lettre 27 octobre 16 élus oppos .pdf


Nom original: lettre 27 octobre 16 élus oppos.pdfTitre: Microsoft Word - lettre 27 octobre 16 élus oppos.dotx

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.10.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 27/10/2016 à 22:03, depuis l'adresse IP 91.69.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 283 fois.
Taille du document: 287 Ko (2 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Morlaix, le 27 octobre 2016
Citoyens élus de l’opposition,
Le moment me semble venu de vous adresser une nouvelle lettre, en espérant que vous
ayez tiré bon profit de la précédente (26 septembre 2016) et des plus anciennes. Les sujets ne
manquent pas. Pour tenter de ne pas solliciter à l’excès votre attention et votre temps
disponible, je n’en retiendrai que trois ou quatre parmi bien d’autres possibles.
1) La récente polémique à propos du projet immobiliter de Troudousten, tel du moins
qu’elle apparaît, discrètement, dans les colonnes du Télégramme des 22 et 25 octobre. A ce
que je comprends, il s’agirait, selon vous, d’un typique exemple de l’impéritie ordinaire qui
caractériserait la gestion de la ville, par le maire, madame Agnès Le Brun et sa majorité.
Cette majorité répond dans le même support que vos plaintes illustrent votre mauvaise foi,
seule manière qui vous reste d’exister dans la déconfiture générale de la gauche. Je n’entrerai
pas plus avant dans cet échange de points de vue, faute du minimum d’informations, sur
Troudousten, qui serait nécessaire.
2) La ville est-elle bien ou mal gérée ? Dans l’affaire de Troudousten, il semble que
vous ne voyez qu’un exemple parmi d’autres de l’incapacité d’ALB et son équipe à faire les
choix conformes à l’intérêt des morlaisiens. Il y a longtemps que j’écoute vos propos et si je
vous ai, par le passé, plusieurs fois écrit, c’était dans l’espoir, qui s’est avéré vain, d’avoir
quelques éclaircissements sur le bien-fondé de vos perpétuelles remontrances.
J’écoute aussi Madame Le Brun et ses conseiller(e)s, et je ne vois pas de raisons de
conclure qu’elle mènerait sa tâche aussi mal que vous dites. Mais là encore, je n’ai sans doute
pas les informations suffisantes. Vous n’avez rien fait, en tous cas, pour que moi et les autres
électeurs en sachions davantage. Vous voulez seulement être crus sur parole. Toutefois, il
m’est parfois apparu que des raisons existent de penser que la ville de Morlaix, quand bien
même aurait-elle une municipalité de droite est plutôt bien gérée. L’une de ces raisons (il y
en a d’autres) est le rapport de la chambre régionale des comptes du 11 janvier 2016. 1 J’ai été
quelque peu choqué d’observer, lors du conseil municipal qui a suivi, que vous vous
absteniez de le commenter, préférant souligner que, n’en déplaise à ces sages, l’exploitation
de Langolvas était tout de même déficitaire.
Ah ! Langolvas et la main tendue par Morlaix-Communauté, aussi vite repoussée par
Morlaix-Ville ! Comme j’aimerais en savoir plus ! Mais là encore, il faudra se contenter de ce
que veut en dire Le Télégramme.
3) La liberté de réunion et la liberté d’expression. J’apprends par ce même journal en
date d’aujourd’hui que l’Association des Comoriens de Morlaix vient de bénéficier d’un
accord avec la ville qui lui vaut de disposer d’un local, rue du Général Le Flo, (auparavant
mis à disposition de l’Université du Temps Libre qui, pour sa part dispose maintenant d’un
pavillon rue du Poulfranc. Je m’en réjouis pour tout le monde, Comoriens et étudiants du 3ème
âge, simplement je me demande : pourquoi seulement eux ?

