Guide pédagogique CP 1ère partie.pdf


Aperçu du fichier PDF guide-pedagogique-cp-1ere-partie.pdf

Page 1 2 345125




Aperçu texte


Avant-propos

L’approche concrète-imagée-abstraite (Concrete-Representation-Abstract) a elle aussi fait l’objet d’analyses reconnaissant son efficacité, en particulier lors de l’enseignement des concepts mathématiques, des
4 opérations, des fractions et, enfin, de l’algèbre1.
Il est important de préciser que le passage par la manipulation – nécessaire à la compréhension notamment dans les plus petites classes – est au service de l’abstraction au lieu d'être une fin en soi. Utilisée
pendant une, voire deux leçons, elle permet aux élèves de s’approprier ensuite les représentations visuelles.
Le bénéfice de l’approche concrète-imagée-abstraite tient dans la fréquence, la routine pour ainsi dire,
de son utilisation. C'est cette routine qui permet de maintenir chez les élèves un cadre structurel et des
procédures performantes, ce qui les rendra capables, par la suite, de résoudre des problèmes complexes.
Dans ce cadre, l'entraînement et la pratique permettent aux élèves d'acquérir cette « expertise ».

3- La « verbalisation »
La recherche en pédagogie a démontré l'efficacité des procédures qui encouragent les élèves à « verbaliser »
leur pensée2. En mathématiques, la verbalisation consiste à décrire, à expliquer les étapes qui leur permettent de résoudre des problèmes.
En invitant les élèves à expliquer – à justifier, donc – leur raisonnement, on pallie à une approche souvent
« directe », « impulsive » qui n’accorde pas suffisamment d'attention aux données mathématiques en jeu
dans le problème. Bien sûr, c'est au professeur de montrer l'exemple : au moment de présenter sa résolution du problème, au moment de dessiner le schéma qui va servir de base à son raisonnement, il doit
lui-même « verbaliser » sa pensée.
Pour rendre cette procédure pleinement efficace, il est donc conseillé aux enseignants de fournir de nombreux exemples explicites sur la façon de résoudre tel ou tel problème puis d’inviter ensuite les élèves à
décrire leur démarche et solution. Par imitation, les élèves ne manqueront pas d'utiliser les mêmes termes
et d'acquérir les mêmes réflexes que l'enseignant.
Vient alors l'importante question de « comment résoudre » tel ou tel type de problème, qui prendra un
temps conséquent de la séance.

1
2

(Butler et al. 2003 - Witzel, Mercer, and Miller 2003).
Dans une des études, l’effet (effect size) de cette stratégie a été mesurée à 0.98. (un effet de 0.2 est considéré comme faible,
0.4 comme modéré et 0.6 comme assez élevé).
Avant-propos

9782916788241_CPA.indd 3

IIIIIIIIIIIII

3

28/09/11 08:54