plus symbolique
que celui-ci pour fêter un tel
anniversaire », a lancé Julien
Courbet, animateur sur RTL
depuis 1998. Ce 11 octobre
1966, il y a cinquante ans jour
pour jour, Radio Luxembourg
était rebaptisée RTL à l’initiative de son P-dg Jean Prouvost.
Il est 9 h 15, Nagui sort de l’ascenseur. L’animateur s’empresse d’aller saluer certains
www.lejsl.com

techniciens avec lesquels il a
travaillé entre 1988 et 2006.
Dans le studio, Michel Drucker confie : « j’ai tout appris
ici ». À son arrivée, Philippe
Bouvard, 86 ans, est acclamé
par le public venu assister à
l’émission. Figure historique
de RTL, il a présenté les Grosses Têtes de 1977 à 2014. Fabrice, à RTL pendant 35 ans jusqu’en 2000 (« je trouvais que
ça sonnait bien »), rejoint sa
duettiste Sophie Garel. Une
autre page se tournera fin 2017
pour RTL, qui quittera son siège de la rue Bayard à Paris.

C. Mo.
SAO - 1

Publicité

SAO - 1

www.lejsl.com

LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016

34

SPORTS SAÔNE-ET-LOIRE ET RÉGION
FOOT BA LL COU PE DE F RANCE ( TIRAGE DU 6 E TOUR )

SPORTS

Finalement, personne
n’est vraiment content !

Relation abonnés

0800 003 320
n Les joueurs du Digoin FCA souhaitaient recevoir un gros. Ils ont hérité de l’UF Mâconnais. Photo Jérôme DEBARREIX

Agence
Rédaction
deSports
Lyon
de Saône-et-Loire
9, rue des Tonneliers,
71100 Chalon-sur-Saône
Téléphone
Téléphone
Rédaction : 03.85.90.68.20
Mail
Mail
sports71@lejsl.fr
Web
Web
www.lejsl.com
Facebook
www.facebook.com/lejsl

www.lejsl.com

Les vœux des clubs de Sâone-etLoire n’ont pas été exaucés.
Montceau se déplacera à Selongey pour la septième fois en dix
ans tandis que Gueugnon et Louhans-Cuiseaux se retrouveront à
Jean-Laville. Le petit Poucet,
Digoin, recevra l’UF Mâconnais.

A

vant le début du tirage au sort,
les mines étaient encore enjouées. Mais une dizaine de minutes
plus tard, les sourires avaient disparu des visages. Certains étaient même passablement dégoûtés à l’image des dirigeants du FC Montceau
qui retrouveront une nouvelle fois
Selongey sur leur chemin.
« On ne les avait pas affrontés l’an
dernier mais cela ne nous avait pas
manqué », réagit ironiquement Frédéric Boguet. Une affiche qui sent la
poudre deux ans après la qualification du FCMB acquise au terme
d’une rencontre que les hommes du
tandem Large/Chandioux avaient
terminé à neuf.
A Gueugnon, les visages étaient
moins fermés. Mais Bernard Canard, le président, ne débordait pas
pour autant d’enthousiasme. « On
voulait jouer à la maison, c’est fait.
Mais honnêtement on aurait préféré un calibre inférieur. Gueugnon Louhans, c’est une affiche que
j’aurais bien aimé voir plus tard
dans la compétition ».
Après avoir effectué son retour à
Paray au tour précédent, Eric Boniface retrouvera Jean-Laville avec le
même plaisir. « Je suis heureux de
retourner à Gueugnon car je n’y ai

que des amis. Maintenant, c’est un
match comme un autre et je ne vais
pas en faire plus parce que je retrouve le FCG. »

Digoin veut rêver encore
Alors qu’il était assuré de jouer le
prochain tour à la maison, le petit
Poucet, Digoin, n’aura pas le match
de gala auquel il avait rêvé depuis
quarante-huit heures. Mais les
Faïenciers recevront l’UF Mâconnais avec la même envie. « Si on
avait reçu Gueugnon, on aurait joué
pour gagner, remarque le président
Thierry Desserprit. Le tirage nous
offre Mâcon. A nous de tout faire
maintenant pour retrouver le FCG
au prochain tour. »
Promu en division d’Honneur,
Saint-Sernin-du-Bois a également
de quoi faire grise mine. Son président, Michel Jusot, a eu la main
lourde en envoyant son club disputer le prochain tour à Quetigny, un
des cadors du championnat Honneur.

« C’est un des pires tirages que l’on
pouvait avoir. C’est une formation
de qualité qui va jouer les premiers
rôles cette année. On sera dans la
peau du petit ; ce sera compliqué
mais c’est un bon match à jouer. »

} Gueugnon Louhans-Cuiseaux, c’est
une affiche que j’aurais
aimé voir plus tard ~
Bernard Canard,
président du FC Gueugnon
Tirage joyeux ? Ou tirage désastreux ? Une chose est sûre. Il restera
quatre clubs heureux le 23 octobre
au soir pour mettre le cap sur le
7e tour qui marquera l’entrée en lice
des clubs de Ligue 2.

Jérôme Debarreix (CLP)
REVIVEZ le tirage au sort en direct
sur www.lejsl.com

LE TIRAGE
COUPE DE FRANCE (6E TOUR)
Quetigny (DH) - Saint-Sernin-du-Bois
(DH) ; Gueugnon (CFA2) - Louhans
Cuiseaux (CFA2), samedi 22 octobre à
18 h ; Digoin (PL) - UF Mâconnais
(DH) ; Selongey (CFA2) - Montceau
(CFA).
n Matchs le dimanche 23 octobre.
COUPE DE FRANCE FÉMININE
(2E TOUR)
Is-sur-Tille (PH) - Flacé Mâcon (DH) ;
Blanzy (DH) - Chatenoy (DH).
n Matchs le dimanche 30 octobre.

COUPE DE BOURGOGNE
(TOUR DE CADRAGE)
Saint-Bénin d’Azy (PL) – Gueugnon B
(PH), Châtenoy-le-Royal (PL) – Cluny
(PL), Chalon ACF (PL) – Blanzy (PL) et
Saint-Jean de Losne (PL) – Paray
(PH).
n Matchs le dimanche 23 octobre.
COUPE DE BOURGOGNE U18
FÉMININE (1ER TOUR)
Dijon Université – Louhans Cuiseaux ;
Flacé Mâcon – Auxerre Stade.
n Matchs le samedi 29 octobre.
SAO - 1

MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE

SPORTS SAÔNE-ET-LOIRE ET RÉGION

35

T R I ATHLON BA P TISTE DOMA NI CO

Le sport est son mode de vie
Capitaine de route d’une équipe
Élite de cyclisme. Mais aussi
vainqueur du marathon de Gueugnon. Difficile de cataloguer Baptiste Domanico. Et le Creusotin
brouille davantage les pistes en
devenant permanent du club
Triathlon de Belfort.

L

a famille lui manquait. Baptiste
Domanico a donc quitté Belfort
pour le Creusot le week-end dernier. Mais avec un arrêt au cyclathlon des Bizots, le temps de cumuler
victoire en individuel et par équipes. « C’est mon mode de vie. »
La météo peut bien multiplier les
caprices, quand il ne court pas, Baptiste roule. « Même s’il n’y avait pas
de compétition derrière, je garderais ce rythme. J’ai besoin de la
nature et de l’effort. »

Nouveau départ
Tout le temps. Puisque professionnellement, le jeune coach sportif

} Dans l’année, il n’y

a que deux ou trois
week-ends, peut-être
un peu plus avec Noël,
où je ne fais rien. ~
Baptiste Domanico
diplômé est devenu permanent du
club de triathlon de Belfort.
« Vivre dans le sport et du sport,
c’était plus ou moins un rêve de
gosse. C’est une véritable opportunité car il s’agit d’une très bonne
structure. » Alors, après le vélo,
l’athlé, place au tri ? « Nager, ce
n’est pas trop mon truc. J’ai besoin

