exposé .pdf


Nom original: exposé.pdf
Titre: Microsoft Word - exposé.docx

Ce document au format PDF 1.3 a été généré par Word / Mac OS X 10.10.5 Quartz PDFContext, et a été envoyé sur fichier-pdf.fr le 24/11/2016 à 07:51, depuis l'adresse IP 176.142.x.x. La présente page de téléchargement du fichier a été vue 519 fois.
Taille du document: 72 Ko (4 pages).
Confidentialité: fichier public


Aperçu du document


Ali  
 
 
       Exposé  -­‐  Le  populaire  et  le  politique  :  
 
INCE        
 
Quelques  pistes  de  recherche  en  guise  d'introduction    
 
 
-­‐  Introduction  :  
 
 
Frédéric  Sawicki  et  Annie  Collovald  sont  des  sociologues  et  professeurs  français.      
 
Les   domaines   de   spécialisation   du   premier   sont   autour   de   la   sociologie   des  
organisations   politiques,   du   militantisme   et   du   métier   politique   et   de   l'action   publique  
locale.  Il  est  également  spécialiste  du  PS  (Parti  Socialiste).  La  seconde,  Annie  Collovald,  
axe   ses   recherches   sur   les   mouvements   politiques   de   droite   et   d’extrême-­‐droite   sous  
l’angle  des  rapports  populaires  au  politique.      
 
Le   projet   de   Collovald   est   «  de   pouvoir   créer   un   réseau   international   de   chercheurs  
s'intéressant  aux  mobilisations  de  droite  et/ou  défendant  des  causes  illégitimes  ».  C’est  
la   raison   pour   laquelle,   ils   créent,   avec   de   quelques   sociologues,   «  Politix  »,   une   revue  
scientifique   de   sciences   sociales   et   de   sciences   politiques   qui   propose   une   approche  
interdisciplinaire   pour   aborder   les   thèmes   de   la   science   politique   et   la   dimension  
politique  des  phénomènes  sociaux  .  C’est  d’ailleurs  dans  la  revue  «  Politix  »  qu’est  issu  ce  
texte.    
 
Tout  comme  le  projet  de  Collovlad,  ce  texte  tente  d’apporter  quelques  éclaircissements  
au   sujet   de,   comme   l’indique   son   titre,   la   relation   populaire/politique.   Ce   qu’il   est  
important   de   noter   dans   leur   travail   de   problématisation,   c’est   que   ces   sociologues  
tacheront   de   mettre   en   avant   sa   construction,   c’est-­‐à-­‐dire   ce   qui   lie   le   populaire   et   le  
politique,   et   les   représentations   qu’elle   induit   par   la   suite,   à   partir   de   plusieurs  
déconstructions.  
 
D’emblée   de   texte,   Collovalde   et   Sawicki   nous   montrent   les   limites   de   leur   propre  
recherche   au   sens   où   elle   est   déterminée   par   l’opposition   dominés/dominants.  
Opposition   et   relation   qui   semble   nécessairement   contraindre   le   chercheur   à   rentrer  
dans  le  jeu  politisé  puisqu’elle  traverse  toutes  les  représentations.  Ils  vont  alors  tenter  
ensemble   de   dépasser   ces   enjeux   en   «  traçant   des   pistes   de   réflexions   autour   du  
populaire  et  politique  »  sans  véritablement  y  entrer  afin  de  ne  pas  «  s’enfermer  dans  un  
dilemme   épistémologique  »   puisque   ces   termes   sont   intimement   liés   à   fin   politiques.  
 
 
Au   niveau   du   plan,   un   premier   temps   on   liera   le   populaire   au   scientifique   et   puis   le  
populaire  au  politique.  
 
 
 
1-­‐  Populaire  dans  le  scientifique  :    
 
Se   questionner   sur   le   populaire,   notamment   la   culture   populaire,   ce   n’est   pas   se  
questionner   ou   définir   un   objet   par   rapport   une   population   homogène.   De   fait,   on   est  
donc   renvoyé   à   une   catégorie   difficilement   objectivable   pour   le   scientifique   sans   réel  
référant.   C’est   ainsi   que   dans   les   représentations   du   populaire,   on   se   retrouve   avec  
particulièrement   l’image   de   l’ouvrier,   du   dominé   qui   fait   écho   aux   luttes   historiques   des  
mouvements   révolutionnaires   et   syndicales.   Leur   prédominance   au   sein   des  
 

1  

mouvements   sociaux   a   participé   à   une   définition   en   phase   avec   les   caractéristiques   de  
ces   acteurs.   Ainsi   d’autres   populations,   pourtant   issues   de   la   même   classe  
sociale/catégorie  sociale  n’en  font  pas  tout  à  fait  partie,  du  moins  seulement  une  partie  
de  leurs  attributs  sociaux.  Souvent  d’ailleurs  leurs  attributs  de  dominés.      
 
