gazette octobre 2016 .pdf



Nom original: gazette octobre 2016.pdfTitre: gazette septembre2016Auteur: ethnos

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par PDFCreator Version 1.0.1 / GPL Ghostscript 8.71, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 17/10/2016 à 09:21, depuis l'adresse IP 93.20.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 486 fois.
Taille du document: 3.8 Mo (20 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Groupe hospitalier
sud Ardennes

@hopitalGHSA

Informations du Groupe Hospitalier Sud Ardennes
Edition n°3

Prévention & formation
L’année du dos
Innovation
Détecteur de veines à infrarouge

Retour d’expérience
La gestion des risques
Urgences et médecine
Accueil des internes

Rénovation au GHSA
Travaux de réfection
Journée champenoise
EHPAD de Vouziers
Chirurgie vasculaire
Dr Fouilhe
Stratégie de coopération
Le GHT de Champagne
La Gazette du GHSA, octobre 2016

Annonce

Edito

M. le
Directeur

Page 3

Prévention

Formation

Année du dos

Pages 4-5-6-7

Travaux de
réfection

Page 8

Modernisation

Innovation

Equipement

Détecteur de
veines

Voyage

EHPAD
de Vouziers

Journée
champenoise

Gestion des
risques

Retour
d’expérience

Dr Bussy
Malgrange

Activité

Chirurgie
vasculaire

Dr Fouilhe

Page 15

Urgences et
Médecine

Accueil des
internes

Pages 16-17

Enseignement

Stratégie

2

Rénovation

Coopération

GHT

Page 9

Pages 10-11

Pages 12-13-14

Pages 18-19

La Gazette du GHSA, octobre 2016

EDITO
Monsieur Jean-Rémi RICHARD
Directeur

Je suis heureux de vous adresser le troisième numéro de la gazette du
GHSA.
L’investissement de l’ensemble des professionnels de l’établissement a
permis, durant le premier semestre 2016, de poursuivre les projets en
cours et je vous en remercie.
D’une part, conformément à ce que prévoit la loi de modernisation de
notre système de santé, le GHSA s’est engagé dans une dynamique de
coopération forte avec le CHU de Reims, le CH de Châlons en
Champagne et le CH d’Epernay au travers de la construction du
Groupement Hospitalier de Territoire de Champagne dont la convention
constitutive et les grands axes du projet médical partagé a été signée par
les établissements en juin 2016 et transmise à l’ARS en juillet 2016.
D’autre part, depuis la mi-août, les travaux de rénovation et de réfection
du hall d’accueil et des urgences du site de Rethel ont débuté. Ils
permettront de moderniser les locaux mais surtout d’améliorer les
conditions d’accueil et de prise en charge des patients accueillis au
GHSA. Plus que jamais, nous sommes et serons au service des patients
de notre territoire.
Jean Rémi Richard

3

La Gazette du GHSA, octobre 2016

Annonce : Edito

Je souhaite attirer votre attention sur deux points d’actualité importants.

L’année du dos
Vous former pour ne pas vous
déformer

Le contexte et les objectifs

Prévention : année du dos

Les troubles musculo-squelettiques
(TMS) et les accidents de travail liés à
des problèmes de dos sont de plus en
plus fréquents dans les établissements
de santé. Le GHSA n’est pas exempt
de cette problématique et les retours
du Comité d'Hygiène, de Sécurité et
des Conditions de Travail (CHSCT )
ont permis de mettre en évidence la
prévention des maux de dos comme
étant un enjeu majeur pour
l’établissement.
Devant l’importance des problèmes de
dos des agents, le Directeur a sollicité
le CHSCT afin de constituer un
groupe de travail.
Ce dernier, conduit par Madame Marie
Henry, directrice des ressources
humaines, a pour mission de proposer
des actions concrètes, innovantes,
ambitieuses et simples pour réduire
l’impact des TMS.
Suite à un appel à candidature, un
groupe de travail de dix personnes a
été instauré.
Il est constitué de personnels de
l’établissement volontaires et de
membres des organisations syndicales.
Il est supervisé par Madame Henry et
travaille en collaboration étroite avec
le médecin du travail.
Très rapidement, il a été décidé par le
groupe de faire de l’année 2015
« l’année du dos ».
L’objectif est d’améliorer les
conditions de travail de l’ensemble des
4

professionnels du GHSA ainsi que de
réduire l’absentéisme et les accidents
de travail.

