Pages correspondant point 12 .pdf



Nom original: Pages correspondant point 12.pdfTitre: Microsoft Word - thèse jpylg_vol1 sans bib.docxAuteur: JPYLG

Ce document au format PDF 1.6 a été généré par Microsoft Word / Mac OS X 10.6.8 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 17/10/2016 à 21:14, depuis l'adresse IP 91.69.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 657 fois.
Taille du document: 550 Ko (11 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


I.L'orthodoxie et l'antiquité
(Augusin  et  Jérôme)  est  mise  en  place  par  des  auteurs  dont  la  connaissance  des  origines  
du   christianisme   n'est   pas   exempte   de   nombreuses   zones   obscures,   qu'ils   occultent   en  
survalorisant  les  évangiles  canoniques,  posant  ainsi  les  bases  d'une  historiographie,  elle-­‐

même  orthodoxe,  qui  a  traversé  les  siècles  jusqu'à  aujourd'hui.    193                                                                                                                                    
 

D.  L'APPARITION  DU  DOGME  ET  DE  L'INTOLÉRANCE  
 

 

 

L’émergence   du   christianisme   donne   au   mot   de   dogme   un   sens   nouveau   qui   lui  

restera  désormais  attaché.  Selon,  l'un  des  grands  historiens  du  dogme  194,  la  signification  
première   de   ce   terme   est   celle   d'un   ordre,   d'un   décret,   pour   devenir   progressivement,  
celle  d'une  doctrine  obligatoire.  Dogme  a  d'abord  un  sens  civil  et  c'est  dans  ce  sens  que  
Luc   l'emploie,   dans   son   évangile,   chapitre   2,   verset   1   pour   désigner,   ce   que   l'on   voit  
traduit  généralement  par  un  édit  de  César.  On  le  trouve  encore  dans  d'autres  passages  
du  Nouveau  Testament   195.  Étymologiquement,  le  mot  dérive  du  verbe  dokein  (δοκειν)  
(d’où   vient   aussi   docétisme),   sous   une   double   forme,   doxa   (δοξα)   et   dogma   (δογμα),   le  
premier  voulant  dire  l’opinion  courante,  le  second  l’opinion  juste,  c’est-­‐à-­‐dire  confortée  
par  quelque  forme  d’autorité.  En  une  occurrence  au  moins  du  Nouveau  Testament,  son  
utilisation    approche  du  sens  que  le  christianisme  lui  confèrera  définitivement:  "  Dans  les  
villes   où   ils   passaient,   ils   transmettaient,   en   recommandant   de   les   observer,   les   décrets  
portés  par  les  apôtres  et  les  anciens  de  Jérusalem.  Ainsi  les  Églises  s'affermissaient  dans  la  
foi   et   croissaient   en   nombre   de   jour   en   jour."   196   Le   mot   traduit   par   décret   est   bien   dogma  
dans   le   texte   grec   et   ce   décret   serait   partie   de   l'enseignement   des   apôtres,   au   travers  
duquel  l'Église  va  se  construire.  C’est  toujours,  d'un  certain  point  de  vue,    la  définition  
que   l’Église   donne   du   dogme   et   c’est   cette   définition   qui   fonde   elle-­‐même   la   notion  
d’orthodoxie.   L'orthodoxie,   la   doctrine   juste,   est   ce   que   l'Église   décrète,   en   disant   que  
l'origine  vient  de  Dieu.  
 

L'Église  catholique,  dès  les  origines,  considère    que  le  dogme  chrétien  est  issu  de  

la  parole  de  Dieu,  une  parole  personnelle  qui  s'est  manifestée  dans  l'histoire,  ayant  pour  
objet  le  Mystère  du  Christ,  identifiant  ainsi  la  totalité  du  dogme  et  la  personne  de  Jésus.  
                                                                                                               
193 Le terme de Nazôréens fait l'objet de deux articles dans l'enctyclopédie Wikipédia. Le premier, assez abondamment
informé, s'appuie très largement, à bon ou à mauvais escient, sur les positions de Simon-Claude MimounI. Le second, assez
court, fait valoir ce qui se nomme, dans le langage de
xxxxxxxxxx "controverse de neutralité" --- " A :
xxxxxxxxxxxxxxxxxxx.
194 Tixeront, Joseph. xxxxxxxxxxxxxxxx
195 (2) Actes 16, 4 et 17, 7 ; Ephésiens 2, 15 ; Colossiens 2, 14
196 Actes, 16, 4-5

100  

I.L'orthodoxie et l'antiquité
L’Église   catholique   romaine   ne   dissimule   en   rien   sa   prétention   à   posséder   la   vérité  
absolue.  Cette  vérité  s’affirme  dans  des  dogmes  et  les  dogmes  prennent  leur  source  dans  
la  Parole  de  Dieu.  
 

La   gêne   éventuelle   que   certains   esprits   (   peut-­‐être   trop   susceptibles,   à   moins  

qu'ils  ne  soient  trop  rationnels  ?)  risquent  d'éprouver  face  à  une  revendication  de  cette  
nature,  c’est  qu’elle  ne  résulte  pas  d’une  argumentation  qui  serait,  par  sa  qualité,  au-­‐delà    
de   toute   contestation   possible,   mais   qu’elle   prétend   se   fonder   en   histoire,   c’est-­‐à-­‐dire  
que,   pour   l’Église   catholique,   la   preuve   de   la   vérité   ne   serait   pas   d’ordre   dialectique,  
mais   d’ordre   historique.   Tout   repose,   effectivement,   sur   l’existence   de   Jésus,   sur   la  
réalité   de   sa   résurrection,   établissant   sa   nature   divine,     sur   le   témoignage   des   apôtres  
qui   ont   reçu   le   dépôt   de   la   foi   et   sur   la   fidèlité   de   la   transmission   de   ce   dépôt   aux  
générations   successives,   via   la   succession   apostolique.   Qu’un   seul   point   de   cet  
enchaînement   soit   mis   en   défaut   et   c’est   tout   le   dogme   et   toute   l’orthodoxie   qui  
s’effondrent.    
 