On   nous   montre   ainsi   que   pour   définir   le   populaire,   à   savoir   ce   qui   constitue   les  
caractéristiques   d’une   population   hétérogène,   on   ne   peut   procéder   qu’en   négatif   pour  
brasser  large  et  arriver  à  une  définition  stable  sans  pour  autant  être  conséquente    vu  la  
diversité  des  sous-­‐cultures.    
 
 
Le  populaire  amène  souvent  un  problème  de  définition  de  ce  qui  constitue  son  système  
de   représentations   et   de   ses   pratiques.   En   somme   la   culture   populaire.   En   effet,   la  
culture   étant   en   constante   transformation,   dépendante   de   son   contexte   et   de   sa   position  
géographique,   il   est   réducteur   d’en   donner   une   définition   sachant   qu’en   plus   elle   se  
réfère   à   une   population   hétérogène   tandis   que   la   culture   cherche   à   définir   ce   qui   est  
permanent  «  au  risque  d'idéaliser  voire  de  sanctifier  un  présent  déjà  mort  »    
 
Ainsi,  parler  du  populaire  au  sens  large  c’est  gommer  les  multiplicités  au  profit  de  «  ce  
qui  en  fait  son  unité  et  sa  spécificité  ».      
 
La   difficulté   pour   le   sociologue   réside   dans   sa   position   et   le   prisme   qu’il   utilise   pour  
arriver   à   une   analyse.   Nous   l’avons   montré,   la   culture   populaire   est   dépendante   des  
porte-­‐parole,  le  rôle  du  sociologue  est  donc  de  ne  pas  induire  une  définition  se  limitant  à  
son   rapport   au   populaire   ni   même   de   la   mystifier   puisque   comme   nous   le   savons   le  
chercheur   est   inséparable   du   rapport,   à   la   fois   personnel   et   méthodologique,   que   le  
entretient  avec  son  objet  d'enquête  et  d'insister  sur  ce  que  les  résultats  de  son  analyse  
doivent  à  sa  méthodologie.    
 
Ils   montrent   que   le   chercheur,   prisonnier   dans   ces   préjugés,   analyse   les   pratiques  
populaires   à   partir   du   champ   lexical   du   manque   au   lieu   de   poser   un   nouveau   regard  
positif  en  renversant  l’ensemble  des  attitudes  pour  ne  pas  tomber  dans  le  misérabilisme.  
Sawicki   et   Collovlad   se   servent   d’un   exemple   d’Olivier   Schwartz   que  la   forte   fécondité  
des   couples   en   situation   précaire   est,   non   pas   comme   une   incapacité   à   prévoir,   mais  
comme   "une   valorisation   narcissique   élective   [et]   un   mode   de   défense   contre   le  
manque"  ».  
 
Selon  eux,  le  chercheur  décide  donc,  volontairement  ou  involontairement,  à  la  place  des  
populations   qu’il   étudie   leur   rapport   à   la   politique,   sans   vraiment   chercher   à   travers  
leurs  modes  de  vie  et  leurs  propres  représentations,  leur  rapport  à  la  politique.  Ou  alors  
comme  si  leurs  modes  de  vie  étaient  seulement  des  tactiques  sollicitées  pour  tenter  de  
lutter   contre   un   manque   inhérent,   déjà-­‐là   sans   qu’ils   puissent   en   faire   autrement.    
A  des  fins  souvent  politique,  les  intellectuels  qui  vont  légitimer,  parfois  scientifiquement,  
les  représentations  sociales  du  peuple.    
Le   chercheur   semble   alors   incapable   d’échapper   à   la   comparaison   avec   les   autres  
catégories   sociales,   comme   si     une   taxinomie   naturelle   lui   imposerait   de   considérer   le  
populaire   à   partir   d’une   posture   misérabiliste   et   à   considérer   les   modes   de   vies  
populaires  comme  des  pathologies  puisque  ne  rentrant  pas  dans  les  limites  des  normes  
préétablies.   Bien   sûr,   prisme   abritement   non   pas   imposé   par   le   sociologue   lui-­‐même  
mais   par   quelque   chose   de   plus   étendu   dans   lequel   le   sociologue   participe   à   sa  

 

2  

reproduction.      
 