Le projet et les actions
Le projet « année du dos » s’articule
autour de deux actions centrales :
1) La formation de référents en
manutention dans tous les
services
2) L’organisation de journées
« chambre des bonnes pratiques
en manutention »
Autour de ces actions, une démarche
de communication a été réalisée afin
d’informer et de sensibiliser les
professionnels de l’établissement aux
bonnes pratiques en manutention.
Une affiche concernant ces bonnes
pratiques a été diffusée et des fauteuils
pour les agents de nuit ont été achetés.

Les référents en manutention
Des
sessions
de
formation
« manutention des malades » ont été
réalisées au sein du GHSA.
• En Mai 2015 et Janvier 2016 :
formation à la manutention des
malades pour les référents de service
• Le 18.novembre et le 14 décembre
2015 : formation des trois référents
en manutention, avec certificat
d’acteur en prévention des risques
liés à l’activité physique (PRAP)
Ce programme de formation se
poursuivra en 2016 et 2017 avec cinq
nouveaux groupes :
• Deux groupes seront formés pour
les Agents des Services Hospitaliers
(ASH) réalisant l’entretien des
locaux de l’établissement.
• Un groupe permettra de former des
agents manipulant des charges
La Gazette du GHSA, octobre 2016

Des investissements pour du
matériel adapté
Pour répondre aux besoins de matériel dans les services, l’ergothérapeute
5

de l’établissement a réalisé un état des
lieux.
Le premier investissement a consisté
en l’achat de 77 draps de glisses. Ils
ont été reçus début mai et sont distribués par les référents afin de former
les professionnels et de s’assurer de
leur utilisation.
Le GHSA a également investi pour
l’acquisition d’un chariot électrique,
pour favoriser la manipulation des
charges lourdes (poubelles, chariots de
linge) par les agents des services techniques, blanchisserie et espaces verts.

Mme Henry,
directrice des
ressources humaines

Les référents et formateurs en
prévention des risques liés à
l’activité physique :
Monsieur Loupadière,
aide-soignant à l’unité
de soins continus de
Rethel

Monsieur Oswald,
aide-soignant à
l’EHPAD de Rethel

Monsieur Buchet,
ouvrier professionnel
qualifié en
blanchisserie, à
Vouziers
La Gazette du GHSA, octobre 2016

Prévention : année du dos

lourdes, à destination du personnel
ouvrier, technique, blanchisserie ou
pharmacie.
• Un groupe sera constitué pour le
personnel administratif (installation
au poste de travail, ergonomie)
• Un groupe sera remis en place en
2017 pour le personnel soignant,
avec les mêmes objectifs que précédemment
Au total, 70 référents en manutention
seront formés au sein de l’établissement en 2017.
Les trois référents PRAP ont pour
missions de former les agents et de
répondre aux difficultés quotidiennes
qu’ils peuvent rencontrer concernant
les transferts et la manutention des
patients. Ils interviennent à la demande de leurs collègues mais également
dans le cadre des actions prévues par
le groupe de travail.
En parallèle, afin d’avoir une action
transversale sur l’ensemble du GHSA,
un référent en manutention a été formé dans chaque service et sur les deux
sites. Il s’agit de professionnels volontaires souhaitant s’investir dans cette
démarche. Chacun d’entre eux a bénéficié de deux jours de formation.
Un courrier, envoyé aux agents formés, a permis de les remercier pour
leur implication et de repréciser leurs
missions. Un livret « les métiers du
soin », précisant les principaux risques
professionnels et les solutions proposées, leur a été fourni.

La chambre des bonnes
pratiques en manutention

Un espace de rencontre et de mise
en situation

Prévention : année du dos

Devant le succès rencontré par le projet qualité ludique « chambre des erreurs », mis en place au GHSA en
2015, l’hôpital a eu l’idée innovante
de créer une « chambre des bonnes
pratiques en manutention ».
L’objectif de ce projet était de mettre
en situation les professionnels de l’établissement au travers de l’utilisation
du matériel, pour le port de charge ou
concernant l’installation devant un
poste de travail.
L’objectif n’était pas de juger les participants mais au contraire de chercher
avec eux des solutions aux situations
complexes et concrètes qu’ils vivent
au quotidien.
Trois journées ont été programmées
en 2016 afin de permettre à l’ensemble des professionnels de participer à
ce projet :
• Le 10 mai à Vouziers
• Le 24 mai à Rethel
• Le 26 mai à l’EHPAD de Rethel

