Publication axe de réflexions pour des actions concertées.pdf


Aperçu du fichier PDF publication-axe-de-reflexions-pour-des-actions-concertees.pdf - page 3/12

Page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12



Aperçu texte


Le choix devient complexe d'autant plus que lorsqu'on est
béninois, foncièrement jaloux des acquis démocratiques telle que
la liberté. Quelles marges de manœuvres suggérées au
Gouvernement pour lui éviter de perdre la face ? En substance,
c'est toute la problématique de l'interdiction des activités des
associations estudiantines qui se trouve poser.
D'abord l'interdiction d'exercice d'activités aux associations à
caractère syndical estudiantin rime à quoi concrètement ?
S'il est évident que comparaison n'est pas raison, permettez-moi
d'établir la similitude que voici : c'est refuser aux bébés de cesser
les jérémiades, signaux de ses malaises auxquels il convient
d'apporter des réponses adéquates pour son bien être.
En clair, l'animation des activités syndicales est une question de
logique existentielle pour le monde estudiantin. Agir autrement
conduirait à un arrêt de mort, pourquoi ?
Pour en saisir l'essence même de ce qui précède, mettons d'abord
en exergue la caricature de la condamnation à mort inspirée du
célèbre classique Michel SARDOU, je cite un extrait de sa
chanson:" la liberté au fond du trou, les mains liées, la corde au
cou".
Ensuite faisons la lumière aux profanes sur ce à quoi retourne les
activités syndicales estudiantines en prenant l'exemple de la
Fédération Nationale des Etudiants du Bénin (FNEB), l'une des
organisations faitières qui couvre les institutions spécialisées que
sont: le journal le Héraut, la Radio Univers, l'EACE, ESE, BDCR,
BCCL, Police Universitaire. C'est à partir desdites institutions
spécialisées que les étudiants éclosent leurs talents tant culturels
que sportifs d'une part; préservant les droits humains en
défendant les intérêts à la fois matériels et moraux d'autre part à