Guide pédagogique CP 1ère partie.pdf


Aperçu du fichier PDF guide-pedagogique-cp-1ere-partie.pdf

Page 1 234125




Aperçu texte


Avant-propos

Qu'est-ce que la méthode de Singapour ?
La méthode dite « de Singapour » est le fruit d’un long travail mené par une équipe de didacticiens en
mathématiques, soutenue par le Ministère de l'éducation de Singapour depuis 1980.
Elle est une des rares méthodes de mathématiques aujourd’hui à synthétiser un ensemble de démarches
didactiques validées par la recherche en enseignement efficace. Les élèves utilisant la méthode de
Singapour dans son intégralité se révèlent compétents dans la maîtrise des concepts mathématiques, aussi
bien en calcul qu’en résolution de problèmes. Ce dernier domaine des mathématiques y fait l’objet d’un
travail spécifique approfondi.
Aux évaluations internationales TIMMS (Mathématiques et Sciences) de 1995, 1999 et 2003, les élèves
de Singapour (4th et 8th grade, c'est-à-dire CM1 et 4ème) ont été reconnus comme possédant les meilleurs
acquis en mathématiques. Or si c'est le cas, c'est que ces élèves ont bénéficié de l'efficacité de la « méthode
de Singapour ».
Voici les trois principaux aspects de cette méthode :

1- La modélisation
La modélisation est une représentation par un schéma d’un concept ou d’une situation mathématique.
La méthode de Singapour est une méthode par « modélisation » : elle invite en effet les élèves à représenter
de façon schématique les concepts mathématiques. Cette stratégie diffère de la simple représentation
illustrée – qui est une pratique fréquente dans l'enseignement des mathématiques à l'école primaire – en
ce que chaque schéma peut-être appliqué à toutes les situations-problèmes qui présentent les mêmes
caractéristiques. En appliquant de manière systématique cette procédure, les élèves comprennent ainsi les
invariants des problèmes, ce qui est le premier pas vers l'abstraction.
L'efficacité de la modélisation a été reconnue dans le cadre d’une pratique guidée : le professeur
présente d'abord aux élèves le schéma qui va l'aider à résoudre le problème. Puis il invite les élèves à
représenter à leur tour les données du problème à l'aide de ce même schéma. Pour ce faire, il les habitue à
se poser les questions sur la nature de la représentation (Quel schéma, quel « visuel » faire ?) et son lien avec
le problème (Pourquoi ce graphique, ce « visuel » plutôt qu’un autre ?). Ce faisant, les élèves s'approprient
cette technique de modélisation, qui devient pour eux la base de tout raisonnement mathématiques.

2- L’approche « concrète-imagée-abstraite »
Pour chacun des concepts mathématiques du programme, la méthode de Singapour s’appuie sur une
démarche en trois étapes (concrète-imagée-abstraite) qui favorise l'appropriation graduelle de la notion.
Chaque concept est étudié sur une période relativement longue, ce qui permet d'étayer progressivement
les méthodes de raisonnement.
1) L'approche « concrète » : les élèves sont guidés dans leur compréhension du concept grâce à la mise
en situation ou la manipulation d’objets concrets (didactiques ou de la vie quotidienne).
2) La présentation « imagée » : la situation est « schématisée », le plus souvent au tableau ou à l’aide du
manuel. Elle permet de mettre en lumière, d'expliciter et d'exprimer les liens et les éléments importants du concept. Cette étape est parfois appelée « approche semi-concrète ».
3) La présentation « abstraite » : le recours aux seuls symboles mathématiques constitue l’objectif de
cette ultime étape.

2

IIIIIIIIIIIII

Avant-propos

9782916788241_CPA.indd 2

28/09/11 08:54