6

La Gazette du GHSA, octobre 2016

Prévention : année du dos

7

La Gazette du GHSA, octobre 2016

Restructuration
Des travaux de modernisation sur
les deux sites du GHSA
Rénover le hall d’accueil
et les urgences, à Rethel

Modernisation : travaux de réfection

Le bureau des entrées et le service des
urgences de Rethel sont en travaux
depuis Août 2016.
L’objectif est d’améliorer l’accueil des
patients et les conditions de travail des
professionnels grâce à la réalisation de
travaux de réfection et de modernisation du hall d’accueil et des urgences.
La construction de locaux sociaux
favorisera notamment les espaces de
confidentialité. Des vestiaires hommes
et femmes et une salle de réunion
pour les professionnels seront également créés.

Reconstruire l’EHPAD
de Vouziers
Le GHSA s’est engagé dans un plan
d’investissement majeur relatif à la
reconstruction de l’EHPAD de Vouziers. Actuellement, des études préalables à la phase des travaux permettent
de préciser davantage les besoins et de
sélectionner un Assistant Technique à
Maîtrise d’Ouvrage (ATMO). Le
GHSA a lancé un appel à candidature
au cours d’une procédure de marché
public, afin de sélectionner son référent technique pour la construction du
nouvel EHPAD. Le projet de construction est global : un unique opérateur sera en charge de l’ensemble des
travaux. Ces derniers se dérouleront
durant trois années. L’ouverture du
nouvel EHPAD est attendue pour le
début de l’année 2020.
8

Améliorer la sécurité incendie et
l’accessibilité
Des travaux de réhabilitation des locaux, d’amélioration de la sécurité incendie et de l’accessibilité sont prévus
pour mars 2017 sur le site de Rethel.
Ils concerneront trois bâtiments :
• L’ancienne maternité
• Le service de médecine
• Le service administratif
Actuellement, le GHSA sélectionne
l’équipe de maîtrise d’œuvre qui l’assistera pour cette opération. Le choix
sera prononcé pour septembre 2016.
La période de rénovation durera trois
ans et s’achèvera en mars 2019.
Ces travaux permettront notamment
le déplacement du service des consultations. Les activités de consultations
externes seront regroupées et centralisées dans un bâtiment rénové et adapté. La capacité de ces activités pourra
être étendue, en accueillant davantage
de professionnels et de patients et en
proposant de nouvelles spécialités.
Les travaux permettront également de
favoriser l’accessibilité aux services du
GHSA pour les personnes à mobilité
réduite.

Développer l’offre de
soins ambulatoires
La rénovation de plusieurs bâtiments
permettra au GHSA de poursuivre le
développement de son offre de soins
ambulatoires, notamment pour la chirurgie et l’hospitalisation de jour.

La Gazette du GHSA, octobre 2016

Innovation
Le site de l’hôpital de Vouziers
s’équipe d’un appareil détecteur de
veines à infrarouge.
Un appareil innovant

9

Un dispositif qui favorise le respect du patient
Le Docteur Zylberberg explique que
le dispositif est particulièrement intéressant pour les patients âgés, les patients souffrant d’une surcharge pondérale. « Au sein du pôle 3 de l’hôpital, le
détecteur de veines nous permet d’améliorer
sensiblement le confort des patients en nous
permettant d’accéder immédiatement à leur
potentiel veineux et d’éviter ainsi les voies
veineuses centrales pour les personnes qui sont
les plus difficiles à piquer ». Il ajoute que
« l’appareil favorise ainsi le respect de l’humain à l’hôpital en contribuant aussi à diminuer l’anxiété du patient ».

Un outil utilisé par tous les services du site de Vouziers
Le dispositif se présente sous la forme
d’un petit boitier léger portatif qui
fonctionne avec une batterie rechargeable et qui peut être manipulé avec
un pied à roulette. L’appareil a été
acquis en juin 2016 et peut être utilisé
par les professionnels de l’ensemble
des services hospitaliers du site de
Vouziers (Médecine, SSR, Urgences)
mais aussi par ceux des unités d’hébergement (EHPAD ou SMTI).