RENDEZ-VOUS

« Je reviendrai à
Gueugnon »
Premier marathon et
victoire en 2 h 33’56’’ à
Gueugnon. Et, sur la
ligne, ce constat étonnant : « je m’attendais à
souffrir plus. Je partais
sur les bases de 2h40,
mais j’ai l’esprit compétition et je me suis accroché même si ça partait
plus vite. Je n’ai pas rencontré le fameux mur du
30e, et là, dans l’euphorie
d’être devant, c’est passé,
les jambes ont tenu.
C’était un moment magique. J’ai envie de revivre
ça. Si j’ai bien récupéré
du Belfortrail, je serai au
départ à Gueugnon. »
SAO - 1

n Baptiste va changer de maillot pour la prochaine saison en signant à Besançon Photo DR

de sentir la terre sous mes pieds. »
Pour autant, cet environnement différent, et ses exigences, expliquent
le transfert du cycliste Domanico de
Toucy à l’AC Besançon, en DN2.
« Ce sera une autre approche, avec
moins de contraintes. »

Sur le National Trail Tour
Sans regrets ? « J’aurais peut-être
pu vraiment percer, mais j’ai sans
doute trop pensé aux autres. Passer
pro ? J’y ai pensé un temps au Creusot, mais pas tant que ça finale-

ment. »
Dans l’immédiat, cette orientation
nouvelle génère également une
autre bascule vers les trails longs.
Dimanche 23 octobre, Baptiste va
se mesurer aux 55 bornes du Belfortrail, ses 3000 m de dénivelé positif
avec un passage que le cycliste appréciera par la Planche des belles
filles. « Une expérience. Je vais me
découvrir. Jusqu’à présent je n’ai
pas été trop au-delà des 30 km. »
Mille mètres de plus pour les
Eduens ou trois heures de course

sur les 29 du trail de Faverges.
« J’aime bien aussi la route mais le
trail avec ses dénivelés, c’est particulier. J’aime bien quand ça grimpe. » Sur cette épreuve du National
Trail Tour, le gaillard va être servi.
Et s’en régale déjà. « J’ai des copains du Creusot qui participeront
également. »
Parce que la notion de plaisir n’est
jamais loin, quelles que soient les
échéances.

40 minutes sur une pente à 35 %
Cette année, la Montée de la
Croix, le trail des cadoles, le
Trail des Trois Châteaux
sont tombés dans l’escarcelle du Creusotin, rejoignant
ainsi ses victoires sur le Trail
de la Madone ou celui de La
Roche Vineuse. Mais c’est
une 16e place que retient
Baptiste. Acquise sur les
championnats de France du
kilomètre vertical à Manigod (Haute-Savoie).
C ’e s t q u o i ? G r i m p e r
1000 m de dénivelé positif
en moins de 5 bornes, c’est-àdire avec une pente moyenne, pour l’occasion, à 35 %.
« Tu es à fond tout le temps
et sur la pointe des pieds à
cause de la pente. À la fin, sur
les pierres, tu peux à peine
marcher tellement ça grim-

Claude Casseville
claude.casseville@lejsl.fr

1

En s’imposant sur
l’épreuve courte (22,5 km)
des Trois Châteaux au
Creusot, Baptiste Domanico est devenu champion
de Bourgogne de Trail
court 2016

Digest
Né le 27/11/1990 au
Creusot
uLicencié à Creusot Cyclisme jusqu’en 2011
Puis SCO Dijon (2012,
2013), Charvieu-Chavagneux (2014, 2015), VC
Toucy (2016)
u Licencié à l’EA Le
Creusot
u

n Baptiste Domanico aime les pourcentages Photo JSL

pe. La, à 2500 m d’altitude
en plus, tu sais ce que ça veut

dire d’entendre ton cœur qui
bat dans tes tempes.

www.lejsl.com

36 SPORTS SAÔNE-ET-LOIRE ET RÉGION
BA SKET EUROPE EXPRESS

ATH L ÉTI SME

L’EA Chalon aime les voyages

Les ex-Chalonnais
à la peine
Partis monnayer leur talent sous
d’autres cieux, les Américains de
l’Elan Chalon 2015-2016 ont connu
des débuts difficiles dans leurs
championnats respectifs ce weekend.
Exilé à Usak, en Turquie centrale, où
il a pour coéquipier Darryl Monroe,
un autre ancien de la Pro A, Jérémy
Hazell a connu un véritable jour
sans pour son premier match officiel
avec le 7e du dernier championnat
turc. Le pistolero chalonnais (14,7
points de moyenne la saison dernière) a arrosé à tout-va (1/7 à trois
points) face au Fenerbahçe Istanbul
pour rendre une ligne statistique de 6
points et - 4 d’évaluation en 31 minutes passées sur le parquet. Cela n’a
pas empêché son nouveau club de
signer l’exploit de cette 1re journée
face au champion sortant et pensionnaire de l’Euroligue, battu (71-70).
Tyler Kalinoski, intronisé dans le
cinq majeur de l’Apollon Patras qui
accueillait l’AEK Athènes, n’a pas
été plus heureux avec son nouveau
club grec. Crédité de 6 points et 9 à
l’évaluation, l’arrière US n’a pas pesé sur le match ni surtout pu éviter la
défaite de son club lourdement battu
à domicile (59-77), pour son premier
match de championnat.
Si le Bayern Munich de Devin Booker est toujours invaincu en Bundes-

OMNISPORTS

LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016

Après Niort, Brive-la-Gaillarde. Les athlètes chalonnais cumulent les déplacements sur cette fin de saison. Une équipe
féminine disputait la Coupe de France des sauts dans les
Deux-Sèvres pour une 5e en hauteur grâce à Émilie Jambon
(1m40), Louise Payeur (1m40), Julie Oudard (1m55) et Zoé
Bourguignon (1m45). Cinquième place également en finale du
relais 4 x 100 (51’’59) pour le quatuor Émilie, Lucille Jambon,
Julie Oudard, Estelle Clerc.

l i g a
a p r è s
quatre
journées,
l’ancien
MVP de
Pro A
ne plane pas
p o u r
l’instant
en Bavière. A
l’image
de sa

FOOTBALL

CFA 2 : le match Créteil B - Gueugnon
aura lieu à Limeil-Brévannes

n Jérémy Hazell a vécu

un véritable jour sans.
Photo Philippe Bruchot

prestation samedi à Giessen (7
points, 7 d’évaluation en 13 minutes), il connaît pour l’instant des débuts très discrets (8,8 points de
moyenne, 4,5 rebonds) dans l’équipe
drivée par Aleksander Djordjevic.
Le seul finalement à avoir le sourire
est Justin Brownlee dont le club philippin de Ginebra a égalisé à une
manche partout dans la finale de son
championnat national. Troisième
match cette nuit à Manila.

Pierre Desbois

La pelouse du stade Dominique Duvauchelle, où évolue
habituellement l’US Créteil-Lusitanos, étant actuellement
en cours de rénovation (travaux de drainage), la rencontre
qui doit opposer samedi les réservistes du club cristolien au
FC Gueugnon a été délocalisée à Limeil-Brévannes, une
localité située à 10 minutes en voiture de la préfecture du
Val-de-Marne.
Le stade Marcel-Laveau de Limeil-Brévannes n’étant pas
pourvu d’un éclairage homologué pour accueillir ce genre
de rencontre, le match aura lieu samedi à 15 h 30.

N ATATION

Les leaders du CN Chalon déjà en place
La première compétition de la saison a permis aux chefs de file
du CNC de marquer leur territoire. Jaouad Syoud s’est par
exemple imposé sur les quatre départs : 50 dos (29’’81), 50
pap (26’’69), 50 brasse (31’’37) et un probant 25’’08 sur 50
libre. Belle ouverture également pour Alexe Herthe, également
sur 50 NL (27’’05), après son succès sur 50 dos (30’’95).
Confirmation aussi pour Valentine Jeanneret qui domine la
brasse (35’'46) et le pap (30’’10).

DISTINCTION

45 médaillés Jeunesse et Sport distingués par le préfet
Selon le préfet Gilbert Payet, ils
sont « autant d’exemple de ténacité et de dévouement ». Ce mardi,
en compagnie de Martine Charrier, directrice de la Cohésion sociale, et de la championne paralympique Sandrine Martinet, le
représentant de l’État en Saône-etLoire a présidé la remise des médailles de la jeunesse, des sports et
de l’engagement associatif.
Quarante-cinq personnes ont été
récompensées pour leur investissement dans les domaines de
l’éducation physique et des
sports ; des mouvements de jeunesse et des activités socio-éducatives ; des colonies de vacance,
des œuvres de plein air, des activités de loisir social et de l’éducation populaire ; et d’activités associatives au service de l’intérêt
général.

