POLY DCEM2 PEDIATRIE1 T12016 BY MED TMSS.pdf


Aperçu du fichier PDF poly-dcem2-pediatrie1-t12016-by-med-tmss.pdf - page 6/184

Page 1...4 5 678184



Aperçu texte


Pour simpliier, on peut utiliser la règle pratique suivante
qui est à adapter à chaque enfant :
Quantité /j (ml)= Poids/10 + 250 + 100
À la sortie de la maternité, la quantité de lait sera augmentée en fonction de l’appétit de l’enfant (par mesurette ou 1/2 mesurette). Le forcing alimentaire doit être
toujours évité surtout quand le repas a duré plus que
15 mn. Les volumes donnés, dans la journée, peuvent
être différents. Il est parfois nécessaire pour satisfaire
l’enfant d’augmenter les quantités données dans la matinée par rapport à celles données l’après-midi et le soir.
En fait ce qui compte, c’est la quantité globale reçue
dans la journée.
Une courbe de croissance normale est garante de la couverture des besoins.
L’intervalle entre les biberons, habituellement conseillé,
est en moyenne de 3 heures. Toutefois, une organisation
trop rigide de ce rythme peut être nocive : ainsi, certains
troubles du sommeil du nourrisson sont liés à un réveil
précoce pour soi-disant respecter un rythme alimentaire.
À l’opposé, le refus de donner un biberon à un enfant qui
a manifestement faim avant « l’heure » peut engendrer
des troubles du comportement ou relationnels avec la
mère. Certains enfants ont besoin d’être stimulés, car
« trop dormeurs » et peu « réclameurs ». Une intervention plus énergique peut être nécessaire.
Un biberon de nuit est souvent nécessaire au cours du
premier trimestre. Son horaire se décale naturellement et
progressivement (en fonction du réveil de l’enfant) jusqu’à
ce qu’il coïncide avec le premier repas de la journée.
Progressivement, l’enfant réclame des quantités plus
importantes et allonge donc l’intervalle entre les biberons. Le passage vers 5 biberons par jour devient possible vers l’âge de 5-6 mois. Mais aucun « forcing » n’est
justiié. Certains enfants continueront pendant quelques
semaines à réclamer des petites quantités de lait pour
chaque biberon (40-50 ml / biberon) et auront besoin de
8 voire 12 repas par jour jusqu’à l’âge de 3-4 mois.
Quand il est possible, l’apport en lait de suite (2e âge)
doit être poursuivi jusqu’à l’âge de 1 an. Ce type de lait,
quand il est enrichi en fer, reste le mieux adapté. Le remplacement par le lait de vache est inadapté, car comme
nous l’avons signalé ce type de lait ne peut pas assurer
un apport sufisant en fer et en acides gras essentiels.
Si l’apport en lait reste sufisant, il n’y a pas lieu à le réduire. L’enfant peut vers l’âge de 5-6 mois découvrir, si
l’alimentation par la cuillère est aisée, d’autres produits
lactés : yaourt, fromage.... (voir diversiication)
Les suppléments indispensables
a. Vitamines D : 1200-1600 UI/j
b. Fer : non systématique sauf pour les prématurés et
les enfants de faible poids de naissance.
c. Fluor : 0,25 mg/j jusqu’à 1 an, 0,5 mg/j de 1 à 3 ans,
1 mg de 3 à 13 ans, 1,5 mg par la suite.

2. DIVERSIFICATION.
La diversiication alimentaire correspond à l’introduction
dans l’alimentation de l’enfant d’autres aliments que
le lait. C’est une phase importante de l’alimentation de
l’enfant et fait transiter l’enfant d’une alimentation stric-

tement lactée vers une alimentation « structurée ». Il
est important de savoir qu’au début, la diversiication
a un rôle surtout éducatif et elle va permettre à l’enfant
de s’habituer et d’apprécier de nouvelles saveurs et une
alimentation de consistance épaisse, grumeuse ou solide ainsi que l’utilisation progressive de la cuillère avec
abandon du biberon.
Cette transition nécessite l’acquisition de la mastication.
Cette acquisition est un phénomène complexe. Il n’existe
pas véritablement d’âge ixe à son acquisition. Ainsi, elle
survient à des âges variables d’un enfant à un autre et
elle est concomitante à un certain stade de développement neuromusculaire. La mastication peut débuter à 2
mois, mais peut se faire attendre jusqu’à 8 mois voire
au-delà. Les sollicitations régulières en proposant au
nourrisson, sans forcing, des aliments de saveurs différentes et de consistance semi-liquide, jouent un rôle fondamental dans l’acquisition déinitive de la mastication.

2.1. PRODUITS AMYLACÉS :
FARINES, CÉRÉALES.
Les céréales (et les produits assimilés) sont utilisées au
début pour la préparation des bouillies. Compte tenu des
limites des capacités amylolytiques du jeune nourrisson,
les produits utilisés sont préalablement traités. De multiples produits de base sont utilisés seuls ou en mélange
(blé, seigle, avoine, orge, riz, maïs..., tubercules telles
que pomme de terre ou des graines telles que le soja).
Le rôle essentiel de l’introduction des farines est l’augmentation de la densité nutritionnelle de l’alimentation
(apport calorique : une cuillère à café = 1,5 g = 6 kcal) et
l’introduction de textures et de consistances différentes.
Il n’est pas utile de débuter les farines avant l’âge de 4
mois, mais il faut procéder à une introduction progressive
Les caractéristiques de chaque produit doivent être
connues et spéciiées de façon claire par le fabricant.
Les principales caractéristiques qui doivent être connues
sont :
- La teneur en protéines : elle est extrêmement variable
allant de 0 % telle que dans les farines ordinaires composées uniquement d’amidon (maïs, pomme de terre,
manioc...) à 10 % telle que dans les farines extraites de
céréales.
- La présence ou non de gluten
- La teneur en amidon
Deux types de farines sont disponibles : Farine à cuire
(la cuisson à 70-80 °C est nécessaire pour transformer
l’amidon en dextrine puis en oligosaccharides) et farine
dite instantanée où la transformation de l’amidon en
dextrine et oligosaccharides est réalisée de façon industrielle.
PRODUITS AJOUTÉS
Aux farines, plusieurs produits peuvent être ajoutés :
sucre, légumes, fruits, parfums, lait....Un enrichissement en vitamines (B1 le plus souvent) et en fer est possible
Les céréales peuvent être utilisées de la façon suivante :
- Céréales sans gluten : à l’âge de 4 mois, 1-2 bouillies
très luides (2-3 g, soit 1 ou 2 c à café).
- Céréales avec gluten : à l’âge de 6 mois, 1-2 bouillies
luides (7-10 g, soit 5-7 c à café).

Ce poly a ete telechargé depuis med-tmss.blogspot.com/2016/08/cours.html | Page Fb : www.facebook.com/Faculte.de.Medecine.TMSS

6

ANNÉE UNIVERSITAIRE 2016-2017 / PEDIATRIE 1 / TOME 1 / DCEM2