La Gazette du GHSA, octobre 2016

Information : détecteur de veines à infrarouges

En plus d’être totalement inoffensif pour le
patient, le procédé est à
la fois surprenant, étonnant et innovant. Le
détecteur de veines envoie sur la peau des ondes infrarouges. L’appareil permet de voir, grâce à une caméra thermique l’endroit précis de chaque veine. Les ondes sont absorbées
par l’hémoglobine contenue dans les
veines ce qui permet de les faire apparaître. De cette manière, le réseau sanguin se révèle sur la peau à travers une
image rouge ou
blanche. Trouver la
veine devient alors
beaucoup plus facile
pour le praticien et
les infirmières notamment chez les
patients âgés qui
souffrent de problématiques veineuses
et qui sont difficilement perfusables.
Le Docteur Zylberberg, chef du pôle
n°3, explique qu’il s’agit d’un dispositif innovant, « encore très peu d’hôpitaux
en France sont équipés de cette technologie »
explique-t-il. « Le détecteur de veine permet de travailler avec précision, de ne pas
piquer les patients plusieurs fois, d’éviter les
hématomes mais aussi et surtout d’éviter les
maladies nosocomiales ». Il indique qu’il

peut être utilisé par les professionnels
médecins ou infirmiers pour des prises de sang ou des injections en intraveineuse.

Escapade
Champenoise
Sortie champêtre organisée pour
les résidents de l’EHPAD de Vouziers

Voyage : journée champenoise

Une journée culturelle aux alentours
d’Epernay a été proposée aux résidents de l’EHPAD de Vouziers le 18
mai 2016. Cette sortie, organisée par
l’association « le chêne vert vouzinois », en collaboration avec les équipes soignantes, a ravi l’ensemble des
participants.
28 résidents, accompagnés de 21 bénévoles (soignants, familles et membres de l’association) ont profité de ce
voyage journalier.

La visite d’une chocolaterie

La matinée a été consacrée à la visite
de la chocolaterie Thibaut dans le village de Pierry. Avec grand intérêt, les
résidents ont écouté l’histoire de la
fabrication du chocolat tout en assistant à une démonstration. Ils ont découvert de curieuses machines et ont
pu savourer divers chocolats lors
d’une dégustation. Certains ont fait
quelques emplettes dans la boutique,
pour se faire plaisir ou offrir.

Comme un départ en vacances
Ce matin là, il régnait une effervescence dans les unités de l’EHPAD. Les
rythmes de vie étaient quelque peu
modifiés : les réveils, toilettes et petits
déjeuners des résidents participant à la
sortie ont été anticipés afin d’assurer
le départ du groupe à 8h.
La perspective de voyager dans un bel
et grand autobus en réjouissait plus
d’un. Les ressentis étaient ambivalents, partagés entre la crainte de quitter la maison de retraite et la joie d’en
sortir pour rompre la vie institutionnelle.

10

La Gazette du GHSA, octobre 2016

Le déjeuner au restaurant

Suite à ce copieux repas, l’après midi a
été consacrée à la visite des caves
Mercier, à Epernay. Les résidents,
accompagnés d’un guide et équipés
chacun d’un audio-guide, ont été
enthousiasmés par le petit train. Ils
ont pu déguster du champagne à
l’issue de la visite.

Une sortie très réussie
La distribution de questionnaires de
satisfaction sur le trajet du retour
permet d’affirmer que l’ensemble des
participants a été ravi par cette
journée champenoise. Ils ont trouvé
cette sortie agréable et instructive. La
majorité d’entre eux sont volontaires
pour participer à un prochain voyage.
Afin de partager l’expérience avec les
résidents étant restés à la maison de
retraite et de se remémorer cette
journée, des tableaux photos seront
exposés dans chaque unité au cours de
l’été.
11

La Gazette du GHSA, octobre 2016

Voyage : journée champenoise

Pendant midi, les résidents ont
déjeuné à l’auberge champenoise de
Moussy, où un délicieux menu du
terroir leur fut servi. Ce moment a été
particulièrement apprécié, laissant
place aux échanges concernant la
visite du matin et à la joie de se
trouver au restaurant.

La découverte des caves

Vigilances et
gestion des risques
Le Docteur Véronique Bussy Malgrange, pharmacien biologiste,
praticien en gestion des risques et
hygiène et coordonnatrice de la
gestion des risques au GHSA,
s’exprime sur cette activité
primordiale.
Gestion des risques et vigilances : interview