Johan Bozon
OR : Suzanne Demangeot, Bernard
Menu (à titre posthume).
ARGENT : Alain Bouchez, Michel
Chataignier, Maurice Chazeau, Durouet
Nadine, Christian Meli, Jean Muzeau,
Alain Tremeaud, Marie Louise Henriette
www.lejsl.com

n Les médaillés rassemblés ce mardi dans le salon Erignac de la préfecture. Photo Johan BOZON

Vernet.
BRONZE : Alexandra Anna-Bonnet,
Arnoud Guy, Catherine Augey, Philipe
Bagnard, Robert Burdillat, Sylvie
Busser, Michelle Champmartin, MarieClaire Charbouillot, Bernard Combier,
Sylvie Creuzenet, Daniel Delaye, Sylvie

Dorard, Marie-Odile Dumontet, Roger
Duvernois, Marguerite Gautheron,
Jean-Paul Genest, Maryse Geniaux,
Jean-Paul Gonnaud, Gérard Gruthier,
Jean-François Guéritaine, Jean-Yves
Guerre, Jacqueline Lepron, Vincent
Marichy, Thierry Martin, Vincent
Merkenbreack, Raymond Montagne,

Maria Moreira, Nadège Muet, JeanLouis Pegeot, Danielle Pradier, Corinne
Puaud, Jean-Pierre Thomas, Patrick
Vaginet, Laurent Vercellonne, Jocelyne
Zemzemi.
+WEB. Retrouvez notre reportage
photos sur www.lejsl.com
SAO - 1

MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE

SPORTS FRANCE MONDE

37

FOOTB A LL QUA LIFI C ATIONS MON DI AL 2018
L’équipe de France a parfaitement négocié ses deux
rendez-vous d’octobre face
à la Bulgarie (4-1) puis aux
Pays-Bas (1-0) en ajoutant
la manière aux résultats.
La preuve, certainement,
que cette équipe grandit.

S

érieux et application.
Voilà les principaux ingrédients que les Français
ont su mijoter, lundi, dans la
bouillante marmite de
l’Amsterdam ArenA. Une
nécessité face à une équipe
néerlandaise d’un tout autre
calibre que la Bulgarie, même si elle était privée de
quelques forces vives (Sneijder, Robben, forfaits) puis
de Promes, sorti sur blessure
après à peine un quart
d’heure de jeu.

« La Coupe du
monde et l’Euro sont
un bon héritage qui
a augmenté le
capital-confiance
du groupe »
Avant ce choc annoncé de
la troisième journée des
qualifications pour le Mondial 2018, Didier Deschamps avait réclamé de la
« continuité », et ce, trois
jours seulement après la gifle infligée (4-1) aux Bulgares. Au-delà des fameux
trois précieux points qui
permettent aux Tricolores
d’aborder la venue de la

Suède, le 11 novembre, avec
une panoplie de leader sur
le dos, c’est cette capacité à
enchaîner qui a marqué les
esprits. Tout autant que la
performance collective
dans une formule en 4-4-2,
entrevue durant l’Euro, qui
lui confère aujourd’hui un
style de jeu plaisant voire
séduisant par instants. Les
progrès sont ainsi particulièrement notables dans la
qualité des enchaînements,
des déplacements et dans la
précision technique même
s’il est vrai que le duo Griezmann-Gameiro, présent
dans le combat, a, cette fois,
était moins efficace. Un catalogue que les Pays-Bas ont
néanmoins longuement
feuilleté, notamment en première période, sans jamais
trouver la faille.
« On a fait le début de
match qu’on voulait, en essayant d’imposer notre jeu,
a ainsi expliqué ainsi Raphaël Varane. En seconde
période, on a géré. Quand il
y a eu cette grosse pression
adverse, on est resté serein.
On était sûr de nos forces. »
En cela réside, évidemment,
l’autre enseignement de la
soirée d’Amsterdam : s’ils
ont davantage subi après la
pause et manqué un brin
d’efficacité pour faire le
break, les Français n’ont jamais semblé paniquer. La
preuve d’une maturité nouvelle ? Très certainement.
En tout cas, quelques minutes après le coup de sifflet, la
plupart des acteurs tricolo-

Des Bleus
plus matures

n A l’image ici de Moussa Sissoko, les Français ont montré une belle assurance à
Amsterdam face aux « Oranje ». Photo AFP

res dressaient le même constat. « On a fait preuve de
beaucoup de caractère. On
sent une équipe mature, en
progrès, dans la lignée de
ses performances de
l’Euro », a souligné Blaise
Matuidi pendant qu’Hugo
Lloris et Raphaël Varane
mettaient, eux aussi, l’accent sur la nouvelle « maturité » de leur équipe. Même
Paul Pogba, l’un des grands
bonhommes de la soirée
(avec l’infranchissable Laurent Koscielny), s’inscrit

dans cette logique : « Je suis
un joueur qui tente des choses, qui essaye de créer.
Peut-être que je dribble un
peu trop parfois. Mais on
grandit, on apprend. Je suis
encore jeune (23 ans), les
gens l’oublient peut-être un
peu souvent ».
Dans les pas du parfois capricieux milieu de terrain de
Manchester United, cette
génération bleue serait
donc en passe d’atteindre
l’âge de raison. En tout cas,
Didier Deschamps y croit.

« On a une maîtrise collective bien meilleure qu’il y a un
moment, a-t-il ainsi souligné, lundi soir. On est capable de prendre un peu plus
les choses en main et il y a
une volonté de faire les choses ensemble. Les joueurs se
connaissent et en répétant,
on s’améliore. Il y a eu la
Coupe du monde et l’Euro,
c’est un bon héritage qui a
augmenté le capital-confiance de ce groupe. »

À Amsterdam, JeanSébastien Gallois

Embouteillage en vue sur la route de l’attaque
L’arrivée et la réussite de Gameiro, qui avait remplacé au pied
levé Lacazette, blessé, en septembre dernier, vient rebattre les
cartes du secteur offensif en vue
des prochains rendez-vous.

D

ans deux ou trois semaines, Olivier Giroud et Alexandre Lacazette auront repris du poil de la bête
avec leurs clubs respectifs, débarrassés de leurs soucis physiques, et postuleront pour un retour en sélection.
Oui, mais au détriment de qui ?
La réapparition remarquée de Kévin
Gameiro face à la Bulgarie a offert à
Didier Deschamps un autre atout offensif, et sauf grosse chute de tension
avec l’Atlético Madrid d’ici là, il sera
présent à nouveau pour le prochain
rassemblement de novembre tout
c o m me s o n co m p è re A ntoine
Griezmman. Olivier Giroud, qui
était parfois contesté sous le maillot
SAO - 1

n Kevin Gameiro et Antoine Griezmann, les deux compères de l’Atletico

Madrid, forment, pour l’heure, le duo d’attaque titulaire des Bleus. Mais
la concurrence est là et ça pousse derrière ! Photo AFP
bleu, est un point d’appui et marquait
assez souvent pour s’avérer indispensable aux yeux du sélectionneur. Sur-

tout en l’absence de Karim Benzema.
Alexandre Lacazette a lui, connu
avec les Bleus des rendez-vous man-

qués, et quelques bons passages. Son
meilleur atout était son excellent début de saison matérialisé par 6 buts
lors de ses trois premiers matches en
Ligue 1. Mais une déchirure a freiné
son élan, et il lui faut prendre un nouveau départ.
Si l’un des deux (ou les deux) revient
en sélection, ce sera au détriment
d’un attaquant présent pour les matches d’octobre. André-Pierre Gignac,
entré en jeu lors des deux rencontres,
n’a pas pesé, et semble peut-être déjà
un peu résigné sur ses chances à plus
ou moins long terme. Anthony Martial, même s’il n’occupe pas le poste
d’avant-centre chez les Bleus, représente toujours l’avenir, tout comme
Kingsley Coman et Nabil Fekir, mais
il n’y aura pas de la place pour tout le
monde. Dans ce panorama, Karim
Benzema n’apparaît plus et encore
moins Mathieu Valbuena. Et cela n’a
pas l’air de contrarier Didier Deschamps.

J.-F.G.
www.lejsl.com

LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016

38 SPORTS FRANCE MONDE
FOOT BALL
Prochain adversaire de
l’équipe de France dans un
mois, la Suède qui partage
son fauteuil de leader, sera
après les Pays-Bas, l’autre
équipe à déloger pour mener seule, la course en tête.

D

ans un mois, ce sera au
tour de la Suède, leader exaequo, de défier les Bleus pour
le fauteuil de leader unique. Le
calendrier fait bien les choses,
avec cette succession de « finales » face aux concurrents
directs, à… un an de la fin de la
phase de groupe.

