Article BSA Alumni Conférence 14.11.2016 .pdf


Nom original: Article BSA Alumni Conférence 14.11.2016.pdf

Ce document au format PDF 1.4 a été généré par Mozilla/5.0 (Windows NT 6.1; WOW64) AppleWebKit/537.36 (KHTML, like Gecko) Chrome/54.0.2840.99 Safari/537.36 / Skia/PDF m54, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 23/11/2016 à 14:11, depuis l'adresse IP 185.48.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 821 fois.
Taille du document: 477 Ko (4 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


L’ASSOCIATION

ACTUALITÉS

EMPLOI ET CARRIÈRE

NOS SERVICES

NOUS REJOINDRE

1er Atelier d’Alumni Agro Bordeaux : un succès !
P U B LIÉ  LE  2 2  N OV E M B R E  2 0 1 6  PA R  A LU M N I A GR O B OR D E A U X

RETOUR SUR L’ATELIER #1 : « COOPÉRATION VINICOLE : ENJEUX
ET NOUVEAUX DÉFIS A RELEVER » (14 novembre 2016)
Cette atelier marque le début d’un grand nombre d’événements que Bordeaux Sciences Agro Alumni
organisera.  Il  a  rassemblé  une  trentaine  de  personnes  (étudiants  en  formation  initiale  et  en
apprentissage,  alumnis,  enseignants)  pour  débattre  aux  côtés  de  Maryline  Filippi,  enseignante­
chercheuse  à  Bordeaux  Sciences  Agro  et  membre  du  Haut  Conseil  de  la  Coopération  Agricole,
Dominique Saintout, président de la Fédération des Caves Vinicoles d’Aquitaine, Noémie Tanneau
de  Puisseguin  Lussac  Saint­Emilion,  Flavie  Grenon  de  Tutiac  et  Clément  Egaña  de  l’Union  de
Guyenne (tous les trois sont chargés de mission économie et foncier).

La coopération, « une façon d’entreprendre autrement en mettant les valeurs humaines et
sociales au centre d’une responsabilité collective » (Maryline Filippi)
La  coopération  agricole  concerne  aujourd’hui  en  France  une  marque  alimentaire  sur  trois  et  trois
agriculteur sur quatre. Elle est devenue un nouveau moyen de produire et d’entreprendre qui repose
sur sept principes coopératifs, parmi lesquels l’exercice d’un pouvoir démocratique par les membres
ou encore un engagement envers la communauté et une recherche de soutien de toutes les activités.
Ancrée dans un territoire, la coopérative doit permettre à ses coopérateurs de développer des filières

rentables  et  performantes.  En  réalité,  la  coopération,  c’est  «  produire  autrement  au  service  des
humains ». Toutefois, aujourd’hui, les coopératives sont face à deux problèmes majeurs, à savoir le
financement  et  la  gouvernance.  Comment  développer  un  mode  de  financement  qui  permet  d’être
compétitif à l’international ? Comment piloter un groupe qui s’implanterait ailleurs pour être compétitif
demain tout en vérifiant que les décisions prises sont appliquées correctement ?

La coopération « assure une mutualisation qui permet aux vignerons d’avoir accès à une chaîne
performante à moindre coût » (Dominique Saintout)
En  France,  une  bouteille  sur  deux  est  vinifiée  en  cave  coopérative.  Elles  offrent  de  nombreux
services,  permettant  aux  exploitants  d’être  accompagnés  de  l’installation  à  la  retraite,  sur  tous  les
aspects  de  gestion  de  leur  activité.  En  réalité,  on  distingue  deux  fonctionnements  des  caves
coopératives. Parfois, les caves assurent la collecte et la vente : elles collectent le raisin et assurent
sa transformation et la vente du vin ; parfois, elles assurent un service de vinification qui permet à
l’exploitant de récupérer le vin issu de son raisin et de le vendre lui­même.