La gestion des risques, en quoi
ça consiste ?
« Tout mettre en œuvre pour assurer
la sécurité des patients/résidents et
des professionnels constitue l’axe
privilégié de la gestion des risques.
Trois temps structurent nos activités :
1. La gestion des risques a priori est
primordiale ; elle consiste à mettre en
œuvre tous les moyens pour éviter la
survenue d’un évènement indésirable
(EI).
2. La gestion des risques en temps réel
permet d’organiser au mieux le
traitement d’un EI au moment de sa
survenue ou de sa découverte.
3. La gestion des risques
a posteriori, c’est-à-dire après la
survenue d’un EI, consiste à analyser
précisément les causes de sa survenue
en décryptant toutes les étapes de la
prise en charge du patient afin de
repérer la (les) défaillance(s) en cause.
Les professionnels de terrain sont
particulièrement engagés dans la
prévention des EI, ainsi que dans la
mise en place de mesures correctives
12

ou palliatives lors de la survenue d’un
EI, pour assurer la sécurité des
patients ou des résidents. Dans le cas
d’évènements indésirables graves
(EIG), l’analyse a posteriori est
effectuée au cours de réunions
institutionnalisées : les retours
d’expérience ou les revues de morbimortalité (RMM). Des représentants
de l’ensemble des professionnels ayant
pris en charge les patients concernés
participent à ces réunions qui
permettent de modifier certaines
pratiques ou de proposer des
modifications de prise en charge. »

Les vigilances et
qu’est ce que c’est ?

l’hygiène,

« La loi met également en place des
organisations nommées vigilances.
L’objectif est de référer aux autorités
de santé les incidents sérieux pouvant
se produire au sein de l’hôpital. Les
vigilances réglementées sont efficaces
puisque les domaines concernés par
ces vigilances représentent une faible
partie des EI (moins de 5%). Le
GHSA est concerné par six vigilances
réglementées : hémovigilance,
pharmacovigilance, matériovigilance,
réactovigilance, infectiovigilance,
e r r e ur s e t r is qu e s d ’ e r r e u r s
médicamenteuses.
L’identitovigilance fait l’objet d’une
instruction ministérielle. Un domaine
important fait également l’objet d’une
règlementation et d’une surveillance
rapprochée : la sécurité incendie.
Les autres domaines, impossible à
La Gazette du GHSA, octobre 2016

réglementer pour la plus grande part,
sont donc représentés dans la plupart
des EI. Pour ces domaines, des recommandations sont diffusées par les experts nationaux ou les ministères
concernés. »

Qui sont les professionnels du
GHSA spécialisés pour ces activités ?

Mes collaboratrices sont les professionnelles du service gestion des risques et
hygiène, Florence Gérometta, technicienne en gestion des risques et hygiène
et Céline Misseghers, infirmière en hygiène.

Avec moi, elles constituent entre-autre
l’équipe opérationnelle en hygiène
(EOH).
13

Quels outils utilisez-vous pour
gérer les risques ?
« Le diagramme de James Reason,
élaboré en 1993, est un outil repère et
structurant. Il identifie sept étapes de la
prise en charge dans la prévention du
risque (contexte institutionnel, management, organisation des tâches, conditions de travail, équipe, soignant et patient). »
James Reason, professeur de Psychologie à
l’université de Manchester, a modélisé une
approche de la gestion de la sécurité qui se
focalise sur les facteurs de l’organisation
mis en jeu dans les accidents. Son étude
formalise les responsabilités en matière de
sécurité depuis le management jusqu'aux
acteurs de première ligne et instaure la lutte
contre les défaillances le plus en amont
possible afin d’accroître l’efficacité des
systèmes de gestion de la sécurité.
Le signalement des EI est la pierre angulaire de la gestion des risques a posteriori. Il permet de classer les évènements survenus sur un laps de temps
donné en fonction de leur criticité
(gravité X fréquence) pour les analyser
ensuite.
La Gazette du GHSA, octobre 2016

Gestion des risques et vigilances : interview

« J’ai été nommée coordonnatrice de la
gestion des risques par le Directeur, sur
proposition du Président de la Commission Médicale d’Etablissement
(CME), dont une des missions, sous la responsabilité de son président, est la
sécurité et la gestion des
risques.
Dr Diani

Tout comme la gestion des risques est
le bras armé de la CME en matière de
sécurité, la gestion du risque infectieux,
diligentée par l’EOH, est le bras armé
de la sous-commission de
la CME pour la lutte
contre les infections associées aux soins (SCLIAS),
présidée par le Dr CatheDr Froment
rine Froment. »

Une charte d’incitation au signalement, signée par le directeur du
GHSA permet de sécuriser les professionnels ayant fait un signalement. »

Et les structures compétentes ?

