pages 12 13 Le Matin Semaine 2016 10 22 .pdf


Nom original: pages_12_13_Le_Matin_Semaine_2016-10-22.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par , et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 25/10/2016 à 08:24, depuis l'adresse IP 86.111.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 171 fois.
Taille du document: 802 Ko (1 page).
Confidentialité: fichier public




Télécharger le fichier (PDF)










Aperçu du document


12

ÉCONOMIE

ÉCONOMIE

LE MATIN SAMEDI 22 OCTOBRE 2016

LE  CHIFFRE

13

SAMEDI 22 OCTOBRE 2016 LE MATIN

LA TÊTE D’AFFICHE

0%

COURS DES DEVISES

NINTENDO Au lendemain de la

présentation de la nouvelle console
Nintendo Switch, les investisseurs
semblent perplexes. L’action du pionnier
japonais des jeux vidéo a en effet chuté
hier matin de 5% à la Bourse de Tokyo.

INTÉRÊT  L’impôt  fédéral  direct  payé  en 

avance  ne  sera  gratifié  d’aucun  intérêt  dès 
2017.  Les  retardataires  seront,  eux,  toujours 
pénalisés  de  3%.

1$
0,9952 fr.

1€
1,0817 fr.


1,2148 fr.

COURS DU PÉTROLE
Prix du baril de brent à Londres, en dollars

51,45

56

LE  CHIFFRE

g L’Union européenne
n’est pas capable 

24  millions

d’avoir un accord 
international»

52
48
44

LA CITATION

21 septembre

PERTE   C’est,  en  euros,  le  résultat 

Chrystia Freeland, ministre canadienne du Commerce,
s’exprimant après l’échec des négociations sur le CETA

21 octobre

catastrophique  annoncé  hier  par 
l’équipementier  télécoms  suédois 
Ericsson  au  troisième  trimestre.

Chris  Wattie/Reuters

Nintendo

DES ALIMENTS EXOTIQ UES 100% SUISSES
ourquoi faire me suis alors concentré sur des vasimple quand riétés plus rares.» Des produits bio
on peut faire que, pour l’heure, il vend surtout
compliqué?» aux restaurants et aux primeurs.
Niels Rodin,
producteur d’agrumes à Borex Une serre zéro carbone
(VD), a fait sienne cette maxime. Conscient de l’impact écologique
Pourquoi produire des mains de de ses serres chauffées, le pasBouddha, des yuzus, des com- sionné travaille actuellement avec
bawas alors que l’on pourrait cul- le canton de Fribourg pour mettre
tiver des tomates? Mais la devise au point une serre zéro carbone. Ce
de l’agrumiculteur
qui lui permettra à
pourrait s’applil’avenir de déveJe fais 
quer à d’autres
lopper d’autres
des essais
producteurs suisfruits exotiques,
ses qui ont fait le avec la mangue,  dont certains qu’il
pari des produits
déjà. «Je fais
le litchi, le fruit teste
exotiques ou peu
des essais avec la
courants sous nos de la passion»
mangue, le litchi, le
Niels Rodin,
latitudes. Comme
fruit de la passion.
producteur suisse d’agrumes
la famille Courtois,
Ensuite on pourrait
précurseure des lémême imaginer de
gumineuses en Suisse, qui produit produire du cacao. Cela permet de
depuis 1995 de la lentille de Sau- proposer au consommateur des
verny, près de Versoix (GE). produits auxquels il renonce s’il
Comme IP Suisse, qui mène un veut consommer local.» Des moprojet pilote avec plusieurs agri- des de production qui permettront
culteurs pour cultiver le très à la aussi de proposer des fraises locamode quinoa sans fongicide ni les à Noël pour ceux qui ne peuvent
herbicide. Ou encore comme Do- s’en passer.
minique Streit, qui a fait le pari il y
Mais revenons à nos fruits exoa trente ans du kiwi suisse dans la tiques. Le «19:30» de la RTS évorégion d’Allaman (VD).
quait jeudi l’engouement pour les
«J’aime le challenge, le défi, ex- patates douces suisses, que des
plique Niels Rodin, tombé dans les producteurs proposent dans pluagrumes un peu par hasard par une sieurs régions. Un succès dû à la
petite production personnelle. J’ai popularité du tubercule, riche norapidement compris que les agru- tamment en antioxydants, mais
mes classiques comme le citron, le aussi à un climat dont le réchauffepamplemousse, l’orange étaient ment favorise l’apparition de cerproduits massivement à des prix taines cultures. Le climat, c’est
très bas à l’autre bout du monde. Je d’ailleurs celui-ci qui a permis à