Deschamps : « On
maîtrise mieux notre
sujet, on est en
progrès »
On s’avance, mais puisque le
premier duel au sommet a été
bien négocié lundi à Amsterdam, on conçoit qu’il ne faudra surtout pas faiblir face aux
Suédois. Il était encore trop
tôt lundi soir pour se projeter
aussi loin, mais « le match

QUALIFI C ATIONS MONDI AL 2018
contre la Suède sera bien un
autre tournant » admettait
né anmoins Didier Deschamps. Alors que les trois
autres adversaires, Biélorussie, Bulgarie et Luxembourg
semblent déjà promis à lutter
entre eux pour se refiler la
cuiller de bois, il n’y aura qu’un
gagnant dans le match à trois
entre Français, Néerlandais et
Suédois. Trop avertie des dangers de la place de barragiste
qui l’a fait avancer sur un fil en
2009 et en 2013, l’équipe de
France doit absolument
s’épargner cet horizon incertain et dangereux à l’automne
2017. Si elle bat la Suède le
11 novembre prochain, elle
aura déjà mis de la distance
avec ses rivales, qui se savent
sur le papier au moins, inférieures. « On maîtrise mieux
notre sujet, on est en progrès,
on le voit aussi dans l’attitude
des adversaires », constate Didier Deschamps.
Si les Néerlandais ont fini par
menacer les Bleus d’un retour
qui aurait forcément rendu la
copie moins belle, on ne retient que le résultat à la fin, et
les Bleus sont dans les temps,

Les primaires
de l’automne
n Didier Deschamps : « On a un bon équilibre, on est

Espoirs certes, mais surtout désespoirs !

F

iasco, épisode 6 : l’Euro2017 sera le sixième
championnat d’Europe Espoirs consécutif disputé sans
l’équipe de France, puisqu’elle a fini deuxième de son
groupe, derrière la Macédoine, malgré sa victoire ce mardi en Irlande du Nord (3-0).

Mankowski va rendre
son tablier

www.lejsl.com

n Le Lyonnais Tolisso et les Bleuets ont dominé l’Irlande du Nord

hier à Belfast (3-0). Un succès pour rien, la France étant éliminée
de la phase finale de l’Euro pour la 6e fois de suite ! Photo AFP
de ce groupe 3.
La victoire des Bleuets dans
le dernier match contre la
lanterne rouge du groupe
aura été vaine. Ils finissent à
une deuxième place éliminatoire, car ils ne figurent pas
parmi les quatre meilleurs
deuxièmes de groupes. Mardi, le doublé de Jean-Kévin
Augustin sur des passes décisives de Thomas Lemar (16e,
42e) et le troisième but signé
Moussa Dembélé (89e), tout
est balayé par l’échec.
Les Bleuets n’ont plus participé à un Euro de leur classe

11 novembre 2016 :
France – Suède (CM
2018) au Stade de France.
l 15 novembre 2016 :
France – Côte d’Ivoire
(Amical) à Lens.
l 25 mars 2017 : Luxembourg – France (CM 2018)
l 9 juin 2017 : Suède –
France (CM 2018)
l 13 juin 2017 : France –
Angleterre (Amical).
l

malgré deux points perdus en
Biélorussie qui restent une
dette de jeu qu’il ne faudra pas
regretter dans quelques mois.
En alignant la même structure
d’équipe lors des deux matches à trois jours d’intervalle,
le sélectionneur a-t-il par
ailleurs, constitué la base de ce
que sera son prochain onze de
départ face à la Suède ? « Il
peut se passer pas mal de cho-

FOOTBALL PAS D’EURO POUR LES BLEUETS

Cet échec met fin aux fonctions de Pierre Mankowski
au poste de sélectionneur, si
l’on en croit Noël Le Graët :
l’entraîneur « arrêtera si nous
ne sommes pas qualifiés »,
avait prévenu le président de
la Fédération la semaine dernière. Ce que l’ex-adjoint de
Raymond Domenech chez
les A, sacré champion du
monde avec les U20 en 2013,
avait d’ailleurs accepté.
Pour se qualifier, il fallait un
improbable concours de circonstances : une victoire
française conjuguée à des
faux pas macédonien et islandais. Or, si les Bleuets ont
rempli leur contrat et si l’Islande a fait un faux pas (défaite 4-2 à domicile par l’Ukraine), la Macédoine a battu
l’Écosse (2-0) et ainsi pris
l’unique place qualificative

CALENDRIER DES BLEUS

capable de bien défendre et de bien attaquer, avec du
liant, de la profondeur, des décrochages ». Photo AFP

d’âge depuis 2006. Avec une
régularité de métronome, les
désillusions se sont ensuite
suivies, et les sélectionneurs
aussi (René Girard, Erick
Mombaerts, Willy Sagnol et
donc Mankowski).
LES ÉQUIPES QUALIFIÉES :
Pologne (pays hôte), Angleterre,
Allemagne, Macédoine, Danemark,
Italie, Portugal, République
tchèque, Slovaquie, Suède.
LES ÉQUIPES BARRAGISTES :
(tirage au sort vendredi, matches
les 7 et 15 novembre) : Espagne,
Autriche, Norvège, Serbie.

ses avant ce match, mais on a
un bon équilibre, on est capable de bien défendre et de bien
attaquer, avec du liant, de la
profondeur, des décrochages » appréciait-il lundi soir.
Aux Bleus de tout faire pour
que la route vers la Russie,
continue à être une longue
voie rapide.

À Amsterdam
Jean-François Gomez

FOOT EXPRESS
EURO U19 2017

QUALIFS MONDIAL 2018

Les Mini-Bleus
comme des grands

L’Angleterre, un point
c’est tout

Avec son ticket dans la poche
pour le Tour Elite, au printemps prochain : l’équipe de
France des moins de 19 ans a
terminé idéalement la première phase de qualifications
pour l’Euro-2017 de sa classe
d’âge en s’imposant ce mardi 2-0 contre la République
tchèque. L’ancien Marseillais
Bilal Boutobba (20e) et le Toulousain Odsonne Edouard
(66e) ont inscrit les buts des
Bleuets, qui ont archi dominé
une République tchèque jusque là invaincue dans leur
groupe de qualifications.
ALGÉRIE

L’Angleterre n’a pas levé les
doutes sur son niveau de jeu
en concédant un piètre nul en
Slovénie (0-0), ce mardi en
qualifications du Mondial2018. En laissant Wayne Rooney et ses 117 sélections au
coup d’envoi sur le banc, l’intérimaire Gareth Southgate
pensait redynamiser le milieu
anglais. Malheureusement, il
n’en fut rien.

Le sélectionneur
Milovan Rajevac
limogé
Engagé fin juin à la place du
technicien français Christian
Gourcuff, le sélectionneur serbe de l’Algérie Milovan Rajevac, 62 ans, a été limogé, trois
mois seulement après sa nomination, dans la foulée du
match nul des Fennecs contre
le Cameroun (1-1) en ouverture des éliminatoires du Mondial-2018, a annoncé ce mardi la télévision publique
algérienne. En attendant la
désignation d’un nouveau sélectionneur, les entraîneurs
adjoints Nabil Neghiz et Yazid
Mansouri assureront l’intérim.

Qualifications
Groupe C
Rép. Tchèque-Azerbaïdjan.......................0-0
Allemagne-Irlande du Nord.......................2-0
Norvège-Saint-Marin.................................4-1
Pts J G N P p. c.

1
2
3
4
5
6

Allemagne ...........
Azerbaïdjan .........
Irlande du Nord ...
Norvège...............
Rép. Tchèque......
Saint­Marin..........

9
7
4
3
2
0

3
3
3
3
3
3

3
2
1
1
0
0

0
1
1
0
2
0

0
0
1
2
1
3

8
2
4
4
0
1

0
0
2
5
3
9

Groupe E
Kazakhstan-Roumanie..............................0-0
Pologne-Arménie......................................2-1
Danemark-Monténégro.............................0-1
Pts J G N P p. c.

1
2
3
4
5
6

Monténégro.........
Pologne...............
Roumanie............
Danemark............
Kazakhstan .........
Arménie...............