Le   premier   dogme,   explicitement   et   officiellement   prononcé,   auquel   nous   allons  

nous   intéresser   est   celui   de   la   divinité   du   Christ,   qui   est   l’objet   du   premier   concile  
œcuménique   de   Nicée   qui   déclare   le   Fils   consubstantiel   au   Père.   Nous   avons   vu   dans  
l’introduction,  en  partant  de  la  controverse  entre  Frédéric  Lenoir  et  Bernard  Sesbouë  197  
que  ce  dogme  initial  peut  être  encore  à  l’heure  actuelle  matière  à  controverse.  En  réalité,  
cette   problématique   n’est   pas   nouvelle   et   l’on   a   même   déjà   vu   des   théologiens  
catholiques   prendre   à   ce   sujet   des   positions   non-­‐conformistes,   tel   Marie-­‐Émile  
Boismard,   dans   un   ouvrage   paru   en   1998,   intitulé   A   l’aube   du   Christianisme,   la   naissance  
des  dogmes    198  dans  lequel  il  écrit  :    
  «  Ainsi  les  dogmes  auxquels  nous  croyons  maintenant  ne  sont  pas  nés  du  jour  au  lendemain  

avec   le   christianisme.   Aussitôt   après   la   résurrection   du   Christ,   les   apôtres   ne   croyaient   pas  
encore   que   Jésus   était   Dieu,   ils   n’avaient   aucune   notion   du   mystère   de   la   Trinité,   ils   ne  
soupçonnaient  même  pas  que  la  mort  de  leur  maître  eût  une  valeur  rédemptrice.  Ce  fait  est  
admis   par   la   quasi-­totalité   des   théologiens   modernes.   La   question   se   pose   alors  
inévitablement   :   à   quel   moment   sont   nés   les   principaux   dogmes   de   l’Eglise,   et   comment   se  
sont-­ils-­ils  progressivement  formés  ?  »    

 

Ceci   nous   renvoie   à   la   définition   du   dogme,   évoquée   précédemment.   Dans  

l’extrait  placé  en  annexe,  on  peut  comprendre  que  l’Eglise  n’ajoute  rien  à  l’enseignement  
du   Christ,   ce   qui   serait   sacrilège,   mais   qu’elle   a   la   charge   d’expliciter   des   vérités   qui  
                                                                                                               

197 Voir supra, introduction, page. 19 et s.
198 Boismard, Marie-Émile. xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

101  

I.L'orthodoxie et l'antiquité
peuvent   y   être   contenues   de   manière   tellement   condensée   que   les   intéressés   ne   les  
comprennent  pas.  L’image  du  grain  de  sénevé  -­‐  c’est-­‐à-­‐dire  de  la  semence  -­‐  est  évoquée  
199 .    

 

Ce   sont   les   Pères   de   l’Église   les   premiers   qui   entreprennent   le   travail  

d’explicitation,   incarnant   ce   que   l’historiographie   chrétienne   va   appeler   la   tradition.  
Mais   ils   seront   supposés   s’appuyer   sur   des   éléments   dûment   contenus   dans   les  
évangiles,  seraient-­‐ils  obscurs,  voire  contradictoires.  Aussi,  nous  ne  nous  étonnerons  pas  
que  le  constat  de  Marie-­‐Émile  Boismard  selon  lequel  les  apôtres  ne  croyaient  pas  encore  
que   Jésus   était   Dieu,   se   trouve   annulé   par   l’affirmation   venant   par   la   suite   établissant  
que  s’ils  ne  l’avait  pas  compris,  c’était  néanmoins  bien  contenu,  au  moins  dans  l’évangile  
de  Jean  :    
«   A   l’aube   du   christianisme,   jusque   vers   les   années   80,   il   n’est   pas   question   de   croire   à   des  
dogmes   :   ceux-­ci   n’ont   pas   encore   été   formulés,   comme   nous   le   verrons   dans   les   chapitres  
suivants.   C’est   seulement   dans   les   écrits   johanniques,   au   niveau   de   Jean   IIb,   donc   vers   les  
années   80-­85   qu’apparaît   la   nécessité   de   croire   à   un   de   nos   dogmes   actuels   :   Jésus   est   Dieu   »  
200 .  

