POLY DCEM2 ENDOCRINO BY MED TMSS.pdf


Aperçu du fichier PDF poly-dcem2-endocrino-by-med-tmss.pdf - page 5/210

Page 1...3 4 567210


Aperçu texte


Au maximum est réalisé un tableau de cétose voire de céto-acidose.
Le diagnosic de diabète de type 1 est généralement évident et la recherche des marqueurs d’auto-immunité et l’exploraion de l’insulinosécréion n’ont presque pas d’indicaion dans la praique clinique quoidienne.
Ce type de diabète peut s’associer à d’autres pathologies auto-immunes (maladie de Basedow, thyroïdite de Hashimoto,
maladie d’Addison, maladie cœliaque…).

2. LE DIABÈTE TYPE 2
Le diabète de type 2 est la forme la plus répandue de diabète (90 % de tous les diabètes).
Le risque de développer un diabète de type 2 augmente avec l’âge, l’existence d’antécédents familiaux de diabète, la présence d’une surcharge pondérale et les femmes qui ont des antécédents de diabète gestaionnel et/ou de macrosomie
fœtale.
Le diabète de type 2 est une maladie hétérogène et mulifactorielle caractérisée par deux anomalies :
-une entrave à l’acion de l’insuline= insulino-résistance
-défaillance de la sécréion de l’insuline
Ces deux anomalies sont soutenues par des facteurs généiques et ampliiées par des facteurs environnementaux (diétéique, sédentarité…).
L’installaion est souvent très progressive et plusieurs années peuvent passer entre le moment où s’installe une hyperglycémie chronique pathologique (≥1,26 g/l) et le diagnosic (annexe 5). Cete période asymptomaique explique le fait que
le diagnosic puisse être fait à l’occasion d’une complicaion chronique.
Ce type de diabète se disingue par son associaion fréquente à d’autres anomalies :
-Obésité ou surpoids
-Répariion androïde des graisses (annexe 2)
-Hypertension artérielle
-Anomalies lipidiques (augmentaion des VLDL [triglycérides], baisse du HDL- cholestérol)
Cete agrégaion fréquente de plusieurs facteurs de risque vasculaire est dénommée syndrome métabolique et explique le
risque élevé de développer des complicaions macrovasculaires (athérosclérose) chez le diabéique de type 2.
Selon les dernières recommandaions de l’ADA 2015, le dépistage du diabète de type 2 doit être systémaique chez tout
adulte, quel que soit son âge, présentant un surpoids ou une obésité avec au moins un autre facteur de risque parmi les
suivants :
• Sédentarité
• ATCDS de diabète chez un parent de 1ier degré
• Origine ethnique à haut risque
• Femmes avec antécédent de diabète gestaionnel ou de macrosomie
• Femmes avec syndrome des ovaires polykysiques
• HTA
• HDLc bas (<0,35 g/l) et/ou TG>2,5 g/l
• HbA1c ≥5,7 %, prédiabète
• Autres signes d’insulinorésistance (obésité morbide, acanthosis nigricans)
• antécédents de maladie cardiovasculaire
Chez les paients sans facteurs de risque, le dépistage doit être fait à parir de l’âge de 45 ans.
Le dépistage du diabète type 2 est recommandé chez les enfants et les adolescents en surpoids ou obèses et qui présentent au moins deux autres facteurs de risque du diabète.

3. AUTRES TYPES DE DIABÈTES SPÉCIFIQUES
Le diabète de type MODY (Maturity Onset Diabetes of the Young) correspond à un défaut de l’insulinosécréion lié à une
anomalie généique transmise sur le mode autosomique dominant. Ainsi, la présence de la maladie dans 3 généraions
successives est fortement évocatrice, mais seule la mise en évidence de l’anomalie généique peut assurer la ceritude
diagnosique. En efet, ce type de diabète est non insulinodépendant et peut simuler un diabète de type 2 qui lui aussi a
une composante héréditaire non négligeable.
Certaines pathologies peuvent, par le biais d’une altéraion de l’insulinosécréion ou par une hypersécréion d’une hormone hyperglycémiante, entraîner une anomalie du métabolisme glucidique qui au maximum abouira à un diabète sucré.
En général, dans ce contexte, le diabète est un épiphénomène dans l’expression de la maladie causale. Néanmoins, l’associaion diabète hypertension artérielle doit faire rechercher en pariculier des éléments en faveur d’une hypersécréion
d’hormones surrénaliennes ou d’hormone de croissance alors que l’associaion du diabète avec des signes digesifs ou
biliaires doit conduire à la praique d’un bilan pancréaique (biologie, imagerie).
Ce poly a ete telechargé depuis med-tmss.blogspot.com/2016/08/cours.html | Page Fb : www.facebook.com/Faculte.de.Medecine.TMSS

ANNÉE UNIVERSITAIRE 2016-2017 / ENDOCRINOLOGIE NUTRITION - DCEM2

5