Dominique Streit de devenir, à Allaman, le plus grand producteur
suisse de kiwis, 80% de la production autochtone à lui tout seul, en
production biologique. «C’est une
plante qui doit avoir froid l’hiver
puisqu’elle perd ses feuilles. En-

«P

suite, l’un des points les plus sensibles, c’est le gel de printemps,
qui peut causer des dégâts sur les
fleurs. Le Valais, par exemple,
avait à un moment donné été envisagé pour la culture du kiwi. Mais
le gel qui descend des montagnes

n’est pas compatible, alors que le
lac protège un peu de ce phénomène.» Si les produits exotiques
ou étrangers Swiss made ont le
vent en poupe, ils restent souvent
des produits de niche. Ainsi le concurrent principal du kiwi d’Alla-

man est italien puisque la Botte est
notre plus grand fournisseur du
fruit et récolte durant les mêmes saisons que la Suisse.
Mais le renforcement
de la tendance locavore pourrait-elle voir

PATATE DOUCE

g

YUZU

MAIN DE BOUDDHA

Dominique  Streit,  d’Allaman, 
est  le  plus  grand  producteur 
de  kiwis  de  Suisse.

Stocklib

TERROIR  Quinoa,  melons,  kiwis, 
mandarines…  Des  produits  normalement 
assez  peu  habitués  à  notre  climat 
poussent  aujourd’hui  grâce  à  l’impulsion 
de  quelques  passionnés.

pousser de nouveaux
produits lointains?
«Migros est le plus
gros client de
l’agriculture suisse.
C’est difficile de dire qui
donne l’impulsion d’un nouveau
produit, on travaille ensemble,
c’est un work in progress, commente Tristan Cerf, porte-parole
Migros. L’ancrage régional de Migros est déterminant pour lancer
de nouveaux produits de l’agriculture suisse. On peut commencer localement, dans
une coopérative, et tester
le produit avant de l’intégrer dans l’assortiment national. La demande pour des produits «De la région»
(ndlr: label local de Migros) est en constante augmentation. Le consommateur aujourd’hui veut suivre le
produit à la trace, savoir qui a cultivé ses légumes et où. Et en
même temps il veut de la variété, quelle que soit la saison. Ces nouveaux produits locaux répondent
à cette demande.»
A quand les bananes
romandes?
Migros nourrit toujours
le projet de construire une
serre géante dans le BasValais pour y cultiver les premiers poivrons durables de Suisse.
Et le supplément Terroirs du Nouvelliste évoquait en mai dernier la
réussite d’un couple de Valaisans qui obtient une dizaine de
kilos de fruits de ses oliviers
ravis sous le soleil du VieuxPays. Alors, à quand des bananes romandes?
● TEXTE MELINA SCHRÖTER

QUINOA

melina.schroeter@lematin.ch

● PHOTO CHRISTIAN BONZON


Aperçu du document pages_12_13_Le_Matin_Semaine_2016-10-22.pdf - page 1/1

Documents similaires


lmcga2310p062x1
feuille de route 8eme rasso allaman
fiche de degustation riviere du mat xo
contrat petit epeautre et noix amap
sunage sam66 6
mildiou de la tomate sous serre


Sur le même sujet..