POÈMES SPIRITUELS... PIERRE ALBERT HAYEN .pdf



Nom original: POÈMES SPIRITUELS... - PIERRE-ALBERT HAYEN.pdfAuteur: Pierre

Ce document au format PDF 1.5 a été généré par Conv2pdf.com, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 02/11/2016 à 19:00, depuis l'adresse IP 109.88.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 386 fois.
Taille du document: 378 Ko (14 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


POÈMES SPIRITUELS…
PIERRE-ALBERT HAYEN

(Ces poèmes ont été écrits en 1999 au cours d’une année sabbatique. Ils faisaient
partie d’un journal intime que j’ai rédigé pendant cette année de pause, de
réflexion et de contemplation...)

REBELLE
Adepte du matérialisme spirituel,
Toute expérience du Soi est rebelle
A la thésaurisation qui la gèle
En concepts figés, bons pour la poubelle !

L’ESPACE D’UN INSTANT
Que cesse le désir et s’arrête le temps ;
A toi l’Eternité, en l’espace d’un instant..

LA PRÉSENCE (1)
La Présence se suffit à Elle seule ;
Nul besoin de plaisir extérieur...
En toi résident joie et bonheur,
Librement, sans dépendance mortelle !

MORTS-NÉS
En captation mutuelle et perpétuelle,
Englués dans la toile d’araignée familiale,
Empêtrés dans l’attachement tribal et filial,
Ils ne naissent pas, étouffés dans un nid mortel !

LE MAÎTRE
Te dépecer vivant de tes couches d’ignorance,
Une à une les ôter, avec grâce et patience,
Quel travail de titan, d’amour et de tendresse,
Pour le Maître qui te veut flambeau de la sagesse…

UNE BONNE FARCE !
La Vie est une bonne farce,
Son secret est hilarant.
Ah ! La belle et satanée garce,

Elle nous a possédés comme des enfants !
Hors programme, hors référence,
Et la Vie mène la danse !
Que de grâces, de joies immenses,
Quand jamais plus, tu ne la penses !

LA PRÉSENCE (2)
Rester dans la Présence n’est pas gagné d’avance !
Il faut la vigilance pour créer cette aisance !
Après bien des rechutes, d’oublis, d’intenses luttes,
Tu demeureras enfin dans celle qui est ton but !

LIBRE
Dans l’éternel lâcher-prise,
Déploie-toi à ta guise,
Libre de la totale mainmise
Du mental à l’illusion exquise.

FACE À LA SOUFFRANCE
Embrasse la souffrance d’un regard pénétrant,
Ainsi elle disparaît doucement au fil du temps ;
La Lumière directe, elle ne peut supporter,
Devant ton attention, elle doit se dissiper.

SOUFFRANCE ET VÉRITÉ
La souffrance est un rappel de l’Être,
Qui en toi veut se manifester.
Il n’a que faire de tes paraîtres,
Il exige l’authenticité.

SIMPLICITÉ
D’une bonne couche de commentaire mental,
Tu beurres la nue Réalité.
Il te faudra devenir frugal,
Pour goûter à sa tendre simplicité.

PÈRE ET FILLE
Le non-mental surgit et brise la pensée,
Son silence l’étouffe de ses bras surpuissants ;
A l’agonie elle meurt, pauvre fille délaissée,
Par son père, le Céleste, maître souverain du temps.

PETITE BIQUE !
Que m’importe ta beauté,
Que m’importe ta richesse,
Tu ne peux m’apporter,
La Joie unique, l’ivresse,
Qui de rien ne dépend,
Qui jamais ne se vend,

Et qui te fait la nique,
Très chère petite bique !

INSATIABLE
Insatiable le feu qui dévore le lubrique,
Misérable le sort de celui qui abdique
Et cède tous pouvoirs aux re(i)nes du désir
Qui le traînent sur la pente des amers regrets, sans coup férir.

NATUREL
Emerveillement perpétuel,
Quand tu laisses tomber le penser ;
L’imaginaire est subjugué,
Par ce-qui-est, au naturel…

LA PRÉSENCE (3)
Plus tu t’installes dans la Présence,
Plus penser devient difficile ;
Les mots ne sont qu’impertinence
Devant la perception subtile.

PROVIDENCE
La Présence est Providence.
Elle sait ce dont tu as besoin.

Toujours Elle prend soin de ta subsistance,
Toujours Elle veille à ce que tu ne manques de rien.