7
7
5
3
2
0

3
3
3
3
3
3

2
2
1
1
0
0

1
1
2
0
2
0

0
0
0
2
1
3

7
7
6
3
2
1

1
5
1
4
7
8

Groupe F
Lituanie-Malte............................................2-0
Slovénie-Angleterre...................................0-0
Slovaquie-Ecosse..................................... 3-0
Pts J G N P p. c.

1
2
3
4
5
6

Angleterre............
Lituanie................
Slovénie...............
Ecosse.................
Slovaquie ............
Malte ...................

7
5
5
4
3
0

3
3
3
3
3
3

2
1
1
1
1
0

1
2
2
1
0
0

0
0
0
1
2
3

3
5
3
6
3
1

0
3
2
5
2
9

SAO - 1

MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE

SPORTS FRANCE MONDE
C Y C LI SM E CH A MPIONN AT S DU MONDE

39

ATHLÉTISME

Vicaut ne change pas de cadre

Coppel laisse un vide
Troisième l’an dernier, le HautSavoyard, qui a stoppé sa
carrière en août, avait mis fin
à 18 ans d’absence tricolore
sur un podium mondial du
contre-la-montre. Et il se
désole de voir qu’en France, la
discipline est délaissée.

B

ernard Bourreau n’aura
pas eu longtemps à se triturer les méninges. C’est plus
l’évidence qu’un choix qui a
guidé son esprit à l’heure de
coucher sur le papier les noms
des deux coureurs sélectionnés pour le chrono de ces
Mondiaux qataris.

Le chrono n’est pas
dans la culture
française
En début de saison, Johan Le
Bon et Jérémy Roy (FDJ)
n’avaient pas la priorité du sélectionneur national mais il a
fallu composer. Avec les aléas
et un réservoir de rouleur très
faible. « Mais eux, au moins,
ils bossent bien le chrono dans
leur équipe » retient le HautSavoyard d’adoption qui se
satisferait largement d’en voir
un des deux dans le top 10.
Pas facile de tourner la page
Jérôme Coppel, bronzé l’an
dernier à Richmond, et qui
n’aurait pas apprécié le parcours tracé autour de l’île de
« Pearl », ses avenues rectilignes balayées par un vent
lourd et ses trop nombreux
ronds-points qui cassent le
rythme. « Un parcours plat, la
chaleur et très peu d’engouement, ça ne me fait pas rêver »
glisse le Haut-Savoyard qui
mène une longue convalescence après l’opération du
poignet (le 24 août) qui a précipité la fin de sa carrière. Sur
le dernier Tour de France,
c’était encore lui le meilleur

TENNIS

Garcia victorieuse
Caroline Garcia (tête de série
n°6, 25e mondiale) a passé le
1er tour du tournoi WTA de
Hong-Kong en dominant la
Tchèque Martincova (164e)
6-3, 6-0. La Lyonnaise affrontera en 1/8e l’Américaine Mattek-Sands (199e). De son côté
Kristina Mladenovic (54e) a
battu la Slovène Jakupovic
(168e) 7-6 (8/6), 6-1.

Dodin continue

Océane Dodin (89e mondiale)
a dominé la Tchèque Pliskova
(64e) au 1er tour du tournoi
WTA de Linz (Autriche).
BASKET/NBA

Inglis aux Knicks
SAO - 1

n Jimmy Vicaut. Photo PQR-OUEST-FRANCE

n Jérôme Coppel, 3e à Richmond l’an passé, mais
désormais retiré. Photo Jean-Pierre BALFIN

tricolore du chrono ardéchois
(4e). Et peu ont investi comme
lui sur cet effort où il retrouvait
les sensations du ski de fond.
« C’est la discipline que je préférais dans le vélo et je trouve
dommage qu’en France, on ne
s’y intéresse pas » regrette le
champion de France 2015.
S’il existe un début de volonté
fédérale de promouvoir la discipline auprès des jeunes, c’est
rarement un axe de travail au
sein des équipes pros, mis à
part la FDJ qui a pris le problème à bras-le-corps.
« On a tout professionnalisé,
sauf ce domaine, reprend
Coppel. Beaucoup ne comprennent pas que comme le
sprint ou la montagne, ça fait
partie du sport cycliste. Seulement, c’est très dur mentalement. On ne prend pas souvent de plaisir, c’est de la
souffrance. La satisfaction
n’arrive qu’une fois la ligne
franchie, si le temps est bon. »
Une spécialité qui demande
aussi un énorme investissement sur le matériel que tous
les managers ne sont pas forcément prêts à consentir.
« Les Anglo-Saxons ont cette
culture, pas nous, affirme-t-il.
Il faudrait tout reprendre à la
base. Mais des jeunes comme

Cavagna, Ermenault ou Davy
ont l’air d’aimer ça, c’est le
point positif. » Même s’ils ont
tous à des degrés divers manqués leur sortie à Doha, moins
capable de s’adapter à la chaleur que d’autres. Le même défi qui attend cet après-midi
Roy et Le Bon.
« Ce sont de bons choix, défend Coppel. Dans un bon
jour, le top 10 est accessible. »
Il ne réglera pas le problème
de fond. Mais un nouvel
échec, après celui des JO, permettrait-il de réveiller les consciences ?

Les New York Knicks ont recruté Damien Inglis (21 ans),
qui a fait ses débuts en NBA la
saison dernière sous le
maillot de Milwaukee (1,8 pt
en 20 matches) avant d’évoluer en D-League. Le Guyanais avait évolué à Roanne
(ProA) en 2013-14.
RUGBY

de France cet été, est redevenue à 41 ans championne du
monde du contre-la-montre
(28,9 km), ce mardi, à Doha, à
47,3 de moyenne devançant
la Hollandaise Van Dijk de 5’’
et l’Australienne Garfoot de 8’’.
Audrey Cordon a terminé 22e
à 3’14’’.
HANDBALL

L’ouvreur sud-africain de
Montpellier Demetri Catrakilis
(27 ans) rejoindra les Harlequins la saison prochaine.
CYCLISME

A la peine, Montpellier est en
quête de certitudes avant un
déplacement périlleux à Aixen-Provence où le réveil est
attendu, ce mercredi (20h45)
lors de 4e journée de D1.
L’autre européen, Nantes va
essayer de continuer sur sa
lancée devant Ivry pour mettre la pression sur le PSG qui
se rend jeudi à Dunkerque.

Catrakilis s’en va

Neben huit ans après

Huit ans après son premier
titre, l’Américaine Amber Neben, victorieuse de la Route

De Doha, Philippe Court

} La chaleur,

c’était horrible.
Je me suis effondré,
comme le reste de
l’équipe au premier
intermédiaire. J’ai
fait une insolation,
je me suis éteint en
deux secondes. ~

Du neuf sans changer de cadre : Jimmy
Vicaut, co-détenteur du record d’Europe du
100 m (9.86), a officialisé ce mardi à Paris
son nouvel entraîneur, l’ex-sprinteur Dimitri
Demonière, qui s’était déjà occupé de lui
chez les juniors.
Demonière, 37 ans, était d’ailleurs le grand
favori pour succéder à Guy Ontanon, remercié en septembre après huit ans de
collaboration. Lui-même athlète de rang
(4e du 100 m aux Mondiaux juniors de
1998 à Annecy), Demonière avait après sa
carrière sportive été l’adjoint d’Ontanon au
sein du Team Lagardère. Depuis deux ans,
il entraîne le relais 4X100 m dont Vicaut
est une pièce maîtresse.
« J’ai eu des échanges avec plusieurs
coaches et un seul, Dimitri, a réussi à
adhérer à mon projet. Il est jeune, il se
remet toujours en question, il innove. Grâce à lui, j’ai fait 10 sec 16 (en juniors). Il a
une autre méthode que Guy (Ontanon).
(Avec Ontanon) J’étais dans la fin d’un
cycle », a expliqué Vicaut lors d’une conférence de presse au stade Charléty.
Giscard Samba, l’entraîneur de Dimitri Bascou ayant refusé, Vicaut souhaitant rester
à Paris, ce qui a condamné les pistes
étrangères, le choix était restreint.

TEN NI S

Djokovic reprend victorieusement,
Monfils et Tsonga OK, Gasquet K.-O.

34e à 3’14, Alexys Brunel, le
champion d’Europe junior, a
particulièrement souffert
des conditions climatiques.