 
2-­‐  Populaire  au  politique  :    
 
A  la  différence  des  scientifiques,  le  politique  peut  facilement  utiliser  le  populaire  à  des  
fins   mobilisatrices   puisque,   même   s’il   y   a   des   disparités   au   sein   de   l’ensemble   de   la  
population  qui  serait  susceptible  d’englober  la  notion  de  populaire,  celle-­‐ci  a  des  traits  
suffisamment  prononcés  pour  que  chacun  des  individus  qui  fonde  cette  population  s’en  
retrouve  touché.  Des  Partis  peuvent  alors  parler  de  dépossession  de  soi  ou  encore  d’être  
proches   du   peuple   là   où   d’autres   grands   partis   en   semble   totalement   éloignés   et   ainsi  
être  plus  à  l’écoute  du  peuple.  Autrement  dit  d’avoir  les  capacités  de  pouvoir  porter  le  
message.  
     
Nos   protagonistes   se   demandent   si   la   notion   de   classe   pour   soi   et   classe   en   soi   est  
véritablement   pertinente   au   point   d’admettre   qu’une   partie   de   la   population   est  
parfaitement   consciente   de   sa   propre  situation,  autrement  dit  une  partie  qui  est  capable  
d’objectiver   leur   pratique   et   une   autre   incapable   comme   si   elle   vivait   sans   avoir  
consciente  leurs  conditions  matérielles  d'existence.      
 
De  fait,  on  peut  se  rendre  légitimement  compte  que  les  concepts  proches  de  la  notion  de  
populaire  sont  politiques,  et  plus  largement  politisés,  au  point  de  faire  du  clientélisme  en  
amenant   de   nouveaux   partisans   puisque   cette   construction   politique   est   inséparable  
d'une   construction   sociale   qui   repose   sur   des   phénomènes   très   complexes   qu'une  
définition  limitée  du  politique  ne  permet  pas  toujours  de  saisir  (ici  en  l’occurrence  des  
rapports  de  forces  délimités  par  des  rapports  de  production).    
 
Ces  auteurs  nous  indiquent  que  notamment  le  changement  de  vote,    le  passage  du  vote  
PCF  au  FN  (exemple  tiré  du  texte),  n’est  pas  dénué  de  sens  comme  la  plupart  semble  le  
prétendre  et,  au  contraire,  fait  tout  à  fait  sens  si  on  analyse  l’ensemble  des  expériences  
pas   forcément   construites   intellectuellement   mais   en   référence   à   l'espace   social   des  
relations   quotidiennes.   Autrement   dit,   chercher   au-­‐delà   des   représentations   que   pré-­‐
construisent   les   chercheurs   en   se   concentrant   directement   avec   ce   qui   construit   le  
quotidien  du  peuple.    
 
 
Ces   deux   sociologues   mettent   également   en   avant   que   généralement   l’on   considère   la  
participation   des   classes   populaires   à   la   politique   comme   motivé   par   le   manque   et   donc  
à   partir   leurs   déviances   qui   fondent   leurs   caractéristiques   sociales   comme   si   pour   les  
classes  moyennes/bourgeoises  il  était  normal  d’en  faire,  du  moins  que   ce   soit  beaucoup  
plus   légitime.   Que   la   politique   doit   être   lié   à   un   capital   culturel   dont   seuls   les   plus  
érudits,  donc  socialement  bien  positionnés  en  ont  le  monopole.    
 
 
A   noter,   «  à   partir   du   moment   où   la   pratique   politique   comme   activité   symbolique   est  
socialement   légitime,   elle   s'impose   à   tous   les   agents   et   impose   du   même   coup   la  
conception  de  la  politisation  comme  consommation  et  reproduction  de  discours  ».  C’est  
ainsi  que  les  pratiques  de  la  politique  deviennent  normalisées.    
 
On   retombe   ainsi   sur   nos   pattes   lorsque   d’autres   moyens   d’actions   employés   par   des  
principalement   des   Partis   populaires   sont   souvent   directement   analysés   à   travers   le  
prisme   du   manque.   On   les   associe   à   des   déviances   sociales   au   lieu   de   remettre   en  
question   le   jeu   politique   institutionnalisé   et   ses   règles   comme   s’il   allait   de   soi,   que   les  
règles   ne   peuvent   être   modifiées.   C’est   ce   que   les   auteurs   appellent   le   travail  

 

3  

d’imposition  de  faire  de  la  bonne  politique.  
 