Gestion des risques et vigilances : interview

« Le comité de retour d’expérience
(Crex) réunit les responsables représentant l’ensemble des catégories professionnelles afin d’étudier la criticité
des EI signalés, de proposer la tenue
de réunions de retours d’expérience et
de décider de la mise en œuvre de
mesures correctives à plus ou moins
long terme, afin d’éviter l’itération
d’EI, notamment les EIG ou porteurs
de risque. Le Crex se réunit au moins
deux fois par an en réunion plénière
ou de façon ponctuelle en fonction de
la nécessité.
Les RMM sont organisées lorsqu’un
patient subit un EIG. Elles réunissent
les médecins, l’encadrement, et les
professionnels ayant concouru à la
prise en charge du patient afin d’en
analyser chaque étape et d’identifier la
(les) cause(s) de la défaillance et de
mettre en place des actions correctives. »
Le Crex et la RMM s’inscrivent pleinement dans la démarche de gestion
des risques.

Votre travail paraît particulièrement lié à la qualité ?
« Effectivement, il existe un lien essentiel entre les activités de gestion
des risques et le domaine de la qualité ! L’assurance qualité est primordiale
14

dans la gestion des risques. Elle permet de visualiser le suivi du respect
des procédures et d’être en capacité de
le prouver. Les indicateurs qualité
sont des outils de communication
essentiels. »

Quelle est votre méthodologie
professionnelle ?
« Selon moi, la prévention et la communication sont deux facettes prioritaires de la gestion des risques. Afin
de rendre la gestion des risques efficiente, nous devons améliorer et impulser continuellement la communication entre l’ensemble des professionnels du GHSA, toutes catégories
confondues. Créer du lien est un leitmotiv que nous avons constamment à
l’esprit. La communication est indispensable à une gestion des risques
efficace. »
Dans le cadre de la démarche
obligatoire d’évaluation continue de la
qualité et de la sécurité des soins,
organisée dans le contexte de
certification des établissements de
santé par la Haute Autorité de Santé,
nous travaillons en concertation avec la
directrice de la qualité et de la gestion
des risques, Madame Berthe, afin
d’élaborer une politique
permettant d’améliorer
les pratiques dans
l’objectif de perfectionner
la qualité de la prise en
charge des patients.
Mme Berthe

La Gazette du GHSA, octobre 2016

Chirurgie vasculaire
Développement d’une prestation de
proximité afin d’améliorer
l’accessibilité aux soins pour les
patients du Sud-Ardennes.
Monsieur le Docteur Fouilhe, praticien
hospitalier à temps plein au Centre
Hospitalier Universitaire (CHU) de
Reims, assure depuis le 1er mars 2016
une activité hebdomadaire de
consultations et de chirurgies
vasculaires au GHSA.

L’activité de chirurgie vasculaire est
développée au GHSA dans le cadre
d’un protocole d’accord stratégique,
pour sa coopération avec le CHU de
Reims.
Ce partenariat est mis en place pour
favoriser l’accès aux soins des patients
du Sud-Ardennes.
Désormais, ils n’ont plus besoin de se
déplacer à Reims et peuvent consulter
sur le territoire de proximité afin d’être
soignés à côté de leur domicile.

Au GHSA, Monsieur le Docteur
Fouilhe consulte le mardi après midi et
consacre les matinées à l’activité
chirurgicale au bloc opératoire .
Ses interventions concernent les
chirurgies veineuses et les chirurgies
artérielles.
Les pathologies veineuses sont opérées
au GHSA.
En revanche, pour les pathologies
artérielles, plus conséquentes, il dirige
les patients au CHU afin de les opérer.
P o ur ces de ux a ct iv it és , l es
consultations pré et post-opératoires
s’effectuent au GHSA.
Les Docteurs Deprey et Rolland,
angiologues exerçant une activité
libérale à Reims et une activité
hospitalière au GHSA sur les deux sites
15

Docteur Fouilhe,
Chirurgien vasculaire

Consultations
de chirurgie vasculaire
Docteur Fouilhe
Site de Rethel
Le mardi après-midi
03.24.38.66.74

La Gazette du GHSA, octobre 2016

Retour d’expérience : Dr Foulhe

Il a intégré le CHU de Reims en
novembre 2004 après avoir exercé trois
ans en tant que chef de clinique
assistant, à Paris.

de Rethel et Vouziers, travaillent en
lien avec le Docteur Fouilhe, en lui
adressant notamment les patients
souffrant de pathologies vasculaires.