Montpellier défie Aix

n Novak Djokovic se veut plus détaché. Photo AFP

Le N.1 mondial Novak Djokovic, qui n’était plus
apparu sur un court depuis sa défaite en finale
de l’US Open, a réussi sa rentrée en se
qualifiant pour les 1/8e du Masters 1000 de
Shanghai aux dépens de l’Italien Fognini (50e)
6-3, 6-3. Le N.1 français Gaël Monfils, lancé
dans sa course pour le Masters, et Jo-Wilfried
Tsonga (13e) ont eux aussi passé le 2e tour en
battant respectivement le Sud-Africain Anderson (40e), 7-6 (7/4), 6-3, et le Serbe Tipsarevic
(158e), 6-3, 7-6 (8/6). Monfils affrontera en
1/8e Benoit Paire (47e) ou le Belge Goffin (12e),
tombeur de l’Argentin Del Potro. Tsonga, lui,
sera opposé à l’Allemand Zverev (21e), qui a
dominé le Croate Cilic (11e), 3-6, 6-3, 6-2.
Richard Gasquet n°14) a été battu dès le
1er tour par le Bulgare Dimitrov (18e), finaliste à
Pekin dimanche, 6-4, 6-4, alors que Lucas
Pouille et Gilles Simon ont dominé les Espagnols Verdasco 6-3, 6-3 et Carreno 6-0, 6-3.
www.lejsl.com

LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016

40

LOISIRS FRANCE MONDE
C INÉ M A L’ODYS SÉ E

LOISIRS

Cousteau, le père, les fils
et la mer

Relation abonnés

0800 003 320
Agence
de Lyon
Rédaction
Loisirs
de Saône-et-Loire
9, rue des Tonneliers,
71100 Chalon-sur-Saône

Téléphone
Rédaction : 03.85.90.68.69
Pub : 03.85.90.68.98
Mail
loisirs71@lejsl.fr

Web

Web
www.lejsl.com
Facebook
www.facebook.com/leprogres/lyon
www.facebook.com/lejsl

Bien avant Luc Besson et ses
compétitions apnéistes hypnotiques du Grand Bleu, Cousteau a
inondé l’écran du grand spectacle
cinématographique des fonds
marins. Les mers étaient
son monde, Le Monde du silence
sa légende : Palme d’or à Cannes
en 1956, Oscar à Hollywood.

dont son père disait : « Ce n’est
pas parce qu’un
gosse est né de
votre sperme
qu’il a les qualit é s
néces-

D

es fonds, Jérôme Salle remonte un catalogue de belles images sous-marines flottant au fil
d’un biopic à la trempe intime. Le
Cousteau cinéaste passe au second plan du Cousteau mari et
père.
Voici le commandant, JYC ou
“Jique” pour ses collaborateurs,
en pater familias, le “Pacha”
(son autre surnom), marié à la
fille d’un officier de marine,
double petite-fille d’amiraux, Simone Melchior.
Elle fut la vraie patronne à bord
de La Calypso, le bateau vedette de l’épopée océanographique de l’icône à bonnet rouge.
L’Odyssée de Salle passe vite
sur l’invention du scaphandre
autonome et ses recherches,
vite sur sa conversion tardive
à l’écologie avec la découverte de l’Antarctique, en 1973.
Il passe sous silence son Oscar ou son entrée à l’Académie française. Son Cousteau, qui a la haute stature
de Lambert Wilson, s’ouvre
sur le naufrage de Philippe
(Pierre Niney), le fils favori, mort en 1979 dans un
accident d’hydravion.
Et le film, bouclant sa
boucle après avoir remonté le temps de la vie du
Commandant en quelques
épisodes et de sérieux trous
d’air, se referme sur ce même drame. Jean-Michel, le
fils aîné, reste ce fils mal aimé,

saires pour vous remplacer ».
Ainsi navigue, dans
les eaux du mélo familial, le père Cousteau.

Nathalie Chifflet

} Dans
ce genre
d’exercice,
ce que l’on va
donner
au public,
c’est la
vibration
d’un
personnage,
pas une imitation ~
Lambert Wilson

n Photo DR

Lambert Wilson en apnée
« Dans ce genre d’exercice, ce que l’on va donner au
public, c’est une sensation, la vibration d’un personnage, pas une imitation. À la fin de Hiver 54, je ne ressemblais toujours pas à l’Abbé Pierre, mais le plus beau compliment est venu des Compagnons qui m’ont dit l’avoir
ressenti à travers mon interprétation. Dans L’Odyssée,
je ressemble certes un peu à Cousteau, mais j’espère que
l’on percevra une véracité et que ceux qui l’ont connu
seront convaincus. Ce qui était difficile avec Cousteau,
c’est qu’il fallait à la fois être maigre et faire des choses
très physiques, comme la plongée. Or, en deçà d’un certain poids, on s’affaiblit. Moi, je devais aller sous l’eau en
portant ces bouteilles d’oxygène très lourdes avec des
journées de tournage de quatorze heures. J’ai perdu dix
www.lejsl.com

kilos assez rapidement, sans rien reprendre pendant le
film. La plongée implique une visite médicale extrêmement poussée avec radio des poumons,
encéphalogramme, électrocardiogramme, examen des
yeux et des oreilles, etc. Il y a, enfin, une épreuve de
plongée de quatre jours, qui est, par exemple, réservée
aux futurs employés des plateformes pétrolières. Ça,
c’est un diplôme dont je suis très fier… Le souci, c’est
que notre première leçon avec Pierre Niney s’est déroulée dans le port industriel de Marseille dans une eau
d’une épouvantable de saleté ! Nous ne pouvions pas
voir notre professeur à un mètre, pataugeant dans la
boue, la vase et l’huile… J’ai immédiatement attrapé une
infection à l’œil. »
SAO - 1

MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE

LOISIRS FRANCE MONDE

41

ACTEUR

n Viggo Mortensen retourne à la vie sauvage. Photo DR

Viggo Mortensen, le super papa utopiste de Captain Fantastic
Parlez-lui du valeureux Aragorn de la trilogie du Seigneur des anneaux, il vous répondra Indian runner, de Sean Penn, et surtout History of violence et Les
promesses de l’aube, de David Cronenberg, qui lui valut une nomination à l’Oscar, en 2008. Acteur, mais aussi peintre, et poète, coupé au montage de La ligne
rouge de Terrence Malik, Viggo Mortensen, 57 ans, retourne à la vie sauvage dans Captain Fantastic de Matt Ross, petite comédie anar et joli pied de nez au
capitalisme, dans lequel les enfants de notre super-héros de la pensée libertaire apprennent la vie à l’école de la cueillette et en lisant les bouquins du linguiste
et philosophe Noam Chomsky. Du moins jusqu’à ce qu’un triste événement les oblige à affronter la ville, les écrans, les mensonges et les réseaux sociaux.
Prix du public au festival de Deauville, cette robinsonade, qui a le vent en poupe, pourrait faire l’effet rafraîchissant d’une Little Miss Sunshine.
D. T.

CINÉMA DARDENNE

La fille inconnue, polar souffreteux
« Le film de genre, ce n’est pas notre genre »
Jean-Pierre et Luc Dardenne,
réalisateurs

n Adèle Haenel, 27 ans, deux César pour Suzanne
(second rôle) et Les combattants. Photo DR

À force de désosser et de décharner le monde en crise,
d’ausculter des destins brisés, des exclus, des victimes
du système économique, les
frères Dardenne finissent
par travailler le squelette du
réel le plus dramatique. La
rêverie n’existe plus.
Ces miséreux nous hantent,
comme ils hantent le personnage de La Fille inconnue,
une jeune femme médecin :
une très jeune fille, qui a frappé une nuit à sa porte, qu’elle
n’a pas ouverte, a été retrouvée morte un peu plus loin,
au bord de l’eau. La médecin, effondrée sous le poids
SAO - 1

de sa culpabilité, se met en
quête de son histoire et en
tête de lui donner une sépulture pour la sortir du carré
des indigents et lui rendre
une mémoire et une dignité.
La Fille inconnue, dans l’esprit mortifère de son temps,
ne perd pas de vue le souci
social des Dardenne, de la
précarité et l’altération des
liens. Mais le requiem pour
les laissés-pour-compte
manque de saisissement et
de force face à l’état d’urgence du monde. Les remords
posthumes n’éclaircissent
pas le noir du ciel.