La coopération, « un outil d’installation et de préservation du foncier viticole qui fonctionne avec
beaucoup d’anticipation  » (Flavie Grenon)

Les  caves  coopératives  proposent  principalement  trois  types  d’aide.  Un  accompagnement
administratif et technique permet notamment une aide sur la communication, les questions technico­
économiques, le suivi viticole des parcelles ou encore les formations proposées aux exploitants pour
les accompagner dans des démarches qualité. Les aides financières se déclinent en trois catégories,
à savoir des avances de trésorerie, et des aides directes ou indirectes via des primes à la plantation
ou  des  études  de  coûts  de  production  par  exemple.  Enfin,  la  question  de  l’accès  au  foncier  reste
cruciale et les coopératives peuvent aider des exploitants dans la recherche de vignes à vendre ou à
louer  et  la  négociation,  ou  encore  mettre  en  lien  des  cédants  sans  repreneur  et  des  jeunes
souhaitant s’installer ou des adhérents souhaitant d’agrandir. Finalement, un des enjeux majeurs de
la coopération vinicole reste, aujourd’hui, de « faire la promotion des caves coopératives tout en
maintenant le foncier » (Noémie Tanneau).

La soirée s’est conclue par un temps d’échange puis une dégustation proposée par les trois alumnis.
Nous retiendrons du débat ces quelques éléments :
Dans un contexte où 30% des surfaces sont gérées par des viticulteurs de plus de 55 ans, les
chargés  de  mission  foncier  font  preuve  d’anticipation  et  sont  constamment  à  la  recherche  de
nouveaux coopérateurs sur leurs territoires respectifs.
« Face à ce « vieillissement » de la Profession, il manque des jeunes motivés. La Coopération a
justement une carte à jouer » (Dominique Saintout).
Les  coopératives  développent  de  nombreux  dispositifs  pour  faciliter  l’installation,  notamment
l’installation progressive qui est un vrai gage de réussite.
Les hectares de vignes sur le Bordelais sont très prisés ; « on compte environ 3 demandeurs pour
1 ha de vigne qui se libère. Il faut être ultra­réactif » (Clément Egaña).
«  La  meilleure  communication  sur  la  performance  d’un  viticulteur  est  le  revenu  /  hectare.  La
coopérative ne le garantit pas mais elle donne les outils au service de cette performance. Les
coopérateurs doivent s’interroger sur leur mode de vie par rapport à ce revenu et bien réfléchir
leur stratégie à l’export » (Dominique Saintout).
Les profils des nouveaux adhérents sont très diversifiés : des investisseurs sur de petites surfaces
qui  mettent  en  gestion  l’exploitation,  des  jeunes  très  actifs  avec  un  bel  esprit  de  coopération
(aussi bien dans le cadre d’une transmission dans le cadre familiale que hors cadre familial), des
multi­activités (par ex., viticulteur et médecin), des viticulteurs en polycultures (avec céréaliculture,
élevages), etc.

Contacter les alumnis qui ont animé cette soirée :

Noémie TANNEAU, Chargée de mission économie et foncier (Cave Coopérative Vignerons
de Puisseguin Lussac Saint Emilion)

Flavie GRENON (Cave coopérative Les Vignerons de Tutiac)

Clément EGANA (Cave coopérative de l’Union de Guyenne)

 


Aperçu du document Article BSA Alumni Conférence 14.11.2016.pdf - page 1/4

Aperçu du document Article BSA Alumni Conférence 14.11.2016.pdf - page 2/4

Aperçu du document Article BSA Alumni Conférence 14.11.2016.pdf - page 3/4

Aperçu du document Article BSA Alumni Conférence 14.11.2016.pdf - page 4/4




Télécharger le fichier (PDF)





Documents similaires


article bsa alumni conference 14 11 2016
vignette journal 012
vignette n29
vignette n40
blin leslie memoire de stage septembre 2011
depliant liste modef conf a diff

Sur le même sujet..




🚀  Page générée en 0.009s