 

 Et   plus   loin,   le   Père   Boismard   d’avancer   cette   affirmation   définitive   :   «   Que  

l’évangile  de  Jean  affirme  la  divinité  du  Christ,  nul  ne  le  met  en  doute.  Dès  le  prologue,  nous  
comprenons  que  cette  parole  qui  est  Dieu  et  qui  est  venue  planter  sa  tente  parmi  nous  (Jn  
1,  1,  14)  n’est  autre  que  le  Christ.»201  
 

Nous   reviendrons   plus   loin   à   la   question   de   la   divinité   de   Jésus,   telle  

qu’éventuellement,   en   effet,   on   peut   la   voir   apparaître   dans   l’évangile   de   Jean   et   telle  
aussi   que   son   absence   peut   étonner   dans   les   autres   évangiles,   à   supposer   que   même  
dans   Jean   de   sérieuses   contradictions   ne   soient   pas   aussi   objet   d’étonnement.   Mais   ne  
manquons   pas   de   remarquer   une   petite   phrase   de   Marie-­‐Émile   Boismard   dans   sa  
préface   :   «   Pour   mener   à   bien   la   présente   étude,   nous   allons   nous   trouver   confronté   au  
redoutable   problème   de   la   chronologie   des   écrits   du   N.T.,   qui   suscite   encore   maintenant  
bien  des  controverses.  Il  n’est  pas  question  pour  nous  de  le  traiter,  et  nous  adopterons  les  
positions  les  plus  classiques.»   202  Le  postulat  fondamental  sur  lequel  toute  l’hérésiologie  
et  l’historiographie  chrétiennes  reposent  est  réaffirmé  d’entrée  de  jeu,  mais  sans  que  le  
caractère  de  postulat  ne  gêne,  apparemment,  l’auteur  ni  même  qu'il  vaille  la  peine  d'être  
                                                                                                               
199 « Jésus leur proposa une autre parabole, et il dit : le royaume des cieux est semblable à un grain de sénevé qu’un homme a pris et semé dans son
champ. C’est la plus petite de toutes les semences ; mais, quand il a poussé, il est plus grand que les légumes et devient un arbre, de sorte que les
oiseaux du ciel viennent habiter dans ses branches.» Mtt 13, 31-32
200 op.cit. xxxx--- Voir, page 387, la partie " datation des évangiles " et l'annexe correspondante.
201 op.cit. xxxxxxxx
202 op. cit. page x

102  

I.L'orthodoxie et l'antiquité
explicité  en  tant  que  tel.  M.É.  Boismard  connaît  particulièrement  bien  la  chronologie  des  
écrits   du   N.T,   puisque,   pour   le   seul   évangile   de   Jean,   il   a   su   distinguer,   Jean   I   (écrit   peut-­‐
être   vers   l’an   50),   Jean   IIa   (écrit   vers   les   années   65),   Jean   IIb   (qui   serait   apparu   vers   85-­‐
90)   et   Jean   III,   ultime   rédacteur   qui   «   aurait   ajouté   quelques   gloses   à   Jean   IIb   dans   les  
premières   années   du   deuxième   siècle   »203.   Quelle   que   soit   la   pertinence   de   telles   théories,  
que   seuls   des   spécialistes   de   critique   textuelle   du   même   niveau   sont   en   état   de   discuter,  
il  reste  que  beaucoup  d’écrits  chrétiens  établissant  l’orthodoxie  sont  en  circulation  sans  
donner  lieu  de  penser  que  leurs  auteurs  connaissent  davantage  Jean  I  que  Jean  II  ou  que  
Jean   III   ;   surtout,   au   moment   où   apparaissent   les   écrits   dits   canoniques,   toutes   sortes  
d’écrits   dits   apocryphes   apparaissent   aussi   qui   pourraient   être   contemporains   des  
premiers,     voire   leur   être   antérieurs.   Un   prochain   chapitre   sera   consacré   à   la   datation   et  
au   statut   de   ces   écrits.   204     Aucune   référence   n'est   faite   davantage   à   la   divinité   du   Christ.  
Le   problème   n’est   donc   pas   seulement   celui   de   la   chronologie   des   écrits   du   N.T.,   mais  
celui  de  la  chronologie  (et  du  statut)  de  tous  les  écrits  relatant  l’avènement  du  Christ,  ou  
Messie,  lequel  peut  être  ou  ne  pas  être  Jésus  de  Nazareth,  être  ou  ne  pas  être  un  homme,  
être   ou   ne   pas   être   un   dieu.   Ne   pas     prendre   en   compte   ces   questions   revient,   purement  
et   simplement,   à   faire   acte   d’allégeance   à   cette   histoire   qui   est   dominée   par   la   théologie.  
Notons,  en  passant,  la  contradiction  qui  existe  dans  la  citation  ci-­‐dessus  de  Marie-­‐Émile  
Boismard   :   «   Nous   allons   nous   trouver   confronté   au   redoutable   problème...etc.   »   et   «   il  
n’est  pas  question  de  le  traiter  ».  C’est  une  étrange  façon  d’être  confronté  à  un  problème  
que   de   dire   qu’on   ne   va   pas   le   traiter,   mais   qu’on   va   adopter   «   les   positions   les   plus  
classiques  ».  
 

A   la   préparation   des   dogmes,   puisque   l'auteur   situe   son   propos   avant   leur  

naissance,  huit  chapitres  sont  consacrés:  royaume  de  Dieu,    conception  virignale,  trinité,  
rédemption,   sort   des   impies,   etc.   La   divinité   n'est   que   l'un   deux,   le   chapitre   4,   mais  
beaucoup  plus  long  que  les  autres,    allant  de  la  page  63  à  la  page  104,  prenant  à  témoin  
évangiles   et   lettres   de   Paul.   Pour   Marie-­‐Emile   Boismard,     la   divinité   du   Christ   est  
proclamée  dans  le  prologue  de  l’évangile  de  Jean  et    les  dogmes  sont  des  explicitations  
formulées   par   l’Église,   au   fil   du   temps,   à   partir   de   la   Parole   de   Dieu,   révélée   dans   les  
évangiles  et  la  tradition.    
 