Pourquoi avoir remonté et raccourci le
film depuis sa projection en compétition
au festival de Cannes ?
« Nous avons procédé exactement à
32 coupes et réduit la durée du film de
7,30 mn. Dans cette version, nous sommes davantage dans la tête de notre personnage principal. Si nous l’avons fait
après Cannes, c’est que nous n’étions pas
prêts alors. C’est aussi que, pour la première fois, nous ne faisions pas un sas
entre le tournage et le montage ».
Pourquoi ne connaît-on rien de la vie de
ce jeune médecin interprété par Adèle
Haenel ?
« On avait pensé mettre des éléments de
sa vie privée, mais on ne voulait pas
raconter sa propre vie, plutôt comment
elle est prise par la mort et obsédée par le
fait qu’elle doit donner vie à une fille
inconnue. Son entêtement l’empêche de
tourner les yeux. Au début, notre personnage était trop âgé, trop dans l’expérience,
et il se transformait en policier ».
Pourquoi n’avoir pas voulu que le film
soit clairement un polar ?
« Le genre n’est pas notre genre, ce n’est
pas nous. On ne peut pas être tout. C’est

n Photo DR

comme la musique, on y a pensé au montage, mais ça ne marchait pas. Nous ne
voulions pas transformer notre personnage en détective. Elle avance parce qu’elle
est médecin, peut-être la personne qui se
sent le plus responsable des autres.
En quoi vous importait-il de situer le
cabinet médical de banlieue, en bordure
de route ?
On voulait mettre ce cabinet au bord du
monde, avec des gens aussi en bord du
monde.

N. C.

N. C.
www.lejsl.com

42 LOISIRS SAÔNE-ET-LOIRE ET RÉGION
C HA LON -S U R- S AÔN E

LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016

PHOTO GRAPHIE

Matthieu Cellard, un parrain photographe
et fine gueule pour la Paulée
Matthieu Cellard est tombé tôt
dans la marmite de la photographie culinaire. Pourtant, il lui a fallu
passer par plusieurs étapes avant
d’en faire son activité à pleintemps. Il fréquente les meilleures
tables pour en photographier avec
simplicité les meilleurs produits.
Ses images font les délices des
ouvrages culinaires. Six sortiront
en novembre. Il est aussi parrain
de la Paulée du 14 au 16 octobre.

M

atthieu Cellard est un photographe heureux : le plus clair
de son activité se déroule dans les
hôtels de luxe et les restaurants
étoilés. Ses images font la une des
magazines culinaires ou des livres
dont il signe l’identité visuelle. On
avait déjà remarqué ses portraits
dans le livre Lameloise, la cuisine
d’Éric Pras en 2011 et Frédéric
Doucet à Charolles, les recettes de
l’Hôtel de la Poste paru chez
Glénat au printemps. Bamboo
inaugure un nouvel axe d’édition
hors BD et sort en novembre
20 déjeuners autour du vin. Un
livre qui tient tout autant du portrait du viticulteur et de son vin,
que d’une balade dans ses vignes
assorties d’une recette concoctée
par le chef Sébastien Chambru.

Dans l’intimité des
viticulteurs
« Je connais bien le chef de L’Ô
des vignes à Fuissé. Nous avons
fait ensemble le livre L’O à la
bouche et ses quarante recettes
de poissons. C’est un déjeuner
avec Olivier Sulpice, le directeur
des éditions Bamboo, qui a permis de concrétiser un projet que
nous avions monté avec Sébastien, à savoir rentrer dans l’intimité des viticulteurs de Saône-etLoire et de Côte-d’Or et partager
avec eux un repas qui donnerait
ensuite lieu à une recette revisitée
par Sébastien. Certains viticul-

} Pour faire de la photo
culinaire, il faut aimer
manger et le restituer. ~

Matthieu Cellard, photographe
www.lejsl.com

n Stéphane Aladame a ouvert ses caves et sa cuisine au duo chef photographe. Photo Matthieu CELLARD

teurs ont eu un peu peur au début
de savoir que nous allions débarquer avec un chef mais on sait
détendre l’atmosphère. Nous
avons choisi des viticulteurs qui
pour certains ne sont pas issus du
sérail, certains sont en biodynamie, d’autres pas mais s’y intéressent », explique Matthieu Cellard.

Histoire de famille et magie
des textures
Pour lui, la photo est une véritable histoire de famille. « Mon père fut le premier à Lyon à créer un
laboratoire professionnel, ma mère a été styliste culinaire. Moi, j’ai
commencé dans un studio, j’y ai
appris les portraits, l’usage de la
lumière artificielle, les photos de
déco. J’ai mis 13 ans à comprendre que c’était le culinaire qui
m’animait vraiment. J’ai un principe photographique : le produit
avant tout. Le détail est très important en cuisine surtout lorsque
l’on se trouve dans un établisse-

ment doté d’une, deux voire trois
étoiles », explique-t-il. N’allez pas
lui demander si les textures sont
trafiquées pour la photo, il répond bien vite : « C’était dans les
années 80. Un poisson bien travaillé a une texture nacrée, c’est
magnifique. On a de quoi s’amuser sans rien rajouter. »
Et de proclamer : « Le culinaire,
c’est une éducation. »

Parrain de la Paulée
La Paulée de la Côte chalonnaise
en a fait le parrain de son édition
2016. Il dédicacera l’ouvrage de
Bamboo et présentera des images
de ses derniers travaux place de
l’Hôtel-de-Ville.

Meriem Souissi
PRATIQUE Chalon, du 14 au 16 octobre.
Dédicace le 14 rue de Strasbourg dès
18 h. Village de la Paulée dès
samedi 10 h. Ateliers dégustation,
exposition, conférences, visites, défilé
et messe dégustation et dîner samedi
à 20 h.

n Le chef Sébastien Chambru,

instigateur avec Matthieu Cellard
de cette balade épicurienne avec
20 déjeuners autour du vin.
Photo Matthieu Cellard
SAO - 1

MERCREDI 12 OCTOBRE 2016 LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE

LOISIRS SAÔNE-ET-LOIRE ET RÉGION
DI J ON É V É NE MEN T

43

AUTUN

La « plus grande cave de la région »
s’ouvre à vous pendant trois jours

Des tickets de ciné suspendus
pour les plus démunis

n Il suffit de demander au guichet

pour bénéficier d’un ticket suspendu.
Photo Jean-François CLANET

n Échanges, discussions, dégustations, découvertes et achats seront au programme
des trois jours. Photo d’archives Philippe BRUCHOT

Le salon des Vignerons indépendants de Bourgogne et du
Jura se tiendra du 14 au
16 octobre, au parc des Expositions de Dijon. L’occasion
pour le plus grand nombre de
venir découvrir, goûter et
éventuellement acheter pas
moins de 400 vins différents.

A

près un dixième anniversaire, l’an dernier, le
salon des Vignerons indépendants de Bourgogne et
du Jura reviendra, cette
année, pour une 11e édition, toujours sous le signe
des découvertes et dans
une ambiance on ne peut
plus sympathique.
Une soixantaine de vignerons de Bourgogne et du
Jura s’installeront du vendredi 14 au dimanche

16 octobre inclus au parc
des Expositions de Dijon,
« qui devient ainsi la plus
grande cave de la région »,
indiquent les organisateurs. « Ce salon est un
événement à ne pas manquer car il permet de parcourir l’ensemble du vignoble de la Bourgogne et
du Jura et les nouveaux
millésimes. Pas moins de
400 vins différents sont
proposés à la vente. »

Tarifs « comme au
caveau »
Les organisateurs donnent « cinq bonnes raisons de venir au salon des
Vignerons indépendants :
rencontrer des vignerons
aux personnalités authentiques », retrouver « tout
le vignoble bourguignon

et jurassien en un seul
lieu », disposer de « trois
jours pour découvrir ou
redécouvrir les coups de
cœur qui vont enrichir votre cave », « bénéficier de
t arifs “comme au caveau” » et enfin avoir « le
plaisir de passer un moment de convivialité et de
partage ».

Le concept est emprunté au café suspendu et le cinéma Arletty d’Autun est la
première salle du département à s’en emparer. Le principe est simple : les cinéphiles font un don ou laisse leur monnaie à la
caisse. Dès 5,50 € collectés, une place de
cinéma est disponible et offerte, sur simple demande, aux personnes les plus démunies. L’opération, lancée depuis le
1er septembre, a permis de suspendre une
douzaine de tickets. À ce jour, personne
n’en a encore réclamé, bien que le principe
soit clairement expliqué à l’entrée du cinéma.