Accueil des
internes
Les internes sont accueillis et
formés au GHSA dans les services
de médecine et des urgences.
Modalités professionnelles

Formation : accueil des internes

Les internes pratiquent l’exercice
médical de manière autonome, en
étant supervisés par les médecins
séniors du GHSA, tout au long de
leur stage. Ces expériences
professionnelles durent six mois, de
mai à novembre, et donnent lieu à une
évaluation à la fin de la formation. Les
internes exercent au GHSA à raison
de onze demies journées
hebdomadaires, durant lesquelles sont
inclues : une demie journée de
formation avec les médecins du
GHSA et une demie journée de travail
personnel, généralement consacrée à
leur thèse.

Formation
Les internes poursuivent une
formation pratique dispensée au
GHSA par les médecins volontaires.
Ces temps de formations sont
l’occasion d’approfondir les éléments
jugés importants, en rapport avec le
service fréquenté. Ils sont
principalement organisés sous forme
d’études de cas. Afin de compléter
cette formation pratique, les internes
suivent également une formation
théorique. Celle-ci se déroule à la
faculté de médecine de Reims. Elle est
proposée sous forme de séminaires,
organisés mensuellement durant deux
journées.
16

Orientation des internes
A l’issue du concours effectué en fin
de 6ème année de médecine, les
étudiants émettent leurs souhaits en
matière de spécialisation et de lieu
d’exercice. Les internes exerçant au
GHSA ont tous chois i une
spécialisation en médecine générale
dans la région Champagne-Ardenne.
Un partenariat entre l’Agence
Régionale de Santé (ARS) de
Champagne-Ardenne et la faculté de
médecine de Reims permet à l’ARS de
proposer les stages et d’assurer leur
bonne coordination. Les spécialités
sont attribuées en fonction du
clas s ement au concour s . Ce
classement est conservé afin d’affecter
les lieux de stages.

Stages
Le cadre légal du Diplôme d’Etudes
Spécialisées (DES) de médecine
générale définit la maquette de stage
que l’étudiant doit suivre.
Elle est composée de :
• quatre stages obligatoires : trois en
mil ie u hos p ita li er (s er v ic es
d’urgences, de médecine adulte
polyvalente et de gynécologiepédiatrie) et un stage en médecine
générale chez un praticien.
• Deux stages libres : un dans un
service hospitalier, l’autre selon le
projet professionnel de l’interne de
médecine générale.

La Gazette du GHSA, octobre 2016

Evaluation

Les internes au GHSA
Le GHSA dispose d’une autorisation
de cinq ans pour la formation des
internes en médecine générale et en
médecine d’urgences, ainsi que pour la
formation des externes de 5° et 6°
année. Actuellement, le GHSA
accueille deux internes de médecine
générale et un interne de médecine du
travail dans son service de médecine.
Deux autres internes de médecine
générale exercent au service des
urgences, dans lequel deux postes sont
disponibles.
17

Internat

Notre relève
Les internes sont un vivier de futurs
praticiens au sein des centres
hospitaliers, notamment afin d’assurer
la relève. Au GHSA, notre objectif est :
• d’assurer de bonnes conditions
d’accueil des stagiaires, notamment
sur le plan hôtelier
• d’assurer une bonne formation
médicale, théorique et pratique
• de parvenir à convaincre certains
internes de faire leur carrière au sein
de notre établissement

Dr Diani, Président de
la CME et chef de pôle

La Gazette du GHSA, octobre 2016

Formation : accueil des internes

A l’issue du stage, celui-ci doit être
validé par le médecin du service
accueillant l’interne. Cette validation
prend la forme d’une notation attestant
des compétences acquises, au sein du
livret d’objectifs et de compétences de
l’interne. La validation du stage
nécessite également la présence de
l’interne à l’ensemble des séminaires
organisés à la faculté.
Les compétences évaluées en contexte
hospitalier font partie de six
compétences génériques :
1) Prendre une décision adaptée en
contexte d’urgence
2) Exécuter avec sécurité des gestes
techniques
3) Communiquer de façon appropriée
avec le patient et son entourage
4) Eduquer le patient à la promotion
et à la gestion de sa santé et de sa
maladie
5) A p p l i q u e r l e s d i s p o s i t i o n s
réglementaires dans le respect des
valeurs éthiques
6) R é f l é c h i r à s e s a c t i o n s
professionnels, évaluer sa pratique

Vie quotidienne
Des logements sont à disposition des
internes au sein du « bâtiment de
l’internat » du GHSA. Il contient
plusieurs chambres ainsi qu’une cuisine
et un salon communs. Le GHSA
assure la restauration des internes
durant leur temps de travail.