Or,   justement,   la   tradition   pose   un   autre   grave   problème,   pour   peu   que   l’on   s’y  

intéresse   indépendamment   des   a   priori   de   la   théologie.   Au   demeurant   cette   tradition,  
                                                                                                               
203 op.cit. pages xxxxx
204 Voir infra, page xxxx

103  

I.L'orthodoxie et l'antiquité
dans  ses  premières  manifestations,  montre  de  façon  évidente  qu’elle  ne  connaît  pas  les  
écrits   évangéliques   ;   dans   un   second   temps,   elle   va   s’employer   méthodiquement   à  
affirmer  qu’elle  y  puise  ses  sources.  
 

Les   deux   premiers   grands   hérésiologues   sont   Tertullien   et   Irénée,   puisque   le  

Traité   contre   les   hérésies   de   Justin   de   Néapolis   a   disparu.   Il   est   vrai   que   la   notion   de  
dépôt  de  la  foi  est  très  ancienne,  puisqu’on  la  trouve  chez  Paul  :  «  Ô,  Timothée,  garde  le  
dépôt.  Évite  les  discours  creux  et  impies,  les  objections  d’une  pseudo-­science  »,   205  «  Garde  
le   bon   dépôt,   avec   l’aide   de   l’Esprit   Saint   qui   habite   en   nous   ».   206Le   problème   que   pose  
Paul   est   qu’on   voit   mal   le   rapport   entre   l’Évangile   qui   est   le   sien   et   les   quatre   qui  
existeront   plus   tard   et   seront   dits   canoniques.   En   revanche,   on   voit   bien,   une   fois   de  
plus,   que   dès   ces   premiers   temps   de   l’Église   et   du   christianisme   -­‐   si   du   moins   on   veut  
considérer   que   l’Église   et   le   christianisme   ont   commencé   leur   existence   du   temps   de  
Paul  -­‐  les  interprétations  multiples  et  divergentes  existent  sur  le  thème  du  messianisme,  
de  la  loi  et  de  la  foi.  Nous  en  avons  donné  précédemment  plusieurs  aperçus.  Ils  sont  en  
abondance.   Dans   cette   même   première   lettre   à   Timothée,   Paul   dénonce   les   doctrines  
hétérodoxes,  (terme  traduit  par  étrangères  dans  la  Bible  de  Jérusalem  :    
«  Ainsi  donc,  en  partant  pour  la  Macédoine,  je  t’ai  prié  de  demeurer  à  Éphèse,  pour  
enjoindre   à   certains   de   cesser   d’enseigner   des   doctrines   étrangères   et   de   s’attacher   à  
des   fables   et   à   des   généalogies   sans   fin,   plus   propres   à   soulever   de   vains   problèmes  
qu’à  servir  le  dessein  de  Dieu  fondé  sur  la  foi  ».207    
 

On  a  donc,  en  cet  endroit  comme  en  d’autres,  bien  des  raisons  de  penser  que  les  

courants   interprétatifs   d’un   événement   mal   défini,   208   -­‐   ceux   qu’on   désignera   plus   tard  
sous  les  vocables  d’orthodoxie  et  d’hétérodoxie  (ou  d’hérésies)  -­‐  sont  contemporains  et  
qu’au   commencement   se   trouve   la   controverse   ou,   comme   nous   l’avons   dit,   le   conflit.  
Celui-­‐ci,   dès   le   temps   de   Paul   et   du   fait   même   de   Paul   est,   d’emblée,   extrêmement  
virulent  :  
«   Si   quelqu’un   enseigne   autre   chose   et   ne   reste   pas   attaché   à   de   saines   paroles,   celles  
de   Notre   Seigneur   Jésus-­Christ,   et   à   la   doctrine   conforme   à   la   piété,   c‘est   un   être  
aveuglé   par   l’orgueil,   un   ignorant   en   mal   de   questions   oiseuses   et   de   querelles   de  
mots  ;  de  là  viennent  l’envie,  la  discorde,  les  outrages,  les  soupçons  malveillants,  les  

                                                                                                               
205 1 Timothée 6, 20
206 2 Timothée 1, 14
207 1Timothée, 1, 3
208 Une résurrection ?

104  

I.L'orthodoxie et l'antiquité
disputes   interminables   de   gens   à   l’esprit   corrompu,   privés   de   la   vérité,   aux   yeux   de  
qui  la  piété  est  une  source  de  profits  ».  209  
 

 Paul   revendique   bien   les   paroles   de   Jésus-­‐Christ,   mais   il   ne   semble   pas   en  

connaître   beaucoup.   L’antériorité   de   l’orthodoxie   sur   l’hétérodoxie   est   également   un  
leitmotiv  de  Tertullien  et  d’Irénée,  leitmotiv  qui  sera  repris  par  le  premier  «  historien  »  
de  l’Eglise,  Eusèbe  de  Césarée,  mais  Tertullien  montre  une  grande  inculture  sur  le  plan  
des   écrits   canoniques     210et   Irénée   une   connaissance   fort   succincte.   Ces   deux   pères   étant  
à   peu   près   contemporains   et   citant,   l'un   et   l'autre,   les   quatre   évangiles,   il   ne   saurait   y  
avoir  de  doute  sur  le  fait  de  leur  existence  matérielle.  Cependant,  on  est  en  droit  de  se  
demander,   pour   Irénée,   dans   quelle   mesure   le   contenu   des   livres   dont   il   dispose,  
correspond   au   contenu   de   ceux   que   nous   connaissons   et,   même   pour   Tertullien,   dans  
quelle   mesure,   il   possède   les   livres   eux-­‐mêmes.   Il   serait   assez   extraordinaire   que   dans  
une  œuvre  aussi  abondante  que  la  sienne  il  en  fait  fait  un  si  rare  usage.    Quoiqu'il  en  soit,  
l'un   et   l'autre   ne   cessent   de   brandir   l’argument   de   l’autorité   des   apôtres   et   sur   le   plan  
des  anathèmes  lancés  contre  les  hérétiques,  ils  n’ont  rien  à  envier  à  Paul  :    
 «   C’est   dans   l’Église   que   Dieu   a   établi   des   apôtres,   des   prophètes,   des   docteurs   et   toute  