GI VRY

Quand Claudette chante
“Face à la vie”

Vincent Lindeneher
INFOS Le 11e salon des
Vignerons indépendants de
Dijon a pour organisateur la
Fédération des vignerons
indépendants de Bourgogne
et du Jura. Son adresse est
la suivante : Maison du
Vignoble, 132-134, route de
Dijon, 21200 Beaune.
Tél. 03.80.22.15.25.
Mail : frvibj@vigneronindependant.com.

n La chanteuse Claudette va dévoiler son
nouveau spectacle samedi à Givry. Photo DR

LE SALON EN PRATIQUE
Le salon des Vignerons
indépendants de Bourgogne et du Jura se
tiendra du vendredi 14
au dimanche 16 octobre, au parc des Expositions de Dijon (21).
HORAIRES Vendredi
14 octobre, de 15 à
21 heures ; samedi
15 octobre, de 10 à
20 heures ; dimanche
16 octobre, de 10 à
18 heures.
TARIF Le prix d’entrée est
fixé à 6 € avec un vin offert.
SAO - 1

Depuis un an, Claudette travaille sur un répertoire de chansons très variées, afin de donner
un spectacle à l’image de la vie (passion,
amour, solitude, parents et enfants, indifférence et compassion, les maux et les bonheurs de
l’existence), sur un parcours musical qui va
d’Édith Piaf à Johnny Hallyday en passant par
Barbara, Céline Dion, Gilbert Bécaud, Patrick
Bruel, Francis Cabrel… Face à la vie, son
nouveau tour de chant, présente une mise en
scène novatrice de l’équipe de Musique et
spectacle, à découvrir samedi à Givry. Un
spectacle qui doit « toucher et enchanter »,
comme le définit Marc Cerronne.
n Chaque année, le salon attire plus de

8 000 personnes, venant de Côte-d’Or, de Bourgogne,
voire de plus loin. Photo d’archives Philippe BRUCHOT

PRATIQUE Samedi 15 octobre, à 20 h 30, à la salle
des fêtes de Givry. Entrée : 10 € (5 € pour les
moins de 12 ans). Réservations conseillées au
06.62.15.39.10 ou billets à l’épicerie de Givry Chez
Dom’s, place de l’Église.
www.lejsl.com

LE JOURNAL DE SAÔNE-ET-LOIRE MERCREDI 12 OCTOBRE 2016

44 ACTU MÉTÉO

Soleil puis se voilant progressivement
Ce matin

Après dissipation des
brumes matinales, le
soleil s’imposera
facilement. Il sera
ensuite contrarié par
l’arrivé d’un voile
d’altitude par le Sud. Il
se densifiera en fin
d’après-midi/soirée,
laissant présager une
dégradation pluvieuse
pour jeudi.
Températures encore
assez fraîches avec
des gelées blanches
en rase campagne.

Cet après-midi

RN6 Bellevue - 71700 TOURNUS

03 85 51 09 49

Autun 1

2

COTES DE LA SAÔNE (hier vers 11h)

Prévisionniste
en direct au
0899 700 513

Verdun 0.98
Chalon 1.92
Mâcon 1.60

Saint-Albin-0.52
Gray 0.60
Auxonne 0.14
Doubs Besançon 1.84

Confiance 9/10

DIJON

Croissante

Confiance 8/10

Saulieu

7 10

7 10

9 14

Autun

Bon

Très
Moyen Mauvais mauvais

5 6

7 8 9 10

Températures maxi.
Depuis sept jours

Mâcon

25°

20°
15°
10°

Saint Wilfrid

Saint Wilfrid ensoleillé, deux jours
plus tard emmitouflé

Samedi

MÂCON
8 11

Confiance 7/10

7 18

DIJON

9 14

MÂCON
9 14

10 17

9 18

Strasbourg 14
Dijon14

Clermont
Ferrand 14 Lyon Grenoble
15
Bordeaux
14
17
Nice
Toulouse 18
Marseille 17
19
Ajaccio
19

Chalon-sur-Saône
10 18

9 18

Lille
12
Paris 15

Beaune

Autun

Charolles

Caen

Aujourd'hui

Nantes 16

10 17

9 14

9 14

En France

Brest 14

DIJON

9 18

Chalon-sur-Saône
Charolles

www.meteonews.fr

16

Saulieu

9 15

9 15

8 11

8 10

Chalon-s/Saône
15
20
Le Creusot
15
Louhans
Montceau-les-Mines
15
Tournus 15
15
Digoin
16 Charolles
Cluny
14
14
MÂCON

Montbard

Beaune

9 14

Chalon-sur-Saône
Charolles

Autun 15

9 15

Beaune

Autun

Qualité de l'air
1 2 3 4

Montbard

7 12

8 10

www.lejsl.com

14

Très
bon

Lever : 17h08
Coucher : 03h04

Vendredi

Montbard

8 10

6

mer 5 jeu 6 ven 7 sam 8 dim 9 lun 10 mar 11

Lever : 07h52
lesstationsendirect.com
Coucher : 18h58

Saulieu

Il y a un an

15

Service 2,50€ par appel
+ prix d’un appel
La météo de votre station
en direct sur

Demain

www.perretpaysage.com

Chalon-s/Saône
2
20
Le Creusot
1
Louhans
Montceau-les-Mines
1
2
Tournus
2
Digoin
2 Charolles
Cluny
1
1
MÂCON

MÂCON
10 18

10 18

mini maxi

REVIVEZ LA GRANDE GUERRE
La Grande Guerre
en 200 questions
Qté___ x 15,00 € = _____€

L’enfant
des deux guerres

Qté___ x 21,50 € = _____€

www.lejsl.com

Qté___ x 21,00 € = _____€

Coffret 5 ouvrages
Coffre
1914 à 1918 + reliure grand luxe
Qté___ x 35,00 € = _____€

Les Années
Évanouies

Qté___ x 22,00 € = _____€

La Marseillaise
Histoire d’un Mythe
Qté___ x 7,90 € = _____€

Femmes
dans la guerre

Qté___ x 18,00 € = _____€

La Bataille
de Verdun

Qté___ x 21,00 € = _____€

Commandez en ligne sur
Com
http://boutique.lejsl.com
ou DÉCOUPEZ
ce bulletin
et RENVOYEZ-LE
avec votre règlement
par chèque à l’ordre de
EST BOURGOGNE MÉDIA
à l’adresse suivante :
LE JOURNAL DE
SAÔNE-ET-LOIRE
La Boutique
tiq
7, bd Chanoine-Kir
BP 21550
21015 DIJON cedex

Fotolia
Fotol
ia © Rozol

Chansons
des Tranchées

Découvrez cette sélection et
beaucoup d’autres produits
sur boutique.lejsl.com

Nom ....................................................................................................................................................... Prénom .........................................................................................
Adresse ....................................................................................................................................................................................................................................................................
.....................................................................................................................................................................................................................................................................................................

Code Postal ..................................................... Ville ..............................................................................................................................................................................
Tél. ......................./......................./......................./......................./.......................
E-mail .........................................................................................................................................................................@..........................................................................................
Délai de livraison :
8 jours
Livraison en France
métropolitaine
Sous réserve
des stocks
disponibles
CEVJSL

MONTANT TOTAL
DE MA COMMANDE _______________________________

€ _____

Frais de gestion
et d’expédition __________________________________ 5 € 90

PLAISIR D’OFFRIR !
Frais de gestion et d’expédition OFFERTS à partir de 2 volumes

MONTANT TOTAL
DE MA COMMANDE _______________________________

€ _____

71D - 1


PDF-Cahier_1-edition-de-chalon-sur-saone_20161012.pdf - page 1/44
 
PDF-Cahier_1-edition-de-chalon-sur-saone_20161012.pdf - page 2/44
PDF-Cahier_1-edition-de-chalon-sur-saone_20161012.pdf - page 3/44
PDF-Cahier_1-edition-de-chalon-sur-saone_20161012.pdf - page 4/44
PDF-Cahier_1-edition-de-chalon-sur-saone_20161012.pdf - page 5/44
PDF-Cahier_1-edition-de-chalon-sur-saone_20161012.pdf - page 6/44
 




Télécharger le fichier (PDF)

PDF-Cahier_1-edition-de-chalon-sur-saone_20161012.pdf (PDF, 11.5 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


pdf cahier 1 edition de chalon sur saone 20161012
edition du charolais brionnais supplement du 10 06 2016 page 2
articleclementborsoi pdf 1 1
fichier pdf sans nom
carte voies vertes 2016 fr bd
pdf page 22 edition de chalon sur saone 20160528 2

Sur le même sujet..