BONHEUR ET DÉSESPOIR
Au fond du ‘’dés-espoir’’ le plus noir,
Se trouve la porte qui sort du ‘’croire’’ ;
Là, l’étincelle peut enfin jaillir
Et devenir torche, sans plus faiblir.
Tu vois les choses, brutes, comme elles sont,
Sans leur coller tes illusions ;
C’en est fini des projections,
Simplement se mettre au diapason.
Alors une fresque toujours nouvelle
Se déroulera devant tes yeux ;
Toi, spectateur, tu regardes la belle,
Souriant et tranquille, tout simplement heureux…

BANALITÉ
Sacrément intéressante,
La banalité quotidienne,
Quand cesse la pensée distrayante,
Qui s’interpose, comme une doublure païenne.

NOUVEAUTÉ
Quand ton mental enfin se tait,
Ô subtile la sensation,
Ô délicate la perception,
Ô nuancées les impressions…
Tout est limpide et nouveauté.

LA PENSÉE
La pensée ?
Un outil commode pour fonctionner dans le monde.
Un maître maladroit pour ressentir l’ivresse féconde
De la Vie qui se déploie et se défoule, à chaque seconde !

MOI
Tout est issu de Moi
Et tout retourne à Moi.
De nulle part Je ne viens
Et Je ne vais nulle part !1

AMOUR, SAGESSE, FORCE ET BEAUTÉ
Amour, sagesse, force et beauté,
UN,

1

Là, je ne suis pas devenu subitement mégalomane ! Il s’agit bien entendu du Soi…

Malgré les masques de la diversité.
C’est ton Essence, ta Vérité,
Au-delà de toute dualité.

VILAIN PETIT CANARD !
Vilain petit canard devient parfois beau cygne.
Bien malin, qui saura voir les signes,
La promesse voilée d’une telle métamorphose
Dans l’esquisse malhabile de la pauvre petite chose…

UN MERVEILLEUX FILM ?
La Beauté t’interpelle toujours,
Mais tu détournes les yeux ;
Le film qui dans ta tête est en cours
T’empêche de voir le merveilleux !

UN SENS ?
Concevrais-tu la pensée la plus sublime, que cela ne représente rien.
Poserais-tu l’acte le plus vertueux, que cela ne représente rien.
Rester centré dans la Présence,
Cela seul a vraiment du sens,
Sans qu’il y ait là le moindre sens !

PIERRES PRÉCIEUSES
Pureté, patience, persévérance,
Sont les pierres précieuses de ta convalescence
Sur le chemin de la délivrance…

ÊTRE ET DEVENIR
Vouloir devenir ce que nous sommes n’est-il pas amusant ?
Pourtant, quoi qu’on en dise, c’est ce que l’on fait tout le temps !

APRÈS ET AVANT
Après avoir pris connaissance de l’Atman2,
Tu peux fonctionner librement dans le monde.
Mais avant d’avoir pris connaissance de l’Atman,
Tu n’es qu’une marionnette, un bateau sans gouvernail ni sonde…

FAMILLE
Famille cocon,
Famille prison.
Famille universelle,
Famille à juste échelle,
Famille toujours belle,
Dans sa véritable dimension.
2

Atman = le Soi, l’Âme suprême, l’Être pur

CHEZ TOI, CHEZ MOI
Tu n’es chez toi que dans la Présence,
Ailleurs il fait froid presque en permanence,
Maintenant pour moi, c’est une évidence,
Jamais plus un étranger, chez moi, dans la Présence.

QUEL PRODIGE !
Savoir qui Je suis me donne le vertige :
Tous les mondes sont présents en Moi !
Cela semble un incroyable prodige,
C’est la vérité, croix de bois !3

UN CONTE DE FÉE ?
Du merveilleux des contes de fée
Au radieux du moment présent,
Il y a quand même un fossé
Qu’on ne franchit pas aisément…4

EN TOUTE CANDEUR
Dans ton espace intérieur,
Détends-toi, en toute candeur ;
Douce est l’intime chaleur
Qui tendrement sourd du Cœur.
3

Même remarque que pour le poème intitulé ‘’Moi’’ !
Pour la plupart des gens, il faudra des années de sadhana bien menée avec de plus en plus de ces instants
‘’magiques’’ qui deviendront un éternel présent…
4

EN TOI(T)
Ta maison est en toi, même si tu es sans toit !
Crois-moi, même si difficilement, cela se conçoit !
Et puis, tu as raison, cela ne se conçoit pas.
Cela se vit, cela se sent, au-delà de toute foi !

