Expliciter 112.pdf


Aperçu du fichier PDF expliciter-112.pdf - page 3/60

Page 1 2 34560



Aperçu texte


3
avant de venir à Saint-Eble pour constater qu'elle ne produisait pas beaucoup. Alors m'est venue la
question que je me pose dans la case des valeurs sur l'échelle des niveaux logiques car le mot
valeur ne me convient pas du tout. La solution est de me demander "En quoi est-ce important pour
moi de ... ?", et dès que j'ai la réponse x, je reprends "Et en quoi est important pour moi que x ?",
j'obtiens une réponse y, "Et en quoi est-ce important pour moi que y ...?" et ainsi de suite jusqu'à
épuisement du gisement. D'où l'idée de réitérer la question "Qui tu es quand ... ?" de la même
façon. Nous avons donc testé ce procédé avec Joëlle dans l'exercice du Feldenkrais. Et nous
sommes restées interloquées devant l'effet produit. Dans le feed-back, Pierre nous a suggéré
d'ajouter, à la fin de la chaîne des "Qui tu es quand ... ?", la relance "Et c'était quand ?", qui
provoque l'arrivée d'un vécu passé, plus ou moins ancien, dont nous ferons grand usage dans cette
université d'été.
Nous avons dorénavant conquis la liberté de jongler avec les techniques, sans contrainte, en nous libérant des consignes. Nous nous sommes appropriés les exercices de PNL en les personnalisant chacun à
notre façon, pour A, pour B. Nous avons commencé à tester les relances dont les réponses vont permettre d'inférer le schème donnant l'organisation de la conduite.
Pierre nous avait aussi suggéré de nous donner des temps de prise de notes, pour ne pas uniquement
stocker les phases de travail dans les enregistreurs, pour faire des reprises à chaud, pour traiter tout de
suite ce qui était recueilli. Ce que, je crois, nous avons été nombreux à faire.
Pourquoi faut-il que l'intention éveillante de Pierre soit plus efficace pour moi que la mienne, alors que
je suis intimement convaincue de l'utilité de ces reprises à chaud, qui sont si productives quand je
pense à les faire, quand je m'en donne le temps ? Nous sommes ici dans les effets perlocutoires des paroles du B, des paroles du chef, dans l'intersubjectivité. OK, mais quand je dis ça, je ne me donne pas
les moyens de savoir comment ça marche. Une autre fois peut-être.

2. Lancement de l'université d'été par Pierre et premiers échanges
Si vous manquez de temps, vous pouvez tout de suite sauter aux paragraphes 4 et 5, dans l'ordre qui
vous convient le mieux. Ce paragraphe me paraît nécessaire parce que j'écris un compte rendu de
l'université d'été. Il est néanmoins difficile à écrire parce qu'il me demande de me retourner vers avant,
avant que nous n'ayons fait les expériences que nous avons faites, avant les prises de conscience, avant
que je sache ce que je sais maintenant, quand nous étions encore en train d'ouvrir des pistes et de
tâtonner, quand nous n'avions pas encore compris la puissance d'exploration de la proposition de
Pierre. Pour les mêmes raisons, il est difficile à lire parce qu'il donne un état de réflexion en cours de
constitution. Je retourne donc à ce moment et j'essaie de suspendre toute la suite.
Comme vous l'avez compris, quand Pierre a ouvert l'université d'été lundi 22 août 2016 à 14h30, elle
était en fait commencée depuis trois demi-journées : nous connaissions la question qui serait le thème
de l'université d'été, nous avions fait nos exercices de remise en forme psychophénoménologique,
nous avions commencé à tester des relances et des exopositions au-delà des prescriptions des exercices
de PNL, nous avions déjà bien joué avec toutes nos techniques et le groupe avait déjà pris son allure
de travail.
Pierre a rappelé les buts de l'université d'été, globalement les mêmes que ceux du début de la préuniversité d'été, avec le but supplémentaire de renseigner la question "Qui je suis, qui je deviens quand
je suis dans une position particulière ?" :
1/ s'exercer à élargir les possibilités techniques ; s'exercer en respectant les fondamentaux de
l'explicitation et en introduisant les métapositions et les variétés de positions et d'ego, chaque fois que
nous avons besoin d'informations ; mixer toutes nos ressources, en jouant la liberté ; faire l'expérience
des effets produits ; faire des entretiens différents sur des situations différentes, éventuellement avec
des A différents, pour avoir des cadres de contraste, pour avoir des éléments de comparaison, pour
repérer des invariants ou des différences signifiantes.
2/ objectif supplémentaire selon notre cher principe de la double détente, faire des V2 sur le V1 choisi,
puis des V3 sur les actes de l'entretien V2 et des techniques.
3/ élaborer de la connaissance psychophénoménologique pour notre travail commun, pour élucider les
conditions de fonctionnement de ce que nous faisons.
Pierre propose une discussion pour construire ensemble notre objet de travail de l'université d'été. La
question, "Qui je deviens quand je change de place ?" est un objectif difficile. Pierre nous propose de

Expliciter est le journal de l’association GREX2 Groupe de recherche sur l’explicitation n° 112 novembre 2016