l’opération  de  l’Esprit,  écrit  Irénée,  ceux-­là  n’y  participent  pas,  qui  n’accourrent  pas  à  l’Église  
et   qui   se   privent   de   la   vie   par   leur   pensée   perverse   et   par   leurs   œuvres   mauvaises.   Car   où   est  
l’Église,  là  est  l’Esprit  de  Dieu,  là  est  l’Église  et  toute  grâce  ;  et  l’Esprit  est  vérité.  Aussi  ceux  
qui  n’y  participent  pas  ne  reçoivent  pas  des  mamelles  maternelles  l’aliment  de  vie,  ne  boivent  
pas  à  la  source  pure  qui  s’épanche  du  corps  du  Christ,  mais  là....  se  creusent  dans  des  fosses  de  
terre   des   citernes   percées   et   ils   boivent   une   eau   boueuse   ;   ils   fuient   la   foi   de   l’Église   qui   les  
conduirait,   ils   rejettent   l’Esprit   qui   les   instruirait   ».211   Tertullien   n’est   nullement   en   reste   :   «  
A   qui   la   foi   appartient-­elle   ?   A   qui   sont   les   Écritures   ?   Par   qui,   par   l’intermédiaire   de   qui,  
quand  et  à  qui  la  doctrine  qui  nous  fait  chrétiens  est-­elle  parvenue  ?  Là  où  il  apparaîtra  que  
réside  la  vérité  de  la  doctrine  et  de  la  foi  chrétiennes,  là  seront    aussi  les  vraies  Écritures,  les  
vraies  interprétations  et  toutes  les  vraies  traditions  chrétiennes.»  212  «  Ici  encore,  j’élève  cette  
prescription  que,  pour  le  savoir,  il  faut  nécessairement  s’adresser  à  ces  mêmes   Églises  que  les  
apôtres  ont  fondées  en  personne  et  qu’ils  ont  eux-­mêmes  instruites,  tant  de  vive  voix,  comme  
on   dit   que,   plus   tard,   par   lettres.   Dans   ces   conditions,   il   est   clair   que   toute   doctrine   qui   est   en  
accord   avec   ces   Églises,   matrices   et   sources   de   la   foi   doit   être   considérée   comme   vraie,  
puisqu’elle   contient   évidemment   ce   que   les   Églises   ont   reçu   des   apôtres,   les   apôtres   du   Christ  

                                                                                                               
209 1Timothée, 6, 3
210 Dans le Livre xxxxxde son Contre Marcion, Tertullien cite bien les quatre évangélistes, Matthieu, Marc Luc et Jean, mais
cet ouvrage est supposé dater de 207, donc très largement postérieur à Irénée, mais dans des termes tels qu'une interrogation
au sujet d'une éventuelle interpolation n'est pas illégitime. De toutes façons, dans l'ensemble de son œuvre abondante, la
pauvreté de toutes références canoniques est éloquente. On trouve encore dans xxxxxxxxxxx, des réflexions telles que celles-ci :
"Souvenons-nous des oracles du Seigneur et de ses Apôtres qui, en nous prédisant qu'il y aurait des hérésies nous ont ordonné de les fuir. (IV)", ainsi
que : "Nous n'avons pas besoin de curiosité après Jésus-Christ, ni de recherches après l'Evangile (...) Il est écrit, dit-on "Cherchez et vous
trouverez". Faisons attention au temps dans lequel Jésus-Christ dans lequel Jésus-Christ dit ces paroles : c'était dans les commencements de sa
prédication, lorsque tout le monde doutait s'il était le Christ, lorsque Pierre n'avait pas encore déclaré qu'il le reconnaissait pour le Fils de Dieu,
lorsque Jean, qui en était assuré, venait de mourir. (...) Il est évident que la suite du texte s'adresse aux Juifs : "Frappez et on vous ouvrira."
(VIII)
211 Irénée A.H. xxxxxxxxxx
212 Tertullienxxxxxxxxx

105  

I.L'orthodoxie et l'antiquité
et  le  Christ  de  Dieu.  Par  contre,  toute  doctrine  doit  être  a  priori  jugée  fausse  qui  contredit  la  
vérité  des  Églises,  des  apôtres,  du  Christ  et  de  Dieu.»213      

 