GHT de
Champagne
Groupement Hospitalier de
Territoire
Dans le cadre de l’instauration des
Groupements Hospitaliers de
Territoires (GHT) instaurés par la loi
de modernisation de notre système de
santé du 26 Janvier 2016, le GHSA
s’inscrit dans une dynamique de
coopération renforcée avec les
établissements hospitaliers et médicosociaux publics de son secteur.

Stratégie : GHT

Il travaille notamment avec le Centre
Hospitalier Universitaire (CHU) de
Reims, le Centre Hospitalier (CH) de
Châlons-en-Champagne et celui
d’Epernay afin de poursuivre la
construction du GHT de Champagne,
déjà engagée depuis plusieurs mois au
travers de groupes de travail
composés notamment de directeurs et
de médecins.
Cette coopération vise à formaliser
une stratégie de prise en charge
commune articulée autour de filières
de soins identifiées et organisées de la
proximité au recours, afin d’assurer un
égal accès à des soins sécurisés et de
qualité à la population du territoire.

18

Convention constitutive
Le GHT est formalisé au travers
d’une convention constitutive qui
comprend notamment :
• un projet médical partagé commun
aux établissements membres du
GHT de Champagne dont
aujourd’hui seuls les grands axes
sont définis
• un r èglement intér ieur de
fonctionnement
Après avoir été présentée aux
instances de l’établissement pour avis,
la convention constitutive du GHT
assortie des grands axes du projet
médical partagé a été signée par les
directeurs et les présidents des
Commissions Médicales des
Etablissements membres en juin 2016,
puis transmise à l’ARS.
Au travers de la construction du
projet médical partagé, le GHSA
entend poursuivre le développement
de ses activités de proximité et
amé lior er , en l ien a vec l es
établissements partenaires, son
attractivité pour le recrutement de
professionnels médicaux sur les sites
de Rethel et de Vouziers.

La Gazette du GHSA, octobre 2016

Composition des GHT
La loi précise que les GHT sont
associés à un CHU et qu’un
établissement support, disposant d’un
statut particulier lui permettant
d’assurer certaines fonctions et
activités pour le compte des autres
établissements, doit être désigné. Pour
le GHT de Champagne, il s’agit du
CHU de Reims.
Chaque établissement public de santé
est obligatoirement partie à une
convention de GHT. Sur la base du
volontariat, les établissements et
services médico-sociaux peuvent
également être partie à la convention
GHT.

19

Le GHT ne dispose pas de la
personnalité morale, cela signifie que
seule une relation contractuelle est
instaurée entre ses membres.

Objectif principal
Mettre en œuvre une stratégie de prise en charge commune et graduée du patient, dans le but d’assurer
une égalité d’accès à des
soins sécurisés et de qualité
sur le territoire.

La Gazette du GHSA, octobre 2016

Stratégie : GHT

Les CH psychiatriques, les hôpitaux
des armées et les établissements privés
de santé peuvent y être associés, sans
obligation.

Concernant notre GHT de
Champagne, plusieurs établissements
médico-sociaux ont souhaité y
participer et le CH spécialisé de Bélair
est associé.

Rejoignez-nous sur les réseaux sociaux

Groupe Hospitalier Sud Ardennes

Groupe Hospitalier Sud Ardennes
1 place Hourtoule
CS 65 113
08 303 Rethel Cedex
Tel : 03 24 38 66 66
Fax : 03 24 38 66 23

12 rue Henrionnet
BP 55
08 400 Vouziers
Tel : 03 24 30 71 00
Fax : 03 24 30 71 11

direction@ch-ghsa.fr

Production interne : GHSA
Direction Qualité / Communication
Rédaction et mise en page : Florine HERBILLON
Impression externe : Reprocolor Reims
20

La Gazette du GHSA, octobre 2016


gazette octobre 2016.pdf - page 1/20
 
gazette octobre 2016.pdf - page 2/20
gazette octobre 2016.pdf - page 3/20
gazette octobre 2016.pdf - page 4/20
gazette octobre 2016.pdf - page 5/20
gazette octobre 2016.pdf - page 6/20
 




Télécharger le fichier (PDF)


gazette octobre 2016.pdf (PDF, 3.8 Mo)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


gazette octobre 2016
gazette mars 2016
doc news n 30 31 mai 2016
doc news n 26 31 mars 2016
doc news n 51 30 juin 2017
duerp 2014 annexes

Sur le même sujet..