VOYAGEUR
L’homme n’est qu’un voyageur sur cette terre de bonheur.
Sur cette terre de malheur, l’homme n’est qu’un voyageur.
Patiemment, le destin attend son heure, le destin met tout en œuvre pour te faire
prendre conscience que, sur cette terre, l’homme n’est qu’un voyageur….

DHAR-MÂT
Comme Ulysse enchaîné au mât,
Je contemple les sirènes mugissantes,
Mais, dans les bras du fidèle Dharma5,
Je résiste aux plaintes languissantes…
Bientôt cet écueil douloureux sera franchi,
Plus fort, c’est sûr, j’en sortirai grandi !

OUI !
Jouissances et souffrances se suivent comme monts et vallées.
Il existe un point d’où l’on peut toutes deux les survoler…
5

Dans la philosophie védantique, Dharma signifie conduite juste, action juste, rectitude, droiture, vertu, devoir,
loi morale, ordre universel…

Là l’accueil est total et s’y trouve l’équanimité,
Oui intégral à la Vie et à sa somptueuse diversité...

NUE
Nue est la Pure Conscience,
Vierge de toute référence
Et de toute obédience,
Nue est la Pure Conscience.
Nue est la Pure Conscience
Sans trace, sans ingérence,
Sans masque, intolérance,
Nue est la Pure Conscience.
Nue est la Pure Conscience,
Délicieuse et auspicieuse,
Lumineuse et bienheureuse,
Nue est la Pure Conscience.6

POUR L’ÉTERNITÉ
Vérité intérieure,
Toi seule mérite loyauté et fidélité.
Toi seule veux mon bonheur,
A jamais et pour l’éternité.

6

La Pure Conscience est l’essence de chaque être, Sat-Chit-Ananda, l’Etre, la Conscience et la Félicité éternelle
qui sous-tendent tout le mirage, tout le spectacle, tout le film et toute l’illusion de la création et qui surgissent
automatiquement, spontanément, naturellement dès que votre mental (le projecteur) se tait, quelles que
soient les circonstances…

SUBLIME
Que ma vigilance jamais ne faiblisse
Face aux assauts de la passion tentatrice ;
Qu’elle la chevauche, rédemptrice,
Puis la sublime, libératrice !

AMOUR ET VÉRITÉ
Celui ou celle qui désire trouver l’Amour
Ne devrait jamais faillir à la Vérité,
Car la Vérité est l’Amour
Et l’Amour est la Vérité.

TOI ET MOI
Espace chaleureux de la Présence,
Délicieux et merveilleux Silence,
J’habite en Toi ou Tu habites en moi ?
Ni l’un ni l’autre, je sais que je suis Toi !7

LA CONSCIENCE
Détachée la Conscience par rapport aux objets.
7

Pour ceux et celles qui n’auraient pas fait le rapprochement, la pure Conscience est la Présence. Elle est
l’Amour absolu, la Vérité absolue…Elle est l’Essence inaltérable de chacun d’entre nous. Elle était déjà là avant
l’apparition de notre corps physique et elle sera toujours là après sa disparition. C’est ce qui a permis au Christ
de dire : ‘’Avant qu’Abraham fût, JE SUIS.’’ Avant de devenir un corps, nous sommes déjà et après la disparition
du corps, nous serons toujours, éternellement…

Détachée la Conscience par rapport aux pensées.
Détachée la Conscience par rapport aux personnes.
Détachée la Conscience par rapport aux affects…
Sise en Elle-même, inaltérable et inviolable.
Inébranlable.

UNITÉ
Les feux de la passion dispersés,
Dans une tendre complicité,
Nous nous sommes enfin trouvés,
Unité.


Aperçu du document POÈMES SPIRITUELS... - PIERRE-ALBERT HAYEN.pdf - page 1/14
 
POÈMES SPIRITUELS... - PIERRE-ALBERT HAYEN.pdf - page 2/14
POÈMES SPIRITUELS... - PIERRE-ALBERT HAYEN.pdf - page 3/14
POÈMES SPIRITUELS... - PIERRE-ALBERT HAYEN.pdf - page 4/14
POÈMES SPIRITUELS... - PIERRE-ALBERT HAYEN.pdf - page 5/14
POÈMES SPIRITUELS... - PIERRE-ALBERT HAYEN.pdf - page 6/14
 




Télécharger le fichier (PDF)


POÈMES SPIRITUELS... - PIERRE-ALBERT HAYEN.pdf (PDF, 378 Ko)

Télécharger
Formats alternatifs: ZIP



Documents similaires


lettre6
the fontain
les enseignements de sai baba sur le non dualisme
lettre7
672dtlp
lettre4

Sur le même sujet..