Brochure touristique 1.pdf


Aperçu du fichier PDF brochure-touristique-1.pdf

Page 1 2 3 4 5 6 7 8 9




Aperçu texte


Les orgues d’Ille-surTêt sont des cheminées
de fée situées sur un
site géologique et touristique de la commune
d’Ille-sur-Têt, dans le
département français
des Pyrénées-Orientales. Elles résultent
de l’érosion de roches
sédimentaires vieilles de
quatre millions d’années.
Lorsqu’on les contemple,
de nos jours, on ne voit
qu’un ensemble gracieux
de dentelles, de replis

LES ORGUES
D’ÎLE SUR TÊT
Elle mesure régulièrement de 10 à 12m.
Il y a même une roche
abandonnée des autres,
isolée près du centre
d’un cirque. On appelle
ces pics isolés les
«demoiselles coiffées»,
ou «cheminée de fées»,
en raison de la partie
supérieure, dure et qui
les chapeaute. Il y a aussi
les tuyaux d’orgues, à
flanc. Ces falaises ont
été sculpté par le vent,
mais d’autres facteurs
8

sont entrés en jeu pour
parvenir à ce résultat :
l’érosion, l’eau coulant du
plateau au-dessus vers
la Têt, le fleuve côtier
tout proche, et le soleil,
qui a «cuit» la terre argileuse mêlée aux roches
friables et qui donne les
lignes de couleurs horizontales que l’on voit
parfois.
La végétation est
riche, elle est méditerranéenne et se compose
essentiellement d’ar-

bustes épineux et de
chênes verts. La flore,
c’est aussi l’une des
richesses du site. Lorsqu’on les contemple,
de nos jours, on ne voit
qu’un ensemble gracieux
de dentelles, de replis
soyeux d’improbables
étoffes qui auraient
été abandonné là par
hasard.

Le site, assez
grand, présente ces
falaises avec une
variété de couleurs
et de formes impressionnantes, il faut
d’ailleurs le visiter en
plusieurs fois, à différentes heures de
la journée, pour prétendre en avoir vu tous
les aspects. Certaines
de ces falaises sont
abruptes, d’autres
le sont moins. Elle
mesure régulière-

ment de 10 à 12m. Il
y a même une roche
abandonnée des
autres, isolée près du
centre d’un cirque. On
appelle ces pics isolés
les «demoiselles coiffées», ou «cheminée
de fées», en raison de
la partie supérieure,
dure et qui les chapeaute. Il y a aussi
les tuyaux d’orgues, à
flanc. Ces falaises ont
été sculpté par le vent,
mais d’autres facteurs

soyeux d’improbables
étoffes qui auraient
été abandonné là par
hasard. Le site, assez
grand, présente ces
falaises avec une variété
de couleurs et de formes
impressionnantes, il faut
d’ailleurs le visiter en plusieurs fois, à différentes
heures de la journée,
pour prétendre en avoir
vu tous les aspects. Certaines de ces falaises
sont abruptes, d’autres
le sont moins. La végé-

tation est riche, elle est
méditerranéenne et se
compose essentiellement d’arbustes épineux
et de chênes verts. La
flore, c’est aussi l’une
des richesses du site.

sont entrés en jeu pour
parvenir à ce résultat :
l’érosion, l’eau coulant
du plateau au-dessus vers la Têt, le
fleuve qui donne les
lignes de couleurs
horizontales que l’on
voit parfois. Elles
résultent de l’érosion
sédimentaires vieilles
de quatre millions
d’années.

9