 
Le   populaire   est   alors   construit   au   travers   ses   difficultés   dans   ses   propres   conditions  
d’existence  au  regard  des  classes  légitimes.    
 
 
Le  développement  de  nouvelles  technologies,  avec  l’implantation  de  nouveaux  modes  de  
productions   et   les   transformations   de   l’espace  ;   les   modifications   dans   le   management  
des  entreprises,  avec  l’euphémisation  des  rapports  de  forces  ;    et  les  transformations  qui  
ont  touchés  les  porte-­‐parole  historiques  des  mouvements  ouvriers  ont  ensemble  changé  
le   rapport   du   populaire   à   la   politique.   Là   où   par   exemple,   les   syndicats   étaient   une   force  
vitale   pour   ces   mouvements,   progressivement   ils   se   sont   retrouvés   avec   le   rôle   de  
négociateur   où   ils   participent   à   une   défense   individuelle   des   salariés.   Changement   de  
discours  donc  entre  le  passage  d’un  champ  lexical  basé  sur  le  collectif  à  un  champ  lexical  
individuel.   Une   bonne   partie   des   savoir-­‐faire   s’est   vue   remodelée   au   profit   de   moyens  
d’actions  beaucoup  plus  réformistes  en  phase  avec  le  droit  et  la  justice  revoyant  ce  que  
doivent  être  les  intérêts  des  ouvriers.        
 
 
-­‐  En  conclusion  :  
 
 
A  retenir  que  la  définition  du  populaire  est  liée  au  politique  et  est  politisé.  C’est-­‐à-­‐dire  
qu’elle  se  construit  selon  le  prisme  politique  à  partir  duquel  l’on  se  base.  Les  pratiques  
populaires   sont   analysées   généralement   de   manière   négative,   les   attributs   des   classes  
populaires   sont   ce   que   les   classes   légitimes   ne   sont   pas.   Les   auteurs   nous   donnent  
quelques   pistes   de   réflexions   où   le   chercheur   doit   renverser   les   représentations   en  
partant   des   pratiques   pour   chercher   positivement   ce   que   les   classes   populaires   sont,  
sans  solliciter  le  champ  lexical  du  manque.  Autrement  dit,  le  misérabilisme.    
 
Les   auteurs   estiment   que   le   sociologue   doit   remettre   en   question   la   taxinomie   afin   de  
sortir  du  lien  populisme  =  dominé.    
 
 
Intéressant  la  remise  en  question  de  classe  en  soi  et  classe  pour  soi  qui  considère  qu’il  y  
a  des  individus  capable  d’objectiver  leurs  conditions  d’existence  et  d’autres  non  comme  
si  la  politique  est  une  fin  en  soi.    
 
En  critique  -­‐-­‐>  
 
Analyse   optimiste   qui   considère   que   le   chercheur   doit   sortir   du   champ   politique   alors  
que  les  rapports  de  classes  sont  déterminés  et  légitimés  via  des  moyens  institutionnels  
donc  des  appareils  politiques.    
 
Le  misérabilisme  n’est  pas  forcément  une  posture  pessimiste,  elle  permet  de  mettre  en  
relief  la  dureté  des  rapports  de  force,  bien  au  contraire.    
 
Mettre   fin   avec   l’attitude   neutre.   Le   sociologue   est   et   doit   être   le   plus   apte   à   émettre   des  
critiques   sur   le   système   qu’il   étudie   en   trouvant   des   solutions   face   aux   maux   sociaux.  
 
 
Ouverture  à    
Les   moyens   de   productions   conditionnent   les   moyens   d’existences,   n’est-­‐il   pas   naturel  
de   considérer   ceux   qui   en   sont   démunis   par   le   manque   ou   alors   ceux   qui   en   sont  
pourvus  par  l’excès  ?    

 

4  


Aperçu du document exposé.pdf - page 1/4

Aperçu du document exposé.pdf - page 2/4

Aperçu du document exposé.pdf - page 3/4

Aperçu du document exposé.pdf - page 4/4




Télécharger le fichier (PDF)




Sur le même sujet..





Ce fichier a été mis en ligne par un utilisateur du site. Identifiant unique du document: 00469394.
⚠️  Signaler un contenu illicite
Pour plus d'informations sur notre politique de lutte contre la diffusion illicite de contenus protégés par droit d'auteur, consultez notre page dédiée.