Dès   l’origine,   le   conflit   entre   les   divers   courants   interprétatifs   du   messianisme,  

conflit   d’où   sortira   le   christianisme,   s’inscrit   sous   le   signe   de   la   pire   intolérance   214.   C’est  
d’abord   le   conflit   entre   ceux   que   l’on   nomme,   faute   de   trouver   une   appellation   sur  
laquelle   tout   le   monde   s’accorde,   les   judéo-­chrétiens   (c’est-­‐à-­‐dire   les   juifs   qui   croient   à  
l’avènement  du  messie)  et  les  juifs  qui  n’y  croient  pas,  ceux  dont  la  religion  est  appelée  à  
se     modifier   profondément   à   la   suite   de   la   destruction   du   Temple   en   70,   puis   de   la  
défaite  de  Bar-­‐Kochba  en  135-­‐136  ;  le  conflit  qui  opposera,  ensuite,  divers  courants  du  
christianisme   durant   tout   le   premier   millénaire   ;   le     conflit   qui   opposera,   enfin,     le  
christianisme  à  d’autres  religions  rivales,  la  religion  égyptienne,  les  religions  orientales,  
la   religion   traditionnelle   romaine,   le   manichéisme   et   à   cette   philosophie   à   forte  
orientation   religieuse   qu’est   le   néo-­‐platonisme.   L'imprécation   sera   un   mode  
d’expression   très   ordinaire   qui   sera   utilisé,   d’ailleurs,   de   part   et   d’autre.   Pour   les  
chrétiens,   voici   encore   un   exemple   de   ce   que   la   possession   exclusive   de   la   vérité   inspire  
à  Irénée,  mais  de  telles  imprécations  foisonnent  :    
«   Tels   sont   les   gens   qu’il   nous   faut   combattre,   mon   cher   ami,   glissant   comme   des   serpents,   ils  
cherchent   à   s’échapper   de   tous   côtés   :   aussi   est-­ce   de   toutes   parts   qu’il   faut   leur   tenir   tête  
dans   l’espoir   que   nous   pourrons,   en   les   refoulant,   amener   quelques   uns   d’entre   eux   à   se  
convertir   à   la   vérité.   Car,   s’il   n’est   pas   facile   de   faire   changer   de   sentiment   une   âme   possédée  
par  l’erreur,  du  moins  n’est-­il  pas  absolument  impossible  que  l’erreur  s’enfuie  quand  on  met  
en  face  d’elle  la  vérité  ».  215  

 

La  revendication  du  monopole  de  la  vérité  -­‐  et  de  la  vérité  absolue  -­‐    commence  

dès   le   IIème   siècle,   elle   sera   le   cheval   de   bataille   de   tous   les   pères   de   l’Église   et   cela  
continue   jusqu’à   aujourd’hui.   Les   croyants   peuvent   trouver   cette   pétition   de   principe  
logique   et   cohérente   et   ne   pas   s'en   étonner.   Les   sceptiques   peuvent,   au   contraire,   la  
trouver   arrogante   et   surtout   se   demander   si   elle   n'a   pas   infligé   quelques   dommages   à   la  
vérité  historique,  beaucoup  plus  modeste,  beaucoup  plus  relative,  mais  qui  a  le  mérite,  
en  principe,  d'apporter  les  preuves  de  ce  qu'elle  avance.  Il  suffit  de  relire  l’encyclique  de  
Jean-­‐Paul   II,   Splendeur   de   la   vérité   (6   août   1993),   ainsi   que   quelques   articles   du  
                                                                                                               
213 id. xxxxxxxxxxx
214 Cette affirmation peut sembler anachronique ni le concept ni le terme tels que nous les entendons n'ont pas cours à
proprement parler dans l'antiquité gréco-romaine. Il n'en va pas de même pour le phénomène lui-même. Les Grecs sont
beaucoup moins libéraux que ce que l'historiographie ne les présentent. Les controverses politico-religieuses sont très violentes
dans le judaïsme. Mais dans le monde romain, un saut qualitatif est réalisé avec les débuts du christianisme qui, comme
jamais auparavant, systématise la revendication de l'exclusivité de la vérité.
215 A.Hxxxxxxxx

106  

I.L'orthodoxie et l'antiquité
catéchisme  de  1992.  Irénée,  Tertullien  (et  les  autres)  ne  paraissent  nullement  démodés  ;  
il   est   certain   que   la   logique   est   puissante   dans   la   mesure   où   l'Église   bénéficie   de   la  
Révélation  divine,  sachant  qu'il  n'est  pas  dans  la  nature  de  Dieu  de  suivre  les  modes  que  
peuvent  connaître  les  hommes  :    
 «   La   vérité   divinement   révélée   que   contiennent   et   présentent   les   livres   de   la   Sainte  
Écriture   y   a   été   consignée   sous   l’inspiration   de   l’Esprit   Saint   »   (article   105   du  
Catéchisme  de  l'Eglise  catholique  de  1992),  «  Dieu  a  inspiré  les  auteurs  humains  des  
livres   sacrés   (...)   Dieu   a   choisi   des   hommes   (...)   pour   que   Lui-­même   agissant   en   eux   et  
par  eux,  ils  missent  par  écrit,  en  vrais  auteurs  tout  ce  qui  était  conforme  à  son  désir  et  
cela  seulement  »  (article  106),  «  Les  livres  inspirés  enseignent  la  vérité  (...)»  (article  
107)   «   Dieu   est   la   vérité   même,   ses   paroles   ne   peuvent   tromper   »   (article   215   du  
catéchisme).  
 