1

https://www.ccomptes.fr/Publications/Publications/Commune-de-Morlaix-Finistere

Ceci nous ramène à de précédentes polémiques sur la mise à disposition de salles de
réunions pour les associations. J’abrège sur les derniers épisodes, dont l’offre généreuse par
madame Le Brun d’un amphithéâtre de 350 places , à 5 kms de la ville, pour des groupes ou
des groupuscules politiques qui peinent, généralement à réunir 20 ou 30 personnes (sachant
que ces modestes chiffres sont quand même pour eux d’une importance vitale). L’ouverture
d’une maison des associations n’était-elle pas au programme de la Coopérative Citoyenne,
aux élections de 2014 ? Etes-vous sûrs qu’il n’y ait rien d’autre à faire, à ce sujet, que
d’attendre 2020 où vous espérez, j’imagine, « accéder aux responsabilités » (comme vous
dites) ? J’ai été amené à penser que vous pouviez n’être pas réellement motivés pour un tel
projet. En tous cas, j’estime que, pour le moins, vous le défendez avec une grande mollesse.
Dans un souci de rationalité, ainsi qu’à titre d’expérience, j’ai eu le désir de poser une
question orale en fin de conseil municipal (ce qui est possible à tous les citoyens pour peu que
le maire en donne l’autorisation), afin de savoir – première étape de la recherche de lieux de
rencontre – de quelle superficie en mètres carrés (bâtis, non-bâtis, utilisés, non-utilisés) la
mairie était propriétaire. Cela ne semble pas, a priori, devoir relever d’un quelconque secret
et la réponse ouvrirait peut-être d’intéressantes perspectives. Mais j’attends toujours
l’autorisation que j’ai demandée. Je doute que vous-mêmes connaissiez la réponse. Que ne
prenez-vous ma relève ? Le maire ne peut pas vous refuser de poser les questions orales que
vous voulez.
M’ayant déjà lu plusieurs fois par le passé – peut-être sans grand plaisir – vous ne
pouvez pas ignorer que des sujets qui me sont particulièrement chers sont l’information des
citoyens, base de la démocratie, et la liberté d’expression, « l’un des biens les plus précieux
de l’homme ». J’entends notamment, la liberté d’expression des minorités, voir des individus
isolés.
A ce propos, je me réjouis que vous ayez obtenu satisfaction – et je vous en félicite –
pour ce qui concerne l’enregistrement vidéo et la diffusion des conseils municipaux. (Même si
cela a pris un certain temps). N’oubliez pas, pour autant, la disparition du bouton
« démocratie participative, vous avez la parole », sur le site principal de la ville, ni la page
Facebook de la ville, ni la page personnel de madame Le Brun, où sa mission d’oratrice
sarkozyste se donne libre cours. Ne vous découragez pas si le taux de consultation de ces
enregistrements vidéo reste pour un long temps encore très peu élevé. C’est un ensemble de
moyens, complémentaires les uns des autres, qu’il faut mettre en œuvre, si l’on veut sortir nos
concitoyens de leur somnambulisme politique. Le cas échéant, je me tiendrai à votre
disposition pour vous faire des propositions constructives.
J’aurais encore bien des choses à vous dire sur la question de « la communication
politique », à quoi madame Le Brun n’est pas insensible, puisqu’elle en avait fait le thème de
son allocution au printemps dernier, au congrès des maires de France. Par trois fois, je lui en
ai demandé le texte, mais je l’attends encore. Dès réception, je ne manquerai pas de le faire
parvenir à la connaissance des électeurs morlaisiens, avec les très faibles moyens qui sont les
miens.
J’aurais encore bien des choses à vous dire, mais il est préférable que je m’arrête d’une
part pour ne pas abuser de votre disponibilité et d’autre part pour garder un peu de matière en
vue de prochains courriers.
Citoyennement vôtre.

Jean-Paul Yves Le Goff
Copie à Madame A. Le Brun, maire
« au Télégramme


Aperçu du document lettre 27 octobre 16 élus oppos.pdf - page 1/2

Aperçu du document lettre 27 octobre 16 élus oppos.pdf - page 2/2




Télécharger le fichier (PDF)


Télécharger
Formats alternatifs: ZIP Texte



Documents similaires


lettre 27 octobre 16 elus oppos
maire conseill citoye
j ecris a de calan 2
a elus minoritaires copie
la sauvegarde de la clientele
n

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.009s