La   veille   de   l’élection   qui   allait   le   porter   sur   le   siège   de   Saint-­Pierre,   le   cardinal  

Ratzinger   prononçait,   à   la   basilique   vaticane,   le   lundi   18   avril   2005,   une   homélie   dans  
laquelle  il  dénonçait  la  dictature  du  relativisme,  thème  qu’il  a  repris  depuis  en  diverses  
occasions,  une  fois  devenu  Benoît  XVI  :  
 «   Combien   de   vents   de   la   doctrine   avons-­nous   connus   au   cours   des   dernières   décennies,  
combien   de   courants   idéologiques,   combien   de   modes   de   la   pensée...   La   petite   barque   de   la  
pensée   de   nombreux   chrétiens   a   été   souvent   ballottée   par   ces   vagues   -­   jetée    d'un    extrême    à  
 l'autre   :     du   marxisme   au   libéralisme,   jusqu'au   libertinisme   ;   du   collectivisme   à  
l'individualisme  radical  ;  de  l'athéisme  à  un  vague  mysticisme  religieux  ;  de  l'agnosticisme  au  
syncrétisme  et  ainsi  de  suite.  Chaque  jour  naissent  de  nouvelles  sectes  et  se  réalise  ce  que  dit  
saint  Paul  à  propos  de  l'imposture  des  hommes,  de  l'astuce  qui  tend  à  les  induire  en  erreur  
(cf.  Ep  4,  14).  Posséder  une  foi  claire,  selon  le  Credo  de  l'Église,  est  souvent  défini  comme  du  
fondamentalisme  .  Tandis  que  le  relativisme  ,  c'est-­à-­dire  se  laisser  entraîner  "à  tout  vent  de  
la  doctrine",  apparaît  comme  l'unique  attitude  à  la  hauteur  de  l'époque  actuelle.  L'on  est  en  
train  de  mettre  sur  pied  une  dictature  du  relativisme  qui  ne  reconnaît  rien  comme  définitif  et  
qui  donne  comme  mesure  ultime  uniquement  son  propre  ego  et  ses  désirs.»  216  

 
 

D.    CONCLUSION  PARTIELLE    
           SUR  ORTHODOXIE  ET  HÉRÉSIE  
 
 

Peut-­‐être   n’est-­‐il   pas   superflu,   arrivé   à   ce   point,   de   rappeler   de   quels   premiers  

constats   nous   partions   :   les   formes   de   la   vie   religieuse   changent   de   manière   évidente  
dans  nos  sociétés  occidentales  actuelles  et  aussi  le  contenu  des  croyances.  Témoin  parmi  
                                                                                                               
216 http://xxxxxxxxxxxxxxxx

107  

I.L'orthodoxie et l'antiquité
bien   d’autres   de   ce   changement,   un   auteur   bien   connu,   Frédéric   Lenoir,   voulait  
récemment  expliquer  au  grand  public  comment  Jésus  était  devenu  Dieu   217  ,  soutenant  
que,  selon  son  avis,  les  premières  générations  de  chrétiens  n’en  avaient  rien  su  et  qu’il  
leur   avait   suffi,   pour   être   chrétiens,   de   croire   à   la   résurrection   de   Jésus,   d’où   il   ne   voyait  
aucune   nécessité   à   ce   que   les   chrétiens   d’aujourd’hui   croient   à   autre   chose   et   à  
davantage.  Un  théologien  expert,  Bernard  Sesbouë,  lui  répondait  qu’il  avait  mal  lu,  que  
les  premiers  chrétiens,  en  particulier  les  apôtres,  avaient  su  que  Jésus  était  Dieu,  même  
si,  éventuellement,  cela  avait  pu  ne  pas  être  le  cas  de  tous  et  si,  pour  les  plus  éclairés,  le  
degré  de  conscience  ne  s’était  pas  trouvé  immédiatement  aussi  clair  qu’il  le  deviendrait  
ensuite,   par   le   travail   d’explicitation   des   pères   et   des   conciles.   Là-­‐dessus,   nous  
rappelions   que   le   pape   Benoît   XVI   218   mettait   en   garde   contre   une   relecture   de   l’histoire  
traditionnelle  des  origines  du  christianisme  qui  aboutirait,  disait-­‐il,  à  une  refonte  de  la  
foi  biblique  en  une  autre  forme  de  religion.    
 

Cette  problématique  était  partie  intégrante  de  la  crise  moderniste  précédemment  

évoquée.  Les  diagnostics  et  les  pronostics  différaient  grandement,  à  l’époque,  selon  les  
engagements   personnels   et   idéologiques   des   différents   critiques.   Pour   les   hyper-­‐
rationalistes,  l’histoire  qu’ils  défendaient,  la  pensant  la  seule  bonne,  allait  être,  selon  eux,  
fatale   à   une   religion   qui   n’avait   d’autre   base   que   l’illusion   et   le   mensonge   ;   d’autres,  
comme   l’historien-­‐théologien   protestant   Albert   Réville   219   pensaient,   plus   d’un   siècle  
avant  Frédéric  Lenoir,  que  la  divinité  de  Jésus  était  une  construction  humaine  tardive  et,  
comme  ce  même  auteur  d’aujourd’hui,    que  le    christianisme    n’en  avait  nullement    un  
besoin  indispensable.    
«   On   saura   désormais   que   le   dogme   orthodoxe   de   la   divinité   de   Jésus-­Christ   est   une   des  
formes  (...),  une  forme  entre  plusieurs  autres,  de  la  foi  chrétienne  ;  qu’il  n’a  rien  de  primitif  ni,  
par   conséquent,   de   nécessaire   à   l’existence   même   du   christianisme   ;   qu’en   particulier,   Jésus  
lui-­même,  le  siècle  apostolique  et  les  deux  siècles  suivants  s’en  sont  passés  ;  qu’il  s’est  formé,  
non  de  toutes  pièces,  mais  peu  à  peu  et  sous  l’influence  de  divers  facteurs,  les  uns  de  l’ordre  le  
plus  élevé,  les  autres  d’un  caractère  moins  qu’édifiant  ;  qu’en  un  mot,  ce  dogme  a  son  histoire  
au   sein   même   de   la   chrétienté.   Donc,   lors   même   qu’après   avoir   régné   pendant   des   siècles  
dans   l’Église,   il   viendrait   à   fondre   lentement   à   notre   horizon   religieux,   il   ne   faudrait  
nullement   en   conclure   que   le   christianisme   s’en   va   avec   lui.   Né   sans   lui,   l’Évangile   est  
parfaitement   en   état   de   lui   survivre,   comme   du   reste,   il   lui   survit   déjà   dans   l’âme   de  
nombreux  chrétiens  des  deux  côtés  de  l’Atlantique  ».220  

                                                                                                               
217 voir supra p 19
218 id. supra p 29
219 Albert Réville (1826-1906) fut le premier président de la Vème section, dite des Sciences religieuses, de l’EPHE (Ecole
Pratique des Hautes Etudes), créée en 1886, alors qu’il était titulaire depuis 1880 de la chaire d’histoire des religions au
Collège de France.
220 Réville Albertxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

108  

I.L'orthodoxie et l'antiquité
 

L’ouvrage  date  de  1869.  Par  conséquent,  si  l’on  en  croit  Albert  Réville  plus  d’un  

siècle   avant   le   constat   de   Frédéric   Lenoir,   des   chrétiens   se   passaient   de   croire   à   la  
divinité  de  Jésus,  encore  au  IVème  siècle.  Sans  doute  les  chrétiens  nicéens  commençaient  
à  l'affirmer  mais  croire  que  "  la  foi  de  Nicée"  l'avait  emporté  dans  toute  la  chrétienté,  dès  
la  conclusion  du  concile  est  encore  l'une  de  ces  allégations  que  l'histoire  traditionnelle  
entend   faire   passer   pour   vérités.   En   outre,   cette   reconnaissance   de   la   divinité   par   les  
Pères  de  Nicée  n'aurait  été  que  le  constat  de  la  foi  authentique  dans  les  trois  premiers  
siècles  du  christianisme.  C'est  ce  que  Frédéric  Lenoir  conteste  et  il  bénéficie  d'un  soutien  
de   la   part   de   cet   éminent   expert,   injustement   oublié   qu’était   Albert   Réville,221   Bernard  
Sesboué,  de  son  côté,  pourrait  se  prévaloir  d’un  auteur  de  prestige,  le  premier  historien  
des  origines  du  christianisme  (avant  que  l'évolution  de  l'historiographie  ne  lui  conteste  
ce   titre,   pour   le   décerner   à   Luc,   en   tant   qu'auteur   des   Actes   des   Apôtres,)   c'est-­‐à-­‐dire  
Eusèbe  de  Césarée.  
 

L’ouverture   de   l’   Histoire   Ecclésiastique   d’Eusèbe   de   Césarée   se   fait   sur  

l’affirmation  non  seulement  de  la  divinité  de  Jésus,  avant  que  le  premier  dogme  n’en  soit  
formellement  explicité  par  le  Concile  de  Nicée,  mais  aussi  sur  le  dogme  des  deux  natures  
de  Jésus,  tel  que  l’explicitera  le  concile  de  Chalcédoine,  en  451  :222  
 

L'histoire   paradigmatique   qui   réunit   un   grand   nombre   d'exégètes   s'entend  

considère   généralement   la   théologie   d'Eusèbe   de   Césarée   comme   mal   assurée,   sinon  
proprement  hérétique.  Sa  définition  des  deux  natures  du  Christ  est  pourtant  orthodoxe  
avant   l'heure.   A   moins   qu’il   ne   faille   voir   dans   les   formules   qu'il   emploie   certaines  
ambiguïtés   propres   à   nourrir   des   doutes   quant   à   la   parfaite   identité   entre   le   Fils   et   le  
Père   ?   Identité   ou   similitude   ?   Egalité   ou   infériorité   ?   Subordination   de   l’envoyé   à  
l’envoyeur  ?  Si  Eusèbe  n'est  pas  tout-­‐à-­‐fait  clair,  qu'en  est-­‐il  du  Nouveau  Testament  ?  Que  
nous  invite-­‐t-­‐il  à  penser?  
 

I.3.    La  divinité  de  Jésus  dans  le  Nouveau  Testament  
 
 

Étant   donné   que,   selon   la   théologie,   tous   les   dogmes   sont   en   germe   dans   la  

révélation  divine,  quitte  à  ce  qu’un  long  travail  de  développement  et  d’explicitation  soit  
nécessaire  dans  le  cadre  de  ce  que  le  christianisme  catholique  appelle  la  tradition,  il  est  
indispensable   que   la   divinité   de   Jésus   soit   dite   dans   le  Nouveau   Testament,   que   ce   soit  
                                                                                                               

221 op.cit. p XII Voir une plus longue citation en annexe.
222 Eusèbe de Césarée - xxxxxxxxx

109  

 

 
 
 
 
pour  en  savoir  plus  :  
 
http://www.lelivrelibre.net  

 


Aperçu du document Pages correspondant point 12.pdf - page 1/11

 
Pages correspondant point 12.pdf - page 3/11
Pages correspondant point 12.pdf - page 4/11
Pages correspondant point 12.pdf - page 5/11
Pages correspondant point 12.pdf - page 6/11
 




Télécharger le fichier (PDF)


Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte



Documents similaires


guygstroumsajudeo christianismeet lislam des origines
sur la sueur de sang de jesuis christ
retour glorieux
etudesurlauthenticitedutestimonium
pages 109 153
pages correspondant point 12

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.033s